Banques, Politiques, Mafias, Elections

Pour l’homme né sans conscience, l’homme torturé par sa conscience doit sembler ridicule. Pour le voleur, l’honnêteté n’est qu’une faiblesse. N’oubliez pas que le monstre n’est qu’une variante et que, aux yeux du monstre, la normale est monstrueuse. John Steinbeck.

A les mettre dans un sac, nous ne pourrions plus jouer aux gendarmes et aux voleurs Le Panda.

Les législatives vont battre leur plein, il s’agit de savoir ceux que le système nourrit le mieux. Nous avons les politiques que nous méritons et nous partons pour une nouvelle forme de majorité ? Prenons quelques exemples qui sont plus que honteux que je dénonçais fortement déjà il y a plus de 15 années.

En annonçant qu’il prenait officiellement sa retraite, François Hollande rejoint le club très fermé des anciens locataires de l’Élysée encore vivants, composé de Nicolas Sarkozy, Jacques Chirac et Valéry Giscard d’Estaing. Il va pouvoir bénéficier comme eux, à part Nicolas Sarkozy qui ne vient pas de la fonction publique, du statut en or massif des fonctionnaires cumulards. Lien ! Ces abus caractérisés veulent nous faire avaler que les castes sont défuntes, elles demeureront autant que nous serons de véritables observateurs sans action. Au –delà de divers leurres les voleurs, assassins, mafias, politiques, banques, et leurs paradis fiscaux, nous détruisent lamentablement. Ce n’est que la face des bénéficies que nous apercevons dans l’ignorance totale des autres.

J’avais à diverses reprises traité, la position inadmissible des banques, je n’avais pas aussi catégoriquement associées ces trois voire quatre pôles, puis leurs ramifications.

Il est inadmissible de continuions à nous faire dérober le fruit de toute une vie. Pour eux nous sommes des pions dont ils se servent à leurs guises.

Nous allons êtres pour les citoyens respectueux de leur droit de vote, dans les isoloirs jusqu’aux départ en vacances. Enfin pour qui peuvent s’en offrir. Regardons de plus proches comment nous nous faisons piller, il y a fort à parier que s’ils pouvaient sur leurs propos vider les troncs de cultes.

Ils n’hésiteraient pas une minute. Essayons donc de comprendre, ce qui pour certains peut représenter un casse-tête chinois. 25 milliards d’euros de bénéfices dans les paradis fiscaux en 2015.

Dans une étude publiée fin mars 2017, l’ONG britannique Oxfam et le réseau Fair Finance Guide International révèlent que les vingt plus grandes banques européennes déclarent plus d’un quart de leurs bénéfices dans des paradis fiscaux.

 

Le rapport s’appuie sur des données fournies par chaque pays, puisque depuis 2015, les banques européennes doivent obligatoirement détailler leurs activités dans tous les pays où elles sont présentes. En 2015, cinq banques françaises, la BNP Paribas, BPCE, Crédit Agricole, Crédit Mutuel-CIC et Société Générale, avaient déclaré 5,5 milliards d’euros dans des paradis fiscaux.

Elles n’avaient pourtant aucun employé dans ces États. Dixit Oxfam, l’implantation des banques européennes sur ces territoires permet à leurs clients d’échapper à l’impôt. Le Luxembourg et l’Irlande : des destinations privilégiées par les banques européennes. Le Luxembourg, l’Irlande et Hong Kong font partie des pays privilégiés par les établissements étudiés par l’Oxfam. La Société Générale déclare 587 millions de profits au Luxembourg, soit autant que ses bénéfices cumulés en Allemagne, en Italie, en Espagne et aux Pays-Bas.

En Irlande, cinq banques « ont même obtenu une rentabilité supérieure à 100 % et dégagent plus de bénéfices qu’elles ne font de chiffre d’affaires », souligne Oxfam. Le rapport précise également que quatre banques françaises sont principalement présentes aux Îles Caïmans, où elles ont réalisé « 174 millions d’euros de bénéfices bien qu’elles n’y emploient personne ».

Chaque année, il existe dans le monde, des têtes « bien pensantes » qui trouvent le moyen de jouer avec les lois et de ne pas remplir leurs devoirs. L’exil fiscal a un prix ! Lequel ? Pour qui ? Un trou béant dans l’économie mondiale

Selon une étude réalisée en 2012 par le groupe Tax Justice Network et révélée par le site britannique The Guardian, l’évasion fiscale accumulée représenterait la richesse nationale annuelle des Etats-Unis et du Japon !

Mieux, elle ne manque pas de rappeler que les particuliers qui ont choisi de mettre leur argent dans des paradis fiscaux, dissimuleraient plus de 26.000 milliards d’euros au total. Soit, dix fois le PIB annuel de la France. Pourtant, la plupart des pays, et particulièrement les Etats européens, comptent sur les impôts pour combler leurs dettes. On comprend maintenant pour quelle raison, les sanctions à l’égard des évadés fiscaux se durcissent.

Ainsi donc, en plus d’être cachée, cette somme faramineuse coûte des milliards au fisc mondial. En effet, ils rapportent, chaque année, plus de 3 % à leurs propriétaires, soit une perte de 155 à 225 milliards d’euros annuel dans le monde. Ces chiffres ne prennent pas en compte l’optimisation fiscale.

Trop d’impôts ? Découvrez comment réduire vos impôts grâce à la loi Pinel. Evasion fiscale : combien perd la France?

Au fil des années, les chiffres gonflent. En 2012, l’argent dissimulé à l’étranger est évalué à 600 milliards d’euros par Antoine Peillon et qui a publié ces 600 milliards qui manquent à la France (Seuil). Cela coûterait au gouvernement, entre 60 et 80 milliards d’euros par an, en n’oubliant pas que le déficit de la France s’élève à 98 milliards d’euros (chiffre 2012). C’est pour dénoncer cela qu’OffshoreLeaks agit et a mis en place une liste de noms d’évadés fiscaux dans laquelle 130 Français apparaissent dont, apparemment, Jean-Jacques Augier, proche du président de la République.

En attendant la publication de cette liste, nous restons sur le qui-vive. Le cas des pays en voie de développement. Et oui, l’évasion fiscale ne concerne malheureusement pas seulement les pays riches. Les différentes institutions de statistiques mondiales chiffrent l’évasion fiscale dans les pays en voie de développement de 350 à 400 milliards de dollars.

Ce qui représente plus de deux fois le montant de l’aide publique au développement qui leur est accordée chaque année. Exemple, l’exploitation du cuivre en Zambie, profite à la multinationale suisse Glencore, grâce à un système d’évasion fiscale élaboré. Cette société ne laisserait aux zambiens que quelques miettes du profit en plus d’une pollution de l’air et des sous-sols inégalable sans scrupules !

En cette période de crise économique, ne faudrait-il pas que chaque citoyen remplisse ses devoirs et aident ainsi le pays à se relever ? Au lieu de cela, de plus en plus de personnes préfèrent creuser les caisses de l’Etat et, parfois même alors qu’ils appartiennent au gouvernement. A bon entendeur !

 

La Mafia s’intéresse Aux Migrants

Mais que personne ne s’y trompe : ce n’est pas par bonté d’âme que l’organisation criminelle se penche sur le sort des demandeurs d’asile mais pour profiter de la manne financière que représente leur entrée massive sur le territoire italien (181.000 en 2016).

« Le business, pas la misère de l’immigration », résume Valerio Cari, jeune volontaire de l’association catholique Misericordia qui gère depuis 18 ans Isola Capo Rizzuto (en Calabre), le plus grand centre d’accueil  d’Europe.

Le jeune homme n’est, lui, pas impliqué dans le scandale des 1.000 hommes et femmes affamées qui étaient concentrés derrière les barbelés du camp. Leonardo Sacco, un mafieux de ‘Ndrangheta calabraise, « gérait » les millions d’euros versés chaque année par l’Etat italien.

Selon les enquêteurs, Misericordia, un réseau de coopératives gérant de nombreuses œuvres sociales à travers l’Italie, aurait laissé le contrôle de la fourniture des repas à des associations liées au clan Arena. En mai, les carabiniers ont arrêté le principal responsable de la structure, Leonardo Sacco, membre du clan mafioso.

Cet homme de 35 ans gérait les dizaines de millions d’euros versés chaque année par l’Etat italien au centre d’accueil.

« Opération Johnny »

Le clan Arena fait partie de ces clans calabrais qui ne se contentent plus du trafic de drogue mais sont devenus habiles à exploiter toutes les ressources légales.

Leur méthode était simple : à Capo Rizzuto, ils économisaient sur la qualité des services rendus aux migrants. Exemple : ils ne nourrissaient que la moitié des présents.

Sur 500 personnes, ils étaient 250 à bénéficier d’un repas. Et quel repas !

« Les restes que d’habitude on donne aux cochons », s’exclame Nicola Gratteri, le magistrat de Catanzaro qui a supervisé l’opération.Haut du formulaire Baptisé « Opération Johnny », le coup de filet policier a déjà conduit sous les verrous 68 personnes, une bonne partie du clan Aréna, pour association criminelle, extorsion et fraude.

Mais pas seulement. Edoardo Scordio, le curé de l’église d’Isola Capo Rizzuto a, lui aussi, été arrêté sous les mêmes chefs d’accusation : les carabiniers ont trouvé à son domicile 200.000 euros qu’il avait perçus au titre d’une soi-disant « assistance spirituelle » offerte aux demandeurs d’asile. En dix ans, le prêtre aurait ainsi accumulé dans les 3 millions d’euros, en partie transférés en Suisse. Il a été aussitôt suspendu de ses fonctions par la conférence épiscopale. Vraisemblablement après l’intervention du pape François.

Mafia calabraise

L »Opération Johnny » a mis au jour le détournement d’au moins 30 millions d’euros par le clan Aréna. Un pactole lui ayant permis d’acquérir un joli patrimoine, aujourd’hui mis sous séquestre par les carabiniers : 46 appartements ; une résidence ; 4 villas ; 9 garages ; 6 magasins ; 15 entreprises agricoles ; 81 voitures et 6 embarcations.

De cette enquête, qui a duré deux ans, on retiendra que la seule vraie grande mafia opérant aujourd’hui dans la Péninsule est la ‘Ndrangheta calabraise (du grec « ndrangatos », qui veut dire « homme valeureux, homme courageux ») au détriment de la Cosa Nostra sicilienne qui a pratiquement disparu de l’horizon criminel.

L’organisation mafieuse calabraise est désormais classée par le FBI parmi « les trois mafias les plus dangereuses au monde ».

La ‘Ndrangheta a manifestement su diversifier ses activités criminelles, ajoutant au trafic de drogue une implication plus importante dans toutes les strates de la société légale.

Une présence lui permettant ainsi d’y exploiter systématiquement toutes les sources de profit.

Comme le disait déjà le juge Giovanni Falcone, assassiné il y a 25 ans, le 23 mai 1992, la mafia est passée des « illegitimate activities » aux « legitimate industries ». Avec un indéniable succès.

Le Panda

Patrick Juan

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

Fillon Président 2017 Réalismes ou folies?

Face à la souffrance, un sourire, un bisou, un regard tendre : « Cadeau ». Il faut éviter d’être le « Père Prodigue » de n’importe quelle Nation. La plus grande différence se trouve entre ceux qui « offrent » et ceux qui « prennent ». Unir les compétences demeurera la principale de toutes les forces.

Des concepts divers fleurissent de toutes parts. Certains parlent de belle colonie de vacance.

Les partis politiques se suppriment? A croire que les candidats vont le proposer?

Le tournant de la campagne, vaste plaisanterie, trois axes ; laissons la porte ouverte à ceux qui disent on veut ! Ce qui démontre, le mal fondé au lieu de dire : « Nous souhaitons que vous sachiez» Participer à cette pièce théâtrale. Alfred Jarry Ubu Roi. 210 minutes de présence, pour 17 pour présenter un programme. Avec trois bases à la clef : Impossible. Laissons la porte ouverte pour les amuse-gueules? A vous de décider, nous verrons, mais sans concret?    

A ne pas en douter, le réalisme de « Pierre Perret » doit le faire mourir de rires. Le souvenir des trois jours « de préparation du service militaire » refait surface vision de « diverses folies ».

Où est passé le fruit de la « culture » de la France ? Il existe pour ceux qui ne l’ont connu, voire la pléthore de « servants chevaliers » De souvenirs encore eux surgissant tour à tour.

« Le monde des infirmières et du corps médical »

« Blanche-Neige et les 7 nains », à ne pas en douter, sans la blanche les 7 nains n’auraient jamais grandi. Le temps passant surgit « Les 7 mercenaires ». Dans la foulée la toile « Les 12 Salopards ». De ces contes, films,, réels ou imaginaires, frappés nous voyons apparaitre : « Une Nuit sur le Mont Chauve ».

La dérive des noms d’oiseaux, sont là dans tous les sens. Vrai à l’époque « Les sondages » ne fleurissaient pas. Les quotas de côté la Bretagne, passant pas Rennes, étape à Toulon, etc.

Que les nourritures et les desserts, seraient délicieux. Si chacun fessait sa propre cuisine. Une évidence à la foire aux bestiaux, chaque animal se rendit en dehors de la parenthèse de « Mélenchon » vrai que le fumier reste prolifique. Les animaux en fange ne sentent pas le chocolat.

Il fallait s’en douter, on ne peut négocier avec un seul ! Nous tombons dans la marmelade de célèbre « Scène ». Où ceux qui prirent tour auprès de la table, firent bombance. Il suffit pour ceux qui y croient le nombre de surprises ? Non ! vous diront les croyants où se trouvent les refuges de « L’incroyance ».

Arrive la conception des diverses formes de « suicides ». Socrate où qu’il se trouve, doit –avoir des moyens de communiquer sa « Ciguë ».

Toutes ces belles phrases sous formes de « métaphores » nous feraient presque marcher au pas « Pardon Chef, j’ai glissé » ! Sur la fausse ouverture des drogues de base, le danger du « Cannabis » on peut comprendre la chute de Monsieur Hamon, avec son revenu universel, etc.

Pendant ce temps d’autres dirent : « Zut, nous ne pourrons avoir notre joint gratuitement, en plus de nos cancers de folies » Combien sont ceux qui savent où se trouve la base du cerveau conducteur des maux humanoïdes.

Le réel danger d’entrer en « Campagne Présidentielle » ce qui fait la richesse de certains trafiquants, permet à des scientifiques, de nous mettre le nez dans certaines formes de masochismes ! Une des premières marches qui conduisent à l’échafaud, comme le dictait le film d’Alfred Hitchcock, dans « Les 39 marches » ou pire « Les Diaboliques ».

Nous n’avons que l’embarras de divers programmes. En couvrant le réalisme, nous passons d’un extrême à l’autre, comme si chacun se regardait dans la claque de sa poche à défaut le miroir de son portable, pour constater la buée des missives envoyées.

Un principe de folies visibles, non perceptibles au fond des pensées l’un voit et l’autre perçoit.

Il suffit de les prendre les uns à la suite des autres : Soit les « 11 candidats ».

Tous souhaitent faire partie des deux derniers, car à défaut pas de podiums possibles. On parle dans les médias, de tirs, de percées, d’envolées, etc.

Faut-il, aller plus loin, pour comprendre que 577 candidatures aux législatives de tout un chacun se trouvent dans « starting-block. Alors que quart suffit ! » Difficile de croire que l’un d’entre eux, pourrait battre Usain Bold « La campagne de Russie » La folie d’un certain « Hitler » ne sont en aucun cas un détail de l’histoire..

Déductions : Etre capables de savoir qu’il n’y y aura qu’un seul vainqueur « Le 1er ».

Revenir à l’époque de « Périclès » Quels « foutoirs » disent « les jeunes » de France à diverses interrogations, ils ne souhaitent que : « Vivres en Paix » essayer de se sustenter sans devenir obèse, une famille, des amis, etc.

Actuellement contre vents et marées : 40% des électeurs n’ont pas fait leur choix. Une évidence à nouveau dans cinq ans, les français, les européens, reprendront « Le combat des Chefs » de plus belle. Durant une année, pas loin, la loi des partis prendra le pas, sur les malveillances, turpitudes tels que payer les jeunes pour aller à l’école ! Déjà débattu en 2012 !

« La Guyane » qui est une ile ? Hamon qui passe à La Réunion avec l’argent des votants du P.S. ! C’est bien la France? Oui même que le RMI se cultive !

À côté ? Oui, oui, s’y trouve « La Soufrière » ne surtout pas perdre de sens, que l’on passe de « Gossier » à Basse-Terre, essayez de retrouver « La Guadeloupe ».

Plus haut, ils partagent le même « Bar » la même « Table » dans les « Assemblées » les virulences, comme les virus, et les microbes se propagent à vitesse grand « V ».

La réalité, à savoir la vie, la démonstration est faite, certains vont tenter de faire croire que « L’herbe est bien plus verte Ailleurs » à ne pas en douter tout dépendra de la qualité de la terre. Sans omettre l’âge que nous avons !

Ne pas omettre, que le sol doit-être irrigué, attention, le paysan est indispensable, un coup pour rien, certains pensent « casser la baraque » alors que tous sont en campagne électorale.

Les folies gagnent chacun, ces bagarres pour un « Trône » non à Versailles, mais via L’Elysée.

Les guignols de l’info du monde, ont disparu de certains écrans dans toutes les langues, sauf les insultes à mots découverts, qu’y compris ? Les enfants de 5 ans les comprennent.

Question : Dites-vous voulez me dire, « c’est bien cela qu’il a voulu dire, bing la bouse fait tomber dans la maison ; mais avant dans les assiettes « !

En profondeur traces de manque de communications, de langages qui font que chacun choisit son Etat. Dans la mesure où « D’autres procèdent à des lavages de cerveaux gratuits »

Preuve faite « Douze Hommes en Colère » donnent par qui « Sonne le Glas », des résidus de « La Ligne Verte » pour les plus romantiques « Love Story » Chacun des candidats de leurs partisans, diront « Ne me Quitte Pas ». Avec Le temps ! Songes d’un instant.

Une autre entente la « Foule » ou « La Vie en Rose » entre deux il existe « La mer ».

Lorsque les médias du moins la majorité, confondent profits personnels et la différence entre l’intérêt collectif, il en va de même en ce qui concerne les candidats.

Il se dégage que par la force, personne ne peut gagner ! Ils sont pourtant nombreux à y être arrivés, par « fourberies » associées par dépit, aux sens des « mensonges ».

Quoi que chacun puisse en dire ou écrire, « le 7 mai 2017, nous aurons « un pseudo président » ce sera le choix de la majorité. Il serait utile, indispensable de lui demander :

Avez-vous lu « Le Petit Prince » ou croyez-vous au « Père-Noël » ?

Les rêves sont beaux et restant enfant du pays. En ce qui me concerne un mot retient tous mes espoirs : « Je vous aime » certains diront comment ?

Un mot me viendra : « Simplement ». Notre époque n’avance que sur un plan scientifique.

La « Stratosphère Humaine » elle recule. Il faut un Etat de droits, faisons valoir le réalisme de « l’équilibre humain ». Quand La Justice ne fonctionne pas ou mal, « elle » tue ».

La solution réside en une seule vision se battre pour l’humain. Faute de véritables combattants d’expériences la nuit ne succédera plus à la clarté du sourire de l’enfant au matin.

Toutes les expériences payent, il nous reste à faire le vrai bon choix. Impensable de construire une maison, un refuge et les habitants non choisi, dans le monde de l’ignorance.

Un seul candidat semble avoir choisi son 1er ministre ? Une victoire se propage à l’horizon ? L’expérience paie. Nous ne pourrons jamais avoir quoi que ce soit sans les moindres efforts de la raison. Celle que nous impose la réalité. Par la violence du déni nous finirons écumés.

Le monde ne se transformera qui si la main de l’homme appelée aux puissances de ce nous représentons, évitons de tomber en sombrant.

Un débat de plus ou de moins n’apportera plus rien à ce stade, l’éclair puissance 1000, que les analystes dits, tentent de vouloir faire entrer dans notre réflexion.

Ce dernier rempart demeure inviolable tel que, la désintégration des atomes provoque les pires irradiations à divers stades de toutes races humaines.

Nous avons vu, lu, commenté, ici et ailleurs, la volonté de refaire une terre noble. Le temps est surement passé, ou les instituteurs diront certains ne servent plus à grand-chose, tels les modes de soins qui nous murmure comme à l’oreille des chevaux : Vous vivrez plus de temps sans perdre la raison en buvant l’eau venu des sources. Les sorties de Madame Touraine, vivement que le gouvernement Hollande finisse.

Difficile de faire passer l’animal le chat, par le trou d’une aiguille, à ne pas médire, c’est au plus juste, ce que les puissances financières tentent de faire avaler.

Sachons avec le plus de justesse sentir et prendre nos souffrances en patience, plutôt que de n’avoir que cela à transmettre aux générations à venir. Que nous, ne verrons pas.

Le P.S mort par manque d’expérience, d’efficacité de Monsieur Hollande. Besoin de leçons pour constater : la valeur des générations à venir, se trouve dans les acquis de notre passé.

Peinez que cela, se passe en marchant, le parcours sera plus long de Spartes à Athènes.

Un regard dans un tout petit rétroviseur, nous aurons comme idéologie que notre principale puissance c’est nous qui l’avons. Le choix de chacun, démontrera les valeurs de demain.

Les choix sont tellement disparates que la majorité fuit ses responsabilités, dans le cadre d’accusations sans fondement.

Les valises sont plus lourdes à porter que de se prendre pour ce que nous ne sommes pas !

Le Panda

Patrick Juan

 

 

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

DU RÊVE A LA REALITE

macronJ’avais titré en septembre 2016 : UN SUBTIL PARADOXE puis avant le 25 avril Ici avoir la prétention d’avoir senti puis d’écrire ce qu’il préparait me dicte ce jour à dire et à confirmer que j’avais visé juste. Du travail bien fait.

Tout comme je pense que Trump élu aux U SA à fortes probabilités d’être déchu tant ses brouettes d’escroqueries sont lourdes encore plus grave que le fameux Watergate, nous aurons peut-être l’occasion parler à nouveau !

Le paradoxe est devenu réalités, emmerdantes pour la gauche comme la droite, où tous les mots sont bons de Traitre à fourbe à inexpérimenté.

Les questions sont aussi diverses que les qualificatifs, mais bon comme dirait Gaston La Gaffe ou les PIEDS Nickelés il est sorti du bourbier financier pour apporter une jeunesse dont Hollande a tiré le maximum.

Sources le Nouvel Obs :

Le secret de Polichinelle n’est plus un secret du tout. Sept mois après le lancement de son mouvement En Marche, trois mois après son départ du gouvernement, Emmanuel Macron a annoncé, sa candidature à l’élection présidentielle. L’allocution fut courte, le ton grave :

C’est une étape importante que nous allons franchir aujourd’hui.

Dans quelques mois, avec l’élection présidentielle, une opportunité nous est offerte, celle de refuser le statu quo pour enfin avancer.

trum-presidentC’est pourquoi je suis candidat à la présidence de la République, parce que je crois plus que tout que nous pouvons réussir, que la France peut réussir. »

Le lieu et le moment avaient été soigneusement choisis. Le lieu, d’abord. L’ancien ministre de l’Economie s’est exprimé depuis le campus des métiers et de l’entreprise à Bobigny. Un centre d’apprentissage pour souligner encore sa double priorité, l’emploi et la jeunesse, comme il l’avait fait dans la semaine dernière, en consacrant les premières annonces de son programme à ces deux thèmes. Qui plus est en Seine-Saint-Denis, terreau d’abstentionnistes et de déçus du hollandisme, deux catégories que visent particulièrement le néo-candidat.

Le moment, ensuite. Macron le martelait : « Mes choix ne seront pas déterminés par l’extérieur. » Sous-entendu : il n’attendrait pas de connaître l’issue des primaires de la droite et de la gauche pour se positionner. De fait, il s’est déclaré à quelques jours du premier tour de la primaire de la droite, et grille au passage la politesse à François Hollande, lequel annoncera son propre choix début décembre.

Voici donc Emmanuel Macron aligné sur la ligne de départ de la course à la présidentielle.

Pour la première fois, à 38 ans seulement.

Lui qui, il y a moins de cinq ans, occupait l’obscur poste de secrétaire général adjoint de l’Elysée, endosse aujourd’hui les habits de lumière de présidentiable.

Si sa candidature était certaine depuis quelques semaines, il n’en fut pas toujours ainsi.

Au contraire. Longtemps, personne ne l’a vu venir, ou n’a voulu y croire.

La fusée Macron, son plan secret pour 2017, les réactions sont dubitatives.

PRESIDENTIELLE DERRIERE OU DEVANTL’intéressé ne confirme pas et on doute dans les arcanes du pouvoir.

Tout trublion qu’il est, comment le protégé de Hollande pourrait-il tuer le père ?

Un père qui, justement, est rassuré début avril, quelques jours avant le lancement du mouvement macaroniste.

Son poulain lui confie qu’il ne va créer qu’une simple plateforme numérique de mobilisation citoyenne.

Cela pourra toujours servir au président sortant, le moment venu.

Le 6 avril, dans sa ville natale d’Amiens, c’est pourtant une véritable formation politique que lance Emmanuel Macron. Il s’appuie certes sur un site internet, mais ses statuts sont ceux d’un parti, au sens classique du terme. Deux associations sont créées : une pour faire campagne, l’autre pour recueillir des dons. Comme le fait tout candidat.

Une démission en suspens

Le ministre de l’Economie, qu’il est alors toujours, joue sa carte personnelle, et tout le monde le comprend peu à peu. Plusieurs instituts de sondages commencent même à tester les intentions de vote le concernant. Et elles ne sont pas minces. De quoi continuer à alimenter la chronique, qui enfle aussi à mesure de ses déclarations contrevenant à la sacro-sainte solidarité gouvernementale. Au point que la question n’est plus de savoir s’il va démissionner, mais quand.

PAS POUR DEMAIN TROP DE FRIC EN JEULes fins limiers sont sur les rangs. Mediapart l’annonce le 10 juin, puis « le Canard enchaîné » le 12 juillet, le 25 avril Les Voix du Panda. Las, rien ne se passe à la première date, mais le locataire de Bercy organise son premier grand meeting à Paris lors de la seconde. A la Maison de la Mutualité, il n’annoncera rien, mais pourra mesurer sa popularité. La salle est comble, ce qui se répétera à chaque nouvelle réunion publique.

Les proches du président, désormais, mettent en garde l’Elysée. Mais le chef de l’Etat reste de marbre. Celui avec qui il entretient une relation quasi filiale ne peut se retourner contre lui, pense-t-il encore. Lorsque Macron lui fait personnellement part de l’hypothèse d’un départ, le 29 août dernier, Hollande se refuse toujours à y croire. Le même Macron démissionnera pourtant… le lendemain !

Une candidature construite

Ce n’est maintenant plus son envie de se présenter qui fait débat, mais sa capacité à pouvoir le faire. Chaque fois que sa candidature est évoquée, ses adversaires ne manquent pas d’agiter le chiffon rouge d’un nouveau 21 avril. Il présente son diagnostic de l’état de la France lors de trois meetings en octobre, ses contempteurs ne manquent pas de souligner son absence de programme.

Pendant ce temps, Macron trace sa route, il poursuit sa marche en avant. Et répond point par point. Un nouveau 21 avril ? « Sans moi, la gauche est éliminée à coup sûr du second tour », répond-il. Son absence de programme ? Il est actuellement en train de l’annoncer, pan par pan.

« Les éléphants du PS ne veulent pas voir ce qu’il se passe autour de Macron, comme ils ne voulait pas voir ce qu’il se passait autour de Royal en 2006″, analysait-on au sein d’En Marche ! En effet, aujourd’hui lesté de près de 100.000 adhérents et de 3 millions de dons, il entre en campagne présidentielle. L’inconnue, désormais, ne concerne plus que le score qu’il réalisera.

Julien Martin

Il me semble, non cela serait parler en langue politicienne, sentant venir ce moment, il était sorti sur ce site un article qui comme Nostradamus laisser augurer de l’intention à l’action.

Aucune fantaisie un réalisme qui vaut ce qu’il faille dans ce monde, ou l’Association vieux jeunes est la démonstration du Salaire de la Peur qui n’existe plus.

Pour mieux comprendre peut-être la fantasia qui se prépare pour ceux qui ne le connaisse pas découvrons qui est Emmanuel Macron, avant, pendant, puis qui sait après !

Jusqu’à présent ou presque tout semble lui sourire.

ON NE SAURA JAMAIS LA VERITEA ne pas ne douter il sait et fait mieux que quiconque une rentrée En Marche chez les jeunes surtout trentenaires qui représentent les forces vives de la France.

Dans moins de temps qu’il ne faille pour le dire, les Médias de bonnes intentions mêlés aux Instituts de Sondages vont surement faire de ce subtil paradoxe l’Alaï d’une valse à plusieurs temps, mais avec la perte Du Beau Danube Bleue.

A ne pas en douter les obstacles vont commencer mais la simple question reste de savoir pour qui et à partir de quand ?Il est libre de tous mouvements, il semble difficile d’entrée de penser que sa liberté d’expression soit aussi rapide que certains puissent le croire.

La droite dite traditionnelle en plein combat !

La gauche en plein flagrant délit les doigts prît dans un pot de confiture !

Quoi qu’il en soit, il n’y avait plus de choix, mais l’émission Capital a fermé ses portes, cet été ce qui ne coupe en rien la valeur des reportages effectués qui laisseront des traces indélébiles.

A présent le livre prévu de sortie en Octobre 2016, donnera le Cap de la Bonne ou La Mauvaise Espérance pour 2017.

En l’instant nous sommes en pleine inconnu sur le titre, les brides lâchées en divers lieux laissent penser qu’il y aura un passage expliquant pourquoi il a démissionné !

Il a désormais les mains libres. La rumeur d’un départ d’Emmanuel Macron de Bercy courait depuis des mois. Mardi 30 août, le ministre de l’Economie a finalement présenté sa démission à François Hollande, qui l’a acceptée.

Comment s’est décidé ce claquement de porte, dont on ignore encore s’il signifie une entrée en lice dans la course présidentielle ? Récapitulatif en trois étapes.

CPBNKAfUxxtcNnH-800x450-noPadEn avril, il lance son propre parti 

A en croire L’Obs, Emmanuel Macron songe dès la fin de l’été 2015 à créer son parti.

Il rêve alors d’ajouter le Travail à son portefeuille de l’Economie, c’est Myriam El-Khomri qui obtient le maroquin, après le départ de François Rebsamen. 

Lorsqu’est abandonnée l’idée d’une loi Macron 2, en janvier 2016, le ministre de l’Economie juge que la coupe est pleine et veut quitter le gouvernement.

Le chef de l’Etat l’en dissuade, selon L’Obs, en lui donnant toute latitude pour s’exprimer.

L’ancien banquier en profite pleinement.

Il multiplie les piques contre la gauche et le gouvernement, et finit par annoncer officiellement, le 6 avril, la création de son propre mouvement, En marche !

Parallèlement, il cultive son image people.

Le 14 avril, il fait la une de Paris Match avec sa femme Brigitte.

La photo illustre un titre qui apparaît comme une provocation pour l’exécutif :

Ensemble sur la route du pouvoir.

La rumeur enfle : Mediapart avance que le ministre va démissionner le 10 juin, Le Canard enchaîné évoque la date du 12 juillet.

En juillet, il est sur le point de partir !

Bingo ? Pas vraiment.

Le 12 juillet ne marque pas le jour de sa démission, mais du premier meeting de son mouvement En marche !

À la Mutualité, dans le 5e arrondissement de Paris.

Rien ne m’arrêtera, lance le ministre à ses supporters.

Le meeting dope les ardeurs de ses proches.

hollande-valls-macronSelon Le Parisien, le principe, comme le calendrier de sa démission, a été acté dès le 13 juillet, au lendemain de son fracassant meeting, lors d’une réunion avec une petite dizaine de ses plus fidèles soutiens.

Une date, affirme L’Obs, est sur la table des réunions du premier cercle :

La fin du mois de juillet ou le début du mois d’août.

Mais les attentats de Nice, le 14 juillet, et de Saint-Etienne-du-Rouvray, le 26 juillet, empêchent Emmanuel Macron de passer à l’acte.

Impossible de paraître quitter le navire dans des circonstances dramatiques.

Le 10 août, le ministre s’offre à nouveau le luxe d’une nouvelle une de Paris Match, sur la plage avec sa femme.

Vacances en amoureux avant l’offensive, annonce l’hebdomadaire.

Le 30 août, il démissionne

L’offensive annoncée a lieu le 30 août.

Les conjurés, fidèles soutiens d’Emmanuel Macron, en auraient décidé ainsi cinq jours plus tôt, affirme Le Parisien.

La date apparaît optimale en termes de communication pour bénéficier d’un maximum de résonance juste avant l’effervescence de la rentrée.

Quelques jours plus tôt, pourtant, les proches du ministre assurent que rien n’est fait et qu’il faudra attendre octobre. 

Le président a-t-il été averti de ce secret apparemment bien gardé ?

Lundi 29 août au matin, il voit en tête à tête Emmanuel Macron, raconte Le Parisien, et le somme de choisir entre le gouvernement et ses ambitions personnelles.

Emmanuel Macron hésite. Il ne donne pas sa décision et demande un peu de temps.

Le chef de l’Etat le lui accorde mais il se fait sa conviction dans la journée : son ministre va démissionner, relate Europe 1, en précisant que François Hollande prévient alors Manuel Valls. 

La nuit du 29 au 30 août, le quotidien économique Les Echos annonce le départ imminent du ministre. Emmanuel Macron appelle en début de matinée le chef de l’Etat pour lui annoncer que sa décision est prise.

MON COEURA 15 heures, il vient lui présenter sa démission. 

Reste à savoir pour quoi faire.

S’il s’est montré prolixe, sur TF1, pendant plus de 25 minutes, il a refusé de dire s’il était ou non candidat à la présidentielle.

Selon L’Obs, il ne prendra pas sa décision avant décembre ou janvier.

Le pari n’a rien d’évident : les sondeurs le répètent en chœur, Emmanuel Macron plaît à un public âgé, aisé, et pas franchement de gauche.

Donc, conclut le directeur Opinions d’Harris Interactive, Jean-Daniel Lévy, dans une interview à Libération, il ne parle pas à l’ensemble de la gauche, ni même à l’ensemble des Français.

Il y a de quoi se détrompez et les faits vont peut-être le démontrer.

Il vise juste et l’application à deux reprises de l’article 49 alinéa 3, qui a failli faire tomber le Gouvernement risque fort de fermer les portes à tous ceux qui depuis plus de trente années ne font que ce qu’ils veulent.

Un dicton existe il faut mieux être riche et en bonne santé ! Que pauvre et malade !

Il connait les antres du pouvoir à présent reste à savoir la recherche ou la pêche aux voix risque de le mener

Quant aux phénomènes dont la façon ou la Justice est rendu en France et le nombre de fois où elle est condamnée semble loin de s’éteindre.

Une réponse simple fusse elle n’est pas la seule nation, effectivement, mais les kamikazes ne sont pas uniques non plus, ce n’est pas une raison pour les laisser agir à leurs convenances.

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), dont le siège se situe à Strasbourg, veille au respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales prévus dans la Convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales , signée par les Etats membres du Conseil de l’Europe.

Ainsi, la Cour peut-elle être saisie par tout justiciable qui s’estime victime d’une violation, par l’un des Etats contractants, d’un droit ou d’une liberté reconnue par ladite Convention.

Toutefois le justiciable devra avoir épuisé l’ensemble des voies de recours au niveau interne avant de porter le litige devant la Cour de Strasbourg.

Des condamnations fréquentes :

Pour la CEDH, la France est un mauvais élève.

Dernière condamnation en date : la Cour a condamné la France à dédommager les proches d’un jeune homme, tué dans le Var en 2008 par un gendarme.

Devant la juridiction, la douzaine de requérants appartenant à la communauté des gens du voyage, s’était plainte de la mort injustifiable de leur proche.

Les juges de la CEDH ont ainsi tranché, en partie, en faveur de la famille, considérant que d’autres possibilités d’action s’offraient au gendarme pour tenter l’arrestation, au lieu d’ouvrir le feu.

L’enquête, elle, a été menée correctement aux yeux de la CEDH.

Quant à la Cour de Draguignan, qui s’était chargée de l’affaire en France en 2010, elle avait acquitté le gendarme, jugeant son acte prescrit ou autorisé par les dispositions législatives ou réglementaires

Ce cas n’est qu’un exemple, mais il est emblématique.

adieu-balanceLa France a été condamnée 23 fois en 2011, et plus de 600 fois sur plus de 870 jugements selon les chiffres inscrits dans le rapport annuel de 2012, depuis la mise en place du règlement de la Cour Européenne en 1959, sa création date de 1949.

Les principaux domaines incriminés :

Premier chef d’accusation : la lenteur de la procédure, qui a valu à la France, selon les documents officiels de 2012, 281 condamnations au total.

L’article 6 de la Convention est également souvent en cause : il garantit le droit à un procès équitable.

Là encore la France a commis 257 infractions sur ce point.

Concernant le droit à la liberté et à la sûreté (article 5), l’Hexagone s’est rendu coupable de 54 infractions.

Dans l’ordre ensuite, la France a été confrontée 34 fois à des infractions pour violation du droit à un recours effectif (article 13) un justiciable doit avoir la possibilité de saisir une juridiction nationale en cas de violation de l’un des droits prévus dans la Convention européenne, 30 fois pour violation du droit au respect de la vie privée et familiale (article 8) et 28 fois pour violation de la liberté d’expression (article 10).

Elle a enfin été jugée responsable de 22 violations de l’interdiction des traitements inhumains ou dégradants (article 3).

Cela effectivement place la France, l’Europe dans une position d’une refonte presque totale par un changement de République, faut-il encore que les élus possèdent le courage de mettre en place les applications indispensables.

Ne perdons pas de vue que la Justice est un des trois logos qui figurent sur l’ensemble des mairies en France.

La faiblesse et la fuite des capitaux du savoir s’expliquent par le pouvoir financier face au droit de savoir, ce qui explique que la majorité des jeunes entrant aux portes des facultés soient aussi méconnaissant de la culture des anciens.

Il suffit avec objectivité de savoir combien d’élèves en France ne savent pratiquement ni lire, ni écrient, 30% d’illettrés en France

Chaque année, lors de la Journée Défense et Citoyenneté (ex JAPD), des tests de lecture sont effectués parmi les appelés afin de tester le niveau national.

D’après un document officiel de l’Éducation Nationale, indique que 30% de ceux qui l’ont passé sont illettrés ; sachant que ces jeunes ont 17 ans et qu’ils ont passé 12 ans dans le système éducatif français, qui engloutit chaque année 17% du budget de l’État.

Belle performance !

Pourtant, les auteurs du rapport se congratulent de satisfécits mutuels, à tel point que l’on pourrait passer à côté de cet échec cuisant, et croire à une belle victoire de l’équipe olympique française de lecture.

Le rapport annonce en effet 80.3% de lecteurs efficaces, ce qui fait tout de même 19.7% de lecteurs inefficaces, car il ne faut pas dire illettrés.

Parmi ces 80%, 10.3% sont des profils 5c, c’est-à-dire une population de lecteurs qui, malgré des déficits importants des processus automatisés impliqués dans l’identification des mots, réussit les traitements complexes de l’écrit, et cela en s’appuyant sur une compétence lexicale avérée.

Leur lecture est fonctionnelle grâce à une stratégie de compensation fructueuse.

Ils ont su adapter leur vitesse de lecture, relire et maintenir un effort particulier d’attention en dépit de leur mauvaise automatisation des mécanismes de base de la lecture.

 

Voilà une présentation plutôt bienveillante pour signifier que ces profils ne savent pas lire correctement mais qu’ils arrivent à corriger leurs lacunes grâce à une compréhension globale du texte.

Le texte qui était lu étant soit un article de magazine télé, soit un texte basique.

On n’ose imaginer les résultats avec des textes littéraires, voire même des articles de journaux.

La suite de la présentation du profil 5c est nettement moins positive :

La faible vitesse avec laquelle ils traitent les écrits marque la différence entre eux et les lecteurs du profil 5d.

Les lecteurs du profil 5c sont efficaces mais plus lents : en moyenne, les jeunes du profil 5c mettent 2,5 secondes à déchiffrer une paire de mots, contre 1,3 seconde pour les jeunes du profil 5d.

 

en-retraitLa question qui se pose pour ces jeunes reste celle des effets d’un éventuel éloignement des pratiques de lecture et d’écriture : les mécanismes de base étant insuffisamment automatisés, s’ils s’éloignent de toute pratique, l’érosion de la compétence peut les entraîner vers une perte d’efficacité importante dans l’usage des écrits.

Les sollicitations de leur environnement professionnel et social seront donc déterminantes. 

Les auteurs ont beaux essayé de cacher l’échec derrière un optimisme de façade ils sont quand même obligés de dire que les 5c lisent deux fois moins vite que les 5d pour déchiffrer une paire de mots.

Imaginons les résultats avec une phrase de littérature.

Quant à leur devenir, leur manque de pratique va provoquer une érosion de la compétence qui n’est déjà pas bien grande et donc une perte d’efficacité importante. 

Donc ces semi-illettrés à l’adolescence seront des illettrés complets à l’âge adulte.

Il n’y a donc que 69.7% de lecteurs complets, et 30.3% d’illettrés en France.

Ce taux nous fait revenir au milieu du XIXe siècle.

Une langue de bois soviétique

La culture soviétique qui emplit ce rapport est consternante.

On cherche vainement à dissimuler l’échec derrière des euphémismes et des litotes qui ne prennent pas : le mot illettré n’apparaît jamais dans le rapport, et on ne parle pas d’illettrisme  mais de « situation d’illettrisme, terme auquel les rédacteurs sont bien obligés de recourir une fois.

On évoque sinon des jeunes aux acquis limités et des jeunes en difficulté de lecture. Pour ceux qui liraient le rapport sans savoir lire les sous-entendus, cela pourrait peut être passer.

Un déni de réalité

petro-dollard-trafic-en-eurosDernier satisfecit, les résultats s’améliorent : La comparaison des données de 2011 avec celles de 2009 et 2010 indique une légère baisse du pourcentage de jeunes en difficulté de lecture : ils sont 10,4 % en 2011 contre 10,6 % en 2009 et 10,8 % en 2010. 

Plus que d’une baisse il faudrait surtout parler de fluctuation statistique dont on ne peut tirer aucun réconfort.

La comparaison avec les années antérieures à 2009 n’est d’ailleurs pas possible puisque les tests ont été modifiés :

Les tests ayant changé à partir de 2009, ces résultats ne sont pas directement comparables avec les années précédentes.

S’y on s’y essaye malgré tout on arrive à la conclusion que la situation s’améliore puisqu’il y a moins d’élèves en situation de difficulté de lecture.

Le niveau est-il en train de monter ? Non.

Mais constatant que les résultats obtenus étaient trop négatifs il a été décidé de revoir la modalité de passage des tests en les rendant plus faciles.

Casser le thermomètre est une excellente façon de ne pas mesurer la fièvre.

Il semble que la nouvelle modalité de passation, beaucoup moins scolaire, a fait notablement diminuer les mauvaises performances dues à des refus de répondre sérieusement aux exercices proposés.

D’une part, l’interactivité du procédé rend l’interrogation plus ludique, d’autre part, la pression temporelle exercée par le déroulement automatisé et commun des épreuves nécessite une certaine attention, même sur des tâches d’apparence simple.

Si le niveau continue de baisser, on veillera à produire d’autres tests.

Le chiffre de 30% d’illettrés en France serait-il donc minoré ?

Pour un paternalisme du XXIe siècle

Les chefs d’entreprise devraient s’effrayer de ces résultats, car même s’ils recrutent dans des métiers manuels il leur faudra obligatoirement du personnel sachant lire et écrire convenablement.

Devant la faillite de l’école, et ne pouvant rien attendre des réformes à venir, il leur est indispensable de financer des écoles indépendantes, afin de former convenablement les futurs employés dont ils ont besoin.

le-textePuisque l’État n’est pas en mesure d’apprendre à lire à 30% de la jeunesse de France, c’est aux entreprises à recréer un paternalisme du XXIe siècle et à financer leurs propres établissements, comme l’ont fait Michelin, Wendel, Schneider et tant d’autres avant eux.

Ce sont ces patrons qui ont permis de vaincre l’illettrisme en France au XIXe siècle, et non pas les lois Ferry.

Si 30% des jeunes de France ne savent pas lire à 17 ans, il ne faut pas croire que les 70% autres sont des génies.

Quel est leur capacité à disserter, à analyser un document, à produire un rapport écrit, à avoir une ouverture sur les cultures du monde, quand ils ne sont pas capables de lire un manuel destiné aux Terminales de 1963 ?

L’école est à financer par les entreprises, mais aussi les collèges et les lycées.

Il est trop facile aux chefs d’entreprise de se retrancher derrière ces piètres résultats pour dénoncer l’étatisme français et la faillite de l’école.

Que font-ils pour remédier à ce scandale ?

Que font les entreprises du CAC 40 et du SBF 120 pour lutter contre l’illettrisme ?

Que ne voit-on des fondations d’entreprise se créer pour financer des écoles libres en France ?

Ce sera beaucoup plus utile que de financer un art contemporain douteux ou de gaspiller des bénéfices dans du mécénat fumeux.

UNE MAIN DE LIBERTESC’est à vous, chefs d’entreprise, de prendre les choses en main, il y va de la survie de votre entreprise, et de l’économie française.

Alors il faudrait et ces lieux portent bien leur nom La Jungle De Calais !

Lorsque la Laïcité puis la Liberté prenne à tour de rôle, la signification qui reste un sujet ne pouvant se traiter en un seul jet, cela démontre à coup sûr que nous y reviendrons.

Le Panda

Patrick Juan

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)

LA CORRUPTION SPORT ET LES POLITIQUES

OlympicsIl suffit juste de regarder un peu pour comprendre que la corruption se trouve à tous les stades.

Ce n’est nullement un jeu de mots, suffisamment des scandales en apparence actionnables tirent les usufruits d’un penchant plus que déviant mais il faut avoir le réalisme de le constater.

En dehors du lampiste de base plus personne ou presque n’est responsable de quoi que ce soit.

Les J.O. qui se déroule à Rio en cette année 2016 n’est nullement la goutte la celle qui fait déborder le vase, mais les divers scandales où tout se mêle.

De là, à croire ou penser qu’il n’y que Rio reste une supercherie phénoménale !

La Justice corrompu en fonction des dividendes. En commençant par Madame Taubira et Cie cela remonte à 2001 et continu !

Comment pouvoir prétendre une Justice équitable il est vrai que les propos tenus non rien à voir avec les réalités !

La corruption politico-financière en voici quelques exemples et ensuite subsiste le sceau du glaive et de la balance, c’est plus que la honte, mais les coupables sont libres.

Le sport attribué à des nations qui ne respectent rien ni personne.

Les politiques représentaient en apparence par des commissions occultes pour le quidam de base mais plus que connu mais ils ont l’avantage de savoir nager en eaux troubles.

0Il y a des lustres que plus ou moins une poignée de personnes essaient de tenir le cap de la légalité, elles sont vites réduites au silence par divers actes qui éclatent au miroir du soleil, une évidence la peau des biens nommés sont bien à l’abri de toutes hostilités !

Le travail et Pole Emploi sont à la solde du gouvernement donc là encore une manipulation de formation imaginaire qui de façon fictive fait réduire le nombre de chômeurs pour faciliter certaines élections.

Ces faits ne datent point de ce moment, mai sommes nous tous cautions ou voleurs de voleurs ?

Certains champions y compris olympiques ne peuvent pas même vivre de leur hypothétique médaille d’or, ce n’est point une apparence mais une réalité ils marqueront les annales de certaines disciplines, mais finiront dans la majorité des cas dans la misère.

La lutte contre toutes les formes de drogues plus que facile d’en parler avec un masque de loup, puis pour cause car ce sont les pays producteurs qui financent par des dessous de table les campagnes électorales.

Un exemple parmi des milliers de l’arbre qui cache la forêt !

Clermont-Ferrand remplace ou reste le jumeau des ramblas à Barcelone mais même mieux à Chefchaouen au Maroc ! Il y masse de complicités non élucidées et qui profite à qui l’on n’ose pas penser.

Ce n’est nullement un panache réservé une élite puisque juste un petit exemple tout ce qu’il y a de plus modeste la vente du tabac est interdite aux mineurs en ce qui concerne la France, il semblerait que ce soit une lutte paritaire à mourir puisque des distributeurs de tabacs sont installés dans les grandes surfaces.

Puis effectivement pas vu pas pris, il en est de même pour l’achat des alcools de drogues dures même s’il n’existe pas de petite ou grande drogue ; il y a la drogue tout simplement mortelle et cela tout comme les faits cités ci-dessus se font à la vue et au su de tous Etats.

Les cousins belges le savent plus que bien mais les corrupteurs font silence !

Donc il ne faut pas être surpris lorsque l’on constate la montée du terrorisme à divers, nous avons le sentiment de remonter à l’époque de Robespierre, mais la terreur semble avoir changé de camp et cela est plus que regrettable dans tous les du terme.

6Mais comment le disait une personne Selon que vous soyez…..

Il existe diverses portes de solutions saines claires et propres mais il existe de nos jours comme je le titrais en 1993 plus de cent raisons de faire une véritable révolution, même si indéniablement force doit rester à la Loi, mais nous vivons en la circonstance tout ou presque sauf la fausse Loi du Talion !

10 bonnes raisons de faire à nouveau la Révolution !

Les causes de la Révolution de 1789 sont à nouveau réunies:

Injustices criantes et accaparement du pouvoir par une caste de privilégiés. Voici donc 10 bonnes raisons de faire à nouveau la Révolution…

1 La hausse des prix de 40% – La misère en travaillant

À l’occasion du passage à l’Euro, les prix des produits de base ont augmenté de 40%, au bénéfice des entreprises de la grande distribution. Mais officiellement, l’inflation pendant cette période n’a été que de 2%.

Alors que les prix augmentent, les salaires réels (après impôts, taxes et cotisations diverses, loyer, eau et électricité) n’ont pas augmenté depuis 20 ans, et les salariés ne bénéficient jamais des fruits de la croissance, malgré les fantastiques bénéfices réalisés par les entreprises.

Aujourd’hui, le salaire d’une majorité de salariés est à peine suffisant pour assurer la survie quotidienne.

Autrefois, les seuls pauvres étaient des chômeurs. Avec le “nouvel ordre économique”, il

est devenu normal d’être pauvre en travaillant. Dans le même temps, les multinationales

affichent des profits records qui bénéficient pour l’essentiel aux actionnaires, rarement à l’investissement, et jamais aux salariés.

42 Deux poids et deux mesures pour les salariés et les dirigeants d’entreprises

L’écart entre les salaires est devenu astronomique. Par ailleurs, lorsqu’un salarié commet la moindre faute, il est licencié sans pitié. Le plus souvent, il est même licencié sans avoir commis de faute.

Dans le même temps, les dirigeants qui ont ruiné leur entreprise conservent leur poste en bénéficiant même d’une augmentation de salaire (comme Serge Tchuruk à Alcatel), ou bien ils reçoivent des millions d’euros d’indemnités de départ (comme Michel Bon à France Telecom, ou Jean-Marie Messier à Vivendi Universal, parti avec 20 millions d’euros, soit 27 600 fois les indemnités de chômage du salarié de base).

En 2002, le salaire moyen des PDG des grandes entreprises françaises était de 2 070 000 euros par an. Pour gagner la même somme, un salarié de base devrait travailler pendant 172 ans. (*)

(*) Entreprises du CAC 40.

3 Deux poids et deux mesures pour la justice Selon la Constitution et la Déclaration

des droits de l’homme de 1789, la justice est la même pour tous? La réalité est devenue bien différente.

Alors qu’on accorde toujours plus de liberté aux entreprises, le citoyen ordinaire est soumis à une répression policière de plus en plus oppressante et à des réglementations de plus en plus contraignantes.

A la moindre faute de sa part, les sanctions sont impitoyables.

Récemment, un automobiliste a été condamné à 2 ans de prison ferme pour un excès de vitesse qui n’a pas causé d’accident. Une mère de famille peut être condamnée à 4 mois de prison ferme si ses enfants ne sont pas allés à l’école.

QUEL REALISME DE VRAIS PROPOSEt José Bové a été condamné à 18 mois de prison ferme pour avoir arraché des plants de maïs transgéniques dans un champ. Dans le même temps, et dans des affaires qui ont causé des préjudices beaucoup plus graves, les élites politiques et économiques bénéficient d’une impunité systématique. Ainsi, Jean-Claude Trichet (ancien président de la Banque de France et membre du Groupe de Bilderberg) a été “totalement blanchi” à propos des malversations financières du Crédit Lyonnais. De même, Roland Dumas a échappé à une condamnation dans l’affaire d’Elf Aquitaine, des frégates de Taiwan et de leurs commissions occultes. Et dans l’affaire du “sang contaminé”, le ministre de la santé Edmond Hervé a été condamné à quelques mois de prison ferme, mais a été “dispensé de peine” par le tribunal. Etc.

14 Le décalage entre les impôts élevés et l’inefficacité croissante des services de l’Etat

Malgré la médiocrité des services publics, les impôts demeurent très élevés.

En additionnant l’impôt sur le revenu, les impôts locaux, l’impôt foncier, la TVA et les taxes sur l’essence, les prélèvements de l’Etat représentent plus de la moitié du revenu d’un salarié moyen.

Dans le même temps, la qualité de l’éducation se dégrade faute de professeurs en nombre suffisant, faute de locaux adaptés et d’un matériel pédagogique moderne (ordinateurs, magnétoscopes, etc.).

Pire encore est le délabrement des services de santé. Dans les hôpitaux, il devient habituel que des blessés attendent pendant 24 heures sur un brancard Emeutes, violences et confrontations: «raisons d’une Révolution»

Gavroche, toile de Delacroix… Dérapages? Voulus ou involontaires…

E x c l u s i f !

2 

10 bonnes raisons de faire à nouveau la Révolution ! dans les couloirs, faute de chambres et de personnel médical. Les opérations sont réalisées “à la chaîne” et les erreurs médicales se multiplient.

A cause du manque d’hygiène dans les hôpitaux, les malades ont 1 chance sur 4 d’être contaminés par des maladies nosocomiales mortelles ou fortement invalidantes, causées

par des bactéries devenues résistantes aux antibiotiques et qui abondent en milieu hospitalier (à cause de l’emploi abusif des antibiotiques par les médecins).

5 Le sabotage organisé des services publics pour justifier leur privatisation

Les gouvernements organisent le sabotage des services publics dont l’inefficacité est ensuite utilisée comme prétexte pour justifier leur privatisation. Voici ce que l’on peut lire à propos de

L’Education publique dans un document de l’OCDE, l’Organisation des Maîtres du Monde qui est également à l’origine de l’AMI:

Si l’on diminue les dépenses de fonctionnement, il faut veiller à ne pas diminuer la quantité de service, quitte à ce que la qualité baisse. On peut réduire, par exemple, les crédits de fonctionnement aux écoles et aux universités mais il serait dangereux de restreindre le nombre d’élèves ou d’étudiants. Les familles réagiront violemment à un refus d’inscription de leurs enfants, mais non à une baisse graduelle de la qualité de l’enseignement.

Cela se fait au coup par coup, dans une école et non dans un établissement voisin, de telle sorte qu’on évite un mécontentement général de la population.

(Extrait du “Cahier de politique économique ” n°13 de l’OCDE)

6 La corruption à tous les niveaux de l’Etat Le décalage entre les impôts élevés et la médiocrité des services de l’Etat est causé principalement par la corruption, présente à tous les niveaux de l’administration: commune, département, région, Etat.

problemes-insecurite-quartier-gare-avenue-charrasUne autre cause de ce décalage est le train de vie somptuaire des ministres et des hauts fonctionnaires: Luxueux appartements et voitures de fonction, déplacements en avion et en hélicoptère, voyages à l’étranger, nombreuses escortes de motards, gardes républicains mobilisés pour un protocole pompeux, repas avec les mets les plus raffinés, cocktails et réceptions dont le coût atteint couramment 100 000 euros pour une soirée…

Tout ceci est une autre façon de détourner l’argent du contribuable. 7 Les subventions abusives distribuées par l’Etat aux entreprises Si l’Etat manque d’argent pour l’éducation, la santé ou les retraites, c’est aussi à cause des subventions abusives versées à des grandes entreprises, sous prétexte qu’elles vont créer des emplois, et quelquefois sans prétexte du tout.

Puis une fois les subventions empochées, l’entreprise délocalise ses usines dans un pays où la main d’oeuvre est encore moins chère, et la fiscalité plus avantageuse.

8 La tromperie des “35 heures” En 1998, le gouvernement de Lionel Jospin présentait sa grande mesure sociale: Le passage aux 35 heures de travail hebdomadaire (au lieu de 39 auparavant), en échange d’une baisse des salaires, de l’instauration de la “flexibilité” (une mesure que les entreprises réclamaient depuis 20 ans), et d’une baisse des cotisations sociales des entreprises.

Le résultat est aujourd’hui un déficit de 12 milliards d’euros de la Sécurité Sociale.

TOUTE IGNORANCE NON INCONNUEUn déficit qui devra être payé par les salariés (si les cotisations augmentent), ou bien par les contribuables (si l’état prend en charge le déficit), ou encore par la population dans son ensemble (si les remboursements de soins diminuent).

Autrement dit, le gouvernement Jospin a fait un “cadeau” aux salariés, tout en leur demandant de payer pour ce cadeau.

En fait, les salariés ont même payé un prix supérieur à la valeur du cadeau.

Pour éviter que les salariés s’aperçoivent de la supercherie, le MEDEF (le syndicat des entreprises) a pris soin de protester vigoureusement contre les 35 heures.

9 Les accords multilatéraux négociés dans le dos des citoyens et qui vident la démocratie de son contenu

LE SENS DE LA CONTRE VERITEDepuis 10 ans, le pouvoir réel a été transféré progressivement et discrètement vers des organisations non élues (OMC, OCDE, Commission Européenne) qui sont entièrement au service d’intérêts particuliers (intérêts des entreprises multinationales) au lieu de l’intérêt général.

Les accords multilatéraux (AMI, AGCS) élaborés dans le secret et l’opacité par ces mêmes organisations ont vidé la démocratie de son contenu. Ces accords réduisent en effet considérablement le pouvoir et le droit des Etats à jouer leur rôle de régulation dans le domaine économique, social, et environnemental.

10 Le saccage de l’environnement par les entreprises, en toute impunité Par la pollution, le CO2, la déforestation, la destruction des paysages sauvages et de la biodiversité, les “prédateurs” saccagent la nature en toute impunité.

L’homme et l’environnement sont sacrifiés aux intérêts économiques des multinationales, et un avenir bien sombre se dessine pour les générations futures. Le point de non-retour écologique est sur le point d’être franchi.

Pour les citoyens de cette planète, c’est maintenant qu’il faut agir.

Mais comment oublier ce qui vient juste de se passer depuis la fin et le début de l’année, l’objectivisme pousse à faire des constats. N’hésitez à parcourir les divers thèmes structurés avec passions et bien souvent un sentiment sourd encore de nos jours !

liberteJetons une vision rapide ou une lecture automatique au choix !

Puis comment pouvoir simplement penser sans le dire les faits de la quinzaine c’est oublié !

Un certain abime s’empare de chacun de nous lorsque l’on constate que reprenant les écrits de ceux qui ont eu cette pratique les situations sont de plus en plus surprenants et graves.

Une évidence se dégage, sans passé, nous ne pouvons pas avoir de présent donc encore moins d’avenir, il serait utile que certains osent se pencher dessus à défaut de le lire.

Le Panda

Patrick Juan

 

 

 

 

 

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)