Ecoutez l'article:



Horreurs au-dessus de tous soupçons. Négoces d’Enfants ! La guerre contre l’Extrême Droite une erreur?

Auteur:
Son site
Par le 2 juillet 2018

L’extrême droite, ce n’est pas seulement des idées nauséabondes, c’est aussi des pratiques monstrueuses avec l’église en association de malfaiteurs. Les racines chrétiennes sont pourries jusqu’à l’os et gangrènent toute la société. Les Espagnols en font la sinistre expérience actuellement. Ce qui démontre que la démocratie espagnole est pire que le leurre que je cite ci-dessus, ceux qui en doutent, merci de visionner la vidéo ci-dessous. Il n’y a pas à mon sens, seulement l’Extrême droite, tous les partis sans exception son coupables. Puis nous complices du refus de mettre la dignité de chacun à sa place.

http://www.youtube.com/watch?v=6Si_6XIZ48A

La vérité qui claque à la figure de chaque enfant au chiffre ahurissant de plus de 300 000 mille connus à ce jour, le film complet ci-dessous en français. Aurons le courage d’en parler ? La vidéo de film complet :

https://www.youtube.com/watch?v=WyEjKnfcB_g

Le canard enchaîné a fait un article dessus la semaine dernière pour annoncer le passage du documentaire en clair sur Canal + donc je suppose que pas mal de personnes l’ont vues….Osons en parler !

En Europe, en Espagne, depuis ce jour le scandale le plus phénoménal prend une autre forme. Il en va de même dans le cadre des terroristes assassins en divers styles et formes. Le droit de préemption d’innocence prend une place de plus en plus importante. Une évidence les absences d’une logique qui tourne presque tel l’ancien manège de « Tounicoti, Tournicoton ». La démonstration est plus qu’évidente. Le franquisme ne s’est pas éteint avec le décès de Franco. L’Espagne devenue une démocratie et les faits perdurent y compris après 1987. Le procès qui s’ouvre depuis 26 juin 2018, au pays des Ramblas laissera des empreintes aussi importantes ou plus que l’époque des « Rojos ». Les deux comparaisons sont difficilement séparables, tant les impacts marquent et subsisteront dans l’histoire, qui n’est ni plus ni moins que la vie soit d’issante du passé et qui macule notre présent, mais surtout celui des victimes.

Les enquêtes dont les sources émanent d’un réalisme stupéfiant, que ces faits émanent de sources du Figaro et autres, elles figurent dans certains gènes.

Entre respect du droit et cas de conscience, des avocats assument la défense de personnes poursuivies dans des dossiers de terrorisme. Un plaidoyer parfois inaudible, pour ces individus «perçus comme des monstres.» J’ai eu l’honneur de le défendre. Le journaliste insiste: «L’honneur?» «L’honneur monsieur.» Éric Dupont-Moretti est invité à la matinale de Nicolas Demorand sur France Inter au lendemain du verdict du procès Merah, en novembre dernier. Le célèbre pénaliste, habitué des déclarations détonantes, persiste à défendre son client. La veille, Abdelkader Merah, frère de Mohamed, terroriste qui a tué́ sept personnes et en a blessé́ six autres à Toulouse et Montauban, en mars 2012, a été condamné à vingt ans de prison pour association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste. La tension de l’échange est à la hauteur de celle qui imprègne la société autour des affaires de radicalisation et de terrorisme. Ces individus «incarnent le mal absolu» aux yeux de l’opinion, selon Dupont-Moretti. Et ce, depuis un tournant: la série d’attentats de 2015, de Charlie Hebdo au 13 novembre. Les accusations pleuvent, des vies deviennent fonds de commerce. Le monde de la finance dans tous les cas de figures laisse ses empreintes, peu importe à ce stade qui en tirent profits.

Eduardo Vela, 85 ans, ex-obstétricien à la clinique San Ramon de Madrid, est accusé par Inès Madrigal, employée des chemins de fer de 49 ans, de l’avoir séparée de sa mère biologique et d’avoir falsifié son acte de naissance, en juin 1969. Le premier procès des «bébés volés» s’ouvre ce mardi en Espagne, des décennies après qu’a éclaté ce scandale de nouveau-nés soustraits à leurs mères pour être confiés à des familles d’adoption sous le régime de Franco (1939 – 1975). Ce médecin, dénoncé depuis longtemps par la presse et des associations, est le premier à devoir s’asseoir sur le banc des accusés, grâce au témoignage de la mère d’Inès Madrigal, Inès Pérez, décédée depuis.

Cette dernière, qui ne pouvait pas avoir d’enfant, a raconté que le docteur Vela lui avait proposé un bébé. Il lui avait demandé de simuler une grossesse puis l’avait déclarée comme la mère biologique du nouveau-né. Devant le juge d’instruction, il avait reconnu en 2013 avoir signé «sans regarder» le dossier médical qui indique qu’il a assisté à l’accouchement. «Je suis inscrite comme fille d’une femme stérile qui n’a jamais accouché», résume Inès Madrigal.

«Impunité»

Des cas comme celui-ci pourraient se compter par dizaines, voire centaines de milliers, selon les associations militant depuis 2010 pour que la lumière soit faite sur ce trafic qui a commencé sous la dictature de Francisco Franco (1939-1975), souvent avec la complicité de l’Église catholique. Les enfants étaient retirés à leurs parents après l’accouchement, déclarés morts sans qu’on leur fournisse la preuve et adoptés par des couples stériles, de préférence proches du régime «national-catholique». «On m’a dit d’arrêter de pleurer, que j’avais déjà une fille de 15 mois qui avait besoin de moi, que j’étais jeune et que j’aurais d’autres enfants.» Cristina Moracha, l’une des victimes du trafic Comme Cristina Moracha, à qui le personnel d’une maternité de Madrid a dit, quelques jours après qu’elle avait accouché en mai 1984, que son bébé était mort, sans lui en montrer le corps ni la sépulture. «On m’a dit d’arrêter de pleurer, que j’avais déjà une fille de 15 mois qui avait besoin de moi, que j’étais jeune et que j’aurais d’autres enfants», raconte-t-elle à l’AFP. «Tu devrais être contente que Dieu ait choisi ton bébé pour l’emporter», lui a même dit une religieuse. Après la guerre civile (1936-1939), l’objectif était de punir les opposantes accusées de transmettre le «gène rouge» du marxisme, affirme Soledad Luque, présidente de l’association «Tous les enfants volés sont aussi mes enfants». Puis ce sont les enfants nés hors mariage, ou dans les familles pauvres ou très nombreuses, qui ont été davantage visés à partir des années 1950. Le trafic a perduré en démocratie, au moins jusqu’en 1987, pour des motifs «presque purement économiques», poursuit-Mais malgré l’ampleur du scandale, dénoncé pour la première fois dans la presse en 1982, aucune des plus de 2.000 plaintes déposées selon les associations n’a abouti. «Ce qui unit les trois époques, c’est le mot impunité», affirme Soledad Luque, dont la plainte visant à retrouver son frère jumeau a été classée. C’est le fait d’avoir permis la tenue de ce procès pionnier qui pousse Inès Madrigal à continuer, avec l’espoir que la décision fasse jurisprudence, pour «que ça ne me serve pas qu’à moi mais à tant d’autres qui attendent derrière moi». «Ce qui unit les trois époques, c’est le mot impunité.» Soledad Luque, présidente de l’association «Tous les enfants volés sont aussi mes enfants» Mais après tant d’années, la résignation guette les familles. Les protagonistes disparaissent au fil des années, comme la religieuse Maria Gomez Valbuena, souvent dépeinte comme la tête du trafic à Madrid, et morte avant d’être jugée. Eduardo Vela, «il lui suffirait d’invoquer son droit à garder le silence, et ce serait fini», lâche, dépitée, Cristina Moracha. Interviewé par la BBC en 2011, le médecin avait déclaré en brandissant un crucifix: «J’ai toujours agi en son nom. Toujours pour le bien de l’enfant et pour protéger les mères». «Je sais parfaitement qu’on ne va pas l’obliger à déclarer ce que je veux qu’il déclare, c’est-à-dire (…) où est allé chaque bébé, et parmi eux, mes frères», disparus dans les années 1960 à la clinique San Ramon, dit une femme qui refuse de donner son nom. Elle justifie sa demande d’anonymat par ce qui est arrivé à Ascension Lopez, condamnée pour calomnie pour avoir accusé une religieuse d’avoir orchestré son adoption.

La vidéo présente ici https://actu.orange.fr/monde/videos/espagne-premier-proces-dans-le-scandale-des-bebes-voles-du-franquisme-VID0000002DSYA.html

Plus qu’un long discours voir des exposés futiles, dans cette vidéo le départ de ce procès affiche un certain laxisme avec les preuves flagrantes de ces horreurs. Elles sont belles et bien présentes.

Que chacun parents, enfants, puissent tenter de faire un grand espace au sommet de ces massacres qui se poursuivent.

Le Panda

Patrick Juan

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)
Horreurs au-dessus de tous soupçons. Négoces d’Enfants ! La guerre contre l'Extrême Droite une erreur?, 10.0 out of 10 based on 1 rating

2 Commentaires sur ce billet

  1. Le Panda Le 27 juin 2018 à 23h18min (commentaire N° 1)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Dysphasie, dyspraxie, dyslexie, hyperactivité ou phobie scolaire : un enfant sur dix souffre de troubles de l’apprentissage, du développement ou du comportement. Comment les parents s’organisent-ils pour élever des enfants qui n’ont pas tout à fait leur place, ni dans le système scolaire classique ni dans les institutions spécialisées ? Quelles sont les alternatives dont ils disposent ? Entre échec scolaire et rupture sociale, comment ces enfants grandissent-ils ?

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  2. Le Panda Le 4 juillet 2018 à 10h33min (commentaire N° 2)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Nordahl Lelandais a été mis en examen, mercredi 4 juillet, pour agression sexuelle sur mineur de moins de 15 ans, ont appris France Bleu Isère et France 3 de source judiciaire, confirmant une information de BFMTV. Déjà mis en examen pour la mort de Maëlys et celle d’Arthur Noyer, il est accusé d’attouchements sur sa petite cousine âgée d’environ 7 ans.

    Nordahl Lelandais a été entendu mardi par les juges d’instruction grenoblois, dans le cadre de l’enquête sur la mort de Maëlys en août dernier, mais aussi pour l’agression sexuelle de sa jeune cousine. Une audition qui a duré environ une heure et demie.

    L’exploitation technique de son téléphone a permis de retrouver une vidéo, sur laquelle une fillette subit des attouchements de la part d’un homme soupçonné d’être Nordahl Lelandais lui-même.

    Il s’agit d’une cousine de Nordahl Lelandais, âgée d’environ 7 ans et qui vit dans la région de Bagnols-sur-Cèze, dans le Gard, avait indiqué le procureur de la République de Nîmes Eric Maurel à France Bleu Gard Lozère.

    De source proche du dossier, la vidéo a été tournée au domicile des parents de Nordahl Lelandais, où il vivait, à Domessin (Savoie), environ une semaine avant la disparition de la petite Maëlys.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)

Laisser un commentaire

Before you post, please prove you are sentient.

qui fut le premier président de la Veme république?

  Retour à l'accueil du Forum  



* Commentez sur les Voix du Panda. Identifiez-vous : Créér votre compte.
* Les commentaires ne seront ni votés, ni repliés.
* Commentaire du Rédacteur : Vert
* Commentaire de tout autre Intervenant : Bleu
* Les articles de l'auteur pourront êtres modifiés et réédités.
* Vous constatez un bug, avoir plus d'informations : Contactez nous.
* Pour participer au Média-Citoyen. Il est impératif d'Etre enregistré(e).
* Notre serveur vous renverra votre code sur votre e-mail validé.
* Vous pouvez lire, enregistrer, utiliser tous les articles du forum.
* Merci de nous en faire la demande.