Ecoutez l'article:



Israël massacre avec violences des Palestiniens

Auteur:
Son site
Par le 15 mai 2018

Aucun humain ne porter le nom d’homme en abattant froidement son voisin par le fait qu’il ne soit en accord

Nous pouvons comprendre la honte de rester des hommes !

Netanyahu dit le Faucon, pourra recevoir les plus grands de ce monde, que la honte tombera sur l’armée et le peuple israélien. Journée sanglante à Gaza et la suite sera quoi face à des lances pierres ?

Ce qui se passa dans les années 70 – 80 – et ce qui se déroule en ces moments face à la scène internationale, ressemble à s’y méprendre à l’obsession de mettre sous silence le plus complet la Palestine. Lorsque certains osent dire ou écrire cela, ils passent pour des fanatiques ? Célébrer des jours de commémorations comme la Shoa, avec la corruption qui ne se voile pas même la face, que nous reste-t-il comme dignité, honneur ?

Une honte dont il sera difficile d’effacer les traces. Voici plus de 70 années que la Palestine endure la position prise par l’ONU de 1948 à 2018. Oublier la signification d’Exodus à un moment de l’histoire, représente qui ou quoi de nos jours ?

USA, TRUMP assassins qui a posé son véto au Nations Unies pour une enquête objective. Sacré leçon de la Turquie, de l’Afrique du Sud, les réactions des autres nations parlent par leurs réactions, mais où sont les actes réels?

Loin d’être anti-américain, la colère et la vengeance va ressurgir dans cette zone du monde en feu, les voleurs ne sont pas désignés, les victimes jonchent le sol de toutes formes de croyances.

Ils pourront dire nous « Irons cracher après le mur de la honte » !

Il n’y a dans mes lignes aucune rancune vis des juifs, des arabes, des occidents etc. Mais il est plus que temps que chacun mesure ses actes et le devenir des familles de toutes les victimes.

Le proche Orient, ressemble à une paix impossible ? Non ce sont les USA associé à l’état d’Israël qui ont marqué le mur des lamentations, ni plus ni moins que plus de 100 morts. Le clavier sourd, pleure pour la bande de Gaza, nous sommes plus à la guerre des 6 jours. Il est inadmissible, inconcevable, de constater que les victimes sont aussi des enfants. Nous embrassons une guerre de religions, le nier, c’est refuser qu’il y a encore des hommes de par ce monde. L’histoire de la création de la bande de Gaza est, et demeure une prison à ciel ouvert.

Que la France demande à Israël de montrer moins de violences. Il semble difficile d’entendre de lire de tels propos face à des manifestants qui refusent de continuer à être les esclaves du monde moderne. Combien de milliers de morts tous côtés confondus doivent jonchés les sols de cette partie du globe, pour que la raison l’emporte sur la démence. Ce qui se passe ressemble à une forme de génocide, puis lorsque chacun défend son clocher, il ne peut être décidé par un homme seul, à qui appartient cette ville, ce pays, ces enfants.

A ne pas en douter la France a vu les siens descendre dans toutes les rue du pays pour quelques centaines de morts. L’inauguration de Jérusalem, comme capitale d’Israël ? Qui peut le comprendre ?

L’ambassade des USA à Jérusalem, pour lancer une journée noire demeure pire que 11 septembre 2001 aux USA. Une armée qui tire librement sur enfants, femmes, hommes, pour leur interdire de manifester.

En ces moments il y a plus de 2500 victimes côté Palestine, en peu d’années. Le plus grand risque n’est pas simplement ce jour c’est la suite, demain, après-demain et la suite, aucune chose ne marquera une étape avec des drapeaux d’autres nations de l’Occident.

La réunification de la honte sonne comme tous les glas, des conflits mondiaux. Mais il y avait une unité pour chasser l’intrus. Des centaines, des milliers de jeunes tombent, ils vont poursuivre demain et même bien au-delà.

Israël a indéniablement envahi Jérusalem, les actions de Donald Trump, a écrasé plus de 50 années d’histoire.

Il est difficile de ne pas admettre que nous n’avons pas connu, un calme, une jonction dans nos enfances. Le constat des parties prenantes sont loin d’être sur un pied d’égalité, donc où se situe le semblant de négociations. Divers ouvrages, films, ont été réalisés mais nous constatons sans illusion que les actes unilatéraux, vont conduire à ce stade à une forme de colonisation de la Palestine.

La fille de Trump et son mari tous deux fervents de l’état d’Israël sont présents et applaudissent à tout rompre.

Puis des cerfs-volants, surplombent avec des mini charges…depuis la masse des victimes de la guerre de 2014 ne laissera autant de marques. Ce jour historique dixit Israël est un jour de gloire, mais la réunification de la ville sera loin plus qu’immuable maculée du sang rouge pourpre. L’armée d’occupation, doit impérativement respecter le droit international, la résolution du droit de retour « 194 » est une obligation sans quoi cela sera pire qu’en Syrie à ne pas en douter. Israël s’est retiré de la bande de Gaza en 2007, le mal était déjà fait. Le Hamas chacun sait dans ces régions du monde ce qui ce mot représente. La solution de revenir aux frontières de 1967, est impossible. Il suffit de faire le compte des barrages en Cis Jordanie.

Dans la mesure où des élections aient lieu dans les mois à venir en Israël, la droite renforcerait le nombre de ses élus. Ce sont les pages de notre propre histoire qui s’écrit, le mur de la honte va se creuser de plus en plus. En juxtaposant les faits qui datent de 51 années en 1967, la solution ne résoudra surement pas à ce stade.

Les liens à tel coup ne serviraient pas à grand-chose, mais la réalité du massacre on peut le barrer d’un coup de plume.

Témoignages poignants de réalismes ?

Il y aura 70 ans ce 15 mai, a commencé l’expulsion des Palestiniens de ce qui est devenu l’Etat d’Israël. Donc le début du processus qui culminera cette semaine a été la création de la question des réfugiés Palestiniens. Et 70% de la population de Gaza sont des réfugiés et leurs descendants, qui sont aussi classifiés comme des réfugiés par les Nations Unies. Le début du processus est donc l’expulsion, et il y a un demi-siècle, Gaza a été occupée par Israël. Et ce fut depuis le tout début une occupation très brutale. Les pires massacres furent alors supervisés par Ariel Sharon. Donc vous avez l’expulsion, à laquelle vient s’ajouter l’occupation. En 2006, a commencé le siège de Gaza, le blocus, après que le Hamas a gagné les élections parlementaires : Israël, aidé des Etats-Unis et de l’Europe, a imposé un siège de type médiéval, le blocus de Gaza, le siège illégal, immoral et inhumain de Gaza. Vous avez l’expulsion, l’occupation et le blocus, et en plus de tout cela, vous avez ces massacres périodiques infligés à Gaza. Depuis 2004, il y a eu non pas un, non pas deux, non pas trois, non pas quatre, non pas cinq, non pas six, non pas sept mais bien huit, huit massacres infligés au peuple de Gaza. Parlons du peuple de Gaza, vous devez bien avoir à l’esprit que plus de la moitié de la population sont des enfants. Ils ont moins de 18 ans. Donc lorsqu’on parle d’un blocus inhumain, de massacres, ils sont surtout infligés à des enfants.

Vous pouvez imaginer, ce n’est pas très difficile à concevoir, que lorsque vous avez ce processus d’expulsion, d’occupation, de blocus et de massacres, à un certain moment, l’endroit devient invivable. Ne veux pas dire invivable dans un sens qui serait d’ordre poétique, mais bien physiquement invivable.

L’ONU est surtout composée de bureaucrates, des bureaucrates très austères, et ils ont rédigé des rapports assez compétents. Et début 2012, ils posaient une question très réaliste : Gaza sera-t-elle habitable en 2020 ? Encore une fois, physiquement, biologiquement, médicalement, sera-t-elle vivable ? Cela a commencé avec cette question. Puis en 2015, l’UNCTAD, une agence de l’ONU, a publié un rapport qui ne la présentait plus comme une question. Ce rapport affirmait que dans la trajectoire actuelle, Gaza serait invivable en 2020. En 2017, l’ONU s’est rendu compte qu’ils avaient été trop confiants, trop optimistes. Ils ont dit que Gaza avait déjà franchi le seuil d’invivabilité il y a longtemps. Eh bien, qu’est-ce que ça signifie, concrètement ? Cela signifie par exemple que 97% de l’eau de Gaza est contaminée. Chaque Américain devrait comprendre cela. Nous avons eu notre propre tollé national pour l’eau à Flint, lorsque l’état de contamination de l’eau a été découvert. Mais on parle ici de toute une région, Gaza, dont l’eau est contaminée. Comme l’a dit Sara Roy, du Centre d’Harvard pour les Etudes sur le Moyen-Orient, dans la dernière édition de son travail standard sur l’économie de Gaza, question sur laquelle Roy est l’autorité mondiale, elle dit que des innocents, en majorité des enfants, sont empoisonnés par l’eau qu’ils boivent et par la nourriture qu’ils consomment, parce que le sol est également contaminé. Nous avons donc une situation où les gens sont maintenant confrontés par le fait qu’ils sont… et cela entraine… Je n’aime pas recourir à des comparaisons, car on arrive à cette comparaison des souffrances, et personne ne veut aller dans cette direction. Mais il y a des aspects de Gaza qui sont absolument uniques. L’un de ces aspects est que, comme l’UNRWA, la principale organisation humanitaire travaillant avec des réfugiés Palestiniens l’a dit, partout ailleurs dans le monde, s’il y a une catastrophe naturelle, comme par exemple une sécheresse, ou une catastrophe causée par les hommes, comme la guerre en Syrie, ils ont dit que ce n’est pas une super option mais les gens peuvent fuir. Ils peuvent partir, ils peuvent déménager. Je serais le dernier à dire que c’est une bonne alternative, devenir un réfugié, et souvent finir dans une tente, dans la boue. Mais les habitants de Gaza n’ont même pas cette option, dit l’UNRWA. Ils sont piégés. Maintenant, il faut se poser une question très simple : quel mot utiliseriez-vous pour décrire une situation dans laquelle 2 millions de personnes sont piégés dans une zone qui est physiquement invivable ? Un camp de concentration. Ce n’est pas mon langage, c’est le langage de l’ONU. Ils sont physiquement piégés dans une zone qui est invivable et dans laquelle, pour citer Sara Roy, vous êtes empoisonné. Donc face à cette réalité, le peuple de Gaza n’a pas vu d’autre option, car le recours à la résistance armée, qui a été tenté plusieurs fois, s’est avéré futile, ils ont été incapables de faire céder Israël, donc ils ont vu cela comme un dernier recours. Le peuple de Gaza a entrepris, vraiment en masse, de manière populaire, non-sectaire, d’essayer de briser le siège en recourant à la résistance civile non-violente. Aaron Maté : Donc les habitants de Gaza ont fait ce que de nombreuses personnes dans le monde ont affirmé vouloir qu’ils fassent depuis des années, à savoir des manifestations non-violentes. Ils ont manifesté toutes les semaines, les enfants, les femmes, les résidents ordinaires de Gaza. Quelle a été la réponse d’Israël ?

Le Panda

Patrick Juan

 

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)
Israël massacre avec violences des Palestiniens, 10.0 out of 10 based on 1 rating

26 Commentaires sur ce billet

  1. Le Panda Le 15 mai 2018 à 14h15min (commentaire N° 1)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  2. Le Panda Le 15 mai 2018 à 14h18min (commentaire N° 2)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Lundi 14 mai fut la journée la plus meurtrière du conflit israélo-palestinien depuis quatre ans. Quelque 60 Palestiniens sont tombés sous les balles israéliennes alors qu’avait lieu une manifestation contre l’ouverture de l’ambassade américaine à Jérusalem, transférée de Tel-Aviv. Partout dans la bande de Gaza, les habitants enterrent ceux qui ont été tués la veille lors des affrontements avec les soldats israéliens à la frontière. Et d’un côté comme de l’autre, mardi, on se prépare à de nouveaux affrontements dans les Territoires. Les Palestiniens de la bande de Gaza sous blocus et de Cisjordanie occupée commémorent la « Nakba », la « catastrophe » qu’ont représentée à leurs yeux la création de l’État d’Israël en 1948 et l’exode de centaines de milliers d’entre eux.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  3. Le Panda Le 15 mai 2018 à 14h20min (commentaire N° 3)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Tandis qu’officiels israéliens et américains célébraient en grande pompe un jour « historique » et l’alliance entre les deux pays, 58 Palestiniens, dont 8 mineurs, ont été tués par les tirs israéliens lundi. Le bilan humain s’est encore alourdi mardi matin avec l’annonce de la mort d’un bébé, décédé après avoir inhalé des gaz lacrymogènes lors des heurts, selon le ministère gazaoui de la Santé. Au moins 2 400 Palestiniens ont été blessés, soit par les tirs israéliens, soit par les inhalations de gaz, selon le ministère. Après avoir enterré leurs morts, les Gazaouis devraient de nouveau prendre la direction de la barrière de sécurité israélienne.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  4. Le Panda Le 15 mai 2018 à 14h25min (commentaire N° 4)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  5. Le Panda Le 15 mai 2018 à 14h27min (commentaire N° 5)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Une nouvelle manifestation mal vue par Tel-Aviv

    Khalil al-Hayya, l’un des responsables du Hamas, le mouvement islamiste qui dirige la bande de Gaza, a assuré lundi soir que le mouvement allait se poursuivre. Le Hamas, auquel Israël a livré trois guerres depuis 2008, soutient le mouvement tout en assurant qu’il émane de la société civile et qu’il est pacifique. Ses milliers de combattants n’ont pas pour l’instant ouvertement sorti les armes, mais Khalil al-Hayya a laissé entendre que cela pourrait changer. L’armée israélienne s’inscrit en faux contre le caractère pacifiste et civil de la protestation, et accuse le Hamas de s’en servir pour mêler à la foule des hommes armés ou disposer des engins explosifs le long de la barrière de sécurité.

    L’armée israélienne, qui a mobilisé des milliers d’hommes autour de la bande de Gaza et en Cisjordanie, a dit s’attendre à de nouvelles violences. « Toute activité terroriste appellera une riposte vigoureuse », a-t-elle prévenu. Israël redoute le scénario cauchemar de Palestiniens forçant la barrière de sécurité et s’infiltrant en Israël où ils pourraient menacer les populations civiles. Il a prévenu qu’il emploierait « tous les moyens » pour protéger la barrière, ses soldats et les civils. En même temps, son armée assure ne recourir aux tirs à balles réelles qu’en dernier recours.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  6. Le Panda Le 15 mai 2018 à 14h30min (commentaire N° 6)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    La « marche du retour »

    Des manifestations sont également prévues en Cisjordanie, distante de Gaza de quelques dizaines de kilomètres. Les événements de lundi ont de nouveau attiré à Israël de nombreuses critiques, dont des condamnations pour usage excessif de la force. Le Conseil de sécurité de l’ONU doit se réunir à 14 heures GMT à l’initiative du Koweït. La direction palestinienne a crié au « massacre ». La Turquie et l’Afrique du Sud ont décidé de rappeler leur ambassadeur. La Turquie a accusé Israël de « terrorisme d’État » et de « génocide », estimant que les États-Unis partageaient la responsabilité du « massacre » à Gaza. Le président français Emmanuel Macron a « condamné les violences des forces armées israéliennes contre les manifestants » palestiniens.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  7. Le Panda Le 15 mai 2018 à 14h31min (commentaire N° 7)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Ambassade américaine : « moment historique à Jérusalem », bain de sang à Gaza

    Cependant, les États-Unis, allié historique d’Israël dont le président Donald Trump a multiplié les gestes favorables à l’État hébreu, ont bloqué lundi l’adoption d’un communiqué du Conseil de sécurité qui entendait exprimer son « indignation » « face à la mort de civils palestiniens exerçant leur droit à manifester pacifiquement ». L’ONG Amnesty International est allée jusqu’à évoquer des « crimes de guerre ». L’Union européenne et Londres ont appelé à la retenue. La bande de Gaza est depuis le 30 mars le théâtre d’une protestation massive appelée « grande marche du retour ». Elle vise à défendre la revendication des Palestiniens à retourner sur les terres qu’ils ont fuies ou dont ils ont été chassés à la création d’Israël en 1948. Il s’agit aussi de dénoncer le blocus imposé depuis plus de dix ans à la bande de Gaza par Israël pour contenir le Hamas.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  8. Le Panda Le 15 mai 2018 à 14h33min (commentaire N° 8)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Une reconnaissance qui passe mal à l’international

    Le mouvement a drainé des dizaines de milliers de Palestiniens, hommes, femmes et enfants, le long de la frontière avec, pour certains, l’intention de forcer la barrière de sécurité israélienne. Tandis que la plupart des Gazaouis se tiennent à distance des tirs israéliens, des groupes résolus vont défier la mort en allant lancer des pierres et des engins incendiaires ou en faisant rouler des pneus enflammés vers les soldats. Depuis le 30 mars, 113 Palestiniens ont été tués, la très grande majorité par les tirs israéliens le long de frontière. Un seul soldat israélien a été blessé. La « grande marche du retour » était censée culminer avec les commémorations de la « Nakba ». Mais l’inauguration de l’ambassade américaine à Jérusalem a enflammé les passions.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  9. Le Panda Le 15 mai 2018 à 14h35min (commentaire N° 9)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    La reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël par Donald Trump, concrétisée par le transfert de l’ambassade de Tel-Aviv à Jérusalem, constitue une rupture avec des décennies de diplomatie américaine et de consensus international. La décision américaine comble les Israéliens qui y voient la reconnaissance d’une réalité de 3 000 ans pour le peuple juif. Elle coïncide avec le 70e anniversaire de la création de l’État d’Israël. Le statut de Jérusalem est l’une des questions les plus épineuses de l’insoluble conflit israélo-palestinien.

    Israël, qui s’est emparé de Jérusalem-Est en 1967 et l’a annexée, considère tout Jérusalem comme sa capitale « éternelle » et « indivisible ». Les Palestiniens veulent faire de Jérusalem-Est la capitale de l’État auquel ils aspirent. Pour la communauté internationale, Jérusalem-Est reste un territoire occupé et les ambassades ne doivent pas s’installer dans la ville tant que le statut n’en a pas été réglé par la négociation.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  10. Le Panda Le 15 mai 2018 à 14h38min (commentaire N° 10)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  11. Le Panda Le 15 mai 2018 à 15h30min (commentaire N° 11)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Les soldats israéliens ont tué 55 Palestiniens lundi à la frontière de la bande de Gaza lors de heurts et de manifestations contre l’inauguration de l’ambassade américaine à Jérusalem, concrétisation l’une des promesses les plus controversées du président Donald Trump.

    L’administration américaine a ostensiblement célébré lundi l’inauguration de son ambassade à Jérusalem tout en s’efforçant de reléguer au second plan les manifestations dans la bande de Gaza, réprimées dans le sang par Israël mais dont les États-Unis imputent la responsabilité au Hamas.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  12. Le Panda Le 15 mai 2018 à 15h32min (commentaire N° 12)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Malgré l’envoi d’une délégation sans poids lourds à la cérémonie d’ouverture de la nouvelle ambassade, Washington n’a pas caché sa joie face à la concrétisation de cette promesse emblématique de la reconnaissance unilatérale de Jérusalem comme capitale d’Israël, annoncée le 6 décembre par Donald Trump dans un chœur de réprobation internationale.

    C’est un « grand jour pour Israël », a lancé sur Twitter le président des États-Unis.

    Big day for Israel. Congratulations!
    — Donald J. Trump (@realDonaldTrump) 14 mai 2018

    La Maison Blanche a distribué à la presse un communiqué soulignant comment le milliardaire républicain tient ainsi un engagement de campagne de manière « rapide et efficace », contrairement à ses prédécesseurs qui s’étaient rangés, une fois au pouvoir, à la tradition diplomatique et au consensus international.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  13. Le Panda Le 15 mai 2018 à 15h34min (commentaire N° 13)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Ce ton enjoué tranche avec les images des manifestations sanglantes dans la bande de Gaza contre l’inauguration de l’ambassade, lors desquelles, pendant que se déroulait la cérémonie à Jérusalem, plusieurs dizaines de Palestiniens ont été tués par les forces israéliennes.

    Les plus résolus ont affronté, au péril de leur vie, les tirs des soldats israéliens en allant lancer des pierres et en tentant de forcer la barrière lourdement gardée. Israël avait prévenu qu’il emploierait « tous les moyens » pour empêcher toute incursion en Israël de Palestiniens susceptibles de s’en prendre aux populations civiles riveraines.Selon le dernier bilan du ministère de la Santé gazaoui, 55 Palestiniens ont été tués et environ 2 400 blessés. Parmi les morts figurent plusieurs mineurs de moins de 16 ans.

    Alors que les capitales européennes ont immédiatement appelé au « calme » et à la « retenue » pour « prévenir un nouvel embrasement », les États-Unis, accusés par des capitales arabes et plusieurs observateurs d’avoir attisé les tensions avec leur décision sur Jérusalem, ont clairement décidé de ne pas s’attarder sur ces protestations.

    Dans un communiqué publié alors que le bilan dépassait déjà les 40 morts, le secrétaire d’État américain Mike Pompeo n’a fait aucune mention à ces violences, préférant « célébrer l’ouverture de l’ambassade ». Et interrogé par la presse un peu plus tard, il a tourné les talons sans répondre.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  14. Le Panda Le 15 mai 2018 à 15h36min (commentaire N° 14)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Condamnations internationales

    Le Koweït a demandé une réunion en urgence mardi du Conseil de sécurité de l’ONU tandis que le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres s’est dit « particulièrement inquiet ».

    Les ONG Amnesty International et Human Rights Watch ont dénoncé un recours injustifié aux tirs à balles réelles, la première fustigeant une « violation abjecte » des droits de l’Homme et des « crimes de guerre ».

    Big day for Israel. Congratulations!
    — Donald J. Trump (@realDonaldTrump) 14 mai 2018

    L’Union européenne et Londres ont appelé à la retenue. Le président Emmanuel Macron a « condamné les violences des forces armées israéliennes contre les manifestants » palestiniens à Gaza lors d’entretiens téléphoniques lundi soir avec son homologue palestinien Mahmoud Abbas et le roi de Jordanie Abdallah II, selon un communiqué de l’Élysée.

    À cette occasion, le chef de l’État a réaffirmé « la désapprobation de la France à l’encontre de la décision américaine d’ouvrir une ambassade à Jérusalem » et souligné que le statut de la ville « ne pourra être déterminé qu’entre les parties, dans un cadre négocié sous l’égide de la communauté internationale ».

    L’Iran a dénoncé un « jour de grande honte », évoquant un « massacre de sang-froid » à Gaza pendant que les États-Unis « célébraient le transfert de l’ambassade illégale »

    La Turquie a accusé Israël de « terrorisme d’État » et de « génocide », estimant que les États-Unis partageaient la responsabilité du « massacre » à Gaza.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  15. Le Panda Le 15 mai 2018 à 15h38min (commentaire N° 15)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    « Droit d’Israël à se défendre »

    Il a fallu attendre le point de presse quotidien de la Maison Blanche pour que Washington réagisse.« La responsabilité de ces morts tragiques repose entièrement sur le Hamas » qui « provoque intentionnellement et cyniquement cette réponse » israélienne, a estimé un porte-parole de la présidence américaine. Comme lors de précédentes manifestations dans l’enclave palestinienne, réprimées par l’État hébreu, la diplomatie américaine a invoqué « le droit d’Israël à se défendre », accusant également le mouvement islamiste d’inciter la population à des « violences qui les mettent terriblement en danger ».« Le contrôle de Gaza par le Hamas met en danger la vie des Gazaouis », a affirmé un responsable du département d’État à l’AFP.

    En revanche, les responsables américains ont tous réaffirmé leur soutien au processus de paix entre Israël et les Palestiniens, et même leur conviction que la décision de Donald Trump aiderait à faire progresser la résolution du conflit.

    « Nous restons déterminés à promouvoir une paix globale et durable entre Israël et les Palestiniens », a déclaré, sans plus de précisions, Mike Pompeo. « En reconnaissant enfin Jérusalem comme capitale d’Israël, les États-Unis ont choisi les faits au détriment de la fiction. Et les faits sont les seules vraies fondations pour une paix juste et durable », a ajouté le vice-président Mike Pence.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  16. Le Panda Le 15 mai 2018 à 15h40min (commentaire N° 16)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Doutes sur l’existence du « Plan Kushner »

    Le président américain s’était engagé à relancer un processus de paix moribond, promettant même d’arracher un accord définitif. Il a confié cette délicate mission à son gendre et conseiller Jared Kushner qui devait, selon plusieurs sources, dévoiler début 2018 un plan de paix tenu secret.Mais l’annonce du 6 décembre sur Jérusalem a mis fin aux tractations. Ulcérés, les dirigeants palestiniens refusent désormais de parler aux négociateurs américains.Et le « plan Kushner » n’a jamais été présenté, à tel point que plusieurs diplomates étrangers doutent même qu’il ait jamais existé.

    « La décision de déplacer l’ambassade américaine à Jérusalem en l’absence d’une négociation plus vaste, sans rien demander à Israël en retour ni impliquer les Palestiniens », revient à infliger à la région un remède qui aggrave son état, estime le président du think tank Council on Foreign Relations, Richard Haass.

    Mais bien qu’ils réaffirment leur attachement au processus de paix, les responsables américains semblent ne plus en faire une priorité, toute leur politique au Moyen-Orient tournant autour du dossier iranien.

    « L’administration Trump peut avoir le sentiment qu’elle a le soutien de certains gouvernements arabes », moins pressés que par le passé de soutenir les Palestiniens, note Hady Amr, de la Brookings Institution. Mais ce soutien arabe risque de « ne pas se matérialiser » tant que les violences perdurent à la frontière entre Gaza et Israël, prévient-il.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  17. Le Panda Le 15 mai 2018 à 16h01min (commentaire N° 17)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Le contraste était saisissant. D’un côté, à Jérusalem, la liesse, avec l’inauguration du bâtiment provisoire de l’ambassade américaine. Une ambiance tout à la fois solennelle et festive. Les huit cents invités, israéliens et américains, applaudissant à tout rompre les discours des officiels. De l’ambassadeur David Friedman au Premier ministre Benjamin Netanyahu, en passant par Jared Kushner, le gendre du président américain, ou le chef de l’État israélien Reuven Rivlin. Des orateurs convaincus de faire l’Histoire et qui ont tous évoqué le lien qui unit la cité du roi David, il y a 3 000 ans, à la Jérusalem d’aujourd’hui. Celle que, le 6 décembre dernier, le président américain a reconnue comme capitale d’Israël en promettant d’y installer l’ambassade américaine. Ce qui, en ce 14 mai, est chose faite. Comme l’a dit Jared Kushner, « cette décision ne fait que reconnaître la vérité : Jérusalem est la capitale d’Israël ». De son côté, Donald Trump, sur Twitter, a salué un « grand jour » pour Israël.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  18. Le Panda Le 15 mai 2018 à 16h03min (commentaire N° 18)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Dans les coulisses de la création d’Israël

    À une soixantaine de kilomètres de là, à la frontière entre Gaza et Israël, des scènes d’une violence inouïe. Des dizaines de milliers de manifestants palestiniens qui s’affrontent avec l’armée israélienne, laquelle a pour ordre de les empêcher de pénétrer en territoire israélien et qui tire à balles réelles. Le bilan des Palestiniens tués n’a cessé de s’allonger au fil des heures. À l’heure où ces lignes sont écrites, on fait état du côté des manifestants de 55 morts. Il y a plus de 2 200 blessés, dont beaucoup par balle.

    Dans l’après-midi, autres images de guerre : l’aviation israélienne bombardait quatre positions du Hamas dans le secteur de Djebalya, le grand camp de réfugiés dans le centre de la bande de Gaza. Selon le porte-parole de l’armée, il s’agissait de neutraliser des Palestiniens qui tiraient sur les soldats israéliens

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  19. Le Panda Le 15 mai 2018 à 16h06min (commentaire N° 19)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  20. Le Panda Le 15 mai 2018 à 16h09min (commentaire N° 20)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Benjamin Netanyahu inflexible

    Lors de l’inauguration de l’ambassade, les seuls échos de cette journée sanglante à la frontière entre Gaza et Israël sont venus de Benjamin Netanyahu. Dans son discours, inflexible, le Premier ministre israélien a déclaré : « Je rends hommage à notre armée qui en ce moment même défend notre frontière. » D’un seul homme, les invités se sont tous levés pour des applaudissements en forme d’ovation. Il faut dire que, pour monsieur Netanyahu, son gouvernement, et une grande partie du public, Israël est dans son bon droit. Il se défend « contre des terroristes envoyés par le Hamas qui veut la destruction d’Israël ». Dans un récent sondage, 71 % des personnes interrogées estimaient justifiés les tirs à balles réelles contre les manifestants de Gaza.

    Reste la grande interrogation : l’embrasement d’aujourd’hui va-t-il ou non prendre encore de l’ampleur et s’étendre à la Cisjordanie et à Jérusalem-Est ? Demain, le 15 mai, les Palestiniens commémorent la Naqba, la « catastrophe ». Autrement dit la défaite arabe de 1948 et la tragédie des réfugiés. Compte tenu du bain de sang d’aujourd’hui, les habitants de Cisjordanie, de la partie orientale de la ville sainte, mais aussi les habitants arabes d’Israël pourraient bien changer d’humeur et, par solidarité avec Gaza, se mobiliser en masse.

    Le président de l’autorité autonome, Mahmoud Abbas, réunit ce soir la direction de l’OLP pour discuter de la situation. De son côté, l’armée israélienne, dans la crainte d’une nouvelle escalade de violence en provenance de Gaza avec des tirs de missiles en direction d’Israël, a fait déployer à plusieurs endroits du secteur son système antimissile, Dôme de fer. Doit-on craindre une nouvelle guerre de Gaza, comme à l’été 2014 ? L’armée n’exclut aucun

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  21. Le Panda Le 15 mai 2018 à 16h12min (commentaire N° 21)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Faut-il craindre un nouveau bain de sang ? Au lendemain des affrontements violents à la frontière entre la bande de Gaza et Israël, qui ont fait 55 morts parmi les Palestiniens – dont un bébé qui a inhalé du gaz lacrymogène – on peut le craindre.

    Hier, était le point culminant d’une mobilisation, la « marche du retour » qui a vu, depuis le 30 mars des milliers de Gazaouis se rassembler le long de la frontière pour revendiquer le droit des Palestiniens à retourner sur les terres dont ils ont été chassés ou qu’ils ont fuies à la création d’Israël en 1948.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  22. Le Panda Le 15 mai 2018 à 16h13min (commentaire N° 22)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    L’inauguration de l’ambassade américaine à Jérusalem, hier, a attisé davantage la colère des Palestiniens.

    Ces heurts sanglants pourraient se poursuivre ce mardi pour les 70 ans de la Nakba, la « catastrophe » qu’a constituée pour les Palestiniens la création d’Israël en 1948 et qui a été synonyme d’exode pour des centaines de milliers d’entre eux. Des appels ont été lancés pour une grève générale et à la mobilisation.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  23. Le Panda Le 15 mai 2018 à 16h15min (commentaire N° 23)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Réunion du Conseil de Sécurité

    Le Conseil de Sécurité de l’ONU doit se réunir mardi. Organisée à l’initiative du Koweït, la réunion est programmée à 14 heures GMT, selon des sources diplomatiques. Ces événements ont suscité une vive inquiétude internationale.

    La Turquie et l’Afrique du Sud ont décidé de rappeler leur ambassadeur en Israël.

    Les adversaires d’Israël et des organisations de défense des droits de l’Homme ont de nouveau condamné l’Etat hébreu pour usage disproportionné de la force.

    Pour leur part, les Etats-Unis ont bloqué lundi l’adoption d’un communiqué du Conseil de sécurité qui entendait exprimer son « indignation et sa tristesse face à la mort de civils palestiniens exerçant leur droit à manifester pacifiquement ».

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  24. Le Panda Le 15 mai 2018 à 16h16min (commentaire N° 24)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Les ONG Amnesty International est allé jusqu’à évoquer des « crimes de guerre ».

    L’Union européenne et Londres ont appelé à la retenue, Paris a « condamné les violences ».

    L’Iran a dénoncé un « jour de grande honte ».

    La Turquie a accusé Israël de « terrorisme d’Etat » et de « génocide », estimant que les Etats-Unis partageaient la responsabilité du « massacre » à Gaza.

    L’Etat hébreu réfute le caractère proclamé pacifiste de la mobilisation à Gaza et dit qu’elle sert de couverture aux tentatives du Hamas de s’infiltrer en Israël.

    Selon l’armée israélienne, au moins trois équipes d’hommes en armes ont essayé de disposer des explosifs le long de la barrière et plusieurs membres du Hamas se sont déguisés en civil pour se fondre parmi les manifestants. Israël a bombardé lundi plusieurs positions du mouvement islamiste.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  25. Le Panda Le 15 mai 2018 à 16h18min (commentaire N° 25)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    La nouvelle ambassade américaine, une des promesses les plus controversées de Donald Trump, a bien été inaugurée à Jérusalem. Mais cela s’est traduit par un bain de sang à Gaza. Selon un bilan encore provisoire, lundi soir, au moins 55 Palestiniens ont été tués par des tirs israéliens. Plus de 2000 manifestants ont été blessés lors de cette journée, la plus meurtrière du conflit israélo-palestinien depuis la guerre de 2014.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  26. Le Panda Le 15 mai 2018 à 16h20min (commentaire N° 26)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Dès le matin, des milliers de Palestiniens s’étaient massés à différents endroits de la frontière avec Israël pour protester contre le transfert de l’ambassade américaine de Tel-Aviv à Jérusalem. Des heurts ont éclaté avec l’armée israélienne qui, répondant à des jets de pierre et pour empêcher les manifestants de passer la frontière, a ouvert le feu.

    Les images montrent des projectiles lacrymogènes pleuvant du ciel sur les Palestiniens, des blessés par balle portés à bout de bras. Et des corps inertes. L’armée israélienne a également déclaré avoir mené plusieurs raids aériens contre des structures du Hamas (le mouvement islamiste palestinien) à Gaza, « en réponse aux actions violentes » du mouvement islamiste.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)

Laisser un commentaire

Before you post, please prove you are sentient.

qui fut le premier président de la Veme république?

  Retour à l'accueil du Forum  



* Commentez sur les Voix du Panda. Identifiez-vous : Créér votre compte.
* Les commentaires ne seront ni votés, ni repliés.
* Commentaire du Rédacteur : Vert
* Commentaire de tout autre Intervenant : Bleu
* Les articles de l'auteur pourront êtres modifiés et réédités.
* Vous constatez un bug, avoir plus d'informations : Contactez nous.
* Pour participer au Média-Citoyen. Il est impératif d'Etre enregistré(e).
* Notre serveur vous renverra votre code sur votre e-mail validé.
* Vous pouvez lire, enregistrer, utiliser tous les articles du forum.
* Merci de nous en faire la demande.