Ecoutez l'article:



Le scandale de Sanofi, dans l’œil du cyclone. Telle la Coupe du monde 2018 !

Auteur:
Son site
Par le 18 juillet 2018

Rien n’est plus riche que voir grandir et attendre ses enfants en toute quiétude avec la sécurité adéquate

Il est évident que la Coupe du monde 2018 met du baume au cœur du peuple de le France dans sa globalité. On ne pouvait rêver d’une meilleure finale que France-Croatie. Ce Pays a peine grand comme la capitale Paris mais avec des tripes de convictions. A ne pas en douter que le meilleur gagne mais Deschamps a marqué son époque depuis 1998. Irons-nous défiler sur les Champs Elysées par million pour célébrer une victoire tricolore. Quoi qu’il en soit cette jeunesse vient de donner un fleuron de gloire au drapeau tricolore. A toute finalité il y a une forme de moralité, n’oublions les conséquences des profits des laboratoires tels Sanofi. Ces enfants qui nés de la rançon d’amour, ne pourront jamais courir sur la trace des champions. Lorsqu’ils arrivent au départ d’un match accompagné d’un enfant tenu par la main, messieurs : merci. Pensons juste un peu à ces enfants nés malformés par cette saloperie de Dépakine. Une censure, une minute de silence ne peuvent se comparer alors parlons-en.

Dernières minutes qui confirment, des scandales à plusieurs tailles !!

L’association France Nature environnement a décidé de porter plainte lundi 9 juillet contre l’usine Sanofi du bassin de Lacq à Mourenx (Pyrénées-Atlantiques) qui fabrique la Dépakine et qui pollue bien au-delà des normes autorisées, révèle franceinfo dimanche 8 juillet.

190 000 fois la norme autorisée

L’usine a rejeté, en avril dernier, jusqu’à 190 000 fois la norme autorisée de bromopropane, une substance inodore mais classée comme cancérigène mutagène et avec des effets susceptibles d’altérer la fécondité.

Cinq polluants qui peuvent aggraver les phénomènes de pollution atmosphérique et provoqués des problèmes respiratoires chez les habitants sont dans le collimateur. Les associations de riverains et les associations environnementales qui siègent dans la commission de suivi du site industriel sont particulièrement choquées par les niveaux de polluants et les délais de réaction de l’usine qu’elles jugent « inadmissibles. » Le site rejetterait aussi du valproate de sodium, la base de la Dépakine, et ce à des niveaux de plusieurs tonnes par an.

Un médicament déjà dans l’oeil du cyclone

JusticeSanofi a été mis en demeure de faire des travaux avant fin juillet, mais l’entreprise estime qu’il n’y a aucun risque « inacceptable » pour la santé. Les associations demandent à ce que la justice tranche. Une réunion est également prévue ce mercredi entre les associations, les élus et les services de l’état.

La Dépakine, médicament anti-épileptique, est par ailleurs dans l’œil du viseur pour ses effets sur les enfants des femmes qui l’ont pris pendant leur grossesse. L’Assurance maladie et l’Agence du médicament (ANSM) ont compté jusqu’à 30 000 enfants victimes de troubles mentaux et de développement.

Le scandale de la Dépakine a éclaté en 2016, prit par les mamans enceintes, qui entraine des malformations graves qui vont bien au-delàs du manque de langage. Les parents comme les enfants trainent des séquelles à vie. Provoquent des conséquences qui mettent en évidence le laisser aller encore du Sanofi mit sur le marché avec l’accord de l’Union Européenne. Les chiffres annoncés sont bien supérieurs à la réalité, les paramètres de diagnostics sont encore inconnus à plus de 50%. Ces chiffres et % pourcentages sont à prendre avec bien des pincettes, autant les inconnus sont importants.

A quels moments la santé en France et autres pays, cesseront de prendre les êtres humains pour des cobayes à financer leurs laboratoires de recherches « fondamentale » comme si les zombies étaient une richesse qui prend de plus en plus d’ampleur.

Les chiffres en sources de L’Express et divers intervenants démontrent encore une fois de plus, que les sanctions sont plus loin de la réalité du droit d’aimer et créer avec un maximum de sécurité. Il serait plus que temps que chacun prenne conscience que si le monde devient de plus en plus atteint de divers troubles du comportement, nous avons la confirmation une fois de plus qu’il faille compter les victimes par milliers et les profits par milliards pour que le débat s’ouvre publiquement.

Entre 16.600 et 30.400 enfants pourraient avoir été atteints de troubles mentaux et du comportement après avoir été exposés au valproate (Dépakine et ses dérivés) dans le ventre de leur mère ces cinquante dernières années, selon une première estimation officielle publiée vendredi 22 juin. Jusque-là, l’Agence du médicament et l’Assurance maladie n’avaient communiqué que sur les malformations congénitales graves provoquées par la Dépakine et ses dérivés, en estimant qu’entre 2.150 et 4.100 enfants en avaient été victimes. Cela ne prenait pas en compte les enfants souffrant de retard de développement. Une nouvelle estimation d’une étude de l’Agence du médicament (ANSM) et de l’Assurance maladie-Cnam parle de 16.600 à 30.400 enfants touchés.

Toutefois, les chiffres de malformations déjà connus et ceux des troubles mentaux et du comportement dévoilés vendredi ne peuvent être additionnés, car certains enfants peuvent cumuler plusieurs handicaps, avertit l’ANSM.Cette estimation sur ces troubles neuro-développementaux (autistiques, retards mentaux, difficultés ou retards de langage…) est contestée par Sanofi. 4 à 5 fois plus de risques de troubles neuro-développementaux

L’étude publiée vendredi montre que les enfants exposés au valproate prescrit à leur mère épileptique pendant la grossesse ont quatre à cinq fois plus de risques que les autres d’être atteints de troubles neuro-développementaux précoces (avant l’âge de 6 ans). Ce risque augmente avec la dose puisqu’il apparaît jusqu’à 8 à 10 fois plus élevé parmi les enfants exposés aux doses les plus fortes.

Cette étude, qui confirme l’ampleur des dégâts de ce médicament administré pendant la grossesse, a porté sur plus d’1,7 million d’enfants nés entre le 1er janvier 2011 et le 31 décembre 2014, dont 8.848 avaient été exposés à un seul traitement anti-épileptique (dont 991 à l’acide valproïque, autre nom du valproate) prescrit à leur mère.

Par ailleurs, pour parvenir à l’estimation du nombre d’enfants touchés, les auteurs se sont basés sur un pourcentage de risque de 30% à 40%, déjà établi par de précédentes études. Ils ont appliqué ce ratio au nombre total d’enfants exposés au valproate entre 1967, date de sa commercialisation, et 2016 pour traiter l’épilepsie ou les troubles bipolaires de leur mère (de 41.600, estimation basse, à 76.100, estimation haute). Ils aboutissent ainsi à la fourchette de 16.600 à 30.400 cas. Il s’agit de la première estimation officielle du nombre d’enfants touchés par ces troubles. De son côté, l’épidémiologiste Catherine Hill était arrivée à un total possible de 14.000 enfants, un des chiffres retenus par l’association de victimes Apesac selon laquelle le bilan pouvait aller jusqu’à 30.000. De moins en moins d’enfants exposés

L’étude proprement dite ne permettait pas d’avancer une estimation exhaustive du nombre d’enfants atteints en France. Ces troubles neurodéveloppementaux peuvent en effet être diagnostiqués assez tardivement par exemple lors de l’apprentissage de la lecture alors que 98% des diagnostics de malformations sont faits à la naissance, explique à l’AFP le Dr Alain Weill, co-auteur, responsable du département des études en santé publique à la Cnam. « La baisse du nombre d’enfants nés vivants exposés au valproate est constante depuis 2007 » (chiffre passé de 1.449 à 290 pour les grossesses débutées en 2016), indique à l’AFP la Dr Rosemary Dray-Spira de l’ANSM, co-auteure de l’étude. « Ce qui correspond à une baisse de 80% depuis 2007 », note le Dr Weill. « Une baisse tout à fait spectaculaire souhaitable et attendue », ajoute-t-il. Les chiffres publiés vendredi « ne sont pas une surprise », a réagi l’Apesac jugeant « nécessaire que le laboratoire Sanofi (qui commercialise la Dépakine) assume ses responsabilités et prenne en charge les victimes ». Dans un communiqué, Sanofi « conteste fermement les estimations mentionnées dans le rapport de l’ANSM et de la Cnam ». Elles « reposent sur des hypothèses invérifiables d’exposition au valproate pendant la grossesse, et vont ajouter de la confusion auprès des patients et des professionnels de santé » écrit-il. Le scandale de la Dépakine, médicament accusé de provoquer des malformations !  Scandale de la Dépakine : les victimes perdent une première manche judiciaire .

Il est plus que temps d’agir dans le cadre du bon sens et sécuriser les femmes qui offrent la vie et les familles qui subissent ce que certains feignent d’ignorer.

Le Panda

Patrick Juan

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)
Le scandale de Sanofi, dans l'œil du cyclone. Telle la Coupe du monde 2018 !, 10.0 out of 10 based on 1 rating

53 Commentaires sur ce billet

  1. Le Panda Le 12 juillet 2018 à 10h49min (commentaire N° 1)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    https://www.francetvinfo.fr/sports/foot/coupe-du-monde/direct

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  2. Le Panda Le 12 juillet 2018 à 10h50min (commentaire N° 2)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Ce qu’il faut savoir
    On connaît l’adversaire de l’équipe de France en finale de la Coupe du monde. A l’issue d’un match fort en suspense, les Croates ont battu l’Angleterre grâce à un but décisif de Mario Mandzukic pendant les prolongations (2-1). Les Bleus sont-ils contents d’affronter des Croates épuisés par leurs matchs à rallonge ? Auraient-ils préféré affronter l’Angleterre ? Ces questions seront posées à Samuel Umtiti et Paul Pogba qui donnent, jeudi 12 juillet, une conférence de presse.

     Il y a vingt ans, jour pour jour, la France remportait la Coupe du monde. Chauffeur du bus des Bleus, auteur de l’illumination de l’Arc de triomphe… Ils nous ont raconté leur 12-Juillet à eux.

     Samuel Umtiti, héros de la demi-finale. L’auteur du but qui a envoyé la France en finale répondra aux questions des journalistes. Le défenseur du FC Barcelone a délivré l’équipe de France, comme Lilian Thuram, il y a vingt ans, face à la Croatie.

     Un nouveau France-Croatie. En 1998, les Bleus avaient vaincu les Croates en demi-finale (2-1) grâce à deux buts légendaires de Lilian Thuram, les deux seuls de sa longue carrière en équipe natioale. « C’est notre revanche qui vient », a expliqué à franceinfo Filip Vucak, l’ambassadeur de Croatie en France.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  3. Le Panda Le 12 juillet 2018 à 10h51min (commentaire N° 3)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Retrouvez ici l’intégralité de notre live #MONDIAL

    10h40 : « Tout le monde a la possibilité de donner son avis. Entre nous, on sait que le plus important c’est la qualification. On sait qu’à la fin, on ne se souviendra que du vainqueur. »

    Interrogé sur les déclarations amères des Belges après la demi-finale, Samuel Umtiti refuse d’en rajouter.

    10h39 : Âgé de 5 ans au moment de la demi-finale du Mondial 98 France-Croatie, Samuel Umtiti avoue « ne pas du tout » se souvenir de ce match. Voilà qui ne nous rajeunit pas.

    10h38 : « On sait que dans cette compétition, on joue contre les meilleurs joueurs du monde. On va préparer ce match pour pouvoir gérer des joueurs comme Modric, Mandzukic ou Rakitic. »

    Samuel Umtiti évoque la préparation de la finale contre la Croatie, dimanche à 17 heures, et ses éléments forts.

    10h34 : La conférence de presse de Samuel Umtiti et Paul Pogba commence. C’est le buteur de la demi-finale face à la Belgique qui ouvre les hostilités. Suivez-la en direct avec nous.

    09h41 : Vous aimez le foot, les cheveux et les coupes de vainqueurs? J’ai réuni vos trois passions dans ce quiz révolutionnaire. Sachant que si vous obtenez 23/23, il y a de grandes chances que vous soyez le coiffeur de l’équipe de France.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  4. Le Panda Le 12 juillet 2018 à 10h52min (commentaire N° 4)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    09h32 : L’organisation policière basée à La Haye (Pays-Bas) a lancé un site web affichant l’entièreté des cartes. Une fois « retournées », elles révèlent le nom et la photo du criminel, ainsi que des informations sur ses crimes présumés.

    09h30 : Europol a mis sur pied une équipe d’un genre un peu différent en prévision de la finale du Mondial. A partir d’aujourd’hui, l’agence européenne de police dévoile sa propre « équipe » des 25 criminels les plus recherchés, dans un jeu en ligne qui n’est pas sans rappeler la très populaire collection des cartes de football.

    09h08 : A trois jours d’un possible sacre mondial, le héros de la demi-finale, Samuel Umtiti, et le métronome des Bleus, Paul Pogba, répondront aux questions de la presse à 10h30. Vous pourrez la suivre en direct sur notre site !

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  5. Le Panda Le 12 juillet 2018 à 10h55min (commentaire N° 5)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Mercredi, au bout du suspense, la Croatie a éliminé l’Angleterre lors de la deuxième demi-finale du Mondial russe (2-1, ap). L’équipe au damier sera l’adversaire des Bleus en finale dimanche à 17h, au stade Loujniki de Moscou. Une finale inédite qui promet d’être spectaculaire.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  6. Le Panda Le 12 juillet 2018 à 10h56min (commentaire N° 6)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Dans la lignée de l’ancienne Yougoslavie, les Croates disposent en effet d’une équipe talentueuse et séduisante capable de poser des problèmes aux Français. Même si leurs prestations n’ont pas toujours été convaincantes dans cette Coupe du monde. Portés par leur capitaine Luka Modric, le joueur du Real Madrid, les hommes de Zlatko Dalic ont su à chaque fois faire preuve de caractère pour forcer la décision. Dans la compétition, ils ont d’abord surpris tous les observateurs en étrillant l’Argentine (3-0), après avoir disposé du Nigéria (2-0). Finissant la phase de poules par un succès contre l’Islande (2-1) qui leur a permis de finir premiers, les partenaires du Monégasque Danijel Subasic sont tombés sur la partie du tableau la plus abordable. Même s’ils ont peiné pour éliminer leurs différents adversaires.

    Parfois empruntés, ils l’ont emporté à deux reprises au bout de la séance des tirs au but, contre le Danemark en 8es (1-1, 3-2 t.a.b) et face au pays hôte, la Russie (2-2, 4-3 t.a.b). Et ont donc sorti l’Angleterre après la prolongation (2-1 a.p). Dans cette demie face aux Three Lions, les Vatreni, le surnom de l’équipe croate, ont pourtant été en difficulté en étant menés dès la 5e minute de jeu, sur un coup franc de Kieran Trippier. Mais ils ont renversé la situation grâce à Ivan Perisic, d’une reprise en extension (68e), et à Mario Mandzukic, sur une frappe croisée parfaite en prolongation (109e). De quoi envoyer au septième ciel une Croatie récompensée de son travail acharné depuis des années.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  7. Le Panda Le 12 juillet 2018 à 10h57min (commentaire N° 7)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    90 minutes de jeu disputés en plus par rapport à la France

    Déjà brillante à l’Euro en France en 2016, avec un succès de gala face à l’Espagne en poules (2-1), elle avait échoué en 8es face au futur vainqueur, le Portugal, après prolongation (0-1). Le même scénario que huit ans auparavant, toujours à l’Euro, où, après un bon parcours en poules, elle avait été sortie par la Turquie au premier match éliminatoire. Cette année, elle semble vouloir vaincre la malédiction dans ce Mondial. Même si l’équipe risque d’être émoussée par rapport à l’équipe de France, avec 90 minutes de jeu disputés en plus par rapport à leurs prochains rivaux dans le tournoi. Une aubaine pour les hommes de Didier Deschamps qui montent en puissance dans la compétition.

    Une finale qui va réunir deux équipes peu habituées à se croiser. Avec seulement cinq confrontations, dont deux en tournois majeurs. Et surtout une mémorable en demi-finale de la Coupe du monde 1998. A l’époque, les Bleus s’étaient imposés grâce à un doublé inouï de Lilian Thuram (2-1) et avaient été sacrés par la suite, laissant les Croates achever la compétition à la 3e place. Vingt ans après, les partenaires de Modric voudront faire oublier cet affront aux 4 millions d’habitants d’une Croatie devenue seulement indépendante au début des années 90.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  8. Le Panda Le 18 juillet 2018 à 11h22min (commentaire N° 8)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    a 22 ans. M. est désormais en détention en région parisienne, pour faits de de vol et de trafic de stupéfiants. Il était jusqu’à vendredi dernier à la prison de Sequedin. C’est là qu’il a filmé, début juillet, un acte sexuel avec une surveillante, dans sa cellule. Dans cette vidéo d’une vingtaine de secondes, on le voit discuter à l’entrée de sa cellule avec une surveillante, avec la télévision en bruit de fond. Après quelques secondes, la surveillante regarde autour d’elle puis s’agenouille devant le détenu torse nu. Elle pratique une fellation pendant 2 ou 3 secondes.

    Ce mardi, il a appris que cette vidéo et les questions qu’elles posent étaient relayées par de nombreux médias. M. détient toujours un téléphone. Une journaliste de France 3 Nord Pas-de-Calais a pu lui parler. Il a raconté sa version des faits et le contexte dans lequel cette vidéo a été tournée, à l’insu de la surveillante stagiaire.

    « La surveillante, c’est une stagiaire qui était dans mon bâtiment. Elle était là depuis une semaine. Mes co-détenus m’ont dit qu’elle était un peu « tchatcheuse » donc on parlait en rigolant et un jour, ça a été au bisou et voilà quoi… A ce moment-là, j’étais tout seul en cellule, mes co-détenus étaient chez le coiffeur. J’ai posé mon téléphone, j’ai tout enregistré. On a eu des petits mots jusqu’au moment où je lui propose de faire ça, elle n’a pas refusé. J’ai eu une relation avec une surveillante pénitentiaire, voilà… « 

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  9. Le Panda Le 18 juillet 2018 à 11h23min (commentaire N° 9)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    https://youtu.be/q4Fov0YpIJo

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  10. Le Panda Le 18 juillet 2018 à 11h25min (commentaire N° 10)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    « Nous, ça nous amuse… »

    Pourquoi a-t-il filmé puis publié cette vidéo ? Sur cette question, la réponse du détenu est claire : il a filmé pour s’en vanter ensuite auprès d’autres détenus : « Nous, ça nous amuse. Je l’ai mise sur Snap, voilà. Ensuite, les gens, les autres détenus copient la vidéo et après, ça fait tout le tour… Moi, ça ne me dérange pas, ça me fait rigoler, c’est pas quelque chose qui me choque. J’ai vu qu’il y avait moyen. J’ai forcé personne. Je me croyais même plus en détention : on se parlait comme si c’était ma copine. Il y a eu un rapprochement sexuel, il y a rien eu de plus, voilà… ».

    M. affirme que c’était la première et la seule fois qu’il a eu une relation avec cette surveillante. Il dit également assumer les conséquences pour lui de la diffusion de cette vidéo. Il a été transféré en fin de semaine dernière de Sequedin à une autre prison (« à l’isolement », affirme-t-il) mais aurait réussi à garder son téléphone. L’administration pénitentiaire affirme pourtant que « le téléphone avec lequel la scène a été tournée a été saisi ».

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  11. Le Panda Le 18 juillet 2018 à 11h27min (commentaire N° 11)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    ccusé de viol, l’islamologue suisse Tariq Ramadan doit de nouveau être confronté à deux de ses accusatrices, « Christelle » et Henda Ayari, au palais de justice de Paris ces mercredi 18 et jeudi 19 juillet. Il doit être confronté à « Christelle » ce mercredi 18 juillet et se retrouvera face à Henda Ayari le lendemain. Selon les informations de RTL, l’avocat de Tariq Ramadan, maître Emmanuel Marsigny, va utiliser une procédure rare, la démise en examen.

    Ses avocats semblent déterminés à user de toutes les possibilités de la procédure pénale. Dans un document de 17 pages, que RTL a pu consulter, la défense de l’islamologue met une nouvelle fois en cause les contradictions des accusatrices. C’est notamment le changement de version de l’une d’elles, Henda Ayari, qui est fustigé.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  12. Le Panda Le 18 juillet 2018 à 11h28min (commentaire N° 12)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    La plaignante avait d’abord indiqué une date et un hôtel, l’Holiday Inn de la gare de l’Est, à Paris, avant de situer le viol deux mois plus tard, cette fois-ci place de la République. Selon les avocats de Tariq Ramadan, Henda Ayari ne peut être considérée comme crédible. Le document liste ensuite une série d' »invraisemblances » dans le récit des viols, et demande donc aux juges la démise en examen de l’islamologue suisse.

    Thierry Solère, député des Hauts-de-Seine
    enquête

    Thierry Solère en garde à vue : ce que lui reproche la justice

    Pour accéder à cette démise en examen, il faudrait que les juges considèrent que les « indices graves et concordants » qui ont présidé à la mise en examen ont été démentis par l’enquête, ce qui n’est absolument pas le cas selon un avocat des parties civiles. Par ailleurs, selon le Code pénal, les juges n’ont aucune obligation de délai pour répondre à cette demande.

    La requête est jugée hors de propos par l’avocat d’une des accusatrice, qui souligne la difficulté pour une plaignante de raconter après des années de silence. Un avocat qui rappelle que, depuis la mise en cause de Tariq ramadan, le dossier s’est même alourdi de plusieurs témoignages.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  13. Le Panda Le 18 juillet 2018 à 11h30min (commentaire N° 13)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Baisse du nombre de parlementaires ou instauration de la proportionnelle. Ces mesures emblématiques de la réforme des institutions voulue par le président de la République, Emmanuel Macron, ne seront examinées qu’en septembre au Parlement, dans le cadre des projets de loi organique et ordinaire. Mais elles déclenchent déjà de sérieuses passes d’armes entre la majorité et l’opposition à l’Assemblée nationale.

    Mardi 17 juillet, au sixième jour de l’examen de la réforme constitutionnelle, des députés de droite comme de gauche ont vivement critiqué la volonté du gouvernement de diminuer de 30 % le nombre de parlementaires, en s’inquiétant à l’avance du futur redécoupage et de l’agrandissement de la taille des circonscriptions.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  14. Le Panda Le 18 juillet 2018 à 11h31min (commentaire N° 14)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    « Il y aura un lien toujours plus distancié avec les Français, a notamment mis en garde le député La France insoumise (LFI) de Seine-Saint-Denis, Eric Coquerel. Le pouvoir sera plus technocratique, la politique deviendra un métier. »

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  15. Le Panda Le 18 juillet 2018 à 11h32min (commentaire N° 15)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Des socialistes (PS) aux Républicains (LR), en passant par les « insoumis » ou les communistes, des députés de divers bords de l’opposition ont déposé des amendements pour tenter de faire tomber la mesure phare du projet de modernisation des institutions. Celui de LR visait à « constitutionnaliser le nombre actuel de députés à l’Assemblée nationale », celui du PS à « maintenir le nombre de 577 députés à l’Assemblée nationale ». Tous ont été rejetés.

    « Le sport national est l’antiparlementarisme »

    Le rapporteur général du texte, Richard Ferrand, a souligné que leur inscription dans la Constitution n’avait aucun sens puisqu’elle aurait rendu « impossible la mise en œuvre de la réforme globale ». Le chef de file des députés La République en marche (LRM) a ensuite condamné « la tartufferie » des opposants à cette disposition, déclenchant des huées dans l’Hémicycle.

    « C’est un engagement présidentiel », a répété la ministre de la justice, Nicole Belloubet, afin de démontrer le bien-fondé de cette mesure, s’attirant en retour des critiques contre l’insuffisance des arguments apportés. La ministre a également recueilli une bronca de l’opposition, qui lui a reproché d’avoir pris les parlementaires à la légère en proposant « un jeu » visant à s’écouter parler.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  16. Le Panda Le 18 juillet 2018 à 11h32min (commentaire N° 16)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Certains députés ont également dénoncé la volonté du gouvernement d’instaurer une dose de 15 % de proportionnelle aux prochaines élections législatives. « Avec la proportionnelle, vous allez créer deux sortes de députés », a reproché le député (LR) de l’Yonne, Guillaume Larrivé, tandis que son collègue Marc Le Fur (Côtes-d’Armor) a présenté la baisse du nombre de députés comme un moyen pour Emmanuel Macron de « tenir sa majorité ».

    Dans une ambiance très tendue, députés de la majorité et de l’opposition se sont aussi accusés mutuellement de faire monter le populisme. La députée (non inscrite) Sylvia Pinel (Tarn-et-Garonne) a regretté la « petite musique contre les élus qui coûteraient cher », jugeant qu’à travers son projet de baisse du nombre de parlementaires, le gouvernement allait « renforcer le populisme ».

    Un message repris en chœur dans les rangs de l’opposition. « Le sport national est l’antiparlementarisme », a notamment rappelé le député de l’Union des démocrates et indépendants (UDI) Philippe Vigier (Eure-et-Loir). « La montée des populismes, c’est votre responsabilité ! », a lancé en retour le chef de file des députés MoDem, Marc Fesneau (Loir-et-Cher), en direction de l’opposition. Dans une ambiance toujours bien échauffée

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  17. Le Panda Le 18 juillet 2018 à 11h34min (commentaire N° 17)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    La commission d’enquête parlementaire sur l’affaire Lactalis pointe la responsabilité directe de l’industriel, qui n’a pas su gérer les signaux d’alerte. C’est ce qu’on peut lire dans le rapport remis mercredi 18 juillet et dont franceinfo a eu connaissance, six mois après la contamination à la salmonelle de 36 nourrissons qui avaient bu du lait infantile produit par l’industriel, fin 2017.

    Des recommandations pour éviter une nouvelle affaire

    La commission d’enquête parlementaire, dont le rôle n’est « ni punir, ni juger », mais « proposer des solutions pour qu’une telle chose ne se renouvelle pas », fait 49 propositions, autour de trois axes, a indiqué à franceinfo Christian Hutin, son président.

    Le premier axe « concerne les industriels, avec des contrôles plus importants », explique le président de cette commission, qui a auditionné toutes les parties prenantes à la crise. Il s’agit de renforcer la surveillance des autocontrôles et des laboratoires.

    Les distributeurs sont également pointés du doigt. « Les citoyens, les papas, les mamans, savent qu’ils ont retrouvé sur des rayons des produits contaminés. Cela ne doit plus jamais arriver », insiste Christian Hutin, alors que des enseignes ont continué à vendre du lait infantile Lactalis malgré les procédures de rappel.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  18. Le Panda Le 18 juillet 2018 à 11h35min (commentaire N° 18)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Une « police de la santé alimentaire »

    Le troisième axe concerne la réalisation des contrôles. La commission d’enquête parlementaire propose la création d’une police de la santé alimentaire. « C’est quelque chose d’essentiel. C’est aussi important que la police dans un stade de foot », souligne le député du Nord. Il plaide pour que cette police de la santé alimentaire soit sous la responsabilité d’une seule structure.


    ”Il faut réorganiser la chaîne de commandement, pour qu’il n’y ait pas d’armée mexicaine.”

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  19. Le Panda Le 18 juillet 2018 à 11h36min (commentaire N° 19)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Actuellement les contrôles sont effectués à la fois par les services de la répression des fraudes, qui dépendent de Bercy, par la Direction générale de la santé et par celle de l’alimentation. La commission suggère de confier à la seule Direction générale de l’alimentation (DGAL), un service du ministère de l’Agriculture, la gestion des crises sanitaires.

    Cette police de la santé alimentaire pourrait permettre de créer 700 emplois, notamment financés par une future redevance sanitaire, payée par les industriels. La directive européenne a été adoptée, mais pas encore mise en place en France. Le rapporteur de la commission d’enquête parlementaire, Grégory Besson-Moreau, compte déposer cet automne une proposition de loi sur la sécurité alimentaire pour rassurer et protéger le consommateur

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  20. Le Panda Le 18 juillet 2018 à 11h37min (commentaire N° 20)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Sans avoir fait aucune apparition médiatique, Emmanuel Macron a réussi à se montrer omniprésent dès le coup de sifflet final du match France-Croatie ce dimanche 15 juillet. Chapeau l’artiste !

    La pose est théâtrale, exubérante, grandiloquente. Rugissant de plaisir, les points triomphants, Emmanuel Macron célèbre, depuis la tribune VIP du stade Loujniki de Moscou, la victoire en marche des Bleus en finale de la Coupe du monde de football 2018, ce dimanche 15 juillet. Joie sincère, mais geste qui ne peut pas ne pas être pensé, le président de la République est photographié par Alexei Nikolsky, de l’agence russe Sputnik, auteur des fameux clichés de Vladimir Poutine pêchant le poisson torse nu. Iconique, la photo est relayée sur Twitter par les fanzouzes de Macron, avant d’être détournée sur les réseaux sociaux. Le coup d’envoi d’une séquence de communication au cordeau…

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  21. Le Panda Le 18 juillet 2018 à 11h38min (commentaire N° 21)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Bien sûr, il est inévitable que les dirigeants politiques s’adonnent à un tel exercice. Apparaître aux côtés des brillants sportifs de son pays est un exercice de communication incontournable pour tout chef d’Etat moderne. Emmanuel Macron le sait et s’y est employé à sa manière, avec zèle et un soin particulier à se distinguer de ses prédécesseurs.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  22. Le Panda Le 18 juillet 2018 à 11h39min (commentaire N° 22)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    A l’issue du match, première surprise : flanqué de Vladimir Poutine, et de la présidente croate Kolinda Grabar-Kitarovic, il descend saluer les joueurs sur la pelouse. En 2014, la chancelière allemande était sagement restée en tribunes, tout comme Jacques Chirac en 1998. Un à un, les joueurs de l’équipe de France défilent devant le chef de l’Etat, juché sur une petite plateforme lui permettant de rester à hauteur présidentielle, qui les embrasse comme du bon pain.

    Les effusions sont démonstratives, la gestuelle envers les joueurs très paternelle. Sous la pluie battante, qu’il ne fuit pas, il dépose un baiser sur les fronts de Kylian Mbappé et d’Antoine Griezmann, avant de câliner Didier Deschamps sous tous les angles imaginables aux yeux des photographes qui captent la scène. Et histoire qu’aucun cliché iconique ne puisse manquer au compteur, il va jusqu’à embrasser le trophée avant que celui-ci ne soit remis aux Bleus.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  23. Le Panda Le 18 juillet 2018 à 11h40min (commentaire N° 23)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    La fête va se poursuivre en coulisses, dans les vestiaires. Là, pas besoin de presse ni de son équipe de com’, Macron sait que la séquence sera abondamment relayée par les comptes des joueurs eux-mêmes sur les réseaux sociaux. Le tout étant ainsi placé sous le signe de la spontanéité et non sous l’œil des caméras, le président peut en faire des tonnes sans être accusé de récupération. Il se permet alors un « dab » aux côtés de Benjamin Mendy et Paul Pogba, s’affiche bras dessus-bras dessous avec les joueurs et les interpelle à coups de « les gars » ou « les enfants ».

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  24. Le Panda Le 18 juillet 2018 à 11h41min (commentaire N° 24)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Toujours dans le vestiaire, le président prononce un discours de félicitations aux Bleus : « Quand j’étais venu vous voir à Clairefontaine, je vous avais dit à vous et au coach… [un joueur lui lance alors « humilité ! »] Humilité…. Mais j’avais dit une autre chose : c’est de rapporter la deuxième étoile. Et vous l’avez fait ! ». Coach Macron.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  25. Le Panda Le 18 juillet 2018 à 11h42min (commentaire N° 25)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Un peu plus tard, s’adressant encore une fois à ses « enfants », le chef de l’Etat livre un nouveau monologue en l’honneur de l’adjudant-chef Cabrita, un militaire gravement blessé au Mali et qu’il a invité à la finale. L’image est émouvante, le soldat chaleureusement applaudi par les Bleus et enlacé par Didier Deschamps.

    De son côté, Emmanuel Macron entame le round « fair play » de sa communication, en allant féliciter les joueurs croates dans leur vestiaire.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  26. Le Panda Le 18 juillet 2018 à 11h43min (commentaire N° 26)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    L’ensemble de la séquence est finement joué : ayant presque l’air de s’effacer médiatiquement, Emmanuel Macron a en réalité été omniprésent dès le coup de sifflet final du match. Et ce, sans avoir à faire aucune déclaration publique, si ce n’est un petit tweet adressé aux Bleus, simplissime et marqué du sceau de l’humilité : « MERCI ».

    Seule une déclaration livrée à des journalistes sur place trahit sa volonté de se placer au centre de l’événement, relayée par RTL : « Je leur avais demandé une seule chose, ramener la Coupe du monde à la maison. Ils l’ont fait, je suis très fier d’eux, de tous les joueurs ». A un moment, tout de même, il faudrait que quelqu’un dans son entourage pense à lui dire que le sélectionneur de l’équipe de France, c’est Didier Deschamps !

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  27. Le Panda Le 19 juillet 2018 à 08h50min (commentaire N° 27)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Un collaborateur de Macron identifié en train de frapper un manifestant le 1er mai à Paris
    Un proche conseiller d’Emmanuel Macron a été identifié comme à l’origine de violences lors d’une manifestation le 1er mai, révèle mercredi 18 juillet Le Monde. En marge des rassemblements, il a, équipé d’un casque de police, frappé un manifestant pourtant à terre.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  28. Le Panda Le 19 juillet 2018 à 08h51min (commentaire N° 28)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Qui est Alexandre Benalla, ce proche de Macron auteur de violences
    Voilà une scène et surtout une gestion de crise qui pourraient laisser des traces. Mercredi 18 juillet, Le Monde a révélé qu’un membre du cercle proche d’Emmanuel Macron avait été filmé en train de frapper un manifestant à terre, le tout en arborant un casque des forces de l’ordre alors qu’il était en fait membre du cabinet du président.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  29. Le Panda Le 19 juillet 2018 à 08h53min (commentaire N° 29)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Déception pour les victimes. Le tribunal administratif rejette le recours déposé contre l’Etat par des victimes des attentats du 13-Novembre et leurs familles, annonce la juridiction dans un communiqué, mercredi 18 juillet.

    Au total, une trentaine de personnes représentées par l’avocate Samia Maktouf avaient saisi, début juillet, le tribunal administratif pour obtenir la reconnaissance de la responsabilité de l’Etat français. Ils pointaient du doigt des dysfonctionnement et des fautes, notamment de la part des services de renseignements ou lors de l’intervention policière au Bataclan.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  30. Le Panda Le 19 juillet 2018 à 08h54min (commentaire N° 30)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    « Aucune faute ne peut être imputée aux services de police »

    Au total, trois jugements ont été rendus par le tribunal administratif, répondant à différentes questions soulevées par les victimes. Sur le travail des services de renseignements et la surveillance du commando terroriste, l’instance de justice administrative explique que « les éléments produits par les requérants ne permettent pas d’établir que (…) l’Etat aurait engagé sa responsabilité du fait d’un défaut de surveillance des individus. »

    Par ailleurs, le tribunal conclu qu' »aucune faute ne peut être imputée aux services de police pour n’avoir pas mis en œuvre un dispositif de sécurité particulier autour de la salle de spectacle du Bataclan après le mois d’août 2015″. Enfin, au sujet du manque supposé de coopération avec les autres services antiterroristes européens, la juridiction relève qu’ »aucun élément ne permet d’engager la responsabilité de l’Etat ».

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  31. Le Panda Le 19 juillet 2018 à 08h56min (commentaire N° 31)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    « Ils ne seront plus les mêmes, parce qu’ils sont champions du monde, parce qu’il n’y a rien qui est au-dessus », a prévenu Didier Deschamps, dimanche 15 juillet, au soir de la finale de Coupe du monde remportée par les Bleus contre la Croatie. Benjamin Pavard, Kylian Mbappé, N’Golo Kanté et leurs coéquipiers sont entrés dans une nouvelle dimension qui va définitivement changer leur vie. Pour donner une idée des mois à venir pour la génération des champions 2018, franceinfo a interrogé les anciens de 1998.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  32. Le Panda Le 19 juillet 2018 à 08h56min (commentaire N° 32)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Du Lido à Saint-Tropez

    Après la conquête du trophée, la réception à l’Elysée, la Légion d’honneur, direction les vacances pour les nouveaux rois du monde. En 1998, Zinédine Zidane et ses camarades s’étaient plongés dans l’été avec la bénédiction du staff des Bleus. « On les a laissés libre, ils vivaient leur vie, ils faisaient ce qu’ils voulaient, c’étaient des grands garçons. Il n’y a pas eu de mise en garde particulière », confie à franceinfo Henri Emile, intendant de l’équipe de France à l’époque. « Les joueurs se prennent en charge, on ne le gère pas », confirme Philippe Tournon, chef de presse des Bleus en 1998 et en 2018.

    « Après l’Elysée, il y a eu une grosse soirée au Lido. Puis, on s’est quittés. On n’était plus un groupe de champions du monde, mais vingt-deux champions du monde séparés, lancés dans le grand bain », raconte Stéphane Guivarc’h à franceinfo. L’ancien attaquant des Bleus est ainsi parti se ressourcer une semaine avec sa famille au Maroc, juste après son sacre.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  33. Le Panda Le 19 juillet 2018 à 08h58min (commentaire N° 33)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Le gouvernement présentera avant la fin de l’année 2018 un projet de loi sur les questions de bioéthique, y compris la PMA. Le texte sera ensuite débattu par le Parlement début 2019, a déclaré, mercredi 18 juillet, le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux.


    ”Il faudra que nous présentions, et nous nous y étions engagés, un projet de loi qui sera présenté en Conseil des ministres avant la fin de l’année, pour un examen au début du premier trimestre de l’année prochaine.”
    — Benjamin Griveaux
    à l’issue du Conseil des ministres

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  34. Le Panda Le 19 juillet 2018 à 08h59min (commentaire N° 34)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Le gouvernement nie tout « mollissement »

    Faut-il y voir une volonté de temporiser ? Le représentant du gouvernement a expliqué souhaité « ne pas isoler » le sujet très sensible de la PMA pour toutes des autres sujets abordés aux états généraux de la bioéthique. « Je comprends l’empressement mais nous souhaitons pouvoir le faire de la manière la plus sérieuse et en cohérence avec les autres sujets bioéthiques qui sont traités dans le cadre des états généraux, et ne pas l’isoler des autres sujets », a expliqué Benjamin Griveaux, précisément qu’il « n’y a donc pas le début d’un commencement d’un mollissement du gouvernement sur cette question ».

    La PMA divise au sein même du groupe majoritaire, comme l’ont montré les échanges tendus entre élus LREM en réunion hebdomadaire. Le président Les Républicains du Sénat, Gérard Larcher, a de son côté affirmé, mercredi sur franceinfo, son opposition à « une procédure accélérée » concernant la possibilité d’ouvrir la PMA à toutes les femmes, soulignant que ce sujet « nécessite le temps, le sérieux ».

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  35. Le Panda Le 19 juillet 2018 à 09h01min (commentaire N° 35)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    « J’annonce un pic de naissances le 15 avril 2019 ! » « Oui, et les enfants s’appelleront tous Kylian et Presnel ! » « Il y en a un qui s’en sort bien, c’est Macron, il va faire comme Chirac, voir sa popularité exploser et être réélu sans rien faire en 2022 ! » « Surtout que la croissance va ex-plo-ser avec cette victoire ! » Peut-être avez-vous prononcé, entendu ou lu ces phrases lors de la soirée qui a suivi le sacre des Bleus face à la Croatie à Moscou. Quatre affirmations qui ne se vérifieront probablement pas. Voici pourquoi.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  36. Le Panda Le 19 juillet 2018 à 09h02min (commentaire N° 36)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    « J’annonce un pic de naissances le 15 avril 2019 »

    Le mythe a la vie dure. Emportés par leur élan, désinhibés par la joie (et peut-être aussi par l’alcool), les Français fêtent la deuxième étoile jusqu’à tard dans la nuit, et le résultat arrive neuf mois plus tard, à la maternité. Peut-être ce pic de natalité se produira-t-il, mais les précédents n’incitent pas à y croire. Prenez le mois d’avril 1999, neuf mois après la première étoile décrochée par Aimé Jacquet et ses hommes. Point de boom de naissances, au contraire, montrent les chiffres de l’Insee. Avec 61 179 naissances, ce mois d’avril demeure dans la moyenne, et se fait même dépasser par les mois de mars, de mai et juin 1999. Sur l’année, la variation avec 1998 est négligeable.

    L’Institut national des études démographiques (Ined) indique dans son magazine Populations et sociétés de janvier 2011 que le dernier évènement à avoir durablement modifié la natalité n’est autre que la canicule de 2003. Il faisait beaucoup trop chaud pour travailler, mais pas seulement : neuf mois plus tard, on observe une nette baisse des naissances sur les mois du printemps.

    Lier le moindre frémissement du taux de natalité à un évènement sportif est donc un exercice qui peut s’avérer périlleux. Le Telegraph s’y était risqué en 2003, neuf mois après l’accession en quarts de finale des Three Lions lors du Mondial asiatique sans éléments probants. Méfiez-vous pour autant des constats faits à court terme : après la victoire du FC Barcelone en Ligue des champions en 2009, la presse avait évoqué une hausse des naissances de 45% en Catalogne neuf mois plus tard… un chiffre ramené à 16% par des chercheurs par la suite, ce qui ne représente que quelques centaines de naissances en plus sur quelques mois. Le contexte économique catalan, la région la plus riche d’Espagne, y est sans doute aussi pour quelque chose : neuf mois après la victoire de l’Espagne au Mondial 2010, le taux de natalité, orienté à la baisse, ne se redresse pas.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  37. Le Panda Le 19 juillet 2018 à 09h03min (commentaire N° 37)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    « Oui, et les enfants s’appelleront tous Kylian et Presnel ! »

    Franceinfo s’était déjà posé la question lors de l’Euro 2016, en tablant sur une génération de petits Paul, Dimitri ou Antoine. Erreur : les prénoms de footballeurs, et plus largement de personnalités, n’influent qu’à la marge sur le choix des parents, nous expliquait Baptiste Coulmont, sociologue spécialiste des prénoms. « Ces prénoms ne deviennent pas du jour au lendemain des prénoms très donnés. Ce n’est pas limité aux sportifs. Il y a eu quelques dizaines de Mazarine vers 1995, des Victoire en 1918 ou des Joffre vers 1915 », détaillait-il.

    En avril 1999, un des prénoms les plus donnés, c’est Lilian. Ce prénom, qui végétait à environ 200 bébés par an, passe brusquement à 877 en 1998, pour atteindre un pic à 1 219 en 1999. Plus troublant, sa courbe épouse parfaitement la carrière de Lilian Thuram, avec un nouveau pic en 2006, quand le défenseur porte les Bleus en finale du Mondial. « D’autres prénoms en -ian connaissent le même succès au même moment : Killian, Dorian, Brian et, dans une moindre mesure, Celian et Kelian », remarque Baptiste Coulmont. Parmi eux, un certain Kylian Mbappé, né en décembre 1998. Son prénom est donc le résultat de la mode en 1998, et ne devrait pas en créer de nouvelle en 2018, la courbe de ce prénom étant en perte de vitesse.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  38. Le Panda Le 19 juillet 2018 à 09h07min (commentaire N° 38)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  39. Le Panda Le 19 juillet 2018 à 09h08min (commentaire N° 39)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
  40. Le Panda Le 19 juillet 2018 à 09h09min (commentaire N° 40)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Un spectacle toujours aussi majestueux. Comme chaque année, France 2 a diffusé, samedi 14 juillet, le grand « concert de Paris », organisé au pied de la tour Eiffel et mêlant musique classique et art lyrique. Le concert s’est conclu par le traditionnel feu d’artifice au-dessus de la ville lumière.

    Le feu d’artifice, réalisé par la compagnie Groupe F, répondait au thème du « Paris de l’amour » et a émerveillé plusieurs dizaines de milliers de spectateurs pendant une demi-heure. Parmi les chansons choisies pour accompagner le spectacle, on peut citer par exemple le tube des Beatles All You Need is Love.

    10 000 départs pyrotechniques et 160 projecteurs lumière ont été nécessaires pour réaliser le spectacle, précise France Bleu Paris. Par ailleurs, 50 artificiers et travailleurs sur cordes au travail étaient mobilisés depuis une semaine

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  41. Le Panda Le 19 juillet 2018 à 09h10min (commentaire N° 41)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  42. Le Panda Le 19 juillet 2018 à 09h11min (commentaire N° 42)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
  43. Le Panda Le 19 juillet 2018 à 09h13min (commentaire N° 43)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    « La victoire est en nous », pouvait-on lire sur l’arc de Triomphe au soir du 12 juillet 1998. Vingt ans plus tard, le message inscrit sur le monument parisien a changé : « C’est en France qu’on l’a gagnée. » Une façon de célébrer, dimanche 15 juillet, la victoire des Bleus en finale de la Coupe du monde face à la Croatie (4-2).

    >> La France est championne du monde !

    Les centaines de milliers de personnes rassemblées sur les Champs-Elysées ont ensuite pu découvrir l’arc de Triomphe illuminé aux couleurs des Bleus. Le visage de chacun des joueurs est apparu sur l’édifice, accompagné de leur ville d’origine : Nice pour Hugo Lloris, Maubeuge pour Benjamin Pavard, Lille pour Raphaël Varane, Lagny-sur-Marne pour Paul Pogba ou Mâcon pour Antoine Griezmann… A l’issue de ce défilé, le drapeau tricolore s’est inscrit sur le monument, avec un dernier message : « Fiers d’être Bleus. »

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  44. Le Panda Le 21 juillet 2018 à 09h42min (commentaire N° 44)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Quel était exactement le rôle d’Alexandre Benalla ? Après les révélations du Monde sur l’adjoint au chef de cabinet d’Emmanuel Macron, plusieurs fonctionnaires de police expriment leur stupéfaction et leur colère au regard de la place accordée à cet « observateur » de l’Élysée dans leurs rangs. À de nombreuses reprises, Alexandre Benalla a participé à des manifestations publiques auprès de la police, sans que son rôle ne soit clairement défini.

    Aujourd’hui sous le feu des projecteurs, l’homme a été repéré à plusieurs reprises lors d’actions sécuritaires. Le 1er-Mai, il est filmé en train de brutaliser un jeune homme et une jeune femme lors d’un rassemblement place de la Contrescarpe dans le 5e arrondissement de Paris. Lors d’un meeting à Caen, en mars 2017, il aurait soulevé, selon Le Monde, un photographe local qui s’était approché un peu trop près – à son goût – du candidat Macron. Il a également participé à la panthéonisation de Simone Veil et il sécurise l’arrivée des Bleus à l’Elysée après la Coupe du monde. Officiellement, il n’est pourtant « que » « chargé de mission » pour l’Elysée.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  45. Le Panda Le 21 juillet 2018 à 09h44min (commentaire N° 45)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Un observateur qui « avait en partie la main »

    Le visage d’Alexandre Benalla semble être connu de nombreux fonctionnaires de police, mais peu d’entre eux connaissaient son nom il y a encore deux jours. Le 1er-Mai, il est intégré à la manifestation auprès de la Direction de l’ordre public et de la circulation (DOPC) – alors qu’il est en congés – à la demande de l’Elysée, sans l’intervention du ministère de l’Intérieur, note Le Monde. « Je l’ai vu lors de déplacements présidentiels, il s’occupait souvent de Brigitte Macron, quand elle sortait, allait voir ses enfants, raconte Axel Ronde, secrétaire général CGT-Police Ile-de-France à franceinfo. Je n’ai pas fait très attention à lui. Au départ, on pensait qu’il faisait partie du dispositif de sécurité, qu’il était un gradé de la police nationale. »

    « Il était connu de la police. Lors des dispositifs, il avait en partie la main, ce qui énervait une partie du GSPR [Groupe de sécurité de la présidence de la République, chargé de la sécurité du président] et les policiers locaux… Sa mission n’était pas très claire, renchérit Alexandre Langlois, secrétaire général de la CGT-Police à franceinfo. Là, on avait un intermédiaire qui faisait doublon avec le travail du GSPR. »

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  46. Le Panda Le 21 juillet 2018 à 09h45min (commentaire N° 46)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    ”Normalement, on ne peut pas recevoir d’ordre de quelqu’un qui n’est pas policier, mais il y avait un flou autour de son identité.”
    — Alexandre Langlois, CGT-Police
    à franceinfo

    Le 1er-Mai, Alexandre Benalla accompagne les policiers en tant qu' »observateur », une position accordée occasionnellement à des personnes extérieures : journalistes, chercheurs, magistrats… En revanche, « il assez rare que ce soit un membre de ministère ou de l’Elysée, même si ce n’est pas une hérésie », précise Patrice Ribeiro du syndicat de police Synergie-officiers au Monde. Sur place, l’observateur est encadré par le commissaire de la DOPC Philippe Mizerski, précise Buzzfeed. Le secteur est placé sous l’autorité déléguée du commissaire Maxence Creusat, membre de l’état-major de la DOPC, dirigé par Alain Gibelin.

    « Ce n’est pas la première fois qu’il vient sur un service d’ordre ou qu’il vient se mêler à des services de police », renchérit David Le Bars, secrétaire général du syndicat des commissaires de la police nationale (SCPN) à franceinfo. Il est « régulièrement sur les dispositifs opérationnels, il pilote différentes choses, sans qu’on sache qui l’a mandaté pour ça ».

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  47. Le Panda Le 21 juillet 2018 à 09h46min (commentaire N° 47)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Équipé comme un policier

    Selon les vidéos qui circulent sur les réseaux sociaux, Alexandre Benalla porte une veste sombre, un casque de police, mais aussi un brassard de police et un talkie-walkie. Un équipement peu habituel pour un « observateur », selon plusieurs fonctionnaires. « On peut donner un casque aux observateurs pour les protéger physiquement, mais certainement pas un brassard, cela a été fait pour tromper les personnes autour de lui, s’indigne Alexandre Langlois. Les observateurs restent toujours derrière les policiers et n’interviennent pas. »

    Autre interrogation, l’équipement de sa voiture de fonction. Selon une photographie que BFMTV a pu se procurer, la véhicule d’Alexandre Benalla est doté de dispositifs lumineux à l’avant de la voiture et derrière le pare-brise. « Ce genre de dispositifs est utilisé sur les voitures de police ou de personnalités, comme le président, les ministres… Là, il s’agit sûrement d’une voiture mise à disposition par l’Élysée et qui appartient au ministère de l’Intérieur », reprend Axel Ronde. Franceinfo n’a pas pu vérifier dans quelles conditions Alexandre Benalla avait obtenu ce véhicule, ni s’il le conduisait lui-même.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  48. Le Panda Le 21 juillet 2018 à 09h47min (commentaire N° 48)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    ”On ne donne pas un véhicule de cette gamme-là à n’importe qui, même un directeur de police n’a pas ce véhicule-là. Cela prouve qu’il n’était pas considéré comme n’importe qui.”
    — Axel Ronde, CGT-Police
    à franceinfo

    « On est en plein dans le schéma d’une police parallèle »

    Pour beaucoup, Alexandre Benalla a pu agir en toute impunité à cause de ses liens avec l’Élysée. « Il suffit d’avoir une carte de l’Élysée pour que tout le monde tremble, confie un syndicaliste à franceinfo. « L’Élysée, ça fout la trouille à tout le monde », lâche au Monde Philippe Capon, du syndicat de gardiens de la paix Unsa-Police.

    Une « révérence » telle que peu de policiers auraient osé poser de questions sur son identité. « Comme il était accompagné de supérieurs, les policiers sur le terrain ne se sont sans doute pas posé de questions. Et puis, les équipes de CRS bougent sans cesse, elles ne connaissent pas forcément tout le monde, explique Yves Lefebvre, secrétaire général unité SGP Police FO à franceinfo. Je suis convaincu que si les CRS avaient su que cet individu n’était pas un policier, l’affaire aurait fuité depuis longtemps ! »

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  49. Le Panda Le 21 juillet 2018 à 09h48min (commentaire N° 49)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    ”Puisqu’il est avec le chef de service, personne ne va se permettre de lui demander qui il est. Pour les policiers, il est manifestement un haut responsable de la police nationale.”
    — Yves Lefebvre, Unité SGP-Police FO
    à franceinfo

    Pour ces membres des forces de l’ordre, la vraie question est de savoir qui a autorisé Alexandre Benalla à porter les insignes de policier et à agir aux côtés des forces de l’ordre comme un des leurs. « On est en plein dans le schéma d’une police parallèle, avec une personne qui semble agir comme un policier et avoir la protection de la haute hiérarchie policière », s’indigne Yves Lefebvre.

    Après deux jours de polémique, Alexandre Benalla a été placé en garde à vue vendredi pour violences en réunion par personne chargée d’une mission de service publique, usurpation de fonctions, port illégal d’insignes réservés à l’autorité publique, complicité de détournement d’images issues d’un système de vidéoprotection.

    La veille, trois policiers de la préfecture de police de Paris ont été suspendus. Un commissaire, un commandant et un contrôleur général sont soupçonnés d’avoir copié des extraits d’images de caméras de vidéosurveillance, qui appartiennent à la préfecture de police de Paris et de les avoir transmis à Alexandre Benalla. « C’est la première fois que j’entends parler de ça en trente-six ans de police, s’exclame Yves Lefebvre. Et pourtant j’ai été flic au temps du SAC ![le service d’action civique, au service du général de Gaulle]. »

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  50. Le Panda Le 21 juillet 2018 à 09h50min (commentaire N° 50)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Ni accord ni sérénité. Jeudi 19 juillet au soir à l’Assemblée nationale, l’ouverture d’une commission d’enquête après les révélations du Monde sur l’affaire Benalla avait été approuvée par tous. Les premiers pas de cette commission ont pourtant viré au fiasco. A 20 heures, vendredi soir, le bureau de la commission des lois se réunissait pour définir les modalités des futurs travaux. Un peu plus d’une heure plus tard, ses membres se quittaient sans le moindre accord. La présidente (La République en marche, LRM) de la commission des lois, Yaël Braun-Pivet, avait promis qu’elle veillerait au « consensus » dans le déroulement des travaux. Vendredi soir, celui-ci semblait impossible.

    Deux points d’achoppement sont apparus. D’une part, le calendrier. La droite souhaitait que le ministre de l’intérieur, Gérard Collomb, soit auditionné dès samedi matin. Les députés LRM préféraient la date de lundi. Mais le principal point de crispation a résidé dans la publicité des auditions à venir.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  51. Le Panda Le 21 juillet 2018 à 09h50min (commentaire N° 51)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Pour Guillaume Larrivé, député Les Républicains (LR) et corapporteur de la mission d’information, il n’était pas question que celles-ci aient lieu à huis clos, sauf demande particulière de la personne auditionnée. « Ces auditions doivent avoir un caractère public », a défendu le député de l’Yonne plus tard dans l’Hémicycle, évoquant « une exigence démocratique et de transparence ». Les députés de la majorité défendaient, eux, le huis clos général, sauf pour l’audition du ministre de l’intérieur. La confidentialité permettant, arguent-ils, de s’assurer de la qualité des réponses des auditionnés.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  52. Le Panda Le 21 juillet 2018 à 09h51min (commentaire N° 52)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    « Vous avez envie de bloquer, assumez-le »

    Les discussions ont tourné court après que des élus de la majorité ont découvert que le contenu de leurs échanges venait de fuiter, diffusés sur Twitter par un journaliste de La Chaîne parlementaire. « La confidentialité de nos échanges n’a pas été respectée », s’est indignée Mme Braun-Pivet, la majorité accusant en creux l’opposition d’être à l’origine de la fuite.

    La présidente de la commission des lois, Yaël Braun-Pivet, répond aux questions des journalistes dans la salle des Quatre-Colonnes, le 20 juillet.

    Une nouvelle réunion devait se tenir samedi à 9 h 30 pour achever de fixer le calendrier des auditions, mais l’ambiance est restée considérablement tendue vendredi soir. Le socialiste David Habib a accusé la majorité « de se raidir à l’idée d’auditionner des personnalités proches du président de la République ». « La majorité crée les conditions pour faire avorter [la commission d’enquête] ! », accusait pour sa part le communiste Stéphane Peu. « Vous avez envie de bloquer, assumez-le », leur a rétorqué Marc Fesneau, président du groupe MoDem.

    Gilles Le Gendre, porte-parole des députés LREM, s’est demandé samedi sur France Inter si les « oppositions veulent bloquer ou non les institutions ». L’élu de Paris a dénoncé une « tentative de nos oppostions depuis quarante-huit heures d’instrumentaliser cette affaire ». Et il affirme que « rien ne sera étouffé dans cette affaire ».

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  53. Le Panda Le 21 juillet 2018 à 09h52min (commentaire N° 53)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Au Sénat, où une commission d’enquête va également être mise sur pied, les choses ont été plus fluides, vendredi. Philippe Bas (LR), qui préside la commission des lois au Palais du Luxembourg, a annoncé que Gérard Collomb y sera auditionné mardi à 17 h 45. Quand les députés ont indiqué qu’ils travailleraient dans un délai d’un mois, les sénateurs s’en donnent, eux, six.

    Ils entendront à partir de mardi après-midi « le préfet de police de Paris, le directeur général de la police nationale, le chef du service de la protection, les représentants des organisations professionnelles de policiers, le Défenseur des droits et toute personne susceptible d’apporter des informations utiles », avait détaillé la commission des lois dans un communiqué. Le tout étant prévu à huis clos, condition posée par la droite sénatoriale que leurs collègues du même parti rejettent pour leur part à l’Assemblée.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)

Laisser un commentaire

Before you post, please prove you are sentient.

qui fut le premier président de la Veme république?

  Retour à l'accueil du Forum  



* Commentez sur les Voix du Panda. Identifiez-vous : Créér votre compte.
* Les commentaires ne seront ni votés, ni repliés.
* Commentaire du Rédacteur : Vert
* Commentaire de tout autre Intervenant : Bleu
* Les articles de l'auteur pourront êtres modifiés et réédités.
* Vous constatez un bug, avoir plus d'informations : Contactez nous.
* Pour participer au Média-Citoyen. Il est impératif d'Etre enregistré(e).
* Notre serveur vous renverra votre code sur votre e-mail validé.
* Vous pouvez lire, enregistrer, utiliser tous les articles du forum.
* Merci de nous en faire la demande.