Ecoutez l'article:



Paradis fiscal, l’un et l’autre : Paradise Papers

Auteur:
Son site
Par le 7 novembre 2017

La moralité est une plante qui ne pousse que chez les humbles propres.

La transparence des financiers ressemble aux clones des fraudes de leur paradis.

Porte de l’école franchit nous y avions droit, dès la rentrée en classe. Nous étions heureux, à présent nous sommes au désespoir !

A l’écoute de cette information, je ne n’ai fait qu’un bond. Je suis allé puiser dans mes archives écrites. Donc un rapide calcul mental, cela faisait au mois de novembre 2017. Le parcourant à nouveau il n’avait pratiquement pas prit ou si peu de rides, qu’il tombait en pleine actualités des scandales des paradis fiscaux. Mais à priori rien d’illégal !

La puissance bancaire, quelques soient les hommes politiques en place, ont tués l’agriculture, le social, le retraite, les économies françaises. Les banques, les cabinets juridiques, les conseils groupes d’avocats. Ils en tirent des bénéfices depuis toujours. Prenant divers paramètres, on constate qu’il est plus difficile de faire pousser des patates, d’élever des basses-cours, d’avoir du bétail sain, autant dans les exploitations fermières que dans les assiettes. Mais pas celles de tout le monde. Alors que la valeur des indices boursiers joue au « yoyo » pour le plus grand plaisir de certains privilégiés. Vous avez de multiples défenses, nous avons entendus des banquiers nous répondent :

« Nous n’avons aucune obligation de savoir où va l’argent que nous prêtons, pas plus que celui que l’on nous confie, ni ce que les personnes à qui nous le remettons en font ! »

A présent, nous savons ce que certains sont devenu. Les réalités semblent plus qu’incroyables. Pourtant les diverses compagnies financières prétendront : « Nous ne le savions pas »

La montée de la réunification de l’Europe se profile on ne sait comment produit des alliances interbancaires pour la puissance de groupe de plus en plus fort au détriment de l’Euro et de la fausse unification des plus de 600 millions de ressortissants qui demeure plus qu’un leurre.

Il est fort possible que l’Allemagne prépare des surprises?- Ce qui pourrait faire des réjouissances la chute de l’Europe- Puis Macron plus fou car plus jeune a dû laisser des instructions. Paris cache son jeu, à la capitale allemande.- À savoir les USA seront-ils nos amis de toujours?- Il est fort possible que la majorité des démocraties tombent dans le tonneau des Danaïdes?

Que faire face à ce qui ressemble à un certain faux jour noir de septembre ?

L’implication de certaines banques, de leurs filiales nous permet de constater que c’est toujours le client « lambda »qui paye les rapports des gros.- Jour où la majorité des bourses s’écroulèrent !

Sources diverses : France Info- Investigations- Le Monde- Le Guardian- Le Figaro- L’essor- Le Panda-

*D’un paradis fiscal à l’autre. Après les « Panama Papers », le Consortium international des journalistes d’investigation (Icij), dont Radio France et l’émission « Cash investigation » de France 2 sont partenaires, a mis en ligne, dimanche 5 novembre, les premières révélations de sa nouvelle enquête sur la finance offshore, les « Paradise Papers ». Construite à partir des documents de deux cabinets d’avocats et les registres des sociétés de plusieurs paradis fiscaux, elle met en lumière les montages complexes utilisés par des particuliers et des entreprises pour échapper à l’impôt ou dissimuler des investissements, voire des connexions sulfureuses. France info fait le point sur ce nouveau scandale qui implique notamment un ministre américain et la reine d’Angleterre.

Comment cette enquête a-t-elle démarré ?

Tout commence à l’automne 2016, raconte la cellule investigation de Radio France. Une source anonyme communique aux journalistes du Süddeutsche Zeitung, déjà à l’origine des « Panama Papers », des documents confidentiels de deux cabinets d’avocats spécialisés dans l’investissement offshore ou issus des registres des sociétés de paradis fiscaux. Un peu dépassé par l’ampleur des documents à analyser – plus de 13 millions de fichiers –, les équipes du quotidien allemand se tournent une nouvelle fois vers le Consortium international des journalistes d’investigation.

Basé à Washington, l’Icij revendique un réseau de plus de 200 journalistes d’investigation, présents dans 70 pays. Il collabore avec de nombreux médias, comme le New York Times, The Guardian, le Süddeustche Zeitung, Radio France et Premières Lignes, la société qui produit l’émission « Cash Investigation » pour France 2. Fondé en 1997, il est devenu en 2017, avec les « Panama Papers », un média à part entière, à but non-lucratif, financés par différentes fondations, dont la liste est publique. L’idée est de mutualiser les moyens humains et financiers des différentes rédactions internationales pour mener de front de grandes enquêtes, complexes, sensibles, coûteuses en temps comme en ressources.

Sous la houlette de cette organisation, 381 journalistes de 95 médias travaillent pendant des mois sur cette enquête confidentielle baptisée « Athéna ». Une première réunion est organisée les 27 et 28 mars 2017 à Munich, dans les locaux du Süddeutsche Zeitung. Officiellement, les reporters sont réunis pour l’assemblée générale annuelle de l’Icij. A cette occasion, ils se mettent d’accord sur la date unique de publication, le 5 novembre, à 19 heures. Des plateformes sécurisées sont mises en place pour permettre l’exploitation des données, échanger les idées d’angles et les découvertes de chacun. Les révélations vont s’échelonner toute la semaine.

D’où viennent les documents ?

Les documents des « Paradise Papers » proviennent de trois sources, détaille Le Monde : le cabinet d’avocats Appleby, dont les bureaux sont basés dans plusieurs paradis fiscaux (6,8 millions de documents) ; le cabinet Asiaciti Trust, basé à Singapour (566 000 documents) et des registres de société de 19 paradis fiscaux (6,8 millions de fichiers) comme les Bermudes, Malte ou Trinité-et-Tobago.

Appleby, principale source des données, est un cabinet d’avocats fondé au XIXe siècle par Reginald Woodfield Appleby, un Britannique. Aujourd’hui, la firme est présente dans 10 paradis fiscaux : les Bermudes, les îles Vierges britanniques, les îles Caïmans, Guernesey, Hong Kong, l’île de Man, Jersey, l’île Maurice, les Seychelles et Shanghaï. Il propose à ses clients, soigneusement triés, plusieurs mécanismes pour échapper aux radars de leur fisc : la création de sociétés en cascade afin de faire bénéficier les clients d’accords binationaux particulièrement avantageux, le montage de sociétés-écrans pour bénéficier d’exemption de TVA, la constitution de trusts familiaux pour gérer des fortunes ou des héritages hors impôt…

Que révèlent-ils ?

Contrairement aux « Panama Papers », cette enquête concerne moins le blanchiment d’argent que des schémas légaux montés par des personnalités importantes pour échapper à l’impôt ou dissimuler des investissements gênants. Voici les premières révélations :

Les étranges placements de la reine d’Angleterre.

Selon ces documents, le duché de Lancastre, qui gère les avoirs d’Elisabeth II, a investi, via un fonds basé aux îles Caïmans, dans une entreprise d’électroménager britannique controversée. Accusée de surfacturation et de pratiques commerciales agressives envers des personnes mentalement diminuées, BrightHouse a été condamnée en octobre à verser 14,8 millions de livres à 249 000 clients, précise The Guardian.

Les bonnes affaires d’un ministre américain avec la Russie.

Proche de Donald Trump, le secrétaire au Commerce américain, Wilbur Ross, contrôle 31% de la société Navigator Holdings via des sociétés offshores. L’un des principaux clients de cette entreprise de transport maritime est la société gazière russe Sibur, contrôlée par deux proches du président Vladimir Poutine, dont un oligarque sanctionné par les Etats-Unis après l’invasion de la péninsule ukrainienne de Crimée.

Les combines d’un proche de Justin Trudeau pour échapper à l’impôt.

Ami d’enfance du Premier ministre canadien et trésorier de son parti, Stephen Bronfman a placé avec son parrain, Leo Kolber, 60 millions de dollars américains (52 millions d’euros) dans une société offshore aux îles Caïmans. Un montage qui pourrait relever de la fraude fiscale, selon plusieurs experts sollicités par les journalistes canadiens.

D’autres personnalités comme le champion du monde de Formule 1 Lewis Hamilton, ou Lord Ashcroft, un donateur des conservateurs britanniques (en anglais), et des entreprises comme Nike sont cités dans ces premières révélations.

Quelles sont les réactions des principaux intéressés ?

Dès la publication de l’enquête, le cabinet Appleby a mis en ligne un communiqué, dans lequel la société assure que ce n’est pas une fuite, mais une attaque informatique qui est à l’origine de l’affaire, et minimise la portée des révélations. Les journalistes ne prétendent pas, parce qu’ils ne le pourraient pas, qu’Appleby a fait quelque chose d’illégal. Il n’y a pas de méfait. C’est un patchwork d’allégations sans rapport, avec un objectif politique clair contre le secteur offshore.

Côté américain, le département du Commerce a indiqué que « le secrétaire Ross n’a pas participé à la décision de Navigator de faire affaire avec Sibur », qui « n’était pas sous sanctions à cette époque pas plus que maintenant ». « Il n’y a pas d’irrégularités, et si les gens en tirent une conclusion contraire c’est parce que les journaux ont déformé cette histoire pour en faire quelque chose de différent de la réalité », a répondu Wilbur Ross. Même ligne de défense pour la reine d’Angleterre : « Tous nos investissements font l’objet d’un audit complet et sont légitimes », a affirmé une porte-parole du duché de Lancastre.

Mais si c’est légal, quel est le problème ?

Si certains montages sont « borderlines par rapport à la légalité », comme l’explique Eric Vernier de l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris), les questions soulevées par les « Paradise Papers » sont plus morales que légales. Est-il moral de permettre à des gens qui gagnent beaucoup d’argent de se soustraire à l’impôt quand les citoyens lambda n’ont pas cette possibilité ?

Pour Le Monde, les pratiques dénoncées dans les « Paradise Papers » détruisent la confiance de l’opinion publique et « conduisent nos démocraties à leur perte ».

A terme, ces pratiques risquent de poser un grave problème financier aux Etats. « En France, les recettes liées à l’impôt sur les sociétés ont baissé de 40% ces dix dernières années alors que les bénéfices ont augmenté de 10%. Est-ce qu’on ne va pas droit dans le mur ? », s’interroge sur franceinfo Manon Aubry, responsable de plaidoyer sur les questions de justice fiscale et d’inégalités à Oxfam France. Selon les calculs de l’économiste Gabriel Zucman, l’évasion fiscale coûte 350 milliards d’euros aux Etats du monde entier, 20 milliards pour la France.

Que font les Etats pour lutter contre ces pratiques ?

Depuis 2008 et le scandale de la banque UBS, de nombreuses enquêtes ont secoué la finance offshore. Ont-elles eu un impact ? Oui, même si les progrès restent timides. Après les « Panama Papers », trois chefs d’Etat ou ministres ont démissionné et au moins 150 instructions ou contrôles ont été lancés, rappelle Le Monde. En France, 415 Français seraient dans le collimateur du fisc, selon le quotidien, et le Panama a rejoint la liste noire des Etats et territoires non-coopératifs.

Depuis dix ans, le G20 et l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) ont également avancé sur la question de la transparence. Depuis le 30 septembre 2017, 50 pays, dont des anciens paradis fiscaux, échangent automatiquement leurs renseignements bancaires dans le cadre d’un accord conclu en 2014. Quand un Français ouvre un compte aux Bermudes, le fisc français est censé être automatiquement averti. En 2018, une seconde vague d’Etats mettront en place cet échange. Une partie des schémas que l’on trouve là ne seront plus possibles à la fin de l’année ou dès l’année prochaine. Une autre partie, reste, hélas, légale.

Pascal Saint-Amans, directeur du Centre de politique et d’administration fiscales à l’OCDE

J’ai eu la flemme de tout lire, vous pouvez me faire un résumé ?

Après plusieurs mois d’enquête, le Consortium international des journalistes d’investigation, un média non lucratif déjà à l’origine des « Panama Papers » et avec lequel collaborent Radio France et « Cash Investigation » de France 2, a publié dimanche 5 novembre les premières révélations d’une nouvelle enquête, baptisée « Paradise Papers ».

En s’appuyant sur plus de 13 millions de fichiers, provenant de deux cabinets d’avocats spécialisés dans la finance offshore et de 19 paradis fiscaux, ils révèlent les montages financiers complexes de certaines personnalités, comme la reine d’Angleterre, le pilote de F1 Lewis Hamilton ou un ministre américain, pour échapper à l’impôt ou dissimuler des relations d’affaires gênantes. Contrairement aux « Panama Papers », la plupart des pratiques révélées ici ne sont pas illégales. Mais elles posent une question morale : est-il acceptable et même viable pour nos démocraties que les plus riches se soustraient à l’impôt ? Un défi auquel les Etats ont répondu timidement pour le moment.*

C’est surement le montant et la face cachée que l’iceberg dirige tout droit dans cette perte de liberté que les forces financières se sont faites dévoilées. Mais à ne pas en douter la moralité du bien fondée ne doit surement pas les concerner. En les laissant, continuer à agir de la sorte et en continuant à acheter leurs pouvoirs qui demeurent un euphémisme nous rend encore plus fous.

Le sens de la véritable transparence est le plus leurre indélébile, que la planète bleue, qui nous véhicule porte dans ses valeurs. De ce que dans le temps nous appelions la morale du matin.

Le Panda

Patrick Juan

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)
Paradis fiscal, l’un et l’autre : Paradise Papers, 10.0 out of 10 based on 1 rating

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Before you post, please prove you are sentient.

qui fut le premier président de la Veme république?

  Retour à l'accueil du Forum  



* Commentez sur les Voix du Panda. Identifiez-vous : Créér votre compte.
* Les commentaires ne seront ni votés, ni repliés.
* Commentaire du Rédacteur : Vert
* Commentaire de tout autre Intervenant : Bleu
* Les articles de l'auteur pourront êtres modifiés et réédités.
* Vous constatez un bug, avoir plus d'informations : Contactez nous.
* Pour participer au Média-Citoyen. Il est impératif d'Etre enregistré(e).
* Notre serveur vous renverra votre code sur votre e-mail validé.
* Vous pouvez lire, enregistrer, utiliser tous les articles du forum.
* Merci de nous en faire la demande.