Le Levothyrox La Ministre De La Santé Mensonges Géants ! Les Crises d’Etat?

La santé représente pour certains plus qu’un fonds de commerce.

Certains tentent de tout acheter y compris les mensonges.

Avec l’aval du président de la République, la folie commence à gagner les informations. Elles sont plus contradictoires que le fait de trouver un troupeau de moutons à 6 pattes survolant la Tour Eiffel. Monsieur Macron vous dirigez tout sans aucun résultat tangible. Il suffit de voir si vos ordonnances sur la Loi du travail passeront, aussi facilement. Vous grugez les territoires de la France. Aussi vrai que la santé des gens vous indiffère. Par votre narcissisme, nous ne sommes pas dans un cercle de jeux, où vous pouvez faire avancer les gens tels des soldats de plomb. Ayant traité à diverses reprises ces sujets, l’engagement prit de revenir et ICI ! Et LA !

Au dernier Conseil des ministres, chacun est reparti, comme la citation plus ou moins juste : Sa musette bien garnie de vos conseils distillés comme les perfusions du dernier des Mohicans. Juste quelques exemples auxquels vous aurez vous, comme les vôtres biens des problèmes à en démontrer le bienfondé. L’analyse reçue ce jour sur ce que l’on peut considérer figure dans les colonnes du Figaro (Sources) In en texto ci-dessous.

Des hypothèses sont avancées par des spécialistes pour expliquer les effets secondaires ressentis par de nombreux patients. Patients affolés et en colère, médecins dépassés, médias enflammés. Depuis le mois de mai, la crise du Levothyrox n’en finit pas d’enfler. Plus de 9000 patients sur les 3 millions qui prennent quotidiennement ce médicament. Ils se plaignent d’effets secondaires liés à la nouvelle formule du médicament: crampes, problèmes intestinaux, maux de tête, vertiges, perte de cheveux. Le nouveau Levothyrox, commercialisé depuis mars 2017, représente-il vraiment un danger pour la santé?

Au départ, tout partait d’une bonne intention. Ayant constaté dès 2012 un manque de stabilité du Levothyrox au cours du temps, l’Agence nationale de Sécurité du Médicament ANSM a demandé au laboratoire Merck d’améliorer la formule pharmacologique. En effet, le principe actif du médicament, une hormone thyroïdienne appelée «lévothyroxine» s’altérait au contact des excipients, ces substances chargées d’assurer la conservation et le transport du principe actif jusqu’à son site d’absorption. Des analyses ont ainsi montré qu’au contact du lactose, près du tiers de la quantité de principe actif (31,3%) disparaissait au bout de 6 mois!

Un nouveau composé, le mannitol

Dans la nouvelle formule, le principe actif la lévothyroxine n’a pas été modifié, mais le lactose a laissé place au mannitol, grâce auquel le médicament a significativement gagné en stabilité. Cet excipient, présent dans d’autres médicaments et dans de nombreux produits de consommation courante : chewing-gums, dentifrice, a été cité comme source possible des nombreux effets indésirables signalés. Une hypothèse peu crédible, selon le Pr Françoise Borson-Chazot, chef du service d’endocrinologie du CHU de Lyon. «Un comprimé contient moins de 100 milligrammes de mannitol, or les effets notoires n’apparaissent qu’à des doses au moins 10 fois supérieures», justifie la spécialiste. La piste du mannitol serait donc à écarter. La formule a-t-elle été correctement évaluée en termes de tolérance à long terme ?

Société Française d’Endocrinologie

Dans un communiqué daté du 11 septembre, la Société Française d’Endocrinologie soulève une question forte délicate: la formule a-t-elle été correctement évaluée en termes de tolérance à long terme? À partir des deux études fournies par le laboratoire Merck, l’agence du médicament assure que l’ancien et le nouveau médicament sont bio équivalents, c’est-à-dire que la quantité de principe actif disponible dans le sang du patient et la vitesse à laquelle ce principe actif atteint la circulation sanguine est identique entre les deux formules.

Cependant, l’Agence sanitaire ne donne pas accès aux deux études en question. Par ailleurs, la Société Française d’Endocrinologie note que «la forte dose administrée lors de l’étude est une dose unique, et qu’elle ne remplace pas une étude d’administration prolongée à des patients». L’agence du médicament a-t-elle bien apprécié les risques? La crise aurait-elle pu être anticipée par un essai clinique plus complet?

Un dosage très sensible

D’autres spécialistes assurent que les effets secondaires, dus à une grande sensibilité de l’organisme à l’hormone, ne sont que passagers. Car si le médicament est particulièrement efficace, il a l’inconvénient d’avoir une marge thérapeutique étroite. En clair, cela signifie qu’une très petite variation de dosage peut entraîner un déséquilibre thyroïdien et avoir de lourdes conséquences. Si l’hormone est prescrite à dose adéquate, elle ne pourra être qu’utile et efficace, affirme le Dr Violaine Guérin, médecin endocrinologue à Paris dans un texte intitulé «Message aux 3 millions de Français sous Levothyrox: stop à la panique». En revanche, si elle est en surdosage ou en sous dosage, les patients ressentiront des effets d’hyperthyroïdie ou d’hypothyroïdie. Il faudra donc corriger le dosage, et les symptômes rentreront dans l’ordre». On estime qu’à compter du changement de traitement, il faut attendre au moins 5 semaines avant de pouvoir faire les examens sanguins qui permettront d’évaluer la dose adéquate et ainsi, de rétablir l’équilibre.

Une communication chaotique

Pour les spécialistes, le battage médiatique dont a bénéficié le Levothyrox n’est pas étranger à certains symptômes. «Au moment de passer au nouveau Levothyrox, beaucoup de patients sont très stressés par tout ce qu’ils ont entendu et lu dans les médias et sur les réseaux sociaux. Or on sait qu’il y a un lien très important entre le stress et les maladies thyroïdiennes», explique le Pr Borson-Chazot. «Il y a un lien très important entre le stress et les maladies thyroïdiennes» Pr Françoise Borson-Chazot.

Depuis plusieurs mois, on assiste d’une part à une carence de communication de la part des autorités sanitaires et à l’amplification d’un mauvais buzz, surenchérit le Dr Guérin. Sans compter que des symptômes pourraient être attribués à tort au Levothyrox. Il ne faut pas nier ces symptômes mais les professionnels de santé doivent procéder à un interrogatoire minutieux afin d’attribuer au mieux leur origine. Si vous avez encore des doutes, faites ce travail d’analyse avec votre médecin généraliste ou votre endocrinologue, qui jugera de la pertinence d’un contrôle biologique après examen clinique. Mais soyez rassurés, patients sous Levothyrox, vous n’êtes pas en danger», poursuit le Dr Guérin. Et d’ajouter: «ne mettez pas en danger de rupture d’approvisionnement les enfants qui sont sous gouttes de Thyroxine, parce qu’il est plus facile pour un enfant d’avaler des gouttes qu’un comprimé et parce que des doses plus faibles leur sont nécessaires. Dans son communiqué, la Société Française d’Endocrinologie a demandé aux patients de ne pas interrompre leur traitement en raison des conséquences graves que cela pourrait avoir sur leur santé.

Le lien vers la fiche d’information mise à disposition par l’Agence du Médicament. (Fin des sources) La ministre de la Santé Agnès Buzyn est dans l’obligation de compter 9.000 signalements d’effets indésirables par les patients prenant du Levothyrox. Médicament traitant les défauts de la thyroïde, ou ses séquelles. La ministre a reconnu un problème d’information des malades. Il s’avère que les chiffres annoncés sont totalement inexacts. En ce moment plus de 15 000 cas signés figurent sur le dépôt de plainte contre « X » auprès des Tribunaux.

Dixit la ministre : »Si l’on regarde les enquêtes de pharmacovigilance et ce qui remonte du terrain, nous sommes à 9.000 signalements sur les trois millions de personnes » qui prennent en France du Levothyrox, a-t-elle déclaré sur RTL. Le leurre est de taille, comme si la connivence à ce stade rapporte un usufruit complémentaire. Surement mais les bénéficiaires ne sont surtout pas les victimes cela est une certitude à vie.

A ne pas en douter, plutôt que de s’engager dans une politique sanitaire et de sauvegarde ; c’est du massacre à tous vents. Les chiffres de l’Agence du médicament ANSM évaluaient à 5.000 le nombre de déclarations d’effets indésirables dus à la nouvelle formule du Levothyrox.

Crampes, maux de tête, vertiges, perte de cheveux, etc. C’est à se poser réellement la question essentielle à se poser, quelle doit-être la 1ere sanction à leur égard ?

Il ne faut pas minimiser leurs réelles responsabilités. Les mensonges sont comme les engagements pris dans le cadre des causes d’IRMA sur les DOM TOM par Monsieur Macron.

En ce qui concerne les responsables de la modification du Levothyrox. La sanction serait de leur en faire prendre un par jour pendant un mois. Ils ne risquent en aucun cas à petites doses d’en mourir. En ressemblant au supplice de Tantale ils comprendraient rapidement et feraient le nécessaire dans les meilleurs délais.

Nous constatons que les résultats qui témoignent de la capacité de modifications du Levothyrox, devait intervenir le 26 septembre 2017. Vous le constatez, ils repoussent la date au 31 octobre à priori de la même année, mensonges à la louche, mais pas des doses de caviar.

Un autre plan surprend aussi. Madame le ministre annonce 9000 cas, l’ANSM 5000, sommes-nous idiots à ne pas savoir lire ou compter ? Les chiffres réels des patients concernés sont de de plus de 3 millions en France. CQFD, ne cherchez pas les menteurs vous les avez tous les jours ou presque face à vous.

La principale erreur à ne pas commettre, il ne sert à rien de gratter un comprimé cela n’atténue en rien la capacité du produit, en fonction des charges d’une journée qui ne sont jamais identiques.

Monsieur Macron quant à lui, il a pris des promesses impossibles à tenir, comme celles de pouvoir aller à l’école sous des tentes dans deux mois (60jours) de remonter un service hospitalier et sanitaire dans les trois mois à venir. 90 jours, je veux bien être pendu haut et court s’il est capable à de tels engagements dans les territoires de la France en Outre-mer.

Selon France info voici sa position : Après le passage dévastateur de l’ouragan Irma, Emmanuel Macron est arrivé à Saint-Barthélemy, après une étape sous tension à Saint-Martin, où il a promis des moyens pour la reconstruction des deux îles des Antilles françaises et un retour à la normale dans les meilleurs délais. Il a annoncé la mise en place, d’ici lundi, d’un mécanisme d’« aide d’urgence » pour les sinistrés. 

Dans la mesure où la communication reste de son seul ressort, pourquoi ne répondez-vous, sur les fumeux ordres de modifications de produits pharmaceutiques ?

Vous êtes au poste où vous vous trouvez car issu d’une famille avec cuillère en or dans la bouche, et une maitresse de premier ordre mais là n’est pas le contexte. Vous voulez faire croire que les français des Antilles auront une année scolaire presque normale. Vous démontrez par-là, une fois de plus que vous êtes le président à l’étranger dans le monde de la finance, mais pas au niveau du peuple de la France.

Le Levothyrox change de formule, vous ne savez qu’endormir les gens avec l’obtention de J.O. pour 2024. Les teremes de l’enquête de pharmacovigilance seront-ils publiées en octobre ?

Qui peut l’affirmer catégoriquement ? Personne !

La nouvelle formule a été mise sur le marché fin mars. L’Agence du médicament l’avait réclamée au laboratoire dès 2012 afin, selon elle, de rendre le produit plus stable.

Il n’y a pas de fraude, il n’y a pas de complot, il n’y a pas d’erreur, il y a eu un problème d’information des malades, les patients ont été surpris par une formulation qui avait changé et qui pour certains donnait des effets secondaires, a déclaré Agnès Buzyn.

Beaucoup de ses effets secondaires sont liés à des difficultés à redoser correctement le Levothyrox mais ils s’estompent quand on arrive à bien doser le traitement », a expliqué la ministre. Combien de ses effets ? Madame, vous l’ignorez totalement ! Pour effectuer un bon dosage faut-il encore connaitre l’ensemble des modifications du produit.

Or, vous l’ignorez totalement, d’un autre côté la majorité des laboratoires effectuant les analyses de sangs, n’ont pas de points de repères sur lesquels pouvoir s’appuyer.

Face aux critiques des patients qui accusent les autorités sanitaires d' »indifférence coupable », la ministre a dit qu’elle avait reçu vendredi les associations et l’actrice Annie Duperey, qui avait fortement critiqué la réaction du gouvernement. Voici la plainte collective pour ceux qui veulent la porter ! Sources L’Association des malades de la thyroïde et des conséquences de la modification du Levothyrox. Fin de sources.

« J’ai trouvé le temps pour voir toutes les associations malgré la crise » provoquée par l’ouragan Irma, a expliqué la ministre. Des patients de l’Association française des malades de la thyroïde AFMT ont annoncé leur intention de porter plainte contre les autorités sanitaires et le laboratoire Merck Serono. Une urgence sanitaire, assurent les patients mécontents de la nouvelle formule, qui rejettent les discours rassurants des autorités de santé et souhaitent que l’ancienne formule soit mise à disposition.

Le ministère et le laboratoire ont exclu cette hypothèse.

La France est le premier pays où la nouvelle formule a été introduite mais selon Merck Serono, des procédures d’homologation sont en cours ailleurs. Faux Il ne suffit pas de faire passer des allégations pour des réalités, vous responsables les Laboratoires Merck Serano mettez vos dires sur la place publique et non dans des boites. Vous êtes complices, responsables, non coupables ? Non seulement l’aspect extérieur a changé, mais ce qui reste bien plus grave, pouvant entrainer des conséquences vitales. Vous ne démontrez rien du tout, bien au contraire vous avancez des propos autant de mensonges, que les politiques qui font tantôt un pas dans un sens, tantôt dans l’autre.

Des patients prenant du Levothyrox, ce médicament pour la thyroïde, montent au créneau. Une plainte contre X va être déposée pour « non-assistance à personne en danger« , « tromperie sur les qualités substantielles du produit », « mise en danger de la vie d’autrui » et « atteinte à l’intégrité de la personne », jeudi 14 septembre. Elle va être déposée par une cinquantaine de personnes en lien avec l’Association française des malades de la thyroïde AFMT, a confirmé à France info Marie-Odile Bertella-Geffroy, qui défend des plaignants. Marie-Odile Bertella-Geffroy : « En encadrant les lobbys, des catastrophes auraient été évitées » Vous avez tous les éléments pour la contacter. Il est possible de vous aider. Il manque des magistrats et avocats de sa trempe.

Les engagements pris, par mes soins tout comme les résultats sur la psychose ou pas du Levothyrox seront scrupuleusement respectés. Affaires à suivent !

Les sources figurent dans l’article y compris le travail du Panda !

 

Le Panda

Patrick Juan

 

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

Scandales : Pour Ou Contre la P M A

L’enfant d’un autre une richesse, une fausse pauvreté bien commue Le Panda

Le souvenir de mon vieux est l’amour le plus puissant que l’on porte à la vie de son enfant et aux autres Le Panda  

Ecrits qui font l’objet d’un vécu réel, en ma qualité de Panda j’ai toujours fait passer l’avenir de l’enfant avant celui des adultes. Une force de vie qui décuple, mes capacités et parfois m’a permis de retourner en leurs faveurs des situations inadmissibles. Allant en quatre circonstances à sauver leur vie. Par respect je tairai leur identité, mais ils vivent. En premier divers témoignages qui peuvent sembler poignant, que nenni, les plus grands scandales du siècle. Un leurre le mot est faible : la liberté de la femme, de l’homme semble en apparence un acquit ce sont ni plus ni moins que l’assassinat des enfants à venir pour strictement la modification des mœurs qui nous noient. Le pour et le contre réel débat de vie.

Le Comité consultatif national d’éthique CCNE a rendu, mardi 27 juin, un avis très attendu à propos de l’ouverture de la procréation médicalement assistée PMA à toutes les femmes. La PMA, qui désigne l’ensemble des techniques médicales destinées à aider les couples infertiles à avoir un enfant, telles que la fécondation in vitro ou le don de sperme, est aujourd’hui interdite en France aux mères célibataires et aux couples lesbiens. Dans son avis, le CCNE s’est prononcé en faveur de l’ouverture de la PMA à toutes les femmes, quelle que soit leur situation personnelle. Il estime que cette assistance « peut se concevoir pour pallier une souffrance induite par une infécondité résultant d’orientations personnelles ». Anne-Laure, Julie et Albane, ainsi qu’Isabelle n’ont pas attendu que la législation évolue en France pour faire des enfants. Leur désir d’être mère, leur parcours d’embûches, les joies qui ont suivi.

Anne-Laure, partie seule en Espagne

De l’endométriose, trois échecs de fécondation in vitro en France. Un divorce, un désir d’enfant à gérer en célibataire, les années qui passent : voilà qui pousse Anne-Laure, 37 ans. À l’aventure de la PMA, seule et à l’étranger. « Après ma rupture, je me suis dit que si je voulais un enfant, il fallait que je retrouve un mec, que la relation soit suffisamment sérieuse pour qu’on aborde le sujet et que je lui impose ce parcours de PMA. Je n’avais pas envie de me mettre la pression. Cette envie d’enfant, c’était mon envie. Pressée à cause de mon âge ».

Temps de réflexion, elle saute le pas de la maternité en célibataire. Décision difficile, payante : depuis quatre mois, Anne-Laure est maman d’une petite Pauline. Y parvenir, Anne-Laure se plonge sur internet. « J’ai tapé « avoir un enfant toute seule, sur Google ». Forums articles de magazines féminins, elle « découvre un monde », ubuesques, témoignages. Un spécialiste de la reproduction l’aide à déterminer le pays. Les taux de réussite, établissements de santé, l’identité du donneur. Choisit l’Espagne pour une FIV avec don de sperme. Pays qui lui apparaissait le plus expérimenté. Le taux de réussite semblait le plus haut.

Anne-Laure

Elle appelle la clinique IVI Barcelone, spécialisée médecine de la reproduction. Deux mois plus tard, elle, en solo, un premier rendez-vous de trois heures. « Tout est prévu pour la clientèle étrangère. Reçue par un médecin français, pratique quand on n’est pas anglophone. J’avais tous mes examens. J’ai signé pas mal de papiers je donnais accord. Tout s’est enclenché. »

Anne-Laure débute la stimulation ovarienne. Acheter le produit à s’injecter tous les jours, payer les prises de sang, les échographies de suivi, les billets d’avion, la chambre d’hôtel. Elle débourse 8 000 euros, dont 1 500 de produits, somme qu’elle réunit par la vente de son appartement. «Je suis tombée sur une pharmacienne qui a accepté de me donner les produits alors que je ne pouvais pas encore payer » « Moi, j’ai pu payer, mais je pense à toutes ces femmes qui se retrouvent dans un désarroi total car elles ne peuvent pas se le permettre »

Décidée « aller jusqu’au bout », tombe enceinte un cycle de stimulation. Ponction d’ovocytes, un transfert : deux embryons. En France sa grossesse suivie, comme n’importe quelle femme. Une fois enceinte, on ne demande pas qui est le père ! Prise dans le système médical français.

Anne-Laure

Quatre mois après son accouchement, Anne-Laure jette un regard apaisé sur son parcours. « J’étais très entourée par mes amis, ma famille. Son employeur facilite quand j’ai dû partir 10 jours. Je ne me suis jamais sentie aussi forte ». Les interrogations: « Ce n’est pas normal de devoir se tourner vers l’étranger. Pourquoi les couples auraient le droit et pas les personnes seules ? En France, on est en retard. Horrible de se retrouver avec cette envie d’enfant, réalisé que c’est trop tard. Quand on a ce désir, on fait tout pour trouver une solution. »

Julie et Albane, un bébé en Belgique

Elles se marient, pas de faire un bébé. Julie, 29 ans, Albane, 42 ans. « Commence à en parler assez tôt, au bout de trois ans » de relation. « On n’était peut-être pas tout à fait prêtes à ce moment-là, les longs délais d’attente nous laissaient le temps de nous préparer », raconte Julie. 2014, le couple, vit à Lyon, contacte un hôpital public de Bruxelles, qui leur annonce « 12 à 18 mois d’attente ». Leur dossier complété envoyé, Julie et Albane. Fin 2015, nous avons reçu un mail dans lequel on nous demandait d’abord si notre projet était toujours d’actualité.

Les premiers allers-retours belges. « Quatre rendez-vous, des gynécologues des psychologues, avant de savoir si l’hôpital acceptait notre dossier ». En Belgique, le couple de lesbiennes suit le processus des couples hétérosexuels infertiles. « Plutôt rassurant encourageant, pousse à se poser des questions ». Leur dossier progresse, Julie, portera l’enfant, doit également être suivie en France. Elle se tourne spontanément vers sa gynécologue, qui lui dit « tout de suite qu’elle désapprouve que les couples homos fassent des enfants », déplore la jeune femme.

Je me suis vraiment sentie hors-la-loi, criminelle : Julie

Le médecin traitant du couple oriente Julie et Albane vers une autre spécialiste. « Elle était d’accord pour me suivre, ne prenant pas la carte vitale ‘pas de remboursement’. » En cause : une circulaire de 2013, qui rappelle les sanctions encourues par les médecins qui aident les couples homosexuels à avoir des enfants, et abrogée depuis. Espérer un remboursement de la Sécurité sociale, sans exposer le médecin spécialiste, un casse-tête. « Elle m’a prescrit les examens de fertilité, le suivi de l’ovulation exemple, n’était pas remboursé » Julie. « Il est tout de même arrivé qu’elle me donne certains médicaments qu’elle ne pouvait prescrire ». Le médecin traitant, se sait « moins surveillé que les gynécos », prend le relais prescrit certains actes. 

Julie mise sur l’alignement des planètes planning souple. « Repérer le moment de l’ovulation, s’assurer que l’hôpital ait bien reçu les paillettes de sperme. Prendre immédiatement le train », qui se sait « chanceuse » d’avoir un patron compréhensif un métier qui lui permet ces quelques journées d’absence. Quand ces éléments sont réunis, des événements plus grands que le désir d’enfant du couple. En 2016, « j’étais dans le train, impatiente d’aller à Bruxelles pour la première tentative d’insémination, quand les attentats ont frappé, dans le métro à l’aéroport. Mon train s’est arrêté à Lille, j’étais prête à louer une voiture pour poursuivre ma route, mais l’hôpital m’a dit que c’était inutile, ils recevaient trop de blessés ». Système un peu hypocrite, une fois l’insémination faite en Belgique, tout se passe ici, comme n’importe quelle grossesse.

Julie

Julie et Albane tentent trois vrais essais. Chacun coût moyen 800 euros, avec les billets de train. Pour ça qu’on a choisi la Belgique un hôpital public ». Le troisième fonctionne. Grossesse suivie par un maïeuticien, en France, une petite fille est née, en France, le 13 mars 2017.

« La PMA ouverte à toutes les femmes, serait plus facile pratique », pour trouver des médecins pour notre entourage. « Nous donnerait une légitimité ». Le mariage pour tous, favorise les couples homos, montre que c’est parfaitement normal. Si la PMA leur est ouverte en France, Julie et Albane feront peut-être un second enfant, recommencé de la même façon le stress, l’attentat de Bruxelles. Etape, indispensable, « le mariage, dans les prochains jours, pour qu’Albane adopte notre bébé ». Julie Albane les plus heureuses du monde.

Isabelle et son mari, un don d’ovocytes en Grèce

« Ça faisait longtemps que j’avais envie d’avoir un enfant mais pas envie de faire un bébé toute seule ». Isabelle Kerrien. A 39 ans, elle rencontre celui qui deviendra son mari. En 2006, la jeune mariée décide d’arrêter la pilule contraceptive : « J’étais sûre que ça allait vite arriver. » Après plusieurs essais une batterie de tests médicaux, le verdict tombe : Isabelle est atteinte de ménopause précoce. Elle enchaîne les traitements hormonaux, sans succès.« Dans la salle d’attente du médecin, alors que je me disais que j’allais abandonner, je suis tombée totalement par hasard sur un article du Point, à propos du don d’ovocytes. La toute première fois que j’en entendais parler. » Le gynécologue explique qu’il reste que deux options : l’adoption ou le don d’ovocytes. Isabelle et son mari rentrent chez eux, ils épluchent des sites web pour se renseigner sur cette pratique, méconnue dans l’Hexagone. « J’aurais fait une PMA en France, vu les délais, trop vieille. Une de mes amies a attendu sept ans pour que sa aboutisse !

Isabelle

A 39 ans, elle ne peut attendre. Le dispositif nécessite en effet des donneuses loin d’être assez nombreuses en France : rémunération. Multiples conditions doivent être réunies pour donner ses ovocytes, « probablement pour éviter l’effet catalogue marchandisation reproché aux Etats-Unis ». En 2014, elles étaient ainsi 500 donneuses pour près de 1 000 demandes en France. Isabelle son mari décident, par l’association L’Enfant de l’espoir, en Grèce, « toutes les démarches sont simples plus rapides ». Essai de fécondation in vitro en 2008, à Thessalonique « La clinique était très bien, les infirmières adorables et rassurantes ». Elle rentre en France, perd le bébé après trois mois. Très dur. On a continué. 2010, trois essais, 15 000 euros de frais médicaux, billets d’avion chambres d’hôtel, le couple fait une dernière tentative. Cette fois, deux embryons sont accrochés. Les jumelles Emilie et Caroline ont aujourd’hui 6 ans et demi. Pour Isabelle, la différence entre la PMA en France ou en Grèce dans le regard de la société sur la pratique. En France, La Manif pour tous a diabolisé la PMA. ‘Un bébé à tout prix’. Grèce, pays religieux, donner ses ovocytes, donner son sang ses organes. C’est altruiste tout simplement.

Isabelle

Depuis la naissance des jumelles, le couple s’engage pour faire connaître cette option et témoigne pour rassurer les futurs parents. Pour Isabelle, même si ces démarches sont « un parcours du combattant, un raz-de-marée émotionnel », il faut être persévérant. « Quand je regarde nos filles, c’est comme si toutes ces difficultés n’avaient jamais exister », conclut-elle.

Autres visions et concepts

Directement concernée, la première génération d’enfants issus de don de gamète anonyme estime avoir voix au chapitre. Le débat sur la PMA pour toutes les femmes ne pourra pas faire l’économie de la question sur l’accès aux origines. Depuis le milieu des années 2000, la première génération d’enfants issus de don de gamète anonyme cherche à se faire entendre. Directement concernés par le débat sur la PMA, une technique de procréation dont ils sont issus, ils estiment avoir voix au chapitre.

Témoignages PMA : le malaise d’enfants nés d’un don

La première génération d’enfants issus du don de gamète anonyme veut faire entendre sa voix.

«Nous sommes une génération d’abandonnés, orphelins de nos origines». À l’heure où la procréation médicalement assistée revient sur le devant de la scène médiatique. La première génération d’enfants issus d’un don de gamète anonyme veut faire entendre sa voix. «Nous avons un recul de plus de 40 ans sur ces techniques. L’ouverture de l’assistance médicale à la procréation implique au préalable le devoir impérieux de prendre en compte notre expérience, celle des parents et des donneurs», scandent les membres de l’association Procréation médicalement anonyme PMA qui militent pour l’accès aux origines. Débat complexe, où se font entendre des partisans de l’anonymat. «À 12 ans, j’ai commencé à avoir des doutes. J’avais du mal à trouver les ressemblances avec mon père. Lors d’une promenade au bord de l’eau, il m’a confié qu’il n’était pas la personne qui m’avait fait. J’ai sauté dans ses bras. Choc,soulagement. Avant j’imaginais un viol, une adoption», confie Clément Roussial. Âgé de 23 ans, il étudie le droit des libertés fondamentales, «influencé par mon histoire personnelle, motivé par une sensation d’injustice», reconnaît cet homme né grâce à une insémination artificielle avec donneur anonyme. «À l’époque, cette révélation n’a pas changé nos relations. Un père, c’est celui qui se lève pour vous tous les matins, celui qui vous apprend à pêcher», explique Clément, avant d’évoquer la face plus sombre de son histoire, à l’adolescence. «Je me suis mis à la recherche de mes origines. Je me suis trop accroché à la génétique. J’ai eu l’impression que l’on m’avait fait signer un contrat sans que je le sache. Je suis allé voir un psychologue, un médecin du Cecos où j’avais été conçu. Il m’a fait miroiter mon dossier, je savais qu’il ne me le donnerait pas alors qu’il risquait une sanction pénale», dixit Clément. Savoir qu’un Cecos détient le secret de vos origines génétiques, que cette identité existe, qu’elle vous est interdite, une «forme de torture psychologique», «la partie de l’histoire impossible à accepter» Penser aux enfants nés d’un don membres de l’association. Ce principe que ces derniers veulent voir nuancer. «Nous plaidons pour la reconnaissance du droit à la connaissance de leurs origines pour les enfants, à leur majorité avec l’accord du donneur», dit Audrey Gauvin, sa présidente.

«Un sentiment d’injustice»

«Connaissance de son histoire, généralement, on considère que c’est un droit. Question de dignité. Pour moi, le législateur en a décidé», reprend Thibault, 23 ans, étudiant à Sciences Po Paris. La loi interdit même de donner accès à des données non-identifiantes, au dossier médical du donneur si je découvre que j’ai une maladie. Pour moi, faire de la prévention, impossible», dit ce fils unique, qui a appris «presque au berceau» qu’il était né à la suite d’une insémination artificielle avec donneur. «Nous sommes envahis par un grand sentiment d’injustice, d’humiliation. Tout nous renvoie à ce manque: la visite chez le médecin où l’on vous demande des informations médicales sur vos parents. Une remarque anodine sur votre ressemblance avec untel. Il n’y a pas de limite à l’imagination, au fantasme, c’est épuisant», renchérit Clément. Quand vient l’amour, la question refait surface. «Je n’ai pas envie de transmettre cette part d’inconnu à mes enfants». Thibault, pour sa part, n’a pas entrepris de démarche pour ses origines. Le passage à l’âge adulte, ce secret lui pèse de plus en plus. «Les deux interrogations qui me hantent sont celles du visage de ce père géniteur, celle de sa motivation à donner la vie. Souffrance profonde, existentielle. Je ne sais pas si le donneur qui a permis mon existence est vivant ou mort.» L’association PMA rassemble également des donneurs qui se lancent peu à peu dans le combat. Le cas d’Alain Tréboul qui a donné son sperme dès 1974 dans le cadre d’une vasectomie. «À l’origine, j’ai dit oui pour aider des couples. J’entends le témoignage des enfants qui se posent ces questions, je me dis que, si ça se trouve, ils souffrent de ne pas me rencontrer, je serais prêt à le faire, je ne serai jamais leur père, si j’ai déjà une famille, dixit ce grand-père de sept petits-enfants. Je ne vois pas pourquoi je ne leur donnerais pas une photo. Suis pas curieux, c’est l’interdit qui est pénible.»

Un article difficile à écrire, autant il réveille de souvenirs, d’un temps pas si lointain et mon cœur sourd tout comme mes doigts en l’écrivant. A mes enfants, ma famille dans sa globalité, merci pour toutes vos richesses que vous m’offrez chaque jour.

 

Le Panda

 

Patrick Juan

 

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

Me Présenter aux Européennes

Les gagnants sont sur des sièges éjectables permanents si la victoire est là Le Panda

Un œuf entre à l’Assemblée, un bœuf non, même s’ils sont volé tous deux les sièges sont petits Le Panda

Monsieur le président de la République, vous avez été élu par défaut et non par la majorité de la France. Un profond respect pour la fonction présidentielle, Monsieur Emmanuel Macron je ne vous aime pas. Reconnaitre que vous êtes comme aurait dit Coluche un génie qui lave plus blanc que blanc puis sans lessive. 8,6 millions de voix, soit 24,01 % des suffrages. Voilà ce qu’a pesé Emmanuel Macron. Propulser au second tour de cette folle élection présidentielle, à en croire les sondages, les portes de l’Élysée, sont ouvertes.

Le FN plus France Insoumise représentent à eux deux plus de 18 millions d’électeurs en France compteront de 1 à 10 sièges. Grand scandale depuis 1968, la France sortait d’une grande révolte. 50% des électeurs en France, inadmissible ajoutant les Républicains bérézina.

Évident que tout un chacun le doigt sur la couture, ne veulent perdre leur casse-croûte durant au moins 5 ans, fonction de vos engagements. Laminés, écrasés, battus, et les autres mots sont faibles. Les affaires : Cahuzac ont servi, pas au 1er tour le ministre Ferrand ; tout va dépendre de la mobilisation du second tour, la France a perdu une bataille pas la guerre !

Les espoirs réellement plus que faibles ils sont étouffés y compris financièrement. Vous avez violée et le mot est vain avec l’ensemble de complices la Constitution de la France. Vous n’avez surtout pas au risque de perdre introduit la proportionnelle, comme vous vous y étiez engagé. Le 4 mai 2017, la vidéo de vos propres termes dans le lien. Il ne faut pas prendre les électeurs de cette nation pour des imbéciles. En vous prenant pour Napoléon vous êtes loin et bien plus bas que ce que représentent les autres partis que vous balayez d’un revers de main. Un balai? Non carrément un aspirateur géant d’ordre financier? En protégeant vos proches, vos lobbies financiers vous êtes le pire de tous les présidents que la France n’ait connu depuis 1958. Emmanuel Macron va obtenir une majorité absolue, il l’a répété à maintes reprises. Il en a besoin pour faire passer ses réformes, par ordonnances notamment les plus difficiles comme celle du Code du travail. Le dernier sondage avant l’élection d’Ipsos/Sopra Steria, publié le 9 juin, créditait La République en marche et son allié, le MoDem, de 31,5% des suffrages, loin devant les autres formations politiques. Les projections en sièges offrent une large majorité au parti d’Emmanuel Macron, avec 397 à 455 sièges, bien au-delà de la majorité absolue (289). Résultat provisoire du 1er tour.

La République en marche Assemblée nationale. Emmanuel Macron et son allié du MoDem ont obtenu, 32,2% des élections législatives. Proche de la dernière enquête d’opinion, devant Les Républicains-UDI (21,5%)le Front national (14%). La France insoumise n’a pas transformé l’essai. son score élevé à la présidentielle (19,58%), Jean-Luc Mélenchon recueille 11%.

Ayant toujours exprimé la conception humaine, vous avez indéniablement des qualités qui flottent. Le plus désolant reste de savoir dans quel état vous allez laisser la nation des droits de l’homme qui vous a apporté autant. Je vous accuse de votre trop grande présence par votre absence du respect humanitaire. Au point de condamner la France pour crimes contre l’humanité et vous tournez en dérision les migrants qui se noient en voulant survivre. Vous, vous trouviez bien La Réunion? puis surtout lorsque l’on ne connait pas, le prix d’un billet avion. Vos diplômes la République vous les avez gagné, et vous qu’avez fait pour la France? Où se trouve la Guyane pardon c’est une île? L’Assemblé antinationale, est à l’antipode de ce que veulent les français, vous avez gagné provisoirement en faisant le score le plus bas d’abstention de toutes les législatives en France.

Être candidat à une élection en France

Conditions et modalités pour se présenter, en tant que candidat, aux différents types d’élections en France. Le candidat doit remettre au Conseil Constitutionnel une déclaration de situation patrimoniale. La constitution d’un compte de campagne doit être déposée dans les deux mois suivant l’élection afin que le Conseil Constitutionnel et la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques en vérifient la régularité.

Être candidat aux élections législatives

Pour se présenter aux élections législatives, le candidat doit remplir plusieurs conditions énumérées dans le Code électoral. France avec pas loin de 7882 candidats, Monsieur Macron c’est une imposture. Il y a inéligibilité dans certains cas, si celui-ci a une fonction de militaire, de préfet, de magistrat, de haut-fonctionnaire, etc. Un ministre n’est pas un haut-fonctionnaire hyper protégé? Vous avez bénéficié de la reculade de Monsieur Hollande.

Être candidat aux élections européennes

Les conditions d’éligibilité aux élections européennes sont identiques à celles applicables aux élections législatives. Néanmoins, la condition de la nationalité française n’est plus un préalable, les ressortissants de l’Union européenne autres que français peuvent se présenter aux élections européennes en France s’ils y résident, ou ont leurs domiciles réels, dans le pays depuis au moins 6 mois. En s’inscrivant sans étiquette, arborant la position de « citoyen libre » qui représente la France dans l’ensemble. Excluant toutes formes de rejets d’ingérence dans le cadre d’un parti. Chacun possède ses chances.

Être candidat aux élections sénatoriales

Il y a plus qu’assez voire les diverse formes de truandages dont nous sommes les victimes conscientes ou pas, tout dépend de quel bord l’on se place. Cela nous coûte bien plus chère financièrement dès la naissance. Même non élu, faire entendre des intimes convictions sur les réalités de la mainmise des lobbies financiers et des médias. Faire le bruit utile pour que le maximum des électeurs puisse comprendre la liberté, la démocratie, la laïcité, le droit au savoir. Lutter réellement contre les privilèges des escrocs nés pour ne pas respecter la loi régalienne. Une campagne électorale c’est une affaire de projet mais aussi d’argent. Et les élections n’échappent pas à la règle. Édition de tracts, organisation de meetings : autant d’actions qui nécessitent d’avoir des fonds en réserve. Le code électoral, fixe un plafond de dépenses à 38 000 €, majoré de 0,15 € par habitant de la circonscription exemple, 15 000 € pour une circonscription de 100 000 habitants.

Le Front national, ainsi que tous les autres partis, mais étant sans étiquette, ils peuvent tous dire « adieu » ils sont tous aussi pratiquement de revoir à la baisse leur système de « kits » vendu par le parti aux candidats comme en témoignent les documents procurés. Déjà mis en place en 2012. A l’époque, ce « kit » s’élevait à 16 650 €. Aujourd’hui le modèle de « base » ne dépasse pas 5 500 €. Il comprend des documents de la campagne officielle 300 €, la conception et l’impression d’un journal de 4 pages de campagnes à 50 000 exemplaires 3 500 €, un site-portail Internet 400 €, une expertise comptable pour 1 300 €. Nul besoin de tout ne cela en ce qui concerne la communication, persuadé d’avoir acquis de par la vie le principal rendement pour tous les citoyens, objet du débat. Il s’agit pour vous d’entretenir l’image d’une Marine Le Pen raciste, d’extrême droite, hostile aux Africains. De quel droit? Nous constatons le pire chiffre de participation aux législatives depuis la création de la Vém République, une honte sur le devoir de vote. Ecoutons d’autres portes : Parler à mon père oublier de vivre en pleines joies élucubrations. Le résultat provisoire va donner peu de triangulaires, cela ne serait pas aussi dramatique, nous pourrions en rire, à l’époque de Philipe Bouvard aux Grosses Têtes. Epoque révolue jamais vulgaire ayant fait partie de ses amis, quelqu’un de bien. Ni gauche, ni droite, En marche fiscale souhaite augmenter la CSG de 1,7 point. Se démarquer d’En marche, François Baroin, des Républicains, critique cette mesure. Contribuables atterrés l’attelage est le système des politiciens français faute d’idées tentent de galvaniser l’électorat décapé par l’impôt « charrue devant les bœufs » nous aimons discuter tatillonner les impôts, nous n’aimons discuter de ce qu’ils financent : Les dépenses publiques. La liberté d’expression, ne changera pas, ce que Monsieur de Talleyrand reçu de la bouche de Napoléon. Depuis des décennies, ayant toujours publié des propos par voie de presse écrite, sur Internet. Le rendez-vous est pour le second tour au 18 juin 2017. Nous devons faire ressaisir la France oui Monsieur le Président. Le tarif à payer pour gouverner : Trop de pouvoirs mène à la dictature, aux pires conflits, une légère mise en garde.

Le Panda

Patrick Juan

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

Macron France des Folies

Certains sont si pauvres qu’ils ne possèdent que de l’argent.

Les folies les plus grandes sont les proches qui font amasser leurs familles en les oubliant. Le Panda

Nous assistons à divers jeux d’enfants. Tels que cache-cache, aux gendarmes et aux voleurs etc. La liste des candidats aux législatives se croisent comme à Toucher-Couler. Rien en l’instant n’est bouclé, on ne peut faire boire un âne qui n’a pas soif. Les postes de Ministres filent comme des cheveux d’ange, alors celui de 1er Ministre, le jeu de la Caverne d’Ali Baba.

Le sésame va finir ou pas par s’ouvrir? Emmanuel Macron difficile de percevoir ses finalités qui se confondent peut-être avec ses souffrances qui remontent à bien des temps.

La France n’est pas les USA, alors en regardant de plus proches, Macron procède au plus juste comme un miroir toutes les attitudes d’Obama. Regardons la France, ce que nous sommes et commençons par là. Ouvrons les yeux, les oreilles, l’ensemble de nos sens avant qu’il ne soit trop tard. Y compris la main sur le cœur au moment de la Marseillaise, sa famille face à la foule.

Les premiers nommés par en Marche, ne sont pas en place affirmative que les sondeurs nous saoulent nous enfument. Leurs 577 représentants ne sont pas listés. Ils trafiquent en débauche d’énergie. Ils prévoient 29% pour le camp du Président, 20% LR et FN à égalité, 14% FI 5% PS.

Tous les pouvoirs entre les mêmes mains, la France en folies. Dixit Mitterrand. Il les a eus, certains vivent la mort du PS. Alain Jupé 1er Ministre? Bayrou veut Matignon, et 60 députés?

Une toute petite part de nous :

La vision dans des moments de sagesse, font constater que la naissance du French-Cancan, dans une douce histoire et parfois violente. Le french-cancan était à l’honneur à la cérémonie d’ouverture de L’Euro 2016, comme un hymne national.

Croire que Manuel Valls est écarté des enjeux politiques à venir? Duperies politicardes. Aucun candidat contre lui donc à ne pas en douter il sera élu là, où il se présente. Le PS une façade moribonde similaire aux 5 années passées. Moralité La République en Marche une photocopie de 2012? Victoire loin d’être à la hauteur d’un verdict provisoire de sanctions sous-entendues.

Il ne faut pas oublier les réalisations de Toulouse Lautrec, s’inspirant de ses passions. Ses toiles et bien plus. Toulouse Lautrec fait de La Goulue la coqueluche des folles nuits parisiennes. Tels les reports du célèbre peintre mixant ses prouesses amoureuses avec les arts de la vie parisienne.

Elle devient un des sujets favoris de Toulouse-Lautrec, il l’immortalise dans ses portraits et les affiches pour le Moulin Rouge, au côté de Valentin le Désossé. Nous assistons à la naissance des majorités de talents que l’on peut voir dans la majorité des musées de l’hexagone, y compris de nos jours. Cela démontre que toutes formes d’arts, ne connaissent point de frontière.

Nous avons plus que le sentiment d’assister à des coups de colère et au constat indéniable que la valeur n’attend pas le nombre des années. En regardant les faits et réalités de ce que la France vient de connaitre, nous sommes dans une majorité presque ou plus que perdue.

Le nouveau président de la République est entré dans la cour du Louvre et a marché pendant de longues minutes, au rythme de l’« Hymne à la Joie » de Beethoven, qui est l’hymne européen, pour rejoindre la tribune avant de s’exprimer.

Il suffit simplement de remonter un tant soit peu l’histoire de la Ve République.

Son discours est à l’expression de ce que vit la France, ayant déjà exprimé un sentiment qui est aussi profond dans un sens inverse que ses moments de gloire.

Ce qui nous attend :

Nous constatons le déchirement de la nation et de la majorité du peuple de France, les électeurs à plus de 61% ne souhaitent pas accorder à son Gouvernement « La Majorité Absolue» Elu à la présidence de la République.

Au second tour de l’élection présidentielle selon une estimation Ipsos/Sopra Steria, Emmanuel Macron a réussi son pari. Il va peut-être au-devant de déconvenues : un sondage Ipsos/Sopra Steria* publié au soir de sa victoire : 61% des Français ne souhaitent pas que le leader d’En marche ! Devenu En Marche La République. Les sondés souhaitent qu’il dispose d’une majorité à l’Assemblée nationale à 52%, à peu de semaines du premier tour des élections législatives.

Il subsiste comme divers vents de folies ou la bourrasque frappe en l’instant les rivages de tous les partis. Certains vont jusqu’à déclamer haut et fort que le PS est mort dans sa structure actuelle. Les autres faits qui en découlent :

La victoire d’Emmanuel Macron à l’élection présidentielle, le débat continue sur les législatives des 11 et 18 juin et notamment le choix des candidats En marche !

Benoît Hamon va lancer son mouvement. « Le 1er juillet, je lancerai un mouvement large qui s’adressera aux hommes et femmes de gauche, a annoncé l’ancien candidat socialiste à l’élection présidentielle. Un mouvement qui sera Trans partisan. Il a par ailleurs confirmé être « dans l’opposition » face au futur gouvernement d’Emmanuel Macron.

Manuel Valls refusée? Il votera les dispositions du camp présidentiel : En marche ! Jean-Paul Delevoye, président de la commission d’investiture d’En marche ! Aux législatives, indique qu' »à ce jour, il n’est pas dans les critères d’acception de sa demande d’investiture. Il n’est pas forcément opportun pour le mouvement En marche ! D’intégrer cette candidature, ni de la combattre. Illustrations à diverses facettes, il sera redevable! La preuve Valls dit : Merci

Jean-Luc Mélenchon, candidat aux législatives. « à Marseille » « Je vais combattre » Emmanuel Macron,. Avant d’admettre: « Oui, je suis parachuté. Je suis partout chez moi. La France, c’est mon pays ». Il était arrivé en tête à Marseille (Bouches-du-Rhône) Motif invoqué « la politique » au 1er tour de la présidentielle, Mélenchon arrivait devant Marine Le Pen.

Le « duel » Macron – Le Pen ne fut qu’un simulacre, loin de là, et les escarmouches verbeuses seront bien vite oubliés. Le nerf de la guerre c’est l’argent, et l’État français n’en a pas assez, il lui en faut toujours avec les promesses de baisses d’impôts. La solution, beaucoup plus sophistiquée, d’Emmanuel Macron repose sur une fabrication de monnaie délocalisée à la Banque centrale européenne avec le consentement tacite de l’Allemagne. L’impôt à payer est la rémunération nulle de l’épargne.

Marine Le Pen préfère l’impôt-inflation qui lessive tout le monde. Emmanuel Macron préfère essorer la classe moyenne qui met de l’argent de côté. Ses amis banquiers et grands industriels, proches de la source du crédit infini et gratuit, s’en tirent avantageusement. Dans les deux cas, la création monétaire, qu’elle soit nationale ou européenne, n’enrichit personne ou seulement une infime couche de la population, ne pousse pas les entreprises à investir et à embaucher. Ni Le Pen ni Macron n’ont de solutions sur ces sujets, ils n’ont que des promesses de plus de subventions. Le spectacle peut continuer, car la Banque centrale européenne fait « tout ce qu’il faut » pour cela.

Mario Draghi a soutenu la dette française en avril, rachetant plus d’obligations françaises et italiennes et dérogeant à sa clé de répartition classique. En effet, lorsque la BCE se livre à de tels achats, elle doit respecter une proportion équivalente à la taille de tous les pays. Si Mario Draghi veut acheter une pincée de dette espagnole, il doit acheter une cuillerée de dette italienne, une louche de dette française et une soupière de dette allemande.

Dixit : Reuters, en avril, la BCE a dérogé à sa recette de cuisine monétaire et a forcé la dose sur les dettes italiennes et françaises. Constat, l’écart de taux d’emprunt entre la France et l’Allemagne s’est resserré alors qu’il commençait à se creuser dangereusement.

Le résultat du second tour de la présidentielle 2017 signifiera plus de tout cela, les taux devraient rester bas au moins jusqu’en 2018. Fin programmée du programme de rachats de la BCE et le rendement net de votre épargne financière rester négatif ou nul. Le moyen de retrouver un peu de rendement consiste à voir du côté des monnaies étrangères.

La Fed américaine ne rachète plus d’obligations américaines et a commencé à relever ses taux directeurs. Cette semaine, elle a confirmé qu’elle les maintenait dans la fourchette 0,75% – 1%. Malgré une création monétaire sans précédent historique, la croissance américaine s’est affichée à 0,7% seulement, rythme jugé par la Fed décevant mais transitoire. La Banque centrale américaine a indiqué qu’elle préférerait à l’avenir revendre une partie de ses obligations en stock plutôt que de relever son taux directeur ce qui renchérit le crédit.

Pour nous, épargnants, la quête du rendement se complique et devient de plus en plus délicate. Vous n’imaginiez pas que les banques centrales œuvraient pour notre bien. À un niveau supra-civilisationnel, le politique n’a rien à proposer.

Nouveau, le fossé entre les aspirations et le vécu. Le regard pessimiste porté sur l’avenir génère frustration et colère. La vie n’est pas ce qu’elle devrait être. Elle n’est pas conforme à l’imaginaire pour une partie significative de la population. Il y a un demi-siècle l’avenir était regardé tel un espoir de vie meilleure, il est de nos jours source d’incertitude et de hantise.

L’exploitation politique de cette frustration peut évidemment être fructueuse électoralement. Le politique ne peut presque rien pour les individus qui ne parviennent pas à s’adapter à une réalité planétaire nouvelle : la constitution d’une intelligence collective mondiale.

Les technologies de l’information permettent, en ce moment une créativité de tous les instants conduisant à des évolutions ultra-rapides. Cette trajectoire n’est pas décidable politiquement, comme toutes les évolutions fondamentales de l’humanité.

Elle peut rencontrer des facteurs politiques inertiels ou réactionnaires mais elle ne sera pas stoppée car elle construit l’avenir de l’espèce humaine sur la recherche, la connaissance, l’intelligence, c’est-à-dire sur ce qui singularise Homo sapiens.

Le politique ne peut rien proposer à ce niveau supra-civilisationnel, les religions non plus puisqu’elles ne sont qu’une création humaine ancestrale. L’islamisme radical représente la contestation la plus violente et le plus archaïsante de cette nouvelle étape de notre histoire. Les populismes occidentaux sont les signaux faibles de cette même contestation. Ils représentent le monde d’hier, celui qui disparaît sous nos yeux.

Les solutions seront bien plus complexes à trouver, que géo trouve tout. Il en ressort les mêmes conceptions des vies de Van Gogh et de Gauguin, les beuveries, les sauvetages de l’homme à l’oreille coupée. Il nous suffit de constater le désespoir certains espaces de vies.

Il semble ressortir que lorsque les moments semblaient au plus calme, c’est à partir de ces instants que se créèrent les plus grands conflits. Ces faits ne se passèrent pas seulement en France. Ils touchèrent les fruits de la jeunesse et dans la majorité des cas il fallut plus ou moins plus d’un siècle pour remonter les pentes. De la peut naitre « la symphonie du nouveau monde »

Nous traversons une époque de folies, comme en comparant un chef d’o euvre au « boléro de Ravel » Tout comme les autres génies, Verdi avait compris la souffrance des esclaves.

Le principal des actes reste malgré sa popularité de ne pas finir comme Carmen l’opéra le plus joué au monde depuis sa création par Bizet. Tout un chacun voudrait être, quelques instants, Alexandre le Grand, mais personne ne souhaiterai finir comme Icare.

Le Panda

Patrick Juan

 

 

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

J’accuse un monde pharmaceutique, des politiques, des praticiens !

IRENE-FRACHON-PNEUMOLOGUE-UNE-FEMME-DE-VALEUREnquête judiciaire Tronquée ? 

Le Médiator : les oublis ?

La prévention un rôle primordial, faites votre choix !

Dangers de certains médicaments, une réalité, des poisons !! Elise Lucet, axe partiellement ce jeudi sur France2 sur une partie infime, de divers sujets traités ici.

Nous perdons, une bonne part de notre Q.I. Cela tient à divers paramètres. Constat dès la conception du fœtus. Notre mode vie, réduit avec des inflexions via : l’hypothalamus, le cortex, la thyroïde, etc. Notre style de vie au quotidien nous démuni, sur diverses étapes. Produits dans nos maisons dangereuses. Conséquences, exemples découlant, des produits de ménage.

Les pertes de mémoires, d’autonomies, etc. Pas de petites voire de grandes drogues. Une latence, des responsables, de tous types. Sur le terrain, réalisant films et autres. Refuser de nous tenir informé, c’est cautionner indirectement ou pas ce qui se passe. Débattons de ces sujets. Rien n’est tout gris, blanc ou noire. Certaines menaces, dangers, l’attestent ! Décrochage scolaire de la maternelle à la terminale une évidence. Manque d’informations sur les sujets traités. Raréfiés les interventions de l’Etat en plus de 30 années. Donc peu de moyens d’agir, les faits cités, des causes d’où découlent nos sociétés !        

Première partie : Départ de diverses enquêtes journalistiques d’investigations.

Sujet ayant fait couler bien de larmes et de décès. Nombreux, en pâtissent encore. Il y a bien plus grave. Voyons étapes par étapes. Chacun face à ses responsabilités, plutôt que d’être persuadé que notre justice ; leur fasse rendre de vrais comptes.

Parution, et suite, dû aux faits que des médias certains dans leurs seuls intérêts nous enfument. De surcroit, mes échanges écrits, avec Irène Frachon, nos entretiens téléphoniques etc. Apportent bien plus ! Pratiquement aucun service public audiovisuel osent en parler.

Divers marasmes, contre notre santé. Les responsabilités du monde politico-financier. Ils fraudent presque à la perfection. Affaires, qui me font penser à : Denis Robert.

Le journalisme d’investigation, ne peut se traiter facilement. Raisons multiples, diverses. Il y a va de notre survie. L’Etat, divers gouvernements, de tous bords en France, Europe ont droit de vie et de mort, quand ils le veulent. Evitons ces faits. Les questions nous, nous, devons de les poser. Laisser cela en l’état, un leurre puissance, bilions, qui contaminent qui?

Toutes espèces vivantes, sans exclure ce que nous mettons dans nos assiettes, d’où que cela provienne.

Enquêtes, qui circulent, démontrent ou pas, que l’Etat n’a pas fait ce qu’il devait. Nous sommes en droit de poser des questions. Un scandale égal, à celui du SIDA. Ou chacun est coupable, mais personne n’est responsable! Laurent Fabius et consorts.

Président actuel du Conseil Constitutionnel de la France  ! Nommé par Monsieur François Hollande président de la République !

Donnant des milliers de conférences de par le monde : voici un Articles Tournées.pdf. Presse internationale. Réalisation de films, vous avez la possibilité, de demander à les voir. 

Sujets : Les scellés révèlent des surprises. Dont il ne fallait parler : notamment que l’enquête judiciaire ouverte le 13 décembre 2010 concernant le Mediator a été faite dans un but : dédouaner les autorités sanitaires et politiques. Mettre la responsabilité : Sur le seul laboratoire Servier. Certains produits ne comportent pas un répétitif de lien. Car ils sont déjà, dans les mêmes produits poisons, plus haut ou plus bas.

L’entreprise fondée en 1954 par Jacques Servier, pharmacien à Orléans. À commencer par le maintien sur le marché ; pendant trente-trois années du Médiator. Un médicament inefficace, dangereux. L’entreprise cultive le secret. Ne publie pas ses comptes. Dispose d’un portefeuille de médicaments discutables. A obtenue pour chacun un taux de remboursement à faire pâlir.

Responsabilité partagée ; entre l’État et le laboratoire, n’atténue en rien celle de ce dernier reconnue par la justice. La cour d’appel de Versailles a entériné en juillet dernier la défectuosité du Mediator et a condamné le laboratoire à indemniser les victimes. Le fond avoir mené une instruction aussi grossière. Rien ou presque n’a changé : dans le système sanitaire de la justice. Un de plus: La Dépakine, cet antiépileptique, provoque des malformations du fœtus chez la femme enceinte. L’enquête préliminaire : a été ouverte, en septembre 2015, suivie d’une information judiciaire, bien d’un an plus tard.

Dix-sept mois écoulés, aucune perquisition menée. Les enquêteurs se contentent des pièces, transmissent par Sanofi et l’ANSM. Les contextes des médicaments en France, du Médiator et Cie. Le président de l’Ordre des Médecins, est en même temps actionnaire avec d’autres. Loin de rendre justice aux victimes. Les riches, les prennent pour cobayes, dans le monde des produits pharmaceutiques.

Irène Frachon invitée, de Bourdin, il pose les questions, avec son professionnalisme.

Un entretien d’une puissance incroyable. L’indépendance de la France ne tient pas la route. Face à l’Europe, cela génère des milliards de profits. Pour des gens sans scrupule.

Plateau, de BFMTV, questions/réponses, surprises. Effets: des médicaments en France.

Des millions de morts, en France, dans le monde. Les indemnités versées aux victimes de ces affabulateurs. Des spécialistes, refusent de prescrire à leurs patients, les nouveaux produits.

Des événements que nous avons réellement approchés. Le principal actionnaire, sponsor du Conseil de l’Ordre des Médecins. Les Laboratoires Servier. À l’appui les fourberies, le mot est faible de ce laboratoire et ses filiales. Profiteurs avec complices des souffrances de ses victimes.

« Effets secondaires » « Le scandale français ». Enquête inédite co-écrite par l’avocat Antoine Béguin, le médecin Irène Frachon, le journaliste Jean-Charle Brisard. L’ouvrage se veut neutre, factuel, dénonce sans complaisance. L’impuissance des pouvoirs publics, face au lobby pharmaceutique, les conflits d’intérêts, des agences, des experts, des médecins qui ont à évaluer les médicaments mis sur le marché français.

Un médecin, un avocat, un journaliste. Qu’est-ce qui vous rassemble?

Irène Frachon : « Ce qui nous rassemble : Antoine Béguin, que je connais depuis longtemps. Qui est l’avocat d’une association de victimes, que j’ai contacté au départ de l’affaire Médiator. Il a remporté des victoires majeures sur GFK dans le cas de traitements de Parkinson, qui rendaient accro au sexe et au jeu. J’ai découvert par son intermédiaire que les avocats de Servier étaient ceux de la plupart des grands laboratoires. Afin d’écraser littéralement toutes les plaintes des victimes, d’accidents médicaux. Le sort des victimes du Médiator était partagé par l’ensemble des victimes d’accidents. Autres poisons médicamenteux le : Distilbène récemment la « Depakine. ».

Quel est l’enjeu autour de ce livre ?

Jean-Christophe Brisard : « Les enjeux offrir la possibilité, au grand public : de comprendre comment fonctionne notre système de santé. De mise sur le marché, de sécurité, en apportant le plus d’infos neutres possibles. On est très factuel, on veut dépassionner le débat. Le médicament est un produit qui est tout sauf un produit marchand, comme les autres, il reste potentiellement un poison dangereux qui, s’il est bien administré, peut sauver des vies. On montre aussi que : le discours ambiant actuel, qui consiste à dire que l’Etat a tout pouvoir et peut faire en sorte que la crise du Médiator, ne se renouvelle pas, n’est pas tenable. L’Etat n’en a pas les moyens. L’exemple le plus marquant, 9 médicaments sur 10 ; recevant, une autorisation de mise sur le marché (AMM) l’obtiennent au niveau européen. Qui s’impose donc à la France. Après le Médiator, l’Etat nous a dit « plus jamais ça ». « On se rend compte que l’Etat n’en a pas le pouvoir »

Un scandale comme le Médiator peut donc se reproduire?

JC.B : « Oui, complètement. Il y a l’exemple d’un nouveau coupe-faim mis sur le marché, comme le Médiator. A la base prévue pour le sevrage alcoolique et tabagique. Le labo américain s’est rendu compte de son efficacité contre l’obésité. Ecrit noir sur blanc sur la notice. Ils ne comprennent pas son action. La France a dit « On ne veut pas de ce médicament ». Au vu des risques potentiels, il a obtenu son autorisation à l’échelon européen. « On n’a pas pu s’opposer à son arrivée sur le marché » Vous dénoncez dans le livre le poids du lobby pharmaceutique.

Qu’en est-il réellement?

Antoine Béguin : « Les laboratoires sont juges et parties ». Ils proposent les essais cliniques. Qui vont donner toutes les informations à l’agence sanitaire pour bénéficier de l’AMM. Les agences n’ont pas les moyens financiers de vérifier ces essais. Ils n’en vérifient que 0,13 %. « Comment expliquez-vous : que les médecins ne soient pas plus sensibilisés, à ce que vous dénoncez?

A.B : « Certains sont sensibilisés sur les effets secondaires » Ils prennent le temps de l’expliquer aux patients. Une majorité ; soignent le physique, sans délivrer une information complète. Une vision très paternaliste, du rapport médecin-patient. «Beaucoup de médecins, n’ont plus le temps de lire le Vidal !»

Vous n’avez pas peur d’alimenter la méfiance des Français : envers le monde médical?

A.B : « Exactement ce qu’on l’on veut éviter. Le but, faire prendre conscience de l’enjeu et de la réalité. L’industrie pharmaceutique, ne sont pas de gentils philanthropes, des bisounours. Ils sont là pour faire de l’argent. Il faut plus de transparence, plus d’informations. « Source Olivier Auradou » Le laboratoire Servier connaissait depuis 1995 les effets mortels du Médiator. Coupe-faim qui causait déjà plus de 2 000 décès en France. Puis ce n’est pas terminé ! Selon Le Monde, le laboratoire Servier savait, au début de 1990, que le Médiator, était nocif. Patrick Juan, avait constitué en français des dossiers Santé, Protection du consommateur ! Via d’autres continents!

Les chercheurs des laboratoires Servier ; les étudiaient, depuis 1990. Les composés produits dans l’organisme par le Médiator, interdit depuis 2009. Parmi eux, la norfenfluramine, identifiée en 1995. Toxicités de coupe-faim de Servier. L’Isoméride et le Pondéral, tous deux interdits en 1999. Parenté, que le laboratoire a toujours minimisée, dans ses documents. Effets secondaires graves :

Etude menée en 1993. Deux chercheurs de la filiale britannique de Servier. Quantifie la présence dans le sang de la norfenfluramine, en concentration. Le deuxième composé dans lequel, se transforme le Médiator. Or, la norfenfluramine est également le produit actif de deux coupe-faim de Servier. Isoméride et Pondéral, dont une étude démontre en 1995 qu’ils entraînent des effets graves. Hypertension artérielle pulmonaire, responsable d’insuffisances cardiaques.

Jacques-Servier-ProfiteurLe laboratoire Servier ne pouvait ignorer, au moins depuis 1995. Le Médiator pouvait être suspecté de produire des effets secondaires graves. Au lieu de quoi, il a toujours affirmé que le Médiator avait des activités pharmacologiques radicalement différentes ; de celles de : l’Isoméride et du Pondéral puis que sa tolérance cardiovasculaire était satisfaisante.

Le Médiator, utilisé comme coupe-faim, a coûté plus de 1,2 milliard d’euros de remboursement à la Sécurité sociale, affirme Le Figaro. Le seul remboursement de cet antidiabétique. 145 millions de boîtes a été vendues en trente-trois ans. Coût : 879 millions d’euros, note confidentielle : Caisse nationale d’assurance maladie (CNAM). Les ventes du Médiator n’ont, cessé de progresser entre : 1983 et 2005. Plus de 9 millions de boîtes vendues. Prise en charge de complications médicales :

Destiné aux diabétiques en surpoids et largement détourné comme coupe-faim. Représente, plus de 315 millions d’euros. Estimation car 1 750 patients ; ont subi une intervention chirurgicale cardiaque.

La CNAM n’a pas calculé le coût des arrêts de travail liés au Médiator. Ni les primes d’invalidités. Ni pris en compte, les 663 000 courriers envoyés par l’Agence du médicament aux patients. Ayant pris Médiator, les consultations, les échocardiographies qui ont suivi, dixit Le Quotidien. Les calculs sont en cours. Contactée par Le Figaro et l’AFP, la CNAM n’a pas commentée. Selon l’AFP, des milliers de plaintes sont déposées. La CNAM décide début 2011 de déposer plainte contre les laboratoires Servier. Pour escroquerie et tromperie aggravées. Expertise médicale, réalisée par un comité d’experts de lOniam. Déterminer les préjudices, identifier les responsabilités, pour chaque cas.

Le syndicat de Médecine Générale France, accuse : Le gouvernement de trouver des boucs émissaires. J’aimerais que l’on finisse de rechercher les responsabilités. Bien entendu du fabricant, des autorités qui ont accepté qu’on enregistre un produit qui n’était, pas du tout un antidiabétique. Prescrit de bonne foi de la part des médecins. Ayons des documents, qui montrent des médecins ont eu des doutes. Ils interrogent le laboratoire. Réponse : ce produit ne pose aucun problème. On leur a menti. Me Charles Joseph-Oudin s’indigne, que le projet d’indemnisation ne dise rien sur la responsabilité des politiques. Dénonce : une complexification de la procédure.

Député du Parti Socialiste Gérard Bapt, ancien cardiologue. En pointe sur ce dossier, la décision de l’État revient à se tirer une balle dans le pied. Le député insiste le maintien, de la procédure en citation directe pour tromperie aggravée. Devant le Tribunal de Grande Instance de Nanterre. Pour tromperie, les médecins prescripteurs hors AMM pourraient être mis en cause. Y compris ceux des CHU, qui ont prescrit le Médiator, à la sortie des services de cardiologie. Alors les hôpitaux, supporteront la charge des procédures. L’État, au travers de l’A F S S des produits de santé, est mise en cause. Les seules victimes sont les morts, leurs proches et familles. Jacques Servier à l’époque 90 ans. Devant ces accusateurs, ses juges, faut peut-être voire plus loin. Incomplet selon les défenseurs. Nanterre, plus qu’un scandale. Une spécialiste pneumologue, fait éclater la barbarie. Oublier les gens réduits en invalidité? Ils sont des milliers à subir le problème du Médiator. Moins complexe que le scandale du sang contaminé. Ici, mensonges, tromperies, scandales. La puissance de la masse des laboratoires Servier profiteurs au maximum. Le résultat de l’affaire Colnet , que j’ai suivi de A à Z. Plus de 300 personnes réduites en invalidités ; 150 décès, opérations chirurgicales totalement inutiles.

Au 1er jour, 3000 opérations reconnu par le chirurgien et 24 plaintes, 2 morts, qui se solde par les chiffres cités plus haut. Présent, à la Cour d’Appel de Riom (63200) en 2007. J’ai publié, les comptes rendus, cela durait depuis dix années. Mon Journal à l’époque « Le Panda » Un extrait des 6 pages ! J’ai interviewé, tous les partis, plaignants, avocats de deux partis une boucherie ! Le Panda Patrick Juan Je suis Madame Thivel, l’affaire Colnet, c’est l’affaire du siècle quand même, par le nombre de victimes, environ 260, tant en pénal, alors au civil, je ne vous dis pas …

L’arnaque d’hormones de croissance relaxe. Le premier procès lié au Médiator s’ouvre. Tribunal correctionnel de Nanterre. Offensives Servier. Ils ne veulent pas de cette audience. Au-delà de la souffrance des victimes du médicament commercialisé de 1976-2009. Pathologies cardiaques (valvopathie) pulmonaires. Les juges vont examiner une situation juridique complexe. Le tribunal est saisi par le biais, d’une « citation directe ».

Parallèlement, une instruction en cours au tribunal de Paris. Elle ne vise pas que la tromperie, mais elle la vise aussi. Dans ce cadre Jacques Servier, 90 ans, à l’époque. Fondateur des laboratoires éponymes, est « mis en examen ». Qui était Jacques Servier ? Qui sont les personnalités à le couvrir? Des décorations, médailles, que portait la poitrine de Bokassa.

La Cour de cassation se prononce à deux reprises. Elle indique « Pour trancher sur un tel conflit, elle a besoin d’une décision, ayant autorité de la chose jugée ». Ordonnance du 30 janvier 2012 non frappé d’appel. Les juges parisiens se déclarent compétents pour instruire?

Me Temime, sollicite, la responsabilité de : l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps). Nul ne sait quelle sera la teneur des réquisitions du parquet, représenté par Philippe Bourion. La seule réponse du tribunal, Présidé par Isabelle Prêvost-Desprez. La salle est réservée jusqu’à début juillet. Le risque de relaxe existe. Face à cet imbroglio. Les conseils des victimes restent sereins bien que, pour plusieurs juristes extérieurs, l’affaire, la concurrence de Paris et Nanterre constitue une hérésie. Forts du rapport de l’IGA de ses annexes, accablants, pour Servier.

Liste non exhaustive des 400 médicaments contenant du parabène Mots clefs :médicament

Autre scandale pharmaceutique. Une liste de 400 médicaments contenant du parabène paraît. Cancers en tous genres. Des risques sont dans nos cuisines, nos assiettes. La pilule en tant que contraceptif, présente des dangers. Les risques que ne courraient pas nos grands-mères. Les jeunes femmes actuellement développent diverses tumeurs.

Un écosystème, à reprendre à la base. Nicolas Sarkozy, François Hollande, prétendaient faire de leur quinquennat une priorité pour les personnes âgées. Où sont les mesures de santé sur un plan national? Néant, voire pire !

J’ai pu suivre, accumuler, masse d’éléments; ou sans le concours de nombreuse personnes compétentes. Rien n’aurait vu le jour. Dans la mesure où des faits conséquents, que certains le laissent croire, ne sont pas connus ou peu, du grand public. La face cachée de l’iceberg !

Remerciements à tous ceux, qui m’ont permis d’avancer. Démontrer que la santé atout majeur, avec l’emploi. Sans leurs apports, et concours, à charge et décharge. Jamais je n’aurai pu établir ces enquêtes. Sans oublier, ceux que je puis, vous présenter. À plus tard…..

Le Panda

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)