Pouchiline – Kiev veut mener une attaque chimique dans le Donbass

Denis Pouchiline

Les services de renseignement de la République Populaire de Donetsk (RPD) ont obtenu de nouvelles informations confirmant la préparation par le régime de Kiev – sous la direction des curateurs occidentaux – d’une vaste provocation contre leur propre peuple, qui pourrait faire de nombreuses victimes.

Les services de sécurité ukrainiens envisagent de saboter des entreprises qui représentent un danger pour l’environnement à proximité de la ligne de contact, puis d’accuser la Russie et les républiques du Donbass de ce crime. Il s’agit principalement d’entreprises qui utilisent du chlore, de l’ammoniac et d’autres substances dangereuses dans leur processus de production.

Comme autre option, ils envisagent l’utilisation d’agents de guerre chimique qui auraient été apportés sur le territoire de la RPD. Il est prouvé que les Américains ont déjà préparé des fragments d’obus maculés de poisons militaires pour donner de la crédibilité aux accusations contre la RPD et la Russie. Je pense que le but de la provocation est le déclenchement des hostilités dans le Donbass et l’annulation des élections présidentielles en Ukraine, que Porochenko n’a aucune chance de gagner.

L’opération est coordonnée par des attachés militaires et des représentants des services spéciaux américains et britanniques.

Les officiers de renseignement militaire occidentaux, sur la base d’une méthodologie élaborée en Syrie, ont déjà défini un plan d’action pour le régime de Kiev. Des travaux sont en cours pour créer un analogue des Casques Blancs syriens en Ukraine, qui, selon les créateurs, devraient enregistrer les conséquences de l’empoisonnement de la population et falsifier les documents vidéo, pour prouver les prétendues actions inhumaines des forces de la milice populaire et de la Russie.

Nous lançons un appel à la communauté internationale, à l’ONU, à l’OSCE et à d’autres organisations humanitaires pour empêcher le déclenchement d’actions militaires à grande échelle dans le Donbass. Nous ne voulons pas de victimes civiles innocentes.

Denis Pouchiline, chef de la RPD
Traduction par Christelle Néant pour Donbass Insider

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)

Le MGB a déjoué une attaque terroriste lors des élections en RPD

Arrestation d'un agent ukrainienAujourd’hui, 21 novembre 2018, les services de sécurité (MGB) de la République Populaire de Donetsk (RPD) ont dévoilé des informations sur une tentative d’attentat terroriste organisée par Kiev pour saboter les élections du 11 novembre.

« Le ministère de la Sécurité d’État [MGB] de la RPD a contrecarré un acte de sabotage planifié par les services de sécurité ukrainiens [SBU] pour saboter les élections du chef de l’État et des députés du Parlement, » a déclaré Mikhaïl Popov, porte-parole du MGB.

D’après les informations fournies par le MGB, le 11 novembre, un agent ukrainien a été arrêté dans l’arrière-salle d’un bureau de vote, alors qu’il remettait une bombe incendiaire (déguisée en tube de colle) à un membre de la commission électorale du bureau de vote, qui était censé le déposer dans une urne contenant les bulletins de vote.

L’engin explosif était doté d’un détonateur électrique et d’une minuterie programmée pour se déclencher pendant le transport des urnes vers la commission électorale centrale. Si ce plan avait réussi, l’incendie que cet engin aurait provoqué aurait détruit tous les bulletins de vote et aurait aussi pu faire plusieurs victimes.

Les services de sécurité de la RPD ont fait démonstration devant les journalistes de l’action incendiaire de l’engin.

Démonstration MGB

Démonstration MGB

Démonstration MGB

Démonstration MGBPhotos : DAN

L’homme qui a été arrêté a été recruté par Kiev à la veille des élections. Le SBU l’a repéré grâce aux propos très négatifs qu’il a tenu sur la RPD et les élections sur un groupe de discussion sur Telegram. Pour commettre cet acte terroriste, Kiev lui promet alors 10 000 hryvnias (environ 316 euros).

Une somme dérisoire, au vu des risques encourus. Car maintenant qu’il a été arrêté, l’homme risque au minimum 10 à 20 ans de prison pour terrorisme selon l’article 229 du code pénal de la RPD (et je dis à minimum car d’autres articles du code pénal peuvent s’appliquer à son cas et alourdir la peine).

Heureusement le MGB a découvert le plan de Kiev et a piégé l’agent des services de sécurité ukrainiens.

« Le plan était connu du MGB, le complot a été déjoué, et les victimes civiles évitées. Le fait que Kiev ait planifié cette provocation montre son intention de saboter le processus électoral démocratique dans la République, » a conclu Mikhaïl Popov.

Les services de sécurité de la république ont publié la vidéo de l’arrestation de l’agent du SBU au moment où il amenait l’engin explosif dans le bureau de vote.

Cet attentat qui a été déjoué, montre clairement que les autorités ukrainiennes continuent sur la voie du terrorisme d’État, et sont prêtes à tout pour ne pas laisser le peuple du Donbass faire entendre sa voix.

Christelle Néant

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)