Modifier la France économiquement avec ou sans Macron : impératif vital

Derniers recours ! Baisser les taxes et impôts, réduire les dépenses publiques, réformer l’Etat : urgence vitale !

Appliquer : les primes, les baisses immédiatement pas dans trois mois porter les retraites au minimum de 1200 euros !

En procédant de la sorte, l’équilibre France aura son réel mode de vie.

Propos d’un électeur ayant voté Emmanuel Macron en 2017 : « Vous aviez vu juste, n’ayant pas voté dans le bon son sens » « Le macronisme est un des pires leurres. J’aurais du lire, écouter en procédant à l’analyse profonde » « Je me suis fait avoir. ». Dès janvier 2017, il prend conscience des réalités: « Macron n’est pas un libéral, c’est un étatiste ». La suite confirma et au-delà les dites craintes, sonnant l’Alaï à présent.

Tout un chacun aurait nettement préféré se tromper. Les faits sont là. Il reste quelques probabilités. Un mince espoir de sortir, sauver la France de ses diverses turpitudes. Pour ce faire pas 36 formules. Prendre la bête réelle par les cornes. Indéniable il faut augmenter la pression sur le pouvoir, accumuler, sans oublier surtout d’affûter les réels arguments afin de dénoncer les gaspillages. Les énormes dépenses publiques, la plus que terrible hausse fiscale qui étouffent France et français. Etablissons du concret par des propositions concrètes, tangibles. Dans le but d’abaisser le taux de prélèvement et rendre aux citoyens de France la responsabilité de leur vie.

Les sons des alarmes dès 2017 n’ont cessé de le faire ressentir, le toucher des doigts, de constater le du 15 mois plus de ressources. Le paroxysme est atteint en 2018. Les dits constats révèlent : entre autres, les salaires fabuleux au départ à 6 000 euros nets/mensuel. De la majorité des fonctionnaires de l’Assemblée nationale. Il en va de même pour l’octroi fou du système de primes. La prime de nuit, est aussi accordée aux fonctionnaires qui restent sous leur couette en leur propre demeure. De plus les 10 semaines de congés et encore autres privilèges honteux dont ils jouissent benoîtement grâce à l’argent des payeurs d’impôts. Les montants de pseudos frais de personnel de l’Assemblée de France, sont 240% supérieurs à ceux du Parlement Allemand. Scandaleux, ils veulent du pain « Donnez-leur de la brioche » nous savons ce qu’il en fut par l’histoire. Remise en place de L’ISF augmentation du SMIC la révolte fait plus que gronder, il n’y a aucune léthargie au niveau des vrais contestataires.

Très éloigné de ce monde fonctionnariat de l’Assemblée. 30% de nos agriculteurs gagnent moins de 350 € mensuellement. Alors que comme une volée de sauterelles, les bureaucrates sont censés prendre soin du réel équilibre afin de mettre le fléau en équilibre pour éviter toutes défaveurs. L’équilibre est plus que disproportionné.

Les réalités stupéfiantes, les chiffres à l’inverse de ceux annoncés: Il n’existe face à eux, ni plus ni plus qu’un fonctionnaire pour 20 exploitations. Sauver Le Titanic de la majorité de l’ensemble des agriculteurs de France. La solution est comme le nez au milieu au milieu de la figure. Pardi : « Supprimer des postes de fonctionnaires

Cela provoque un Etat avec des faux « Obélix et Astérix » l’obèse est dans les bandes dessinées efficace, les supercheries coûtent très cher. Au lieu d’aider les Français, ils sont pressés comme un fruit au citron ou orange. Un comble à l’ancien « Obélix tombé dans la potion à la naissance » Le signal, plus hurlant que la sirène du SAMU qui attaque à contre sens la soi-disant « génération dorée » des retraités. Jamais, les retraités du privé n’ont pas été des nantis. Il faut mieux rendre le système équitable. Simplement en supprimant ces avantages. Réglés avec nos impôts, alors que les bénéficiaires sont les retraités du public. Le départ faussé avec la réforme des retraites et un Haut-Commissariat regroupant énarques, hauts fonctionnaires non affectés par le système du privé.

Encore un plus les services publics tels la SNCF? Cette dernière reçoit plus de 13 milliards d’€ de subventions annuelles, accumulant une dette de 50 Milliards d’€ tout confondu : « SNCF réseau et SNCF mobilités ». L’Etat va reprendre cette dette à hauteur de 40 %, tel que l’a annoncé le gouvernement. Encore « un leurre », simple à comprendre ; l’Etat, c’est l’ensemble des contribuables. Soit : « 1 228 € par ménage » Excusez-moi l’on ne paye pas assez d’impôts. Fruit sur le gâteau, ce même contribuable est sommé d’entretenir les privilèges des agents de la SNCF. Le contribuable paye, à chaque retraité de la SNCF, plus de 50% de sa pension. Scabreux, honteux à puissance « » Scandaleux, le mot est faible, pour des nantis qui se gavent, à nos détriments ?

La hausse des tarifs de l’électricité. Je constate que plus de : 52 % de la facture sont des taxes. Directs via les caisses d’Etat, tout comme le carburant où les taxes grimpent à 160 % du prix initial. Qui servent indéniablement en partie à financer les privilèges des agents de L’EDF. Mais oui, ou alors nous sommes tous de faux prétextes ?

E. Macron a forcé l’allure depuis qu’il a pris ses fonctions, essorant le contribuable français. J’ai constaté et dénombré 11 nouveaux impôts ou équivalents depuis juin 2017. « Lien » explicatif.

pour un prélèvement de 11 milliards d’euros au moins. 2019, le gouvernement communique disant qu’il y aura 25 milliards d’euros de prélèvements en moins. En fait, j’en ai trouvé : « 12 de plus, 35Milliards d’€ d’écart »

Les banlieues interdites aux forces de sécurité pilote aux graves débordements des casseurs qui profitent de la colère des gilets jaunes. L’établissement de l’Etat de droit, relève d’une urgence absolue et ne se fera pas sans revoir toutes les dépenses publiques à l’obligation de celles qui doivent impérativement y participer. La France s’étouffe. Le mouvement des « gilets jaunes » le montre bien. Agir auprès des décideurs politiques, les convaincre de changer de cap. Nous devons tous nous y efforcer avec nos moyens, nos compétences. Faisons ce dont sommes capables : « Révéler ces privilèges inadmissibles, mettre à jour ces chiffres indéniables, établir des comparaisons internationales, pour remettre la France sur ses vrais rails »

Le Président de la République n’a ni entendu, ni vu. Les réponses apportées consistent, dans notre pays, à tout lâcher après tout refus, sans rien résoudre. Les pseudos cadeaux de ce jour seront incontestablement les impôts de demain. Aucune économie sur la dépense publique n’est faite, contrairement à ce qui ait constaté.

Proposer les réelles mesures pour libérer l’emploi de trop de contraintes. Rendre plus simple, abaissé à un seul taux les impôts sur le revenu ; sur les bénéfices débarrassés de leur foultitude de niches. Laisser à chacun le soin de s’assurer librement pour sa maladie. De son chômage, sa retraite, que chaque famille puisse avoir un bon scolaire pour chacun de ses enfants à remettre à l’établissement scolaire de son choix. De telles mesures doivent permettre de réduire sensiblement les dépenses publiques et les prélèvements obligatoires et d’affecter les moyens nécessaires au respect de l’Etat de droit. C’est le départ d’une réelle « Démocratie » ou alors rien ! En ouvrant les portes de l’expression par vote au peuple, un devoir plus qu’essentiel.

Le Panda

Patrick Juan

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)

Le mouvement « Gilets-Jaunes » s’étiole. Macron grand Gagnant ?

Revue d’effectifs et des doléances loin d’être exhaustives. Une partie des résultats qui ne promet pas l’engagement de promesses annoncées pour calmer le peuple. La portée aura pour conséquence une déchirure plus massive. Nous voyons les fumées de divers brouillards, sans savoir si le « nucléaire » ne passe les frontières ! Pourtant ce que demandent les français était tout sauf lourd « Lien » les demandes et inexécutions.

Dans lesquelles sont inclus en premier « Les promesses engagées non respectées en ces moments » entre autres, le pouvoir d’achats, les retraites, les pensions d’invalidité, les montants qui devaient être versés avant le 31 décembre 2018. Voir au plus tard début janvier 2019. Impossible pour ceux cités sur un mouvement qui s’enraye, se grippe et l’acte VI est annoncé pour le 22 décembre 2019. Malgré la déception de samedi, des gilets jaunes ces derniers appellent déjà à un acte VI. « Lien » Bon anniversaire Monsieur Le Président, mais il semble à priori que vous marchez sur des doubles œufs jaunes, le peuple dont font partie « Les forces de l’Ordre » Macron ouvre avec prudence le débat sur le référendum citoyen et pour causes, autant la potiche va à l’eau qu’elle se casse ou se fend, non ?

La mobilisation a beau s’essouffler, le noyau dur des gilets jaunes reste déterminé. Après un acte V en forte baisse du 15 décembre, certains internautes n’hésitent pas à appeler déjà à un acte VI pour le 22 voire le 21 décembre. Comme depuis le début de la mobilisation après chaque rassemblement parisien, c’est sur les réseaux sociaux que les choses se passent et que les « événements » se créent. Commissariats fermés, manif en janvier. Après les « gilets jaunes », les policiers veulent faire entendre leur ras-le-bol Lien !

Le syndicat Unité SGP Police FO a mis en garde contre un « acte 1 de la colère des forces de l’ordre », tandis qu’Alliance appelle à une « première journée d’action » à travers la France.

Interrogez à ces sujets la partie qui incombe à la « CAF » cette dernière répond : « matériellement le temps matériel ne nous permet pas en aucune façon de mettre les actions qui nous concerne en marche » Il en va de même pour tous les ministères concernés. Puisque les 100 euros ne correspondront nullement au montant qui seront versés.

Pour certains les dites promesses verront le jour en juin, juillet 2019, pour d’autres ces engagements seront lettres et mots morts. Mais pourquoi ? Que deviennent les paroles, les progressions, les dits actent, qui n’engagent que ceux qui le disent ajoutés à ceux qui veulent bien y croire.

Conditions du «référendum d’initiative citoyenne». A propos c’est quoi le « R.I.C ? « Lien » Emmanuel Macron va réunir, en décembre 2018, des ministres et des acteurs de la société civile afin d’organiser sa « grande concertation nationale » réponse au mouvement des « gilets-jaunes ». Ils ne réclament toutefois pas avant tout de la démocratie participative mais de la démocratie directe à travers le référendum d’initiative citoyenne.

Que cela aille du Président de la République Emmanuel Macron, avec son subalterne : Édouard Philippe. Un gouvernement réparé de rustines comme cela semble avec pertinence être le cas depuis plus de 30 années. Les promesses lors de l’exposé télévisé ou le mentor le plus jeune de France à la tête de l’exécutif prend  des promesses engagements formels. Le jeu ne semblait comporter aucun défaut. Loin des divers cas abordés. Des paramètres qui ne trompent nullement. La réalité du quotidien ou les privilèges restent les acquis des plus nantis.

La preuve la plus incontournable devient que 6 français sur 10 demandent l’arrêt des turpitudes que certaines exactions crées dans le pays. Sondage réalisé le 18 décembre 2018. Inversion complète, voir presque totale des chiffres et même plus puisqu’au départ 8 personnes sur 10 y étaient favorables.

Jamais y compris en 1968, ni auparavant, une révolte de ce style n’a touché autant de personnes en l’hexagone France et parfois en des limites plus larges les pays limitrophes de la Communauté Européenne. Le débordement touche entre autres : L’Allemagne, L’Espagne, L’Italie, L’Angleterre etc.

Le mouvement des « gilets jaunes », affecte la circulation en France protestant contre la hausse des taxes sur le carburant ; le vandalisme succède, fait suite aux manifestations suscitant des remous sur l’ensemble de la France.

Les manifestations en France, prenant notamment la forme de blocages de routes, « portent préjudice aux transporteurs qui doivent traverser chaque jour la frontière avec la France et font obstacle à la libre circulation des marchandises » A ne pas oublier la masse considérable des commerçants qui feront faillite suite à toutes ces casses. Les propriétaires de véhicules non assurés et dont les véhicules ont brulé ayant torts de se trouver sur le parcours des dits protagonistes « casseurs et forces de l’ordre » Les réels responsables où sont-ils et qui sont-ils ? Indéniablement les premiers éclats tombent sur la seule responsabilité unique de l’état.

Le poste-frontière d’Irun au Pays basque espagnol a été fermé à la circulation des poids lourds. Madrid appelle la France à « prendre toutes les mesures pertinentes pour garantir la libre circulation de marchandises en toute sécurité ». La France était en 2017 le 1er client des exportations espagnoles, pesant 15% du total soit 41,6 milliards d’euros.Masquer cette publicitéÀ propos des cookiesNous pouvons transmettre un ou plusieurs cookies sous forme de petits fichiers texte contenant des caractères alphanumériques qui identifient votre navigateur Internet. Ils sont utilisés pour suivre des habitudes d’utilisation sur nos sites partenaires, de manière non personnellement identifiable.Votre historique de cookies sera supprimé.

La circulation perturbée au Royaume-Uni. Sur les bords de la Manche, des manifestants ont perturbé la circulation sur l’autoroute A16, qui mène au tunnel sous la Manche, emprunté par des milliers de poids-lourds faisant le voyage jusqu’en Angleterre. Le dépôt de Feluy géré par le groupe français Total, situé à Seneffe entre Bruxelles et Mons, sert régulièrement de lieu de rassemblement de « gilets jaunes » qui tentent de bloquer les allées et venues de véhicules. Les forces de l’ordre ont essuyé des jets de projectile, un camion-citerne a été incendié, un poids lourd d’une enseigne de la grande distribution « a été pillé » Il est « clair que des casseurs sont venus se greffer au mouvement « gilets-jaunes »

En l’instant la France va retrouver ses anciens adages et devenir ingérable. Comme le disait à un moment historique « Les français sont des veaux » En la circonstance si la masse des effectifs des « Gilets-Jaunes » se réduit les problèmes sont toujours bels et bien présents. Ne remettons pas à nouveau la même soupe, déjà consommée sous divers veloutés, la soupe ne se déguste pas à fourchette, quoi que !

Pour une fois le bienpensant de la ville de Pau se réveille au petit jour. Nous le retrouvons sur plusieurs de ses thèmes n’ayant pas du tout varié. François Bayrou passé au scan de la politique. Prenons connaissances de ses déclarations sur BFMTV et confidences au « scanner »  du Figaro « Lien » qui correspond en certains passages à l’inverse total des réalités. En désespoir de causes il sait renvoyer la monnaie des 30 écus reçus pour un semblant de dignité retrouvée. D’autres selon des légendes y laissaient leur vie à divers tarifs.

Emmanuel Macron a raison : notre époque est aussi une affaire d’horloge. « Tout, tout de suite ! » semblent dire les contestataires, dont la vie ressemble à une longue attente. Attente des trains en gare, des fins de mois, d’une réponse de l’administration, d’un entretien d’embauche, d’être relié à la fibre optique, du remboursement de la CAF. Si le « tout » désigne les attentes relevant des listes de doléances, qu’en est-il du « tout, tout de suite » ?

La maîtrise des horloges est donc en jeu. En somme, et c’est la grande leçon de cette décennie, qui a vu émerger à la fois Facebook et des leaders.

Certains iront jusqu’à s’organiser pour créer des crépuscules de candidats aux prochaines élections. La déduction s’impose que le coût et les signatures vont représenter des montants de plus en plus importants. Les maires de France ne pensent en majorité ne pas se représenter, où va-t-on que diable ?

Le Panda

Patrick Juan

 

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)

Pouchiline – Kiev veut mener une attaque chimique dans le Donbass

Denis Pouchiline

Les services de renseignement de la République Populaire de Donetsk (RPD) ont obtenu de nouvelles informations confirmant la préparation par le régime de Kiev – sous la direction des curateurs occidentaux – d’une vaste provocation contre leur propre peuple, qui pourrait faire de nombreuses victimes.

Les services de sécurité ukrainiens envisagent de saboter des entreprises qui représentent un danger pour l’environnement à proximité de la ligne de contact, puis d’accuser la Russie et les républiques du Donbass de ce crime. Il s’agit principalement d’entreprises qui utilisent du chlore, de l’ammoniac et d’autres substances dangereuses dans leur processus de production.

Comme autre option, ils envisagent l’utilisation d’agents de guerre chimique qui auraient été apportés sur le territoire de la RPD. Il est prouvé que les Américains ont déjà préparé des fragments d’obus maculés de poisons militaires pour donner de la crédibilité aux accusations contre la RPD et la Russie. Je pense que le but de la provocation est le déclenchement des hostilités dans le Donbass et l’annulation des élections présidentielles en Ukraine, que Porochenko n’a aucune chance de gagner.

L’opération est coordonnée par des attachés militaires et des représentants des services spéciaux américains et britanniques.

Les officiers de renseignement militaire occidentaux, sur la base d’une méthodologie élaborée en Syrie, ont déjà défini un plan d’action pour le régime de Kiev. Des travaux sont en cours pour créer un analogue des Casques Blancs syriens en Ukraine, qui, selon les créateurs, devraient enregistrer les conséquences de l’empoisonnement de la population et falsifier les documents vidéo, pour prouver les prétendues actions inhumaines des forces de la milice populaire et de la Russie.

Nous lançons un appel à la communauté internationale, à l’ONU, à l’OSCE et à d’autres organisations humanitaires pour empêcher le déclenchement d’actions militaires à grande échelle dans le Donbass. Nous ne voulons pas de victimes civiles innocentes.

Denis Pouchiline, chef de la RPD
Traduction par Christelle Néant pour Donbass Insider

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)

Son plan initial éventé, Kiev envisage une offensive vers Gorlovka

Lance-roquettes multiplesSuite à la publication par la République Populaire de Donetsk (RPD) des plans de l’offensive envisagée par les autorités ukrainiennes dans le sud de la République, Kiev a décidé de post-poser l’offensive et de changer sa localisation.

D’après Édouard Bassourine, commandant en second de la milice populaire de la RPD, la divulgation des plans du commandement ukrainien a pris ce dernier par surprise, et l’a obligé à repousser la date de l’offensive, et changer la direction de l’attaque.

Alors que l’attaque initiale était prévue le 14 décembre, la date a été repoussée au 24-25 décembre, ce qui permettrait à Petro Porochenko de justifier le prolongement de la loi martiale en Ukraine (qui expire le 26 décembre).

À cette fin, la machine de propagande ukrainienne carbure à plein régime, et les unités d’opérations psychologiques des FAU ont reçu l’ordre de créer un contexte médiatique favorable pour éviter un nouvel échec de l’opération, entre autre en martelant que la milice populaire de la RPD prépare prétendument une provocation armée, pour la nouvelle date prévue de l’offensive ukrainienne.

D’après les services de renseignement de la RPD, après la divulgation de leurs plans, les autorités ukrainiennes ont rencontré en urgence les experts militaires des pays de l’OTAN et les curateurs américains pour décider de la suite des opérations. C’est suite à cette réunion que les plans d’offensive ont été postposés.

Plusieurs faits semblent conformer que l’offensive n’est pas purement et simplement annulée mais simplement repoussée :
1) Depuis le 12 décembre, les missions de reconnaissance et de diversion se multiplient de la part de l’armée ukrainienne ;
2) L’usage des drones, aussi bien pour larguer des engins explosifs que pour faire de la reconnaissance, se multiplient aussi. Rien que le 14 décembre, en une journée, l’armée de la RPD a abattu quatre drones ukrainiens.
3) D’après nos collègues de War Gonzo, 72 conseillers militaires de l’OTAN se trouvent actuellement dans la zone de l’opération armée ukrainienne dans le Donbass. Ces conseillers supervisent directement les opérations des unités des FAU présentes sur le front.

Mais il n’y a pas que la date qui semble avoir changé, la direction de l’offensive semble aussi avoir été modifiée, si on regarde les concentrations d’unités et de pièces d’armement ukrainien près de la zone de Gorlovka et Svetlodarsk.

Carte de l'offensive prévue vers Gorlovka

Les services de renseignement de la RPD ont ainsi détecté près de Gorlovka, la présence de la 72e brigade mécanisée, la 58e brigade d’infanterie, la 1ère brigade de chars d’assaut, et la 81e brigade aéroportée. Au total, c’est six brigades, 20 000 hommes, plus de 120 chars d’assaut, 250 pièces d’artillerie et de mortiers et 110 lance-roquettes multiples qui ont été déployés dans cette zone.

Il faut y ajouter la 30e et la 93e brigades mécanisées, deux bataillons de lance-roquettes multiples Ouragan du 15e régiment d’artillerie et de la 27e brigade des FAU et un bataillon de lance-roquettes multiples Smerch de la 40e brigade d’artillerie qui sont encore attendus pour déploiement.

D’après nos collègues de War Gonzo, la 30e brigade mécanisée, a déjà été envoyée sur zone, à Roubejnoye, et serait constituée principalement d’ultra-nationalistes ukrainiens qui faisaient partie des milices de « maintien de l’ordre » qui ont fleuri en Ukraine.

Cette unité sera complétée dans l’arc de Svetlodarsk par le 18e régiment de la Garde Nationale, qui inclut les unités néo-nazies « Azov » et « Donbass ».

Comme pour le plan d’offensive initial prévu dans le sud, la RPD n’exclut pas l’organisation de provocations de la part de l’armée ukrainienne, avec l’aide de l’Occident, pour justifier cette attaque contre la zone de Gorlovka-Svetlodarsk.

La République Populaire de Donetsk a appelé la communauté internationale à empêcher qu’une telle offensive ait lieu, et nous espérons que cet appel portera ces fruits (pour ceux qui s’irritent de ces avertissements répétés d’offensives qui n’ont finalement pas lieu, je les encourage à aller lire cet article du Saker, qui explique très bien ce qu’est l’art de l’attaque surprise).

Christelle Néant

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)

Concours « Dame de la RPD 2018 » – Entre beauté, courage et patriotisme

Dame de la RPD 2018Le 2 décembre 2018, a eu lieu au Centre de Culture Slave de Donetsk, la finale du concours « Dame de la RPD 2018 ». Dix femmes avaient été sélectionnées pour participer à la finale de ce concours qui n’est pas, et de loin, qu’un concours de beauté.

Première différence avec les concours de beauté habituels : beaucoup de ces femmes sont mariées et ont des enfants. Un point qui fera d’ailleurs l’objet de prix spéciaux à la fin de la finale.

L’autre point de différence majeur, c’est la guerre et le patriotisme, présents de manière continue tout au long des plus de 2 h 30 que durera la finale.

Que ce soit à travers les textes que chacune des candidates devra prononcer sur la façon dont elles voient la République Populaire de Donetsk (RPD), à travers les pièces de théâtre qu’elles joueront, ou les situations loufoques dont elles devront se sortir avec créativité, humour et intelligence, la guerre passée ou présente, le courage et le patriotisme sont en filigrane de toute la finale.

Un point renforcé par la présence au sein du jury chargé de sélectionner la gagnante, du commandant en second de la milice populaire de la RPD, Édouard Bassourine, mais aussi de la gagnante du concours « Dame de la RPD 2017 », qui a servi dans les forces armées de la République.

Avant la finale, les dix finalistes ont été préparées à cette cérémonie, avec des cours de théâtre, de danse, de nombreuses répétitions, mais aussi des épreuves plus insolites, comme sauter du 9e étage d’un immeuble, dormir sous la tente en plein hiver, apprendre comment fonctionne les armes à feu, et comment donner les premiers soins.

Une préparation visant à développer leur courage et leur détermination, des qualités essentielles pour vivre aujourd’hui dans le Donbass en guerre.

Réparties en deux équipes, les finalistes ont joué deux pièces de théâtre pour montrer leurs talents d’actrices, l’une sur la guerre du Donbass actuelle, et l’autre sur la Grande Guerre Patriotique (Seconde Guerre mondiale), durant lesquelles les femmes ont joué un rôle important au sein des forces armées qui défendent la région.

Entre moments de rire (lors de l’épreuve des situations difficiles et souvent loufoques desquelles les candidates devait se sortir) et de profonde tristesse, cette cérémonie fût haute en émotions, et marquée par plusieurs concerts, et une cérémonie à la mémoire des héros de la RPD qui ont donné leur vie pour protéger leur patrie lors de la guerre qui fait encore rage aujourd’hui.

Après distribution de rubans et diplômes, ainsi que de récompenses spéciales pour les candidates jugées comme étant de bonnes mères, celles ayant remporté le plus de sympathie de la part du public, celles ayant le meilleur style, celles ayant fait preuve de solidarité avec les autres candidates, ou celles ayant le plus promu la paix, est venu le moment de décerner le prix de « Dame de la RPD 2018 ».

La gagnante, Natalia Khorko, est une jeune maman, diplômée de l’Université Nationale Technique de Donetsk, qui travaille dans l’administration du Conseil Populaire de la République.

Voir les moments forts de la finale en vidéo

Christelle Néant

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)