Pouchiline et Passetchnik élus à la tête de la RPD et de la RPL

Élections en RPDHier, 11 novembre 2018, avaient lieu en République Populaire de Donetsk (RPD) et en République Populaire de Lougansk (RPL) les élections visant à élire les chefs des deux républiques, ainsi que les députés. À l’issue de ce scrutin, les deux chefs par intérim de la RPD et de la RPL ont été élus.

Les élections se sont déroulées dans de bonnes conditions, et aucune irrégularité importante du processus électoral n’a été enregistrée, que ce soit par les commissions électorales de chaque république, ou par les plus de 90 observateurs internationaux qui étaient présents (dont moi-même). Les bureaux de vote ont ouvert de 8 h à 20 h, et n’ont pas désempli tout au long de la journée.

Le taux de participation a été très important : en RPD, 1,6 millions de personnes se sont déplacées pour voter, soit 80,1 % des personnes en âge de voter ; et en RPL, le taux de participation a été de 77 %. De très bons chiffres qui montrent l’enthousiasme de la population.

Un enthousiasme qui se manifestait de manière concrète devant chacun des sept bureaux de vote que j’ai pu visiter tout au long de cette journée en tant qu’observatrice. De Donetsk à Starobechevo, des chants, des danses traditionnelles et des stands où les gens pouvaient acheter de la nourriture et des boissons étaient organisés devant les bureaux de vote, donnant une ambiance festive.

Festivités

Là où les médias occidentaux y voient une chose négative (l’AFP en tête, méritant ainsi sont surnom d’Agence France Propagande), l’ensemble des autres observateurs avec qui j’en ai discuté, s’accordaient à dire que cette ambiance festive était de loin préférable à l’ambiance d’enterrement dans laquelle ont lieu les élections en Europe.

Beaucoup m’ont même dit que l’on devrait s’en inspirer pour rendre les élections plus joyeuses et attractives en occident. Comme l’a souligné un de mes collègues italiens hier, après tout il est plus logique de célébrer l’expression de la voix du peuple (et donc la démocratie), que d’aller voter en traînant les pieds dans une ambiance sinistre.

En tout cas, contrairement à ce qu’a pu raconter l’agence de propagande ukrainienne UNIAN, les files d’attentes dans les bureaux de vote ne faiblissaient pas tout au long de la journée. J’ai visité des bureaux de vote du matin jusqu’au soir, et à aucun moment je n’ai vu de bureaux de vote vides. Il y avait toujours beaucoup de monde, ce qui confirme que le taux de participation annoncé est conforme à la réalité.

File d'attente

File d'attente

Photos : DAN

Les personnes que j’ai interrogées dans les bureaux de vote se disaient enthousiastes de voter, et beaucoup ont souligné que c’était une élection importante pour l’avenir des deux républiques.

Nous avons pu inspecter les urnes, vérifier l’intégrité des scellés et les listes de votants, regarder les bulletins de vote, et interroger les votants et le personnel des bureaux de vote. Tout était absolument conforme et transparent.

Vérification

J’ai pu constater que la répétition des « primaires » de 2016 avait porté ses fruits et permis aux deux républiques de mettre au point des procédures électorales conformes aux standards de l’OSCE, qui ont été appliquées avec succès ce 11 novembre.

La sécurité a bien sûre été renforcée pendant ces élections par crainte d’attentats ou de tentative de saboter ces élections de la part de Kiev.

La presse occidentale n’a pas pu s’empêcher de gloser sur les hommes armés qui surveillaient les bureaux de vote, présentant cela comme une chose menaçante, en oubliant que les dernières élections présidentielles en France se sont déroulées exactement de la même façon, avec des policiers et des gendarmes devant les bureaux de vote, et ce, alors que la France n’est pas en état de guerre, contrairement aux Républiques Populaires de Donetsk et de Lougansk !

Faut-il en conclure que la France est une dictature où les gens vont voter le fusil sur la tempe ? Non bien sûr, en venir à une telle conclusion est tout aussi ridicule dans un cas que dans l’autre, mais cela montre bien le biais cognitif qui affecte les médias occidentaux pour tout ce qui touche de près ou de loin le monde russe.

Ce qui est considéré comme normal et rassurant en France, est jugé comme menaçant en RPD et en RPL. Mais à part ça, d’après les médias occidentaux, ils ne font pas de la propagande…

Le résultat après dépouillement de 97,52 % des bulletins en RPD, donne Denis Pouchiline vainqueur avec 60,9 % des voix, suivi de Roman Khramenkov (14,1 %), Elena Chichkina (9,2 %), Roman Evstifeïev (7,8 %) et Vladimir Medvedev (6,4 %).

Et en RPL, après dépouillement de 96 % des bulletins de vote, Léonid Passetchnik est donné vainqueur avec 68,4 % des voix, suivi d’Oleg Koval (16,57 %), Natalia Sergoun (7,89 %), et Lioudmila Rousnak (5,84 %).

Du point de vue des élections législatives, en RPD le mouvement République de Donetsk a obtenu 74,3 % des voix et Donbass libre 25,7 % après dépouillement de 27,19 % des bulletins de vote. Le décompte se poursuit.

À Lougansk, le mouvement Paix de Lougansk a remporté 74,13 % des suffrages, pendant que l’Union Économique de Lougansk a remporté 25,16 % des voix.

À l’heure où j’écris ces lignes le décompte se poursuit et les chiffres pourraient donc encore changer un peu, mais il y a peu de chances que la tendance indiquée s’inverse.

En RPD ces résultats renforcent la majorité dont disposait le mouvement République de Donetsk au parlement, et confortent Denis Pouchiline dans sa position de chef de l’État. Désormais il n’est plus le chef de la RPD par intérim, mais le chef de la RPD élu par le peuple, et cela fait une énorme différence.

L’assistant du président russe, Vladislav Sourkov a d’ores et déjà félicité les deux vainqueurs, en soulignant que « le haut taux de participation a montré au monde entier que vivent dans le Donbass des gens fiers et intelligents qui croient en eux-mêmes, se défendent avec force et n’acceptent pas la politique stupide des autorités de Kiev ».

Il a aussi exprimé le souhait que les deux chefs d’États nouvellement élus vont faire tout ce qui est en leur pouvoir pour améliorer le niveau de vie de la population et appliquer les obligations internationales des deux républiques.

Hier, 11 novembre 2018, quatre ans et demi après le référendum d’indépendance qui avait vu la naissance de la RPD et de la RPL, la population des deux républiques a réaffirmé avec force son soutien aux autorités des deux républiques et sa volonté de faire entendre sa voix.

Christelle Néant

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

Tentative d’ingérence américaine dans les élections du Donbass

Élections en RPDAlors que les États-Unis sont les premiers à hurler à l’ingérence russe dans toutes les élections possibles et inimaginables pour salir la Russie, voilà qu’ils prouvent au monde entier et de manière publique qu’ils font eux-mêmes ce qu’ils dénoncent chez les autres. Faites ce que je dis mais pas ce que je fais, pourrait définitivement être la devise des États-Unis. Ou quand le double standard devient la norme occidentale.

Tout est parti d’un post publié par l’ambassade américaine à Kiev sur son profil Twitter mercredi :

Tweet

Dont voici la traduction :

« Alors que l’Ukraine prend des mesures positives pour promouvoir la paix, la Russie alimente le conflit en organisant de fausses « élections ». Les résidents de l’est de l’Ukraine devraient boycotter ces « élections », qui ne sont conformes ni aux accords de Minsk ni à la loi ukrainienne. »

[Note : fait amusant le tweet a été écrit en anglais, puis traduit en ukrainien, mais pas en russe, alors que les habitants du Donbass sont dans leur très grande majorité des russophones. Quand on veut faire passer un message, le mieux est de le faire dans la langue natale de la population ciblée, c’est un principe de base de tout bon communicant.]

La première partie de la première phrase pousse déjà à se pincer pour vérifier qu’on est bien réveillé, en tout cas quand on connaît la situation réelle dans le Donbass. Parce que s’il y a bien une chose que l’Ukraine ne fait absolument pas, c’est bien de promouvoir la paix.

Bombardements délibérés des civils (qui ont encore fait une victime en RPL hier), utilisation de drones pour larguer des engins explosifs ou des munitions que ce soit sur les soldats ou sur les civils (voir vidéo ci-dessous), ou encore sabotage complet des négociations qui ont lieu à Minsk. Voilà quelques un des actes de Kiev concernant le Donbass.

Voir la vidéo extraite d’un drone ukrainien abattu par l’armée de la RPD, montrant le moment où il largue sa charge sur une maison civile

Si faire ça, c’est prendre « des mesures positives pour promouvoir la paix », moi, je suis la reine d’Angleterre…

La suite du poste, vole au même niveau stratosphérique de délire, en prétendant que la Russie alimente le conflit en organisant de fausses « élections ». Bon déjà ce n’est pas la Russie qui organise c’est les Républiques Populaires de Donetsk (RPD) et de Lougansk (RPL).

À moins que l’ambassade américaine à Kiev ne considère déjà que la RPD et la RPL font partie de la Russie ? Ce qui peut donner lieu à des interprétations intéressantes.

Ensuite concernant les élections organisées, en quoi seraient-elles de « fausses élections » ? Les candidats ont dû passer par des critères de sélection qui correspondent à ceux fixés par la constitution et les lois des deux républiques, et les gens voteront selon leur choix dans le respect des standards de l’OSCE, et sous surveillance de plus de 90 observateurs étrangers. Donc ce sont des élections totalement légales et « vraies ».

La fin du message, quant à elle, n’est qu’une répétition de la litanie lénifiante avancée par l’Ukraine et ses patrons occidentaux sur le fait que ces élections ne seraient pas conformes aux accords de Minsk et à la loi ukrainienne.

Bon concernant le dernier point c’est logique vu que la RPD et la RPL sont indépendantes de l’Ukraine, donc je ne vois pas en quoi elles devraient se plier à la loi ukrainienne tant que les accords de Minsk ne sont pas appliqués par Kiev. Eh oui. Faut pas mettre la charrue avant les bœufs.

Tant que l’Ukraine n’applique pas les accords de Minsk, elle ne peut pas revendiquer le fait que sa loi doive s’appliquer sur ces territoires. Fin de l’histoire.

Et concernant justement le point des accords de Minsk, j’ai déjà dit dans un précédent article ce qu’il en est du respect de ces accords du point de vue des élections à venir : ces dernières n’enfreignent absolument en rien les accords de Minsk, qui ne parlent de manière claire et indiscutable que des élections locales, c’est-à-dire municipales, et absolument pas des élections devant désigner les députés et le chef de l’État !!! Il faudrait que les employés de l’ambassade américaine à Kiev apprennent à lire avant d’écrire de telles âneries.

Mais le point le plus important et qui a scandalisé les gens dans ce tweet, c’est l’appel au boycott des élections qui se trouve dedans. Ceci s’appelle de l’ingérence dans le processus électoral d’un pays étranger.

Au nom de quoi les États-Unis seraient-ils habilités à dire aux habitants du Donbass ce qu’ils doivent faire ou non ? Le Donbass serait-il devenu par miracle le 51e état des États-Unis ? Pas que je sache aux dernières nouvelles. Merci donc à l’ambassade des États-Unis à Kiev de nous épargner ses « ordres ».

Il serait temps que les États-Unis comprennent une bonne fois pour toute que le Donbass n’est pas le reste de l’Ukraine. Ce n’est pas parce que les autorités ukrainiennes actuelles se plient à tous les desiderata de Washington que le Donbass va faire de même.

Le Donbass a clairement exprimé sa volonté de quitter l’Ukraine, de manière démocratique via un référendum le 11 mai 2014, et il compte bien faire entendre sa voix de nouveau de manière démocratique le 11 novembre 2018 pour élire ses gouvernements et ses parlements.

Le vote est quand même la base de tout système démocratique. Appeler à boycotter des élections c’est manquer totalement de respect pour la démocratie, comme l’a rappelé la ministre des Affaires étrangères de la RPD, Natalia Nikonorova.

« Les élections sont l’institution centrale de la démocratie. C’est pourquoi l’appel au boycott que nous entendons actuellement de la part de l’État qui se considère comme un bastion démocratique est particulièrement impressionnant. Les tentatives visant à appeler la Fédération de Russie à influencer d’une manière ou d’une autre les prochaines élections font également sourciller », a-t-elle rappelé sur le site du ministère des Affaires étrangères.

« Nous voudrions souligner que les républiques décident de manière indépendante de leurs politiques intérieures, y compris la décision d’organiser les élections des chefs de l’État et des parlements. Apparemment, les patrons occidentaux de l’Ukraine s’immiscent ouvertement dans les affaires intérieures des États, habitude dont ils accusent les autres, en oubliant le fait que les acteurs des relations internationales n’appliquent pas tous ce principe douteux de politique étrangère », a-t-elle ajouté avant de conclure en disant que si Kiev et ses patrons avaient des questions concernant les républiques et les élections, il leur suffisait de contacter directement les représentants de la RPD et de la RPL.

Comme on le voit, la mascarade organisée à l’ONU n’a pas suffi à calmer la crise d’hystérie qui s’est emparée de Kiev et de ses patrons occidentaux devant ce qui est l’expression même de la démocratie, de la voix du peuple.

Il faut vraiment que ces gens là soient terrifiés par le fait que le peuple puisse s’exprimer (et par ce que le peuple va exprimer) pour piquer ainsi des crises à rallonge.

Quoi qu’il en soit, dimanche, les habitants de la RPD et de la RPL iront voter pour élire leurs députés et leurs chefs d’État, et redire, une fois de plus, quatre ans et demi après le référendum d’indépendance, que le Donbass est libre, indépendant, et qu’il n’obéit qu’à une seule voix : celle de son peuple.

Christelle Néant

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

Début du vote anticipé en RPD avant les élections du 11 novembre

ElectionsLe vote anticipé a commencé en République Populaire de Donetsk (RPD) mardi, à la veille des élections législatives et du chef de la République du 11 novembre.

Les soldats d’une unité militaire du district de Vorochilovski à Donetsk ont été les premiers à voter. Les bulletins de vote et une urne mobile avaient été livrés dans les locaux de l’unité par des membres de la commission électorale n° 73.

Avant le vote, deux fonctionnaires électoraux vérifient les données du passeport de l’électeur et expliquent la procédure avant de remettre les bulletins de vote. Le troisième représentant de la commission électorale surveille le processus.

Le vote anticipé en RPD se poursuivra jusqu’au 10 novembre. Il a été organisé pour les résidents qui ne pourront pas se rendre aux bureaux de vote le 11 novembre pour des raisons valables comme les miliciens de la RPD, a déclaré la Commission électorale centrale de la RPD.

La RPD élira son parlement et son chef de la République le 11 novembre. L’emplacement des 408 bureaux de vote est disponible sur le site Web de la CEC.

Cinq personnes se présentent à la tête de la République : Denis Pouchiline, Elena Chichkina, Roman Khramenkov, Vladimir Medvedev et Roman Yevstifeyev. Deux mouvements sociaux se disputent des sièges au Parlement : République de Donetsk et Donbass libre.

Source : DAN
Traduction : Christelle Néant

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)