Kiev refuse de faire reculer ses soldats et ses armes lourdes des positions situées près de la station d’épuration de Donetsk

Station d'épurationSuite aux nombreux incidents qui ont mis en danger non seulement les travailleurs de la station dépuration de Donetsk, mais aussi la population des environs, une réunion du groupe de contact de Minsk sur la sécurité a été organisée hier, 23 mai.

Après les tirs qui ont empêché à plusieurs reprises des changements d’équipes, voire qui ont visé directement les convois d’employés, les bombardements du 20 mai sur la zone proche avaient provoqué la coupure de l’alimentation électrique de la station, mettant de facto cette dernière à l’arrêt.

Ce n’est qu’avant-hier que les réparations ont pu avoir lieu, et la station d’épuration n’a pleinement repris le travail qu’hier à 14 h.

Au vu de tous ces incidents, la République Populaire de Donetsk (RPD) et l’OSCE avaient soutenu ensemble un certain nombre de mesures afin d’enclencher une désescalade de la situation autour de cette infrastructure critique.

La mesure la plus importante pour faire baisser les tensions autour de cette zone était le recul des positions des deux côtés à 1,5 km de la station dépuration, et le retrait des armes lourdes. Si l’OSCE et la RPD ont soutenu cette idée lors de la vidéo conférence, il n’en fut rien du côté de Kiev.

C’est ce qu’a déclaré Denis Pouchiline, le président du Conseil Populaire de la RPD, et chef de la délégation de la RPD à Minsk à l’issue de cette vidéo-conférence.

« Ni l’importance de fournir de l’eau à la population civile, ni la menace d’une catastrophe écologique dans l’éventualité où des obus tomberaient sur le bâtiment où est stocké le chlore n’ont poussé la partie ukrainienne à un dialogue constructif. La partie ukrainienne rejette l’idée de retrait des forces autour de la station, » a souligné Pouchiline.

Pourtant ce retrait est plus que nécessaire, alors que les deux armées peuvent désormais se voir l’une l’autre à l’œil nu !

« La raison principale de l’escalade des tensions autour de la station, c’est la volonté de la partie ukrainienne de prendre le contrôle d’une infrastructure vitale stratégiquement importante pour l’utiliser comme un autre instrument de blocus du Donbass. Depuis janvier 2017, les FAU ont progressivement rapproché leurs positions d’une distance de 1,5 km à 70-150 m de la station, » a expliqué le président du Conseil Populaire.

Cet échec signifie qu’il faut s’attendre à de nouvelles flambées de tirs et de potentielles victimes dans et autour de la station d’épuration.

Et si pour l’instant la situation autour de Gorlovka s’est calmée après les deux tentatives d’attaques de lundi, qui ont engendrées de lourdes pertes pour l’armée ukrainienne (18 morts et au moins 20 blessés, sans parler de l’équipement détruit : entre autres un mortier, un char d’assaut, un véhicule de combat d’infanterie et un radar de contre-batterie américain), les informations que nous recevons indiquent que les FAU se prépareraient à d’autres tentatives d’attaques.

En plus d’articles dans la presse ukrainienne (comme sur le site Strana) expliquant l’intérêt stratégique de la capture de Gorlovka pour ensuite attaquer Debaltsevo et Yenakievo, le commandement opérationnel de l’armée de la RPD a indiqué que le commandement ukrainien avait ordonné à toutes les unités des FAU de refaire le plein de carburant et de lubrifiant pour les équipements militaires d’ici le 28 mai, et que les sapeurs de la 36e brigade des FAU ont reçu l’ordre de déminer plusieurs champs de mines antichars (sûrement en vue d’y passer pour lancer une offensive).

Comme on peut le voir l’Ukraine n’a toujours pas l’intention d’appliquer les accords de Minsk, et ne fait même plus semblant de vouloir une réelle désescalade à la veille de la coupe du monde de football qui risque de voir une nouvelle augmentation brutale des bombardements, des tentatives de percée du front, des destructions et des victimes de la part de l’armée ukrainienne.

Le tout couvert par le silence des médias occidentaux qui se focaliseront sur les matches de foot plutôt que sur les civils du Donbass qui meurent sous les obus ukrainiens.

Christelle Néant

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

Escalade brutale de la situation dans le Donbass – L’armée ukrainienne lance des offensives sur la périphérie de Gorlovka

BombardementsDepuis une semaine, l’armée ukrainienne s’acharne sur Gorlovka et sa périphérie, multipliant les morts et les blessés parmi les civils. Le bilan en une semaine est déjà de quatre morts et sept blessés. Il n’y a plus un jour sans victime civile.

Pire certaines de ces victimes, comme celles mortes à Zaïtsevo le 19 mai, ont été tuées par des obus de mortier de 120 mm (calibre confirmé par les représentants de la RPD au sein du CCCC) remplis de petits dards en métal, que les conventions internationales interdisent d’utiliser sur des zones civiles (ce qui constitue un crime de guerre).

L’utilisation d’obus de mortier remplis de tels dards a déjà été constatée dès la bataille de Slaviansk en 2014 (voir cette interview de deux commandants de l’armée de la RPD qui parle d’obus de mortier de 82mm remplis de tels dards). De tels bricolages d’armes par les soldats ukrainiens pour les rendre plus dangereuses sont monnaie courante. Souvent les obus sont remplis de matériau incendiaire pour détruire les maisons par le feu. Ici le but était de tuer au maximum.

Voici les dards qui ont été récupérés sur place et dans le corps de certaines des victimes (photo fournie par l’armée de la RPD) :

 

Dards métalliques

Et ce bilan continue de s’alourdir en ce moment même, alors que l’armée ukrainienne a tenté plusieurs percées des lignes de défense de la RPD cette nuit et ce matin. À 10 h 05, les FAU ont ouvert le feu avec des mortiers de 120 mm contre la zone de la mine Gagarine, faisant quatre blessés dont deux graves parmi les civils. L’école numéro 10 s’est aussi retrouvée prise sous les tirs, obligeant les enseignants et les élèves à se cacher dans les caves. De tels tirs en pleine journée marquent une escalade grave de la situation.

Mais la nuit ne fut pas plus calme. Profitant de l’obscurité deux pelotons de soldats ukrainiens (semble-t-il du bataillon néo-nazi Donbass) ont tenté de percer les lignes de défense de la République Populaire de Donetsk (RPD) près de Golomovski. Les soldats de la RPD ont répondu et repoussé l’attaque.

Carte des attaques

Mais grâce à une couverture de tirs intensifs d’artillerie et de mitrailleuses lourdes, les FAU ont réussi à s’approcher assez près des lignes de défense pour capturer trois soldats de la RPD et en tuer un sur place. Les prisonniers ont été utilisés comme boucliers humains pour couvrir leur retraite.

Malgré ces méthodes dignes de terroristes, les soldats ukrainiens n’ont pas pu éviter de nouvelles pertes lors de leur retraite. Au total les soldats ukrainiens ont eu à déplorer cinq morts et quatre blessés. Deux des corps des soldats morts ont été abandonnés sur le champ de bataille, et les soldats ukrainiens essayent désormais de les récupérer.

À l’heure où j’écris ces lignes, l’attaque se poursuit avec l’utilisation continue d’armes de gros calibre interdites par les accords de Minsk, et les pertes de l’armée ukrainienne s’alourdissent.

Le commandement de l’armée de la RPD s’inquiète du sort de ses hommes qui ont été capturés car le bataillon Donbass est connu pour sa cruauté et l’usage systématique de la torture pour forcer nos soldats à faire de fausses déclarations.

Une autre offensive a été lancée ce matin d’après nos collègues de War Gonzo, depuis le village de Tchigari (périphérie Ouest de Gorlovka), avec le soutien de chars d’assaut. Plusieurs unités de l’armée de la RPD y compris des troupes d’élites ont été déployées sur place en urgence pour empêcher toute percée des lignes.

Là aussi, les FAU ont subi des pertes, et ils essayent d’extraire les corps de leurs soldats morts du champ de bataille.

Certains ont été récupérés par l’armée de la RPD et emmenés à la morgue :

Soldat ukrainien mort

D’après les soldats de la RPD stationnés à Gorlovka, les soldats ukrainiens jettent les corps dans la mine Ioujnaya, afin de cacher l’étendue réelle de leurs pertes, et la panique s’est emparée de Dzerjinsk, poussant les FAU à évacuer la population civile de la zone proche du front.

Les FAU continuent d’évacuer leurs morts et leurs blessés aussi vite que possible, au moins 10 véhicules sont en train de mener cette évacuation.

Du côté de Gorlovka, malgré les rumeurs, aucune évacuation de la population n’a été lancée. L’information a été confirmée par le maire de la ville, qui a précisé que seules les écoles les plus proches du front avaient renvoyé leurs élèves étudier depuis chez eux pour éviter des victimes supplémentaires en cas de nouvelle tentative de percée des lignes.

D’autres informations risquent de tomber en cours de journée alors que ces offensives se poursuivent.

MÀJ :
– À 13 h 35, les FAU ont de nouveau ouvert le feu à coup de mortier de 82 mm sur la zone de la mine Gagarine. Les employés du Ministère des Situations d’Urgence et les représentants de la RPD au sein du CCCC se trouvaient sur place pour enregistrer les conséquences des tirs de ce matin, et se sont retrouvés pris sous les bombardements de l’armée ukrainienne. Plus d’informations à venir.

Christelle Néant

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

Rapport de situation hebdomadaire du Donbass (Vidéo) – 19 mai 2018

Rapport de situation sur le DonbassChaque semaine, Christelle Néant de l’agence DONi Press, en partenariat avec Thom Aldrin d’Éveil Français TV, vous propose une rétrospective (militaire, politique, économique et sociale) en vidéo et en français de la semaine écoulée concernant le Donbass, l’Ukraine et la Russie.

Voici les points abordés lors de ce dernier rapport de situation hebdomadaire effectué le samedi 19 mais 2018 par vidéo conférence :

SITUATION MILITAIRE
01’44 » – Bilan des bombardements de l’armée ukrainienne lors de la semaine écoulée
03’43 » – Accumulation d’armes lourdes par l’armée ukrainienne près de la ligne de front
04’22 » – Mort du commandant Mamaï suite à un bombardement de l’armée ukrainienne
06’20 » – Les FAU s’acharnent sur Gorlovka et la station d’épuration de Donetsk
13’14 » – La RPD ouvre le feu en retour et fait 10 morts parmi les soldats ukrainiens
18’52 » – Préparatifs pour une offensive ukrainienne vers le Sud de la RPD

ÉVOLUTION DE LA SITUATION EN UKRAINE
19’34 » – Scandale autour d’un consul ukrainien néo-nazi à Hambourg
29’52 » – Arrestation du rédacteur en chef de RIA Novosti en Ukraine

PENDANT CE TEMPS LÀ À KIEV
35’40 » – Kiev crée une patrouille de police dédiée à la Crimée
37’56 » – Un journaliste américain suggère à l’Ukraine de faire sauter le pont de Crimée

43’00 » – Conclusion

Voir le rapport de situation en vidéo

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

Suite à l’augmentation des victimes civiles, la RPD ouvre le feu contre des postes de tir côté ukrainien et fait 10 morts parmi les FAU

TirsAprès les tirs réguliers et meurtriers des derniers jours contre plusieurs points du front, le commandement de l’armée de la République Populaire de Donetsk (RPD) a décidé d’ouvrir le feu en retour afin de neutraliser les postes de tir des Forces Armées Ukrainiennes (FAU) responsables de nombreuses victimes récentes.

Les premiers tirs de neutralisation ont eu lieu contre les positions de l’armée ukrainienne d’où venaient les tirs récents contre la zone de la mine Gagarine.

La première est située près du village de Tchigari, d’où l’armée ukrainienne tirait avec des lance-grenades automatiques, des lance-roquettes et des armes légères non seulement contre les civils habitant sur le territoire de la RPD, mais aussi contre les maisons des civils habitant le village où sont stationnés les soldats ukrainiens (les FAU tirant au fusil sur les habitations).

D’après les soldats de la RPD stationnés près de Gorlovka, ces derniers ont utilisé à leur avantage le fait que leurs positions dominaient en hauteur celles des soldats ukrainiens, et ont ouvert le feu sur l’unité des FAU responsable des tirs contre les civils, tuant six soldats ukrainiens.

La seconde position de tir neutralisée se situait près de la mine Ioujnaya. Hier après-midi, les FAU ont tiré au mortier depuis cette position contre la zone de la mine Gagarine, visant délibérément les zones résidentielles. D’après une source au sein du commandement opérationnel de l’armée, les soldats de la RPD ont utilisé des hauteurs abandonnées il y a quelques jours par les FAU pour neutraliser l’équipe d’artilleurs ukrainiens sans utiliser d’armes interdites par les accords de Minsk.

Ces tirs ont fait quatre morts parmi les soldats ukrainiens, portant ainsi le total à 10 morts du côté des FAU.

Il faut y rajouter les 14 soldats morts et huit blessés lors de la tentative des soldats ukrainiens de prendre de nouvelles positions vers la mine Ioujnaya le 12 mai. Sur les 30 à 40 soldats qui ont participé à cette tentative, neuf sont morts le jour même et cinq ont été blessés lorsque les soldats de la RPD ont repoussé l’attaque.

C’est d’ailleurs suite à cette gabegie, que les soldats ukrainiens, non seulement n’ont pas gagné de terrain, mais en ont perdu, entre autre les hauteurs que les soldats de la RPD ont pu utiliser pour leurs tirs de neutralisation.

Faute de pouvoir évacuer leurs blessés correctement, et suite à des échanges de tirs continus, les pertes ukrainiennes se sont alourdies dans les trois jours qui ont suivis avec cinq morts et trois blessés de plus. Ce qui fait un total de 24 morts et huit blessés au combat parmi les soldats ukrainiens pour la semaine.

Il faut rajouter à ce bilan déjà lourd pour les FAU, la mort de plusieurs instructeurs de l’OTAN qui se rendaient sur la ligne de front, près d’Avdeyevka. Le véhicule dans lequel ils se trouvaient a roulé sur une mine, tuant trois soldats canadiens et deux soldats américains. Trois des soldats ukrainiens qui les accompagnaient auraient été blessés.

D’après une source au sein du commandement opérationnel de l’armée de la RPD, ce qui s’est passé ne serait pas un accident, mais aurait été délibérément organisé par le commandement ukrainien, qui a envoyé le véhicule en plein champs de mines, pour ensuite faire passer ces décès pour des morts au combat dues à des tirs d’unités de reconnaissance de la RPD. Le but étant ainsi de justifier l’octroi de nouvelles armes létales à l’Ukraine par l’OTAN.

Du côté de la RPD, deux défenseurs de la république sont morts, dont le commandant Mamaï de l’unité Piatnachka, et un soldat a été blessé durant les dernières 24 h.

Lors du bombardement qui a coûté la vie au commandant Mamaï, un cameraman et un opérateur son de l’entreprise de radio et de télévision VGTRK qui accompagnaient le fameux journaliste russe Alexandre Sladkov ont été blessés. Les deux opérateurs ont été commotionnés, Alexandre Sladkov quant à lui va bien.

Du côté des civils, il y a trois blessés de plus à déplorer à Gorlovka, par rapport au bilan d’hier, ce qui porte le total pour la semaine à un mort et huit blessés parmi les civils.

Il ne reste qu’à espérer que la venue d’Alexander Hug à Donetsk permette de trouver des moyens de faire redescendre la tension avant que l’escalade ne devienne irrémédiable, et le bain de sang inévitable.

Christelle Néant

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

Le commandant de l’unité Piatnachka, Oleg Mamiev (« Mamaï ») est mort cette nuit suite à un bombardement des FAU

Oleg MamaievHier soir, alors qu’il menait la rotation de ses hommes sur les positions de son unité situées dans la zone industrielle entre Avdeyevka et Yassinovataya, l’armée ukrainienne a ouvert le feu à coup de lance-grenades automatiques.

L’une des grenades (une VOG-15 d’après nos collègues de War Gonzo), a explosé au-dessus de la tête du commandant Mamaï, lui infligeant de graves blessures.

Oleg Mamiev a été emmené à l’hôpital, mais les blessures qu’il avait reçues à la tête étaient incompatibles avec la vie, et il est mort sur la table d’opération malgré les efforts des médecins, qui se sont battus pendant plusieurs heures pour tenter de sauver le commandant.

Mamaï était un commandant apprécié de ses hommes, dont le caractère aimable et solidaire en toutes circonstances est confirmé par tous ceux qui l’ont connu. Il se battait pour le Donbass depuis le tout début de la guerre.

Malgré sa mort, ses hommes continuent de tenir et de défendre leurs positions dans la zone industrielle et se tiennent prêts à repousser toute attaque que l’armée ukrainienne pourrait avoir l’idée de lancer suite à la mort de leur commandant.

Christelle Néant

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

L’armée ukrainienne s’acharne sur la périphérie de Gorlovka et la station d’épuration – Bilan : un mort et un blessé parmi les civils

Maison détruite à GorlovkaDepuis plusieurs jours, l’armée ukrainienne s’acharne particulièrement sur deux points de la ligne de front : la périphérie de Gorlovka, et la station d’épuration de Donetsk.

À Gorlovka, depuis quelques jours les soldats ukrainiens concentrent leurs tirs sur trois points de la périphérie de la ville : l’Ouest (la mine Gagarine et la zone de Gloubokaya), Zaïtsevo, et Golmovski (au Nord de Gorlovka).

Nous nous sommes rendus hier à Gloubokaya, en mission humanitaire, et nous avons pu constater l’étendue des dégâts infligés samedi dernier (12 mai) à une maison civile par un obus de char d’assaut de type HESH (obus à tête d’écrasement).

Le toit de la maison a été totalement détruit par l’onde de choc, mais les habitants de la maison s’en sont sortis indemnes grâce au fait qu’il ne s’agissait pas d’un obus de char d’assaut classique. Sans cela, la maison aurait été totalement détruite, et les occupants auraient été au mieux blessé, au pire tués (la vidéo est en cours de sous-titrage).

Maison détruite à Gloubokaya

Hier soir, et ce matin, c’est sur Golmovski, Zaïtsevo et la mine Gagarine que les FAU se sont acharnés, à coup d’artillerie de 122 mm et de mortiers de 120 mm.

Sur les dix obus de 122 mm tirés par les FAU hier soir à 19 h 30 sur Golmovski, l’un d’eux a atterri près de l’un des étangs du village, tuant une femme de 34 ans, Elena Vorontchenko.

Elena Vorontchenko

Elena fournissait de l’aide humanitaire aux habitants de Golmovski et venait régulièrement en aide au village voisin de Zaïtsevo. Plus d’une fois, Elena a risqué sa vie pour évacuer des blessés ou des morts sous les bombardements, là où d’autres renonçaient à cause du danger.

Elle laisse derrière elle une fille, Elizaveta. Ses grands-parents étant morts eux-aussi, la jeune fille se retrouve donc orpheline.

Plus loin, un autre obus a perforé le toit d’un immeuble, endommageant un appartement. Heureusement les habitants ne s’y trouvaient pas à ce moment-là sans cela ils seraient morts. Ce matin, l’armée ukrainienne a repris les tirs sur la même zone avec des obus de mortier de 120 mm, heureusement sans faire de victimes cette-fois.

L’étang est à 2 km de la ligne de front, l’immeuble à 1 km. Il n’y a là que des civils, pas de soldats, pas de base militaire, pas d’équipement militaire. Rien donc qui justifie ces bombardements de l’armée ukrainienne, qui commet donc là de nouveaux crimes de guerre.

Plus au Sud-Ouest, l’armée ukrainienne a tiré ce matin sur les environs de la mine Gagarine, endommageant gravement une maison, et un homme a été blessé à Zaïtsevo.

Voir le reportage vidéo filmé à Golmovski et Gorlovka

L’autre point chaud du front est la zone de la station d’épuration de Donetsk, située dans la zone grise entre Avdeyevka et Yassinovataya.

Si hier, le changement d’équipe a pu finalement se faire sans danger, l’armée ukrainienne a repris ses bombardements sur cette zone dès le soir venu, tirant 40 roquettes de lance-roquettes multiples Grad (122 mm) et 10 obus de mortier de 82 mm sur la zone entourant la station.

Des habitants du quartier d’Oktiabrsky à Donetsk (au Nord de la ville) m’ont confirmé avoir entendu les tirs de Grad (le son très particulier de cette arme est aisément reconnaissable) depuis Avdeyevka vers 21 h. Par chance aucune roquette n’est tombée sur la station même.

Et ce matin, le nouveau changement d’équipe qui devait avoir lieu n’a pas pu se faire, après que l’armée ukrainienne ait ouvert le feu dès 10 h 20 près de la station d’épuration, alors qu’un bus contenant 30 employés était déjà en route pour la station. L’OSCE a enregistré cette violation du cessez-le-feu.

Au total, du 16 au 17 mai, l’armée ukrainienne a violé 31 fois le cessez-le-feu et tiré 589 munitions contre le territoire de la République Populaire de Donetsk (RPD), dont 45 obus d’artillerie de 122 mm, 160 obus de mortier de 120 mm et 147 obus de mortier de 82 mm.

Comme on peut le voir, la situation ne s’arrange guère, et semble plutôt se diriger vers une escalade, dans le silence complice des garants occidentaux des accords de Minsk (Allemagne et France).

Une situation qui inquiète l’OSCE, poussant Alexander Hug (le Chef adjoint de la mission de l’OSCE dans le Donbass) à venir dès ce soir à Donetsk afin d’essayer d’enrayer cette augmentation des tensions.

Christelle Néant

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)

Des travailleurs de la station d’épuration de Donetsk restés bloqués trois jours sur place à cause des bombardements des FAU, rentrent enfin

Station d'épurationRégulièrement, la situation autour de la station d’épuration de Donetsk, située dans la zone grise, se tend au risque de provoquer un désastre écologique et humain.

Moins d’un mois après que la station d’épuration ait dû être arrêtée à cause des tirs de l’armée ukrainienne contre les employés de la station, et malgré les garanties de sécurité données par la partie ukrainienne, les FAU continuent de prendre pour cible la station et ses environs.

Suite à plusieurs jours de bombardements réguliers, l’une des équipes de travailleurs n’a pas pu rentrer à Yassinovataya et a dû rester sur place et assurer le travail pendant trois jours, l’OSCE refusant de prendre le risque d’escorter les convois d’équipes, entrante et sortante.

Les bombardements du 14 et du 15 mai 2018 ont endommagé le bâtiment administratif de la station, sans faire de blessés heureusement. Et ce matin, pendant trois heures, l’armée ukrainienne a bombardé la zone de Mineralnoye depuis ses positions situées à Avdeyevka, empêchant le changement d’équipes prévu initialement pour ce matin.

Ce n’est que cet après-midi, à 14 h 15, après des négociations intensives, que les garanties de sécurité suffisantes ont été obtenues, permettant à l’OSCE d’escorter la nouvelle équipe, ainsi qu’un camion de chlore (nécessaire pour purifier l’eau), et ramener l’équipe qui a courageusement assuré trois jours de travail d’affilée, dans des conditions inhumaines.

On ne peut que se féliciter que, pour une fois, l’armée ukrainienne ait respecté ses engagements et n’ait pas ouvert le feu contre ce convoi. Faute de quoi, un désastre écologique et humain aurait été inévitable si le camion de chlore avait été touché.

Alors que les groupes de contact sont réunis à Minsk, la situation de la station d’épuration a été abordée. Les représentants de la République Populaire de Donetsk (RPD) au sein du Centre Conjoint de Contrôle et de Coordination du cessez-le-feu (CCCC), ont rappelé que la station a été prise pour cible par l’armée ukrainienne 253 fois, le personnel quatre fois, que plus de 353 impacts ont été enregistrés sur le territoire même de la station d’épuration, et que cette dernière a dû être mise à l’arrêt déjà 32 fois à cause de ces tirs.

Les représentants de la RPD au sein du CCCC ont aussi soutenu l’idée de la MSS de l’OSCE de faire reculer les positions et les armes à 1 kilomètre de la station d’épuration, et de prévoir un mécanisme de punition judiciaire pour ceux qui enfreignent le cessez-le-feu afin d’éviter que la partie ukrainienne ne sabote de nouveau ce processus.

Car pour la RPD et ses soldats, il est important d’empêcher que des tirs contre la station d’épuration ne provoquent un désastre écologique.

Le mois dernier, après l’incident qui avait provoqué la fermeture de la station d’épuration, un soldat de la RPD stationné non loin de là, à Promka, nous avait expliqué les méthodes de l’armée ukrainienne, et pourquoi les soldats de la RPD n’ouvrent pas le feu contre eux.

Voir le reportage vidéo

Christelle Néant

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

Parade de la Victoire et défilé du Régiment Immortel à Donetsk

Parade de la Victoire 2018Aujourd’hui, 9 mai 2018, la République Populaire de Donetsk (RPD) célébrait les 73 ans de la victoire de l’URSS sur le Nazisme.

Suivant la tradition, la république a organisé une parade militaire, lors de laquelle soldats et équipements militaires ont remonté l’artère principale de Donetsk, suivie du défilé du Régiment Immortel.

Cette année, en plus des pièces d’équipement militaire datant de la Seconde Guerre Mondiale, comme le fameux char d’assaut T-34 et les « Katioucha » (premiers lance-roquettes multiples, appelés aussi les orgues de Staline), la parade fut marquée par la présence d’un contingent de soldat d’Ossétie du Sud venus défiler aux côtés des soldats de la RPD.

Une manière pour l’Ossétie du Sud de rappeler qu’elle est un soutien de la République Populaire de Donetsk, y compris en matière de coopération militaire.

Après la parade militaire, les habitants de la république ont participé en masse au défilé du Régiment Immortel, chacun et chacune portant une ou plusieurs photos de proches morts pendant la Seconde Guerre Mondiale, ou lors de la guerre actuelle qui frappe le Donbass.

Cette année a vu une participation record à cette action avec environ 72 000 participants. Le défilé du Régiment Immortel a duré une heure et s’étendait sur plusieurs kilomètres.

L’ensemble a été vu par 35 000 personnes (habitants de la république et visiteurs venus de la zone du Donbass contrôlée par Kiev et d’ailleurs) venues assister aux célébrations du jour de la Victoire.

Voir la vidéo de la parade de la Victoire et du défilé du Régiment Immortel

Christelle Néant

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

La République Populaire de Donetsk célèbre ses vétérans et les victoires de 1943 et 2014 à Saour Moguila

Saour MoguilaLe 8 mai 2018, comme chaque année depuis trois ans, la République Populaire de Donetsk (RPD) célèbre ses vétérans de la Seconde Guerre Mondiale, et les deux victoires qui ont été remportées à Saour Moguila en 1943 et en 2014. L’événement a eu lieu la veille de la parade de la Victoire qui se tiendra le 9 mai, comme en Russie.

Près de 20 000 personnes étaient venues pour l’événement, afin d’honorer ceux qui sont morts pour reprendre le contrôle de cette hauteur stratégique par deux fois.

L’armée Rouge l’a reprise aux nazis en 1943, facilitant ainsi la libération du Donbass. En 2014, c’est l’armée de la RPD qui a repris la colline à l’armée ukrainienne, permettant de reprendre le contrôle de la frontière avec la Russie, et sauvant ainsi la république de l’asphyxie.

De par ces deux batailles qui ont frappé le même lieu à 71 ans de distance, Saour Moguila est devenu le symbole de la résistance du Donbass.

Beaucoup de gens sont venus fleurir les tombes des soldats enterrés au pied et au sommet de la hauteur, et une cérémonie religieuse a eu lieu face à la chapelle Alexandre Nevski qui a été construite l’an passé sur les flancs de la colline.

Les autorités et les citoyens de la république sont ensuite allés déposer des fleurs devant la flamme éternelle qui se tient devant les restes du monument commémoratif qui se tenait là, avant que les combats de 2014 ne le détruisent totalement.

Le chef de l’État, plusieurs ministres et députés étaient bien sûr présents. Le chef de la RPD, Alexandre Zakhartchenko a fait un discours face aux vétérans de la Seconde Guerre Mondiale.

« Demain est un grand jour de fête pour nous tous – le Jour de la Victoire ! Pour nous, Saour Moguila est un lieu saint. Ici, nos ancêtres ont défendu notre terre contre la peste fasciste. Ici, nos compatriotes se sont battus et sont morts. Ici, des milliers de soldats de l’Armée rouge sont tombés, nos parents et amis ont été tués ici. L’exploit de ces gens ne sera jamais oublié, il vivra dans nos cœurs. Honorons les d’une minute de silence avec le souvenir lumineux de ceux qui sont morts en défendant notre patrie. Mémoire éternelle pour eux », a déclaré Alexandre Zakhartchenko.

Après trois salves de salut, toutes les personnes présentes ont observé une minute de silence à la mémoire des soldats tués en 1943 et 2014.

« Aujourd’hui, notre pays vit, se construit, se développe, nos enfants sont à l’école. En ce moment, nos frères, nos pères, sont sur le front et protègent notre vie paisible. Aucun pays au monde n’a survécu à ce que vit la République populaire de Donetsk. Nous n’avons pas été brisés, et personne ne nous brisera jamais. Tout ennemi doit se rappeler que le Donbass est invincible. Et je suis sûr que notre pays vivra et que nous prospérerons », a conclu Alexandre Zakharchenko.

Voir le reportage vidéo.

Christelle Néant

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

Ania et Daria, étudiantes à Donetsk – La RPD doit être indépendante car nous devons décider de notre sort nous-mêmes

Daria et AniaAnia et Daria apprennent toutes les deux le français à l’Université Nationale de Donetsk. Leurs parcours sont différents, si Ania a quitté Donetsk au début de la guerre avant de revenir car son pays natal lui manquait, Daria est restée ici pendant toute la guerre.

Malgré ces parcours différents, leur vision de la situation reste très proche. Toutes les deux profondément attachées à leur terre, elles donnent leur point de vue sur la situation actuelle de la République Populaire de Donetsk (RPD), sur l’évolution de l’Ukraine post-Maïdan, et ce qu’elles envisagent pour l’avenir.

Pour Ania, dont le grand-père était profondément pour le rattachement de la RPD à la Russie, et a participé aux manifestations anti-Maïdan qui ont eu lieu à Donetsk, l’Ukraine en promouvant Bandera comme son héros national a « oublié son histoire de la Seconde Guerre Mondiale, oublié les erreurs qui ont été faites ».

Un grand-père qui a inculqué à sa petite-fille la fierté de porter le ruban de St-Georges, symbole de la victoire de l’URSS sur le nazisme. Un symbole que l’Ukraine a désormais interdit. Ania a d’ailleurs fièrement participé à la parade de la victoire à Donetsk il y a deux ans, et au défilé du régiment immortel, avec une photo de son grand-père, qui n’est plus là pour voir son rêve se réaliser, et compte rééditer cela cette année.

Si toutes les deux aiment beaucoup la Russie et la culture russe, leur terre natale reste l’endroit qu’elles considèrent comme étant leur maison, et pour elles, la RPD devrait rester indépendante car elles ne veulent pas que quelqu’un d’autre décide de leur sort.

« Les gens qui habitent en Russie, ils ont leurs familles, leurs problèmes, et ils ne devraient pas décider de nos problèmes. […] Ils ont leurs problèmes, nous avons nos problèmes. Toute personne doit décider (comment régler) ses problèmes lui-même. »

Elles démontent aussi certains « mythes » de la propagande ukrainienne, en confirmant ce que tous les observateurs impartiaux et les civils interrogés disent, à savoir qu’il n’y a ni armée russe, ni occupant russe en République Populaire de Donetsk, et que les soldats de l’armée de la RPD ne font que protéger leurs familles et leurs terres de l’armée ukrainienne justement !

Aimant beaucoup le français, les deux jeunes femmes ont tenu à faire l’interview dans cette langue qu’elles apprennent depuis plusieurs années, et elles ont appelé les Français et les Européens en général à venir visiter la RPD et la RPL afin de venir voir la réalité de leurs propres yeux.

« L’image de la télé et l’image dans la vie réelle, ce sont des images différentes », conclut Ania pour encourager les gens en Occident à venir constater les faits par eux-mêmes.

Voir l’intégralité de l’interview en français.

Christelle Néant

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

Rapport de situation hebdomadaire du Donbass (Vidéo) – 5 mai 2018

Rapport de situation hebdomadaire du DonbassChaque semaine, Christelle Néant de l’agence DONi Press, en partenariat avec Thom Aldrin d’Éveil Français TV, vous propose une rétrospective (militaire, politique, économique et sociale) en vidéo et en français de la semaine écoulée concernant le Donbass, l’Ukraine et la Russie.

Voici les points abordés lors de ce dernier rapport de situation hebdomadaire effectué le samedi 5 mais 2018 par vidéo conférence :

SITUATION MILITAIRE
01’21 » – Bilan des bombardements de l’armée ukrainienne lors de la semaine écoulée
02’43 » – Accumulation d’armes lourdes par l’armée ukrainienne près de la ligne de front
04’50 » – Début de l’opération des forces interarmées dans le Donbass et fourniture de Javelins par les États-Unis
12’09 » – L’armée ukrainienne continue les provocations et bombardements des points de passage de la ligne de front
13’06 » – Le commandement ukrainien envoie une commission d’enquête dans la 36e brigade de marine des FAU

RPD
14’40 » – La collecte des propositions pour la stratégie de développement de la RPD est achevée
19’07 » – État des lieux en termes de torture subie par les prisonniers récupérés par la RPD depuis les accords de Minsk 2

ÉVOLUTION DE LA SITUATION EN UKRAINE
21’55 » – Nouvel incendie dans l’entrepôt de munitions de Balakleya
24’54 » – L’Ukraine est incapable de satisfaire les exigences du FMI pour recevoir une autre tranche d’aide
27’09 » – Kiev menace la Russie d’une guerre à grande échelle si Gazprom cesse de faire transiter son gaz via l’Ukraine

PENDANT CE TEMPS LÀ À KIEV
32’05 » – Porochenko annonce fièrement la fourniture de nouvelles rations militaires aux soldats ukrainiens présents dans le Donbass

37’52 » – Conclusion

Voir le rapport de situation en vidéo

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

Le village de Zaïtsevo – Symbole de la guerre du Donbass (Vidéo)

ZaïtsevoS’il fallait trouver l’endroit où l’on peut avoir le meilleur aperçu et la meilleure compréhension de toute la guerre du Donbass, ce serait sans aucun doute le village de Zaïtsevo.

Depuis quatre ans, comme toute la région du Donbass, le village de Zaïtsevo est coupé en deux par la ligne de front. Familles et amis, vivant parfois à quelques centaines de mètres les uns des autres, sont maintenant séparés par les tranchées des deux armées ennemies.

D’un côté, la République Populaire de Donetsk (RPD), et son armée basée sur le volontariat, qui recrute principalement des hommes et des femmes originaires de la région du Donbass, et quelques volontaires étrangers. La plupart des soldats de la RPD servent près de l’endroit où ils vivent ou sont nés. Ils défendent leur terre, leur ville, leur famille.

De l’autre côté, l’Ukraine de l’après-Maïdan, et son armée basée sur l’enrôlement obligatoire et l’intégration de bataillons ultra-nationalistes (dont les soldats sont en partie des volontaires qui sont là pour des idées politiques et en partie des mercenaires qui ne sont là que pour de l’argent).

Entre les deux armées, il n’y a pas seulement un fossé physique entre les tranchées, il y a surtout un fossé idéologique entre deux visions du monde complètement différentes.

Alors que les soldats ukrainiens tirent délibérément sur les civils, tout en faisant semblant de venir les libérer d’un occupant russe qui n’existe pas, les soldats de la RPD font de leur mieux pour défendre ces civils tout en respectant le cessez-le-feu convenu à Minsk, dans un équilibre difficile à trouver.

Alors que l’armée ukrainienne veut occuper et nettoyer le Donbass des pro-russes, les soldats et les civils de la RPD demandent simplement aux soldats ukrainiens de rentrer chez eux, de faire ce qu’ils veulent de leur partie de l’Ukraine, et de laisser les gens du Donbass vivre comme ils le veulent, et avec qui ils le veulent.

Tous ces faits sont visibles dans ce petit village de Zaïtsevo. En deux ans de travail comme correspondante de guerre dans le Donbass, je suis allé plus de 30 fois à Zaïtsevo, et j’ai filmé des heures d’interviews, de bombardements et de vie quotidienne de cette petite localité, pour montrer la vérité sur le conflit du Donbass.

C’est ce que j’ai essayé de résumer dans ce film, un voyage de 22 minutes dans cette guerre, à travers la vie quotidienne des civils qui vivent à Zaïtsevo et des soldats qui défendent le village.

Voir le reportage vidéo

Christelle Néant

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

La RPD craint une escalade de la situation alors que débute aujourd’hui l’opération des forces interarmées de Kiev dans le Donbass

Char ukrainienComme annoncé précédemment par Porochenko, aujourd’hui à 14 h 00, l’opération anti-terroriste de Kiev dans le Donbass a pris fin, et a laissé la place à l’opération des forces interarmées. Désormais ce n’est plus le SBU qui dirige les opérations dans le Donbass, mais l’armée ukrainienne.

Pour le colonel Sergueï Zavdofeyev, député du Conseil Populaire de la RPD, ce changement de format est lié à l’échec de la guerre de diversion menée par le SBU.

« L’opération militaire de Kiev dans le Donbass change non seulement de format, mais aussi d’idéologie sous-tendant cette guerre. La prétendue « opération anti-terroriste » était orientée, grosso modo, sur le nettoyage du territoire des « séparatistes », et l’administrateur en chef de toutes les actions, le SBU, a agi dans ce sens. Mais la guerre de diversion n’a pas comblé les attentes de Kiev », a déclaré Zavdofeyev.

Pour lui, c’est pour cela que Porochenko a changé l’équilibre des forces armées dans la région en annonçant le début de l’opération des forces interarmées, dont le but est de préparer l’armée ukrainienne pour une offensive à grande échelle contre les positions des républiques.

Dans le même temps, les États-Unis ont confirmé avoir déjà livré les systèmes Javelins promis par Washington à Kiev depuis des mois. Le moment choisi pour faire cette annonce ne pouvait pas mieux tomber pour confirmer les pronostics pessimistes des autorités de la République Populaire de Donetsk (RPD) concernant l’évolution de la situation.

Car cela prouve que les États-Unis veulent pousser l’Ukraine à poursuivre la guerre, et non à régler pacifiquement le conflit.

Édouard Bassourine, le commandant en second du commandement opérationnel de l’armée de la RPD, a ainsi pronostiqué une évolution en deux temps du conflit.

« Des groupes armés de nationalistes, comme les mouvements « Secteur Droit », « l’Armée des Volontaires Ukrainiens » (UDA), etc. seront déclarés comme des participants à part entière du conflit. Ils serviront à couvrir les sections du front les plus exposées et seront aussi utilisés pour mener différentes actions de sabotage et de « pacification par la peur » contre la population locale, des deux côtés de la ligne de front, » a ainsi déclaré Bassourine.

Pour lui, cette première étape pourrait durer jusqu’à deux mois, et s’accompagnerait de bombardements réguliers du territoire de la RPD. Selon lui, l’un des buts de cette étape est de forcer la population à quitter les zones proches de la ligne de front.

Ces bombardements se feront d’ailleurs de plus en plus en plein jour, comme on a pu le voir récemment. D’après Bassourine, cela tient au fait que l’armée ukrainienne se fiche désormais totalement que l’OSCE puisse enregistrer ou non ses violations du cessez-le-feu.

Une évolution inquiétante, qui rend la présence des observateurs de l’OSCE presque inutile, et risque de faire un nombre croissant de victimes parmi les civils. Car lors des bombardements de nuit, la plupart des gens sont chez eux et donc relativement protégés dans leur habitation (sauf en cas de tir direct). Mais en journée, les gens vont et viennent dehors, ce qui les expose beaucoup plus aux éclats d’obus, de grenades ou aux balles.

La deuxième étape commencerait, quant à elle, selon Bassourine, par l’occupation des localités, des hauteurs et des têtes de pont confortables situées dans la zone grise, ce qui permettra à l’armée ukrainienne de mener plus d’opérations offensives contre le territoire de la RPD.

Le commandant en second a annoncé que la RPD disposera d’informations plus précises une fois que les plans des autorités politiques et militaires ukrainiennes seront approuvés et que les services de renseignement de la république y auront accès.

Mais dans tous les cas, les autorités de la RPD s’attendent à une aggravation de la situation et à une hausse des bombardements contre les civils dès le début du mois de mai, après la visite de Porochenko à Kramatorsk le 2 mai, lors de laquelle il doit valider sur place le plan élaboré par l’armée ukrainienne.

Comme pour confirmer ce pronostic, hier soir, l’armée ukrainienne a ouvert le feu sur la localité de Yelenovka, blessant un civil. Depuis une semaine, les victimes civiles se multiplient, et il ne se passe pas deux jours sans qu’il n’y ait des morts ou des blessés à cause des bombardements ukrainiens. Si cette tendance à la hausse se poursuit, le plan de Kiev provoquera un bain de sang.

Mais comme l’a souligné Zavdofeyev, sur le plan militaire, le projet des autorités ukrainiennes est voué à l’échec.

« Les Forces Armées de la RPD et de la RPL sont loin de la milice populaire que les FAU ont affronté en 2014, » a-t-il déclaré.

Une déclaration que les autorités de Kiev et les soldats ukrainiens feraient bien de méditer avant de se lancer dans une opération qui ne se soldera que par un bain de sang et une ultime défaite pour l’armée ukrainienne.

Christelle Néant

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

Rapport de situation hebdomadaire du Donbass (Vidéo) – 28 avril 2018

Rapport de situation du DonbassChaque semaine, Christelle Néant de l’agence DONi Press, en partenariat avec Thom Aldrin d’Éveil Français TV, vous propose une rétrospective (militaire, politique, économique et sociale) en vidéo et en français de la semaine écoulée concernant le Donbass, l’Ukraine et la Russie.

Voici les points abordés lors de ce dernier rapport de situation hebdomadaire effectué le samedi 28 avril 2018 par vidéo conférence :

SITUATION MILITAIRE
01’07 » – Bilan des bombardements de l’armée ukrainienne lors de la semaine écoulée
03’19 » – Accumulation d’armes lourdes par l’armée ukrainienne près de la ligne de front
05’26 » – La RPD a redémarré la station d’épuration sous les bombardements ukrainiens
07’50 » – La 36e brigade des FAU perd trois soldats lors d’une tentative de percée
09’15 » – L’armée ukrainienne bombarde Dokoutchayevsk et fait deux morts parmi les civils
11’32 » – Nouvelles pertes hors combat dans l’armée ukrainienne
14’16 » – Les soldats de la 93e brigade des FAU s’en prennent à l’une des leurs qui est désormais portée disparue
15’47 » – Un prisonnier, ex-membre de la légion géorgienne fournit des informations à la RPD

SOCIÉTÉ
19’53 » – La RPD et la RPL s’engagent vers une coopération en matière de protection de l’environnement

ÉVOLUTION DE LA SITUATION EN UKRAINE
26’12 » – La Russie répond à l’idée de Porochenko de créer une Église orthodoxe autocéphale en Ukraine

PENDANT CE TEMPS LÀ À KIEV
28’42 » – Les Mejlis des Tatars de Crimée exigent que la Russie donne le pont qu’elle a construit au-dessus du détroit de Kertch à l’Ukraine en guise d’indemnité

36’21 » – Conclusion

Voir le SitRep en vidéo

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

L’armée ukrainienne bombarde Dokoutchayevsk et fait deux morts et un blessé parmi les civils (Vidéo)

Voiture détruite par un obusLe 28 avril 2018 au matin, deux jours à peine avant la fin officielle de « l’opération anti-terroriste » et le début de l’opération des forces interarmées de Kiev, l’armée ukrainienne a lourdement bombardé ce matin le village de Dokoutchayevsk, à coup de mortiers de 120 mm et de chars d’assaut.

Depuis leurs positions situées près de Novotrotskoye, les soldats ukrainiens ont ainsi tiré 41 obus de mortier et deux obus de char d’assaut sur les zones purement civiles du village.

Deux de ces obus sont tombés dans la cour où sont entreposés les camions d’entretien des voiries et de ramassage des ordures. Un chauffeur et un électricien sont morts sur le coup, l’un devant le camion qu’il allait conduire, et le deuxième dans sa voiture, qui a été totalement détruite par l’obus qui est tombé dessus. Une femme a aussi été blessée non loin.

Carte des tirs

Trois victimes civiles et 11 habitations endommagées. Les enfants de l’école et de la maternelle situées non loin ont dû passer la matinée dans l’abri anti-bombardements.

L’une de leurs professeurs est là lorsque nous filmons une maison manifestement touchée par un impact direct d’obus de char d’assaut. Elle ne veut pas être filmée mais crie sa colère de voir que les soldats de la République Populaire de Donetsk (RPD) doivent respecter les accords de Minsk et ne pas répondre à ces crimes de guerre répétés de l’armée ukrainienne.

Car ces victimes sont venues s’ajouter aux deux autres civils tués par les FAU deux jours plus tôt dans la même localité.

Dans le même temps, une autre civile a été blessée lors d’un bombardement dans le district de Petrovskyi à Donetsk, portant le total pour le mois d’avril à cinq civils morts (tous tués cette semaine) et 18 blessés.

C’est un bilan inquiétant, qui reflète la hausse du nombre des bombardements de la part de l’armée ukrainienne, qui a tiré 6 378 munitions durant la semaine écoulée, au cours de 231 violations du cessez-le-feu.

De quoi relancer les craintes des soldats, des autorités et des habitants des deux républiques populaires sur le risque d’escalade du conflit pendant le mois de mai, après que Porochenko aura signé l’entrée en vigueur officielle de l’opération des forces interarmées.

Voir le reportage vidéo.

Christelle Néant

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

La RPD relance la station d’épuration de Donetsk sur fond de bombardements meurtriers de la part de l’armée ukrainienne

MortierLa journée du 22 avril 2018 fut marquée par un nouveau pic de bombardements et de victimes de la part de l’armée ukrainienne, alors que la République Populaire de Donetsk (RPD) relançait la station d’épuration qui avait été mise à l’arrêt le 18 avril pour rétablir l’approvisionnement en eau de la population.

Hier matin, la journée avait commencée sur une note plutôt positive. Comme annoncé vendredi par Alexandre Zakhartchenko, le chef de la RPD, le Centre Conjoint de Contrôle et de Coordination du cessez-le-feu (CCCC) confirmait dimanche matin que le redémarrage de la station était prévu pour le jour même.

Dès 10 h, des équipes du ministère des Situations d’urgence de la RPD ont procédé à l’inspection et au nettoyage des routes permettant d’accéder à la station, afin d’éliminer tout engin explosif qui pourrait mettre en danger les travailleurs. La MSS de l’OSCE a aidé les démineurs en surveillant intensivement la zone pendant les opérations de nettoyage.

Après avoir vérifié l’état des installations et s’être assurés que tout était en état de fonctionnement, le personnel a pu commencer le processus de redémarrage de la station. Un processus de plusieurs heures qui a abouti hier à 15 h 30. Les 400 000 personnes qui étaient privées d’eau depuis le 18 avril au soir ont dû attendre encore 4 à 5 h pour avoir enfin de l’eau au robinet, le temps pour cette dernière d’arriver jusqu’à destination.

Néanmoins, le redémarrage ne s’est pas fait sans mal, puisque pendant les opérations, les soldats ukrainiens ont bombardé la zone autour de la station d’épuration. Ainsi, un peu avant 13 h, le CCCC a alerté sur le fait que malgré les garanties de sécurité fournies, l’armée ukrainienne tirait à proximité de la station d’épuration, mettant en danger le processus de redémarrage de cette dernière.

Le CCCC a exhorté la partie ukrainienne à cesser ces bombardements sauf à vouloir laisser 400 000 personnes sans eau, des deux côtés de la ligne de front. Finalement les tirs sur cette zone se sont calmés et le travail a pu reprendre avec succès. Et la première nuit de travail de la station après le redémarrage s’est déroulée sans incident.

Mais au vu de ce qui s’est passé pendant le redémarrage de la station, il est à craindre que l’armée ukrainienne ne recommence les provocations contre cette dernière jusqu’à provoquer un nouvel arrêt.

Des craintes confirmées par le fait qu’hier, faute de pouvoir tirer de manière intensive contre la station d’épuration, les soldats ukrainiens se sont reportés sur d’autres secteurs du front.

D’abord en ouvrant le feu dès le matin avec des mortiers de 120 mm, des véhicules de combat d’infanterie et des lance-roquettes antichar contre la localité de Dokoutchayevsk, blessant ainsi un civil. L’homme de 62 ans a reçu des éclats dans la nuque, l’abdomen, la hanche et le genou, et a été hospitalisé.

Puis à 12 h 20, c’est contre le village de Zaïtsevo que l’armée ukrainienne a tiré au lance-grenades automatique (29 grenades), tuant un civil de 63 ans. L’homme a été littéralement criblé d’éclats venant de la grenade qui a atterri dans la cour de sa maison.

Voir le reportage vidéo de Patrick Lancaster.

Au total entre hier et aujourd’hui au petit matin (3 h 00 heure locale), l’armée ukrainienne a violé 32 fois le cessez-le-feu et tiré 956 munitions dont 47 obus de mortier de 120 mm et 70 obus de mortier de 82 mm.

Et depuis ce matin 3 h, le CCCC a déjà enregistré 11 violations du cessez-le-feu par l’armée ukrainienne, alors qu’il n’est que 14 h 30, heure locale. Au cours de ces violations, le CCCC a enregistré l’utilisation de mortiers de 120 mm à huit reprises, et de mortiers de 82 mm à 74 reprises.

Pas de quoi être très optimiste pour le bilan à venir de la journée en cours, lorsqu’on sait que le gros des violations se fait une fois la nuit tombée.

Christelle Néant

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

Rapport de situation hebdomadaire du Donbass (Vidéo) – 21 avril 2018

Chaque semaine, Christelle Néant de l’agence DONi Press, en partenariat avec Thom Aldrin d’Éveil Français TV, vous propose une rétrospective (militaire, politique, économique et sociale) en vidéo et en français de la semaine écoulée concernant le Donbass, l’Ukraine et la Russie.

Voici les points abordés lors de ce dernier rapport de situation hebdomadaire effectué le samedi 21 avril 2018 par vidéo conférence :

REGARDER LA VIDEO CONFERENCE ICI

SITUATION MILITAIRE

00’54 » – Bilan des bombardements de l’armée ukrainienne lors de la semaine écoulée
02’20 » – Accumulation d’armes lourdes par l’armée ukrainienne près de la ligne de front
02’54 » – L’armée ukrainienne tire sur les employés de la station d’épuration, provoquant son arrêt
12’30 » – Les snipers ukrainiens tirent sur des civils au point de passage de Maryinka
17’18 » – L’armée ukrainienne toujours en manque de soldats, d’officiers et de pièces d’équipement

SITUATION POLITIQUE

26’29 » – Kiev rejette la proposition d’aide du CICR pour le versement des retraites dans le Donbass

DIVERS

29’00 » – La RPD remet aux Pays-Bas les restes humains trouvés à Grabovo (MH17)

ÉVOLUTION DE LA SITUATION EN UKRAINE

30’50 » – Le déficit commercial de l’Ukraine continue de se creuser
31’52 » – Les marins ukrainiens qui ont quitté la Crimée en 2014 sont en colère contre Porochenko

PENDANT CE TEMPS LÀ À KIEV

33’12 » – Anatoly Matios déclare que la RPD et la RPL disposent d’une puissance militaire supérieure à celle de la plupart des pays européens

39’33 » – Conclusion

REGARDER LA VIDEO CONFERENCE ICI

Suivez DONi Press en français sur Telegram pour être sûr de ne jamais rater d’information

Christelle Néant

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

Les négociations entre Sourkov et Volker sur le Donbass sont reportées indéfiniment en raison de la « diplomatie du mégaphone » de Volker

Sourkov vs VolkerPrès de trois mois se sont écoulés depuis les pourparlers de Dubaï entre Vladislav Sourkov et Kurt Volker. Et pour l’instant il n’y a aucun rapport sur la préparation d’une nouvelle réunion. Le processus est-il « interrompu » en raison de contradictions graves ou s’agit-il simplement d’un manque d’accords sur les détails techniques ? Gazeta.ru a demandé au directeur du Centre de la Conjoncture politique Alexeï Tchesnakov.

Que se passe-t-il en fait avec la préparation d’une nouvelle réunion Sourkov-Volker ? Il y a des hypothèses et des versions très différentes…

Tout d’abord, après la réunion de Dubaï, la Russie attend les propositions des Américains. Ils sont peut-être « coincés » parce qu’il faut tenir compte de la position des partenaires européens, mais jusqu’à présent il n’y a pas de version harmonisée entre les États-Unis et l’UE.

Les propositions de la Russie sont connues depuis longtemps. Elles sont exposées dans le projet de résolution du Conseil de sécurité de l’ONU, qui a été présenté en septembre. En conséquence, les propositions américaines devraient être faites sous la forme de projets d’amendements à ce document. Ce serait logique et correct.

Deuxièmement, plus important encore, le contexte des négociations a beaucoup changé depuis la réunion de janvier. Le président Porochenko a signé la fameuse loi de la soi-disant « Réintégration du Donbass ». Malheureusement, cette loi a également été soutenue par la partie américaine. Je voudrais rappeler que Vladislav Sourkov, immédiatement après la réunion de Dubaï, a noté que la loi introduit un certain nombre de dispositions qui compromettent les possibilités de règlement du conflit.

Par exemple, les pratiques violentes qui restreignent la liberté de mouvement, etc. sont établies dans la loi. Dans un certain nombre de domaines, cette loi rend impossible la mise en œuvre des accords de Minsk.

Troisièmement, malheureusement, la diplomatie du mégaphone de la part des États-Unis et de M. Volker se poursuit. Il y a des déclarations et des accusations contre la Russie. Cela, naturellement, ne permet pas à Moscou de trouver un compromis. M. Volker continue également de soutenir activement et de faire pression pour que l’Ukraine reçoive des armes létales. Tout cela stimule le « parti de guerre » en Ukraine, renforce ce parti dans ses efforts pour mettre en place des conditions inacceptables pour le déploiement de la mission de l’ONU.

Certaines déclarations publiques de Volker interfèrent avec la mise en œuvre des accords de Minsk.

Par exemple, sa déclaration à l’Institut Hudson selon laquelle « la RPL et la RPD sont faites pour soutenir le conflit » et « doivent être dissoutes » a rendu très difficile la consultation avec les républiques sur le mandat de la mission de l’ONU et a peut-être été la principale raison du report de la réunion avec Sourkov pour une période indéfinie…

Volker doit arrêter cette diplomatie du mégaphone ou, si vous voulez, diplomatie de réunion, d’autant plus que les accords de Minsk n’envisagent pas la liquidation mais la transformation des républiques en régions autonomes. Il suffit de regarder l’annexe au Complexe de mesures de Minsk pour le comprendre.

Enfin, les changements de personnel au sein du Département d’État américain ont joué un rôle. À Moscou, ils veulent évidemment voir quelle position prendra le nouveau chef du Département d’État, Michael Pompeo. La combinaison de ces facteurs a conduit au report de la réunion.

Une question se pose à cet égard : que va-t-il se passer ensuite ? Les processus qui se déroulent dans la région sont en cours : l’Ukraine se prépare aux élections présidentielles et parlementaires, les Républiques aux élections des chefs d’État et des Conseils populaires. Cela éloigne encore plus les côtés les uns des autres.

Naturellement, les républiques ont l’intention de tenir des élections dans les délais fixés par leur constitution. Il serait étrange qu’ils gèlent ce processus.

Les principaux candidats au poste de chef de république sont connus. En RPD, Alexandre Zakhartchenko. En RPL – Léonid Passetchnik. À en juger par leurs déclarations et les différents signaux des républiques, ils sont prêts pour les élections. À Donetsk, l’activité d’Alexandre Khodakovsky est également visible… Et à Lougansk, à en juger par tous les éléments, il y aura toujours des candidats.

Les experts de notre Centre ont noté à plusieurs reprises, il y a un an et il y a deux ans, que tant que l’Ukraine ne fera rien pour mettre en œuvre les accords de Minsk, la vie politique dans les républiques se poursuivra de son côté. Mais l’Ukraine n’a rien fait. C’est un fait.

En l’absence de mesures prises par la partie ukrainienne en vue d’un règlement politique, les républiques continuent de vivre selon leurs propres lois. Ils ne peuvent pas se permettre d’avoir un vide juridique à cause du ralentissement du processus de règlement par Kiev.

Il convient de souligner que la mise en œuvre des accords de Minsk devrait conduire à la création de régions autonomes à partir des oblasts de Donetsk et de Lougansk. Jusqu’à ce qu’ils soient réalisés, il y a les Républiques Populaires de Donetsk et de Lougansk. Avec leurs projets politiques. Et c’est aussi un fait. Vous devez en tenir compte.

Plus les républiques vivent séparées de l’Ukraine, moins elles ont de chances de revenir dans un champ politique et culturel commun avec Kiev. Oui, et les processus sociaux dans chaque territoire suivent leur propre chemin. Pour comprendre cela, vous pouvez analyser les niveaux des salaires moyens, des pensions minimales et des niveaux de vie. Même les discussions à ce sujet montrent une différence fondamentale dans les approches des parties. La Russie continuera-t-elle à soutenir les républiques du Donbass ?

Les gens vivent pauvrement des deux côtés de la ligne de contact. Malheureusement, la guerre continue par la faute de l’Ukraine. Et pendant que ça va mal, ça le sera pour tout le monde. Quant aux salaires. Le suivi comparatif montre que le niveau des salaires dépend davantage des industries, des entreprises et des catégories professionnelles que des territoires. Certains sont au-dessus, d’autres sont plus bas. Pour les plombiers, par exemple, les salaires sont au même niveau, tandis que les fonctionnaires ukrainiens sont nettement plus élevés. En moyenne, les salaires dans le territoire contrôlé par Kiev sont effectivement plus élevés.

Pour les prix. La comparaison des indicateurs hôteliers peut être en faveur de chacune des parties. Le pain, les œufs et les produits non alimentaires sont moins chers dans les républiques. Le lait, le sucre et le café sont moins chers sur le territoire ukrainien. De nombreux médicaments sont moins chers dans les républiques. Le carburant est beaucoup moins cher. Le transport est plusieurs fois moins cher. La comparaison des pensions minimales n’a pas de sens. En général, elles sont à peu près égales.

Les tarifs pour le logement et les services communaux en RPD et en RPL sont beaucoup plus bas que dans les parties des régions de Donetsk et de Lougansk qui ont été laissées sous le contrôle de Kiev. Sur certains tarifs, la différence en faveur des républiques est très importante – jusqu’à cinq fois.

Si nous comparons le coût du panier de consommation, qui comprend les produits alimentaires et non alimentaires, le logement et les services communaux, ainsi que les transports publics, le total en RPD est moins cher que dans la région de Donetsk en Ukraine de plus de 30 %.

En moyenne, dans la concurrence économique des deux, l’ensemble est toujours à égalité. Quant à la Russie, elle considère qu’il lui incombe de veiller à ce que les républiques du Donbass vivent mieux.

Source : Gazeta.ru
Traduction : Christelle Néant

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

Trois civils blessés par des tirs de snipers ukrainiens au point de passage de Maryinka

Après les tirs sur les employés de la station d’épuration et la fermeture de cette dernière hier, l’armée ukrainienne poursuit ses provocations et crimes de guerre contre les civils du Donbass.

Aujourd’hui vers midi, les snipers ukrainiens stationnés près de Maryinka ont ainsi ouvert le feu sur un autobus remplis de civils qui était en train de franchir le point de passage de la ligne de front pour se rendre en République Populaire de Donetsk (RPD).

Suite à ces tirs deux femmes et un homme, tous habitants de la RPD, ont été blessés, dont une femme qui a eu le fémur cassé par la balle qui est entrée dans sa jambe gauche.

Toutes les victimes ont reçu les premiers soins sur place de manière extrêmement rapide avant d’être envoyées à l’hôpital.

La femme qui a reçu une balle dans la jambe a été envoyée au Centre de Traumatologie de Donetsk et va être opérée le plus rapidement possible. Son état a été qualifié de moyennement grave par les médecins à cause de la perte de sang importante qu’a entraînée la blessure.

Cette femme a confirmé aux journalistes venus l’interroger que les tirs venaient des positions de l’armée ukrainienne.

Le directeur adjoint du Centre de Traumatologie, qui s’est occupé d’elle, a déclaré que depuis peu les victimes civiles des tirs de l’armée ukrainienne se multiplient et plusieurs ont été soignées dans ce centre spécialisé de Donetsk.

Ces provocations qui ont lieu en pleine visite du chef adjoint de la mission de l’OSCE, Alexander Hug, semblent poursuivre plusieurs buts : provoquer des tirs en retour de la part de l’armée de la RPD, et sortir du format de négociation de Minsk pour obtenir un format plus avantageux pour Kiev qui espère toujours pouvoir faire venir des casques bleus comme force d’invasion afin de récupérer militairement le Donbass.

Comme on peut le voir la réticence de Kiev à appliquer les accords de Minsk et la Convention de Genève, qu’elle a signés est plus que flagrante, sans parler du fait que les soldats ukrainiens n’en n’ont visiblement rien à faire de la vie des civils du Donbass qu’ils sont venus prétendument « libérer ». Je laisse chacun et chacune juger de ce que sont de tels libérateurs…

Voir le reportage vidéo du ministère de l’Information de la RPD (en russe) :

Christelle Néant

Suivez DONi Press en français sur Telegram pour être sûr de ne jamais rater d’information.

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

La station d’épuration de Donetsk ferme à cause des tirs de l’armée ukrainienne qui se poursuivent pendant l’évacuation du personnel

EauComme on pouvait le craindre, le tir des soldats ukrainiens d’hier, qui a fait cinq blessés parmi les employés de la station d’épuration de Donetsk, a poussé la direction de la station à fermer cette dernière pour ne plus mettre ses employés en danger.

L’équipe qui était sur place depuis hier a dû attendre jusqu’à cet après-midi de pouvoir enfin être évacuée avec l’aide de l’OSCE et du ministère des Situations d’urgence de la République Populaire de Donetsk (RPD), car la partie ukrainienne a tardé à donner les garanties de sécurité nécessaires.

La direction avait déjà menacé de fermer la station le mois dernier, et c’est grâce à l’action de l’OSCE que cette fermeture avait pu être évitée. Mais cette fois c’est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase de la société « Eau du Donbass », qui ne veut plus devoir envoyer ses employés travailler en gilet pare-balles en priant pour que les soldats ukrainiens ne prennent ni les véhicules de transport ni la station d’épuration pour cible.

Depuis quatre ans, le personnel de la station a héroïquement continué à faire son travail afin de ne pas priver d’eau les habitants de la république, mais aussi ceux vivant de l’autre côté de la ligne de front. Mais cette fois c’est allé trop loin.

Beaucoup d’employés de la station travaillent en famille. Ainsi la femme de l’un des blessés d’hier fait partie de l’équipe qui travaille, avec des gilets pare-balles, dans la station depuis hier après-midi afin que les habitants de la république puissent continuer à avoir de l’eau ! Mais malgré tout ce courage il y a des limites aux risques que la direction de la station peut accepter de prendre. Et ces limites ont été atteintes.

Une fois le personnel évacué, la station sera mise à l’arrêt (pour une première période de cinq jours que la direction espère pouvoir utiliser pour obtenir des garanties de sécurité solides, faute de quoi l’arrêt de la station sera prolongé). Face à cette situation grave l’OSCE a de nouveau fait preuve de bonne volonté en proposant d’accompagner chaque jour les convois qui amènent et ramènent de la station les équipes de travailleurs afin d’assurer leur sécurité. Mais il leur faut obtenir pour cela des garanties de sécurité fiables de la part de Kiev.

En attendant, grâce à des systèmes de flux inversé, de l’eau sera envoyée dans les canalisations via les stations de pompage afin de ne pas priver 1,5 millions de personnes d’eau, mais il est à craindre qu’elle ne sera pas potable. Et ce système a ses limites, car il ne permettra pas de desservir toutes les zones alimentées par la station d’épuration.

D’après les informations dont nous disposons, plus de 400 000 personnes se retrouveront ce soir sans eau, dont la moitié dans la partie du territoire occupée par l’armée ukrainienne, entre autre dans la ville d’Avdeyevka.

Une situation que Kiev compte utiliser médiatiquement pour salir la RPD, et faire croire aux habitants d’Avdeyevka et aux populations des pays occidentaux que c’est de la faute de la république si les habitants se retrouvent privés d’eau.

L’armée de la RPD craint quant à elle une utilisation militaire de cette évacuation, les soldats ukrainiens planifiant d’utiliser la station comme position de tir sûre, grâce aux abris souterrains et aux nombreux produits chimiques stockés dans la station, qui empêcheront les soldats de la RPD de tirer en retour (les soldats de la république voulant éviter à tout prix de provoquer un désastre humain et écologique qui serait inévitable si les stocks de chlore de la station prenaient feu par exemple). De telles méthodes, utilisées par l’armée ukrainienne, rappellent celles des terroristes en Syrie…

Alexandre Zakhartchenko, le chef de la RPD, quant à lui, y voit le signe que l’Ukraine se prépare à une offensive, en commençant par détruire les infrastructures.

Et alors que je rédigeais cet article, le Centre Conjoint de Contrôle et de Coordination du cessez-le-feu (CCCC) vient de nous informer qu’en violation des garanties de sécurité fournies à l’OSCE, l’armée ukrainienne a ouvert le feu à 14 h 50 sur la zone de la station d’épuration avec des mortiers de 82 mm, des mitrailleuses lourdes et des armes légères, alors que le convoi permettant d’évacuer le personnel s’était mis en route.

Les employés de la station, les observateurs de l’OSCE et les représentants du ministère des Situations d’urgence se sont retrouvés pris sous les tirs, et malgré les appels du CCCC à respecter le cessez-le-feu, le bombardement de la zone s’est poursuivi.

Nous ne pouvons qu’espérer que personne n’aura été blessé, ou pire, lors de cette énième violation des accords signés par l’Ukraine.

En tout cas, dès ce soir, plus de 400 000 habitants vont se retrouver privés d’eau, dans l’indifférence totale des garants occidentaux des accords de Minsk, à cause des actes littéralement terroristes de l’armée ukrainienne.

Christelle Néant

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

L’armée ukrainienne tire de nouveau sur les employés de la station d’épuration de Donetsk et fait cinq blessés

Sniper ukrainienÀ peine un mois après les derniers cas de tirs délibérés contre les équipes de travailleurs de la station d’épuration, l’armée ukrainienne recommence à prendre les employés civils pour cible.

Ce nouveau crime de guerre a lieu sur fond de dégradation continue de la situation, avec 35 violations du cessez-le-feu et 895 munitions tirées par l’armée ukrainienne contre le territoire de la République Populaire de Donetsk (RPD) du 16 au 17 avril 2018 à 6 h. Les tirs des dernières 24 heures ont été effectués avec de l’artillerie lourde de 152 mm (14 tirs), des chars d’assaut (10 tirs), des mortiers de 120 mm (117 tirs) et de 82 mm (100 tirs), et d’autres armes de calibre inférieur.

Ces tirs ont endommagé quatre habitations à Zaïtsevo, Gorlovka et Chirokaya Balka, et tué un soldat de la RPD.

Dès 6 h 15 ce matin, c’est le point de passage de Maïorsk et le village de Zaïtsevo (près de Gorlovka) qui ont été pris pour cible par l’armée ukrainienne, qui s’est ensuite reportée sur le village de Spartak et celui de Kominternovo.

Et à 15 h 40, suite à un changement d’équipe au sein de la station d’épuration de Donetsk, les soldats ukrainiens stationnés dans les tranchées proches de la station ont ouvert le feu à l’arme légère contre le bus qui ramenait une équipe d’employés vers Yassinovataya.

D’après les informations les plus récentes, les soldats ukrainiens ont tiré sur le bus avec du calibre 5,45 mm. L’une des balles a touché la rambarde métallique du bus, projetant des éclats de balle et de rambarde qui ont blessé cinq employés à divers degrés de gravité (l’un d’eux a reçu un éclat dans le cou, un autre dans le bras). Ils ont tous été emmenés à l’hôpital de Yassinovataya où ils sont soignés.

Le risque est que ce genre de crime de guerre se reproduise faute d’être condamné par les garants occidentaux des accords de Minsk, jusqu’à l’arrêt de la station d’épuration faute d’employés prêts à risquer leur vie à chaque trajet vers leur lieu de travail (qui est déjà dangereux en lui-même, car régulièrement pris pour cible par l’armée ukrainienne).

Pour rappel, cette station située en pleine zone grise, fournit l’eau potable des localités de Donetsk, Yassinovataya, Spartak, et Vassilievka en République Populaire de Donetsk (RPD), mais aussi des localités d’Avdeyevka, Krasnogorovka, et Verkhnetoretskoye situées dans la zone contrôlée par l’armée ukrainienne. Soit 1,5 millions de personnes.

En attendant que la France et l’Allemagne réagissent, les violations du cessez-le-feu par l’armée ukrainienne se poursuivent, et à 18 h heure locale, nous en sommes déjà à 19 violations et 417 munitions tirées dont 5 obus de chars d’assaut, 16 obus de mortier de 120 mm et 42 obus de mortier de 82 mm.

Christelle Néant

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

Analyse de l’hystérie et de la russophobie occidentale – Le monde de l’autre côté du miroir, descente dans le terrier du lapin blanc

RussophobiePour toute personne rationnelle et sensée, le monde semble être devenu complètement fou, tout du moins le monde occidental. Le bombardement illégal mené en Syrie par les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France, fait partie de ces symptômes de l’hystérie collective, que les gens encore capables d’utiliser leur cerveau ont du mal à appréhender. À quoi joue-t-on ?

Même un excellent analyste comme Emmanuel Todd en perd son latin à un certain point de son analyse de cette opération « pétard mouillé », ne comprenant pas le côté réel, hystérique et irrationnel de cette russophobie qui frappe l’Occident, des élites, jusqu’au peuple via les journalistes. Une russophobie qu’il n’arrive pas à justifier totalement de manière rationnelle par des arguments du type « volonté de cacher la merde sous le tapis ».

L’Occident, qui se nomme lui-même pompeusement « communauté internationale », pour donner plus de poids à ces quelques dizaines de pays sur les presque 200 que compte le monde, a une nouvelle fois violé le Droit international dans lequel elle se drape, comme Tartuffe le faisait avec la dévotion.

Et monsieur Le Drian peut bien gloser sur la légitimité de l’action de la France dans ces frappes, si vous dites devant un juge que vous avez frappé un inconnu parce qu’il a prétendument frappé quelqu’un d’autre, le tout sans preuves solides, vous allez avoir des ennuis.

La France peut pérorer sur le prétendu blocage de l’ONU par la Russie pour justifier son « action », cela n’en rend pas moins la chose illégale. Si l’ONU a été créée c’est justement pour éviter de telles actions illégales comme celle que nos trois pseudo-Zorros ont mené en Syrie.

L’ONU est là pour régler par la discussion et la négociation ce qui se réglait avant par les armes. Si dès que les discussions n’aboutissent pas sur ce qu’ils veulent certains pays décident de n’en faire qu’à leur tête, en s’essuyant le derrière avec la Charte de l’ONU et le Droit international, alors à quoi servent-ils ?

À rien… Et c’est bien là que réside le danger de ce genre d’actions irréfléchies et stupides de l’Occident, qui, se croyant tout puissant et autorisé (par qui ?) à jouer les gendarmes du monde, bafoue les règles qui régissent le vivre-ensemble sur notre petite planète. Si ces règles ne sont plus respectées par une partie des « joueurs » alors pourquoi les autres devraient-ils continuer à les respecter ?

Les Islandais (qui sont très légalistes) ont un dicton qui s’applique parfaitement à ce qui se passe : « C’est avec des lois que l’on bâtit un pays, c’est en les bafouant qu’on le détruit ». Et ce qui est valable à l’échelle d’un pays l’est aussi à l’échelle du monde. C’est d’ailleurs l’avertissement que Vladimir Poutine a lancé après cette attaque.

« Dans le cas où des actions similaires faites en violation de la Charte de l’ONU se répétaient, cela provoquera inévitablement le chaos dans les relations internationales », a ainsi déclaré le président de la fédération de Russie.

À force de s’asseoir sur la Charte de l’ONU et les règles qui avaient été établies après la Seconde Guerre Mondiale pour éviter qu’un tel carnage ne se reproduise, l’Occident les vide complètement de leur substance jusqu’à les tuer en les délégitimant.

Sans parler du fait que Paris semble oublier que les États-Unis ont eux-aussi bloqué à plusieurs reprises le Conseil de sécurité de l’ONU (entre autre sur les questions concernant Israël), sans que cela n’émeuve le Quai d’Orsay.

Et ce alors qu’Israël s’est fait épingler par Human Rights Watch pour l’utilisation régulière de munitions au phosphore sur les zones habitées de Gaza, y compris un centre de l’ONU qui se trouve là-bas ! En trois ans ces munitions utilisées de manière illégale dans des zones où vivent des civils ont fait 12 morts et des dizaines de blessés (et les brûlures au phosphore sont tout sauf bénignes), dont des enfants.

Là contrairement au cas syrien, pas de déclaration outrée de Paris, Londres ou Washington, pas de menaces de bombarder Tel-Aviv pour faire cesser ces crimes de guerre, et ces violations de toutes les conventions internationales !

Quand Kiev bombarde la station d’épuration de Donetsk (remplie de plus de 200 tonnes de chlore servant à purifier l’eau) avec des munitions au phosphore de manière avérée et prouvée, où sont les cris d’orfraie du Quai d’Orsay ? Parce que de tels bombardements, en plus du risque de priver 1,5 millions de personnes d’eau potable, pourraient provoquer un véritable désastre sanitaire, humanitaire et écologique qui feraient bien plus que 40 morts non prouvés, si le bâtiment où est stocké le chlore prenait feu !!!

Quand l’armée ukrainienne vise délibérément les civils de manière répétée et régulière depuis quatre ans, et que les faits sont autrement plus étayés et prouvés que cette histoire d’attaque chimique à Douma qui s’est révélée être un faux monté de toutes pièces, nous n’avons pas vu les avions de Washington, Londres et Paris bombarder Kiev pour faire cesser le massacre dans le Donbass, dont le compteur est à bien plus de 10 000 morts !!!

Quand les États-Unis votent à l’ONU contre une résolution condamnant la glorification du nazisme (aux côté de l’Ukraine d’ailleurs), et que des pays de l’UE s’abstiennent de voter sur cette résolution, alors que l’Europe et la France en particulier ont souffert du Nazisme, où est la patrie des droits de l’homme ?

Quand les États-Unis et la Grande-Bretagne ont violé la Charte de l’ONU en attaquant l’Irak en 2003 sans mandat de l’organisation, le tout sur base d’informations complètement bidons, personne n’est allé bombarder Washington et Londres pour faire cesser cette guerre illégale qui a fait bien plus que 40 morts !!!

Quand l’Arabie Saoudite bombarde le Yémen, faisant des victimes civiles par dizaines à chaque bombardement (y compris dans des camps de réfugiés), et met en place avec d’autres puissances arabes un blocus du pays qui provoque la pire crise humanitaire de la planète (dixit l’ONU), avec 7 millions de personnes au bord de la famine et un million touché par le choléra, où sont les missiles et les avions occidentaux pour faire cesser ces atrocités ? Riyad n’a pas été noyée sous les bombes occidentales que je sache. Pourquoi ce deux poids deux mesures ?

Au nom de quoi ou de qui l’Occident se permet-il de jouer les gendarmes du monde, décidant qui est un dictateur et qui est un dirigeant acceptable ? Qui mérite d’être bombardé, et qui ne le sera pas sur base des mêmes crimes avérés ou imaginaires ? Quel pays mérite de subir un coup d’État parce que le dirigeant actuel ne fait pas ce qu’ils veulent, et quel autre peut garder son président ou son roi/prince, pourvu qu’il acquiesce aux quatre volontés de certains ?

Ce que je vais dire maintenant s’adresse aux Occidentaux, qu’ils soient membres de ces élites complètement folles, ou simples citoyens. Si je m’adresse à vous en disant « vous » et non « nous », c’est parce que j’ai déjà quitté mentalement et psychologiquement l’Occident bien avant de le quitter physiquement. Avant même de partir pour le Donbass, cela faisait des décennies que je ne me reconnaissais plus dans ce qui était ma « patrie », et que bon nombre de mes concitoyens m’étaient déjà aussi étrangers que les habitants d’une autre planète.

Personne, pas même Dieu, ne vous a donné autorité sur le monde. Vous n’êtes que quelques pays au milieu des nombreux autres que compte ce monde. Un monde qui n’est lui-même qu’un grain de sable dérivant dans l’immensité du cosmos aux côtés de milliards d’autres.

Vous n’êtes RIEN ! Ni gendarmes, ni dirigeants du monde, ni Dieu ! Rien ni personne ne vous a investi d’une mission (divine) vous accordant le droit de décider pour le reste des pays du monde de ce que doit être leur vie.

Au nom de quoi VOS règles seraient-elles celles qui doivent s’appliquer au monde entier ? Vous avez réellement cru que le monde tournait autour de votre petit nombril ? Encore une fois vous n’êtes RIEN ! Poussière vous étiez, poussière vous redeviendrez, tout le reste n’est que vanité des vanités. Les seules règles que le monde doit accepter de suivre sont celles que tous ont approuvé, c’est-à-dire la Charte de l’ONU et les conventions internationales. Vous savez, celles avec lesquelles vous vous torchez allègrement quand cela ne vous arrange pas ?

Il est temps pour vous tous d’ouvrir les yeux : l’époque de vos empires coloniaux glorieux est terminé ! L’empire romain a disparu, l’empire britannique s’est évaporé, l’empire français a été dissout, et l’empire américain est en pleine désintégration sous nos yeux. Rien n’est éternel en ce monde, rien n’est permanent ! Et les empires, comme les être vivants, naissent, vivent et meurent ! C’est inéluctable.

Votre monde, votre hégémonie s’écroule. Et vous êtes là à courir en rond, telles des poules hystériques à qui on a coupé la tête, sans comprendre que vous êtes déjà foutus. Non les ressources (restantes) du monde ne vous appartiennent pas ! Non vous n’avez aucun droit d’exproprier les peuples qui vivent sur les terres où elles se trouvent sous prétexte que vous en avez besoin, que vous êtes prétendument des démocraties et eux non, et que vous avez la puissance militaire pour prendre par la force ce qui vous intéresse (ce qui n’a rien de démocratique malgré toutes vos gesticulations et votre propagande bien huilée pour déguiser tout cela sous des buts humanitaires) !

La période d’hégémonie à laquelle vous avez eu droit avec la chute de l’URSS a pris fin. Oui la Russie, la Chine et d’autres ont décidé de mettre un terme à votre capacité de nuisance en développant leurs moyens de défense pour ne plus être les cibles faciles de votre avidité.

Et c’est en partie ça qui vous rend aussi fous. Comme un sale gosse à qui ses parents n’ont jamais dit non, vous tapez une crise d’hystérie, hurlant et vous roulant par terre, avant de frapper votre malheureux voisin de bac à sable qui a commis le crime de refuser de vous donner son râteau ! Et quand d’autres enfants du bac à sable s’interposent calmement, vous hurlez de plus belle, menaçant de vous en prendre à eux, au lieu de comprendre et d’admettre que vous êtes en tord, et que vous feriez mieux de vous comporter correctement plutôt que de continuer à jouer les terreurs.

Pourquoi une réaction aussi puérile de la part de gens censés être des « élites », des « gouvernants », et même des journalistes et donc normalement des gens avec un minimum d’intelligence ? Sont-ils tous débiles, ou tous mûrs pour l’asile psychiatrique ? C’est là qu’Emmanuel Todd échoue dans toute sa rationalité à comprendre ce qui semble totalement illogique.

C’est parce qu’Emmanuel Todd cherche de la logique et de la rationalité là où il n’y en a pas, c’est-à-dire dans des réactions qui tiennent du subconscient bien plus que de la décision consciente.

Tout le monde a des névroses plus ou moins profondes, des désaccords entre son subconscient (son moi profond) et son conscient (sans parler de la persona, c’est-à-dire l’image que l’on veut donner de nous même aux autres, l’hypocrisie personnelle et collective venant ajouter une dose de conflit). Et en Occident, ceux qui courent après le pouvoir (et l’obtiennent assez souvent) sont parmi les plus névrosés, le pouvoir et l’argent agissant comme des calmants puissants pour apaiser leurs angoisses existentielles issues de ces conflits violents qui existent entre les différentes parties de leur psyché, sans régler le problème de fond.

En face d’eux, ils ont des dirigeants d’une toute autre carrure. Comme l’a très bien dit Todd, les dirigeants russes sont d’un niveau intellectuel très supérieur aux dirigeants occidentaux. Et surtout d’une bien plus grande sagesse issue de leur pragmatisme et de leur plus grande honnêteté. Poutine est le premier à pointer régulièrement ce qui ne va pas en Russie, sur quoi il a échoué. Même devant les médias occidentaux. Dans cette fameuse interview donnée à NBC le mois dernier il pointe le fait que beaucoup de Russes vivent encore en dessous du seuil de pauvreté, et il dit que nombreux problèmes sont toujours non résolus.

Il ne nie pas la réalité comme le font les dirigeants occidentaux, pour qui tout va très bien dans le meilleur des mondes si nous les écoutons. Et surtout il applique la règle du « je fais ce que je dis », qui va totalement à l’encontre de la règle du « deux poids deux mesures » appliquée par l’Occident.

La Russie promeut le Droit international en montrant l’exemple avec une patience exemplaire, car Poutine a bien compris que ce n’est qu’ainsi que le message peut passer : en mettant en accord les paroles et les actes, pas en faisant le contraire de ce qu’on dit. Son intervention en Syrie s’est faite sur une base totalement légale, en respectant la Charte de l’ONU, et elle essaye de trouver une solution politique au conflit en mettant les différentes factions autour de la même table.

De même pour la réintégration de la Crimée au sein de la fédération de Russie, qui n’en déplaise aux esprits chagrins pro-OTAN s’est bien faite en conformité totale avec le Droit international (allez ouvrir la Charte de l’ONU, et surtout allez ouvrir un livre d’histoire et regardez quels ont été les résultats du référendum qui a eu lieu en Crimée en 1991 et de celui de 1994).

Et sur le dossier du conflit dans le Donbass, c’est la Russie qui a fait son maximum pour qu’ait lieu une discussion directe entre Kiev, la RPD et la RPL, qui a aussi poussé pour obtenir les accords de Minsk, et qui continue aujourd’hui de faire son maximum pour qu’ils soient appliqués, là où Paris et Berlin se contentent de déclarations molles et souvent à côté de la réalité (comme lorsque la France a repris cette rhétorique ukrainienne délirante de la Russie pays agresseur).

Et c’est cela l’élément qui manque à Emmanuel Todd pour finir son analyse. La Russie de par son comportement qu’elle veut le plus droit et honnête possible, joue le rôle de miroir pour les pays occidentaux. Un miroir qui leur renvoie l’image hideuse de ce que l’Occident donneur de leçons (qu’il n’applique pas à lui-même) est devenu, par opposition à ce que la Russie incarne désormais. Et je dis cela sans angélisme aucun. Poutine n’est pas un ange, mais un homme pragmatique et droit (autant qu’on peut l’être dans sa position), et la Russie n’est pas un pays parfait, mais un pays qui croit en certaines valeurs qu’elle est prête à défendre, avec patience et détermination (et tenter d’empêcher que la situation ne dérape en nouvelle guerre mondiale et ne finisse en conflagration nucléaire en fait partie, d’où la très grande patience et retenue des Russes que beaucoup prennent pour de la faiblesse). Rien ni personne n’est parfait en ce monde.

Mais quand les pays qui se vantent d’être des démocraties, virent de plus en plus à la dictature tout en imposant leurs règles au monde, et se retrouvent face à un pays qui fait l’exact opposé de ce qu’elles font, tout en appliquant ce qu’elles clament défendre, c’est là qu’on atteint le point de dissonance cognitive.

Et on en revient à cette histoire de névrose. Il n’y a rien de pire pour un névrotique que d’être mis brutalement face à ses contradictions internes. Car la plupart des gens ne sont pas assez honnêtes avec eux-mêmes pour faire face au reflet que leur renvoie le miroir. Ils préfèrent se cacher, faire comme s’ils n’avaient rien vu, ou pire, casser le miroir, pour ne plus avoir à faire face à ce reflet hideux de ce qu’ils sont réellement !

Et par son insistance à défendre le Droit international, jusqu’à presque l’incarner de manière symbolique et psychologique, la Russie est devenue ce miroir qui brandit devant les yeux de l’Occident le reflet putride de ses vanités et de ses crimes commis au nom de ces mêmes vanités. Et comme tout névrosé atteint à un stade avancé, l’Occident réagit de manière hystérique, préférant cracher, et même tenter de détruire le miroir, plutôt que de régler le problème à la source.

Vous pouvez insulter le miroir, le couvrir pour ne plus le voir, ou le casser, cela ne changera rien à la réalité, c’est-à-dire à ce que vous êtes devenu : un empire sur le déclin, décadent et névrotique, dévoré par ses contradictions internes et son incapacité à se remettre en question et à admettre la réalité.

La planète dispose de ressources limitées, la façon dont nous vivons actuellement n’est pas soutenable sur le long terme, et vous ne pourrez pas vous accaparer ce qui reste pour continuer encore un peu à avoir votre « dose ».

Je m’adresse là à tous, simples citoyens, journalistes et élites politiques. Dans votre fuite en avant complètement folle pour ne pas voir ce reflet putride dans le miroir, vous êtes prêts à provoquer un conflit d’envergure mondiale à coup de déclarations et d’actes complètement hystériques parce que vous n’êtes tout simplement pas capables de vous remettre en question !!!

L’être humain est prétendument l’animal le plus intelligent sur cette planète. Cessez de l’affirmer comme étant une vérité établie, alors que vos actes quotidiens prouvent le contraire ! Prouvez-le ! Servez-vous de votre cerveau, bon Dieu !

Pour une fois dans votre vie, faites face au miroir, acceptez le reflet pas très reluisant qu’il vous renvoie, faites lui face, et décidez de changer ce qui ne va pas chez vous plutôt que d’essayer de détruire le miroir ! La Russie n’est pas responsable de l’état déplorable de l’Occident et des valeurs qu’il prétend défendre (tout en les foulant aux pieds). Vous en êtes tous individuellement et collectivement responsables ! Oui VOUS !

Et ne venez pas me bassiner avec ces histoires du « ils ont le pouvoir, nous non » ! Les tyrans ne sont grands que parce que nous sommes à genoux, disait très justement Étienne de La Boétie ! Arrêtez de vous traîner à genoux en vous plaignant que vos genoux vous font mal ! Relevez-vous ! Vous êtes des milliards, ils sont quelques milliers ! Ils n’ont aucun super pouvoir, ils n’ont que le pouvoir que VOUS leur conférez ! Leur seul pouvoir est celui que VOUS LEUR DONNEZ !

Et si vous croyez qu’à vous seul vous ne pouvez rien faire, rappelez-vous que ce sont de petites gouttes de pluie qui rassemblées finissent par former des fleuves puis des océans immenses, dont la force est incommensurable. Mais pour cela il vous faut d’abord faire en sorte que le reflet que vous renvoie le miroir vous donne envie de vous regarder dedans. Et ça il n’y a QUE VOUS qui puissiez faire sur vous-même le travail nécessaire !

Nous sommes aujourd’hui à la croisée des chemins. Vous avez le choix ! Laisser faire des élites et des peuples complètement névrotiques, jusqu’à la destruction mutuelle, pour du pétrole, du gaz, des métaux, des morceaux de papier, et un peu de pouvoir qui calme leurs angoisses existentielles ; ou prendre votre destin et celui du monde en main, pour offrir à vos enfants un avenir meilleur dans un monde plus équilibré.

À vous de décider si vous voulez descendre dans le terrier du lapin blanc et passer de l’autre côté du miroir, où si vous préférez rester dans vos illusions rassurantes, jusqu’à ce que la Matrice dans laquelle vous vivez s’écroule sous le poids de ses contradictions internes et des contraintes du monde réel, et que le train fou dans lequel vous vous êtes embarqué s’écraser contre le mur de la réalité au milieu du champ de ruines que sera devenu le monde.

Christelle Néant

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

La situation se détériore dans le Donbass : 45 violations du cessez-le-feu et plus de 1 000 munitions tirées par les FAU en 24 h

Tir de mortierLa tendance à l’escalade commencée il y a bientôt deux semaines ne semble pas pouvoir être arrêtée. Après les 27 violations du cessez-le-feu par l’armée ukrainienne enregistrées du 11 au 12 avril, leur nombre a brutalement augmenté durant les dernières 24 heures.

Le Centre Conjoint de Contrôle et de Coordination du cessez-le-feu (CCCC) a ainsi enregistré 45 violations du cessez-le-feu de la part de l’armée ukrainienne contre le territoire de la RPD du 12 au 13 avril à 6 h, soit une augmentation de 67 % en 24 heures à peine.

Le nombre de munitions tirées par les soldats ukrainiens est à l’avenant avec un total de 1 038 munitions de tous calibres (contre 604 la veille), dont 30 obus de mortiers de 120 mm et 82 mm, 345 munitions de véhicules de combat d’infanterie ou de transport de troupes blindés, et 100 munitions de systèmes de défense anti-aériens.

Au total cette semaine, l’armée ukrainienne a violé 182 fois le cessez-le-feu, soit près du double de la semaine précédente (101 fois), et le bilan humain est de trois soldats morts et sept civils blessés.

Et au vu des armes lourdes détectées près de la ligne de front par les services de renseignement de la République Populaire de Donetsk (RPD), il y a peu de chances que la situation se calme d’elle-même : 18 obusiers automoteurs Akatsia de 152 mm, 6 obusiers tractés MSTA-B de 152 mm, 21 obusiers automoteurs Gvozdika de 122 mm, 3 canons antichars Rapira de 100 mm, 4 systèmes de missiles antiaériens Strela-10 et 13 chars d’assauts T-64 et T-72.

Soit un total de 66 pièces d’équipement lourd qui devraient se trouver dans des zones de stockage à plus de 15 km de la ligne de front si l’Ukraine respectait les accords de Minsk.

Face à la détérioration de la situation, le chef de la RPD, Alexandre Zakhartchenko, a ordonné de mener des exercices militaires avec les réservistes de la république afin de faire face à la menace le cas échéant.

Les ordres ont été donnés afin de coordonner le travail des commissariats militaires avec les villes et les districts, et ont rappelé aux employeurs (privés ou publics) des réservistes qu’ils doivent garantir le maintien de l’emploi et du salaire de leurs employés pendant qu’ils participent à ces exercices.

Le ministère de l’Intérieur assurera quant à lui le rassemblement et le transport des réservistes jusqu’aux polygones d’entraînement.

Aujourd’hui, à 18 h 15, heure locale, déjà huit violations du cessez-le-feu par l’armée ukrainienne ont été enregistrées en RPD.

Le week-end risque d’être tout sauf paisible, et les autorités de la république craignent des provocations sanglantes à l’occasion des commémorations des défunts qui doivent avoir lieu dimanche.

À cette occasion, les habitants de la république vont se rendre en masse dans les cimetières, sur les tombes de leurs proches. Le ministère de l’Intérieur de la RPD a recommandé aux habitants d’éviter 42 cimetières proches de la ligne de front, afin d’éviter d’offrir aux soldats ukrainiens des cibles de choix pour commettre un bain de sang.

Il ne reste qu’à espérer que les habitants de la république puisse commémorer leurs morts sans y risquer leur vie.

Christelle Néant

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

Page suivante »