Le mouvement « Gilets-Jaunes » s’étiole. Macron grand Gagnant ?

Revue d’effectifs et des doléances loin d’être exhaustives. Une partie des résultats qui ne promet pas l’engagement de promesses annoncées pour calmer le peuple. La portée aura pour conséquence une déchirure plus massive. Nous voyons les fumées de divers brouillards, sans savoir si le « nucléaire » ne passe les frontières ! Pourtant ce que demandent les français était tout sauf lourd « Lien » les demandes et inexécutions.

Dans lesquelles sont inclus en premier « Les promesses engagées non respectées en ces moments » entre autres, le pouvoir d’achats, les retraites, les pensions d’invalidité, les montants qui devaient être versés avant le 31 décembre 2018. Voir au plus tard début janvier 2019. Impossible pour ceux cités sur un mouvement qui s’enraye, se grippe et l’acte VI est annoncé pour le 22 décembre 2019. Malgré la déception de samedi, des gilets jaunes ces derniers appellent déjà à un acte VI. « Lien » Bon anniversaire Monsieur Le Président, mais il semble à priori que vous marchez sur des doubles œufs jaunes, le peuple dont font partie « Les forces de l’Ordre » Macron ouvre avec prudence le débat sur le référendum citoyen et pour causes, autant la potiche va à l’eau qu’elle se casse ou se fend, non ?

La mobilisation a beau s’essouffler, le noyau dur des gilets jaunes reste déterminé. Après un acte V en forte baisse du 15 décembre, certains internautes n’hésitent pas à appeler déjà à un acte VI pour le 22 voire le 21 décembre. Comme depuis le début de la mobilisation après chaque rassemblement parisien, c’est sur les réseaux sociaux que les choses se passent et que les « événements » se créent. Commissariats fermés, manif en janvier. Après les « gilets jaunes », les policiers veulent faire entendre leur ras-le-bol Lien !

Le syndicat Unité SGP Police FO a mis en garde contre un « acte 1 de la colère des forces de l’ordre », tandis qu’Alliance appelle à une « première journée d’action » à travers la France.

Interrogez à ces sujets la partie qui incombe à la « CAF » cette dernière répond : « matériellement le temps matériel ne nous permet pas en aucune façon de mettre les actions qui nous concerne en marche » Il en va de même pour tous les ministères concernés. Puisque les 100 euros ne correspondront nullement au montant qui seront versés.

Pour certains les dites promesses verront le jour en juin, juillet 2019, pour d’autres ces engagements seront lettres et mots morts. Mais pourquoi ? Que deviennent les paroles, les progressions, les dits actent, qui n’engagent que ceux qui le disent ajoutés à ceux qui veulent bien y croire.

Conditions du «référendum d’initiative citoyenne». A propos c’est quoi le « R.I.C ? « Lien » Emmanuel Macron va réunir, en décembre 2018, des ministres et des acteurs de la société civile afin d’organiser sa « grande concertation nationale » réponse au mouvement des « gilets-jaunes ». Ils ne réclament toutefois pas avant tout de la démocratie participative mais de la démocratie directe à travers le référendum d’initiative citoyenne.

Que cela aille du Président de la République Emmanuel Macron, avec son subalterne : Édouard Philippe. Un gouvernement réparé de rustines comme cela semble avec pertinence être le cas depuis plus de 30 années. Les promesses lors de l’exposé télévisé ou le mentor le plus jeune de France à la tête de l’exécutif prend  des promesses engagements formels. Le jeu ne semblait comporter aucun défaut. Loin des divers cas abordés. Des paramètres qui ne trompent nullement. La réalité du quotidien ou les privilèges restent les acquis des plus nantis.

La preuve la plus incontournable devient que 6 français sur 10 demandent l’arrêt des turpitudes que certaines exactions crées dans le pays. Sondage réalisé le 18 décembre 2018. Inversion complète, voir presque totale des chiffres et même plus puisqu’au départ 8 personnes sur 10 y étaient favorables.

Jamais y compris en 1968, ni auparavant, une révolte de ce style n’a touché autant de personnes en l’hexagone France et parfois en des limites plus larges les pays limitrophes de la Communauté Européenne. Le débordement touche entre autres : L’Allemagne, L’Espagne, L’Italie, L’Angleterre etc.

Le mouvement des « gilets jaunes », affecte la circulation en France protestant contre la hausse des taxes sur le carburant ; le vandalisme succède, fait suite aux manifestations suscitant des remous sur l’ensemble de la France.

Les manifestations en France, prenant notamment la forme de blocages de routes, « portent préjudice aux transporteurs qui doivent traverser chaque jour la frontière avec la France et font obstacle à la libre circulation des marchandises » A ne pas oublier la masse considérable des commerçants qui feront faillite suite à toutes ces casses. Les propriétaires de véhicules non assurés et dont les véhicules ont brulé ayant torts de se trouver sur le parcours des dits protagonistes « casseurs et forces de l’ordre » Les réels responsables où sont-ils et qui sont-ils ? Indéniablement les premiers éclats tombent sur la seule responsabilité unique de l’état.

Le poste-frontière d’Irun au Pays basque espagnol a été fermé à la circulation des poids lourds. Madrid appelle la France à « prendre toutes les mesures pertinentes pour garantir la libre circulation de marchandises en toute sécurité ». La France était en 2017 le 1er client des exportations espagnoles, pesant 15% du total soit 41,6 milliards d’euros.Masquer cette publicitéÀ propos des cookiesNous pouvons transmettre un ou plusieurs cookies sous forme de petits fichiers texte contenant des caractères alphanumériques qui identifient votre navigateur Internet. Ils sont utilisés pour suivre des habitudes d’utilisation sur nos sites partenaires, de manière non personnellement identifiable.Votre historique de cookies sera supprimé.

La circulation perturbée au Royaume-Uni. Sur les bords de la Manche, des manifestants ont perturbé la circulation sur l’autoroute A16, qui mène au tunnel sous la Manche, emprunté par des milliers de poids-lourds faisant le voyage jusqu’en Angleterre. Le dépôt de Feluy géré par le groupe français Total, situé à Seneffe entre Bruxelles et Mons, sert régulièrement de lieu de rassemblement de « gilets jaunes » qui tentent de bloquer les allées et venues de véhicules. Les forces de l’ordre ont essuyé des jets de projectile, un camion-citerne a été incendié, un poids lourd d’une enseigne de la grande distribution « a été pillé » Il est « clair que des casseurs sont venus se greffer au mouvement « gilets-jaunes »

En l’instant la France va retrouver ses anciens adages et devenir ingérable. Comme le disait à un moment historique « Les français sont des veaux » En la circonstance si la masse des effectifs des « Gilets-Jaunes » se réduit les problèmes sont toujours bels et bien présents. Ne remettons pas à nouveau la même soupe, déjà consommée sous divers veloutés, la soupe ne se déguste pas à fourchette, quoi que !

Pour une fois le bienpensant de la ville de Pau se réveille au petit jour. Nous le retrouvons sur plusieurs de ses thèmes n’ayant pas du tout varié. François Bayrou passé au scan de la politique. Prenons connaissances de ses déclarations sur BFMTV et confidences au « scanner »  du Figaro « Lien » qui correspond en certains passages à l’inverse total des réalités. En désespoir de causes il sait renvoyer la monnaie des 30 écus reçus pour un semblant de dignité retrouvée. D’autres selon des légendes y laissaient leur vie à divers tarifs.

Emmanuel Macron a raison : notre époque est aussi une affaire d’horloge. « Tout, tout de suite ! » semblent dire les contestataires, dont la vie ressemble à une longue attente. Attente des trains en gare, des fins de mois, d’une réponse de l’administration, d’un entretien d’embauche, d’être relié à la fibre optique, du remboursement de la CAF. Si le « tout » désigne les attentes relevant des listes de doléances, qu’en est-il du « tout, tout de suite » ?

La maîtrise des horloges est donc en jeu. En somme, et c’est la grande leçon de cette décennie, qui a vu émerger à la fois Facebook et des leaders.

Certains iront jusqu’à s’organiser pour créer des crépuscules de candidats aux prochaines élections. La déduction s’impose que le coût et les signatures vont représenter des montants de plus en plus importants. Les maires de France ne pensent en majorité ne pas se représenter, où va-t-on que diable ?

Le Panda

Patrick Juan

 

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)