Le patriarche Philarète veut exproprier l’Église orthodoxe ukrainienne du Patriarcat de Moscou s’il obtient une Église autocéphale

Philarète bénit Secteur DroitIl y a à peine 10 jours en arrière, je dénonçais les risques de guerre de religion en Ukraine si le patriarche œcuménique de Constantinople accordait à Porochenko une église orthodoxe autocéphale.

Suite à la traduction en russe et en grec de mon article, la machine de propagande ukrainienne s’est affolée, et a pondu plusieurs articles en russe et en anglais dénonçant mon article comme une fake news, et disant qu’il n’y avait pas d’agressions ni d’expropriation par la force des temples, chapelles et laures de l’Église orthodoxe ukrainienne du Patriarcat de Moscou (UOC-MP) au profit de l’Église orthodoxe ukrainienne du Patriarcat de Kiev (UOC-KP), sans parler des attaques ad-hominem délirantes sur ma personne.

Cet article publié par le journal La Croix en 2014 (qui peut difficilement être qualifié de journal pro-Poutine), dit pourtant le contraire de ce qu’affirment ces journaux ukrainiens.

Et une semaine à peine après cette levée de boucliers de la part des médias ukrainiens, voilà que leur propagande leur revient dans la figure, tel un boomerang, ou une tarte à la crème jetée négligemment en l’air, grâce au Patriarche de l’UOC-KP, Philarète, en personne.

Ce dernier a accordé une interview à la chaîne de télévision ukrainienne Priamiy (« Direct »), lors de laquelle ses propos ne laissent aucun doute sur ce qui va se passer si le Patriarche Bartholomée accède à la demande de Porochenko et de l’UOC-KP.

Voilà ce qu’il y déclare :

« Il n’y a pas de propriété du Patriarcat de Moscou en Ukraine. Les propriétés de l’Église en Ukraine sont celle de l’Église ukrainienne. Prenons par exemple la laure de Kiev-Petchersk, et la laure de Potchaïv, à qui appartiennent-elles ? C’est la propriété de l’État ukrainien, et l’État a transféré ses possessions pour l’usage de l’Église [orthodoxe] ukrainienne du Patriarcat de Moscou, mais lorsqu’il y aura une Église ukrainienne reconnue, les laures – la première, et la seconde – seront transférées à l’Église ukrainienne [autocéphale]. »

Il poursuit ensuite en disant que cela se justifierait par le fait que les églises appartiendraient aux paroissiens qui les ont construites avec leur argent et pas à la Russie.

Avant ses paroles sur l’expropriation future de l’UOC-MP, Philarète n’a pas caché que le but du Patriarcat de Kiev était de s’agrandir, ce qui implique de le faire aux dépens d’une autre Église, c’est-à-dire en clair aux dépens du Patriarcat de Moscou (qui dispose officiellement du plus grand nombre de paroissiens en Ukraine, estimé à 35 millions de fidèles, de quoi aiguiser les appétits de l’UOC-KP).

« Tout d’abord notre but est d’agrandir le Patriarcat de Kiev. Et le Seigneur lui-même nous aide en cela. Comment ? En provoquant la guerre [du Donbass]. Et cette guerre contribue à la croissance du Patriarcat de Kiev. Comment ? Les gens voit qui protège l’État ukrainien, la terre ukrainienne, le Patriarcat de Kiev ou celui de Moscou ? Kiev protège [l’Ukraine] et Moscou protège l’agresseur, » a-t-il déclaré.

Quel genre de Patriarche est-ce là, qui vante une guerre civile qui a fait des dizaines de milliers de victimes (même si lui l’attribue à l’agression imaginaire de la Russie ce qui n’a rien d’étonnant vu les sympathies de ce Patriarche pour les néo-nazis ukrainiens) comme moyen pour son Église de s’agrandir aux dépens d’une autre ? Quel chef spirituel est-ce là ?

Ses propos tiennent de la pire bassesse politicienne, et dénotent un cynisme qui confine à l’immonde. Pour Philarète, les civils du Donbass sont juste bons à mourir pour qu’il puisse poursuivre son opération de propagande russophobe avec Porochenko et les néo-nazis ukrainiens et grappiller ainsi petit à petit des paroissiens aux dépens de l’UOC-MP.

Ses paroles ont été commentées par le chef du service de presse de l’UOC-MP, Vassili Anissimov.

« Philarète, excommunié par l’Église pour de nombreux crimes religieux, ne peut disposer que des propriétés qu’ils, les schismatiques, ont créées eux-mêmes – par exemple, un temple construit quelque part – et personne, de fait, ne le revendique, » a-t-il déclaré.

Anissimov a aussi souligné que pendant les répressions de l’époque soviétique, une part significative de la propriété de l’UOC-MP avait été saisie, et qu’elle n’avait pas encore été rendue. Mais l’UOC-KP n’existant pas à l’époque soviétique, aucune de ses propriétés n’avait été prise et aucun de leurs prêtres n’avait été arrêté.

Dans les années 1990, l’Ukraine avait reçu du Conseil de l’Europe l’obligation de procéder à la restitution des biens, ou de fournir une compensation. Mais l’Ukraine ne s’est jamais pliée à cette obligation.

« Chaque propriété a sa propre histoire, c’est un terme légal, et tout le monde sait que si votre maison a été saisie, et vous avez été abattu, alors cette maison doit être rendue à votre fils, mais pas à n’importe qui souhaitant la récupérer. Et vraiment qu’est-ce que l’autocéphalie vient faire ici ? » – a déclaré Anissimov.

Il a poursuivi en citant l’exemple des États baltes, de la Pologne, de la République Tchèque et de la Russie, où les autorités ont rendu et rendent encore à l’Église les propriétés saisies, souvent après rénovation. Pour autant, Anissimov a déclaré que l’UOC-MP n’abandonnerait même pas les propriétés en ruine, avant de conclure que « les déclarations de Philarète sont absolument absurdes et ridicules d’un point de vue légal ».

Je passerai sur les tentatives de Philarète de réécrire l’histoire étatique et religieuse de l’Ukraine et de la Russie, pour essayer de légitimer ses revendications, en tentant de faire croire que l’Ukraine existait avant la Russie, et que donc Kiev est plus légitime que Moscou.

Sauf que comme l’a rappelé le président des relations extérieures de l’UOC-MP, Hilarion, l’Ukraine n’existait pas en 988 quand le prince Vladimir a baptisé la Rus, et que cela fait 10 siècles que cet événement est considéré comme le baptême de la Rus et non comme le baptême de l’Ukraine.

Hilarion a d’ailleurs rappelé qu’appliquer les concepts modernes d’États dans cette histoire n’avait pas de sens, car de la Rus de l’époque descendent trois pays actuels : la Russie, l’Ukraine et la Biélorussie, et que cela se reflète dans le fait que ces trois nations sont unies par une seule et même Église orthodoxe russe.

Il a aussi fait part de ses inquiétudes sur la suite des événements alors que le Patriarche Bartholomée a indiqué le 27 juillet qu’il pourrait accorder une Église autocéphale à Kiev.

« Maintenant ils veulent [l’Église autocéphale] d’une manière tellement violente, en fait, via l’élimination de l’Église canonique, qui est l’Église de la majorité, d’usurper ses propriétés, ses monastères et ses prêtres, » a-t-il conclu.

Mais à part ça d’après la presse ukrainienne il n’y a pas de risque de guerre de religion en Ukraine… La prochaine fois que ces médias voudront dénoncer des « fakes news », qu’ils s’assurent que personne dans leurs propres rangs ne viendra contredire leurs affirmations péremptoires, cela leur évitera de passer pour des idiots et de se noyer dans le ridicule.

Il est surtout temps que le Patriarche Bartholomée cesse de vouloir faire plaisir à Kiev en dépit du bon sens, et au risque de provoquer des affrontements violents entre les partisans de l’UOC-KP et ceux de l’UOC-MP. Il y a déjà bien assez de sang versé en Ukraine depuis le Maïdan, il n’est nul besoin d’en rajouter pour des histoires qui tiennent bien plus de la politique de bas étage que de religion et de spiritualité.

Christelle Néant

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)

La volonté de Porochenko d’obtenir une Église orthodoxe autocéphale risque de provoquer une guerre de religion en Ukraine

Guerre de religion orthodoxeDepuis le Maïdan, l’Ukraine se divise sur ses lignes de fractures historiques, le plus souvent ethniques et linguistiques. Mais il en est une autre souvent négligée : la ligne de fracture religieuse.

Depuis le Maïdan, l’Église orthodoxe ukrainienne du Patriarcat de Kiev (UOC-KP, église schismatique créée en 1992 et non reconnue par les autres églises orthodoxes) essaye de plus en plus de récupérer fidèles et temples de l’Église orthodoxe ukrainienne du Patriarcat de Moscou (UOC-MP, qui est reconnue par les autres églises orthodoxes).

Des incidents et agressions physiques ont régulièrement lieu contre les fidèles et les lieux de cultes de l’UOC-MP (23 églises de l’UOC-MP ont été vandalisées en 2017, et 2018 va sûrement battre un record), et les appels à saisir par la force les églises ou à tirer sur les prêtres (parce qu’ils seraient soi-disant des agents du Kremlin) se multiplient.

Dans ce contexte, l’insistance du président ukrainien, Petro Porochenko, auprès du Patriarche de Constantinople pour obtenir une église orthodoxe autocéphale officielle a de quoi inquiéter au plus haut point. Car des analystes politiques aux officiels de la RPD tous sont d’accord sur l’issue d’une telle décision : une guerre de religion généralisée en Ukraine.

Pourquoi cela devrait-il forcément déboucher sur une conséquence aussi tragique ? Tout simplement parce qu’il a déjà été déclaré en Ukraine, que dès l’obtention de cette église autocéphale officielle, cette dernière s’appropriera tous les lieux de culte appartenant actuellement à l’UOC-MP.

C’est ce qu’a rappelé le politologue Rosticlav Ichtchenko dans un article sur la façon dont Porochenko pourrait provoquer une escalade de la situation en Ukraine pour faire annuler les élections et garder ainsi sa tête.

« Porochenko n’a pas perdu l’espoir de recevoir l’autocéphalie – mais il n’est pas clair pour qui – des mains du patriarcat de Constantinople. Cela fera immédiatement exploser la situation religieuse dans le pays, puisqu’il a déjà été déclaré qu’immédiatement après l’obtention de l’autocéphalie, les schismatiques qui seraient ainsi légalisés commenceront à exproprier pas seulement certains temples de l’Église orthodoxe ukrainienne du Patriarcat de Moscou, mais tous ses monastères – y compris les lavras, les temples, les paroisses et les communautés. Comme il n’y a aucune garantie que Fener [le Patriarcat de Constantinople] se risquera à attirer la colère de Moscou dans les conditions actuelles, Porochenko prépare une option de rechange – déclarer la création de l’église locale ukrainienne par le biais d’un acte d’État (avec les mêmes conséquences) », a ainsi écrit Ichtchenko

Il semble que le risque de la création d’une église autocéphale par acte d’État soit assez important pour inquiéter les autorités de la République Populaire de Donetsk (RPD), qui se sont exprimées à ce sujet aujourd’hui.

Le premier à s’exprimer fut le chef de l’État, Alexandre Zakhartchenko, qui a déclaré sans ménagement ce matin, que la création d’une Église autocéphale en Ukraine mènerait à une guerre de religion.

« Maintenant, les autorités de Kiev essaient de créer une nouvelle Église locale et pour cela, elles demandent l’autorisation du Patriarche œcuménique. Je suis extrêmement opposé à cette situation, car la création d’une nouvelle église orthodoxe locale conduira à une guerre de religion », a déclaré Alexandre Zakhartchenko.
Il a ajouté que si cela se produit, Petro Porochenko aura alors sur la conscience un terrible bain de sang.

« Je veux demander au Patriarche Bartholomée de Constantinople de ne pas permettre que des guerres de sang et de religion soient déclenchées, de ne pas permettre à l’Ukraine et aux diplomates américains de s’ingérer dans les affaires religieuses », a ajouté le chef de l’État.

Il a été rejoint dans ses déclarations par le président et pore-parole du Conseil Populaire (parlement) de la RPD, Denis Pouchiline, qui a déclaré que le désir de Porochenko pour une Église autocéphale démontrait que Kiev voulait l’effondrement total du pays.

« Porochenko, promettant aux citoyens la soi-disant Église orthodoxe locale unifiée ukrainienne, prônant la séparation du Patriarcat de Moscou, cédant ainsi au nationalisme ukrainien, conduit consciemment et de façon constante à l’incitation au conflit dans le pays pour des motifs religieux. En particulier, les actions cyniques de division des autorités ukrainiennes ont lieu à la veille du 1030e anniversaire du baptême de la Rus. Au lieu de l’unité spirituelle des Slaves, Kiev démontre le renforcement de la politique d’effondrement du pays », a déclaré Denis Pouchiline.

Pour lui, le but est de semer la division et la discorde entre les croyants orthodoxes du pays, d’aggraver la situation interne du pays et de rompre encore plus les relations avec la Russie. Denis Pouchiline a appelé les croyants à ne pas se laisser piéger et à résister à ces tentatives de schisme.

Des craintes justifiées au vu de l’actualité. En effet, alors que se prépare le 1030e anniversaire du baptême de la Rus (qui deviendra plus tard la Russie), les services secrets ukrainiens font tout ce qu’ils peuvent pour empêcher l’organisation d’une procession de l’Église orthodoxe ukrainienne du Patriarcat de Moscou qui doit avoir lieu à Kiev le 27 juillet.

Pour cela, ils tentent d’empêcher les fidèles d’accéder à la capitale en faisant pression sur les compagnies de bus pour qu’elles refusent d’emmener les membres de l’UOC-MP dans le centre de Kiev ce jour-là.

Toute tentative par le diocèse de louer des bus ou même des mini-bus se heurte à un refus. Les interlocuteurs justifient ce dernier par le fait de ne pas vouloir avoir des ennuis avec les services secrets. La situation est identique dans d’autres grandes villes comme Rovno, Kherson, Tcherkassy et Soumy.

Censure, pressions, menaces, agressions, expropriations de force, voilà les méthodes employées par cette Église orthodoxe ukrainienne du Patriarcat de Kiev ! Des méthodes qui en disent long sur le message véhiculé par cette Église dont le Patriarche a béni à plusieurs reprises des criminels de guerre et des néo-nazis ukrainiens.

Il est temps que le Patriarcat de Constantinople s’exprime clairement et dénonce cette Église schismatique dont les méthodes sont une honte et l’antithèse de ce qu’est l’orthodoxie.

Christelle Néant

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)

Des partisans du Patriarcat de Kiev s’emparent d’une autre église du Patriarcat de Moscou

église orthodoxeDes représentants de l’Église orthodoxe ukrainienne du Patriarcat de Kiev non reconnue (UOC-KP) ont saisi un temple appartenant à l’Église orthodoxe ukrainienne du Patriarcat de Moscou (UOC-MP) dans le village de Ptichya dans la région de Rovno. Cela a été rapporté mardi par le service de presse du diocèse de Rovno.

« Nous sommes tristes d’apprendre qu’après la levée officielle de la saisie de l’église de la Sainte Dormition dans le village de Ptichya, dans le district de Doubensky, le soir du 2 avril, les partisans du Patriarcat de Kiev se sont emparés de l’église par la force », dit le rapport. « Vers 23 h 50, des voitures avec des combattants d’Aïdar et d’Azov [bataillons néo-nazis] sont arrivés à l’église et avec leur aide, les partisans ont, en quelques minutes, poussé les représentants de la communauté de l’UOC-MP hors du temple, en les menaçant avec des armes. »

Selon le diocèse, deux escadrons de police étaient de service sur les lieux, mais ils ne sont pas intervenus pour empêcher cette expropriation sauvage.

Depuis le coup d’État de 2014 en Ukraine, la confrontation entre l’Église orthodoxe ukrainienne du Patriarche de Moscou et les schismatiques du Patriarcat de Kiev, qui sont soutenus par des nationalistes radicaux, s’est intensifiée dans le pays. Les attaques contre les représentants de l’UOC-MP, ainsi que les profanations et les tentatives de destruction des églises du Patriarcat de Moscou sont devenues régulières.

Ainsi, depuis le début de 2018, il a déjà eu plus de dix cas de ce genre. Les temples des régions d’Odessa, de Soumy, de Kirovograd et de la capitale ukrainienne ont souffert de l’action de ces vandales.

Agence DONi News / Traduction par Christelle Néant

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)