Nadia Savtchenko arrêtée et accusée d’avoir fomenté un coup d’État et des attentats terroristes – À Kiev le jeu des trônes continue

Nadia SavtchenkoComme je l’avais écrit hier, la Rada a examiné ce matin les demandes du procureur général ukrainien de lever l’immunité parlementaire de Nadia Savtchenko et de permettre son arrestation pour préparation de coup d’État et d’attentats terroristes.

Sans grande surprise, la Rada a voté à une écrasante majorité (291 voix pour, soit environ les 2/3 du parlement) la levée de son immunité parlementaire, ainsi que sa détention (277 voix pour) et son arrestation (268 voix pour, six voix seulement contre).

Nadia Savtchenko a alors été immédiatement arrêtée, sans possibilité de libération sous caution, et le procureur général, Loutsenko, a déclaré que « dans la liste des mesures d’enquête prioritaires à prendre aujourd’hui, l’ordre d’envoyer Savtchenko passer un examen psychiatrique est le numéro huit », avant d’en conclure que « cela répondra à toutes les questions ».

Une position soutenue par le Premier ministre ukrainien, Vladimir Groïsman, qui a déclaré que pour lui toute l’affaire Savtchenko n’était qu’une histoire de santé mentale.

Les autorités de Kiev comptent-elles faire passer Savtchenko pour folle (au risque d’en faire une martyre) après en avoir fait une héroïne nationale ?

D’une manière assez inattendue, c’est d’ailleurs de Russie qu’est venue une critique virulente de ce qui se passe actuellement à Kiev, le sénateur russe, Alexeï Pouchkov qualifiant de « démarche stupide » le retrait de l’immunité parlementaire de Nadia Savtchenko, déclarant que l’Ukraine était en train de transformer son héroïne nationale en martyre nationale avec des accusations que personne ne croira en Occident.

« Juste pour avoir critiqué les autorités ukrainiennes, certes d’une manière très dure et sévère, elle est accusée de projeter de détruire le dôme de la Verkhovna Rada avec des mortiers et de finir les députés restants avec des fusils. Mais aucun politicien occidental sérieux ne croirait à ces absurdités, » a déclaré le sénateur.

D’après Pouchkov, la situation actuelle avec le cas Savtchenko « montre que toute cette révolution du Maïdan était en fait un outil de prise du pouvoir pour un très petit groupe de personnes qui cherchent maintenant à le garder à tout prix ».

Et Pouchkov n’est pas le seul à souligner l’absurdité du scénario décrit par le procureur général ukrainien. Nadia Savtchenko elle aussi n’a pas mâché ses mots pour décrire ce mauvais scénario à la Rambo.

« De manière certaine, le modèle décrit là est absurde. Le bois, dans la Verkhovna Rada, est bien plus solide, il a une structure qui ne peut pas être endommagée par une grenade. Le dôme a une structure en métal, le maximum de dégâts que cela ferait c’est de faire tomber le verre à l’intérieur. Donc faire exploser la totalité de la Verkhovna Rada ou du cabinet des ministres, regardez le monolithe du bâtiment historique, il faudrait amener une grosse quantité de TNT à l’intérieur. Ce sont des blagues, » a-t-elle déclaré.

Le procureur général ukrainien, quant à lui, loin de se démonter devant les incohérences de son scénario en a même rajouté une couche, en déclarant que Rouban et Savtchenko avaient aussi l’intention de tirer sur le cortège du président ukrainien avec un fusil de gros calibre Topaz, produit en République Populaire de Donetsk (RPD), arguant que les munitions (calibre 12,7 mm) de ce fusil pouvaient percer le blindage léger du véhicule présidentiel.

Premier problème : il n’existe pas de fusil Topaz produit en RPD, et la vidéo du fusil qui a été présentée par Loutsenko comme preuve est la vidéo de démonstration du fusil « Donchanka », qui est un fusil de calibre 12,7 mm fabriqué en République Populaire de Donetsk, qui avait été présenté fin 2017, en réponse à l’arrivée des fusils américains Barrett de même calibre côté ukrainien.

D’ailleurs ces derniers circulant actuellement en Ukraine (ainsi que des mitrailleuses lourdes Outios de calibre 12,7 mm elles aussi), pourquoi prendre des risques en allant chercher une arme de même calibre en RPD ? Surtout en sachant qu’il sera facile de retracer l’origine non conventionnelle de l’arme qui est produite uniquement en RPD. Pourquoi ne pas demander aux dirigeants de la république de se dessiner une cible sur le front aussi ? Sans parler du fait de prendre le risque que la nouvelle arme de la république tombe entre les mains ennemies, et puisse être analysée/copiée par Kiev.

De plus, le premier scénario parlant d’attaquer la Rada à coup de mortiers, pourquoi Savtchenko et Rouban auraient-ils opté pour la manière « douce » (c’est-à-dire au fusil de 12,7 mm), avec le risque de rater leur coup, plutôt que d’y aller en mode aussi bourrin que contre le parlement, en utilisant au choix, du lance-roquettes ou du missile antichar ? Là au moins Porochenko n’aurait eu aucune chance d’en réchapper. Et puis quitte à y aller niveau délire accusatoire en mode Rambo, autant ne pas faire ça à moitié, puisque de toute façon les autorités ukrainiennes ont l’air de penser que plus c’est gros plus ça passe ?

En attendant que la lumière soit faite sur cette affaire, à l’heure où j’écris ces lignes, Nadia Savtchenko est interrogée par le SBU en présence d’avocats, et une cour de Kiev devrait statuer sur sa détention préventive demain.

Le jeu des trônes continue et les victimes de ce jeu ignoble continuent de s’amonceler dans l’indifférence de la « communauté internationale » qui fait semblant de ne pas voir ce qui se passe à Kiev.

Christelle Néant

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

Explosion dans le centre de Donetsk – Un blessé et quatre voitures endommagées

Attentat à DonetskUne explosion s’est produite aujourd’hui vers 15 h 00 dans le centre-ville de Donetsk, dans la rue Tcheliouskintsev. Le bruit de la déflagration a été entendu dans tout le centre-ville.

L’explosion a fait un blessé (le propriétaire d’une des voitures touchées), a endommagé quatre voitures et brisé les vitres des appartements alentours.

L’homme blessé a été hospitalisé au centre traumatologique de Donetsk avec une commotion, des blessures importantes aux jambes et aux bras et des blessures par éclats sur tout le corps. Son état a été qualifié par les médecins de moyennement grave, et l’homme est actuellement conscient.

Les représentants des services de secours et de la police sont sur les lieux et sont en train d’enquêter pour savoir ce qui s’est passé.

Police

Il y a entre deux voitures stationnées sur place un cratère qui montre de manière évidente qu’un engin explosif y avait été placé. Cela exclut donc toute hypothèse accidentelle de type explosion de réservoir de GPL.

Cratère laissé par l'engin explosif

Il s’agit donc très certainement d’un attentat, dont les motivations et la cible doivent encore être précisées.

Christelle Néant

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

Des saboteurs ukrainiens tirent sur le ministère de la Défense de la RPD à coup de lance-grenades

Lance grenades

Alors qu’il y a presque un an, la République Populaire de Donetsk (RPD) pleurait la perte d’un de ses commandants les plus célèbres (Givi), tué lors d’un attentat, la république a échappé de peu à la perte de son ministre de la Défense, Vladimir Kononov, surnommé Tsar.

Hier soir, 1er février, à 19 h 24, un groupe de saboteurs ukrainiens a tiré au lance-grenades sur le bâtiment du ministère de la Défense de la RPD à Donetsk. Cet énième attentat visait semble-t-il le ministre de la Défense lui-même.

Le tir a eu lieu au moment où seule une équipe de garde se trouvait dans le bâtiment. Ni le ministre de la Défense, ni le vice-ministre, Sergueï Velikorodny qui était présent n’ont été blessés par le tir. Plusieurs fenêtres ont été brisées et des bureaux endommagés, mais aucune victime n’est heureusement à déplorer.

Après inspection des lieux un engin explosif a aussi été trouvé sur place. Les sapeurs se sont chargés de le désamorcer.

Il y a quelque temps de cela un drone avait été détecté survolant le bâtiment. Les autorités pensent que ce survol est lié à l’attaque et aurait permis de mener une reconnaissance du bâtiment en vue de préparer l’attentat.

Et au vu des faits rapportés par Semion Pegov, un reporter de guerre proche du ministre de la Défense de la RPD, la survie de Vladimir Kononov tient presque du miracle.

Un mois en arrière, ses services de sécurité découvrent un trépied de sniper dans un bâtiment abandonné situé à 1 km à peine du bâtiment du ministère. Depuis ce bâtiment, le sniper pouvait surveiller la fenêtre du bureau de Vladimir Kononov. Au vu de la distance, le sniper ne devait pas être équipé d’un simple SVD (dont la portée est insuffisante) mais d’un fusil de sniper bien plus avancé.

Ce qui avait sauvé Tsar à l’époque était son habitude de garder les rideaux fermés et le fait que son service de sécurité allait régulièrement inspecter les bâtiments avoisinants pour débusquer ce genre d’endroit propice à l’installation d’un sniper.

Après cette découverte, le ministre de la Défense avait alors demandé à mettre en place de nouveaux systèmes de sécurité sur le bâtiment du ministère.

« Il est urgent d’installer des grilles spéciales sur les fenêtres, » avait alors déclaré le ministre à Sergueï Velikorodny, avant de se tourner vers Semion Pegov, qui était présent lors du rapport des services de sécurité, « avec une telle chasse organisée contre moi par les Oukrops, ils pourraient tirer sur le bâtiment avec un lance-grenades ! »

Le journaliste lui avait demandé alors en quoi de telles grilles seraient utiles.

« C’est une technologie spéciale, elles doivent être installées avec un certain angle. Quand elles sont installées selon cet angle, un tir de lance-grenade voit sa trajectoire déviée à l’impact et le projectile expose dehors, plutôt qu’à l’intérieur de la pièce, » lui avait alors répondu Vladimir Konovov.

Les travaux étaient en cours, et la majeure partie du bâtiment avait déjà été sécurisée de cette manière, sauf le côté qui a été visé hier. Il semble que les saboteurs ukrainiens aient tenté le tout pour le tout tant qu’ils pouvaient encore toucher certains bureaux après avoir constaté que bientôt ce genre de tentative serait totalement vaine.

Au vu du contexte militaire, économique et politique en Ukraine, les autorités de la RPD penchent pour un attentat visant à décapiter les forces armées de la république avant une offensive.

Suite à l’attentat les mesures de sécurité ont été renforcées dans la République, et le nombre de patrouilles autour des bâtiments militaires a été augmenté.

Christelle Néant
Photos: Agence DAN et Mikhaïl Andronik

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)