Des saboteurs ukrainiens tirent sur le ministère de la Défense de la RPD à coup de lance-grenades

Lance grenades

Alors qu’il y a presque un an, la République Populaire de Donetsk (RPD) pleurait la perte d’un de ses commandants les plus célèbres (Givi), tué lors d’un attentat, la république a échappé de peu à la perte de son ministre de la Défense, Vladimir Kononov, surnommé Tsar.

Hier soir, 1er février, à 19 h 24, un groupe de saboteurs ukrainiens a tiré au lance-grenades sur le bâtiment du ministère de la Défense de la RPD à Donetsk. Cet énième attentat visait semble-t-il le ministre de la Défense lui-même.

Le tir a eu lieu au moment où seule une équipe de garde se trouvait dans le bâtiment. Ni le ministre de la Défense, ni le vice-ministre, Sergueï Velikorodny qui était présent n’ont été blessés par le tir. Plusieurs fenêtres ont été brisées et des bureaux endommagés, mais aucune victime n’est heureusement à déplorer.

Après inspection des lieux un engin explosif a aussi été trouvé sur place. Les sapeurs se sont chargés de le désamorcer.

Il y a quelque temps de cela un drone avait été détecté survolant le bâtiment. Les autorités pensent que ce survol est lié à l’attaque et aurait permis de mener une reconnaissance du bâtiment en vue de préparer l’attentat.

Et au vu des faits rapportés par Semion Pegov, un reporter de guerre proche du ministre de la Défense de la RPD, la survie de Vladimir Kononov tient presque du miracle.

Un mois en arrière, ses services de sécurité découvrent un trépied de sniper dans un bâtiment abandonné situé à 1 km à peine du bâtiment du ministère. Depuis ce bâtiment, le sniper pouvait surveiller la fenêtre du bureau de Vladimir Kononov. Au vu de la distance, le sniper ne devait pas être équipé d’un simple SVD (dont la portée est insuffisante) mais d’un fusil de sniper bien plus avancé.

Ce qui avait sauvé Tsar à l’époque était son habitude de garder les rideaux fermés et le fait que son service de sécurité allait régulièrement inspecter les bâtiments avoisinants pour débusquer ce genre d’endroit propice à l’installation d’un sniper.

Après cette découverte, le ministre de la Défense avait alors demandé à mettre en place de nouveaux systèmes de sécurité sur le bâtiment du ministère.

« Il est urgent d’installer des grilles spéciales sur les fenêtres, » avait alors déclaré le ministre à Sergueï Velikorodny, avant de se tourner vers Semion Pegov, qui était présent lors du rapport des services de sécurité, « avec une telle chasse organisée contre moi par les Oukrops, ils pourraient tirer sur le bâtiment avec un lance-grenades ! »

Le journaliste lui avait demandé alors en quoi de telles grilles seraient utiles.

« C’est une technologie spéciale, elles doivent être installées avec un certain angle. Quand elles sont installées selon cet angle, un tir de lance-grenade voit sa trajectoire déviée à l’impact et le projectile expose dehors, plutôt qu’à l’intérieur de la pièce, » lui avait alors répondu Vladimir Konovov.

Les travaux étaient en cours, et la majeure partie du bâtiment avait déjà été sécurisée de cette manière, sauf le côté qui a été visé hier. Il semble que les saboteurs ukrainiens aient tenté le tout pour le tout tant qu’ils pouvaient encore toucher certains bureaux après avoir constaté que bientôt ce genre de tentative serait totalement vaine.

Au vu du contexte militaire, économique et politique en Ukraine, les autorités de la RPD penchent pour un attentat visant à décapiter les forces armées de la république avant une offensive.

Suite à l’attentat les mesures de sécurité ont été renforcées dans la République, et le nombre de patrouilles autour des bâtiments militaires a été augmenté.

Christelle Néant
Photos: Agence DAN et Mikhaïl Andronik

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)