Merck condamné, sur le Levothyrox vastes duperies?

La prévention un rôle primordial, faites votre choix ! Prévoir, en certains cas peut sauver des vies !

Je suis, les faits, sur le terrain, depuis la modification du Levothyrox.-Il en ressort quoi ? Un scandale de taille nationale et européenne? Similaire au Médiator? Les semaines à venir permettront peut-être de pouvoir dire « J’accuse ». L’objectif de cette démarche est de « faciliter l’accès au droit et à la justice des patients », selon le magistrat Xavier Tarabeux.

Anny Duperey s’exprime, voir vidéo ! Lien . L’enquête n’en est qu’à ses débuts, dans une affaire qui a potentiellement fait des milliers de victimes. Afin de faciliter les investigations menées actuellement par le pôle de santé publique du tribunal de grande instance de Marseille, un document unique à destination des victimes du Levothyrox a été mis en ligne sur le site de la Cour d’appel d’Aix-en-Provence dans les Bouches-du-Rhône, a fait savoir le procureur de la République de Marseille Xavier Tarabeux.

Un verdict tombe : Le 14 novembre 2017. Des informations le 16 novembre 2017. Nous sommes tous responsables de la santé publique. Lien ! PDF ! Totalement différents- les deux liens.

De là, à dire que les divers témoignages et articles n’ont pas eu d’écho, chacun se fera sa propre opinion. Le fait, de la pétition relayée par les réseaux sociaux a fait agir ?

La masse de patients, de malades, peuvent-ils se réjouir depuis mars 2017 ?

Une certaine forme d’insécurité, que seules les personnes utilisant le produit, ressentent.

Nouvelles attendues : depuis des mois. À présent, essayons, de déterminer les responsabilités. Personne ne peut satisfaire les plaintes, les diverses souffrances ?

Réalités, tricheries à l’encontre des patients, par qui ?

La première sanction vient de tomber depuis la ville rose. À la connaissance, de la décision par le tribunal de Toulouse, qui rend le verdict.

Le laboratoire peut faire appel ou pas ? Oui Merck a agi en ce sens.- Important en l’instant? Le jugement stipule « sans délai » par le biais des circuits de distribution et de commercialisation ». « Nous demandons de condamner le laboratoire Merck à la remise en circulation du médicament », plaide Maître Jacques Levy, dans le cadre d’un référé d’heure à heure, au nom de ses 90 clients souffrant « de troubles considérables ». Le verdict est assorti d’une astreinte de 10 000 euros par jour, sur infraction constatée.

Sources : France info – Le Panda- – Réseaux Sociaux- Antoine Béguin- BFMTV- Irène Frachon- Europe1- Revue Pharma- Jean Christophe Brisard- TGI de Marseille- Anny Duperey-

Le juge des référés de Toulouse : « se déclare incompétent pour les patients résidant à l’extérieur du département, de la Haute Garonne » Le laboratoire Merck, va-t-il délivrer l’ancienne formule du Levothyrox ; de la signification du dit jugement?

L’avocat, précise : « c’est la première audience en France, relatif au levothyrox » Il explique des détails : de lourds effets secondaires sur l’humeur, des problèmes gastriques. Des troubles du sommeil chez les utilisateurs de la nouvelle formule.

Stupéfactions

Poursuivant mes investigations : je me suis rendu, en diverses pharmacies pour informations.

Je n’ai pu qu’écouter plus que surpris, médusé. Il est réel que les praticiens d’offlines médicales. A priori cela était déjà su ? Lien ! Il ne s’agit plus du produit correspondant à l’ancien, mais de 5 de ses dérivés. L’affaire est loin d’être close.

Les pharmaciens :

Ont reçu une circulaire, cette dernière stipule que toutes les régions ou que l’ensemble des patients traités par le Levothyrox continueront à recevoir non l’ancien produit, avec la formule adéquate. Mais celui prescrit depuis le mois de mars 2017? Ce document fera l’objet d’une prochaine publication. Il émane et a été expédié à l’ensemble des pharmaciens de France. J’en fournirai une copie comme preuve incontestable. Ce courrier démontre bien la duperie et le cas échéant du laboratoire Merck, de ne plus produire de Levothyrox. C’est un chantage ? Oui affirment ces derniers. Les preuves s’accumulent. Une masse de milliards en jeux ? La contrainte imposée au laboratoire peut se heurter à un refus pur et simple de poursuivre la fabrication de l’ancienne formule. Toutes les pharmacies contactés aucune ne possèdent, l’ancienne formule.  

Face à de telles duperies, les questions sont diverses, multiples. Faudra-t-il se rendre et faire une enquête réelle, sur les véritables composants du soit disant : ancien/nouveau- Levotthyrox?  

De l’autre côté de la muraille, les propos sont à l’opposé. Où se trouve la réalité? La crise sanitaire déclenchée en mars. L’avocat du laboratoire, Maître Antoine Robert, estime que la juridiction civile toulousaine n’est pas compétente pour statuer sur la fourniture du médicament : « qui ne dispose plus d’autorisation de mise sur le marché (AMM) ». Un litige qui ne peut être tranché que devant le tribunal administratif, indique-t-il. Il dit : « Je suis : « surpris que l’action ne soit pas menée contre l’Agence du médicament », responsable de la situation.

L’introduction en mars de la nouvelle formule du Levothyrox a déclenché une importante crise sanitaire, une enquête judiciaire, est menée par le pôle santé du TGI de Marseille.  Devant la souffrance des patients, l’ancienne formule du Levothyrox a fait son retour dans les pharmacies françaises. Le 2 octobre, mais en quantités limitées. Faux ou vrai ?

Les pharmaciens, m’expliquent que les boites livrées, furent distribuées en une journée..

À l’époque, du départ des faits :

En mars 2017, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) annonçait que le laboratoire Merck avait, à sa demande, modifié la formule du Levothyrox.

Ce médicament est prescrit lorsque la glande thyroïde fonctionne mal ; en produisant insuffisamment ou de trop grande quantité de sécrétions.

Modification qui avait eu lieu pour « garantir une teneur en substance active plus constante d’un lot de médicaments à l’autre ».

Face aux inquiétudes de nombreux patients parmi les trois millions de Français qui en prennent, l’ANSM, met le mercredi 23 août un numéro vert en place.

 Ils peuvent désormais

composer le 0800.97.16.53, du lundi au vendredi de 9 heures à 19 heures.L’ensemble de l’article et les réactions ici lien

Ayant traité divers sujets à ce titre, il n’y a pas de doute que notre plus grande richesse reste notre santé et la protection indispensable à tous nous proches. Le dernier thème traité ICI Dont certains extraits, en proviennent.

Chantale Garnier, co-présidente de l’AFMT, l’association française des malades de la thyroïde, a tenu à réagir, à ce qu’elle appelle « une véritable scandale de santé publique ». Jointe par téléphone, elle explique, qu’elle prend du Lévothyrox depuis 30 ans.

« J’ai testé le nouveau médicament » Dès le deuxième jour, ça a été la catastrophe. J’ai eu les symptômes dont tout le monde parle. J’ai même ressenti un essoufflement et des palpitations cardiaques.

« Les responsabilités réelles »

Extraits de certaines investigations

En mars, l’Agence nationale du médicament a exigé du laboratoire pharmaceutique américain Merck un changement dans la formule du produit. Si le principe actif reste le même, plusieurs excipients ont été modifiés. Et d’après de nombreux témoignages de patients, les effets secondaires indésirables suite à cette modification se sont multipliés. 

Au micro de RTL, Beate Barthès, présidente de l’association « Vivre Sans Thyroïde », confirme :

Certains se rendent comptent qu’un ou deux mois après ils sont de plus en plus fatigués par exemples, qu’ils ne dorment plus ou qu’ils ont des problèmes digestifs. Ils se rendent compte que ça a commencé peu de temps après le changement.

Et de déplorer : Certains pharmaciens disaient qu’il y avait seulement la couleur de la boîte qui avait changé par exemple. 

Les professionnels de santé n’ayant pas été suffisamment prévenus, ils n’ont pas eu le réflexe d’adapter la dose ingérée du médicament, pensant qu’ils prenaient le même produit alors que sa composition avait évolué.

Or, trouver le bon dosage pour stabiliser la TSH de chaque patient est un processus long.

Fin juin, une pétition a été lancée pour revenir à l’ancienne formule.

Cela ce sont les faits, arrivent certaines conséquences : fin juin 2017, à la date du 15 novembre 2017, le nombre de signatures dépassent les 310 000.

Seconde partie

Positions d’échanges avec Jean-Christophe Brisard

Chacun face à ses responsabilités, plutôt que d’être persuadé que la justice ; fasse rendre des comptes. Parution, et suite, dû aux faits que des médias certains dans leurs seuls intérêts nous enfument. Divers marasmes, contre la santé. Les responsabilités du monde politico-financier. Fraudent presque à la perfection.

Le journalisme d’investigation, ne peut se traiter facilement. Raisons multiples, diverses. Il y a va de la survie des patients. L’Etat, divers gouvernements, de tous bords en France, Europe ont droit de vie et de mort, quand ils le veulent.

Sans exclure, ce que nous mettons dans nos assiettes, d’où que cela provienne. Certains produits ne comportent pas un répétitif de lien. Ils sont déjà, dans les mêmes produits poisons.

Les contextes des médicaments en France, de l’Europe, cela génère des milliards de profits. Effets : des médicaments en France. Jean-Christophe Brisard : « Les enjeux offrir la possibilité, au grand public : de comprendre comment fonctionne notre système de santé.

De mise sur le marché, de sécurité, en apportant le plus d’infos neutres possibles. On est très factuel. On se rend compte que l’Etat n’en a pas le pouvoir.

Un nouveau scandale pharma logique peut arriver ?

JC.B : « Oui, complètement. Au vu des risques potentiels, il a obtenu son autorisation à l’échelon européen. « On n’a pas pu s’opposer à son arrivée sur le marché »

Vous dénoncez le poids du lobby pharmaceutique.

Qu’en est-il réellement?

Antoine Béguin : « Les laboratoires sont juges et parties ». Ils proposent les essais cliniques. Qui vont donner toutes les informations à l’agence sanitaire pour bénéficier de l’AMM. 

Vous n’avez pas peur d’alimenter la méfiance des Français : envers le monde médical ?

A.B : « Exactement ce qu’on l’on veut éviter. Le but, faire prendre conscience de l’enjeu et de la réalité. L’industrie pharmaceutique, effets secondaires graves : Le syndicat de Médecine Générale France, accuse : Le gouvernement de trouver des boucs émissaires. Prescrit de bonne foi par des médecins. Des documents montrent que des médecins ont eu des doutes.

On leur a menti. Liste non exhaustive des 400 médicaments contenant du parabène Mots clefs : médicament Autre scandale pharmaceutique. Une liste de 400 médicaments contenant du parabène paraît.

 Cancers en tous genres. Des risques sont dans nos cuisines, nos assiettes. La pilule en tant que contraceptif, présente des dangers. Des risques que ne courraient pas nos grands-mères.

Ce qui semble invraisemblable, c’est que trois millions de personnes en France sont en souffrances diverses. La cause la modification du Levothyrox !

Il serait utile que l’ensemble du territoire en France et en Europe puissent bénéficier du même jugement que celui rendu ce jour par le Juge des référés « d’heure à heure » et non que cela concerne un seul département.

Plus de 10 000 plaintes sont en cours d’instruction c’est scandaleux. Surtout pour les patients, leurs proches. Faut-il attendre que le Levothyrox- produise les mêmes effets- que le médiator ?

Toute première investigation

Un entretien d’une puissance incroyable. L’indépendance de la France ne tient pas la route. Face à l’Europe, cela génère des milliards de profits. Pour des gens sans scrupule. Plateau, de BFMTV, questions/réponses, surprises. Effets : des médicaments en France.

Des millions de morts, en France, dans le monde. Les indemnités versées aux victimes de ces affabulateurs. Des spécialistes, refusent de prescrire à leurs patients, les nouveaux produits.

Combien de personnes de la compétence d’Irène Frachon, faut-il en France pour que les scandales sur la santé cessent ? Engagé à suivre le déroulement de prés, poursuivant, les déroulements de ces faits avec le respect dû à tous les patients. L’Etat à priori se dérobe?

Il s’agit à présent que la ministre de la santé, explique à l’ensemble des patients. Que les ministres, reçoivent les sanctions que leurs erreurs font courir avec tous les risques à masse de populations.

Nous aurons peut-être l’origine de certains fonds, à un niveau bien plus haut, que nous ignorons toujours? À présent Monsieur le président de la République, verse sur le social?

Victimes ou défenseurs de nos valeurs voici un document qui vous permet de déposer plainte, ou de vous expliquer clairement. Lien ! Autre Pensez à visionner les vidéos.

A suivre

Le Panda

Patrick Juan

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 5.5/10 (2 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 2 votes)

Merck condamné, sur le Levothyrox

La prévention un rôle primordial, faites votre choix ! Prévoir, en certains cas peut sauver des vies !

Traitant, et suivant depuis un certain moment depuis le départ la modification du Levotyrox.

L’information vient de tomber en cette fin de matinée. Le 14 novembre 2017.

De là, à dire due les divers témoignages et articles n’ont pas eus d’échos, chacun se fera sa propre opinion.

Le fait de la pétition relayé par les réseaux sociaux a fait agir en conséquence.

La masse de patients, de malades, peuvent se réjouir depuis le mois de mars 2017.

Une certaine forme de sécurité que seules les personnes utilisant ce produit doivent ressentir avec satisfactions.

Dans la mesure où cette nouvelle soit attendu depuis pas mal de temps, il s’agit à présent de déterminer les responsabilités.

A priori en tentant de faire qu’un arbre cache la forêt, ne peut satisfaire aucunement les plaintes et la manière, dont un premier jet ne répond pas à la fin du problème, dans son réel contexte.

La première condamnation vient de tomber de la ville rose, à savoir le tribunal de Toulouse, vient de rendre son verdict.

Le laboratoire peut faire appel ou pas ? Cela peut importer, en l’instant. Le jugement stipule « sans délai » par le biais des circuits de distribution et de commercialisation ».

« Nous demandons de condamner le laboratoire Merck à remettre en circulation ce médicament », avait plaidé Maître Jacques Levy, dans le cadre d’un référé heure à heure, au nom de ses 90 clients souffrant « de troubles considérables ».

Cette condamnation est assortie d’une astreinte de 10 000 euros par jour par infraction constatée.

Sources : France info – Le Panda- Agora Vox- Réseaux Sociaux- Antoine Béguin- BFMTV- Irène Frachon-

Le juge des référés de Toulouse s’est cependant déclaré incompétent pour les patients résidant à l’extérieur du département.

Le laboratoire Merck à délivrer l’ancienne formule du Levothyrox en Haute-Garonne.

L’avocat, selon qui c’est la première audience en France dans cette affaire, a détaillé de lourds effets secondaires sur l’humeur, des problèmes gastriques, des troubles du sommeil chez ces utilisateurs de la nouvelle formulation.

La crise sanitaire déclenchée en mars

 L’avocat du laboratoire, Maître Antoine Robert, avait estimé que la juridiction civile toulousaine n’était pas compétente pour statuer sur la fourniture d’un médicament « qui ne dispose plus d’autorisation de mise sur le marché (AMM) ». Un litige qui ne peut être tranché que devant le tribunal administratif, a-t-il indiqué. Il s’est dit « surpris que l’action ne soit pas menée contre l’Agence du médicament », responsable selon lui de la situation.

L’introduction en mars de la nouvelle formule du Levothyrox a déclenché une importante crise sanitaire et une enquête judiciaire menée par le pôle santé du TGI de Marseille.  Devant la colère des patients, l’ancienne formule du Levothyrox a fait son retour dans les pharmacies françaises le 2 octobre, mais en quantités limitées.

Voici de quoi je traité à l’époque du départ des faits :

Les malades sont en colère. En mars 2017, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) annonçait que le laboratoire Merck avait, à sa demande, modifié la formule du Levothyrox. Ce médicament est prescrit lorsque la glande thyroïde ne fonctionne plus, produit insuffisamment ou en trop grande quantité des sécrétions.

Cette modification avait eu lieu pour « garantir une teneur en substance active plus constante d’un lot de médicaments à l’autre ».

Face aux inquiétudes de nombreux patients parmi les trois millions de Français qui en prennent, l’ANSM a mis ce mercredi 23 août un numéro vert en place.

Ils pourront désormais composer le 0800.97.16.53, du lundi au vendredi de 9 heures à 19 heures.

L’ensemble de l’article et les réactions ici lien

Ayant traité divers sujets à ce titre il n’y a pas de doute que notre plus grande richesse reste notre santé et la protection indispensable à tous nous proches. Le dernier thème traité par mes soins ICI Dont certains extraits en proviennent.

Chantale Garnier, co-présidente de l’AFMT, l’association française des malades de la thyroïde, a tenu à réagir ce vendredi à ce qu’elle appelle « une véritable scandale de santé publique ».

Jointe par téléphone, elle a expliqué qu’elle prenait du Lévothyrox depuis 30 ans.

« J’ai testé le nouveau médicament. Dès le deuxième jour, ça a été la catastrophe. J’ai eu les symptômes dont tout le monde parle. J’ai même ressenti un essoufflement et des palpitations cardiaques.

« Les responsabilités réelles »

Extraits de certaines de mes investigations

En mars, l’Agence nationale du médicament a exigé du laboratoire pharmaceutique américain Merck un changement dans la formule du produit. Si le principe actif reste le même, plusieurs excipients ont été modifiés. Et d’après de nombreux témoignages de patients, les effets secondaires indésirables suite à cette modification se sont multipliés. 

Au micro de RTL, Beate Barthès, présidente de l’association « Vivre Sans Thyroïde », confirme :

 Certains se rendent comptent qu’un ou deux mois après ils sont de plus en plus fatigués par exemples, qu’ils ne dorment plus ou qu’ils ont des problèmes digestifs, ils se rendent compte que ça a commencé peu de temps après le changement.

 Et de déplorer : Certains pharmaciens disaient qu’il y avait seulement la couleur de la boîte qui avait changé par exemple. 

 Les professionnels de santé n’ayant pas été suffisamment prévenus, ils n’ont pas eu le réflexe d’adapter la dose ingérée du médicament, pensant qu’ils prenaient le même produit alors que sa composition avait évolué.

 Or, trouver le bon dosage pour stabiliser la TSH de chaque patient est un processus long.

Fin juin, une pétition a été lancée pour revenir à l’ancienne formule.

Cela ce sont les faits et certaines conséquences fin juin 2017, à la date du 14 novembre 2017, le nombre de signatures dépassent les 310 000.

Ma seconde partie.

Chacun face à ses responsabilités, plutôt que d’être persuadé que notre justice ; fasse rendre des comptes. Parution, et suite, dû aux faits que des médias certains dans leurs seuls intérêts nous enfument. Divers marasmes, contre notre santé. Les responsabilités du monde politico-financier. Ils fraudent presque à la perfection.

Le journalisme d’investigation, ne peut se traiter facilement. Raisons multiples, diverses. Il y a va de notre survie. L’Etat, divers gouvernements, de tous bords en France, Europe ont droit de vie et de mort, quand ils le veulent.

Sans exclure ce que nous mettons dans nos assiettes, d’où que cela provienne. Certains produits ne comportent pas un répétitif de lien. Ils sont déjà, dans les mêmes produits poisons.

Les contextes des médicaments en France, de l’Europe, cela génère des milliards de profits. Effets : des médicaments en France. Jean-Christophe Brisard : « Les enjeux offrir la possibilité, au grand public : de comprendre comment fonctionne notre système de santé.

De mise sur le marché, de sécurité, en apportant le plus d’infos neutres possibles. On est très factuel. On se rend compte que l’Etat n’en a pas le pouvoir.

Un nouveau scandale pharma logique peut arriver ?

JC.B : « Oui, complètement. Au vu des risques potentiels, il a obtenu son autorisation à l’échelon européen. « On n’a pas pu s’opposer à son arrivée sur le marché » Vous dénoncez le poids du lobby pharmaceutique.

Qu’en est-il réellement?

Antoine Béguin : « Les laboratoires sont juges et parties ». Ils proposent les essais cliniques. Qui vont donner toutes les informations à l’agence sanitaire pour bénéficier de l’AMM. 

Vous n’avez pas peur d’alimenter la méfiance des Français : envers le monde médical ?

A.B : « Exactement ce qu’on l’on veut éviter. Le but, faire prendre conscience de l’enjeu et de la réalité. L’industrie pharmaceutique, effets secondaires graves : Le syndicat de Médecine Générale France, accuse : Le gouvernement de trouver des boucs émissaires. Prescrit de bonne foi par des médecins. des documents montrent que des médecins ont eu des doutes.

On leur a menti. Liste non exhaustive des 400 médicaments contenant du parabène Mots clefs : médicament Autre scandale pharmaceutique. Une liste de 400 médicaments contenant du parabène paraît.

 Cancers en tous genres. Des risques sont dans nos cuisines, nos assiettes. La pilule en tant que contraceptif, présente des dangers. Des risques que ne courraient pas nos grands-mères.

Ce qui semble invraisemblable, c’est que trois millions de personnes en France sont en souffrances diverses.

Il serait utile que l’ensemble du territoire en France et en Europe puissent bénéficier du même jugement que celui rendu ce jour par le Juge des référés « d’heure à heure » et non que cela concerne un seul département.

Plus de 170 000 plaintes sont en cours d’instruction c’est plus que scandaleux. Surtout pour les patients et leurs proches. Faut-il attendre que le Levothyrox produise les mêmes conséquences que le médiator ?

Ma toute première investigation

Un entretien d’une puissance incroyable. L’indépendance de la France ne tient pas la route. Face à l’Europe, cela génère des milliards de profits. Pour des gens sans scrupule. Plateau, de BFMTV, questions/réponses, surprises. Effets : des médicaments en France.

Des millions de morts, en France, dans le monde. Les indemnités versées aux victimes de ces affabulateurs. Des spécialistes, refusent de prescrire à leurs patients, les nouveaux produits.

Combien de personnes de la compétence d’Irène Frachon, faut-il en France pour que les scandales sur la santé cessent ? Je m’étais engagé à suivre le déroulement de prés, je poursuis ces faits avec le respect dû à tous les patients, dont l’Etat à priori se dérobe?

Il s’agit à présent que la ministre de la santé s’explique face à l’ensemble des patients. Que les ministres sans compétence reçoivent les sanctions que leurs erreurs font courir avec tous les risques à masse de populations.

Nous aurons peut-être l’origine de certains fonds, à un niveau bien plus haut, que nous ignorons toujours. Mais à présent Monsieur le président de la République, décide de verser sur le social ?

Victimes ou défenseurs de nos valeurs voici un document qui vous permet de déposer plainte, ou de vous expliquer clairement en dehors du site.

Une question m’interpelle, pourquoi ne pas lancer une pétition d’ici pour aider les pateints et les réels défenseurs ? A vous de nous le dire.

A suivre

Le Panda

Patrick Juan

 

 

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 5.5/10 (2 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 2 votes)

Le Levothyrox La Ministre De La Santé Mensonges Géants ! Les Crises d’Etat?

La santé représente pour certains plus qu’un fonds de commerce.

Certains tentent de tout acheter y compris les mensonges.

Avec l’aval du président de la République, la folie commence à gagner les informations. Elles sont plus contradictoires que le fait de trouver un troupeau de moutons à 6 pattes survolant la Tour Eiffel. Monsieur Macron vous dirigez tout sans aucun résultat tangible. Il suffit de voir si vos ordonnances sur la Loi du travail passeront, aussi facilement. Vous grugez les territoires de la France. Aussi vrai que la santé des gens vous indiffère. Par votre narcissisme, nous ne sommes pas dans un cercle de jeux, où vous pouvez faire avancer les gens tels des soldats de plomb. Ayant traité à diverses reprises ces sujets, l’engagement prit de revenir et ICI ! Et LA !

Au dernier Conseil des ministres, chacun est reparti, comme la citation plus ou moins juste : Sa musette bien garnie de vos conseils distillés comme les perfusions du dernier des Mohicans. Juste quelques exemples auxquels vous aurez vous, comme les vôtres biens des problèmes à en démontrer le bienfondé. L’analyse reçue ce jour sur ce que l’on peut considérer figure dans les colonnes du Figaro (Sources) In en texto ci-dessous.

Des hypothèses sont avancées par des spécialistes pour expliquer les effets secondaires ressentis par de nombreux patients. Patients affolés et en colère, médecins dépassés, médias enflammés. Depuis le mois de mai, la crise du Levothyrox n’en finit pas d’enfler. Plus de 9000 patients sur les 3 millions qui prennent quotidiennement ce médicament. Ils se plaignent d’effets secondaires liés à la nouvelle formule du médicament: crampes, problèmes intestinaux, maux de tête, vertiges, perte de cheveux. Le nouveau Levothyrox, commercialisé depuis mars 2017, représente-il vraiment un danger pour la santé?

Au départ, tout partait d’une bonne intention. Ayant constaté dès 2012 un manque de stabilité du Levothyrox au cours du temps, l’Agence nationale de Sécurité du Médicament ANSM a demandé au laboratoire Merck d’améliorer la formule pharmacologique. En effet, le principe actif du médicament, une hormone thyroïdienne appelée «lévothyroxine» s’altérait au contact des excipients, ces substances chargées d’assurer la conservation et le transport du principe actif jusqu’à son site d’absorption. Des analyses ont ainsi montré qu’au contact du lactose, près du tiers de la quantité de principe actif (31,3%) disparaissait au bout de 6 mois!

Un nouveau composé, le mannitol

Dans la nouvelle formule, le principe actif la lévothyroxine n’a pas été modifié, mais le lactose a laissé place au mannitol, grâce auquel le médicament a significativement gagné en stabilité. Cet excipient, présent dans d’autres médicaments et dans de nombreux produits de consommation courante : chewing-gums, dentifrice, a été cité comme source possible des nombreux effets indésirables signalés. Une hypothèse peu crédible, selon le Pr Françoise Borson-Chazot, chef du service d’endocrinologie du CHU de Lyon. «Un comprimé contient moins de 100 milligrammes de mannitol, or les effets notoires n’apparaissent qu’à des doses au moins 10 fois supérieures», justifie la spécialiste. La piste du mannitol serait donc à écarter. La formule a-t-elle été correctement évaluée en termes de tolérance à long terme ?

Société Française d’Endocrinologie

Dans un communiqué daté du 11 septembre, la Société Française d’Endocrinologie soulève une question forte délicate: la formule a-t-elle été correctement évaluée en termes de tolérance à long terme? À partir des deux études fournies par le laboratoire Merck, l’agence du médicament assure que l’ancien et le nouveau médicament sont bio équivalents, c’est-à-dire que la quantité de principe actif disponible dans le sang du patient et la vitesse à laquelle ce principe actif atteint la circulation sanguine est identique entre les deux formules.

Cependant, l’Agence sanitaire ne donne pas accès aux deux études en question. Par ailleurs, la Société Française d’Endocrinologie note que «la forte dose administrée lors de l’étude est une dose unique, et qu’elle ne remplace pas une étude d’administration prolongée à des patients». L’agence du médicament a-t-elle bien apprécié les risques? La crise aurait-elle pu être anticipée par un essai clinique plus complet?

Un dosage très sensible

D’autres spécialistes assurent que les effets secondaires, dus à une grande sensibilité de l’organisme à l’hormone, ne sont que passagers. Car si le médicament est particulièrement efficace, il a l’inconvénient d’avoir une marge thérapeutique étroite. En clair, cela signifie qu’une très petite variation de dosage peut entraîner un déséquilibre thyroïdien et avoir de lourdes conséquences. Si l’hormone est prescrite à dose adéquate, elle ne pourra être qu’utile et efficace, affirme le Dr Violaine Guérin, médecin endocrinologue à Paris dans un texte intitulé «Message aux 3 millions de Français sous Levothyrox: stop à la panique». En revanche, si elle est en surdosage ou en sous dosage, les patients ressentiront des effets d’hyperthyroïdie ou d’hypothyroïdie. Il faudra donc corriger le dosage, et les symptômes rentreront dans l’ordre». On estime qu’à compter du changement de traitement, il faut attendre au moins 5 semaines avant de pouvoir faire les examens sanguins qui permettront d’évaluer la dose adéquate et ainsi, de rétablir l’équilibre.

Une communication chaotique

Pour les spécialistes, le battage médiatique dont a bénéficié le Levothyrox n’est pas étranger à certains symptômes. «Au moment de passer au nouveau Levothyrox, beaucoup de patients sont très stressés par tout ce qu’ils ont entendu et lu dans les médias et sur les réseaux sociaux. Or on sait qu’il y a un lien très important entre le stress et les maladies thyroïdiennes», explique le Pr Borson-Chazot. «Il y a un lien très important entre le stress et les maladies thyroïdiennes» Pr Françoise Borson-Chazot.

Depuis plusieurs mois, on assiste d’une part à une carence de communication de la part des autorités sanitaires et à l’amplification d’un mauvais buzz, surenchérit le Dr Guérin. Sans compter que des symptômes pourraient être attribués à tort au Levothyrox. Il ne faut pas nier ces symptômes mais les professionnels de santé doivent procéder à un interrogatoire minutieux afin d’attribuer au mieux leur origine. Si vous avez encore des doutes, faites ce travail d’analyse avec votre médecin généraliste ou votre endocrinologue, qui jugera de la pertinence d’un contrôle biologique après examen clinique. Mais soyez rassurés, patients sous Levothyrox, vous n’êtes pas en danger», poursuit le Dr Guérin. Et d’ajouter: «ne mettez pas en danger de rupture d’approvisionnement les enfants qui sont sous gouttes de Thyroxine, parce qu’il est plus facile pour un enfant d’avaler des gouttes qu’un comprimé et parce que des doses plus faibles leur sont nécessaires. Dans son communiqué, la Société Française d’Endocrinologie a demandé aux patients de ne pas interrompre leur traitement en raison des conséquences graves que cela pourrait avoir sur leur santé.

Le lien vers la fiche d’information mise à disposition par l’Agence du Médicament. (Fin des sources) La ministre de la Santé Agnès Buzyn est dans l’obligation de compter 9.000 signalements d’effets indésirables par les patients prenant du Levothyrox. Médicament traitant les défauts de la thyroïde, ou ses séquelles. La ministre a reconnu un problème d’information des malades. Il s’avère que les chiffres annoncés sont totalement inexacts. En ce moment plus de 15 000 cas signés figurent sur le dépôt de plainte contre « X » auprès des Tribunaux.

Dixit la ministre : »Si l’on regarde les enquêtes de pharmacovigilance et ce qui remonte du terrain, nous sommes à 9.000 signalements sur les trois millions de personnes » qui prennent en France du Levothyrox, a-t-elle déclaré sur RTL. Le leurre est de taille, comme si la connivence à ce stade rapporte un usufruit complémentaire. Surement mais les bénéficiaires ne sont surtout pas les victimes cela est une certitude à vie.

A ne pas en douter, plutôt que de s’engager dans une politique sanitaire et de sauvegarde ; c’est du massacre à tous vents. Les chiffres de l’Agence du médicament ANSM évaluaient à 5.000 le nombre de déclarations d’effets indésirables dus à la nouvelle formule du Levothyrox.

Crampes, maux de tête, vertiges, perte de cheveux, etc. C’est à se poser réellement la question essentielle à se poser, quelle doit-être la 1ere sanction à leur égard ?

Il ne faut pas minimiser leurs réelles responsabilités. Les mensonges sont comme les engagements pris dans le cadre des causes d’IRMA sur les DOM TOM par Monsieur Macron.

En ce qui concerne les responsables de la modification du Levothyrox. La sanction serait de leur en faire prendre un par jour pendant un mois. Ils ne risquent en aucun cas à petites doses d’en mourir. En ressemblant au supplice de Tantale ils comprendraient rapidement et feraient le nécessaire dans les meilleurs délais.

Nous constatons que les résultats qui témoignent de la capacité de modifications du Levothyrox, devait intervenir le 26 septembre 2017. Vous le constatez, ils repoussent la date au 31 octobre à priori de la même année, mensonges à la louche, mais pas des doses de caviar.

Un autre plan surprend aussi. Madame le ministre annonce 9000 cas, l’ANSM 5000, sommes-nous idiots à ne pas savoir lire ou compter ? Les chiffres réels des patients concernés sont de de plus de 3 millions en France. CQFD, ne cherchez pas les menteurs vous les avez tous les jours ou presque face à vous.

La principale erreur à ne pas commettre, il ne sert à rien de gratter un comprimé cela n’atténue en rien la capacité du produit, en fonction des charges d’une journée qui ne sont jamais identiques.

Monsieur Macron quant à lui, il a pris des promesses impossibles à tenir, comme celles de pouvoir aller à l’école sous des tentes dans deux mois (60jours) de remonter un service hospitalier et sanitaire dans les trois mois à venir. 90 jours, je veux bien être pendu haut et court s’il est capable à de tels engagements dans les territoires de la France en Outre-mer.

Selon France info voici sa position : Après le passage dévastateur de l’ouragan Irma, Emmanuel Macron est arrivé à Saint-Barthélemy, après une étape sous tension à Saint-Martin, où il a promis des moyens pour la reconstruction des deux îles des Antilles françaises et un retour à la normale dans les meilleurs délais. Il a annoncé la mise en place, d’ici lundi, d’un mécanisme d’« aide d’urgence » pour les sinistrés. 

Dans la mesure où la communication reste de son seul ressort, pourquoi ne répondez-vous, sur les fumeux ordres de modifications de produits pharmaceutiques ?

Vous êtes au poste où vous vous trouvez car issu d’une famille avec cuillère en or dans la bouche, et une maitresse de premier ordre mais là n’est pas le contexte. Vous voulez faire croire que les français des Antilles auront une année scolaire presque normale. Vous démontrez par-là, une fois de plus que vous êtes le président à l’étranger dans le monde de la finance, mais pas au niveau du peuple de la France.

Le Levothyrox change de formule, vous ne savez qu’endormir les gens avec l’obtention de J.O. pour 2024. Les teremes de l’enquête de pharmacovigilance seront-ils publiées en octobre ?

Qui peut l’affirmer catégoriquement ? Personne !

La nouvelle formule a été mise sur le marché fin mars. L’Agence du médicament l’avait réclamée au laboratoire dès 2012 afin, selon elle, de rendre le produit plus stable.

Il n’y a pas de fraude, il n’y a pas de complot, il n’y a pas d’erreur, il y a eu un problème d’information des malades, les patients ont été surpris par une formulation qui avait changé et qui pour certains donnait des effets secondaires, a déclaré Agnès Buzyn.

Beaucoup de ses effets secondaires sont liés à des difficultés à redoser correctement le Levothyrox mais ils s’estompent quand on arrive à bien doser le traitement », a expliqué la ministre. Combien de ses effets ? Madame, vous l’ignorez totalement ! Pour effectuer un bon dosage faut-il encore connaitre l’ensemble des modifications du produit.

Or, vous l’ignorez totalement, d’un autre côté la majorité des laboratoires effectuant les analyses de sangs, n’ont pas de points de repères sur lesquels pouvoir s’appuyer.

Face aux critiques des patients qui accusent les autorités sanitaires d' »indifférence coupable », la ministre a dit qu’elle avait reçu vendredi les associations et l’actrice Annie Duperey, qui avait fortement critiqué la réaction du gouvernement. Voici la plainte collective pour ceux qui veulent la porter ! Sources L’Association des malades de la thyroïde et des conséquences de la modification du Levothyrox. Fin de sources.

« J’ai trouvé le temps pour voir toutes les associations malgré la crise » provoquée par l’ouragan Irma, a expliqué la ministre. Des patients de l’Association française des malades de la thyroïde AFMT ont annoncé leur intention de porter plainte contre les autorités sanitaires et le laboratoire Merck Serono. Une urgence sanitaire, assurent les patients mécontents de la nouvelle formule, qui rejettent les discours rassurants des autorités de santé et souhaitent que l’ancienne formule soit mise à disposition.

Le ministère et le laboratoire ont exclu cette hypothèse.

La France est le premier pays où la nouvelle formule a été introduite mais selon Merck Serono, des procédures d’homologation sont en cours ailleurs. Faux Il ne suffit pas de faire passer des allégations pour des réalités, vous responsables les Laboratoires Merck Serano mettez vos dires sur la place publique et non dans des boites. Vous êtes complices, responsables, non coupables ? Non seulement l’aspect extérieur a changé, mais ce qui reste bien plus grave, pouvant entrainer des conséquences vitales. Vous ne démontrez rien du tout, bien au contraire vous avancez des propos autant de mensonges, que les politiques qui font tantôt un pas dans un sens, tantôt dans l’autre.

Des patients prenant du Levothyrox, ce médicament pour la thyroïde, montent au créneau. Une plainte contre X va être déposée pour « non-assistance à personne en danger« , « tromperie sur les qualités substantielles du produit », « mise en danger de la vie d’autrui » et « atteinte à l’intégrité de la personne », jeudi 14 septembre. Elle va être déposée par une cinquantaine de personnes en lien avec l’Association française des malades de la thyroïde AFMT, a confirmé à France info Marie-Odile Bertella-Geffroy, qui défend des plaignants. Marie-Odile Bertella-Geffroy : « En encadrant les lobbys, des catastrophes auraient été évitées » Vous avez tous les éléments pour la contacter. Il est possible de vous aider. Il manque des magistrats et avocats de sa trempe.

Les engagements pris, par mes soins tout comme les résultats sur la psychose ou pas du Levothyrox seront scrupuleusement respectés. Affaires à suivent !

Les sources figurent dans l’article y compris le travail du Panda !

 

Le Panda

Patrick Juan

 

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 5.5/10 (2 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 2 votes)

Levothyrox Et Autres Problèmes Ou Psychoses Médiator ?

La prévention un rôle primordial, faites votre choix ! Prévoir, en certains cas peut sauver des vies !

Le Levotyrox ?

SANTÉ – Les malades sont en colère. En mars 2017, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) annonçait que le laboratoire Merck avait, à sa demande, modifié la formule du Levothyrox. Ce médicament est prescrit lorsque la glande thyroïde ne fonctionne plus, produit insuffisamment ou en trop grande quantité des sécrétions. Cette modification avait eu lieu pour « garantir une teneur en substance active plus constante d’un lot de médicaments à l’autre ».

Face aux inquiétudes de nombreux patients parmi les trois millions de Français qui en prennent, l’ANSM a mis ce mercredi 23 août un numéro vert en place. Ils pourront désormais composer le 0800.97.16.53, du lundi au vendredi de 9 heures à 19 heures.

Les patients spécialistes et les non spécialistes ne veulent surtout pas et cela se comprend que les troubles du Lovothyrox se tournent dans le même type de drame que le Médiator.

Ayant traité divers sujets à ce tritre il n’y a pas de doute que notre plus grande richesse reste notre santé et la protection indispensable à tous nous proches. Le dernier thème traité par mes soins ICI  Dont certains extraits en proviennent.

Vertiges, fatigue intense, maux de tête, prise de poids, problèmes digestifs… Suite au changement dans la composition du Levothyrox, un médicament prescrit pour les quelque 3 millions de patients ayant des problèmes de thyroïde, de nombreux patients se plaignent d’effets secondaires.

« Nous voulons qu’ils nous expliquent ce qu’ils ont changé »

Chantale Garnier, co-présidente de l’AFMT, l’association française des malades de la thyroïde, a tenu à réagir ce vendredi à ce qu’elle appelle « une véritable scandale de santé publique ».

Jointe par téléphone, elle a expliqué qu’elle prenait du Lévothyrox depuis 30 ans. « J’ai testé le nouveau médicament. Dès le deuxième jour, ça a été la catastrophe. J’ai eu les symptômes dont tout le monde parle. J’ai même ressenti un essoufflement et des palpitations cardiaques.

Pour elle, la nouvelle formule, en modifiants les excipients, a bien des effets secondaires potentiellement dangereux : « Ils ont supprimé le lactose, mais peut-être que ce n’est pas tout. Nous voulons qu’ils nous expliquent ce qu’ils ont changé exactement et ce qu’il faut faire en cas d’effets secondaires graves. On se demande où l’on va car l’Agence nationale du médicament, que nous avons rencontré en juillet, nous a dit d’attendre le mois de septembre alors qu’on a des patients qui partent aux urgences » a-t-elle affirmé.

Je suis une utilisatrice du médicament Levothyrox, et depuis quelques semaines, je me sens très mal témoigne Amélia, qui aconte ce qu’elle vit désormais au quotidien.

De la fatigue intense, des maux de tête, une prise de poids, des problèmes digestifs. J’ai du mal à me lever le matin pour aller au travail et surtout j’ai des vertiges. Je tiens mal debout assure la jeune femme. Je ne savais pas à quoi c’était dû, jusqu’à ce qu’une amie m’envoie un lien vers une pétition à signer sur le changement de formule du médicament qu’elle prend pour ses problèmes de thyroïde, le Levothyrox. La pétition, qui demande un retour à l’ancienne formule, a recueilli des milliers de signatures en deux mois. Près de 3 millions de patients atteints d’hypothyroïdie, mais également opérés pour des cancers de la thyroïde, l’utilisent.

« Ils ne dorment plus »

En mars, l’Agence nationale du médicament a exigé du laboratoire pharmaceutique américain Merck un changement dans la formule du produit. Si le principe actif reste le même, plusieurs excipients ont été modifiés. Et d’après de nombreux témoignages de patients, les effets secondaires indésirables suite à cette modification se sont multipliés. 

Au micro de RTL, Beate Barthès, présidente de l’association « Vivre Sans Thyroïde », confirme : Certains se rendent comptent qu’un ou deux mois après ils sont de plus en plus fatigués par exemples, qu’ils ne dorment plus ou qu’ils ont des problèmes digestifs, ils se rendent compte que ça a commencé peu de temps après le changement. Et de déplorer : Certains pharmaciens disaient qu’il y avait seulement la couleur de la boîte qui avait changé par exemple. Les professionnels de santé n’ayant pas été suffisamment prévenus, ils n’ont pas eu le réflexe d’adapter la dose ingérée du médicament, pensant qu’ils prenaient le même produit alors que sa composition avait évolué. Or, trouver le bon dosage pour stabiliser la TSH de chaque patient est un processus long.

« Je me sens mal et ça dégrade ma vie »

Amélia ne décolère pas : Je n’étais même pas au courant que la formule avait changé, ni le médecin, ni la pharmacienne ne m’ont prévenue, en me disant que ça avait changé et que ça pouvait avoir des effets secondaires. Depuis je vis un enfer, je me sens mal et ça dégrade ma vie. Face à ce problème de santé publique, l’Agence nationale du médicament recommande aux patients une prise de sang 4 à 8 semaines après la prise de la nouvelle formule. Les effets indésirables les plus graves peuvent être signalés sur le site signalement.social-sante.gouv.fr.

Ce médicament contre les problèmes de thyroïde fait polémique. Sa composition a changé il y a quelques mois, créant de nombreux effets secondaires. Trois millions de personnes en France prennent du Levothyrox pour lutter contre leurs problèmes de thyroïde. Pour certains malades, qui en prennent depuis des années, la différence entre l’ancienne et la nouvelle composition est criante. « Depuis, je perds mes cheveux, je me sens fatiguée alors que pendant six ans j’ai été bien stable », témoigne Fatima dans le journal Le Parisien. Fin juin, une pétition a été lancée pour revenir à l’ancienne formule. Elle a récolté plus de 27 000 signatures ainsi que plusieurs centaines de témoignages sur les nouveaux effets secondaires du Levothyrox : fatigue, vertiges, maux de tête, déprime ou encore bouffées de chaleur. Malgré cela, la directrice des affaires médicales du laboratoire Merck France, Sylvie Chabac, indique au Parisien que la nouvelle composition serait adoptée au niveau européen. Il faut attendre une catastrophe ?

Le Levothyrox a changé en mars 2017 à la demande de l’ANSM, l’Agence nationale de la sécurité du médicament. Jean-Michel Race, directeur des médicaments en endocrinologie, explique que « l’objectif était de garantir une teneur en lévothyroxine plus constante dans le médicament. Sylvie Chabac mentionne une autre modification dans la composition : On a supprimé le lactose. On l’a remplacé par de l’acide citrique, un excipient qu’on retrouve partout dans l’alimentation, et par du mannitol, à toutes petites doses. Cette nouvelle formule était donc censée être plus stable et mieux tolérée.

Pour les très nombreuses personnes qui sont obligées de prendre du Lévothyrox, un important problème se présente.  En effet, les laboratoires ont décidé de changer certains excipients et il en résulte que trop de patients ne supportent pas le nouveau Lévothyrox, ils ressentent d’importants effets secondaires. Quand on sait qu’il est très difficile de stabiliser la TSH, il est inadmissible d’avoir modifié ce médicament. Bien sûr, les laboratoires ont pris cette décision sans prendre l’avis des patients concernés. Je suis moi-même concernée car j’ai été opérée d’un cancer de la thyroïde en 2016, et j’appréhende grandement d’avaler ce nouveau médicament. J’ai décidé de lancer une pétition après avoir lu tous les témoignages de patients souffrant d’effets secondaires et ne sachant plus à quels saints se vouer. On nous dit que c’est pour les personnes qui ne supportent pas le lactose, mais il n’y a pas que ce changement qui intervienne, sinon comment expliquer tous ces effets secondaires ? Nous demandons à ce que les laboratoires concernés reviennent à l’ancienne formule.

Voir toutes les signatures Voir les commentaires

Le Dr Jean-Pierre Willem nous présente les meilleurs traitements alternatifs des dysthyroïdies.

Sans elles, la vie serait impossible. Elles jouent un rôle de contrôleur et de régulateur essentiels dans l’activité métabolique de pratiquement tous les tissus de l’organisme : elles assurent le développement cérébral chez le foetus et le jeune enfant et la croissance osseuse. Elles stimulent la consommation d’oxygène, aident à réguler le métabolisme des lipides et des hydrates de carbone. Elles exercent une action sur la régulation du rythme cardiaque. Elles favorisent le développement des cellules nerveuses. Une glande thyroïde en bon équilibre est une des clés de la prévention du vieillissement. Il n’est pas surprenant que le moindre dysfonctionnement de la glande hypothyroïdie, hyperthyroïdie présente de nombreuses répercussions sur notre santé. Sept femmes pour un homme sont atteintes de ces dysfonctionnements. Des endocrinologues considèrent qu’une femme sur deux a un problème thyroïdien. On appelle parfois la thyroïde le « troisième ovaire », ce qui explique son impact hormonal. Les tests ne sont pas toujours probants. Il faut donc prendre en considération la clinique.

Hypo ou hyper ? En permanence, on retrouve cette alternative.

Souvent, les symptômes sont mal identifiés quand il s’agit d’une hyper ou d’une hypothyroïdie légère. Ils sont mal perçus chez les personnes âgées qui ne sont pas toujours diagnostiquées. D’où la nécessité de consulter et de faire des examens pour confirmer le diagnostic. Aussi variés qu’ils soient, les symptômes accompagnant un trouble de la thyroïde ne s’installent pas du jour au lendemain : Frilosité excessive, troubles des règles, ralentissement du coeur, augmentation du cholestérol, survenue du diabète, prise de poids, constipation, dépression, chute des facultés intellectuelles pour l’hypothyroïdie.

Tremblements, nervosité, oedème des membres inférieurs, amaigrissement, sensation de chaleur, rythme cardiaque accéléré, transpiration pour l’hyperthyroïdie. Cette litanie ne se résume pas à cette alternative. La liste est riche dans le domaine !

Lorsque la thyroïde ne fabrique pas suffisamment d’hormones, l’hypophyse produit davantage de TSH pour la stimuler. Ce système ingénieux fonctionne sous forme de rétrocontrôle ou de feed-back. Le dosage de la TSH serait le test le plus sensible pour affirmer la qualité de la fonction thyroïdienne. La problématique du dosage normal de la TSH permet-elle d’éliminer un dysfonctionnement thyroïdien ? L’interrogatoire reste le temps clef de l’examen.

L’hypothyroïdie

Le terme d’hypothyroïdie regroupe un ensemble de syndromes résultant d’une sécrétion insuffisante des hormones thyroïdiennes. On distingue deux formes d’hypothyroïdie : la primaire et la secondaire. Dans le premier cas, la carence en hormones thyroïdiennes est due à un mauvais fonctionnement de la glande thyroïde elle-même. L’hypothyroïdie secondaire, quant à elle, est consécutive à une atteinte de l’hypophyse ou de l’hypothalamus. On parle aussi d’hypothyroïdie d’origine centrale. Chez l’enfant et l’adulte, les personnes âgées atteintes d’hypothyroïdie peuvent présenter les signes typiques de la maladie : frilosité, peau froide et sèche, voix rauque, prise de poids malgré un manque d’appétit, etc. Toutefois, La personne âgée, l’hypothyroïdie peut se manifester d’emblée par des complications comme l’insuffisance cardiaque, la dépression mentale ou des hallucinations. Des troubles de la mémoire, n’alarmant personne car fréquents chez les personnes âgées, peuvent en être le premier signe.

Résumé des symptômes de l’hypothyroïdie

Etat général : fatigue et difficulté à démarrer le matin, sensibilité au froid, variation du poids, rétention d’eau, peu de transpiration, hypoglycémie, visage bouffi. Système nerveux et cerveau : ralentissement du psychisme, dépression, migraine, irritabilité, nervosité, instabilité émotionnelle, mauvaise mémoire et concentration, insomnie, vertige, impression d’avoir le cerveau dans le brouillard, raisonnement lent. Yeux/oreilles : vision floue et trouble de l’audition avec vertige. Digestion : constipation, digestion difficile, flatulences.

Système sexuel : problèmes menstruels, syndrome prémenstruel, règles trop ou peu abondantes, fausses couches à répétition, seins fibrokystiques, perte de la libido, stérilité. Système immunitaire : faiblesse immunitaire, infections récurrentes.

Muscle/squelette : arthralgie, myalgie, lombalgie, mouvements lents, faiblesse, crampes et douleurs musculaires, articulations raides ou douloureuses, tendinites résistantes. Dangers de certains médicaments, une réalité, des poisons ! Axe partiellement en France.

Nous perdons, une bonne part de notre Q.I. Cela tient à divers paramètres. Notre mode vie, réduit avec des inflexions via : l’hypothalamus, le cortex, la thyroïde, etc. Notre style de vie au quotidien nous démuni, sur diverses étapes. Produits dans nos maisons dangereuses.

Les pertes de mémoires, d’autonomies, etc. Pas Une latence, des responsables, de tous types. Sur le terrain, réalisant films et autres. Refuser de nous tenir informé, c’est cautionner indirectement ou pas ce qui se passe. Débattons de ces sujets. Rien n’est tout gris, blanc ou noire. Certains risques, dangers, l’attestent ! Décrochage scolaire de la maternelle à la terminale une évidence. Manque d’informations sur les sujets traités. Donc peu de moyens d’agir, les faits cités, d’où découlent nos sociétés !  

Première partie.

Chacun face à ses responsabilités, plutôt que d’être persuadé que notre justice ; fasse rendre des comptes. Parution, et suite, dû aux faits que des médias certains dans leurs seuls intérêts nous enfument. Divers marasmes, contre notre santé. Les responsabilités du monde politico-financier. Ils fraudent presque à la perfection.

Le journalisme d’investigation, ne peut se traiter facilement. Raisons multiples, diverses. Il y a va de notre survie. L’Etat, divers gouvernements, de tous bords en France, Europe ont droit de vie et de mort, quand ils le veulent. Sans exclure ce que nous mettons dans nos assiettes, d’où que cela provienne.

Certains produits ne comportent pas un répétitif de lien. Ils sont déjà, dans les mêmes produits poisons.. Les contextes des médicaments en France, du l’Europe, cela génère des milliards de profits. Effets : des médicaments en France.

Jean-Christophe Brisard : « Les enjeux offrir la possibilité, au grand public : de comprendre comment fonctionne notre système de santé. De mise sur le marché, de sécurité, en apportant le plus d’infos neutres possibles. On est très factuel. On se rend compte que l’Etat n’en a pas le pouvoir.

Un nouveau scandale pharma logique êut arriver ?

JC.B : « Oui, complètement. Au vu des risques potentiels, il a obtenu son autorisation à l’échelon européen. « On n’a pas pu s’opposer à son arrivée sur le marché » Vous dénoncez le poids du lobby pharmaceutique.

Qu’en est-il réellement?

Antoine Béguin : « Les laboratoires sont juges et parties ». Ils proposent les essais cliniques. Qui vont donner toutes les informations à l’agence sanitaire pour bénéficier de l’AMM. 

Vous n’avez pas peur d’alimenter la méfiance des Français : envers le monde médical ?

A.B : « Exactement ce qu’on l’on veut éviter. Le but, faire prendre conscience de l’enjeu et de la réalité. L’industrie pharmaceutique, effets secondaires graves :

Le syndicat de Médecine Générale France, accuse : Le gouvernement de trouver des boucs émissaires. Prescrit de bonne foi par des médecins. des documents montrent que des médecins ont eu des doutes. On leur a menti. Liste non exhaustive des 400 médicaments contenant du parabène Mots clefs : médicament

Autre scandale pharmaceutique. Une liste de 400 médicaments contenant du parabène paraît. Cancers en tous genres. Des risques sont dans nos cuisines, nos assiettes. La pilule en tant que contraceptif, présente des dangers. Les risques que ne courraient pas nos grands-mères.

 

Le Préviscan dangers anticoagulants

Face à la ressemblance des comprimés, des patients ont confondu leur anticoagulant Préviscan 20 mg (fluindione) avec d’autres médicaments à visée cardiovasculaire. C’est pourquoi l’ANSM a demandé au fabricant de changer la couleur des comprimés. Désormais, ils seront roses. « Des signalements de confusion, ayant pu avoir des conséquences graves, entre l’anticoagulant Préviscan et d’autres médicaments à visée cardiovasculaire ont été reçus », indique l’Agence nationale de Sécurité du Médicament et des Produits de Santé (ANSM). « Ces erreurs sont liées à la forte ressemblance entre les comprimés quadri sécables en forme de trèfle de Préviscan et ceux d’autres médicaments. » Comme par exemple le nebivolol, le lisinopril et le captopril. Suite.

 

Démontrer que la santé atout majeur, avec l’emploi. Sans leurs apports, et concours, à charge et décharge. Jamais je n’aurai pu établir ces enquêtes.

Il y va d’un équilibre essentiel qui demain peut toucher chacun de nous, donc nous tenir informés demeure la meilleure solution. Le meilleur conseiller dans tous les cas reste votre médecin traitant. Même si l’Etat tente de faire des économies dans les domaines qui fournissent une vie saine. La santé et l’emploi ce qui n’en prend pas le bon cap.

Le Panda

Patrick Juan

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)