Pouchiline – Kiev veut mener une attaque chimique dans le Donbass

Denis Pouchiline

Les services de renseignement de la République Populaire de Donetsk (RPD) ont obtenu de nouvelles informations confirmant la préparation par le régime de Kiev – sous la direction des curateurs occidentaux – d’une vaste provocation contre leur propre peuple, qui pourrait faire de nombreuses victimes.

Les services de sécurité ukrainiens envisagent de saboter des entreprises qui représentent un danger pour l’environnement à proximité de la ligne de contact, puis d’accuser la Russie et les républiques du Donbass de ce crime. Il s’agit principalement d’entreprises qui utilisent du chlore, de l’ammoniac et d’autres substances dangereuses dans leur processus de production.

Comme autre option, ils envisagent l’utilisation d’agents de guerre chimique qui auraient été apportés sur le territoire de la RPD. Il est prouvé que les Américains ont déjà préparé des fragments d’obus maculés de poisons militaires pour donner de la crédibilité aux accusations contre la RPD et la Russie. Je pense que le but de la provocation est le déclenchement des hostilités dans le Donbass et l’annulation des élections présidentielles en Ukraine, que Porochenko n’a aucune chance de gagner.

L’opération est coordonnée par des attachés militaires et des représentants des services spéciaux américains et britanniques.

Les officiers de renseignement militaire occidentaux, sur la base d’une méthodologie élaborée en Syrie, ont déjà défini un plan d’action pour le régime de Kiev. Des travaux sont en cours pour créer un analogue des Casques Blancs syriens en Ukraine, qui, selon les créateurs, devraient enregistrer les conséquences de l’empoisonnement de la population et falsifier les documents vidéo, pour prouver les prétendues actions inhumaines des forces de la milice populaire et de la Russie.

Nous lançons un appel à la communauté internationale, à l’ONU, à l’OSCE et à d’autres organisations humanitaires pour empêcher le déclenchement d’actions militaires à grande échelle dans le Donbass. Nous ne voulons pas de victimes civiles innocentes.

Denis Pouchiline, chef de la RPD
Traduction par Christelle Néant pour Donbass Insider

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)

Son plan initial éventé, Kiev envisage une offensive vers Gorlovka

Lance-roquettes multiplesSuite à la publication par la République Populaire de Donetsk (RPD) des plans de l’offensive envisagée par les autorités ukrainiennes dans le sud de la République, Kiev a décidé de post-poser l’offensive et de changer sa localisation.

D’après Édouard Bassourine, commandant en second de la milice populaire de la RPD, la divulgation des plans du commandement ukrainien a pris ce dernier par surprise, et l’a obligé à repousser la date de l’offensive, et changer la direction de l’attaque.

Alors que l’attaque initiale était prévue le 14 décembre, la date a été repoussée au 24-25 décembre, ce qui permettrait à Petro Porochenko de justifier le prolongement de la loi martiale en Ukraine (qui expire le 26 décembre).

À cette fin, la machine de propagande ukrainienne carbure à plein régime, et les unités d’opérations psychologiques des FAU ont reçu l’ordre de créer un contexte médiatique favorable pour éviter un nouvel échec de l’opération, entre autre en martelant que la milice populaire de la RPD prépare prétendument une provocation armée, pour la nouvelle date prévue de l’offensive ukrainienne.

D’après les services de renseignement de la RPD, après la divulgation de leurs plans, les autorités ukrainiennes ont rencontré en urgence les experts militaires des pays de l’OTAN et les curateurs américains pour décider de la suite des opérations. C’est suite à cette réunion que les plans d’offensive ont été postposés.

Plusieurs faits semblent conformer que l’offensive n’est pas purement et simplement annulée mais simplement repoussée :
1) Depuis le 12 décembre, les missions de reconnaissance et de diversion se multiplient de la part de l’armée ukrainienne ;
2) L’usage des drones, aussi bien pour larguer des engins explosifs que pour faire de la reconnaissance, se multiplient aussi. Rien que le 14 décembre, en une journée, l’armée de la RPD a abattu quatre drones ukrainiens.
3) D’après nos collègues de War Gonzo, 72 conseillers militaires de l’OTAN se trouvent actuellement dans la zone de l’opération armée ukrainienne dans le Donbass. Ces conseillers supervisent directement les opérations des unités des FAU présentes sur le front.

Mais il n’y a pas que la date qui semble avoir changé, la direction de l’offensive semble aussi avoir été modifiée, si on regarde les concentrations d’unités et de pièces d’armement ukrainien près de la zone de Gorlovka et Svetlodarsk.

Carte de l'offensive prévue vers Gorlovka

Les services de renseignement de la RPD ont ainsi détecté près de Gorlovka, la présence de la 72e brigade mécanisée, la 58e brigade d’infanterie, la 1ère brigade de chars d’assaut, et la 81e brigade aéroportée. Au total, c’est six brigades, 20 000 hommes, plus de 120 chars d’assaut, 250 pièces d’artillerie et de mortiers et 110 lance-roquettes multiples qui ont été déployés dans cette zone.

Il faut y ajouter la 30e et la 93e brigades mécanisées, deux bataillons de lance-roquettes multiples Ouragan du 15e régiment d’artillerie et de la 27e brigade des FAU et un bataillon de lance-roquettes multiples Smerch de la 40e brigade d’artillerie qui sont encore attendus pour déploiement.

D’après nos collègues de War Gonzo, la 30e brigade mécanisée, a déjà été envoyée sur zone, à Roubejnoye, et serait constituée principalement d’ultra-nationalistes ukrainiens qui faisaient partie des milices de « maintien de l’ordre » qui ont fleuri en Ukraine.

Cette unité sera complétée dans l’arc de Svetlodarsk par le 18e régiment de la Garde Nationale, qui inclut les unités néo-nazies « Azov » et « Donbass ».

Comme pour le plan d’offensive initial prévu dans le sud, la RPD n’exclut pas l’organisation de provocations de la part de l’armée ukrainienne, avec l’aide de l’Occident, pour justifier cette attaque contre la zone de Gorlovka-Svetlodarsk.

La République Populaire de Donetsk a appelé la communauté internationale à empêcher qu’une telle offensive ait lieu, et nous espérons que cet appel portera ces fruits (pour ceux qui s’irritent de ces avertissements répétés d’offensives qui n’ont finalement pas lieu, je les encourage à aller lire cet article du Saker, qui explique très bien ce qu’est l’art de l’attaque surprise).

Christelle Néant

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

Concours « Dame de la RPD 2018 » – Entre beauté, courage et patriotisme

Dame de la RPD 2018Le 2 décembre 2018, a eu lieu au Centre de Culture Slave de Donetsk, la finale du concours « Dame de la RPD 2018 ». Dix femmes avaient été sélectionnées pour participer à la finale de ce concours qui n’est pas, et de loin, qu’un concours de beauté.

Première différence avec les concours de beauté habituels : beaucoup de ces femmes sont mariées et ont des enfants. Un point qui fera d’ailleurs l’objet de prix spéciaux à la fin de la finale.

L’autre point de différence majeur, c’est la guerre et le patriotisme, présents de manière continue tout au long des plus de 2 h 30 que durera la finale.

Que ce soit à travers les textes que chacune des candidates devra prononcer sur la façon dont elles voient la République Populaire de Donetsk (RPD), à travers les pièces de théâtre qu’elles joueront, ou les situations loufoques dont elles devront se sortir avec créativité, humour et intelligence, la guerre passée ou présente, le courage et le patriotisme sont en filigrane de toute la finale.

Un point renforcé par la présence au sein du jury chargé de sélectionner la gagnante, du commandant en second de la milice populaire de la RPD, Édouard Bassourine, mais aussi de la gagnante du concours « Dame de la RPD 2017 », qui a servi dans les forces armées de la République.

Avant la finale, les dix finalistes ont été préparées à cette cérémonie, avec des cours de théâtre, de danse, de nombreuses répétitions, mais aussi des épreuves plus insolites, comme sauter du 9e étage d’un immeuble, dormir sous la tente en plein hiver, apprendre comment fonctionne les armes à feu, et comment donner les premiers soins.

Une préparation visant à développer leur courage et leur détermination, des qualités essentielles pour vivre aujourd’hui dans le Donbass en guerre.

Réparties en deux équipes, les finalistes ont joué deux pièces de théâtre pour montrer leurs talents d’actrices, l’une sur la guerre du Donbass actuelle, et l’autre sur la Grande Guerre Patriotique (Seconde Guerre mondiale), durant lesquelles les femmes ont joué un rôle important au sein des forces armées qui défendent la région.

Entre moments de rire (lors de l’épreuve des situations difficiles et souvent loufoques desquelles les candidates devait se sortir) et de profonde tristesse, cette cérémonie fût haute en émotions, et marquée par plusieurs concerts, et une cérémonie à la mémoire des héros de la RPD qui ont donné leur vie pour protéger leur patrie lors de la guerre qui fait encore rage aujourd’hui.

Après distribution de rubans et diplômes, ainsi que de récompenses spéciales pour les candidates jugées comme étant de bonnes mères, celles ayant remporté le plus de sympathie de la part du public, celles ayant le meilleur style, celles ayant fait preuve de solidarité avec les autres candidates, ou celles ayant le plus promu la paix, est venu le moment de décerner le prix de « Dame de la RPD 2018 ».

La gagnante, Natalia Khorko, est une jeune maman, diplômée de l’Université Nationale Technique de Donetsk, qui travaille dans l’administration du Conseil Populaire de la République.

Voir les moments forts de la finale en vidéo

Christelle Néant

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)

Rapport de situation hebdomadaire du Donbass (Vidéo) – 15 décembre 2018

Rapport de situation du DonbassChaque semaine, Christelle Néant de l’agence DONi Press, (en partenariat avec Thom Aldrin d’Éveil Français TV), vous propose une rétrospective (militaire, politique, économique et sociale) en vidéo et en français de la semaine écoulée concernant le Donbass, l’Ukraine et la Russie.

Voici les points abordés lors de ce dernier rapport de situation hebdomadaire effectué par vidéo-conférence le samedi 15 décembre 2018 :

SITUATION MILITAIRE
0231 » – Bilan des bombardements de l’armée ukrainienne lors de la semaine écoulée
03’32 » – Préparatifs et plans d’une offensive ukrainienne contre le sud de la RPD
15’16 » – L’armée ukrainienne bombarde Kominternovo et Troudovskyi, un civil blessé

UKRAINE
1650 » – Porochenko est sûr de perdre les élections présidentielles ukrainiennes de 2019
23’53 » – Les autorités de Kiev mettent la pression sur l’UOC-MP alors qu’a lieu le « concile d’unification » de l’Église orthodoxe ukrainienne

PENDANT CE TEMPS LÀ À KIEV
31’48 » – Un journaliste ukrainien s’étonne que la Russie ne soit pas à genoux en train de demander grâce

35’21 » – Conclusion

Voir le rapport de situation complet en vidéo

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

Les FAU bombardent Kominternovo et Troudovskyi – Un civil blessé

Char ukrainienAlors que les forces armées de la République Populaire de Donetsk (RPD) sont en état d’alerte maximum, l’armée ukrainienne rapproche ses troupes d’assaut de la ligne de front, et bombarde non seulement le sud de la République, mais aussi la périphérie de Donetsk, faisant un blessé parmi les civils.

Durant les dernières 24 h, l’armée ukrainienne a bombardé les villages du sud de la RPD (Sakhanka, Kominternovo et Leninskoye), tirant 10 obus de mortier de 120 mm, 10 obus de mortier de 82 mm, 46 munitions de véhicule de combat d’infanterie, cinq roquettes antichars, 203 grenades tirées avec des lance-grenades automatiques, ainsi que des munitions de petit et gros calibre d’armes légères.

Avec 292 munitions tirées rien que sur cette portion du front, le sud de la RPD a reçu 58 % des munitions tirées par l’armée ukrainienne durant les dernières 24 h (21 violations du cessez-le-feu et 504 munitions tirées par les FAU du 13 au 14 décembre 2018, soit plus du double du nombre de munitions tirées la veille).

L’un des tirs de cette nuit a frappé de manière directe le seul magasin alimentaire du village de Kominternovo, qui a totalement brûlé après avoir été touché.

Mais le sud de la république n’a pas été la seule cible de l’armée ukrainienne. Hier, les soldats ukrainiens ont ouvert le feu sur le village de Troudovskyi, situé à la périphérie sud-ouest de Donetsk, en pleine distribution d’aide humanitaire, blessant un civil.

« Hier, un habitant a été blessé à la maison de la Culture dans le village de Troudovskyi pendant une distribution d’aide humanitaire. L’homme a été légèrement blessé et a refusé l’hospitalisation, » a déclaré Maxime Joukovski, le chef de l’administration du district de Petrovskyi.

Et pendant que les soldats ukrainiens bombardent les civils et les magasins d’alimentation, le commandement de l’armée ukrainienne fait avancer ses troupes près de la ligne de front.

Les services de renseignement de la RPD ont ainsi détecté le déploiement d’unités de chars d’assaut de l’armée ukrainienne tout le long de la ligne de front sur 50 km, entre Marioupol et Volnovakha. Ces unités constitueraient le premier groupe des troupes d’assaut des FAU prévues pour l’offensive.

« Les informations concernant la partie ukrainienne confirment que l’ennemi est prêt à mener une offensive de grande ampleur », a déclaré aujourd’hui Édouard Bassourine, commandant en second du commandement opérationnel de la milice populaire de la RPD.

Ces unités de chars d’assaut incluent des unités des 128e et 79e brigades des FAU, qui doivent mener l’offensive, selon les plans du commandement ukrainien.

« Les divisions blindées de ces unités sont déployées par groupes de deux pelotons tout le long de la ligne de contact de Vinogradnoe à Starognatovka, » a ajouté Édouard Bassourine.

L’armée de terre ukrainienne n’est pas la seule à être impliquée dans les plans du commandement de Kiev, puisque deux groupes tactiques navals ukrainiens ont aussi été renforcés et mis en état d’alerte à Marioupol, pour soutenir l’offensive terrestre.

« Les groupes tactiques de la marine ukrainienne, Triton et Marioupol, sont prêts à agir et situés à proximité du port de Marioupol. Les commandants des navires de guerre ont reçu l’ordre de couvrir le groupe au sol des Forces Armées Ukrainiennes depuis la mer, » a déclaré le commandant en second de la milice populaire de la RPD.

De leur côté, les unités de la milice populaire de la RPD sont en état d’alerte maximum, et sont prêtes à repousser toute tentative d’offensive de la part de l’armée ukrainienne.

« Toutes les unités militaires sont en état d’alerte maximum. Depuis que nous avons reçu des informations sur la préparation d’une offensive de grande envergure de la part de l’Ukraine, nos unités sont à 100 % de leurs capacités en personnel, et elles ont reçu tout l’armement, l’équipement et les munitions nécessaires, » a déclaré Édouard Bassourine.

Le commandant en second a ajouté que les positions de la milice populaire de la RPD ont été renforcées, des barrières antichars ont été installées dans les zones à risque, et les unités qui défendent cette zone ont reçu assez d’armes antichars pour contenir deux brigades blindées de l’armée ukrainienne.

Les lieux stratégiques sont aussi protégés par des systèmes de défense antiaérien, au cas où il prendrait l’envie à l’Ukraine d’utiliser de nouveau des drones largueurs de charges explosives, ou même son aviation militaire.

Espérons que ces préparatifs décourageront définitivement le commandement ukrainien de se lancer dans une telle Bérézina.

Christelle Néant

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)

La RPD exhorte l’ONU à empêcher l’attaque chimique à Marioupol

Attaque chimiqueMalgré la divulgation des plans de l’offensive de l’armée ukrainienne contre le sud de la République Populaire de Donetsk (RPD), il semble que Kiev n’a pas l’intention de renoncer à ses projets, y compris l’attaque chimique contre Marioupol.

Après les avertissements adressés par les autorités de la RPD, c’est la Russie qui a tiré la sonnette d’alarme, confirmant les craintes d’une opération sous faux drapeau devant servir de prétexte à une attaque de l’armée ukrainienne contre la République.

« D’après les informations dont nous disposons, Kiev prévoit d’organiser dans les prochains jours une provocation armée sur la ligne de contact afin de profiter de la loi martiale déclarée en particulier dans les régions de Donetsk et de Lougansk pour lancer une offensive rapide vers Marioupol, saisir les zones côtières de la mer d’Azov actuellement contrôlées par Donetsk, et atteindre la frontière russe, » a déclaré Maria Zakharova, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères.

Maria Zakharova a aussi confirmé les rapports faisant état d’une accumulation d’hommes et d’armements côté ukrainien, en violation des accords de Minsk.

« Davantage de troupes y ont été envoyées au cours des derniers mois, ce dont la Mission Spéciale de Surveillance de l’OSCE a fait état à de nombreuses reprises. Du 1er au 7 décembre, les observateurs de l’OSCE ont trouvé 190 pièces d’armement interdites par les accords de Minsk stationnées en dehors des zones de stockage désignées », a-t-elle ajouté.

Le but d’une telle action semble évident : prolonger la loi martiale afin que Petro Porochenko ne perde pas sa place, voire plus, après les élections présidentielles qu’il est sûr de perdre

D’autres faits découverts par les services de renseignement de la RPD semblent confirmer que Kiev se prépare à une offensive.

« En raison de l’offensive qu’elles préparent en direction de Marioupol, les forces de Kiev ont miné des routes à Slavnoye, Berezovoye, et Taramtchouk », a déclaré Daniil Bezsonov, le porte-parole de la milice populaire de la RPD.

Il a ajouté que ces mines toucheront probablement d’abord les véhicules civils, ce qui pourrait servir de prétexte à Kiev pour détourner le trafic de Marioupol.

Malgré tous ces avertissements, il semble que les préparatifs de cette provocation se poursuivent à Marioupol, comme l’a indiqué aujourd’hui le porte-parole de la milice populaire de la RPD.

« De grandes quantités de fûts contenant un agent toxique, vraisemblablement de l’ammoniac, ont été amassées dans les locaux de la conserverie de la rue Torgovaya, au centre de Marioupol », a déclaré Daniil Bezsonov. « Des témoins oculaires ont dit que l’armée les avait apportés depuis l’usine métallurgique de la ville. »

La conserverie est gardée par des hommes armés sans insigne. Le porte-parole de la milice populaire n’a pas exclu que l’objectif soit de faire exploser le site de stockage pour justifier la reprise des combats à grande échelle dans la région.

« Nous espérons que la publication de ces informations empêchera les terroristes ukrainiens de mettre en œuvre la provocation prévue à l’usine », a-t-il dit. « Cependant, les fûts peuvent être déplacés vers n’importe quel autre endroit de la ville. »

Devant l’échec manifeste de ses avertissements à faire annuler cette attaque chimique, la République Populaire de Donetsk s’est adressé aux institutions internationales chargées de maintenir la paix afin qu’elles empêchent une telle catastrophe.

« Nous demandons aux représentants de l’OSCE, de l’ONU et du Comité International de la Croix-Rouge d’empêcher cette horrible provocation contre des civils innocents », a déclaré aujourd’hui Daniil Bezsonov.

Le porte-parole de la milice populaire a également alerté les habitants de Marioupol en leur recommandant de quitter la zone de contamination chimique potentielle dès que possible.

Il a aussi exhorté ceux qui décideraient de rester à se procurer des moyens de protection individuelle et à ne pas envoyer les enfants à l’école ou à la maternelle.

Espérons que cet ultime avertissement portera ses fruits et que Kiev renoncera à ce plan sordide.

Christelle Néant

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)

La RPD craint une offensive de l’armée ukrainienne dans le sud de la république

SmerchÉdouard Bassourine, commandant en second du commandement opérationnel des forces armées de la République Populaire de Donetsk (RPD) a dévoilé aujourd’hui les plans de l’attaque planifiée par le commandement ukrainien dans le sud de la République.

Alors que la loi martiale a été décrétée en Ukraine le 26 novembre pour un mois, il semble que les autorités de Kiev veulent utiliser cette dernière, non seulement pour éliminer l’Église orthodoxe ukrainienne du Patriarcat de Moscou, mais aussi pour justifier une attaque contre la RPD.

Les services de renseignement de la république ont ainsi découvert une importante force d’attaque ukrainienne forte de 12 000 hommes, et plus de 50 chars d’assaut, 40 lance-roquettes multiples et 180 pièces d’artillerie et de mortiers déployés le long de la ligne de contact, près de Novotroïstkoye, Chirokino et Rovnopol. Il faut y ajouter 500 soldats qui sont en attente, et une douzaine de lance-roquettes multiples Smerch (calibre de 300 mm) qui ont été déployés près de Volodarskoye.

D’après Édouard Bassourine, cette force de frappe doit lancer une offensive massive dans la région de Marioupol le 14 décembre.

« Nos services de renseignements ont la preuve irréfutable que les forces ukrainiennes ont préparé une offensive dans la direction de Marioupol. Les informations reçues de sources fiables révèlent tous leurs plans. Leur objectif est de prendre le contrôle des districts de Novoazovsk et Telmanovo et de la section frontalière entre la RPD et la Russie près de Konkovo et Kholodnoye », a déclaré le commandant en second.

Le plan du commandement ukrainien serait le suivant : le matin du 14 décembre, après une préparation d’artillerie, les 128e, 56e et 79e brigades lanceront une offensive en se déplaçant sur la ligne Granitnoye-Chirokino vers Klinkino pour rejoindre la frontière entre la RPD et la Russie le 15 décembre soir. Le régiment Azov et la 36e brigade de marine seront chargés de nettoyer le territoire afin d’éliminer « tous les éléments indésirables contestant l’occupation ukrainienne ».

Carte de l'offensive

Pour justifier cette offensive, le SBU prévoit d’organiser un attentat terroriste à Marioupol, en faisant exploser le site de stockage de produits chimiques de l’usine sidérurgique d’Illich. Il est aussi possible que les services de sécurité ukrainiens utilisent des drones pour larguer des grenades et des obus, pour en accuser la RPD.

« Nous exhortons la MSS de l’OSCE à prêter attention aux préparatifs militaires en cours dans cette zone de première ligne. Lorsque l’action militaire reprendra, vous ne pourrez pas dire que vous n’étiez pas au courant », a déclaré Édouard Bassourine.

Les services de renseignement de la RPD avaient signalé précédemment l’arrivée d’instructeurs militaires britanniques à Artiomovsk (dans la zone occupée par l’armée ukrainienne), pour préparer des attaques chimiques dans le nord de la République, et que Kiev avait élaboré un plan de sabotage à l’usine Stirol (à Gorlovka) pour détourner l’attention des forces de la RPD pour pouvoir pénétrer sur le territoire de la République.

Une autre information communiquée cet après-midi semble confirmer que l’armée ukrainienne prépare quelque chose. Près de leurs positions situées dans les environs de Novotroïtskoye, les soldats ukrainiens ont déchargé plusieurs corps humains de véhicules de transport de troupes blindés, qui sont repartis aussitôt le déchargement terminé.
Ensuite, une ambulance ukrainienne et des véhicules de combat d’infanterie sont arrivés sur place, avec semble-t-il, une équipe de journalistes pro-ukrainiens.

Le commandement opérationnel des forces armées de la RPD n’exclut pas une mise en scène visant à accuser la RPD d’avoir tiré sur les positions de l’armée ukrainienne et d’être responsable de ces morts. Les unités de la RPD situées face à Novotroïstkoye respectent le cessez-le-feu et surveillent la situation de l’autre côté de la ligne de front.

La crainte d’une attaque dans le sud de la République a été confirmée par les unités de la milice populaire de la RPD qui défendent ce secteur. Les soldats de la RPD sont en état d’alerte et se préparent à cette offensive.

Nous ne pouvons qu’espérer que la divulgation de ce plan d’attaque provoquera l’annulation de cette offensive, qui n’apportera aucune victoire à l’Ukraine, mais beaucoup de morts, de sang et de souffrance des deux côtés.

Christelle Néant

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

Rapport de situation hebdomadaire du Donbass (Vidéo) – 8 décembre 2018

Rapport de situation du DonbassChaque semaine, Christelle Néant de l’agence DONi Press, (en partenariat avec Thom Aldrin d’Éveil Français TV), vous propose une rétrospective (militaire, politique, économique et sociale) en vidéo et en français de la semaine écoulée concernant le Donbass, l’Ukraine et la Russie.

Voici les points abordés lors de ce dernier rapport de situation hebdomadaire effectué par vidéo-conférence le samedi 8 décembre 2018 :

SITUATION MILITAIRE
0101 » – Bilan des bombardements de l’armée ukrainienne lors de la semaine écoulée
01’58 » – Les soldats ukrainiens humilient les civils du Donbass au point de passage de Mayorsk
03’25 » – Préparatifs d’une attaque chimique sous faux drapeau côté ukrainien
05’05 » – Accumulation de chars d’assauts par l’armée ukrainienne face à Gorlovka
05’46 » – Conscription forcée et préparation des hôpitaux ukrainiens en cas de lourdes pertes

UKRAINE
0739 » – Perquisitions et interrogatoires de prêtres de l’UOC-MP par le SBU
23’17 » – Porochenko et la guerre fantôme de l’Ukraine contre la Russie
31’03 » – La Rada valide l’annulation du traité d’amitié entre l’Ukraine et la Russie

PENDANT CE TEMPS LÀ À KIEV
38’55 » – Porochenko fait un panégyrique des parachutistes ukrainiens

44’17 » – Conclusion

Voir le rapport de situation complet en vidéo

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)

Porochenko et la guerre fantôme de l’Ukraine contre la Russie

La flotte ukrainienneDepuis plus de quatre ans, le président ukrainien, Petro Porochenko, sort des déclarations et posts sur les réseaux sociaux évoquant l’agression russe, et la défense héroïque du pays par l’armée ukrainienne, allant jusqu’à en faire des panégyriques délirants, comme lorsqu’il a qualifié les Forces Armées Ukrainiennes (FAU) d’armée la plus puissante du continent (sic).

L’Ukraine tente d’entraîner l’OTAN dans une guerre contre la Russie

Après la provocation du détroit de Kertch, qui a tourné à l’humiliation totale de la marine ukrainienne lorsque trois de ses navires se sont fait capturer par nuls autres que les gardes côtes russes (re-sic), Porochenko a réclamé à cors et à cris, l’aide de l’OTAN, entre autre dans la mer d’Azov, en oubliant un peu vite deux trois faits tangibles et réels qui viennent empêcher ses jolis plans délirants.

« L’Allemagne est l’un de nos alliés les plus proches et nous espérons que l’OTAN sera désormais prête à transférer des navires de guerre dans la mer d’Azov afin d’aider l’Ukraine à en assurer la sécurité », a-t-il ainsi déclaré quelques jours après l’incident.

« La chancelière Merkel est une grande amie de l’Ukraine », a encore affirmé M. Porochenko. « En 2015, elle a déjà sauvé notre pays », a-t-il ajouté.

Déjà rien que dans cette déclaration, Porochenko contredit ses panégyriques de l’armée ukrainienne. Si cette dernière est aussi puissante qu’il le dit et qu’elle retient l’armée russe à elle toute seule depuis plus de quatre ans, pourquoi le pays a-t-il dû être sauvé par Angela Merkel en 2015 ?

Eh oui, en voulant jouer les frottes manches avec tatie Merkel pour l’amadouer, Porochenko vient de démolir quatre ans de propagande.

Le pire est que cette énorme bourde n’aura servi à rien, puisque l’Allemagne a refusé d’intervenir militairement, appelant la Russie et l’Ukraine à régler l’incident du détroit de Kertch par le dialogue.

Car si quelques va-t-en-guerre de l’OTAN soutiennent ce délire d’aller chercher des noises à la Russie en mer d’Azov pour défendre un pays (l’Ukraine) qui a violé les règles de passage du détroit et est donc coupable de ce qui est arrivé à ses navires, la plupart des membres européens de l’alliance sont bien conscients de la culpabilité de Kiev et que cela reviendrait à aller au casse-pipe.

Déjà, à cause de la profondeur très faible du détroit de Kertch, qui n’autorise un tirant d’eau que de 8 m ! Autant dire que la plupart des gros navires de guerre (et même certains sous-marins) des membres de l’OTAN (États-Unis en tête), ne pourraient pas franchir le détroit et entrer en mer d’Azov, pont ou pas pont (je rappelle encore une fois à mes « collègues » journalistes occidentaux de se renseigner avant de sortir que des Panamax ne peuvent PLUS entrer en mer d’Azov depuis la construction du pont, ils n’ont en fait JAMAIS pu y entrer à cause de leur trop grand tirant d’eau).

L’autre point qui a fait pencher la balance en défaveur de Kiev, en plus de sa culpabilité évidente, c’est le fait que la Russie (comme l’Ukraine) a un droit de regard sur les navires militaires qui ont le droit d’entrer en mer d’Azov. De même que l’Ukraine peut empêcher d’autres navires militaires que les navires russes d’entrer en mer d’Azov, la Russie a aussi un droit de veto.

Donc si les navires de l’OTAN ayant un tirant d’eau de moins de 8 m veulent entrer en mer d’Azov il faudrait qu’ils le fassent de force, ce qui équivaudrait à un acte de guerre !

Et c’est là que les délires de Porochenko se fracassent sur la réalité, car l’Allemagne et une bonne partie de l’OTAN sait bien que les capacités de défense navale de la Russie sont efficaces, et que tenter d’entrer en force en mer d’Azov les exposerait alors à une réponse militaire russe légalement justifiée qui transformerait leur flotte en récifs artificiels, le tout avec le droit international du côté de la Russie.

Hors de question pour Merkel et les autres dirigeants européens de se lancer dans une telle Bérézina qui équivaudrait à déclarer la guerre à la Russie, alors qu’elle possède l’arme nucléaire. Pour les Allemands, comme pour les Français, hors de question de revivre leurs campagnes de Russie respectives en pire !

Suivre Washington dans sa rhétorique anti-russe oui, aller de manière assurée au casse-pipe pour les beaux yeux d’un pays totalement corrompu, devenu une véritable dictature en pleine guerre civile, et qui est un véritable trou noir à argent, faut pas pousser mamie Merkel dans les orties quand même !

L’armée ukrainienne comme seul rempart contre la Russie

Loin de se démonter devant le fait d’avoir été lâché par l’OTAN (je passe sur les grandes déclarations outragées des dirigeants qui ne sont que du vent et rien d’autre) suite à sa provocation, Porochenko a décidé de continuer dans son délire va-t-en-guerre, en déclarant que puisque c’est comme ça, l’Ukraine se défendra seule contre l’agression russe et qu’elle est « sûre de réussir » (re-sic).

« La Russie s’est retrouvée totalement isolée. C’est le résultat de notre coordination internationale conjointe. Mais permettez-moi d’insister : nous allons défendre notre pays nous-mêmes. Et la seule chose que nous allons chercher maintenant, c’est l’adhésion à l’OTAN pour construire un système de défense (et ici, il est si important de voter pour les amendements à la Constitution, qui en font une tâche prioritaire de toutes les autorités ukrainiennes – le président, le parlement, le gouvernement) avec l’adhésion à l’Union Européenne », a-t-il déclaré le 3 décembre sur la chaîne ICTV.

Reprenons les propos de Porochenko. D’abord il dit fièrement que la Russie se retrouve totalement isolée. Pas vraiment non. Certes les pays occidentaux soutiennent Kiev sur la forme par obéissance servile à Washington, mais il y a d’autres pays dans le monde. La Chine, la Bolivie et le Kazakhstan ont voté pour l’agenda russe des discussions lors de la réunion en urgence du Conseil de Sécurité de l’ONU sur l’incident du détroit de Kertch.

Pour rappel, la Chine représente presque un cinquième de la population mondiale. Pas vraiment un pays négligeable.

Et puis si on sort des discours de forme, sur le plan concret, l’Allemagne continue le projet Nord Stream 2 avec la Russie. Suivre les États-Unis avec de jolies déclarations est une chose, se priver de gaz russe bon marché et rapidement disponible en est une autre. Les affaires sont les affaires, et l’Allemagne tire bien plus de bénéfices en ayant de bonnes relations commerciales avec la Russie qu’en soutenant les délires de Kiev.

Si on regarde les États-Unis, certes Trump a annulé sa rencontre officielle avec Vladimir Poutine au G20 à cause de l’hystérie des médias occidentaux qui ont pris fait et cause pour l’Ukraine en dépit du bon sens, mais les deux chefs d’État ont quand même discuté 10 à 15 minutes ensemble lors du sommet.

Et Poutine a alloué le temps libéré par cette annulation pour discuter avec le président turc, Recep Tayyip Erdogan (d’ailleurs le projet Turkish Stream avance bien lui aussi), et une réunion des chefs d’États du BRICS a aussi eu lieu en marge du G20. Et sur la photo de « famille » du G20, Poutine n’est pas mis au ban du groupe.

Pour l’isolation de la Russie et le « résultat » de la « coordination internationale conjointe »on repassera…

Ukraine vs Russie

Passons à la suite. Porochenko dit que l’Ukraine va se défendre seule contre l’agression russe (ce qui est un aveu d’impuissance de ses tentatives d’entraîner l’OTAN à soutenir activement Kiev dans un conflit ouvert avec la Russie). Je croyais que c’était déjà le cas depuis plus de quatre ans si on suit ses délires. Justement il est temps de regarder ce qu’il en est.

L’année dernière, un officiel ukrainien, Gueorgui Touka, avait admis que l’Ukraine n’a aucune preuve valable sur le plan légal de la présence de l’armée russe dans le Donbass, portant un coup sévère à la propagande ukrainienne. Sans parler du fait que si l’Ukraine était réellement en guerre contre la Russie, elle aurait dû couper toute relation diplomatique et déclarer la guerre officiellement ! Or Kiev n’a fait ni l’un ni l’autre.

Si l’armée russe agressait militairement l’Ukraine quel serait le résultat (et comparons avec la réalité) ? L’armée russe est la 2e armée au monde, avec un million de soldats actifs, et 2,5 millions de réservistes, sans parler du reste de la population apte au service. L’Ukraine est la 29e armée mondiale (elle était 20e en 2014), avec 182 000 soldats (dont une bonne moitié est sur le front du Donbass) et un million de réservistes.

Si on regarde l’armement, la Russie possède 3 914 avions et hélicoptères, quand l’Ukraine en aligne 240 (et il faut voir dans quel état ils sont). Du point de vue des chars d’assaut, la Russie en possède 20 300 contre 2 214 pour l’Ukraine, auxquels il faut ajouter 27 400 véhicules de combat blindés, pour la fédération de Russie, contre 11 868 pour l’Ukraine.

Pour l’instant c’est mal parti pour Kiev. Regardons l’artillerie. Si on additionne les pièces d’artillerie automotrices, tractées et les lance-roquettes, on arrive à un total de 14 252 pour la Russie, contre 3 596 pour l’Ukraine. Là aussi, avec un ratio pareil c’est très mauvais pour l’Ukraine. D’autant plus que la plupart des armements ukrainiens datent de l’époque soviétique et que la russophobie maladive de l’Ukraine l’a privée des pièces détachées produites en Russie…

Si on regarde l’état de la marine, cela devient tragi-comique, la Russie possédant une flotte de 352 navires dont 62 sous-marins, neuf frégates, 13 destroyers 78 corvettes et 41 patrouilleurs, quand l’Ukraine n’a que 25 navires (enfin 22 maintenant vu que trois sont désormais confisqués et se trouvent à quai dans le port de Kertch), dont une frégate, une corvette et 12 patrouilleurs.

Rappel à la réalité

Devant un ratio pareil, et même sans prendre en compte le fait que la Russie possède l’arme nucléaire et l’Ukraine non, n’importe quel expert militaire sain d’esprit recommanderait à l’Ukraine de ne pas chercher des noises à son voisin, car l’annihilation de l’armée ukrainienne serait certaine.

Il suffit de comparer avec ce qui s’est passé en Ossétie du Sud en 2008, lorsque l’armée russe (qui était encore en pleine remise sur pied après la descente aux enfers des années 90 et était donc loin de son niveau actuel) a affronté l’armée géorgienne qui avait lancé une attaque sur l’Ossétie du Sud, et bombardé des civils et des casques bleus. L’armée géorgienne n’a pas tenu une semaine !

Certains me rétorqueront que des armées moins bien équipées mais motivées et connaissant le terrain, ont vaincu des armées plus grosses, comme l’armé finlandaise contre l’armée soviétique lors de la guerre d’Hiver. C’est vrai. Alors regardons ce que vaut l’armée ukrainienne « motivée » et dont la « combativité » est sans pareil d’après Porochenko.

Des rapports de l’armée ukrainienne, datant de 2014 ont fuité récemment, et permettent de se faire une idée assez précise du niveau de motivation et de compétence de l’armée ukrainienne.

Lors de la phase active de la guerre du Donbass, en une semaine, l’armée ukrainienne a eu 1 600 morts, 4 723 blessés et 3 473 déserteurs, le tout en combattant contre de simples milices populaires armées de bric et de broc ! Même pas contre l’armée russe. Contre des milices populaires bien moins armées et nombreuses ! Là pour le coup c’est les forces armées des Républiques Populaires de Donetsk et de Lougansk (RPD et RPL), qui ont joué un remake de l’armée finlandaise lors de la guerre d’Hiver !

Maintenant, imaginez cette armée ukrainienne, qui a subi des pertes pareilles en une semaine à peine contre des milices populaires, et qui a eu deux fois plus de déserteurs que de morts, devoir affronter l’armée russe !

Si l’Ukraine était agressée militairement par la Russie depuis 2014, la guerre dans le Donbass aurait été finie en moins de temps qu’il n’en faut pour dire « invasion », et l’armée ukrainienne n’aurait pas compté ses pertes en milliers de morts mais en dizaines de milliers au minimum !

La réalité est tout autre. La guerre du Donbass dure depuis plus de quatre ans, et l’armée ukrainienne se délite lentement mais sûrement depuis le début du conflit. Ce qui prouve bien que ces histoires d’agression russe conte l’Ukraine sont du pipeau.

Et même concernant la Crimée, si la Russie avait réellement annexé cette dernière (ce qui n’est pas le cas, je vous renvoie à cette très bonne analyse légale de la situation en Crimée), pourquoi l’Ukraine n’a pas porté plainte pour annexion de territoire contre la fédération de Russie auprès du tribunal de l’ONU ?

L’Ukraine a porté plainte pour de prétendues discriminations contre les Tatars de Crimée, alors que ces derniers ont obtenu bien plus de droits et d’avantages depuis l’intégration de la péninsule au sein de la fédération de Russie que pendant les décennies passées au sein de l’Ukraine ! Aucune plainte pour annexion de la Crimée n’a été portée contre la Russie à l’ONU ! Pourquoi ?

Parce que l’Ukraine est sûre de perdre car le droit international est du côté de la Russie ! Et si le tribunal de l’ONU se prononçait en ce sens, cela validerait la réintégration de la Crimée face à la communauté internationale, qui ne pourrait plus hurler à l’annexion ! Plutôt rester sur le statu quo actuel que de risquer une fessée judiciaire internationale magistrale…

Au lieu de continuer sur cette trajectoire vers le gouffre qui risque de coûter plus cher à l’Ukraine que ce que l’agression géorgienne contre l’Ossétie du Sud a coûté à Tbilissi en 2008, Kiev ferait mieux de changer de stratégie. Faute de quoi, à force de chercher les problèmes et d’attiser les conflits (qu’ils soient régionaux, linguistiques ou religieux), l’Ukraine finira reléguée dans les livres d’histoire comme l’exemple parfait de ce que la déconnexion de la réalité peut coûter à un pays.

Christelle Néant

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)

Rapport de situation hebdomadaire du Donbass (Vidéo) – 1er décembre 2018

Rapport de situation du DonbassChaque semaine, Christelle Néant de l’agence DONi Press, (en partenariat avec Thom Aldrin d’Éveil Français TV), vous propose une rétrospective (militaire, politique, économique et sociale) en vidéo et en français de la semaine écoulée concernant le Donbass, l’Ukraine et la Russie.

Voici les points abordés lors de ce dernier rapport de situation hebdomadaire effectué par vidéo-conférence le samedi 1er décembre 2018 :

SITUATION MILITAIRE
0121 » – Bilan des bombardements de l’armée ukrainienne lors de la semaine écoulée
02’48 » – La RPD et la RPL craignent une offensive et une attaque chimique de la part de l’Ukraine
06’20 » – Accumulation d’armes lourdes près de la ligne de front côté ukrainien

PROVOCATION UKRAINIENNE PRES DU DETROIT DE KERTCH
07’03 » – Chronologie et conséquences de la provocation ukrainienne

UKRAINE
3510 » – Porochenko utilise la loi martiale pour éliminer l’Église orthodoxe ukrainienne canonique

PENDANT CE TEMPS LÀ À KIEV
40’11 » – CNN dévoile à quel point les habitants de Marioupol ont peur d’une « invasion russe »
42’23 » – Détails de la séance de « torture » subie par les agents du SBU arrêtés sur les bateaux ukrainiens

45’18 » – Conclusion

Voir le rapport de situation complet en vidéo

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

Loi martiale en Ukraine : symptôme de la folie du régime de Porochenko

PorochenkoLa déclaration de la loi martiale en Ukraine pourrait provoquer le chaos dans plusieurs régions du pays en légalisant la violence des autorités contre les résidents locaux, a déclaré le chef du mouvement Jeune République, Nikita Kiosev.

« La proclamation de la loi martiale est une forme radicale de manifestation de folie chronique. Nos évaluations sont claires – honte à la junte de Kiev. Il est terrible d’imaginer quel genre de chaos peut régner dans les zones où la loi martiale est introduite, alors que les fous sont autorisés à appliquer la violence « légale », » a déclaré Nikita Kiosev.

Il a rappelé que les habitants du Donbass savent par expérience quelles sont les qualités morales des forces de sécurité du régime de Kiev, qui ont causé beaucoup de malheurs aux civils.

« Porochenko est comme une petite fille hystérique qui essaie d’attirer l’attention avec ses bouffonneries et avec l’aide de telles provocations pour consolider sa position de président. On peut voir que les Américains ont honte de leur pupille, car les commentaires de Trump sont mesurés, » a ajouté le chef du mouvement Jeune République.

Rappelons que le 26 novembre, la Verkhovna Rada a adopté un projet de loi introduisant le régime de la loi martiale dans dix régions de l’Ukraine à partir du 28 novembre à 9 h du matin. La liste comprend les régions limitrophes de la fédération de Russie et de la Transnistrie, les parties de la République Populaire de Donetsk (RPD) et de la République Populaire de Lougansk (RPL) contrôlées par Kiev, ainsi que les régions bordant les mers Azov et la mer Noire. La validité de ce régime juridique spécial est de 30 jours.

La loi martiale est un régime juridique spécial qui est introduit en Ukraine ou dans certaines de ses régions par la loi « sur le régime juridique de la loi martiale ». Elle prévoit l’octroi de pouvoirs pratiquement illimités aux autorités étatiques, au commandement militaire et aux administrations militaires.

Source : DAN
Traduction par Christelle Néant pour Donbass Insider

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)

Rapport de situation hebdomadaire du Donbass (Vidéo) – 24 novembre 2018

Rapport de situation du DonbassChaque semaine, Christelle Néant de l’agence DONi Press, (en partenariat avec Thom Aldrin d’Éveil Français TV), vous propose une rétrospective (militaire, politique, économique et sociale) en vidéo et en français de la semaine écoulée concernant le Donbass, l’Ukraine et la Russie.

Voici les points abordés lors de ce dernier rapport de situation hebdomadaire effectué par vidéo-conférence le samedi 24 novembre 2018 (exceptionnellement en deux parties) :

SITUATION MILITAIRE
0124 » – Bilan des bombardements de l’armée ukrainienne lors de la semaine écoulée
03’17″ – Provocations de l’armée ukrainienne à la veille d’une réunion à Minsk
06’27″ – Les FAU s’entraînent au combat urbain en zone contaminée
08’30″ – Deux stocks de matériel militaire ukrainien brûlent près de Kourakhovo et de Marioupol

ACCORDS DE MINSK
11’30″ – La présence d’un représentant du CICR à Minsk n’a pas permis de débloquer la situation concernant les retraites

RPD-RPL
14’05″ – Investiture de Denis Pouchiline comme chef de la RPD
2142″Le MGB de la RPD déjoue un attentat lors des élections

UKRAINE
2730″Suite à la construction de Turkish Stream, l’Ukraine commence à évaluer ses pertes de revenus

PENDANT CE TEMPS LÀ À KIEV
32’25″ – Un requin tente de s’évader de son aquarium à Odessa

34’12″ – Conclusion

Voir le rapport de situation complet en vidéo

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)

Un civil blessé en RPD à la veille d’une réunion à Minsk

Tirs des FAUDurant les dernières 24 heures, l’armée ukrainienne a violé le cessez-le-feu à 17 reprises, tirant 49 munitions dont trois obus de mortier de 82 mm et 120 mm sur le territoire de la République Populaire de Donetsk (RPD).

Depuis deux jours, les Forces Armées Ukrainiennes tirent de nouveau sur les zones résidentielles en RPD, blessant un civil et endommageant des habitations.

Comme à son habitude, à la veille d’une réunion des groupes de contact à Minsk, l’armée ukrainienne a augmenté ses provocations, afin de les utiliser ensuite comme preuve de la non-application des accords de Minsk lors des négociations qui ont lieu aujourd’hui, 22 novembre, dans la capitale Biélorusse.

Le 20 novembre au soir, l’armée ukrainienne a ouvert le feu avec des lance-grenades automatiques, des mitrailleuses lourdes et des armes légères sur la zone résidentielle située autour de la mine Gagarine à Gorlovka.

Ces tirs ont endommagé deux fenêtres d’une maison au 47 de la rue Yarochenko, mais heureusement sans faire de victimes.

Le lendemain, 21 novembre, à 13 h, c’est sur Yelenovka (au sud de Donetsk) que l’armée ukrainienne a tiré avec des armes légères depuis ses positions situées près de Slavnoye.

L’un des tirs a touché un civil de 62 ans qui se trouvait près d’un magasin. L’homme a reçu une balle dans la cuisse droite et a été emmené à l’hôpital de Dokoutchayevsk pour y être soigné.

Le Centre Conjoint de Contrôle et de Coordination du cessez-le-feu a transmis toutes les informations sur ces crimes de guerre à la Mission de Surveillance Spéciale de l’OSCE pour enregistrement.

Et alors que la réunion des groupes de contacts est actuellement en cours à Minsk, l’armée ukrainienne a décidé de poursuivre sur cette lancée, en tirant sur le village de Golmovski, au nord de Gorlovka, avec des canons anti-aériens et des canons de véhicule de combat d’infanterie, endommageant une autre maison, située du 21 de la rue Bolnichnaya. Heureusement sans faire de victime civile cette fois.

Malgré le mauvais temps qui a fait baisser le nombre de violations du cessez-le-feu par l’armée ukrainienne, cette dernière continue de commettre des crimes de guerre dans le silence des chancelleries occidentales.

On ne peut dès lors qu’espérer que la prochaine réunion des directeurs politiques au format Normandie, qui doit avoir lieu le 26 novembre, permette d’obtenir un cessez-le-feu plus durable alors que la fin de l’année approche.

Christelle Néant

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)

Rapport de situation hebdomadaire du Donbass (Vidéo) – 17 novembre 2018

Rapport de situation du DonbassChaque semaine, Christelle Néant de l’agence DONi Press, (en partenariat avec Thom Aldrin d’Éveil Français TV), vous propose une rétrospective (militaire, politique, économique et sociale) en vidéo et en français de la semaine écoulée concernant le Donbass, l’Ukraine et la Russie.

Voici les points abordés lors de ce dernier rapport de situation hebdomadaire effectué par vidéo-conférence le samedi 17 novembre 2018 (exceptionnellement en deux parties) :

PARTIE 1

SITUATION MILITAIRE
0104 » – Bilan des bombardements de l’armée ukrainienne lors de la semaine écoulée
03’39 » – Les FAU capturent un drone de l’OSCE pour le copier
06’15 » – Nouvelle rafle du SBU contre les civils de la zone du Donbass occupée par l’armée ukrainienne

RPD-RPL
07’20 » – Déroulement et résultats des élections du 11 novembre 2018

INTERNATIONAL
22’31 » – L’Allemagne exige enfin la fermeture du site Mirotvorets

UKRAINE
3116 » – Coupures de chauffage dans plusieurs grandes villes d’Ukraine pour cause de dettes de gaz

Voir la première partie du rapport de situation en vidéo

PARTIE 2

UKRAINE
0025 » – Coupures de chauffage dans plusieurs grandes villes d’Ukraine pour cause de dettes de gaz
0454 » – Un officiel ukrainien déclare que l’Ukraine n’a pas les moyens de construire une base navale militaire à Berdiansk

PENDANT CE TEMPS LÀ À KIEV
08’43 » – Google Maps affiche le « cabinet des monstres » à Kiev

09’50 » – Conclusion

Voir la deuxième partie du rapport de situation en vidéo

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)