URGENT : Le SBU retire Daria Mastikacheva de la liste des prisonniers à échanger à la dernière minute – Daria menace de se suicider

Daria Mastikacheva

Suite à l’article d’hier où j’exprimais mon espoir que l’échange de prisonniers aura bien lieu demain, et que Daria en fera partie, j’ai appris ce matin même que Daria avait été exclue de la liste par le SBU à la dernière minute.

Décidément les services secrets ukrainiens ne perdent pas une occasion de saboter le processus et d’empêcher cette mère innocente de rentrer chez elle, auprès de son compagnon, en Russie.

En apprenant la nouvelle, Daria a écrit à son compagnon Sergueï Sokolov une lettre dans laquelle, exténuée, elle menace de se suicider si elle n’est pas de retour à la maison d’ici le Nouvel An. Ainsi écrit-elle, « le problème se résoudra de lui-même ».

« Je sais que tu es frustré comme je le suis, mais je suis désolée. Si d’ici le 31 je ne sors pas, tu ne pourras plus rien faire. Je n’en peux plus. Pardonne-moi s’il te plaît », a écrit Daria.

Pour rappel, Daria est une maman de 30 ans, qui a été kidnappée, puis torturée par le SBU cet été, afin de lui faire avouer qu’elle travaillerait pour les services secrets russes. En réalité cette arrestation vise à faire pression sur son compagnon Sergueï Sokolov, qui mène des enquêtes très dérangeantes pour les autorité et certaines administrations ukrainiennes.

Suite au dossier écrit sur son cas par Human Rights Watch et la plainte enregistrée contre le SBU pour torture, ce dernier a fait interner Daria pendant deux semaines, la gavant de psychotropes pour essayer de la faire déclarer démente afin que son témoignage contre eux soit déclaré invalide.

Son avocat a réussi à la faire retourner en prison, dans l’espoir que Daria puisse être ajoutée à la liste des prisonniers qui doivent être échangés entre l’Ukraine et les Républiques Populaires de Donetsk et Lougansk (RPD et RPL).

Suite à de nombreuses pressions internationales, Daria avait été ajoutée à la liste, mais le SBU semble décidé à ne pas lâcher sa proie.

J’ai bien sûr réécrit immédiatement à Sahra Wagenknecht, la députée allemande du parti Die Linke, qui avait fait pression sur l’ambassadeur d’Ukraine après ma requête précédente, afin que Daria soit incluse dans la liste des prisonniers à échanger. J’ai aussi réécrit au Commissariat des Droits de l’Homme à l’ONU, à la MSS de l’OSCE, au bureau des Droits de l’Homme de l’OSCE, et au Conseil de l’Europe.

Mais le temps presse, nous n’avons que cette journée pour réussir à remettre Daria sur la liste. Donc j’en appelle à chacun et chacune d’entre vous. Écrivez à ces institutions, écrivez à vos députés européens (leurs e-mails sont accessibles ici) dites leur bien que c’est urgent, et mettez le lien de cet article, afin qu’ils agissent rapidement.

Exemple d’e-mail en anglais :

« Dear Sir, Dear Madam,,

The news I received today are more than bad. We succeeded to obtain that Daria Mastikacheva was included in the list of prisoners to exchange between Ukraine and the DPR and LPR.

But, the SBU has removed Daria from the list in last minute (see here in Russian on Life and in French on DONi).

The exchange should occur tomorrow. Could you please insist on the Ukrainian authorities to reverse this removal? It is really urgent.

Daria threatens to commit suicide if she is not freed before the New Year.

Thanking you in advance for your help.

Sincerely yours »

Christelle Néant

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

Daria Mastikacheva appelle à l’aide le Parlement Européen pour faire partie des prisonniers échangés d’ici la fin de l’année

Daria MastikachevaAprès les nouvelles de fin novembre, début décembre, qui étaient très inquiétantes concernant le cas de Daria, les dernières nouvelles semblent un peu plus optimistes.

D’après les dernières informations dont nous disposons, Daria est non seulement toujours en vie, mais elle a quitté l’hôpital psychiatrique où elle avait été placée, et est retournée en prison, grâce aux efforts acharnés de ses avocats.

C’est depuis cette dernière qu’elle a envoyé une lettre destinée au Parlement Européen et aux organisations internationales de défense des droits de l’Homme pour demander leur aide afin qu’elle puisse rentrer chez elle.

Dans cette lettre, Daria énumère toutes les actions illégales que les employés du SBU ont commises envers elle, depuis son kidnapping alors qu’elle se trouvait dans sa voiture, jusqu’aux coups et à la torture qu’elle a subis pour lui faire avouer face à la caméra des crimes qu’elle n’a pas commis. Des aveux sous la contrainte qui ont été utilisés contre elle devant la cour.

Lettre adressée au Parlement Européen

Elle lance aussi un appel aux députés européens afin qu’ils la sauvent.

« Je vous en supplie, sauvez-moi ! J’ai très peur pour ma vie, et celle de ma mère et de mon enfant », écrit-elle dans cette lettre.

Ses avocats et ses proches espère que l’implication des défenseurs des droits de l’Homme, et du Parlement Européen permettra d’obliger Kiev à accepter le fait que le nom de Daria a été ajouté dans la liste des prisonniers qui doivent être échangés avec les Républiques Populaires de Donetsk et de Lougansk (RPD et RPL) d’ici la fin de l’année.

Si cette démarche aboutit, Daria serait rendue à la RPD comme prisonnière de guerre, et pourrait ensuite rentrer en Russie, retrouver son compagnon.

D’après les informations actuellement disponibles, Daria a été incluse dans la liste de prisonniers à échanger entre Kiev et les Républiques Populaires au format 306 contre 74. Mais le SBU compte s’opposer à cette possibilité.

Une crainte qu’a exprimée Daria dans une lettre à la médiatrice des droits de l’Homme de la RPD, Daria Morozova.

Lettre envoyée à Daria Morozova

« Je sais que les employés du SBU vont vous dire que je refuse d’être échangée, et que mon « blanchiment » juridique [c’est-à-dire la levée des accusations] est impossible ou nécessite beaucoup de temps. Ne les croyez pas ! Je veux réellement quitter l’Ukraine et être libre, » écrit-elle dans sa lettre.

Il nous faut, plus que jamais, faire pression sur les élus européens et les organisations de défense des droits de l’Homme afin qu’ils fassent pression sur Kiev, afin que Daria soit incluse dans cette liste et que l’échange ait lieu. Que Daria et 305 autres prisonniers puissent enfin rentrer chez eux.

Écrivez à vos élus européens, la Cour Européenne des Droits de l’Homme, le Haut Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme, et à toutes les instances internationales (OSCE, APCE, UE) qui ont le pouvoir de faire pression sur Kiev.

Écrivez-leur, des dizaines, des centaines d’e-mails (les adresses e-mail ou formulaires de contact en ligne sont disponibles en lien sur chaque institution citée), pour qu’ils agissent. Nous devons faire libérer Daria.

Exemple d’e-mail que vous pouvez envoyer :

Sujet : URGENT – Put pressure on Kiev to include Darya Mastikasheva on prisoners list for exchange

« Dear Sir, Dear Madam,

Darya Mastikasheva, this mother who was kidnapped in Ukraine and tortured by SBU, has a chance to be freed and sent back to her companion.

I want to remind your that her arrest was totally illegal. Even worse, despite the report which was made by HRW (https://www.hrw.org/news/2017/09/15/ukraine-woman-detained-held-incommunicado-tortured), the SBU tried to make her get crazy in order to invalidate her testimony against them (see http://rusvesna.su/news/1512118911).

Now, with the prisoners exchange which should occur between Ukraine and the DPR and LPR, we have a chance to save Darya, by including her to the list of prisoners to exchange.

Please put pressure on Kiev, to force Ukraine to include Darya on the list of prisoners to exchange, and to make this exchange occur, like written in the Minsk agreements!!!

Thanking you in advance.

Sincerely yours. »

Christelle Néant

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)