Rapport de situation hebdomadaire du Donbass– 9 février 2019

Chaque semaine, Christelle Néant de l’agence DONi Press, (en partenariat avec Thom Aldrin d’Éveil Français TV), vous propose une rétrospective (militaire, politique, économique et sociale) en vidéo et en français de la semaine écoulée concernant le Donbass, l’Ukraine et la Russie.

Voici les points abordés lors de ce dernier rapport de situation hebdomadaire effectué par vidéo-conférence le samedi 9 février 2019 :

PARTIE 1

VOIR ET ENTENDRE VIDEO ICI

SITUATION MILITAIRE
01‘12 » – Bilan des bombardements de l’armée ukrainienne lors de la semaine écoulée
04’19 » – L’OSCE enregistre la présence d’armes lourdes près de la ligne de front
05’40 » – Quatre soldats de la RPD tués par un bombardement des FAU contre Leninskoye
09’55 » – Les FAU bombardent la RPL et publient la vidéo de leurs crimes
18’31 » – Des équipements militaires américains volés à Lvov

UKRAINE
22‘46 » – Kiev se tire une balle dans le pied en refusant la venue des observateurs russes de l’OSCE pour les élections
35‘01 » – L’Ukraine s’humilie en inscrivant sa volonté d’intégrer l’OTAN et l’UE dans sa constitution

PARTIE 2

VOIR ET ENTENDRE VIDEO ICI

 

PENDANT CE TEMPS LÀ À KIEV
00’30 » – Un fermier ukrainien donne de la marijuana à ses abeilles pour améliorer le goût du miel
02’54 » – Un politologue ukrainien annoncé que la Russie prépare une nouvelle attaque contre l’Ukraine

07’53 » – Conclusion

Christelle Néant

Suivez Donbass Insider sur Telegram pour ne jamais rater un article

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

Kiev met en péril son vernis démocratique vis-à-vis de l’OSCE

Car malgré les demandes de l’ODIHR (le Bureau pour les Institutions Démocratiques et les Droits de l’Homme de l’OSCE), et même celle de Kurt Volker, de laisser les observateurs russes venir au sein de la mission d’observation de l’OSCE, rien n’y fait, le gouvernement ukrainien persiste dans sa volonté de les interdire.

Pour rappel, tout a commencé par une déclaration de Petro Porochenko, dans laquelle il a annoncé qu’il donnerait l’ordre au service des frontières de ne pas laisser d’observateurs russes entrer pour les élections présidentielles. Dans la foulée, la Rada avait proposé d’adopter une loi interdisant la participation des observateurs russes à l’élection pour « légaliser » tout ça.

Ces manœuvres douteuses et anti-démocratiques étaient tellement grossières que Thomas Reimer, un représentant officiel de l’ODIHR avait émis publiquement des doutes sur le fait que tout cela soit compatible avec les obligations de l’Ukraine en tant que membre de l’OSCE.

« Le Bureau pour les Institutions Démocratiques et les Droits de l’Homme de l’OSCE est au courant du projet de loi et de la déclaration présidentielle, et nous avons des doutes quant à leur conformité avec les engagements de l’OSCE concernant l’accès des observateurs internationaux », a déclaré Reimer.

Une déclaration confortée par celle du représentant permanent de la fédération de Russie au sein de l’OSCE, Alexandre Loukachevitch, qui a déclaré qu’en faisant cela, l’Ukraine violait ses obligations au regard de l’organisation internationale.

« Malgré tous les avertissements internationaux, y compris de l’OSCE, sur le caractère inacceptable d’une telle approche, la Verkhovna Rada envisage un projet de loi spécial imposant une interdiction légale qui empêcherait les observateurs russes d‘entrer en Ukraine pour les élections présidentielles. Ce sont des choses encore plus flagrantes, qui impliquent la limitation extralégale du processus, en violation des obligations vis-à-vis de l’OSCE et d’autres documents juridiques internationaux» a déclaré Loukachevitch.

La porte-parole du ministère ukrainien des Affaires étrangères a essayé de justifier cette violation, en arguant que l’Ukraine est en droit d’interdire la venue d’observateurs russes comme le permet le paragraphe 8 du Document de Copenhague, et que cela ne viole donc pas les obligations de l’Ukraine.

Sauf que comme l’a souligné le représentant russe, en vertu de ce Document de Copenhague de 1990, tous les États membres ont le droit de faire partie des missions d’observation dans les autres États membres, et aucune clause dans la législation nationale ne peut soustraire l’Ukraine à cette obligation.

« Il y a une clause qui dit « conformément à la législation nationale », mais aucune législation nationale ne peut priver de son statut un observateur international, d’autant que ce statut découle automatiquement des demandes déposées par l’ODIHR pour tous les États participants, et que la Fédération russe y a répondu, » a déclaré Loukachevitch.

L’Ukraine a beau essayer de justifier tout ce délire par le fait que la Russie serait « l’État agresseur », pour l’OSCE, pour l’ONU, et sur le plan légal, tant que Kiev n’a pas déclaré officiellement la guerre à la Russie, tout cela n’est que du vent.

Si la Russie est réellement « l’État agresseur », alors que l’Ukraine déclare officiellement la guerre à son voisin. Sinon, qu’elle arrête d’utiliser ce statut bidon, qui n’est reconnu par aucune instance internationale digne de ce nom, pour justifier la violation de ses obligations internationales. Il y a un moment où il faut être cohérent.

La ficelle est d’ailleurs tellement grossière, et la violation des obligations de Kiev tellement évidente, que même Kurt Volker s’est opposé à ce énième délire made in Ukraine, dans un post Twitter.

« L’Ukraine a besoin d’observateurs de l’ODIHR pour prouver son adhésion aux normes démocratiques. Sinon, les gens pourraient remettre en question l’élection. D’accord si les moniteurs russes font partie de l’équipe, mais sous l’autorité de l’ODIHR. Pas de jeux. L’Ukraine doit avoir confiance en ses propres institutions démocratiques, » a-t-il écrit.

Alors qu’il soutient d’habitude tous les délires ukrainiens (y compris celui de l’agresseur russe), là Kurt Volker prend le contre-pied de Kiev. Pourquoi ?

Eh bien tout simplement car, comme il le dit si bien lui-même : « Sinon, les gens pourraient remettre en question l’élection ». Si à Kiev ils n’ont pas bien saisi la portée d’une des propositions d’Alexeï Pouchkov, fin janvier, Kurt Volker lui a très bien compris dans quelle erreur grossière l’Ukraine allait tomber.

Pour rappel, fin janvier, Alexeï Pouchkov, sénateur russe, a proposé de ne pas reconnaître le résultat des élections présidentielles ukrainiennes si celles-ci sont manifestement frauduleuses.

« Faut-il reconnaître les résultats des élections en Ukraine ? Je pense que nous ne devrions probablement pas annoncer à l’avance que les résultats des élections seront illégitimes. Mais si nous voyons que les élections sont accompagnées de fraudes massives. […] S’il y a des violations à grande échelle des élections, des fraudes, et je suis sûr que d’autres candidats en parleront, cela fera l’objet de discussions assez nombreuses en Ukraine, cela nous donne une base morale et politique pour ne pas reconnaître le résultat de ces élections », a résumé Alexeï Pouchkov.

Si un des membres permanents du Conseil de Sécurité de l’ONU ne reconnaît pas le résultat de ces élections, cela sera un coup terrible porté à l’image « démocratique » de l’Ukraine post-Maïdan.

Et cela permettrait à la Russie de ressortir l’atout Viktor Ianoukovitch (qui vient d’ailleurs de faire une conférence de presse très remarquée et relayée depuis Moscou), qu’elle avait du mal à utiliser pleinement à cause de la reconnaissance de l’élection de Porochenko en 2014 (reconnaissance qui était due à ses promesses électorales de mettre fin à la guerre dans le Donbass).

Non pas pour lancer une invasion de l’Ukraine par la Russie comme le clame le Propaganda Ableitung ukrainien (d’ailleurs fait amusant, l’auteur indique que ce plan n’aura probablement pas lieu, car la Russie a échoué à lancer une telle attaque en 2014… Faudrait vous décider les gars, la Russie a envahi l’Ukraine, oui ou non ?), mais peut-être pour commencer à jouer au « jeu de la démocratie et des droits de l’homme » si cher à l’Occident, à la différence près que la Russie va respecter le droit international, elle !

Après tout, si les États-Unis et l’UE reconnaissent Juan Guaidó comme Président légitime du Venezuela, alors qu’il n’est en rien légitime pour l’être, pourquoi la Russie ne s’amuserait pas à ce jeu en déclarant que Viktor Ianoukovitch est toujours le président légitime de l’Ukraine ? Lui au moins il avait été élu pour ce poste lors d’élections légales et légitimes !

Malgré la demande de Volker, les autorités ukrainiennes ont décidé de continuer dans leur délire, et le projet de loi proposé par la Rada a été voté, interdisant de fait l’accès du pays aux observateurs russes de l’OSCE. Ou comment se tirer un obus de 152 mm dans le pied en une leçon…

La note explicative du projet de loi stipule que la présence d’observateurs électoraux russes « peut être une cause d’attaques en matière d’information en déformant les faits concernant le processus électoral ». En clair, Kiev a peur que ces observateurs dénoncent les fraudes dont ils seront les témoins ! C’est vrai que ça ferait tache !

Le tout justifié, bien sûr, par le fait que la Russie serait « l’État agresseur ». Encore une fois, où est la déclaration officielle de guerre de l’Ukraine contre la Russie ? Où est la plainte officielle de l’Ukraine pour agression et annexion de territoire contre la Russie devant le tribunal de l’ONU ?

Je vous épargne le suspense : nulle part ! Le fait qu’il n’y ait ni déclaration officielle de guerre, ni plainte devant le tribunal de l’ONU pour annexion de territoire et agression militaire prouve de manière irréfutable que ce statut d’État agresseur n’est que du flan ! Du blabla, du vent, de la rhétorique politicienne qui n’a strictement aucune valeur juridique du point de vue du droit international.

Il est donc normal que l’OSCE n’en tienne pas compte et considère qu’il s‘agit là d’enfantillages qui n’ont pas à impacter le mode de fonctionnement de l’organisation !

Alexandre Loukachevitch a déclaré attendre la réaction de l’Occident à cette violation flagrante des règles de l’OSCE. Personnellement je pense qu’il n’y en aura pas. Comme d’habitude, l’Occident fermera les yeux sur cette gabegie qu’ils soutiennent et financent depuis cinq ans.

L’Ukraine vient de commettre une énième erreur grossière qui la rapproche encore plus du gouffre, et offre à la Russie des arguments juridiques et légaux supplémentaires contre Kiev.

Ces élections présidentielles ukrainiennes de mars 2019, sont clairement et indubitablement les plus frauduleuses, illégales, illégitimes et lamentables que le pays ait connues depuis son indépendance. Et elles pourraient bien avoir des conséquences dramatiques pour l’avenir de l’Ukraine.

Christelle Néant

TelegramSuivez Donbass Insider sur Telegram pour ne jamais rater un article

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

Rapport de situation hebdomadaire du Donbass

Chaque semaine, Christelle Néant de l’agence DONi Press, (en partenariat avec Thom Aldrin d’Éveil Français TV), vous propose une rétrospective (militaire, politique, économique et sociale) en vidéo et en français de la semaine écoulée concernant le Donbass, l’Ukraine et la Russie.

Voici les points abordés lors de ce dernier rapport de situation hebdomadaire effectué par vidéo-conférence le samedi 26 janvier 2019 :

PARTIE 1

    SITUATION MILITAIRE

00‘53 » – Bilan des bombardements de l’armée ukrainienne lors de la semaine écoulée »
09’07 » – L’OSCE enregistre la présence d’armes lourdes près de la ligne de front
12’16 » – L’armée ukrainienne bombarde et endommage la station de pompage de Vassilievka

RPD-RP

16’10 » – Évolution de la situation économique, principalement en RPD

JUSTICE

28’07 » – Le procureur d’Aix-en-Provence fait appel et demande à nouveau la dissolution du centre représentatif de la RPD en France

UKRAINE

36‘00 » – Kiev refuse que des citoyens russes viennent observer les élections présidentielles, même au sein de la mission de l’OSCE

PARTIE 2

VOIR ET ENTENDRE VIDEO DE LA SEMAINE ICI

 

UKRAINE

00‘27 » – L’Ukraine parmi les leaders mondiaux de la chute du niveau de vie

PENDANT CE TEMPS LÀ À KIEV

04’46 » – Un écrivain français ne trouve aucun lien historique entre la Crimée et l’Ukraine

09’10 » – Conclusion

VOIR ET ENTENDRE VIDEO DE LA SEMAINE ICI

Christelle Néant

Suivez Donbass Insider sur Telegram pour ne jamais rater un article

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

Expert – L’OSCE pourrait ne pas surveiller les élections ukrainiennes

L’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE) pourrait refuser d’envoyer ses observateurs pour surveiller l’élection présidentielle ukrainienne s’il s’avère impossible d’inclure des ressortissants russes dans sa délégation, a déclaré Rouslan Bortnik, directeur de l’Institut ukrainien d’analyse et de gestion politique à la télévision « 112 Ukraine ».

« L’Ukraine se trouve dans une situation difficile et si nous continuons à insister sur cette question, l’OSCE pourrait choisir de ne pas surveiller les élections », a-t-il dit, faisant remarquer que l’OSCE ne considérait pas la Russie comme un pays agresseur.

« Nous n’avons pas rompu les liens diplomatiques avec la Russie, de sorte que l’OSCE ne considère pas la position de l’Ukraine comme cohérente. De plus, comme la plupart des organisations internationales, l’OSCE ne considère pas la Russie comme un pays agresseur, alors que seul le Conseil de l’Europe a pris une telle décision », a noté Bortnik.

L’expert estime que l’Ukraine doit suivre la voie des négociations. « Il est nécessaire d’engager un dialogue sur les candidats russes à la mission d’observation. Il pourrait s’agir de personnalités publiques », a-t-il dit.

M. Bortnik est convaincu que la présence d’observateurs russes « n’influencera en aucune façon le processus électoral ».

Le 18 janvier, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a déclaré que Moscou avait reçu l’invitation de l’OSCE à envoyer des observateurs pour surveiller l’élection présidentielle ukrainienne prévue pour le 31 mars.

Le vice-ministre des Affaires étrangères, Alexandre Grouchko, a déclaré plus tard que la Russie prévoyait d’envoyer ses observateurs en Ukraine dans le cadre d’une délégation de l’OSCE. Entre-temps, la Commission électorale centrale de Russie a dressé une liste de 14 candidats.

Cependant, le chef de la diplomatie ukrainienne, Pavel Klimkine, a déclaré dans une lettre adressée à Ingibjorg Solrun Gisladottir, Directrice du Bureau des institutions démocratiques et des droits de l’homme (ODIHR) de l’OSCE, que Kiev n’accepterait pas des citoyens russes comme observateurs.

Mercredi, la Commission électorale centrale ukrainienne a appelé les autres pays et les organisations internationales à prendre en considération la position de Kiev, réaffirmant que l’Ukraine considérait la Russie comme un pays agresseur et poursuivrait tous ceux qui traversaient la frontière « dans le but de nuire aux intérêts du pays ».

Source : TASS
Traduction par Christelle Néant pour Donbass Insider

TelegramSuivez Donbass Insider sur Telegram pour ne jamais rater un article

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

Rapport de situation hebdomadaire du Donbass (Vidéo) – 12 janvier 2019

Chaque semaine, Christelle Néant de l’agence DONi Press, (en partenariat avec Thom Aldrin d’Éveil Français TV), vous propose une rétrospective (militaire, politique, économique et sociale) en vidéo et en français de la semaine écoulée concernant le Donbass, l’Ukraine et la Russie.

Voici les points abordés lors de ce dernier rapport de situation hebdomadaire effectué par vidéo-conférence le samedi 12 janvier 2019 :

SITUATION MILITAIRE

01‘08 » – Bilan des bombardements de l’armée ukrainienne lors de la semaine écoulée
02’22 » – Pertes hors-combat des FAU de la semaine
03’23 » – Les soldats ukrainiens tirent sur des employés de la société « Eau du Donbass »

UKRAINE

07‘54 » – Constantinople accorde l’autocéphalie aux schismatiques ukrainiens sur fond de désapprobation des autres Églises orthodoxes
29‘29 » – L’ambassade ukrainienne au Mexique oblige les demandeurs de visas à faire un don pour les FAU
34‘53 » – Kiev recommande aux millions d’Ukrainiens vivant en Russie de venir voter en Ukraine

PENDANT CE TEMPS LÀ À KIEV

40’02 » – La ministre ukrainienne de la Santé mélange néo-nazime et russophobie dans un post sur le cholestérol

44’44 » – Conclusion

VOIR LA VIDEO ICI

Christelle Néant

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

Ambassade ukrainienne – Forcés de soutenir l’armée pour obtenir un visa

Les journalistes de la chaîne de télévision ukrainienne 1+1 ont demandé au ministère ukrainien des Affaires étrangères d’enquêter sur le scandale autour de son ambassade au Mexique, où les demandeurs de visa ont été invités à « donner » au moins 80 dollars pour l’opération militaire dans le Donbass pour obtenir un visa ukrainien.

Le scandale a éclaté après que l’avocat mexicain Carlos Eduardo Soto Trevino, qui est marié à une citoyenne ukrainienne, et se rend donc fréquemment dans le pays, ait envoyé une lettre aux journalistes ukrainiens leur demandant d’enquêter sur cette affaire.

Selon lui, chaque fois qu’il demande un visa ukrainien, un consul à l’ambassade d’Ukraine lui dit de « donner de l’argent pour les besoins de l’armée ukrainienne ».

« Trois fois, lorsque j’ai demandé un visa, ils m’ont montré un exemple de lettre et m’ont demandé d’écrire quelque chose de semblable. La lettre dit que je fais une contribution volontaire d’environ 80-100 $ au consul ou à un autre membre du personnel de l’ambassade. Ce n’est qu’à cette condition que je peux obtenir un visa. Naturellement, je dois également payer les frais de visa », aurait-il déclaré.

Un autre citoyen mexicain, Sergio Pena Serrano, également marié à une Ukrainienne, aurait également déclaré à la chaîne TSN qu’il avait été « outré par ces appels déraisonnablement persistants à la charité ».

Le ministère ukrainien des Affaires étrangères a ouvert une enquête suite à la demande des journalistes, mais, selon la chaîne TSN, aucune violation n’a été trouvée.

« Je dois signaler que ces contributions étaient volontaires. Par conséquent, certains membres du personnel ont pris la décision de lever ces fonds de leur propre initiative et ont remis l’argent à un hôpital militaire de Kiev pour le traitement des militaires qui se trouvaient dans la zone des hostilités », a déclaré Vasily Kirilich, le chef adjoint du service consulaire du ministère ukrainien des Affaires étrangères.

Selon TSN, l’ambassade a recueilli environ 5 000 $ en dons de cette façon. Cependant, ni l’hôpital de Kiev ni les volontaires n’ont confirmé avoir reçu cet argent.

« Les journalistes ont déposé une demande supplémentaire d’enquête interne auprès du ministère des Affaires étrangères », a rapporté TSN.

Le ministère ukrainien des Affaires étrangères a confirmé qu’une enquête interne avait été ouverte sur cette affaire.

« En raison d’informations concernant une campagne de collecte de fonds présumée de la part de la première secrétaire Anna Prorok pour les besoins de l’opération des forces interarmées, impliquant des visiteurs de l’ambassade d’Ukraine au département consulaire du Mexique, une enquête disciplinaire a été ouverte. Si des violations sont constatées, la réaction sera rapide et motivée », a déclaré l’agence de presse UNIAN, citant le service de presse du ministère des Affaires étrangères.

[Commentaire de la traductrice : Je trouve incroyable que le ministère ukrainien des Affaires étrangères essaye de noyer le poisson en prétendant que ces dons étaient « volontaires ». Quand on vous oblige à le faire pour obtenir un visa, cela s’appelle du chantage et de l’extorsion de fonds ! Comme pour le consul de Hambourg ouvertement néo-nazi, le ministère ukrainien des Affaires étrangères essaye systématiquement de cacher la merde sous le tapis au lieu de régler réellement les problèmes. Je ne parlerai même pas du fait que l’argent ne semble même pas avoir atteint les destinataires annoncés, puisque ni l’hôpital de Kiev, ni les organisations de volontaires ukrainiens n’ont confirmé avoir reçu ces 5 000 dollars obtenus frauduleusement. Si ce fait est confirmé, cela veut dire que le personnel de l’ambassade a empoché cet argent, ce qui rajoute le détournement de fonds à l’extorsion et au chantage. Si avec ça le ministère ukrainien des Affaires étrangères ne renvoie pas tout ce beau monde, cela prouvera que la corruption a totalement gangrené l’administration ukrainienne, au point que les ministères protègent les voleurs. Et cela en dira long sur l’état de déliquescence de l’Ukraine « démocratique » post-Maïdan.]

Source : TASS
Traduction par Christelle Néant pour Donbass Insider

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

Métropolite de Varsovie : Épiphane n’a jamais été ordonné prêtre

Le métropolite Sava de Varsovie et de toute la Pologne a déclaré qu’Épiphane, le chef de la nouvelle Église orthodoxe d’Ukraine, est un laïc et non un prêtre ordonné. Pour cette raison, le Métropolite polonais ne le félicitera pas pour son élection.

« Ce jeune homme laïc a subi un grand tort quand il a été nommé Métropolite. Selon le droit canonique, ce n’est pas un ecclésiastique. Il n’a jamais été ordonné prêtre dans une Église canonique », a déclaré mardi le Métropolite Sava au bureau de presse de l’Église orthodoxe ukrainienne du Patriarcat de Moscou.

L’archevêque a souligné que les politiciens ukrainiens s’immisçaient dans les affaires de l’Église.

« En Ukraine, l’État a tout pouvoir et il peut même priver une Église d‘enregistrement », a-t-il dit, « Mais l’essentiel est qu’en même temps une église soit créée en unissant les fidèles. Ils doivent décider à quelle église ils veulent appartenir. »

Le chef de l’Église orthodoxe polonaise a qualifié l’émergence d’une nouvelle structure religieuse en Ukraine de dangereux précédent et que ce fait pourrait avoir un effet négatif sur la situation en Pologne.

« Il est possible qu’en Pologne, où vivent plus d’un million d’Ukrainiens, il y ait un groupe de croyants pour qui Philarète [ancien chef du patriarcat schismatique de Kiev] va essayer d’organiser des paroisses. Récemment, j’ai entendu dire que l’organisation Secteur Droit [organisation interdite en Russie] a déjà étudié la possibilité d’une visite d’Épiphane en Pologne. Le chaos nous attend », s’inquiète-t-il.

Indépendance de Constantinople

Le 6 janvier, le Patriarche œcuménique de Constantinople, Bartholomée, a remis le tomos d’autocéphalie (ou décret d’indépendance) au chef de l’Église ukrainienne nouvellement créée, la dite Église Orthodoxe d’Ukraine (EOU). Le tomos traduit en ukrainien, qui a été transmis par l’ambassadeur d’Ukraine en Turquie, déclare que « les droits du trône œcuménique à l’exarchat en Ukraine et à la Sainte Stavropégie restent inchangés », et que les « questions importantes » de l’EOU devraient être résolues à Constantinople.

En outre, selon le texte du document, l’EOU « autocéphale » est limitée aux frontières de l’État ukrainien, elle ne peut ordonner des évêques ou créer des paroisses en dehors de l’Ukraine et, contrairement à l’Église orthodoxe ukrainienne canonique (UOC), elle ne peut faire elle-même le saint chrême, ou l’huile consacrée utilisée dans l’administration de certains sacrements.

L’Église orthodoxe ukrainienne canonique a qualifié la remise du tomos de légitimation du schisme qui existe dans l’Église orthodoxe ukrainienne depuis 30 ans.

Crise religieuse en Ukraine

Depuis le coup d’État de février 2014, Kiev a cherché à créer une église indépendante en Ukraine qui romprait les liens avec l’Église orthodoxe ukrainienne canonique. En avril 2018, le président ukrainien Piotr Porochenko a écrit une lettre personnelle au Patriarche œcuménique de Constantinople, Bartholomée, demandant l’autocéphalie pour l’Église ukrainienne.

Le 15 décembre, Kiev a accueilli un concile dit « d’unification » qui s’est tenu sous la supervision du Patriarcat œcuménique de Constantinople et sous l’égide des autorités ukrainiennes. L’Église orthodoxe ukrainienne canonique a refusé de participer à l’événement, soulignant que le « concile d’unification » et la nouvelle structure religieuse créée par Porochenko étaient tous les deux illégitimes. Néanmoins, après le concile, le président ukrainien a annoncé la création de cette nouvelle Église dans le pays.

Source : TASS
Traduction par Christelle Néant pour Donbass Insider

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)

Rapport de situation hebdomadaire du Donbass (Vidéo) – 5 janvier 2019

Chaque semaine, Christelle Néant de l’agence DONi Press, (en partenariat avec Thom Aldrin d’Éveil Français TV), vous propose une rétrospective (militaire, politique, économique et sociale) en vidéo et en français de la semaine écoulée concernant le Donbass, l’Ukraine et la Russie.

Voici les points abordés lors de ce dernier rapport de situation hebdomadaire effectué par vidéo-conférence le samedi 5 janvier 2019 :

SITUATION MILITAIRE

01‘00 »Bilan des bombardements de l’armée ukrainienne lors de la semaine écoulée
02’04 »Le mortier Molot fait de nouvelles victimes parmi les soldats ukrainiens
03’32 »Deux tentatives de sabotages de ponts en une semaine en RPD
07’31 »Témoignage d’un soldat ukrainien capturé par la milice populaire de la RPD

 

UKRAINE

11‘11 »Kiev ferme ses bureaux de vote en Russie en pleine campagne présidentielle
15‘04 »Les autorités ukrainiennes tentent de briser discrètement les baux de location des laures de Potchaïev et de Kiev-Petchersk
19‘10 »L’Ukraine fait de la date anniversaire de Stepan Bandera un jour férié officiel
22‘04 »Les nouvelles sanctions de la Russie contre l’Ukraine pourrait coûter un milliard de dollars à cette dernière

 

PENDANT CE TEMPS LÀ À KIEV

24’28 »Hystérie polonaise sur « l’assassinat de l’Ukraine » par Nord Stream 2

28’10 » – Conclusion

VIDEO A ECOUTER

Christelle Néant

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)

Pouchiline – Kiev veut mener une attaque chimique dans le Donbass

Denis Pouchiline

Les services de renseignement de la République Populaire de Donetsk (RPD) ont obtenu de nouvelles informations confirmant la préparation par le régime de Kiev – sous la direction des curateurs occidentaux – d’une vaste provocation contre leur propre peuple, qui pourrait faire de nombreuses victimes.

Les services de sécurité ukrainiens envisagent de saboter des entreprises qui représentent un danger pour l’environnement à proximité de la ligne de contact, puis d’accuser la Russie et les républiques du Donbass de ce crime. Il s’agit principalement d’entreprises qui utilisent du chlore, de l’ammoniac et d’autres substances dangereuses dans leur processus de production.

Comme autre option, ils envisagent l’utilisation d’agents de guerre chimique qui auraient été apportés sur le territoire de la RPD. Il est prouvé que les Américains ont déjà préparé des fragments d’obus maculés de poisons militaires pour donner de la crédibilité aux accusations contre la RPD et la Russie. Je pense que le but de la provocation est le déclenchement des hostilités dans le Donbass et l’annulation des élections présidentielles en Ukraine, que Porochenko n’a aucune chance de gagner.

L’opération est coordonnée par des attachés militaires et des représentants des services spéciaux américains et britanniques.

Les officiers de renseignement militaire occidentaux, sur la base d’une méthodologie élaborée en Syrie, ont déjà défini un plan d’action pour le régime de Kiev. Des travaux sont en cours pour créer un analogue des Casques Blancs syriens en Ukraine, qui, selon les créateurs, devraient enregistrer les conséquences de l’empoisonnement de la population et falsifier les documents vidéo, pour prouver les prétendues actions inhumaines des forces de la milice populaire et de la Russie.

Nous lançons un appel à la communauté internationale, à l’ONU, à l’OSCE et à d’autres organisations humanitaires pour empêcher le déclenchement d’actions militaires à grande échelle dans le Donbass. Nous ne voulons pas de victimes civiles innocentes.

Denis Pouchiline, chef de la RPD
Traduction par Christelle Néant pour Donbass Insider

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)

Son plan initial éventé, Kiev envisage une offensive vers Gorlovka

Lance-roquettes multiplesSuite à la publication par la République Populaire de Donetsk (RPD) des plans de l’offensive envisagée par les autorités ukrainiennes dans le sud de la République, Kiev a décidé de post-poser l’offensive et de changer sa localisation.

D’après Édouard Bassourine, commandant en second de la milice populaire de la RPD, la divulgation des plans du commandement ukrainien a pris ce dernier par surprise, et l’a obligé à repousser la date de l’offensive, et changer la direction de l’attaque.

Alors que l’attaque initiale était prévue le 14 décembre, la date a été repoussée au 24-25 décembre, ce qui permettrait à Petro Porochenko de justifier le prolongement de la loi martiale en Ukraine (qui expire le 26 décembre).

À cette fin, la machine de propagande ukrainienne carbure à plein régime, et les unités d’opérations psychologiques des FAU ont reçu l’ordre de créer un contexte médiatique favorable pour éviter un nouvel échec de l’opération, entre autre en martelant que la milice populaire de la RPD prépare prétendument une provocation armée, pour la nouvelle date prévue de l’offensive ukrainienne.

D’après les services de renseignement de la RPD, après la divulgation de leurs plans, les autorités ukrainiennes ont rencontré en urgence les experts militaires des pays de l’OTAN et les curateurs américains pour décider de la suite des opérations. C’est suite à cette réunion que les plans d’offensive ont été postposés.

Plusieurs faits semblent conformer que l’offensive n’est pas purement et simplement annulée mais simplement repoussée :
1) Depuis le 12 décembre, les missions de reconnaissance et de diversion se multiplient de la part de l’armée ukrainienne ;
2) L’usage des drones, aussi bien pour larguer des engins explosifs que pour faire de la reconnaissance, se multiplient aussi. Rien que le 14 décembre, en une journée, l’armée de la RPD a abattu quatre drones ukrainiens.
3) D’après nos collègues de War Gonzo, 72 conseillers militaires de l’OTAN se trouvent actuellement dans la zone de l’opération armée ukrainienne dans le Donbass. Ces conseillers supervisent directement les opérations des unités des FAU présentes sur le front.

Mais il n’y a pas que la date qui semble avoir changé, la direction de l’offensive semble aussi avoir été modifiée, si on regarde les concentrations d’unités et de pièces d’armement ukrainien près de la zone de Gorlovka et Svetlodarsk.

Carte de l'offensive prévue vers Gorlovka

Les services de renseignement de la RPD ont ainsi détecté près de Gorlovka, la présence de la 72e brigade mécanisée, la 58e brigade d’infanterie, la 1ère brigade de chars d’assaut, et la 81e brigade aéroportée. Au total, c’est six brigades, 20 000 hommes, plus de 120 chars d’assaut, 250 pièces d’artillerie et de mortiers et 110 lance-roquettes multiples qui ont été déployés dans cette zone.

Il faut y ajouter la 30e et la 93e brigades mécanisées, deux bataillons de lance-roquettes multiples Ouragan du 15e régiment d’artillerie et de la 27e brigade des FAU et un bataillon de lance-roquettes multiples Smerch de la 40e brigade d’artillerie qui sont encore attendus pour déploiement.

D’après nos collègues de War Gonzo, la 30e brigade mécanisée, a déjà été envoyée sur zone, à Roubejnoye, et serait constituée principalement d’ultra-nationalistes ukrainiens qui faisaient partie des milices de « maintien de l’ordre » qui ont fleuri en Ukraine.

Cette unité sera complétée dans l’arc de Svetlodarsk par le 18e régiment de la Garde Nationale, qui inclut les unités néo-nazies « Azov » et « Donbass ».

Comme pour le plan d’offensive initial prévu dans le sud, la RPD n’exclut pas l’organisation de provocations de la part de l’armée ukrainienne, avec l’aide de l’Occident, pour justifier cette attaque contre la zone de Gorlovka-Svetlodarsk.

La République Populaire de Donetsk a appelé la communauté internationale à empêcher qu’une telle offensive ait lieu, et nous espérons que cet appel portera ces fruits (pour ceux qui s’irritent de ces avertissements répétés d’offensives qui n’ont finalement pas lieu, je les encourage à aller lire cet article du Saker, qui explique très bien ce qu’est l’art de l’attaque surprise).

Christelle Néant

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)