Europe-France boum plus Alstom -Siemens

L’Europe fut créée pour éviter que ne se reproduise de nouveaux conflits nationaux, mondiaux et des fusions commerciales hors sa croissance et néfaste à son essor.

Les dangers que porte la France sont une évidence, que les gilets jaunes défilent, cela va bien plus loin que L’Europe qui fait implose une union en France et les bases de Schumann. Demain pourront nous péter en Europe, chez nous sans demander l’avis des gouvernants ? Que contient le contrat passé avec la Russie ? Un bunker ne suffira pas pour garder les mots de 1789. La publicité pas au sens pub courante, est la sauvegarde du peuple, donc elle doit-être publique. Il est indéniable sans apriori que tant que la France sera prisonnière de l’Europe actuelle, la mouvance des gilets jaunes sera l’antithèse de l’unité nationale. Les deux voir plus de faits sont incontournables. Une preuve sans prendre aux biens et aux personnes de l’Etat, cela fit sombrer la gauche.

Nous allons finir par constater des charrettes, tassés de blésés et morts dans une réelle révolution, la Place de Grève est en train de renaitre. Le Dernier Jour d’un condamné : https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Dernier_Jour_d%27un_condamn%C3%A9 Image illustrative de l’article Le Dernier Jour d’un condamné. Sans reprise de nos droits, nous revivons en fausse ombre le retour de « La peine de mort » Le Dernier Jour d’un condamné est un roman à thèse de Victor Hugo publié en 1829 chez Charles Gosselin, qui constitue un plaidoyer politique pour l’abolition de la peine de mort.

Le principal problème à résoudre passe par une Europe en liberté des nations et le sang cessera de couler. Dans les phases contraires donc actuelles, les ressorts de la vengeance nous fait courir à diverses folies indéniables. L’Europe est faite pour protéger ses membres, non pour les affaiblir. La démonstration et faite que trop de personnes entrent à L’Elysée, elles se croient tout permis, il n’y a pas suffisamment de contrôles, en divers thèmes nous payons largement les conséquences, par manque de surveillances.

Exemple parmi des milliers Lien France 5 : 20 MNS qui marque un malaise plus profond que l’apparence

Mobilisation difficile à évaluer, la bataille des chiffres se poursuivra jusqu’à la fin du conflit voir lors des résultats des élections européennes. Une certitude fait place au nombre, les manifestants semblent avoir passé la marche arrière attention. Un constat s’impose ou presque inaltérable, plus les chiffres baiseront plus la côte et les actions de M. Macron ne cesseront de monter. L’acte XII avait semblé aux «gilets jaunes» de retrouver un partage se réunissant bien plus à Paris, malgré les divergences existant au sein du mouvement horizontal et hétéroclite.

Confirmant les chiffres du ministère de l’intérieur 3000 hommes auxquels sont venu se rajouter plus de mille agent de la BAC sans compter les rajouts de la police du quotidien. Il en ressort de même vis-à-vis de Matignon, et lorsque les boulets font tomber, les faits vont aller bien plus loin que certains veulent le laisser croire. Prisonniers du Traité de Lisbonne qui nous a été imposé par un subterfuge Sarcocyste, associé à présent par la Maronite Jupitérienne. L’Europe machine merveilleuse quand elle n’est pas entre les mains de financiers sans scrupule ou presque. Pourquoi ne pas soumettre en deux temps à la suite des européennes que chaque nation se doit de respecter la volonté de ses électeurs ? Là, en procédant de la sorte depuis la sortie du second conflit mondial c’est la 1ere fois que l’on constate le rappel de l’Ambassadeur de France en Italie ? Est-ce normal ?

La Chine alimente la Russie et réciproquement, à défaut d’autre fait, le refus de l’alliance Alstom-Siemens. Pointant la nécessité de rivaliser avec le mastodonte chinois CRRC, quatre fois plus gros qu’Alstom seul, l’argument n’a pas convaincu les experts de la Commission. Le groupe chinois a remporté des contrats aux États-Unis, il n’est pas encore implanté en Europe. Le projet de constituer un champion européen de la ferroviaire tombe. « Une faute politique », dixit le ministre de l’Économie M. Lemaire. Le patron d’Alstom Henri Poupart-Lafarge y voit des « préjugés idéologiques » de la Commission « partisane de l’ouverture à tous crins, tout en refusant de voir que d’autres acteurs dans le monde ne jouent pas le même jeu » dans une interview au Figaro.

Mais avant tout aussi pour permettre l’évolution économique de chacune des nations lors de sa constitution. A la sortie de la guerre 1939-1945 qui entraina le monde, dans des folies et des séquelles qui laissent des traces indélébiles de nos jours, les morts de chaque côté des frontières se comptaient par millions. Impératif de procéder en trouvant les solutions les plus appropriées pour éviter que de tels massacres ne se renouvèlent.

Le père de l’Europe de nos jours compris à l’époque, que ce qui est célébré le 9 mai de chaque année, il s’agissait du français Jean Monnet avec ses aides de l’époque comprirent que l’essentiel que la nation voulant déclarer un conflit avait besoin de matières essentielles. L’acier pour la construction de chars et d’armes diverses, il ne fallait pas omettre que le charbon représentait l’énergie, deux éléments majeurs indispensables à la prospérité des dites usines, puis pour le transport les chemins de fer étaient aussi vitaux que les deux éléments premiers. Ces éléments ne pouvaient se dissocier.

L’Europe à ces moments possédait la totalité de ces moyens. L’idée de Jean Monnet fut sous forme commune, d’assembler les dites productions des pays européens. Il n’écarta nullement justement aucun des Etats susceptibles d’être impliqués. Il été primordial qu’ensemble ils puissent décider et prendre des orientations utiles, afin que les décisions signées ensemble puissent rendre tout nouveau conflit de guerre presque impossible. En débattant et prenant les dites décisions en commun, ces actes rendaient ainsi la guerre caduque invraisemblable.

Monnet fit une réunion en 1er rédigea ses théories dont il livra la finalité à Robert Schuman. Ce dernier en son temps était ministre du gouvernement de la France. Ce dernier trouva cette conception plus que brillante. Il l’a rendu publique lors de son discours glorieux. Cet exposé futur européen eut lieu le 9 mai 1950. Non seulement il réussit un tour de force incroyable, sa célébration trouva par la suite un hymne européen. L’Ode à la Joie de Ludwig Van Beethoven. Sa conception concrète réussit à persuader l’ensemble des dirigeants français, allemands, où vinrent se joindre belges, italiens, luxembourgeois, néerlandais.

La « Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier » (CECA) fut créée et vit le jour en 1951

Les fruits des travaux des 6 pays fut fort concluant, de par voie de conséquence, ils décident de fonder une nouvelle association : la Communauté Économique Européenne (CEE), qui vit le jour en 1957. La primeur de l’objectif de la CEE établir un marché commun, établi et réservé aux pays membres, pour faciliter leurs échanges commerciaux en supprimant les contrôles frontaliers, qui augmentaient le prix des marchandises en provenance de l’étranger. Les délais et les droits de douanes entraînaient de plus retards forts conséquents. Résultat : ils estiment que les barrières à l’entrée sur le marché européen sont suffisantes pour empêcher l’arrivée du concurrent chinois à court terme.

31 fusions ont été bloquées depuis 1990

Faut-il changer de politique de concurrence pour soutenir la création de champions européens, alors que la concurrence chinoise rebat les cartes, dans le ferroviaire comme dans d’autres secteurs, et dispose d’une force de frappe financière appuyée par l’État chinois quasi illimitée ? Et analyser à plus long terme l’état de la concurrence internationale ?

Le Panda

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

Aux portes de la guerre civile 1968- 2018 ?

Dans la mesure où le conflit perdure avec les « Gilets-Jaunes », il n’y aura pas d’autre solution que de procéder à « La dissolution de l’Assemblée Nationale ». Les exemples les plus flagrants parmi tant d’autant, sont la haine du peuple vis-à-vis des décideurs. En quelques heures à la suite de sa garde à vue l’ex boxeur professionnel a permis de constater la cohésion à l’encontre des forces d’Etat. Une cagnotte de 100 mille euros a été constituée pour lui venir en aide. *Accusé d’avoir agressé à coups de poing deux gendarmes à Paris lors de « l’acte VIII » du mouvement, l’ancien champion de France 2007 et 2008 des lourds-légers a admis dans une vidéo mise en ligne par sa belle-sœur avoir « mal réagi », tout en affirmant s’être « défendu » face aux violences policières*.(Sources Huffingtonpost.fr) Les lois sont bravées honteusement par ceux qui sont proches du pouvoir. 10 personnes en France possèdent 90% de la richesse du pays, puis décident comme ils l’entendent. Loin de les amoindrir la crise que vit la France à augmenter en quelques mois de plus de 30% leurs fortunes « Lien » explicatif. Autres cas non limités : Eric Drouet, loin de s’imposer tel le leader des «gilets jaunes» !! Les raisons des révoltes? Éric Drouet sera à nouveau face à la justice. Sans parler de ceux qui se trouvent en détention en ces moments. A ce jour plus de 1000. De nouveau Éric Drouet devra comparaitre encore. Pourquoi, abus de pouvoirs ? Une Police politique cible et harcèle désormais les animateurs du mouvement gilet jaune. Justice à plusieurs vitesses ? Comparons, l’égalité entre les cibles. « La zizanie » nous constatons la France est assise sur des « barils de poudre ». Or sur ce qui nous concerne en ces moments finira par ressembler à celle de l’époque « des cerfs ». Les causes sont diverses, elles touchent le sommet de l’Etat avec des passeports plus que baladeurs. Qui rapportent, pêle-mêle, des sommes considérables qui vont réellement dans les poches de qui ? Les principales questions sont de savoir si ces derniers ont été payés, négociés ou autres ? Et encore !

Combien à rapporter à son utilisateur, à « ses complices de l’ombre » l’octroi et l’emploi de ses fameux passeports plus que diplomatiques? A en douter ou pas le Président de la République aurait gagné quoi en ces circonstances tapageuses?

Voyons Macron marche vers le Panthéon à chacun ses gains, il copie François Mitterrand !

Comprendre le kaléidoscope de mai 1968, c’est interpréter « La Vie » des «  couteaux suisses  » du pouvoir qui servent à tout et souvent à chacun. Nous savons depuis pas mal de temps que l’on ne soigne pas le mal par le pire. Au vu de ce qui se déroule, nous sommes que nous le voulions ou pas en « Guerre Civile »

« 1968 – 2018 »

2018 marques le cinquantenaire de Mai 68. Un anniversaire qui fera sans doute l’objet de nombreux débats et rétrospectives. Est-il essentiel de commémorer cet événement ? Cette année, la question de l’héritage de Mai 68 se pose avec encore plus d’acuité. Des barricades et des pavés au quartier latin, des centaines de milliers de personnes dans les rues, une France paralysée par des mouvements sociaux, la plus grande grève générale de son Histoire. C’est certain, Mai 68 a marqué une rupture. Emmanuel Macron, né neuf ans après Mai 68, réfléchirait à une façon d’y revenir en 2018. Il ne songe pas à une commémoration officielle mais à une réflexion autour du rôle de l’utopie dans l’Histoire. L’Elysée en a discuté avec Daniel Cohn-Bendit. Mais cette année, celui qui incarne à lui seul Mai 68 ne veut pas participer à une éventuelle commémoration. « Je ne vois pas pourquoi 50 ans après, je continuerai à radoter»

« Nous sommes des enfants de 68 »

Mai 68 est un événement fondateur, sa commémoration est donc une évidence pour une société, selon Pascal Ory. « Mai 68 a été un échec politique mais une réussite culturelle sur la longue durée », explique l’historien qui cite la loi Veil, le mariage pour tous, le développement de la préoccupation écologique comme exemples. « Bien que nous soyons dans une période complètement différente, nous sommes des enfants de 68 en ce qui concerne les genres de vie », dit encore Pascal Ory. Un anniversaire loin de faire l’unanimité

Comme Nicolas Sarkozy qui voulait, en 2007, liquider l’héritage de Mai 68, cette année encore la droite s’insurge contre la commémoration d’un mouvement qui a marqué, selon elle, le début de la fin, la fin du respect de l’autorité et la fin de la morale. Les débats ne font que commencer en ce début d’année, mais l’historien Jean Garrigues estime qu’ils ont au moins le mérite d’entretenir la mémoire : « La mémoire de Mai 68 se perd aujourd’hui, il est donc important de la faire revivre et de rappeler ce qu’a signifié ce moment dans notre vie nationale ».

1968 n’a pas compétemment fermée ses portes, que la célébration de son cinquantenaire, conduit jusqu’à la mer en partant du quartier latin de l’époque. Du recul de son rétroviseur les flammes ne sont nullement éteintes. Les restes des salamandres, font ressurgir les puissances du passé comme disent certains les soi-disant, le recul des premiers résultats d’investigations. Le progrès caché par la puissance de la finance aurait échangé Emmanuel Macron contre 1968. C’est être plus que dupe que de ne pas comprendre que chaque jour qui passe creuse le fossé plus profondément. Ne Pas admettre que 2018 est ni plus ni moins que ce qui ne fut pas achevé en 1968. Le vrai ou le faux entre les présidents de la République en ce cinquantenaire « Lien » Explicatif ? Les explications de Mediapart « Lien » Vidéo !

Un mystère de taille subsiste des photos de la manifestation du 1er Mai place de la Contrescarpe, à Paris. Elles furent remises par des policiers de la direction de l’ordre public et de la circulation (DOPC). Surprise « illégale », ce sont ces images, sans truquage furent diffusées cette même nuit, via les réseaux sociaux. Alors qu’elles n’appartiennent pas au domaine public, nous sommes confondus. Twitter, compte plus que proche de La République en marche qui a diffusé la vidéo. Vastes dilemmes interrogatifs ! Dans quels buts et pourquoi ?

Nous assistons à des affirmations, des contradictions, L’Elysée dément de la façon la plus catégorique n’avoir jamais été en possession des fameux passeports que j’interpelle en ce qui me concerne, que je considère à ces stades comme des valeurs strictement commerciales, ou plus conséquentes?

Affirmer que les dits passeports ne peuvent point servir de valises diplomatiques négociables?

Le passeport diplomatique français est délivré aux diplomates français par le ministère français des Affaires étrangères. Il s’accompagne de l’immunité diplomatique. Le passeport diplomatique français est réglementé par le décret n° 2012-20 du 6/1/2012.

Passeport diplomatique : définition

Un passeport diplomatique est d’abord un passeport. Il permet donc de voyager à l’étranger. Sa particularité est qu’il n’est délivré qu’à certaines personnes : les diplomates, comme par exemple les ambassadeurs. Le passeport diplomatique s’accompagne d’ailleurs de l’immunité diplomatique. En France, les anciens présidents de la République bénéficient d’un passeport diplomatique. Le passeport diplomatique et ses effets. Le passeport diplomatique français certifie l’identité et la nationalité françaises de son titulaire.

À savoir : tout pays étranger, se doit de respecter l’immunité diplomatique d’un diplomate français titulaire d’un passeport diplomatique. Réciproquement, la France doit respecter l’immunité diplomatique des personnes qui détiennent un passeport diplomatique étranger. Le passeport diplomatique ne doit être utilisé qu’aux fins pour lesquelles il est délivré. En ces circonstances cela ne semble pas être le cas ! Les titulaires de passeports diplomatiques peuvent également obtenir des visas particuliers, appelés « diplomatiques », pour aller dans des pays étrangers. À côté du passeport diplomatique, il existe aussi : Les voitures diplomatiques, les locaux diplomatiques, les valises diplomatiques ; les courriers diplomatiques. Ces éléments bénéficient d’une protection prévue en particulier par la Convention de Vienne du 18/4/1961 sur les relations diplomatiques. L’Elysée accuse par ailleurs d’entretenir « tout un faisceau de contrevérités et d’approximations », après que l’ex-chargé de mission d’Emmanuel Macron a affirmé à Mediapart avoir continué à échanger régulièrement avec le chef de l’Etat depuis son licenciement.

Ex chargé de mission auprès de la présidence de la République, il assure que les dits passeports diplomatiques, lui furent rendus « sans préciser de date, il se rabat sur début octobre » auxquels venaient se greffer ses effets personnels. « Dans un sac plastique, un chéquier, des clés et les dits les passeports diplomatiques », détaille-t-il dans un entretien à Mediapart (article payant). Lors de son audition devant la commission d’enquête du Sénat, le 19 septembre, il déclare : « J’ai laissé ses deux passeports dans mon ex bureau à l’Elysée » Selon diverses affirmations plus que tangibles de Mediapart et du Monde, « Le porteur » a continué de voyager avec ces documents alors qu’il avait quitté ses fonctions à l’Elysée. Le parquet de Paris, saisi par le ministre des Affaires étrangères, a ouvert une enquête préliminaire pour « abus de confiance », « usage sans droit d’un document justificatif d’une qualité professionnelle » et « exercice d’une activité dans des conditions de nature à créer dans l’esprit du public une confusion avec l’exercice d’une fonction publique ou d’une activité réservée aux officiers publics ou ministériels ».

«Faux témoignages»

Quant aux faux témoignages, l’infraction à laquelle « Le bénéficiaire » pourrait être sujet. La sanction est la même qu’en droit classique. Selon l’article 434-13 du Code pénal. «Le témoignage mensonger fait sous serment devant toute juridiction ou devant un officier de police judiciaire agissant en exécution d’une commission rogatoire est puni de cinq ans d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende». Dans la mesure où le mensonge de l’ancien proche du président était avéré, ce serait au président de la commission des lois du Sénat d’intervenir. A Philippe Bas (LR) de saisir la justice. «La commission examinera tous les éléments parus dans les médias ces jours-ci et relèvera toute contradiction entre ces informations et les éléments recueillis sous serment pendant ces auditions», confirmé par une source très proche de la commission.

« Les Emergents »

La 1ere déclaration de la « Constitution d’un parti politique, né des Gilets-Jaunes » voit le jour ce moment. Jacline Mouraud est en train de créer un parti politique baptisé Les Emergents, a appris France info de la part de l’ex-figure des « « gilets jaunes », confirmant une information du « Figaro ». Formation, dont les statuts sont en train d’être rédigés grâce à « l’aide de personnes compétentes » « avocats, anciens parlementaires », devrait notamment demander « une grande réforme de la fiscalité » et « remettre le social sur la table ». Prendra-t-elle la tête de ce nouveau mouvement politique ? « Je ne revendique aucun titre, j’essaie de créer le parti, c’est pas mal. Ensuite, comme dans n’importe quel parti, il y aura des votes. Que ça soit moi ou pas, je m’en fous, ce n’est pas ça qui est important. C’est de le faire exister, c’est de rassembler les personnes contre la violence et pour le respect de nos institutions » explique Jacline Mouraud, qui « ne sait pas encore quand les statuts seront déposés » A suivre

Le Panda

Patrick Juan

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)