Ecoutez l'article:



Témoin De Certaines Vies

Auteur:
Son site
Par le 11 août 2017

La prévention demeure le meilleur des remèdes. Le Panda

La présence d’informations sur le terrain est plus efficaces que des parrainages financiers de loin Le Panda

A la lecture du livre : Moi Christiane F prostituée, droguée. Regardez ici  le 7 octobre 2013, à 51 ans, Christiane Felscherinow a accordé un entretien à France 2. Ce qui pour certains sont des horreurs pour d’autres des fins de vie. Pour d’autres la conception de savoir ou de vouloir se trouver qui ils ou elles sont. Difficile vie de Trans.

Ayant effectué des recherches et publié divers ouvrages qui traitent de la prévention dont le principal : Le Roseau et Le Ravi. Publié Hachette en 1994 écrit par mes soins sous l’appellation JPP. 10 années de travaux dans 11 pays sur place. La Fondation Agora Vox possède un exemplaire remit et dédicacé par mes soins à Carlo Revelli lors de la journée du 5éme Pouvoir !

Vu la recrudescence actuelle du SIDA, des MST en France et je n’ai pas été le seul bien s’en faut à en parler d’autres continuent ici. Le dépistage est l’un des outils majeurs de la prévention différencié du VIH. En 2015, 5,4 millions de sérologies VIH ont été́ réalisées par les laboratoires de biologie médicale de ville ou hospitaliers.

Ce chiffre a augmenté́ de façon modérée +3% par rapport à 2013. L’augmentation est observée en métropole hors Ile-de-France et dans les départements d’Outre-Mer DOM, mais pas en Île-de- France. Il en est de même que les années précédentes, les trois quarts des sérologies réalisées en 2015 l’ont été́ par des laboratoires de ville et représente 76% des sérologies effectuées. Par contre, les deux tiers des séropositivités ont été́ découvertes à l’hôpital (68%) et un tiers en médecine de ville (32%).

Le premier motif de réalisation d’un test de dépistage reste la présence de signes biologiques ou cliniques (26%) mais la part du dépistage orienté, chez une personne vue en consultation pour une autre pathologie que le VIH ou dans un contexte suggérant une contamination possible, est de plus en plus importante avec 23%.

Le nombre de tests rapides d’orientation diagnostique (TROD), réalisés par les associations de santé communautaire depuis la fin de l’année 2011, demeure marginal par rapport à l’activité́ globale de dépistage.

Les TROD positifs ne représentent qu’une faible part des tests positifs mais leur importante ne doipas être oubliée: leur taux de positivité reste, en 2015, 2 fois plus élevé que celui des sérologies anonymes et 4 fois plus élevé que celui des sérologies non anonymes. Autre chiffre plaidant pour les TROD, 27% des personnes ayant bénéficié d’un test rapide n’avaient jamais été dépistées auparavant. 

Le nombre de TROD communautaire réalisés, 62 200, est stable depuis 2014. Parmi ces TROD, 30% l’ont été́ chez des HSH c’était 40% en 2012, 31% chez des migrants, 12% dans d’autres populations exposées au VIH dont 4% chez les usagers de drogues injectables, 2% chez les personnes en situation de prostitution, et 27% chez des personnes n’appartenant pas à ces publics cibles.

La catégorie publique précaire, individualisée pour la première fois en 2014, représente 6% des TROD.

Les autotests VIH sont disponibles en pharmacie depuis septembre 2015.

Près de 90 000 ont été́ vendus depuis cette date jusqu’à fin septembre 2016. Patrick Yeni, président du Conseil national du sida CNS , a présenté le 29 novembre 2016 à l’Agence régional de Santé d’Île-de-France le chiffre, les 140 000 autotests réalisés au total. Comme les TROD, ils constituent des opportunités intéressantes pour atteindre des personnes qui ne se rendent pas dans les structures classiques de dépistages. Ce nombre de dépistages indiquent que la recommandation actuelle de dépistage généralisé́ n’a pas été́ largement appliquée par les professionnels de santé́, notamment en raison de difficultés de prescrire un test en population générale, en dehors d’un contexte clinique particulier ou d’une prise de risque. La Haute Autorité́ de Santé HAS est actuellement en train de réévaluer la stratégie globale de dépistage du VIH et devrait rendre ses conclusions début 2017/2018. 

Les autres dites catégories

Même au cœur de l’été, le président américain Donald Trump parvient à créer une nouvelle polémique. Il a annoncé, mercredi 26 juillet, que les personnes transgenres ne pourront pas servir dans l’armée américaine, estimant que celle-ci ne pouvait notamment pas « supporter le fardeau des coûts médicaux énormes » que leur présence entraînerait, selon lui. Il revient sur une mesure prise il y a un an par son prédécesseur, Barack Obama. Suite ICI. Y compris les vidéos, les mêmes cas pourraient avoir lieu en France ?

Et en France?

Ce revirement politique américain a obtenu un large écho hors des frontières des États-Unis. Le ministère de la Défense canadien s’est vanté de la diversité de ses armées, des gradés de l’armée britannique se sont félicités de ne pas avoir une telle politique et ont rendu hommage aux soldats transgenres. En France? Qu’en est-il des transgenres dans notre armée?

Le ministère des Armées, confirme à BuzzFeed News aucune interdiction quelle qu’elle soit. Dans la vie de tous les jours, on respecte les vies personnelles des militaires. Il y a des règles, des consignes générales de non-différenciation en fonction des situations de chacun. Contactée par BuzzFeed News, la Dicod (Délégation à l’information et à la communication de la défense) n’a, de son côté, pas donné suite à des questions en l’instant.

S’il n’y a pas d’interdiction, ce n’est pas pour autant qu’il n’y a aucun problème. Il y a peu, le cas de Delphine Ravisé-Giard, adjudante dans l’armée de l’air, avait été largement relayé par la presse, de La Dépêche à Paris Match. À l’époque, l’armée refusait de la reconnaître en tant que femme.

La couverture de Vanity Fair publiée, les hommages mais les polémiques affluent. « Appelez-moi Caitlyn », annonce celle qu’on connaissait sous le nom de Bruce Jenner. Comme à chaque fois qu’une personnalité témoigne de sa transition de genre, certain ou certaine se refusent à employer le prénom choisi par la personne, ici, Caitlyn Jenner et non plus Bruce Jenner. « Désolé, je t’appelle encore Bruce », a par exemple tweeté l’acteur et musicien américain Drake Bell. Ajoutant, suite aux réactions agacées des internautes: « Ce n’est pas que je le ne prends pas au sérieux! C’est juste que je ne veux pas oublier son héritage! Il est l’un des plus grands athlètes de tous les temps! Détendez-vous! » Avant sa transition, Caitlyn Jenner a en effet gagné la médaille d’or du décathlon masculin aux Jeux Olympiques de Montréal en 1976. Drake Bell a entre-temps supprimé ses tweets.En 2013, l’annonce du changement de genre de Chelsea Manning avait également fait parler pour ces mêmes raisons. Wikipédia avait en effet mis les pieds dans le plat en maintenant son ancien prénom, Bradley, dans le titre de la page qui lui était dédiée.

Elle, pas lui

C’est pourtant simple, quand une personne annonce qu’elle se définit d’un genre, il suffit de le respecter et d’employer le pronom adéquat. Si Chelsea Manning demande d’être appelée Chelsea, il ne faut plus l’appeler Bradley. Un bot informatique se charge même de corriger automatiquement sur Twitter ceux qui emploient le prénom Bruce et le pronom « il » pour Caitlyn Jenner.Aux Etats-Unis, l’association américaine de veille médiatique GLAAD (Gay & Lesbian Alliance Against Defamation), qui entend dénoncer les discriminations à l’encontre des personnes LGBT dans les média, s’est empressée de réagir à la couverture de Vanity Fair et de proposer aux journalistes un guide leur permettant de parler « justement » de Caitlyn Jenner. Elle recommande, entre autres, d’arrêter de se référer à elle en tant que Bruce Jenner, de bannir les pronoms masculins, d’éviter l’expression « née en tant qu’homme » et de préférer « alors que Caitlyn Jenner a été désigné comme homme sur son certificat de naissance, dès l’enfance elle a su qu’elle était une fille ». L’association demande par ailleurs de ne pas spéculer autour des procédures médicales qu’elle a pu suivre car ce sont des informations privées. Dans le cas de Caitlyn Jenner c’est un peu tard car elle a elle-même fait le point dans Vanity Fair sur sa transition. Elle a en effet déclaré avoir subi une chirurgie faciale en mars et on sait par ailleurs qu’elle s’était fait poser des implants mammaires. Une personne Trans ne passe pas nécessairement pas la case chirurgie. Vanity Fair précise par ailleurs, fait qu’on retrouve dans les conseils de la GLAAD, qu’un individu n’a en aucun cas besoin d’être passée par une transition génitale pour être considérée comme une personne trans. L’association française des journalistes LGBT, l’AJLGBT, précise d’ailleurs à ce sujet que:

« Les personnes Trans ne ‘changent pas de sexe’: elles mettent leur corps en adéquation avec ce qu’elles sont. D’ailleurs, toutes ne souhaitent pas subir d’opérations de réassignation sexuelle. Certaines choisissent juste de prendre des hormones pour se viriliser ou se féminiser. D’autres n’en prennent pas. » Ainsi que: « Une transition n’est pas une opération de chirurgie esthétique. Ce qui compte ce n’est pas l’apparence plus ou moins féminine/masculine d’une personne mais bien le genre auquel elle a le sentiment d’appartenir. » En Europe, c’est surtout Conchita Wurst qui a cristallisé les difficultés à employer les bons mots. Celle qu’on appelle allègrement la « femme à barbe » est un chanteur travesti, en aucun cas semblable à une personne Trans contrairement à ce qu’on a beaucoup pu lire et que Conchita Wurst a dû réfuter. « ‘Travesti’ n’est pas synonyme de ‘trans’. Se travestir, c’est adopter temporairement les codes vestimentaires et sociaux d’un autre genre. Pas tout à fait la même chose que d’avoir le sentiment profond que son genre ne correspond pas à son sexe biologique », explique l’AJLGBT. Comme le précise très bien le site MadMoizelle, Conchita Wurst est, dans la vie privée, un homme du nom de Tom Neuwirth. S’il a créé ce personnage scénique, c’est pour protester contre l’homophobie dont il a été victime pendant son adolescence.

Ce qui soulève souvent une autre confusion: être trans ne veut pas dire être homosexuel. L’identité de genre n’a rien à voir avec l’orientation sexuelle. On peut être trans et hétérosexuel, trans et bisexuel, trans et homosexuel et ainsi de suite.

Enfin, nul besoin d’attendre un changement d’état civil pour respecter le genre d’une personne. D’autant plus que les difficultés pour modifier son genre sur sa carte d’identité sont grandes. Pour changer d’état civil, en France, il faut passer par les tribunaux et par un traitement médical irréversible (mais donc pas nécessairement une intervention chirurgicale). Une procédure souvent longue qui amplifie les discriminations car les informations sur la pièce d’identité des personnes concernées sont souvent en discordance avec leur apparence. Aux Etats-Unis, le processus varie selon les Etats. Dans le Connecticut, là où Caitlyn Jenner a poursuivi ses études secondaires, une loi simplifiant le changement d’état civil des personnes Trans a été votée ce même jour. Désormais, aucune preuve de chirurgie ne devra être apportée pour obtenir un certificat en accord avec son genre. Quoi qu’il en soit de l’état civil de Caitlyn Jenner, celle-ci se dit enfin heureuse de pouvoir vivre comme elle l’a toujours voulu:

Certaines découvertes limitées volontairement

Une transgenre présentée par sa famille comme un homme à ses funérailles

Photos de transgenre avant et après leur transformation

Transsexuel, il rend compte de sa transformation sur Instagram

Synthèses partielles

Ces témoignages d’autres modes de vie, je l’ai connu sur le terrain c’est une richesse énorme. Se rendre compte que chacun de nous a les moyens par ses acquis et peu de finances de sauver des vies. Ne surtout pas tenter de vouloir modifier le mode de vie, de culture en sachant accepter le droit aux différences.

Une de mes plus belles semaines ayant traversé Le Maroc de Tétouan à Mogador (Essaouira) fut les conférences que j’ai donnée à l’hôpital de Tétouan face à 300 femmes professionnelles de santé. Médecins, Sages-femmes, Infirmières, Aide soignants, élèves en formation avec le concours de L’Association Bou Regreg, dont le Président était sa majesté le Roi Hassan II. Sans omettre le concours en communications de l’AMMC et l’ensemble des médias du Maroc.

Le Ministère de la Santé autant en France mais surtout au Maroc avec le concours du responsable des MST au Maroc à l’époque le Docteur Abderrahmane Fili Baba.

Il me reçut dans sa maison à Fès, l’ensemble de toutes mes conférences avait comme support de base mes ouvrages, mais surtout le mensuel de L’Institut Pasteur à Paris.

SIDA Les Faits L’espoir, la rencontre avec Luc Montagnier à Paris me communiqua pire ou mieux qu’un vaccin, mais la certitude que la prévention sur place est le meilleur remède dont nous sommes à divers degrés tous sans exception des vecteurs.

Dans la mesure où cela puisse sauver une seule vie, nous aurons gagné. En n’oubliant surtout pas que nous ne pouvons en aucun moment juger une situation dont dans la majorité des cas nous ne connaissons pas les tenants. Tous les documents officiels je les possèdent en PDF.

Le Panda

Patrick Juan  

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)
Témoin De Certaines Vies, 10.0 out of 10 based on 1 rating

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Before you post, please prove you are sentient.

qui fut le premier président de la Veme république?

  Retour à l'accueil du Forum  



* Commentez sur les Voix du Panda. Identifiez-vous : Créér votre compte.
* Les commentaires ne seront ni votés, ni repliés.
* Commentaire du Rédacteur : Vert
* Commentaire de tout autre Intervenant : Bleu
* Les articles de l'auteur pourront êtres modifiés et réédités.
* Vous constatez un bug, avoir plus d'informations : Contactez nous.
* Pour participer au Média-Citoyen. Il est impératif d'Etre enregistré(e).
* Notre serveur vous renverra votre code sur votre e-mail validé.
* Vous pouvez lire, enregistrer, utiliser tous les articles du forum.
* Merci de nous en faire la demande.