Alors que début octobre la tentative de désengagement a été mené en parallèle à Zolotoye (République Populaire de Lougansk – RPL) et à Petrovskoye (RPD), cette fois-ci les dates pour le retrait des troupes et des équipements dans les deux zones pilotes ont été fixées à six jours d’écart.

La première zone pilote à avoir enfin vu, avec succès, le retrait des troupes et des équipements, fut celle de Zolotoye, en RPL. En effet, la nouvelle tentative de désengagement, fixée (en dernière minute) au 29 octobre a été couronnée de succès.

« Bien que nous ayons été informés de l’état de préparation de l’Ukraine moins de deux heures avant le début du désengagement, nous étions en attente depuis le 7 octobre, date convenue lors de la réunion du Groupe de contact le 1er octobre », a dit Vladislav Deïnego, ministre des Affaires étrangères de la RPL. « Nous avons donc saisi la première occasion dès que l’Ukraine nous a informés qu’elle était prête. Enfin, nous avons amené l’Ukraine à éliminer les violations dans la zone de sécurité de Zolotoye. »

À 13 h 15 et 13 h 16 respectivement, l’armée ukrainienne et la milice populaire de la RPL ont tiré une fusée blanche, puis une fusée verte, afin de lancer le début du désengagement en parallèle des deux côtés de la ligne de front. Pour l’instant le retrait des troupes se passe sans accroc, et les néo-nazis ukrainiens n’ont pas interféré avec le processus, d’après le rapport de la MSS de l’OSCE.

Suite au succès du retrait des troupes à Zolotoye, une nouvelle tentative à Petrovskoye a été annoncée pour le 4 novembre d’abord par l’Ukraine (en violation de l’accord de non-divulgation conclu le 29 octobre), puis par la République Populaire de Donetsk.

Si la réussite du retrait à Zolotoye a de quoi susciter un peu d’espoir, le fait que Kiev ait violé l’accord de non-divulgation et révélé la date prévue pour le retrait à Petrovskoye inquiète les autorités de la RPD.

« Nous espérons que ce n’est pas seulement une initiative spéciale de l’Ukraine pour utiliser des prétextes tels que le cessez-le-feu de sept jours et des escadrons nationalistes incontrôlés au cas où quelque chose tournerait mal », a déclaré la diplomate de la RPD. « Comme le montre l’exemple de Zolotoye, il est tout à fait possible de pacifier les militants armés radicaux et de lancer le processus de désengagement. »

L’autre point qui n’incite pas à l’optimisme c’est la constance des bombardements de la part de l’armée ukrainienne, qui a violé 31 fois le cessez-le-feu durant les dernières 24 h, tirant 171 munitions et endommageant trois habitations civiles sur le territoire de la RPD.

Encore aujourd’hui, la 128e brigade des Forces Armées Ukrainiennes (FAU) a tiré au missile antichar sur une ambulance (clairement identifiée comme telle) qui se rendait à Belaya Kamenka pour porter secours à un enfant malade. Le chauffeur et l’infirmier ont été blessés et emmenés à l’hôpital. Il faut rappeler que tirer sur une ambulance est un crime de guerre, interdit par la convention de Genève !

De son côté la milice populaire de la RPD s’est déclarée prête à procéder au retrait des troupes et des équipements à Petrovskoye selon le processus prévu.

Il est clair en tout cas que cette volte-face de Kiev concernant le retrait des troupes est due à l’intransigeance de la Russie concernant la tenue de la réunion au Format Normandie. Moscou ayant refusé d’accepter que la réunion ait lieu tant que les conditions posées par la Russie n’étaient pas pleinement remplies, Zelensky n’a pas eu d’autre choix que de plier comme avec la signature de la formule Steinmeier.

Il faut croire que Zelensky a absolument besoin de cette réunion avec son homologue russe. La question est de savoir si c’est juste pour un coup de communication, ou si c’est pour présenter à Vladimir Poutine, Angela Merkel et Emmanuel Macron son fameux scénario chypriote.

Je serais sur place à Petrovskoye le 4 novembre pour faire un reportage sur le lancement du processus de désengagement, en espérant qu’il se passe aussi bien que celui de Zolotoye. Si c’est le cas, la date pour la réunion au Format Normandie devrait être ensuite rapidement annoncée et nous saurons alors une fois la réunion terminée quel était le but réel de Zelensky derrière tout ce cirque.

Christelle Néant

TelegramSuivez Donbass Insider sur Telegram pour ne jamais rater un article