Ecoutez l'article:



Murielle Bolle pense: «Briser le silence» Assassinat de Grégory Villemin?

Auteur:
Son site
Par le 10 novembre 2018

Murielle Bolle : «L’affaire Grégory a brisé ma vie» Son livre « Briser le silence »

Le 8 novembre, Murielle Bolle, personnage central dans l’affaire du petit Grégory qui secoue la France depuis 1984, sort un livre intitulé « Briser le silence » écrit à plusieurs mains. Celle qui ne s’est quasiment jamais exprimé dans les médias qu’elle qualifiait de « rapaces ». Ecrit sa vérité ou pas ? Elle est crédible ou pas ? Dans l’attente…

L’enfant était mort, étranglé avant d’être jeté dans La Vologne. Film complet qui le démontre sans erreurs possibles ? Auparavant sur cette affaire est bien confirmé par tous les médecins légistes et divers spécialistes ? Un scandale qui sur les témoignages qui figurent dans le lien démontrent sur bien des faits : Dans l’attente de la vérité…

https://www.youtube.com/watch?v=uVVqfsr6lS0

Dans un ouvrage très personnel, Murielle Bolle, l’un des personnages clés de cette énigme criminelle, crie son innocence. Elle se confie pour la première fois, 34 ans après sa garde à vue durant laquelle elle accuse son beau-frère, Bernard Laroche, d’avoir enlevé le petit Grégory.

Peut-on avoir le courage, d’écrire un livre sur l’assassinat d’un enfant de quatre ans. En disant selon les médias de divers ordres une chose et son contraire. Il est plus que difficile de ne pas croire l’emprise médiatique que la sortie de cet ouvrage peut avoir. Il semble à contrario plus que difficile de l’admettre. La sortie de ce livre n’apportera rien de plus en l’instant sur la vérité. Une démonstration est faite, la force des médias guide bien plus que la pensée humaine. De tous temps il s’affiche en divers frontons que la meilleure défense c’est l’attaque.

Au moment de cette rédaction, l’ignorance existe sur la destination des fonds de la vente de cet ouvrage. Le Lien de son interview et les commentaires surprenants ! Il y a plusieurs facettes, très difficile de se faire une réelle opinion. Au départ, elle n’est pas très à l’aise de se retrouver face à ceux qu’elle avait coutume d’appeler « les vautours ou les rapaces ». « Les journalistes, vous m’avez fait tellement de mal », rappelle celle qui a subi, comme tous les acteurs de l’affaire Grégory, les excès de la presse de l’époque. Les premières réponses sont courtes et craintives. Mais la présence à ses côtés de Me Jean-Paul Tessonnière, son avocat historique, et de Pauline Guéna, qui l’a accompagnée pour la rédaction de ce livre, « Briser le silence », qui paraîtra le 7 novembre 2018, la rassurent. Dans cet échange elle restera sans cesse au bord des larmes, ne cessant de triturer son mouchoir, « Murielle Bolle » finit par se sentir davantage en confiance. Elle déroule, déballe le fil d’une vie chamboulée par ce drame qui intéresse un pays il y a trente-quatre ans. Lien

Une justice malade depuis bien des temps Lien La vidéo débat le démontre réalisé par « Mediapart » Affaire Gregory : entretien avec Patricia Tourancheau et Denis Robert Lien « Télérama »

Ayant suivi cette affaire de proche réellement désireux de vouloir comprendre, il semble de plus en plus difficile de réaliser la vérité. Les médias et certains spécialistes en droits divers mixent l’ensemble de leurs versions d’une population qui connaissant mal les méandres du droit éprouvent bien des difficultés à comprendre.

Qui de plus trente-quatre années après les faits. Qui a tué cet enfant en 1984 ?

La question essentielle qui se dégage est : Saurons-nous un jour-là, voire les vérités ?

Le puit sans fin, attire l’essentielle telle que dans le film « Psychose » les phénomènes de déboulement de personnalités. Nous le constatons à tous les stades, non seulement nous vivons en certains cas que faire la différence entre le droit pénal et le droit civil est loin d’être simple.

Les turpitudes en fonction des circonstances, font que nous sommes tous des justiciables potentiels. Mais de là, à vouloir faire croire que la justice au stade judicaire, devient de plus en plus folle où les faits deviennent des faits divers. Un Etat fort et souvent impuissant pourtant qui ne marque pas ses responsabilités sauf à priori, responsable mais non coupable. Être plus que scandaleux. Essayons de prendre connaissance des divers paramètres et aider l’enfance en danger. Face à des institutions pas spécialement laxistes, mais d’une lenteur difficile à croire pour faire la transparence dans des délais plus courts.

Bernard Laroche est-il l’auteur ou pas de l’enlèvement du petit Grégory en 1984 ?

Au moment des faits : Un rapport de gendarmerie cite et affirme : Bernard Laroche a réellement enlevé Grégory Villemin, le 16 octobre 1984 à Lépanges (Vosges). Les dits experts le rédigent, pas n’importe qui, ils sont du département sciences de l’analyse criminelle de la gendarmerie. Ledit rapport comporte 48 pages, en date du 10 mai 2017. Démontrer que l’enlèvement de l’enfant a été effectué par Bernard Laroche, accompagné de sa nièce Murielle Bolle. Puis prouver que l’assassinat de l’enfant qui a suivi a été commis par une deuxième équipe ? Tout cela se complique de plus en plus. Adolescente à l’époque des faits, elle avait accusé son beau-frère, avant de se rétracter.

« Un Corbeau ou plusieurs »

Un corbeau, ou l’équipe connaît très bien la famille. Y compris au moment de la sortie de ce livre.

Sources : JDD Le Figaro Libération Le Panda France Info Des chaines audio visuelles et divers médias.

Impensable de pouvoir faire souffrir des enfants au point d’en faire des martyrs. Nous constatons les outrages que subit le monde dont nous sommes responsables. Le plus cher à toute famille aimante, nos enfants. Où est la vérité ? Dans le cadre de l’affaire du petit Grégory il y a aussi meurtre et la vengeance des adultes vis-à-vis des enfants pour régler leurs comptes ; démontre que la Justice n’avait pas les moyens d’agir en temps et en heures ? Tout au long de cet ouvrage très personnel où elle livre beaucoup d’elle-même, Murielle Bolle crie son innocence. Le juge se suicide, le regret d’avoir mis Bernard Laroche en prison ? Lien Juge Lambert Michel.

Pourquoi avoir écrit ce livre?

Murielle Bolle : Elle tente de faire comprendre la sienne de vérité, ou la réelle ? Le mystère subsiste à fond que se passa-t-il en cette date fatidique du 16 octobre 1984 ? J’ai été jetée en pâture, à la populace. Telle une bête que l’on souhaite mener sonner à l’hallali. La douleur est énorme et inexplicable en ces moments. Admettre de ne pas y croire ? A plusieurs reprises dans le livre vous dites : « j’ai tué Bernard » Je ressens la culpabilité de sa mort. La pression des gendarmes, de leurs menaces, et que je n’avais pas dit ce que j’ai dit. Les gendarmes réfutent toute pression. Ils ne vont pas le reconnaître. Ma parole contre la leur. La procédure est en suspens, vous êtes sous la menace d’une nouvelle mise en examen. Vous pensez comparaître un jour devant la cour d’assises ? Murielle Bolle : « J’ai connu tellement de malheurs et de deuils à cause de tout ça ».

En 1985, après la mort de Bernard, j’ai voulu mourir (Elle a fait une tentative de suicide mais sa famille l’a récupérée à proximité d’une voie ferrée). Aimeriez-vous que l’on lise votre livre ? Vivre la prison en de telles circonstances? Très dur, parce que moi, depuis trente-quatre ans, tout le monde me juge : les gendarmes, la justice, les journalistes, les voisins, les passants. Votre vie privée de couple n’a pas résisté. Elle l’a fait exploser. Quel reste-t-il de votre famille ? Ma famille a toujours été là. Même si je n’avais pas le droit de leur parler après ma sortie de prison, je savais qu’ils pensaient à moi. Vous n’êtes pas la seule à avoir été mise en cause tardivement dans cette affaire. Le crime sera résolu un jour ? Il y a eu tellement d’erreurs dans cette affaire. Mais j’espère qu’on connaîtra la vérité. Parce que c’est un crime horrible. Comment voyez-vous la vie de Christine et Jean-Marie Villemin ? Je comprends que les parents de Grégory veuillent trouver la vérité, c’est normal. Quitterez-vous un jour la vallée de la Vologne ? Je ne sais pas. Je continue à adorer mes Vosges. Puis nous à vous suivre dans votre tourmente.

Le Panda

Patrick Juan

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)
Murielle Bolle pense: «Briser le silence» Assassinat de Grégory Villemin?, 10.0 out of 10 based on 1 rating

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Before you post, please prove you are sentient.

qui fut le premier président de la Veme république?

  Retour à l'accueil du Forum  



* Commentez sur les Voix du Panda. Identifiez-vous : Créér votre compte.
* Les commentaires ne seront ni votés, ni repliés.
* Commentaire du Rédacteur : Vert
* Commentaire de tout autre Intervenant : Bleu
* Les articles de l'auteur pourront êtres modifiés et réédités.
* Vous constatez un bug, avoir plus d'informations : Contactez nous.
* Pour participer au Média-Citoyen. Il est impératif d'Etre enregistré(e).
* Notre serveur vous renverra votre code sur votre e-mail validé.
* Vous pouvez lire, enregistrer, utiliser tous les articles du forum.
* Merci de nous en faire la demande.