Aggravation de la situation dans le Donbass : 21 violations du cessez-le-feu et trois maisons endommagées en RPD, une école touchée en RPL

Mortier ukrainienSuite à l’assassinat du chef de la République Populaire de Donetsk (RPD), Alexandre Zakhartchenko, l’armée ukrainienne a brutalement augmenté le nombre de ses violations du cessez-le-feu et des munitions tirées contre le territoire de la république.

Depuis le 5 septembre, le nombre de violations quotidiennes du cessez-le-feu par l’armée ukrainienne ne descend plus en dessous de 13, et continue de monter. Durant les dernières 24 h, les soldats ukrainiens ont ainsi violé le cessez-le-feu à 21 reprises, tirant 174 munitions d’un calibre supérieur à 12,7 mm, dont 18 obus de mortier de 120 mm et huit obus de mortier de 82 mm.

Évolution du nombre de violations du cessez-le-feu de l’armée ukrainienne contre la RPD :

Violations du cessez-le-feu par les FAU

Suite à ces tirs, trois maisons ont été endommagées en RPD : deux à Kominternovo et une à Oktiabr dans le Sud de la république. Le 6 septembre, c’est 11 maisons qui avaient été endommagées à Kominternovo et une à Gorlovka. Ces tirs n’ont heureusement pas fait de victimes civiles, mais si cette tendance à l’aggravation se poursuit, le bilan pourrait devenir bien plus grave.

Surtout qu’en République Populaire de Lougansk (RPL), ce n’est pas seulement sur les maisons, mais aussi sur l’école du village de Zolotoye-5, situé près de la ligne de front, que l’armée ukrainienne a tiré ce matin à coup de lance-roquettes antichars, de mitrailleuse lourde et d’armes légères. Les enfants ont été évacués, et heureusement aucun n’a été touché. Mais ce tir délibéré contre une école de la part de l’armée ukrainienne, vient rejoindre la longue liste des crimes de guerre de l’Ukraine, sur lesquels Paris et Berlin ferment les yeux.

Cette nouvelle escalade, consécutive à la mort du chef de l’État a lieu sur fond de visite de l’attaché militaire américain en Ukraine, Paul Schmitt, aux quartiers généraux des 128e et 36e brigades, qui sont stationnées près de Marioupol. Cette visite prévue demain, 12 septembre, aurait pour but de vérifier l’état de préparation de ces unités pour l’offensive qui devrait être lancée à partir du 14 septembre, d’après les informations obtenues par les services de renseignement de la RPD.

Des instructeurs de l’OTAN se trouveraient déjà sur les positions de l’armée ukrainienne situées près de Marioupol, et 12 officiers étrangers sont attendus en renfort au quartier général de la 128e brigade d’assaut de montagne.

Et ce n’est pas la diplomatie qui risque d’arrêter cette escalade dangereuse, puisque les réunions au Format Normandie sont suspendues sine-die, suite à l’assassinat d’Alexandre Zakhartchenko.

Pour Alexeï Tchesnakov, directeur du Centre de la Conjoncture Politique, il ne faut pas escompter une nouvelle réunion avant que l’enquête sur cet attentat terroriste ne soit terminée.

« Il sera difficile pour le Format Normandie de se réunir pleinement avant l’achèvement de l’enquête sur le meurtre de Zakhartchenko », a déclaré Tchesnakov. « J’ai du mal à l’imaginer. »

Il a ajouté qu’une réunion au Format Normandie était d’autant moins probable qu’il est fort possible que l’Ukraine ne vote pas l’extension de la loi sur le statut spécial du Donbass.

« Enfin, les décisions prises lors de la réunion précédente doivent être mises en œuvre avant qu’une nouvelle réunion n’ait lieu », a déclaré le politologue à TASS. « Lors de la précédente réunion à Berlin en 2016, il avait été décidé de confirmer la « formule Steinmeier » et d’assurer le désengagement des forces sur trois points de la ligne de contact. Aucune de ces décisions n’a été mise en œuvre. Quel est l’intérêt d’avoir une autre réunion ? Pour prendre de nouvelles décisions que l’Ukraine ignorera ? »

Dans le même temps, les réunions entre l’assistant du président russe, Vladislav Sourkov et le représentant spécial du département d’État américain pour l’Ukraine Kurt Volker sont aussi au point mort.

« Actuellement, en raison de l’incohérence de la partie américaine, les échanges sont léthargiques et rien n’indique qu’un compromis puisse être trouvé. Selon moi, les négociateurs n’ont encore rien à dire », a conclu Tchesnakov.

Si l’Ukraine tente ce coup de poker et lance une grande offensive contre les deux républiques populaires, cela pourrait se finir, comme après l’attaque de la Géorgie contre l’Ossétie du Sud, par la reconnaissance de la RPD et de la RPL par la Russie. Un point de vue que je partage avec monsieur Tchesnakov.

« J‘espère que j’ai tort, mais je suis sûr qu’à un moment donné, Kiev pourrait se lancer dans une invasion massive du territoire contrôlé par les milices populaires. Premièrement, ses patrons à l’étranger incitent activement l’Ukraine à prendre de telles mesures. Deuxièmement, il y a assez de fous en Ukraine.

Ils sont encouragés à suivre l’exemple de la Croatie, qui autrefois a conquis par la force des zones rebelles serbes. Soit dit en passant, au cours de ces événements, les Croates ont tué non seulement des Serbes, mais aussi des employés du contingent de l’ONU.

Si cela se produit, le nombre de victimes sera beaucoup plus élevé que lors de la guerre en Ukraine de 2014. Mais la solution croate ne fonctionnera pas. Comme en 2014, l’Ukraine sera certainement contrainte à la paix. Et encore une fois, ils lui mettront les accords de Minsk sous le nez, ce qui serait une bonne chose pour Kiev, car cela pourrait aussi amener la Russie à reconnaître la RPD et la RPL, comme ce fut le cas pour l’Ossétie du Sud et pour l’Abkhazie après la décision téméraire de Saakachvili » a affirmé le politologue.

Cette éventuelle reconnaissance des deux républiques est évoquée par de plus en plus d’hommes politiques russes. Ainsi, après la déclaration en ce sens de Kazbek Taïssaev lors des funérailles d’Alexandre Zakhartchenko, c’est le président du parti communiste russe, Guennadi Ziouganov, qui a appelé Vladimir Poutine à reconnaître les deux républiques populaires.

« En ce qui concerne le Donbass, à la place du président je l’aurais intégré (au sein de la Russie – NDLR) immédiatement, immédiatement. D’abord, reconnaissons la République de Donetsk, la République de Lougansk, comme cela a été le cas en Ossétie du Sud et en Abkhazie en son temps. Ce banditisme [ukrainien NDLR] s’arrêtera très rapidement », a déclaré monsieur Ziouganov.

Si jusqu’ici la Russie s’est refusée à cette extrémité à cause de ses relations historiques privilégiées avec l’Ukraine, elle pourrait y être poussée par plusieurs facteurs :

1) Si Kiev brise le traité d’amitié et de coopération entre la Russie et l’Ukraine, qui définit les frontières entre les deux pays,

2) Si l’armée ukrainienne attaque la RPD ou la RPL à grande échelle, comme l’armée géorgienne l’avait fait contre l’Ossétie du Sud.

Il faut ajouter un point important à prendre en compte, et qui risque de peser lourdement dans la balance : les méthodes terroristes de Kiev, qui sont utilisées non seulement contre la population et les dirigeants du Donbass sur le territoire des deux républiques, mais aussi sur le territoire russe.

L’envoi officiel du FSB en RPD pour enquêter sur la mort de Zakhartchenko au titre de la lutte contre le terrorisme international est lourd de sens. Si on ajoute l’arrestation récente d’un membre de Daech à Smolensk par le FSB, qui a avoué avoir été envoyé là par le SBU (services de sécurité ukrainiens) et Secteur Droit pour assassiner des commandants de la RPD et de la RPL, il semble que les relations entre la Russie et l’Ukraine risquent de se dégrader à vitesse grand V.

Il ne reste qu’à espérer que son plan éventé, et devant les conséquences potentiellement lourdes (la reconnaissance de la RPD et de la RPL) Kiev renonce à ce plan suicidaire.

Christelle Néant

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 1.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)

Rapport de situation hebdomadaire du Donbass (Vidéo) – 1er septembre 2018

Rapport de situation hebdomadaire du DonbassChaque semaine, Christelle Néant de l’agence DONi Press, (en partenariat avec Thom Aldrin d’Éveil Français TV), vous propose une rétrospective (militaire, politique, économique et sociale) en vidéo et en français de la semaine écoulée concernant le Donbass, l’Ukraine et la Russie.

Voici les points abordés lors de ce dernier rapport de situation hebdomadaire effectué par vidéo-conférence le samedi 1er septembre 2018 :

ASSASSINAT D’ALEXANDRE ZAKHARTCHENKO
01’07 » – Informations sur l’attentat qui a coûté la vie au chef de la RPD, réactions de Moscou et risque d’escalade de la situation

SITUATION MILITAIRE
13’17 » – Bilan des bombardements de l’armée ukrainienne lors de la semaine écoulée
14’37 » – Les soldats ukrainiens tirent au missile antichar sur un camion civil et font un mort
17’36 » – La trêve scolaire ensanglantée par des tirs de l’armée ukrainienne contre les civils

SITUATION POLITIQUE
19’34 » – Vladislav Sourkov souligne l’importance de la reconnaissance de la RPD et de la RPL par l’Ossétie du Sud

ÉVOLUTION GÉNÉRALE DE LA SITUATION EN UKRAINE
26’31 » – Kiev veut annuler le traité d’amitié et les liaisons ferroviaires avec la Russie

36’15 » – Conclusion

Voir le rapport de situation complet en vidéo

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)

Funérailles d’Alexandre Zakhartchenko – 200 000 personnes ont fait leurs adieux au chef de l’État assassiné

Funérailles d’Alexandre ZakhartchenkoLe 31 août 2018, un attentat à la bombe coûtait la vie à Alexandre Zakhartchenko, chef de la République Populaire de Donetsk (RPD) et à un de ses gardes, et blessait 12 autres personnes. Aujourd’hui, 2 septembre 2018 avaient lieu ses funérailles à Donetsk.

Dès hier, 1er septembre, les habitants de Donetsk ont commencé à venir se recueillir sur le lieu de l’attentat, déposant icônes, photos et fleurs là où le chef de l’État a été assassiné.

Le bilan initial s’est alourdi en fin de soirée la veille, passant à deux morts et douze blessés. Si Alexandre Timofeyev, ministre des Finances a repris conscience dans les heures qui ont suivi, Natalia Volkova est toujours dans un état critique.

Voir le reportage près du café où a eu lieu l’attentat

Aujourd’hui avait lieu la cérémonie de funérailles publique. Alors que le théâtre n’ouvrait ses portes au public qu’à 9 h, dès 8 h, une file d’attente d’un kilomètre s’étirait dans l’avenue Artioma. En tout c’est près de 200 000 personnes qui sont venues dire adieu au chef de l’État assassiné. Quatre fois le nombre de personnes qui étaient venus aux funérailles des commandants Motorola et Guivi. Des personnes sont même venues d’autres villes de la République (comme Gorlovka et Makeyevka) pour faire leurs adieux.

Il y avait tellement de monde, qu’au lieu des deux heures habituelles, cette fois, les gens ont eu trois heures et demie pour déposer des fleurs et se recueillir devant le cercueil d’Alexandre Zakhartchenko.

Et même ainsi, c’était insuffisant pour permettre à tout le monde de le faire. Beaucoup de personnes ont dû se résoudre à faire passer leurs fleurs de mains en mains jusqu’au théâtre ou à les jeter sur le convoi une fois que celui-ci s’est mis en branle.

Voir la vidéo des funérailles

Parmi les membres du gouvernement de la RPD, étaient présents, entre autre, le nouveau chef de l’État par intérim, Dmitri Trapeznikov, Denis Pouchiline (président du parlement), Vladimir Kononov (ministre de la Défense) et Alexandre Timofeyev, qui est sorti de l’hôpital pour assister aux funérailles.

Des délégations étrangères de plusieurs pays sont aussi venues assister aux funérailles. Étaient présents, entre autre, le chef de la République Populaire de Lougansk (RPL), Léonid Passetchnik, le Président de la République d’Ossétie du Sud, Anatoli Bibilov, le Vice-premier ministre d’Abkhazie, Astamour Ketsba, le chef de la République de Crimée, Sergueï Aksionov, les députés de la Douma russe, Natalia Poklonskaya, Andreÿ Kozenko, et Kazbek Taïsaev, et le chef des Loups de la Nuit (club de motards russes), Alexandre Zaldostanov.

Ces représentants venus de quatre pays n’ont pas tari d’éloges sur Alexandre Zakhartchenko, et plusieurs ont fait des commentaires sur la suite des événements, ou ce qui devrait être fait par la Russie, comme Kazbek Taïsaev.

« Alexandre n’était pas seulement un bon ami et le chef de la République Populaire de Donetsk. Il personnifiait la bannière russe de la paix, la lutte contre le fascisme. Un tel coup, comme celui qui nous a été infligé à tous aujourd’hui, devrait recevoir une réponse adéquate. J’ai pris la parole à plusieurs reprises à la Douma et j’ai proposé de reconnaître les résultats du référendum [de 2014 NDLR]. Je pense qu’il serait juste qu’en mémoire d’Alexandre Vladimirovitch, la Douma vote enfin et reconnaisse les résultats du référendum. Je pense que ce serait le meilleur cadeau qui soit, en mémoire de lui. C’était un grand homme, c’est dur de perdre des amis. Ce qu’il a commencé ici, dans le Donbass, ne restera pas inachevé, » a déclaré le député russe.

Alexandre Zakhartchenko a été enterré avec les honneurs militaires, aux côtés de Motorola et Guivi dans le cimetière du Sud de Donetsk. Frères d’armes du temps de leur vivant, c’est ensemble qu’ils reposeront désormais.

En attendant, cet assassinat a (comme on pouvait le craindre) des conséquences négatives sur le processus de paix dans le Donbass. Alors que Kiev dément être derrière cet assassinat, l’un des députés ukrainiens les plus anti-russes, Igor Mossiytchouk, appelle le gouvernement ukrainien à revendiquer l’attentat (sic).

« [Il faut] dire ouvertement que ce n’est pas le FSB qui neutralise « les terroristes » mais nous-mêmes. On ne mène de dialogue avec « les terroristes » nulle part dans le monde et nous ne le ferons pas non plus. Il a été neutralisé par nos services spéciaux », a-t-il déclaré.

Mossiytchouk a aussi déclaré que les tentatives d’attentat précédentes contre Zakhartchenko avaient aussi été organisées par le SBU (service de sécurité ukrainien), et que le gouvernement ukrainien était lâche de ne pas revendiquer cet assassinat. Et après c’est les gens de la RPD que Kiev traite de terroristes… Je vous laisse juger qui mérite ce qualificatif.

Et pendant que l’armée ukrainienne se renforce à coup de mercenaires étrangers, de volontaires néo-nazis et d’instructeurs américains et canadiens en vue de préparer une offensive dans le Sud de la RPD, la diplomatie a été totalement mise à l’arrêt par cet attentat. Alors qu’une nouvelle date de rencontre au Format Normandie était attendue, Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères a déclaré que suite à l’assassinat de Zakhartchenko, il était impossible d’envisager une telle réunion.

« Dans la situation actuelle, il est impossible de parler de prochaines rencontres au format Normandie, comme le voudraient nos partenaires européens. La situation est grave et il faut l’analyser. Ce dont nous nous occupons à l’heure actuelle », a déclaré monsieur Lavrov.

Cette déclaration est compréhensible lorsqu’on voit le silence des chancelleries occidentales, et surtout de Paris et Berlin concernant cet attentat. Aucune condamnation n’est venue de la part des deux garants occidentaux des accords de Minsk.

Pourquoi chercher à discuter avec des terroristes et leurs soutiens se demande la Russie. Si Paris et Berlin ne jouent pas leur rôle alors il est en effet inutile de continuer à discuter. Or les réunions au Format Normandie sont les seules à avoir permis (parfois) de faire avancer le processus de paix.

Si la France et l’Allemagne ne réagissent pas rapidement, l’escalade de la situation semble inévitable. Et la date du 14 septembre, mentionnée par Édouard Bassourine hier comme date potentielle de la future offensive, correspond au jour où la cour d’appel de Londres rendra son verdict dans le dossier de la dette de 3 milliards de dollars que l’Ukraine doit à la Russie.

Si l’Ukraine est condamnée, quoi de mieux pour glisser cette dette sous le tapis que de relancer la guerre, et prétendre la mener contre la Russie pour ne pas rembourser ?

Le 31 août 2018, ce n’est pas seulement Alexandre Zakhartchenko qui a été tué. Ce jour-là, c’est peut-être les accords de Minsk, et la paix, qui ont été assassinés avec lui…

Christelle Néant

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)

Le chef de la RPD, Alexandre Zakhartchenko, a été assassiné lors d’un attentat terroriste dans le centre de Donetsk

Alexandre ZakhartchenkoAujourd’hui 31 août 2018, vers 17 h 30 une forte explosion s’est faite entendre dans le centre-ville de Donetsk. L’explosion a tué le chef de l’État et grièvement blessé le ministre des Finances, Alexandre Timofeyev.

Un peu avant 17 h 30, une explosion retentit dans le boulevard Pouchkine en plein centre de Donetsk. Les gens se mettent alors à courir depuis la zone où se situe le café « Séparatiste ». C’est là, à l’intérieur même du restaurant que se trouvait l’engin explosif.

En quelques minutes un important cordon policier entoure la zone. Interdiction d’approcher et de filmer. Les journalistes devront attendre plusieurs heures pour recevoir confirmation de l’identité des victimes et obtenir enfin quelques informations.

Seuls les collègues de Rossia 24 ont pu s’approcher de la zone, et faire un bref reportage sur place.

L’attentat a tué le chef de la République Populaire de Donetsk (RPD), Alexandre Zakhartchenko, et grièvement blessé le ministre des Finances, Alexandre Timofeyev, ainsi que dix autres personnes.

Tard dans la soirée, un conseil des ministres réuni en urgences a désigné celui qui remplacera Alexandre Zakhartchenko, en accord avec la constitution de la RPD, à savoir le vice-premier ministre, Dmitri Trapeznikov. L’annonce a été faite par Denis Pouchiline et Dmitri Trapeznikov lui-même.

Juste après que les rumeurs sur la mort du chef de l’État ont commencé à circuler, les troupes ukrainiennes ont été mises en état d’alerte, faisant craindre le lancement d’une offensive (en profitant du vide laissé par la mort du chef de l’État) et laissant à penser que Kiev est derrière cet attentat, qui n’était pas le premier visant Alexandre Zakhartchenko.

L’armée de la RPD se tient en état d’alerte et est prête à repousser toute éventuelle attaque de la part de l’armée ukrainienne.

Denis Pouchiline, président du parlement de la RPD a directement accusé Kiev d’être responsable et promis de leur faire payer, et Édouard Bassourine a accusé les États-Unis d’avoir aidé, voire supervisé cet attentat.

Le MGB (services de sécurité) de la RPD a identifié des personnes soupçonnées d’avoir commis l’attentat, qui aurait été organisé à la demande du SBU. Les opérations d’interpellation des suspects sont en cours.

Le président de la fédération de Russie a exprimé ses condoléances, et le ministère russe des Affaires étrangères a exigé de Kiev de cesser d’utiliser de telles méthodes terroristes pour régler le conflit dans le Donbass, et dit espérer que cela ne provoquera pas une escalade incontrôlable.

« Alexandre Zakhartchenko était un vrai dirigeant pour son peuple, un homme courageux et déterminé et un patriote du Donbass. Il a protégé sa patrie pendant une période difficile, a assumé une grande responsabilité personnelle et a dirigé son peuple.

Le meurtre méprisable d’Alexandre Zakhartchenko est une preuve supplémentaire que ceux qui ont choisi la voie de la terreur, de la violence et de la peur ne veulent pas chercher une solution politique pacifique au conflit ou avoir un véritable dialogue avec la population du sud-est, mais s’épanouissent grâce à la déstabilisation pour mettre à genoux la population de Donbass. Cela n’arrivera pas.

Je crois que les organisateurs et les exécuteurs seront punis pour ce qu’ils ont fait.

Je voudrais exprimer une fois de plus mes condoléances à la famille et aux amis d’Alexandre Zakhartchenko et à tous les habitants du Donbass. La Russie sera toujours à vos côtés », indique le message publié sur le site du Kremlin.

La république a été placée en état d’urgence et les frontières ont été fermées. La rentrée scolaire a été décalée au 4 septembre et un deuil de trois jours a été décrété dans la république.

Ce soir la République Populaire de Donetsk et ses habitants pleurent la mort de leur chef.

Christelle Néant

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)