Ecoutez l'article:



Gregory Villemin, Tom et les Autres : Face aux Méandres de la « Justice en France »

Auteur:
Son site
Par le 3 juin 2018

Le dernier meurtre sera à la hauteur de la sentence ? Les assassins d’enfants

Le dernier connu : Mort de Tom dans l’Aisne

À Le Hérie-la-Viéville, après l’assassinat, viol.. Du petit garçon de 9ans, Tom, un prénom qui marquera le destin de ces enfants martyrs. Nous avons le sentiment de vivre un remake de l’affaire de l’assassin Patrick Henry. Dont M. Robert Badinter sauva la tête aux assises, par la suppression de la peine capitale en France. Sous le 1er quinquennat de François Mitterrand. Il y a lieu de se poser certaines questions sur les meurtres d’enfants, racines de vies. Là, où trouver la sérénité devient bien souvent un parcours plus qu’impossible. La juste question serait de se demander : Peut-on trouver un équilibre face à de telles atrocités pour les proches? Le partage de Salomon selon la légende implique le glaive et la balance sur un juste fléau. C’est pour quand ? Tom, prénom de l’enfant de 9 ans, dernière victime, était parti cueillir des cerises le 28 mai, en fin d’après-midi. En compagnie d’un ami un peu plus âgé que lui, d’après France 3 qui cite une source proche de l’enquête. Selon des voisins interrogés, « Tom et Alexandre » étaient les meilleurs amis. Selon ces mêmes voisins, le soir des faits, « Tom était avec un de ses grands frères. Ils sont allés chercher Alexandre pour cueillir des cerises dans le jardin de la maison abandonnée », jardin dans lequel le corps de l’enfant sera plus tard découvert. L’enfant retrouvé « dénudé » selon le parquet de Laon, avec « simplement des chaussettes et un tee-shirt remonté au niveau du cou ». Il présentait « un hématome important au niveau de la tête et des traces de viol ». Le corps du petit Tom a aussi « été aspergé avec de l’hydrocarbure », les enquêteurs ayant constaté « un début de combustion des végétaux qui entourent le corps ». Un proche de l’affaire a détaillé: « L’auteur du meurtre a essayé d’effacer les preuves sans réussir à brûler le corps ». La découverte du corps du petit garçon par les gendarmes, vers 23h le jour de sa disparition, a été un choc, y compris pour les gendarmes eux-mêmes. Un témoin cité par Closer raconte: « J’étais avec les gendarmes, quand le corps a été retrouvé. Ils m’ont demandé de sortir. Le gendarme qui l’avait trouvé avait les larmes aux yeux, il était sous le choc ».

Meurtre de Tom : qui est le suspect

Interpellé mardi 29 mai à 6 heures du matin, selon une source proche de l’enquête citée par France 3, le suspect est un homme de 27 ans habitant à quelques centaines de mètres du lieu où a été découvert le corps. La même source le décrit comme connu des services de police pour infraction au Code de la route et dégradations. Le parquet de Laon évoque, lui, délinquance routière et cambriolage, en précisant que l’homme n’a pas été condamné et n’a aucun lien de parenté avec la victime. Par ailleurs, il n’est guère inscrit au Fichier judiciaire des auteurs d’infractions sexuelles. La mère de Jonathan M. le prénom et la première lettre du nom du jeune homme. Pour elle, si jamais son fils est à l’origine de la mort de Tom, le petit garçon de 9 ans retrouvé dans l’Aisne, « c’est qu’il a eu un coup de folie ». La mère de Jonathan M. a affirmé que son fils n’est pas violent et n’aime pas la violence, étant toutefois sujet à des crises de schizophrénie, pour lesquelles le suspect a été suivi. Je n’arrive pas à réaliser, a-t-elle confié. Il venait à la maison nous donner un coup de main, il était bien. C’est un garçon très gentil, il rend service à tout le monde. La mère du suspect estime d’ailleurs que s’il a été accusé, c’est en raison de son apparence : Parce qu’il avait une crête de couleur, qu’il était toujours habillé en jean. Mais l’habit ne fait pas le moine. La mère du jeune homme, mis en examen pour « meurtre sur mineur de moins de 15 ans précédé ou accompagné d’un viol », souhaite en tout cas que « justice soit rendue » et que, dans le cas où son fils est jugé coupable, il « se fasse soigner plutôt que d’aller en prison ». L’homme s’était présenté aux dernières élections municipales de ce village de 230 habitants mais n’avait pas été élu. Connu de tous dans la commune Jonathan M., « sans emploi, vivait dans un logement social ».

Préparant trois ouvrages, le 1er « Justice en France » « l’Affaire Fiona » « Grégory Villemin » à suivre ! Ci-dessus le départ de l’affaire de l’enfant Tom !

Ayant été sur place, à l’époque et ensuite, le serment était fait de ne pas lâcher jusqu’à l’éclaircissement de l’une non ! Mais de diverses affaires de ce style qui frappent sans mesurer l’ampleur. Les mensonges, les erreurs, les méandres de la Justice sont de plus en plus complexes. Nous sommes comme dans la garanti des « Droits de L’homme » dans un marasme où nous nous noyons. Justice en France- L’affaire Fiona- Grégory Villemin.

La force du monde de l’enfance est bien plus solide que tous les emblèmes et les mensonges que l’on veut tenter de nous faire avaler. Les raisons et motifs sont multiples, divers et démontrent de plus la face caché en certains moments de plier sans cesse à de l’inadmissible. L’affaire du petit Grégory où des personnes seront encore entendues par les services de police. Combien de fois cet enfant sera assassiné ? Trente-deux ans après l’assassinat du petit Grégory. Trois personnes arrêtées, deux placées en détention. Un couple de septuagénaires se trouve parmi ces derniers. La justice ne cherche pas des coupables à tous prix ? D’autres personne seront également entendue sans autre précision en l’instant. Débâcles de la « Justice en France » s’instaure de pleins faits. 34 années après la disparition de cet enfant. Le mal de vivre, l’incompréhension s’installent dans le village où ils ont toujours vécu. Il semble déjà impossible de garder le souvenir durant quelques mois, alors là ? Leurs avocats se sont exprimés à priori aucune preuve technique ne justifie cette attitude, révoltes ? Durant ce temps on masque l’essentiel !

Monsieur Macron Il serait utile sans faire confusion, que vous donniez votre sentiment. Monsieur Jacques Chirac l’avait fait dans l’affaire « Outreau » fiasco judiciaire total. Dont fut tiré « Présumé Coupable ». Ce qui n’empêcha point le « Juge Burgaud  » de gagner en grade. Malgré ses erreurs dont il ne fut pas le seul coupable. Tous ces morts dans ces sordides affaires. La justice n’a pas fait ce qu’il fallait. Monsieur le président, une mise en garde, avant que masse de faits tournent à la catastrophe. Un film avec Pierre Richard Le Jouet, humour. Une œuvre : Le Président d’Henri Verneuil  : version intégrale en français. Vous feriez bien de le voir, ou de le regarder à nouveau. Vous êtes encore le garant des institutions de la France. Vous attendez quoi ? Nous, nous constatons que vous faites marche arrière : sur la transparence des élus. Indéniable, que « Les copains d’abord  » de Brassens, tous les migrants ne sombrent pas. Comme le dit Pierre Perret, en ce qui me concerne : moi j’aime « Lili ».

Ayant suivi cette affaire depuis le départ, car ce fut l’année de la naissance de mon fils. Dont nous durent changer le prénom et pour causes. En l’instant et compte tenu de la difficulté à s’exprimer, la perte d’un enfant ces deux titres, c’est Grégory : où qu’il soit il les envois à ses parents à ceux capables d’avoir aimé l’enfant, détails sordides. Enfin surement les vérités arrivent ? Ou allons-nous assister à masse de règlements de comptes, de suicides, de vengeances ? La vérité va émergée ? Ou sommes-nous face à d’importantes manipulations ? La faiblesse de certaines personnes a pendant longtemps caché trop de réalités ! A ne pas en douter à poursuivre de la sorte la Justice en France dérape, même plus. A la suite des trois mises en examen des deux conjoints de plus de 70 ans les obligeant à vivres séparément après 53 années d’union et vivant toute leur vie. Jusqu’à ce jour, nous allons direct vers un ou des crimes immondes. Ressortir que la Justice pédale à côtés qui peut prétendre se souvenir de ce qu’il ou elle a accompli il y a seulement ? Alors 34 années après c’est se foutre de la figure du pays des droits de l’homme ? Que feriez-vous M. Macron si on vous coupe de Mme Macron de votre cellule familiale ? Scandales. La France en a déjà connus. Vous voulez le vôtre ? Que fait votre Garde des Sceaux ? Lancer le bouchon trop loin, vous êtes peut-être pour notre malheur ? Garant des institutions, qui ne sont pas les vôtres : Vous déviez la loi ne respectant pas notre République ? Articles 5 et 16, votre prétention précipite une chute, vous usurper certains pouvoirs ? Les coupables sont connus, ils avancent masqués, comme la plume qui livre l’ouvrage ?

 

Coup de théâtre contre la Justice qui part en vrille

Sources multiples et diverses : Le Parisien – 20 minutes- Vie Publique- Le Monde- Ici.fr- Le Panda-

Annulation des mises en examen de Murielle Bolle et des époux Jacob pour un vice de procédure est un raté de plus dans cette affaire qui en compte plus que ce que certains peuvent croire. Pas un coup d’arrêt définitif mais malgré tout un sérieux accident de parcours sur un chemin vers la vérité plus que fracassé. La justice balbutie dans ce dossier maudit-sordide entre tous : le rapt et l’assassinat, le 16 octobre 1984, de Grégory Villemin, retrouvé pieds et poings liés dans les eaux de la Vologne (Vosges). A un an proche, sursaut ? Une avancée capitale avec la mise en examen pour enlèvement et séquestration suivie de mort de Marcel et Jacqueline Jacob, le grand-oncle et la grand-tante de l’enfant dans sa pleine innocence. Rebondissement inattendu avait fait naître le fol espoir de connaître, enfin, l’épilogue de ce crime plus que crapuleux et les termes sont faibles pour le décrire comme sordide. Renforcé par la mise en examen de Murielle Bolle, suspectée d’avoir été présente lors de l’enlèvement de Grégory. La suite de l’enquête n’avait pas permis d’obtenir d’éléments décisifs, la menace d’un renvoi devant la cour d’assises survolée l’ensemble. Epuisé, las. Mercredi, la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Dijon a annulé les mises en examen des trois mis en cause. « C’est très contrariant ».

Le cousin de Murielle Bolle, témoin clé, fragilisé

La décision des magistrats de la cour d’appel, saisis par les avocats de la défense, est purement procédurale. Les conseillers estiment que l’ancienne présidente de la chambre, Claire Barbier, chargée de conduire le supplément d’information, n’avait juridiquement pas le doit de prononcer seule les mises en examen. Cette prérogative devait en réalité en revenir à la chambre de l’instruction dans sa formation collégiale. Les juges en tirent les conséquences. Puis annule les « actes subséquents », les expertises psychiatriques psychologiques déjà réalisées. De plus surtout les auditions des époux Jacob réalisées par Claire Barbier depuis le mois de juin. Ni l’un ni l’autre ne formule de quelconques aveux, l’accusation comptait exploiter certaines de leurs déclarations. La garde à vue de Murielle Bolle de 1984 au cours de laquelle elle avait mis en cause son beau-frère Bernard Laroche est validée.

« Murielle Bolle ravie »

Coup pour l’accusation, qui fragilise un dossier friable. Jean-Jacques Bosc, le procureur général de Dijon, voit le verre à moitié plein : « Cette décision d’annulation porte sur des points de procédure et non pas sur des éléments touchant au fond du dossier ». Le haut magistrat, dispose de cinq jours pour se pourvoir en cassation. Improbable, outre le risque de ne pas obtenir gain de cause, cela rallongerait encore une procédure interminable. L’arrêt ne remet néanmoins pas en cause la poursuite des investigations.

Affaire Grégory : les enquêteurs ont toujours des pistes

Les mis en cause ont accueilli la nouvelle avec satisfaction. « Murielle Bolle est ravie  ». « Jacqueline et Marcel Jacob étaient en larmes », leurs avocats ajoutant que leurs clients « n’ont plus rien à faire dans ce dossier  ». La chambre de l’instruction peut prononcer à nouveau leurs mises en examen. Les avocats des parents de Grégory en feront la demande. « Christine et Jean-Marie Villemin sont déterminés à connaître la vérité. Depuis 1984, ils ont appris la vertu de la patience ». Le procureur général peut également prendre des réquisitions en ce sens. Le feuilleton Grégory est encore loin d’être achevé. Un feuilleton à « La Dallas » mais il s’agit du meurtre d’un enfant. La justice en France montre ses erreurs mais avons-nous déjà constaté un magistrat sanctionné par erreur, faute grave ? Jamais bien au contraire, cela n’engendre que de la violence que nous vivons au quotidien, personne ne peut le nier. Dans le cas contraire nous ne vivons point dans le même monde.

Il y a des sanctions qui doivent s’imposer pour que nous restions en République. La honte est plus forte que la souffrance de ceux qui sont parents et surtout pour les parents de Grégory.

Le Panda

Patrick Juan

 

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)
Gregory Villemin, Tom et les Autres : Face aux Méandres de la « Justice en France », 10.0 out of 10 based on 1 rating

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Before you post, please prove you are sentient.

qui fut le premier président de la Veme république?

  Retour à l'accueil du Forum  



* Commentez sur les Voix du Panda. Identifiez-vous : Créér votre compte.
* Les commentaires ne seront ni votés, ni repliés.
* Commentaire du Rédacteur : Vert
* Commentaire de tout autre Intervenant : Bleu
* Les articles de l'auteur pourront êtres modifiés et réédités.
* Vous constatez un bug, avoir plus d'informations : Contactez nous.
* Pour participer au Média-Citoyen. Il est impératif d'Etre enregistré(e).
* Notre serveur vous renverra votre code sur votre e-mail validé.
* Vous pouvez lire, enregistrer, utiliser tous les articles du forum.
* Merci de nous en faire la demande.