Ecoutez l'article:



E. MACRON Finira Son Mandat? Menteurs And C° Assez !

Auteur:
Son site
Par le 5 décembre 2018

La supercherie a assez durée, un président de la République qui se fait traiter « D’Enfoiré » au Puy En Velay. Il est plus qu’évident que si ce Monsieur ne remplit pas sa fonction en s’adressant à la France la bande des Pieds Nickelés est fini. Nous ne sommes points vos valets, vous êtes sur plus que des sièges éjectables. Les retraités vous disent « Casses-Toi » Votre fierté de faux noble ne vous mènera pas plus loin ni plus haut. Vous êtes président de qui de quoi ? En procédant de la sorte vous assassinez l’ensemble de la France. Tous les corps d’états se mettent dans les rues et vous tentez de séduire les forces de l’ordre. Vous n’êtes pas dans votre banque, mais au sein de la patrie France. Pour qui vous prenez vous ? Nous ne sommes point des laissés pour compte. Y compris votre majorité vous lâche, vous envoyez votre 1er Ministre au charbon et vous ignorez le sens de votre devoir. Vous prenez un doigt, puis la main, et des bras vous enferment. Avant les effusions à venir il vous reste 3 jours. « La France parle au français » Vous êtes l’homme d’une contemplation ! Assez-vous faites des « shows » Il n’y a rien de concret la montagne a accouchée d’une souris, alors que le volcan gronde dans tous les sens. Pire qu’à l’approche de la « Soufrière » à l’époque en fusion où les pierres passaient de « Basse-Terre à Gosier » Le banquier pille la nation, vos amours du temps passé de chez « Rothschild » c’est mort Monsieur. Vos explications sonnent le faux ! Vous êtes « L’Ignorant de la politique » Un singe habillé en soie reste un singe. La misère et les souffrances vous les voyez mais vous n’apportez aucune solution cela est réel !

Il n’y a rien de concret la montagne a accouchée d’une souris, alors que le volcan gronde dans tous les sens. Pire qu’à l’approche de la « Soufrière » à l’époque en fusion où les pierres passaient de « Basse-Terre à Gosier »

« Trop c’est trop » mais « Pas assez c’est rien au vu des attentes des demandes justifiées »

L’annonce de l’arrivée d’un enfant peut fortement murir un couple. Lorsque le fruit de l’amour vient au monde « Le cercle de famille s’agrandit ». À ne pas en douter quelques soient les efforts du 1er Ministre, le calice du baptême n’aura pas lieu. Tous les dragées roses, blancs, bleues ont été mangé, sucé, et que le nouveau monde était là !

Monsieur Macron a décidé de ne nullement s’exprimer, serait-il devenu simultanément « Sourd-Aveugle-Muet- Etc.» ?

Le coût des manifestations ont représentés des saccages des coûts dix fois plus que ce qu’un Président qui gouverne réellement se doit à son pays. Des millions, des milliards d’euros, et on prend l’argent de la C.S.G. dans les poches des retraités ? Scandales parmi tant d’autres.

La France attend et demain Monsieur Édouard Philippe va surement regagner Le Havre.

Aucune augmentation du salaire minimum, L’I.S.F. est toujours dans le même état. Le moratoire à doses infantiles ne viendra pas à bout du calme dont le pays a plus que besoin.

Nous n’en sommes pas à samedi le faciès de Marianne sera recomposé, cela prendra plus de six mois.

Nous n’avons pas entendu le retrait des hausses prévues, mais un recul pour une durée qui laisse tout un chacun sur sa soif.

Pas de hausse pour les retraités, faut-il attendre que ceux qui le peuvent aillent s’en prendre directement aux banquiers eux-mêmes afin de régler les sommes dont ils ont besoin pour survivre.

Il ne faut pas rêver « Le Petit Prince » n’a jamais existé mais si bien écrit, que la masse des enfants à qui l’on a pu narrer quelques passages, la phrase « Dessines-moi un mouton » subsiste.

Les partis d’oppositions ne veulent ou ne souhaitent que le renversement de ce pouvoir à prix réduit, compte tenu que le pouvoir est réellement plus que contesté.

Il est défendu d’interdire par les temps qui courent. « L’huile sur le feu » de Bazin, fait comme « Les salamandres » qui renaissent de leurs cendres.

Les « Gilets Jaunes » et les « Agriculteurs » seront avec les « Têtes blondes » dans les rues.

Semaine cruciale pour le gouvernement et la majorité. Plusieurs semaines de blocages et de violences autour des manifestations. Emmanuel Macron est sous pression. Le Premier ministre doit annoncer un moratoire sur la hausse de la taxe sur le carburant, mais ce geste sera-t-il suffisant ? Daniel Cohn-Bendit a affirmé que cette probable décision « ne suffit pas » et qu’il est désormais temps de « remettre tout sur la table » : l’ISF, toute la fiscalité » et de « faire évoluer cette Vème République », avec l’introduction de la proportionnelle.

Franck Dubosc réaffirme son soutien aux gilets jaunes, tout en reconnaissant son impuissance à les aider.

L’ex-héraut de Mai 68 a également appelé le chef de l’État à « se remettre en question » : « Il y a des choses, quand ça ne passe pas dans un pays, il faut être capable de le comprendre. Il faut trouver une solution ».

Daniel Cohn-Bendit sa position

La faute, selon Daniel Cohn-Bendit, au manque « d’expérience politique » d’Emmanuel Macron, arrivé au pouvoir « parce que les autres étaient d’une faiblesse incroyable ».

« Il est passé par un trou de souris, et bien maintenant il découvre l’ampleur de la politique et ce n’est pas une honte ». A ainsi étayé l’ancien euro-député, avant d’affirmer qu’il serait tout à l’honneur du président de changer de cap et de « faire autrement ».

Nous sommes au comble du réalisme, ou la porte de la débandade trouvera la solution avec de réelles mesures efficaces tangibles ces dernières ne peuvent venir que du sommet de l’Etat.

Une évidence se dégage, les français n’accepteront jamais ces annonces comme sur un gratuit que personne ne lit et pour causes.

De la poudre aux yeux mais les pertes que l’Etat a laissé s’engendrer pour les pertes dans tous les types de commerces. Le mouvement tel que parti, n’est pas en passe de cesser.

Les partis politiques d’oppositions se frottent les mains, la dépendance vis-à-vis de l’Union Européenne reste un viol collectif, avec le constat irrévocable de l’A.D.N. personne ne peut le contester.

Monsieur Christophe Castaner, tient deux langages totalement contraires. Il supplie « Les Gilets Jaunes » censés de ne pas défiler à Paris ce samedi 8 décembre 2018. Puis une heure plus tard, il précise « Les forces armées utiles » seront en place ce jour-là.

Il semble que le Ministre de l’Intérieur ne sait ce que représente la date du 8 décembre à Lyon capitale des « Gaules » « Les lampions » aux fenêtres, les joies des familles de toutes confusions ne seront pas au rendez-vous de la « Basilique » de Fourvière. Monsieur Macron pourrait y aller car combattu par le clergé elle était le panache des « Rois » Qui finirent maudits pour devenir populaire à partir de 1643 ! « La Place des Terreaux » en passant par « Places : Bellecour, celle de La République ! Il n’y aura pas « le même écho » cette année ?

La France est prise à rebrousses poils, ce n’est fautes de ne pas avoir prévenu que les « Ministères » vivent largement au-dessus de tous moyens possibles.

Autant que les salaires, les retraites, ne seront augmentés, que le furoncle ne sera percé, l’infection se poursuivra. Il en est de même pour toutes les phases sociales, les dangers sont plus que présents, nous sommes encore revenu à l’époque des « Huns » la viande tartare sous la selle ? Leurs théories : « là, où Attila passe l’herbe ne repoussera pas » !

La fuite des sommes phénoménales vers « Les paradis fiscaux » les politiques de ce jour et ceux d’avant depuis plus de 35 années se sont nourris par des mensonges de pactoles phénoménaux.

C’est l’Etat qu’il faut réformer et donner les moyens à chaque salarié les moyens de vivre de son travail. La responsabilité du président de la République est immense. De cette situation, rien ne peut sortir de bon : les dégradations, l’affaiblissement de notre économie, l’aggravation des fractures du pays !

Les Français seraient les premières victimes de la poursuite d’un tel engrenage et les premiers à payer le prix de ce désastre.

Il est difficile de tirer une moralité quelconque, sinon qu’ils jouent au football avec un ballon de rugby. Inutile de dire que cela part dans tous les sens.

La stupéfaction est plus que prenante en tous les sens des propos les mesures il n’y en a aucune de profondes.

A force de crier aux loups arrive le jour où ils mangent ceux qui se prétendaient dans une forteresse.

Le Panda

Patrick Juan

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)
E. MACRON Finira Son Mandat? Menteurs And C° Assez !, 10.0 out of 10 based on 1 rating

71 Commentaires sur ce billet

  1. Le Panda Le 5 décembre 2018 à 12h22min (commentaire N° 1)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Macron contre la France : le samedi de tous les dangers

    Le scénario qui se déroule sous nos yeux est implacable. Tellement implacable même qu’il rappelle furieusement 1789 et les années qui suivirent. A ceci près que ce qui prenait jadis des années se déroule aujourd’hui en quelques jours, grâce à la télévision et aux réseaux sociaux.

    Le gouvernement a cédé. Sur l’affaire de l’augmentation des taxes (diesel, électricité, gaz), le Premier ministre, envoyé au casse-pipe par un roi déchu reclus dans son palais désert, a annoncé reculer sur tout ce sur quoi l’on avait promis de ne jamais reculer. Les réactions qui le regrettent comme celles qui s’en félicitent n’ont aucun sens. Peu importe que le gouvernement lâche du lest ou n’en lâche pas. Le résultat sera le même : la chute.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  2. Le Panda Le 5 décembre 2018 à 12h23min (commentaire N° 2)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Dans les milieux nostalgo-royalistes, on aime à disserter sur ce qu’aurait pu faire Louis XVI pour endiguer ou arrêter le processus révolutionnaire. Devant nos yeux, en direct, l’Histoire nous apporte enfin la réponse à cette question historique : RIEN ! Lorsque le peuple de France, uni au-delà des barrières politiques, prend la rue, prend les chemins, prend les villes bientôt, et décide que sa propre survie est en jeu, rien ne peut l’arrêter.

    En cédant sur les taxes, le Premier ministre a entrouvert la porte, et immédiatement un pied ferme s’est incrusté dans l’ouverture. Ce pied ne partira plus, jusqu’à ce que la porte soit ouverte.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  3. Le Panda Le 5 décembre 2018 à 12h24min (commentaire N° 3)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Samedi, pour un quatrième week-end d’affilée, les Gilets Jaunes vont descendre dans la rue, et « monter » à Paris. Naïvement, parce qu’il n’a pas d’autre choix, le pouvoir protégera les lieux dans lesquels il s’exerce : Elysée, Beauvau, etc. Pourtant, ces palais n’ont plus grande importance : la transition s’est déjà faite. En France, depuis un mois, le pouvoir s’exerce dans la rue et s’exprime sur Facebook. Il ne reste à Emmanuel Macron que le bouton nucléaire, triste consolation pour le président le plus court de l’Histoire de la Vème république.

    Samedi dernier, des Gilets Jaunes ont déjà tenté d’entrer dans les immeubles cossus de l’Avenue Kleber. Il est à craindre que ces tentatives se répètent dans trois jours.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  4. Le Panda Le 5 décembre 2018 à 12h24min (commentaire N° 4)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Nous avons cru quelques instant que nous vivions une redite de Mai 68. Puis nous avons compris que c’était plutôt 1789. Espérons juste que ça ne deviendra pas octobre 1917. Jean-Luc Mélenchon et Alexis Corbières n’attendent que ça.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  5. Le Panda Le 5 décembre 2018 à 12h31min (commentaire N° 5)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Pour la première fois depuis son élection, Emmanuel Macron a reculé. De Buenos Aires aux salons de l’Élysée, Les trois jours qui ont fait basculer le quinquennat.

    Entre deux réunions avec les grands de ce monde, Emmanuel Macron consulte les images que ses collaborateurs lui montrent sur leurs portables. Paris noyé sous les bombes lacrymogènes. L’Arc de triomphe assiégé. Les avenues de la capitale mises à sac. La préfecture du Puy-en-Velay incendiée. Le président de la République participe au G20 à Buenos Aires en Argentine. À 11.000 km de là, la manifestation des «gilets jaunes» dégénère en émeutes urbaines d’une ampleur encore jamais vue. «Je ne suis pas fait pour diriger par temps calme. […] Je suis fait pour les tempêtes», assurait le président de la République il y a près d’un an. Il y est.

    Pour celui qui a fait de la détermination sa marque de fabrique, c’est l’épreuve de force, peut-être même le moment clé de son quinquennat. Le défi qui lui est adressé par les «gilets jaunes» à Buenos Aires, via les écrans de smartphone, est simple: reculer sur la hausse des taxes sur le carburant ou plonger le pays dans le chaos. Face à cette crise …

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  6. Le Panda Le 5 décembre 2018 à 12h34min (commentaire N° 6)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Des Républicains au Rassemblement national en passant par le Parti socialiste, les critiques à l’égard des annonces du gouvernement sont unanimes : «c’est trop peu» ou c’est «trop tard».

    Les annonces du gouvernement ont été jugées insuffisantes par les Républicains qui réclamaient l’annulation des hausses sur les taxes. «Trop peu, trop tard!», a ainsi réagi, pour le groupe LR, Damien Abad aux questions d’actualité à l’Assemblée. «Les Français ne vous demandent pas une suspension mais une annulation des taxes, pas une suspension mais un changement de cap», a poursuivi le député de l’Ain estimant que le premier ministre n’avait toujours «pas compris le mouvement» des Gilets jaunes. Un avis largement partagé par les élus LR. «Vous êtes toujours en retard!», a poursuivi le député Éric Woerth dans l’Hémicycle. «Vous n’êtes pas en train de réformer le pays vous êtes en train de le brutaliser. Quand allez-vous changer de méthode», a interrogé le président de la commission des Finances.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  7. Le Panda Le 5 décembre 2018 à 12h36min (commentaire N° 7)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  8. Le Panda Le 5 décembre 2018 à 12h37min (commentaire N° 8)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    «S’il s’agit juste de retarder les augmentations, ce n’est pas à la hauteur. Il faut l’annulation des hausses de taxes», avait sévèrement jugé mardi matin Laurent Wauquiez en réunion de groupe LR à l’Assemblée. «Le moratoire, ce n’est pas suffisant», a-t-il indiqué. «Aujourd’hui, ils annoncent des mesures qui auraient pu être prises il y a bien longtemps», a-t-il poursuivi en visant directement le chef du gouvernement et le chef de l’État. «L’exécutif a tendu toutes les cordes du pays, jusqu’à la rupture», a-t-il développé estimant que «leur entêtement et leur arrogance avaient mis le pays dans un engrenage et avaient ajouté à la tension».

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  9. Le Panda Le 5 décembre 2018 à 12h38min (commentaire N° 9)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Les annonces du gouvernement n’apaisent pas la colère des «gilets jaunes»

    Emmanuel Macron a «fait danser le pays sur un volcan», confie auFigaro, Renaud Muselier, le président LR de la région Sud inquiet de voir «le pays en danger». «Macron nous a mis en danger. Il faut écouter le pays. L’urgence absolue est d’apaiser.» Surtout pour l’ex ministre chiraquien, Édouard Philippe joue sa survie cette semaine, en fonction de l’impact des dernières mesures annoncées: «Édouard Philippe est en très grande difficulté. Il est sur un siège éjectable».

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  10. Le Panda Le 5 décembre 2018 à 12h39min (commentaire N° 10)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    «Il n’y a aucun changement de cap, aucun!»

    Olivier Faure, premier secrétaire du Parti socialiste

    Un constat également partagé dans les rangs du Rassemblement national qui va jusqu’à s’interroger sur la durée choisie pour ce moratoire: «6 mois? Sûrement un hasard si ça nous porte juste quelques jours après les élections européennes, ironise sur Twitter Marine Le Pen. S’ils se contentent d’un moratoire, ce sera la preuve qu’ils ne se conçoivent pas comme des dirigeants d’un État Nation qui doit la protection au peuple, mais comme des patrons de banque qui accordent un échelonnement à leurs clients surendettés.» Tandis que Nicolas Dupont-Aignan présentait ce matin à la presse une proposition de loi compilant différentes mesures susceptibles, selon lui, d’offrir une sortie de crise au gouvernement, le député de l’Essonne s’est félicité que «le pire avait été évité grâce au courage des «Gilets jaunes». Le combat doit continuer pacifiquement pour que la suspension devienne annulation.»

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  11. Le Panda Le 5 décembre 2018 à 12h40min (commentaire N° 11)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  12. Le Panda Le 5 décembre 2018 à 12h41min (commentaire N° 12)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Emmanuel Macron n’a pas prévu de s’exprimer après Edouard Philippe

    «Il n’y a aucun changement de cap, aucun!», a également déploré Olivier Faure depuis l’Assemblée nationale. «Ce n’est qu’une suspension, il ne s’agit pas d’un abandon. Il s’agit surtout d’une mesure qui a simplement pour vocation de limiter la grogne en attendant les élections européennes», a dénoncé le premier secrétaire du Parti socialiste. Une analyse également partagée Jean-Luc Mélenchon: «Le gouvernement pense pouvoir éteindre (le mouvement) par des astuces à l’ancienne». «Il n’annonce toujours pas d’annulation de la surtaxe sur le carburant mais un simple report de six mois», a regretté le leader de La France Insoumise sur son blog. «Suspendre n’est pas comprendre! Et encore moins répondre. Le gouvernement est totalement coupé du quotidien des Français», a aussi fustigé le secrétaire national du PCF sur Twitter.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  13. Le Panda Le 5 décembre 2018 à 12h44min (commentaire N° 13)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    « Je lance un appel à ne pas se rassembler samedi prochain à Paris. » Christophe Castaner a profité de son audition parlementaire au Sénat, mardi 4 décembre, pour s’adresser directement aux « gilets jaunes », en leur demandant de ne pas revenir manifester dans la capitale samedi, après les graves débordements observés la semaine précédente.

    Le ministre de l’intérieur était venu avec la ferme intention de défendre pied à pied son bilan du maintien de l’ordre de la manifestation du 1er décembre. Devant des sénateurs dubitatifs, il a réaffirmé la pertinence des choix effectués sur l’organisation du dispositif. Mais en laissant entendre que l’organisation des forces de l’ordre pourrait largement évoluer lors des prochaines journées d’action, il a reconnu en creux que la stratégie adoptée avait montré des faiblesses.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  14. Le Panda Le 5 décembre 2018 à 12h45min (commentaire N° 14)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Pas de mea culpa

    Pas question pour autant de formuler clairement un mea culpa. Avec à ses côtés son secrétaire d’Etat, Laurent Nuñez, et le préfet de police de Paris, Michel Delpuech, il a justifié la mobilisation d’une grande partie des forces autour des lieux de pouvoir (Elysée, Place Beauvau, Assemblée nationale et Sénat) et de l’avenue des Champs-Elysées, au détriment de la place de l’Etoile.

    Chiffres à l’appui, Christophe Castaner a tenté de démontrer que la mise en place de ce périmètre, pensé « sur le modèle des fan-zones » et jugé par beaucoup d’observateur comme trop consommateur en effectif, n’avait pas obéré les capacités de projection des unités. Mais en admettant qu’il faudrait être « beaucoup plus mobile pour intervenir partout dans Paris » samedi prochain, il a tenté de montrer qu’il avait entendu les nombreuses critiques.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  15. Le Panda Le 5 décembre 2018 à 12h46min (commentaire N° 15)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Les techniques habituelles de dispersion se sont révélées inefficaces face à la détermination des manifestants

    Pour expliquer le fait que les forces de l’ordre avaient parfois été débordées, le ministre de l’intérieur a souligné à plusieurs reprises le caractère à la fois « inédit » et « très violent » des événements. « Les scènes survenues à Paris, sont d’une violence rarement atteinte, des symboles de la République, de notre patrimoine et de notre histoire ont été souillés de manière odieuse », a-t-il lancé. Reprenant des témoignages de CRS, il a assuré qu’ils avaient « lutté face à des gens qui n’ont pas de limites ». Il a toutefois reconnu qu’il faudrait « repenser la doctrine » de maintien de l’ordre, alors que les techniques habituelles de dispersion (grenades lacrymogènes ou de désencerclement) se sont révélées inefficaces face à la détermination des manifestants.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  16. Le Panda Le 5 décembre 2018 à 12h47min (commentaire N° 16)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Hommage aux forces d’intervention

    A plusieurs reprises, les forces d’intervention mobiles ont été obligées de battre en retraite. Le patron de Beauvau a tenu à leur rendre hommage. « Ce n’est pas politiquement correct de le dire, mais en vous écartant vous avez sauvé des vies », a-t-il lancé, estimant que certains manifestants étaient venus avec l’intention « de tuer ». « Je serais prêt à prendre ma part dans un échec, mais je refuse en tant que ministre de l’intérieur de dire à mes troupes qu’elles ont été mises en échec. (…) Je suis un chef qui assume ses responsabilités et je protège mes troupes. »

    Aux interrogations des parlementaires sur la suite, Christophe Castaner a répondu… moyens financiers. Déplorant la baisse en dix ans des effectifs des forces mobiles d’intervention (CRS et escadrons mobiles de gendarmerie), de 32 000 à 26 800 personnes, il a laissé entendre que les priorités en matière de ressources humaines seraient revues dans les mois à venir. Le projet de Police de sécurité du quotidien (PSQ), mis en place par son prédécesseur, Gérard Collomb, a préempté l’essentiel des nouvelles recrues, en sortie d’école.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  17. Le Panda Le 5 décembre 2018 à 12h48min (commentaire N° 17)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Au registre des regrets, le ministre de l’intérieur a ajouté la focalisation des services de renseignement sur la question terroriste, qui a affaibli la surveillance et la connaissance des mouvements sociaux. « J’ai le sentiment que l’effort n’a pas été porté sur les autres formes de renseignement. » Il a tenté de dresser un portrait-robot des manifestants de la place de l’Etoile, appelant à rejeter la distinction entre une minorité de casseurs et une majorité de « gilets jaunes » qui seraient plus pacifiques : « Il n’y a pas des manifestants expérimentés d’un côté, et les autres : il y a des “gilets jaunes” qui se sont radicalisés et qui sont devenus extrêmement violents. » Selon lui, des groupuscules d’ultra-droite et d’ultra-gauche étaient bien présents mais ils n’ont jamais réussi à « être maîtres du mouvement ».

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  18. Le Panda Le 5 décembre 2018 à 12h49min (commentaire N° 18)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Enfin, Christophe Castaner a infléchi sa position sur la mise en place éventuelle de l’état d’urgence. Il avait affirmé dimanche qu’il n’avait « pas de tabou ». S’il a confirmé que tout était à l’étude, il a cependant semblé écarter le recours à l’article 16 de la Constitution : « Je ne considère pas que l’Etat d’urgence est un outil qui renforcerait suffisamment nos moyens d’intervention. »

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  19. Le Panda Le 5 décembre 2018 à 12h50min (commentaire N° 19)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    « Ma main tremble quand je tiens le micro »: devenus porte-parole des « gilets jaunes », ils racontent leur quotidien chahuté

    Les figures du mouvement ont été propulsées dans l’espace médiatique en quelques semaines. Nous avons interrogé neuf de ces porte-voix, et certains ont du mal à se faire à cette notoriété express, surtout lorsqu’elle s’accompagne de menaces.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  20. Le Panda Le 5 décembre 2018 à 12h51min (commentaire N° 20)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Le bruit assourdissant des klaxons de poids lourds résonnent dans le téléphone. Julien Mure répond à l’appel des journalistes depuis un barrage organisé au niveau du péage de Loriol (Drôme) pour bloquer l’accès des camions à l’autoroute A7, ce lundi 3 décembre. Cet intérimaire de 34 ans est l’un des représentants des « gilets jaunes » dans le département. Depuis trois semaines, il participe nuit et jour à des blocages pour dénoncer la hausse des taxes sur les carburants et, plus globalement, l’augmentation du coût de la vie. « On fait les 3/8 , j’en ai passé des nuits à ne pas dormir ! » lâche-t-il.

    Julien Mure fait partie des figures du mouvement qui ont été propulsées dans l’espace médiatique en quelques semaines et ont vu leur vie bouleversée. Bien souvent, l’activité professionnelle a été mise entre parenthèses pour participer aux actions, les coordonner sur Facebook, animer des réunions et parler aux médias. « Je travaille dans le nucléaire, mais mon entreprise n’a pas renouvelé mon contrat, regrette le trentenaire, au chômage depuis deux semaines et demie. Ma femme continue à travailler, elle assure l’argent et moi je mène le combat. »

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  21. Le Panda Le 5 décembre 2018 à 12h52min (commentaire N° 21)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    « J’ai du mal à m’exprimer en public »

    La fatigue commence à se faire sentir. « Hier soir, je me suis offert le luxe de rentrer dormir. Une petite nuit de sommeil et ça repart », glisse Julien Mure. Quand il n’est pas sur une opération de blocage, il s’exprime devant 500 personnes. « Ma main tremble quand je tiens le micro. J’ai du mal à m’exprimer en public, mais je n’ai pas le choix, je fais avec. »

    Mathieu Blavier a quant à lui « décliné des dizaines de plateaux télé ». Cet étudiant et entrepreneur de 22 ans, « gilet jaune » dans les Bouches-du-Rhône, confie avoir « reçu plus de 150 appels par jour » à une période.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  22. Le Panda Le 5 décembre 2018 à 12h53min (commentaire N° 22)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    ”Le ‘New York Times’, des journalistes de Norvège et même du Qatar m’ont appelé.”
    — Mathieu Blavier, « gilet jaune » dans les Bouches-du-Rhône
    à franceinfo

    Finalement, « j’ai essentiellement privilégié la presse écrite et j’ai fait une émission sur France 5 , ‘C politique' », indique-t-il. Mathieu Blavier est mobilisé « depuis la fin de l’été. Le mouvement n’était pas encore créé qu’on travaillait déjà dessus. » Pour lui, les examens partiels de décembre et janvier s’annoncent compliqués. « Pas mal d’étudiants qui défendent la cause ont pris des notes pour moi », se rassure cet étudiant en licence de droit, qui a également monté son entreprise de production de jus de pomme artisanal et de foin de Crau pour financer ses études. « J’ai dû baisser la cadence : ça m’a pénalisé financièrement, mais je récupérerai avec ce qu’on a gagné grâce au mouvement », espère-t-il.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  23. Le Panda Le 5 décembre 2018 à 12h54min (commentaire N° 23)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    La vie privée, « c’est fini, zéro »

    Le jeune homme pense déjà au jour d’après : « Le jour où ça se calmera, je serai content, j’irai boire un coca en terrasse et je serai fier d’avoir participé à un mouvement comme ça. »

    David Roig, lui, ne se projette pas encore. « On sait qu’on est partis pour un combat qui va durer plusieurs mois. On avait peur d’un essoufflement général et on voit que les gens sont toujours prêts à nous suivre », estime ce taxi-ambulancier âgé de 29 ans, représentant en Corse. Mais du côté de la vie privée, « c’est fini, zéro ».


    ”Il faut gérer en même temps le boulot, les appels, des heures très tardives et très matinales. Au bout de trois semaines, on commence à être usés.”
    — David Roig, « gilet jaune » en Corse
    à franceinfo

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  24. Le Panda Le 5 décembre 2018 à 12h55min (commentaire N° 24)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Au niveau financier, le manque à gagner ne se fait pas trop sentir. Mais il a dû faire une croix sur les entraînements de rugby depuis trois semaines. Il faut garder du temps pour les interventions dans les médias, notamment sur France 3 Corse. « Je suis grande gueule, donc ça vient tout seul », plaisante David Roig.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  25. Le Panda Le 5 décembre 2018 à 12h55min (commentaire N° 25)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    « J’ai juste créé la page Facebook pour Vannes »

    Pour Jonathan Jolivot, figure du mouvement dans le Morbihan, s’entretenir avec des journalistes n’a rien de naturel. « Avant, j’étais militaire donc je ne leur parlais pas », explique ce garagiste de 29 ans. Désormais, « je suis en contact permanent avec une journaliste du Figaro et hier j’étais avec la presse italienne », s’étonne-t-il encore. Pourtant, « j’ai juste créé la page Facebook pour Vannes ». Mobilisé « pleinement » du 17 au 21 novembre, il ne mène quasiment plus d’actions sur le terrain. « J’y vais le matin avant d’ouvrir mon entreprise et je passe un petit peu le soir. » Son rôle consiste essentiellement à « collecter des informations, s’occuper de la coordination via les réseaux sociaux ou par téléphone ».

    Chantal Perrotin s’est également mise en retrait. « Quand vous êtes dans le froid de 7 heures du matin à 20 heures du soir pour des opérations péage gratuit, ça fatigue », souligne cette retraitée âgée de 64 ans, qui s’est fait connaître pour porter la voix de la contestation en Auvergne-Rhône-Alpes et pour avoir créé le collectif mort-né des « gilets jaunes libres ». Cette initiative de manifestants modérés, qui devaient rencontrer le Premier ministre mardi 4 décembre, a aussitôt été contestée. « Sur Facebook, j’ai vu tourner des commentaires du type ‘elle n’est pas légitime’, ‘d’où sort-elle ?’, ‘on ne la connaît pas, on ne l’a pas vue sur les barricades…' » déplore-t-elle. « Je voulais faire remonter la parole des incompris, ça partait d’un bon sentiment. Mais moi, je n’ai pas envie de mettre Paris à feu et à sang », se justifie la sexagénaire.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  26. Le Panda Le 5 décembre 2018 à 12h56min (commentaire N° 26)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    « Etre dans la lumière, ce n’est pas du tout mon truc », assure Chantal Perrotin, qui indique avoir « fait un FR3 sur un barrage » mais refusé d’être suivie pendant une semaine par un magazine télé « qui voulait mettre à l’honneur les femmes dans ce mouvement ».

    Comme Chantal Perrotin, la dizaine de membres de ce collectif improvisé a essuyé des critiques, voire des menaces. « J’ai eu le droit à ‘on t’a loupé à la sortie de BFM’, du coup, je ne me rendrai pas à Matignon », indiquait lundi à franceinfo Cédric Guémy, « gilet jaune » en Ile-de-France, annonçant « se mettre en retrait ». « Tous les signataires de la tribune du JDD ont reçu des menaces et des intimidations qui ne garantissent pas leur sécurité. Certains ‘gilets jaunes’ ont fait savoir qu’ils les empêcheraient d’aller » au rendez-vous prévu avec le chef du gouvernement, finalement annulé, a confirmé Benjamin Cauchy, membre du mouvement dans la région Occitanie.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  27. Le Panda Le 5 décembre 2018 à 12h57min (commentaire N° 27)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    « Je ne peux plus me balader seule »

    Jacline Mouraud, devenue l’égérie du mouvement pendant un temps, a elle aussi porté plainte après avoir reçu des menaces de mort. La vie de cette femme de 51 ans, dont la vidéo virale postée sur Facebook mi-octobre lui a valu une réponse de la secrétaire d’Etat à l’Ecologie en personne, a basculé dans une autre dimension.


    ”Dès 6h30, des journalistes m’appellent, ça fait trois fois que je vide ma messagerie.”
    — Jacline Mouraud, « gilet jaune » dans le Morbihan
    à franceinfo

    « Je fais très attention au moment où j’ouvre mes volets, je collecte des informations pour les envoyer à la gendarmerie », explique cette mère de trois enfants, assurant que son compagnon est lui aussi menacé. Au début du mouvement, Jacline Mouraud dit avoir « perdu 50% de ses revenus », ne pouvant assurer ses « cours de piano », ses « séances d’hypnose » et ses « prestations musicales d’accordéoniste dans des thés dansants ». Depuis les menaces, sa participation aux blocages et aux réunions est limitée : « Ça fait un moment que je ne peux plus me balader seule. »

    Redoute-t-elle malgré tout le moment où le téléphone arrêtera de sonner ? « Je n’ai pas d’ambition politique, ma vie était déjà bien remplie avant. Je sais prendre mes distances avec les évènements », rétorque-t-elle.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  28. Le Panda Le 5 décembre 2018 à 12h57min (commentaire N° 28)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    « C’est une formidable aventure humaine »

    Même réaction du côté d’Alexandre Compère. Cet homme de 39 ans, fer de lance du mouvement à Valence (Drôme), ne souhaite qu’une chose : « Que ça s’arrête et que je retrouve mon anonymat. » Depuis le début de la mobilisation, « mon quotidien est catastrophique », explique-t-il. Micro-entrepreneur dans le bricolage, il n’a pas pu honorer un certain nombre de devis. « Je me vois mal rappeler mes clients. Les mois à venir vont être difficiles », souligne-t-il, chiffrant ses pertes d’argent à « 200 euros par jour ».

    « Il va falloir que je me rende à l’évidence », souffle ce père de famille. « J’ai trois enfants dont deux en bas âge, un crédit immobilier. Avec ma femme, c’est compliqué, ça fait deux mois que je suis 15 heures sur 24 sur Facebook à mobiliser du monde. »

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  29. Le Panda Le 5 décembre 2018 à 12h58min (commentaire N° 29)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    ”Le sapin de Noël n’est pas encore fait, les cadeaux ne sont pas encore achetés.”
    — Alexandre Compère, « gilet jaune » à Valence
    à franceinfo

    Pour autant, « pas question d’arrêter au bout de trois semaines », malgré les annonces d’Edouard Philippe. Alexandre Compère se dit « parti pour longtemps, janvier, février, mars ». Le quadragénaire, ancien employé des pompes funèbres et ex-pompier volontaire, se souvient encore du jour où BFMTV l’a appelé. « C’était une première, je suis allé sur leur plateau, tout est allé très vite. » « Si je suis autant médiatisé, c’est pas pour qu’on voie ma tête, c’est pour mobiliser du monde. Une page Facebook ne suffit pas », assure-t-il. « D’ailleurs, si vous voulez m’embaucher comme journaliste, je veux bien, gardez mon numéro ! » rigole-t-il.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  30. Le Panda Le 5 décembre 2018 à 12h59min (commentaire N° 30)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Comme d’autres, ce « gilet jaune » le certifie : il ne compte pas rester sous les projecteurs : « Après, je retrouverai ma vie pépère. Aller boire l’apéro chez les potes, bricoler… » Alexandre Compère espère malgré tout garder contact avec tous ces gens rencontrés sur les barrages, dans les réunions et sur Facebook : « C’est une formidable aventure humaine, ça, je ne pourrai pas l’oublier. »

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  31. Le Panda Le 5 décembre 2018 à 13h01min (commentaire N° 31)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Crise des « gilets jaunes » : entre Macron et Philippe, la confiance qui s’effrite

    Entre eux, tout semblait parfait. Mais depuis la crise, l’air est devenu électrique. Dans leurs entourages, les langues se délient et les critiques fusent.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  32. Le Panda Le 5 décembre 2018 à 13h02min (commentaire N° 32)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Où est passé Edouard le placide ? Un des chefs de parti qu’il a reçus lundi 3 décembre lors de ses consultations pour sortir de la crise des « gilets jaunes » ne l’a pas reconnu :

    « Il est atteint, physiquement atteint. Je l’ai vu plus fier. Le type ne sait pas très bien où il va, quel sera son sort, s’il sera toujours là dans quelques jours. Ça se voit. »

    Une atmosphère crépusculaire enveloppe Matignon. A l’Elysée, Emmanuel Macron tente de sortir de la nasse où son hyperprésidence l’a précipité. Il a chargé son Premier ministre d’annoncer le moratoire sur l’augmentation des taxes sur les carburants, mais les Français savent qu’il décide de tout. Après la journée insurrectionnelle du 1er décembre, le tag « Macron démission » a été effacé, à la hâte, du flanc de l’Arc de Triomphe. Mais si ces lettres majuscules resurgissaient sur un autre temple républicain ?

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  33. Le Panda Le 5 décembre 2018 à 13h03min (commentaire N° 33)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Ils ont trop tardé à ouvrir les yeux, à lâcher du lest. Préoccupé de restaurer sa posture régalienne mise à mal par les images des casseurs, le chef de l’Etat met en scène le jeu de rôle classique de l’exécutif : un Premier ministre bouclier, un président sur son Aventin.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  34. Le Panda Le 5 décembre 2018 à 13h06min (commentaire N° 34)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Le gouvernement s’est donc résolu à faire ce qu’il avait exclu à plusieurs reprises, considérant que lâcher du lest serait perçu comme un signe de faiblesse et sonnerait le glas des réformes à venir : retraites, assurance chômage, fonctionnement de l’État…

    Mais, comme l’a dit la députée LREM Aurore Bergé non sans maladresse alors qu’elle assurait le « service après-vente » des annonces faites par Édouard Philippe : « Vous savez, parfois, il faut se confronter au réel. » Aveu terrible, qui rivalise avec les propos de Marlène Schiappa, la secrétaire d’État à l’Égalité entre les femmes et les hommes….

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  35. Le Panda Le 5 décembre 2018 à 13h34min (commentaire N° 35)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Pourquoi Coluche est-il la mascotte des gilets jaunes

    Des « Restos du cœur » à Ben-Hur Marcel dans « Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ », le parcours et les prises de position de Coluche inspirent ces Français en colère.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  36. Le Panda Le 5 décembre 2018 à 13h35min (commentaire N° 36)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    POLITIQUE – Était-il gilet jaune avant l’heure? C’est en tout cas ce que ces Français en colère veulent croire. Depuis le début du mouvement, les photos, vidéos, citations de Coluche et autres références au comique disparu en 1986 fleurissent sur les pages facebook du mouvement. Certaines sont utilisées pour mieux fustiger le silence des célébrités sur la condition de ces citoyens qui souffrent, quand d’autres servent à montrer que rien n’a changé depuis la création des « Enfoirés » en 1985.

    Exit les photos de Che Guevara et autres figures révolutionnaires brandies comme totem dans de nombreux mouvements contestataires. Chez les gilets jaunes, c’est l’engagement de Coluche en faveur des plus démunis et ses coups de gueule anarcho-populistes qui s’imposent.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  37. Le Panda Le 5 décembre 2018 à 13h35min (commentaire N° 37)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Une sorte de figure tutélaire incontestable qui entraîne avec lui quelques enseignements sur la nature du mouvement, sa composition ô combien hétéroclite et ses revendications.

    « Il représentait quelque chose de la révolte, une parole complètement différente », disait de lui son ami Romain Goupil en 2016. Et c’est visiblement cet esprit que les gilets jaunes essaient d’entretenir entre eux en partageant très régulièrement des citations (humoristiques ou non) comme une sorte d’auto-motivation alors que le mouvement tend à s’essouffler sur le terrain malgré le soutien de la très grande majorité des Français.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  38. Le Panda Le 5 décembre 2018 à 13h36min (commentaire N° 38)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Au bon souvenir de Coluche

    Ces contestataires se retrouvent en effet dans les discours particulièrement virulents de Coluche à l’égard des responsables politiques et sur l’abandon d’une certaine partie de la population. C’est d’ailleurs sur ces deux sentiments que l’humoriste avait fondé sa candidature à la présidentielle de 1981, comme le montre l’extrait ci-dessous de sa déclaration de candidature. Crédité de plus de 10% d’intentions de vote, il avait finalement renoncé à briguer l’Élysée face aux diverses menaces.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  39. Le Panda Le 5 décembre 2018 à 13h37min (commentaire N° 39)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    « J’appelle les fainéants, les crasseux, les drogués, les alcooliques, les pédés, les femmes, les parasites, les jeunes, les vieux, les artistes, les taulards, les gouines, les apprentis, les Noirs, les piétons, les Arabes, les Français, les chevelus, les fous, les travestis, les anciens communistes, les abstentionnistes convaincus, tous ceux qui ne comptent pas pour les hommes politiques à voter pour moi. »

    Ces charges anti-élites dont l’artiste était coutumier sont désormais relayées en masse par les gilets jaunes qui sont eux aussi animés par cette défiance envers les gouvernants. « Il aurait pu se lâcher notre Coluche avec Macron », regrette par exemple une internaute en publiant un trait d’humour attribué au comique.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  40. Le Panda Le 5 décembre 2018 à 13h39min (commentaire N° 40)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Même le film « Deux heures moins le quart avant Jésus-Christ » trouve sa place dans les références culturelles de ce mouvement. Dans une scène relayée avec humour par certains internautes on peut voir le personnage faussement niais de Ben-Hur Marcel (joué par Coluche) traiter César (incarné par Michel Serrault) et son consul de « cons. » « Vous pensez qu’ils vous prennent pour des cons? Et vous avez raison mais eux aussi. Parce que depuis le temps qu’ils vous prennent pour des cons, vous êtes vraiment des cons », lance-t-il à la foule, vêtu d’une tunique jaune.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  41. Le Panda Le 5 décembre 2018 à 13h40min (commentaire N° 41)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Mais au delà de ces envolées anti-élites, c’est aussi le discours humaniste et l’esprit de compassion qui animaient Coluche qui inspirent aujourd’hui les gilets jaunes. Beaucoup relaient notamment les interviews de l’artiste lorsqu’il a créé « Les Restos du cœur » en 1985 ou quand il s’est engagé dans la course à la présidentielle.

    « On est dans la merde en France. On est dans la merde. (…) Pour ceux qui sont obligés de rester c’est vraiment le bordel. Il y a une pyramide sociale avec un mec en haut, tout seul: Giscard. Et plus on descend, plus on est nombreux. Et quand on arrive en bas on est vraiment dans la merde », lançait-il avec comme mot d’ordre: « Remuer la merde pour que l’odeur monte jusqu’au nez de ceux qui dirigent ». Une ambition qui convainc bon nombre de gilets jaunes, d’autant que dans la suite de la vidéo Coluche demande à ce qu’on arrête de prendre « tout le pognon » des Français. Une revendication qui fait bien évidemment échos à celle du mouvement contestataire qui secoue la France depuis plus d’une semaine.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  42. Le Panda Le 5 décembre 2018 à 13h41min (commentaire N° 42)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    https://www.huffingtonpost.fr/2018/11/28/pourquoi-coluche-est-il-la-mascotte-des-gilets-jaunes_a_23603541/?utm_hp_ref=fr-homepage

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  43. Le Panda Le 5 décembre 2018 à 13h43min (commentaire N° 43)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Où sont les enfoirés?

    Ils sont également nombreux à déplorer le silence des artistes actuels face à leur détresse. Beaucoup appellent notamment la troupe des « Enfoirés », justement fondée par l’humoriste à prendre fait et cause pour le mouvement.

    Une absence de soutien qui alimente le sentiment d’une France coupée en deux entre ceux qui se battent pour leurs fins de mois et les privilégiés qui mépriseraient le peuple. Et qui rend encore plus ardent le souvenir d’un artiste engagé pour les plus pauvres. « Coluche doit se retourner dans sa tombe » cingle un visuel particulièrement relayé sur les « pages gilets jaunes. »

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  44. Le Panda Le 5 décembre 2018 à 20h54min (commentaire N° 44)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Ce samedi le faciès de Marianne ne sera pas recomposé, cela prendra plus de six mois. Nous n’avons pas entendu le retrait des hausses, un recul pour une durée qui laisse chacun sur sa soif. Pour les retraités, faut-il attendre que ceux qui le peuvent aillent s’en prendre directement aux banquiers afin de régler les sommes dont ils ont besoin. Ne pas rêver « Le Petit Prince » n’a jamais existé mais bien écrit, la masse des enfants à qui l’on a pu narrer des passages « Dessines-moi un mouton » subsiste. Les partis d’oppositions ne veulent ou ne souhaitent que le renversement du pouvoir à prix réduit, car le pouvoir est plus que contesté. Il est défendu d’interdire par les temps qui courent. « L’huile sur le feu » d’Hervé Bazin, fait comme « Les salamandres » qui renaissent de leurs cendres. Les « Gilets Jaunes » et les « Agriculteurs » seront avec les « Têtes blondes » etc. L’exposé à teintes diverses par procuration du 1er Ministre à l’Assemblée. Ne fera surement pas rentrer « La confiance qui se meurt », le temps du surplus fini. La démonstration flagrante personne ne peut renier ses racines. Monsieur Macron s’obstine dans le mutisme, le peuple de France dans ses actions. Savoir que Pasteur a inventé le vaccin contre « La rage » Les « Routiers sont sympas » sur la route. Limagrain à Chappes en 63, cause autant de dégâts que de bénéfices serait une erreur énorme pour tout le monde agricole. 4eme semencier mondial inscrit sur la charte de l’Union Européenne, pourquoi se priverez-t-ils ?

    Le Panda
    Patrick Juan

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  45. Le Panda Le 8 décembre 2018 à 10h36min (commentaire N° 45)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Sur la plupart des images, on voit des hommes vêtus de grandes parkas ou de doudounes, une capuche ou un casque sur la tête, le bas du visage masqué. Ils marchent près de l’Arc de triomphe ou dans les rues pavées de Paris, le 1er décembre. Parfois, un seul détail, mais de taille, les distingue des manifestants qui se sont rassemblés dans la capitale, à l’appel des « gilets jaunes » : ils portent un brassard de police.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  46. Le Panda Le 8 décembre 2018 à 10h37min (commentaire N° 46)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Plusieurs vidéos ont ainsi été diffusées sur les réseaux sociaux après la journée de violences. Et une rumeur s’est répandue comme une traînée de poudre : des policiers se seraient infiltrés en civil parmi les manifestants pour agir comme des « casseurs ». Qu’en est-il réellement ? Selon nos informations, il y avait bien des policiers en civil lors de la manifestation des « gilets jaunes » le 1er décembre et il y en aura encore samedi 8 décembre. Mais la police nationale assure sur Twitter que ces agents en civil ne sont pas là « pour casser ».

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  47. Le Panda Le 8 décembre 2018 à 10h39min (commentaire N° 47)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Ce samedi 8 décembre 2018 marque « l’acte 4 » de la mobilisation des Gilets jaunes. Après les incidents du week-end dernier, les forces de l’ordre redoutent une nouvelle flambée de violence.

    L’essentiel :
    •Des manifestations de Gilets jaunes sont organisées dans toute la France pour cet « acte 4 » du mouvement.
    •Un dispositif « exceptionnel » des forces de l’ordre est déployé dans tout le pays. 89 000 membres des forces de l’ordre sont mobilisés, dont 8 000 dans la capitale.
    •Tout au long de la semaine, des appels au calme ont été lancés pour éviter que les scènes de violences du week-end dernier ne se reproduisent.

    » Suivez le fil de cette nouvelle journée de manifestations des Gilets jaunes

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  48. Le Panda Le 8 décembre 2018 à 10h41min (commentaire N° 48)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    9h35. Premiers moments de tension sur les Champs-Elysées. Situation tendue en bas des Champs-Elysées, tout près du Grand Palais. Les manifestants sont bloqués par un barrage de gendarmes mobiles.

    9h30. Une centaine de Gilets jaunes prennent le départ de Meaux. Une grosse centaine de gilets jaunes prennent le départ de Meaux (Seine-et-Marne) vers Paris, comme le 24 novembre et le 1er décembre dernier. Après leur arrivée à la gare de l’Est, ils devraient se diriger vers les Champs-Elysées ou la place de la Bastille.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  49. Le Panda Le 8 décembre 2018 à 10h42min (commentaire N° 49)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    9h25. 317 Gilets jaunes interpellés à Paris. Les autorités qui craignent de voir se reproduire dans Paris les scènes d’émeute urbaine renforcent les contrôles dans les gares et pratiquent la fouille systématique aux abords des lieux de manifestation.

    9h20. Christophe Castaner a rendu visite aux forces de l’ordre à Paris.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  50. Le Panda Le 8 décembre 2018 à 10h44min (commentaire N° 50)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    9h05. Les Gilets jaunes contrôlés s’énervent. Tous les Gilets jaunes débarquant place de l’Étoile sont contrôlés par les forces de l’ordre. Un quinquagénaire est furax car il ne peut pénétrer dans la zone avec son bâton en bois de drapeau breton. « C’est une arme par destination » lui explique un gendarme. « Et votre collègue, il va me demander mon froc » s’énerve le manifestant qui rebrousse chemin.

    8h52. 278 interpellations. La vague des arrestations se poursuit à Paris avant même le début de la mobilisation.

    8h43. Nombreux vigiles en tenue gare du Nord. De nombreux vigiles en tenue civile prennent position devant l’entrée de plusieurs boutiques, tandis que certains rideaux de fer restent baissés.

    8h35. 177 interpellations. De manière préventive les forces de l’ordre poursuivent les interpellations en série à Paris.

    8h20. 200 Gilets jaunes place de l’Etoile. Environ 200 Gilets jaunes occupent la place de l’étoile. Toute personne avec un sac à dos ou le visage couvert est fouillée minutieusement.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  51. Le Panda Le 8 décembre 2018 à 10h45min (commentaire N° 51)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    7h55. Fouilles gare de l’Est. Les forces de l’ordre procèdent, dans le calme, à des fouilles de sacs de passagers sur certains trains arrivant à gare de l’Est.

    7h48. Blocages à Boulogne-sur-Mer. Une vingtaine de camions sont bloqués par les Gilets jaunes à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais) selon un journaliste de la Voix du Nord.

    7h40. 121 personnes interpellées à Paris. 121 personnes ont été interpellées et 34 personnes sont déjà placées en garde à vue par les policiers. Ce sont principalement des gens venus de région, âgés d’une trentaine d’années sur lesquels ont été retrouvés des masques, des frondes, des marteaux ou des pavés.

    7h37. Course-poursuite et contrôles rue de l’Opéra. Selon nos informations, les policiers engagent une course-poursuite rue de l’Opéra avant de bloquer un groupe de personnes et de procéder à des contrôles.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  52. Le Panda Le 9 décembre 2018 à 15h44min (commentaire N° 52)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Information de droit

    Pas loin de 1400 arrestations en France il faut savoir que c’est illégal il est interdit selon les « Avocats » de droit avec lesquels j’ai pu discuter en effet soit le délit est avéré et il a flagrant délit, là « la mise en garde à vue » se justifie dans le cas contraire on se moque de chacun de nous ? Alors ne parlons pas des personnes qui sont détenus . https://fr.wikipedia.org/wiki/Garde_à_vue_en_droit_français

    Ce qui démontre de façon évidente que la loi française a été violée par l’Etat Il n’y pas de prévention en la matière. CQFD

    Le Panda

    Patrick Juan

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  53. Le Panda Le 9 décembre 2018 à 15h46min (commentaire N° 53)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Dix mille manifestants, 1 082 interpellations, plus de 70 blessés, des dizaines de vitrines brisées, des magasins pillés et des voitures incendiées… Comme attendu, Paris a vécu des heures chaotiques, samedi 8 décembre, pour « l’acte IV » de la mobilisation des « gilets jaunes ». Récit d’une journée survoltée.

    Blindés dans les rues, Uma Thurman dans le cortège… Dix choses vues lors des manifestations des « gilets jaunes »

    Nombreuses interpellations, déploiement de blindés… Une matinée sous contrôle

    Les autorités avaient prévenu : une semaine après un véritable chaos dans les rues de la capitale, le dispositif de sécurité serait cette fois maximal. Au petit matin, pas moins de 36 stations de métro restent fermées, indique la RATP, dont celles qui desservent les Champs-Elysées, le Louvre, l’Hôtel de Ville et les grands magasins. La ligne C du RER est également interrompue. Objectif : éviter que les « gilets jaunes » puissent circuler rapidement d’un quartier à l’autre. Très tôt, des blindés de la gendarmerie prennent place devant l’Arc de triomphe, mais aussi dans plusieurs points stratégiques de la capitale.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  54. Le Panda Le 9 décembre 2018 à 15h49min (commentaire N° 54)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Surtout, dans les gares parisiennes et au niveau des péages franciliens, les forces de l’ordre ont pour ordre de procéder à un maximum de fouilles. A 7h30, déjà 121 personnes ont été interpellées, dont 32 placées en garde à vue, essentiellement pour « participation à un groupement en vue de la préparation de violences contre les personnes ou de destruction/ dégradation de biens ». De fait, lors de ces contrôles, la police retrouve, en vrac, des marteaux, battes de base-ball, billes de paintball, boules de pétanque, extincteurs, couteaux…

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  55. Le Panda Le 9 décembre 2018 à 15h50min (commentaire N° 55)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Vers 8 heures, sur les Champs-Elysées, une grosse centaine de « gilets jaunes » commencent à se rassembler devant l’Arc de triomphe, face à un important dispositif de sécurité. Contrairement au samedi 1er décembre, l’accès à la « plus belle avenue du monde » est autorisé, mais la fouille des sacs, là aussi, est quasi systématique. Les forces de l’ordre jettent les protections des manifestants (casques, masques, lunettes…). Dans le lot, certains journalistes se voient également confisquer leur matériel de protection.

    Quelques centaines de « gilets jaunes » se déplacent par grappes, plutôt qu’en défilé organisé. Des « Macron démission » fusent, et des « gilets jaunes » commencent à « siffler les représentants des forces de l’ordre », note France Bleu Paris. Mais dans l’ensemble, les choses se passent mieux que sept jours plus tôt à la même heure.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  56. Le Panda Le 9 décembre 2018 à 15h50min (commentaire N° 56)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Des Champs-Elysées aux Grands Boulevards, la tension monte peu à peu

    A 10 heures, le Premier ministre Edouard Philippe arrive à la cellule de crise du ministère de l’Intérieur pour présider une réunion en compagnie du ministre Christophe Castaner. Sur le périphérique parisien, quelques dizaines de « gilets jaunes » tentent de mettre en place un barrage sur le périphérique parisien, à hauteur de la porte Maillot, avant d’être rapidement dispersés.

    Au même moment, du côté des Champs-Elysées, des « gilets jaunes » s’engouffrent dans la rue Arsène-Houssaye, sur le haut de l’avenue. Une rue bloquée par les forces de l’ordre. Il est 10h25, les policiers tirent alors les premiers gaz lacrymogènes pour disperser ces manifestants. A cette heure-là, selon la police, 354 personnes ont déjà été interpellées, dont 127 sont en garde à vue.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  57. Le Panda Le 9 décembre 2018 à 15h51min (commentaire N° 57)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    A quelques minutes à pied des Champs-Elysées, un rassemblement s’est formé vers 10 heures près de la gare Saint-Lazare, avec des personnalités de gauche « soutenant les revendications de justice fiscale et sociale portées par le mouvement des « gilets jaunes ». Parmi eux, le porte-parole du NPA Olivier Besancenot, le député de La France insoumise Eric Coquerel, la sénatrice EELV Esther Benbassa ou encore l’écrivain Edouard Louis.

    Le cortège qui s’élance de Saint-Lazare est rapidement bloqué sur le boulevard des Italiens. En référence aux adolescents de Mantes-la-Jolie, dont l’interpellation filmée par la police jeudi a fait polémique, des manifestants se mettent à genoux, mains derrière la tête.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  58. Le Panda Le 9 décembre 2018 à 15h52min (commentaire N° 58)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Sur les Champs-Elysées, où sont désormais rassemblés quelque 1 500 « gilets jaunes », la tension ne retombe pas. Selon des journalistes sur place, certains descellent des pavés, tandis que la police fait usage de Flash-Balls.

    Un photoreporter du Parisien, Yann Foreix, est touché par une balle à la nuque. « Le policier était à deux mètres, derrière moi. Il a tiré alors que j’étais de dos. C’est incompréhensible. C’est arrivé à un moment où la situation était calme. Je me suis retrouvé soudainement par terre, sonné », explique Yann Foreix, après avoir été évacué à l’hôpital. « [Le policier] m’a dit : ‘désolé, je visais quelqu’un d’autre' », indique-t-il plus tard à son journal.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  59. Le Panda Le 9 décembre 2018 à 15h54min (commentaire N° 59)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Une « Marche pour le climat » paisible, loin des violences des Champs-Elysées

    « Fin du monde, fin du mois, même climat ! » En début d’après-midi, place de la Nation, entre 17 000 et 25 000 manifestants se rassemblent pour marcher « pour le climat », jusqu’à la place de la République. Le dispositif policier est léger, sans filtrage des manifestants, malgré la présence éparse de quelques « gilets jaunes », vêtement que portent aussi les bénévoles encadrant la marche. Le réalisateur Cyril Dion et l’actrice Juliette Binoche prennent la tête du cortège qui s’élance sous une pluie fine vers la place de la République.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  60. Le Panda Le 9 décembre 2018 à 15h55min (commentaire N° 60)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Mais le chaos s’est déplacé du côté de la place de la République, où des scènes de pillage éclatent alors que la nuit est tombée sur Paris. Le magasin Go Sport est notamment pris pour cible par les casseurs. La police intervient, sans lésiner sur les moyens. « Pluie de grenades lacrymogènes, hélicoptère à projecteur de recherche jusqu’ici réservé aux émeutes en banlieue, escouades de policiers mettant en joue à bout portant – manifestants, journalistes et passants avec des Flash-Balls », témoigne une journaliste de L’Humanité.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  61. Le Panda Le 9 décembre 2018 à 15h57min (commentaire N° 61)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    « Ce qui se passe n’est pas surprenant » : comment les « gilets jaunes » s’inscrivent dans l’histoire des révoltes populaires

    Selon l’historien Gérard Noiriel, « la France, en tant qu’Etat, s’est construite autour de l’impôt », ce qui a suscité dès le début des révoltes des classes populaires.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  62. Le Panda Le 9 décembre 2018 à 15h58min (commentaire N° 62)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Cela va-t-il suffire à éteindre la fronde ? Mercredi 5 décembre, Emmanuel Macron a annoncé que la hausse des taxes sur les carburants, prévue à partir du 1er janvier 2019, était « annulée », purement et simplement. Le gouvernement n’a finalement pas pu « tenir le cap » après trois semaines de blocages des « gilets jaunes » et de violences, notamment le 1er décembre à Paris. De quelle façon ce soulèvement s’inscrit-il dans l’histoire des révoltes populaires en France, alors que des manifestants dénoncent une dérive « monarchique » dans la présidence d’Emmanuel Macron ? Entretien avec l’historien Gérard Noiriel, auteur d’Une histoire populaire de la France.

    Franceinfo : Le mouvement des « gilets jaunes » est né pour protester contre la hausse des taxes sur le carburant. Ce mouvement antitaxes s’inscrit-il dans une longue tradition ?

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  63. Le Panda Le 9 décembre 2018 à 15h59min (commentaire N° 63)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Gérard Noiriel : Oui. Dans mon Histoire populaire de la France, j’ai montré que la France, en tant qu’Etat, s’est construite autour de l’impôt. Vous ne pouvez pas avoir d’Etat sans prélèvement d’impôts, ne serait-ce que pour payer les soldats ou la police. Dès que ce système se met en place, à l’époque de Jeanne d’Arc, on voit les paysans se révolter contre l’impôt royal. Ils se révoltent aussi contre ceux prélevés par les seigneurs ou par les curés qui prennent la dîme.

    Sous l’Ancien régime, ces révoltes peuvent prendre de l’ampleur, mais elles restent localisées, parce qu’elles passent par le bouche-à-oreille, et qu’elles sont durement réprimées. On va changer de dimension en 1789. Le roi Louis XVI convoque les Etats généraux parce que les caisses sont vides, et les cahiers de doléances [recueillies et rédigées pour l’occasion] vont exprimer de fortes revendications fiscales contre un système inégal. Les nobles, qui étaient les plus riches, ne payaient pas d’impôts tandis que l’impôt pesait constamment sur les plus pauvres.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  64. Le Panda Le 9 décembre 2018 à 16h00min (commentaire N° 64)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Ce mécontentement fiscal va déboucher sur la Révolution ?

    En 1789, les révoltes populaires vont s’articuler à une forme de contestation plus large, impulsées par les élites bourgeoises qui ont lu Rousseau, Voltaire ou Diderot, ce qui conduit à une radicalisation et une généralisation du mouvement imputable aux élites instruites. Celles-ci vont bouleverser le système politique en proposant la suppression de l’Ancien régime et des inégalités, notamment fiscales. C’est pourquoi la Déclaration des droits de l’homme de 1789 comporte un article très important : l’article 14.

    Le texte dit que le consentement à l’impôt est une dimension de la citoyenneté, et que tous les citoyens doivent savoir ce qu’on fait de cet impôt : « Tous les citoyens ont le droit de constater, par eux-mêmes ou par leurs représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d’en suivre l’emploi, et d’en déterminer la quotité, l’assiette, le recouvrement et la durée. » Avec le temps, on a perdu le souvenir de ce principe de base. Cette dimension explique aussi la révolte actuelle des « gilets jaunes » : les taxes augmentent alors que la suppression de l’ISF a provoqué un sentiment d’injustice fiscale. Les classes populaires se manifestent pour exprimer les souffrances qu’elles ressentent.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  65. Le Panda Le 9 décembre 2018 à 16h01min (commentaire N° 65)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Quel est le bilan des grands mouvements sociaux dans l’histoire de France ?

    Ils sont suivis de réactions conservatrices, mais ils laissent des acquis. En 1789, l’Ancien régime est renversé. Mais la contradiction qui se développe entre une révolution bourgeoise et une révolution populaire – entre les Girondins et les Jacobins, si vous voulez – va aboutir à la défaite de ceux qui étaient les plus proches des classes populaires, c’est-à-dire à la défaite de Robespierre [arrêté et guillotiné le 28 juillet 1794], et à la reprise du pouvoir par la bourgeoisie. La bourgeoisie va se tourner vers Napoléon, donc vers l’armée, pour liquider le mouvement des sans-culottes. Cette liquidation de la Révolution ne revient pas à l’Ancien régime, mais va finir par aboutir au régime dans lequel on vit aujourd’hui : une démocratie bourgeoise.

    Même chose après février 1848 : dès le mois de juin, les ouvriers qui ont fait la révolution sont fusillés et on retombe dans un régime conservateur, le Second empire [de 1852 à 1870]. Mais le suffrage universel masculin, qui est l’un des principaux acquis de la révolution de février 1848, se met en place. Cet acquis va perdurer. A partir de la IIIe République, les mouvements qui obtiennent gain de cause réussissent parce qu’il y a un blocage de la production. Ce sera notamment le cas en 1936 et en 1968, avec les deux plus grandes grèves de l’histoire de France. En 1936, les ouvriers obtiennent, entre autres, les congés payés et la semaine de 40 heures. En 1968, ce rapport de force va faire céder le pouvoir et aboutir aux accords de Grenelle [avec une augmentation de 35% du smic, comme le rappelle Le Monde].

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  66. Le Panda Le 9 décembre 2018 à 16h02min (commentaire N° 66)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    ”Dans ces deux derniers cas, le mouvement a eu une efficacité parce qu’il y a eu des alliances entre les classes populaires et les classes moyennes.”
    — Gérard Noiriel
    à franceinfo

    Le Front populaire était le fruit du front antifasciste mis en place en 1934 entre les représentants socialistes et communistes du mouvement ouvrier, et les radicaux qui fédéraient les classes moyennes. Le mouvement de Mai 68, lui, est parti des étudiants, mais il a été rejoint par les ouvriers sous l’égide des syndicats, encore très puissants.

    On s’aperçoit que les « gilets jaunes » ont du mal à se faire entendre parce qu’on ne sait pas quelles sont leurs revendications. Est-ce nouveau ?

    Le problème est celui-ci : pour se faire entendre dans l’espace public, comment les classes populaires vont-elles énoncer leurs souffrances multiformes dans des termes susceptibles de les rassembler ? Comme je l’ai déjà expliqué au Monde, aujourd’hui, les « gilets jaunes » crient « j’ai mal à la taxe » au lieu de dire « j’ai mal partout ».

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  67. Le Panda Le 9 décembre 2018 à 16h03min (commentaire N° 67)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    ”Quel langage ont à leur disposition ceux qui n’ont pas fait d’études ? Qui n’ont pas fait Sciences Po ? Ils nomment leurs revendications dans un langage simple. Mais derrière cette simplicité, il y a une multitude de choses parce que les formes de souffrance ne se réduisent pas à des questions économiques ou d’impôts.”
    — Gérard Noiriel
    à franceinfo

    On rencontre tout le temps la question de la dignité : quelles que soient les périodes, les classes populaires ont le sentiment qu’elles ne sont pas respectées. En 1936, on a vu émerger des revendications liées à l’exigence d’une vie digne, qui ne soit pas uniquement vouée au travail. Elles ont donné lieu aux congés payés, à l’organisation de loisirs. Dans l’histoire récente, ces revendications ont été portées longtemps par les syndicats et les partis de gauche, mais il y a aujourd’hui une crise de cette représentation.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  68. Le Panda Le 9 décembre 2018 à 16h05min (commentaire N° 68)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    C’est effectivement un autre problème lié aux « gilets jaunes » : qui peut parler en leur nom ?

    Il y a deux conceptions de la citoyenneté : une conception dominante, qui est la délégation du pouvoir avec un bulletin dans l’urne tous les cinq ans, et une conception populaire, qui est la participation directe. C’est celle des « gilets jaunes » qui disent : « Nous on ne veut pas déléguer notre pouvoir à des chefs qu’on ne connaît pas. » En 1871, la Commune de Paris a appliqué cette démocratie directe. Les citoyens parisiens se réunissaient physiquement dans des assemblées générales, et ils choisissaient des délégués, qui étaient révocables et devaient rendre compte de ce qu’ils faisaient.

    Cette forme de participation directe ne peut s’appliquer que dans une ville où tout le monde peut se rassembler en un même lieu, mais il en existe d’autres façons de mettre en œuvre la démocratie directe : votations, référendums, tirage au sort… Mais avec les réseaux sociaux, les « gilets jaunes » disposent de moyens que les générations précédentes n’avaient pas.

    On a beaucoup parlé de violences après les manifestations du samedi 1er décembre. Violence de la part des manifestants, mais aussi de la part de forces de l’ordre. Qu’en pensez-vous, en tant qu’historien ?

    Nous vivons dans une société beaucoup plus pacifique qu’auparavant, qu’on ne peut comparer avec les périodes antérieures. Il faut se rappeler que les grandes grèves de 1947-1948 ont fait une vingtaine de morts [notamment avec le sabotage d’un train Paris-Lille dans un contexte de mouvements sociaux des cheminots et des mineurs].

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  69. Le Panda Le 9 décembre 2018 à 16h06min (commentaire N° 69)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    ”Autrefois, le pouvoir n’hésitait pas à fusiller les grévistes. George Clemenceau l’a fait en réprimant les révoltes viticoles en 1907, dans le sud de la France, avec plusieurs morts. Aujourd’hui, il y a une dramatisation médiatique des formes de violence, mais on ne peut pas dire qu’on n’a jamais vu ça. Historiquement, ce n’est pas vrai.”
    — Gérard Noiriel
    à franceinfo

    Le changement réside dans les progrès technologiques : les réseaux sociaux, les chaînes d’info en continu, les gens qui filment eux-mêmes les manifestations avec leur smartphone. Mais on constate aussi historiquement qu’à chaque fois qu’il y a de la violence – et elle est récurrente – elle finit par faire peur à la majorité silencieuse qui se désolidarise du mouvement.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  70. Le Panda Le 9 décembre 2018 à 16h06min (commentaire N° 70)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Le mouvement des « gilets jaunes » est-il sans précédent ?

    La symbolique du gilet jaune, déjà, est inédite. Les mouvements sociaux ont besoin de se donner une identité avec des symboles nouveaux : sous la révolution française, le bonnet phrygien ; en 1936, le drapeau rouge et L’Internationale. Ce gilet jaune est bien vu, parce qu’il y a une adéquation forte entre le symbole choisi et les revendications. Au départ, le gilet jaune a été imposé par l’administration de la Sécurité routière pour la sécurité des automobilistes et là, il a été accaparé comme le symbole d’une détresse sociale. C’est une preuve d’intelligence collective et d’imagination populaire.

    Après coup, ce n’est pas surprenant ce qui se passe, même si, en France, les élites sont toujours surprises par les mouvements sociaux. Elles ne s’y attendent jamais. On se souvient de l’article d’un journaliste du Monde, Pierre Viansson-Ponte, intitulé « Quand la France s’ennuie » quelques semaines avant Mai 1968. Je ne vous dirai pas que j’avais prévu ce nouveau mouvement, mais ce n’est pas étonnant. C’est presque sain qu’à un moment donné, les classes populaires se manifestent pour exprimer les souffrances qu’elles ressentent. C’est l’expression de la démocratie, même si ça prend des formes qu’on ne peut pas soutenir, comme celle des violences.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  71. Le Panda Le 10 décembre 2018 à 09h52min (commentaire N° 71)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    577 députés sans aucun pouvoir qui encaissent notre argent. L’Assemblée nationale révélatrice inutilité d’avoir 577 députés. L.R.E.M, cornaqués par Richard Ferrand ne prend guère d’initiatives. Peur de déplaire à leur maître, pas un député de la majorité n’a osé signer la Charte de bonne gestion de l’argent public. Un article du 27 décembre de L’Express, ces députés ont osé s’en plaindre. Culot, des contribuables ont osé leur demander de rendre des comptes et de s’engager pour une baisse des dépenses publiques ! Mettre fin à la possibilité pour un djihadiste de toucher des allocations familiales en France? Cesser la fraude sur les retraites versées à l’étranger coût 200 millions d’euros par an ? Attaquer à bras le corps la surtaxation de l’immobilier réformé en profondeur un système qui permet qu’un même bien puisse être taxé via 50 impôts différents? Mentir aux Français et parler de mesures d’économies, les dépenses publiques ne cessent d’augmenter en 2018 le déficit de l’État sera plus important que sous François Hollande? Exiger la suppression totale de l’ISF, y compris dans son volet immobilier, annulation de la hausse de la CSG, réduction du nombre de députés à présent en donnant la parole de suite au peuple.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)

Laisser un commentaire

Before you post, please prove you are sentient.

qui fut le premier président de la Veme république?

  Retour à l'accueil du Forum  



* Commentez sur les Voix du Panda. Identifiez-vous : Créér votre compte.
* Les commentaires ne seront ni votés, ni repliés.
* Commentaire du Rédacteur : Vert
* Commentaire de tout autre Intervenant : Bleu
* Les articles de l'auteur pourront êtres modifiés et réédités.
* Vous constatez un bug, avoir plus d'informations : Contactez nous.
* Pour participer au Média-Citoyen. Il est impératif d'Etre enregistré(e).
* Notre serveur vous renverra votre code sur votre e-mail validé.
* Vous pouvez lire, enregistrer, utiliser tous les articles du forum.
* Merci de nous en faire la demande.