Ecoutez l'article:



Le mouvement « Gilets-Jaunes » s’étiole. Macron grand Gagnant ?

Auteur:
Son site
Par le 20 décembre 2018

Revue d’effectifs et des doléances loin d’être exhaustives. Une partie des résultats qui ne promet pas l’engagement de promesses annoncées pour calmer le peuple. La portée aura pour conséquence une déchirure plus massive. Nous voyons les fumées de divers brouillards, sans savoir si le « nucléaire » ne passe les frontières ! Pourtant ce que demandent les français était tout sauf lourd « Lien » les demandes et inexécutions.

Dans lesquelles sont inclus en premier « Les promesses engagées non respectées en ces moments » entre autres, le pouvoir d’achats, les retraites, les pensions d’invalidité, les montants qui devaient être versés avant le 31 décembre 2018. Voir au plus tard début janvier 2019. Impossible pour ceux cités sur un mouvement qui s’enraye, se grippe et l’acte VI est annoncé pour le 22 décembre 2019. Malgré la déception de samedi, des gilets jaunes ces derniers appellent déjà à un acte VI. « Lien » Bon anniversaire Monsieur Le Président, mais il semble à priori que vous marchez sur des doubles œufs jaunes, le peuple dont font partie « Les forces de l’Ordre » Macron ouvre avec prudence le débat sur le référendum citoyen et pour causes, autant la potiche va à l’eau qu’elle se casse ou se fend, non ?

La mobilisation a beau s’essouffler, le noyau dur des gilets jaunes reste déterminé. Après un acte V en forte baisse du 15 décembre, certains internautes n’hésitent pas à appeler déjà à un acte VI pour le 22 voire le 21 décembre. Comme depuis le début de la mobilisation après chaque rassemblement parisien, c’est sur les réseaux sociaux que les choses se passent et que les « événements » se créent. Commissariats fermés, manif en janvier. Après les « gilets jaunes », les policiers veulent faire entendre leur ras-le-bol Lien !

Le syndicat Unité SGP Police FO a mis en garde contre un « acte 1 de la colère des forces de l’ordre », tandis qu’Alliance appelle à une « première journée d’action » à travers la France.

Interrogez à ces sujets la partie qui incombe à la « CAF » cette dernière répond : « matériellement le temps matériel ne nous permet pas en aucune façon de mettre les actions qui nous concerne en marche » Il en va de même pour tous les ministères concernés. Puisque les 100 euros ne correspondront nullement au montant qui seront versés.

Pour certains les dites promesses verront le jour en juin, juillet 2019, pour d’autres ces engagements seront lettres et mots morts. Mais pourquoi ? Que deviennent les paroles, les progressions, les dits actent, qui n’engagent que ceux qui le disent ajoutés à ceux qui veulent bien y croire.

Conditions du «référendum d’initiative citoyenne». A propos c’est quoi le « R.I.C ? « Lien » Emmanuel Macron va réunir, en décembre 2018, des ministres et des acteurs de la société civile afin d’organiser sa « grande concertation nationale » réponse au mouvement des « gilets-jaunes ». Ils ne réclament toutefois pas avant tout de la démocratie participative mais de la démocratie directe à travers le référendum d’initiative citoyenne.

Que cela aille du Président de la République Emmanuel Macron, avec son subalterne : Édouard Philippe. Un gouvernement réparé de rustines comme cela semble avec pertinence être le cas depuis plus de 30 années. Les promesses lors de l’exposé télévisé ou le mentor le plus jeune de France à la tête de l’exécutif prend  des promesses engagements formels. Le jeu ne semblait comporter aucun défaut. Loin des divers cas abordés. Des paramètres qui ne trompent nullement. La réalité du quotidien ou les privilèges restent les acquis des plus nantis.

La preuve la plus incontournable devient que 6 français sur 10 demandent l’arrêt des turpitudes que certaines exactions crées dans le pays. Sondage réalisé le 18 décembre 2018. Inversion complète, voir presque totale des chiffres et même plus puisqu’au départ 8 personnes sur 10 y étaient favorables.

Jamais y compris en 1968, ni auparavant, une révolte de ce style n’a touché autant de personnes en l’hexagone France et parfois en des limites plus larges les pays limitrophes de la Communauté Européenne. Le débordement touche entre autres : L’Allemagne, L’Espagne, L’Italie, L’Angleterre etc.

Le mouvement des « gilets jaunes », affecte la circulation en France protestant contre la hausse des taxes sur le carburant ; le vandalisme succède, fait suite aux manifestations suscitant des remous sur l’ensemble de la France.

Les manifestations en France, prenant notamment la forme de blocages de routes, « portent préjudice aux transporteurs qui doivent traverser chaque jour la frontière avec la France et font obstacle à la libre circulation des marchandises » A ne pas oublier la masse considérable des commerçants qui feront faillite suite à toutes ces casses. Les propriétaires de véhicules non assurés et dont les véhicules ont brulé ayant torts de se trouver sur le parcours des dits protagonistes « casseurs et forces de l’ordre » Les réels responsables où sont-ils et qui sont-ils ? Indéniablement les premiers éclats tombent sur la seule responsabilité unique de l’état.

Le poste-frontière d’Irun au Pays basque espagnol a été fermé à la circulation des poids lourds. Madrid appelle la France à « prendre toutes les mesures pertinentes pour garantir la libre circulation de marchandises en toute sécurité ». La France était en 2017 le 1er client des exportations espagnoles, pesant 15% du total soit 41,6 milliards d’euros.Masquer cette publicitéÀ propos des cookiesNous pouvons transmettre un ou plusieurs cookies sous forme de petits fichiers texte contenant des caractères alphanumériques qui identifient votre navigateur Internet. Ils sont utilisés pour suivre des habitudes d’utilisation sur nos sites partenaires, de manière non personnellement identifiable.Votre historique de cookies sera supprimé.

La circulation perturbée au Royaume-Uni. Sur les bords de la Manche, des manifestants ont perturbé la circulation sur l’autoroute A16, qui mène au tunnel sous la Manche, emprunté par des milliers de poids-lourds faisant le voyage jusqu’en Angleterre. Le dépôt de Feluy géré par le groupe français Total, situé à Seneffe entre Bruxelles et Mons, sert régulièrement de lieu de rassemblement de « gilets jaunes » qui tentent de bloquer les allées et venues de véhicules. Les forces de l’ordre ont essuyé des jets de projectile, un camion-citerne a été incendié, un poids lourd d’une enseigne de la grande distribution « a été pillé » Il est « clair que des casseurs sont venus se greffer au mouvement « gilets-jaunes »

En l’instant la France va retrouver ses anciens adages et devenir ingérable. Comme le disait à un moment historique « Les français sont des veaux » En la circonstance si la masse des effectifs des « Gilets-Jaunes » se réduit les problèmes sont toujours bels et bien présents. Ne remettons pas à nouveau la même soupe, déjà consommée sous divers veloutés, la soupe ne se déguste pas à fourchette, quoi que !

Pour une fois le bienpensant de la ville de Pau se réveille au petit jour. Nous le retrouvons sur plusieurs de ses thèmes n’ayant pas du tout varié. François Bayrou passé au scan de la politique. Prenons connaissances de ses déclarations sur BFMTV et confidences au « scanner »  du Figaro « Lien » qui correspond en certains passages à l’inverse total des réalités. En désespoir de causes il sait renvoyer la monnaie des 30 écus reçus pour un semblant de dignité retrouvée. D’autres selon des légendes y laissaient leur vie à divers tarifs.

Emmanuel Macron a raison : notre époque est aussi une affaire d’horloge. « Tout, tout de suite ! » semblent dire les contestataires, dont la vie ressemble à une longue attente. Attente des trains en gare, des fins de mois, d’une réponse de l’administration, d’un entretien d’embauche, d’être relié à la fibre optique, du remboursement de la CAF. Si le « tout » désigne les attentes relevant des listes de doléances, qu’en est-il du « tout, tout de suite » ?

La maîtrise des horloges est donc en jeu. En somme, et c’est la grande leçon de cette décennie, qui a vu émerger à la fois Facebook et des leaders.

Certains iront jusqu’à s’organiser pour créer des crépuscules de candidats aux prochaines élections. La déduction s’impose que le coût et les signatures vont représenter des montants de plus en plus importants. Les maires de France ne pensent en majorité ne pas se représenter, où va-t-on que diable ?

Le Panda

Patrick Juan

 

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0.0/10 (0 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 0 (from 0 votes)

52 Commentaires sur ce billet

  1. Le Panda Le 21 décembre 2018 à 10h12min (commentaire N° 1)
    |
    Le Panda

    Fonctionnaires : le gouvernement confirme qu’il n’y aura pas d’augmentation du point d’indice

    Olivier Dussopt, le secrétaire d’État auprès du ministre des Comptes publics, a fait cette annonce vendredi alors que les syndicats de fonctionnaires sont reçus à Bercy pour demander un « coup de pouce » au gouvernement.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  2. Le Panda Le 21 décembre 2018 à 10h13min (commentaire N° 2)
    |
    Le Panda

    Olivier Dussopt, le secrétaire d’État auprès du ministre des Comptes publics, a confirmé vendredi 21 décembre sur franceinfo que le point d’indice des fonctionnaires allait rester bloqué en raison « d’un coût collectif très important pour un avantage individuel très faible ». Baptiste Talbot, secrétaire général de la fédération CGT service public, a pourtant déclaré sur franceinfo que le dégel du point d’indice était « la priorité des priorités ». Il sera reçu dans la matinée à Bercy avec d’autres syndicats de fonctionnaires pour demander un coup de pouce au gouvernement, dans la foulée du mouvement des « gilets jaunes » et des policiers.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  3. Le Panda Le 21 décembre 2018 à 10h14min (commentaire N° 3)
    |
    Le Panda

    Ni augmentation du point d’indice ni prime

    « Lorsque nous augmentons le point d’indice de 1%, le coût global en termes de dépenses publiques est de deux milliards d’euros. Or, pour un fonctionnaire qui gagne 2 000 euros par mois, cela représente une augmentation de moins de 15 euros et pour un fonctionnaire au smic, c’est une augmentation de moins de 8 euros. Il y a un coup collectif très important pour un avantage individuel très faible », a argumenté Olivier Dussopt.

    Et pas de prime exceptionnelle non plus pour les fonctionnaires : « Nous n’avons pas prévu ce dispositif (…) L’État n’aurait pas les moyens de la verser », car « cela représente un coût cumulé État, hôpitaux et collectivité d’État de 5,1 milliards d’euros. Vous en conviendrez, c’est énorme », a-t-il dit.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  4. Le Panda Le 21 décembre 2018 à 10h14min (commentaire N° 4)
    |
    Le Panda

    Le secrétaire d’État renvoie les fonctionnaires aux annonces d’Emmanuel Macron : « Le président de la République a fait un certain nombre d’annonces et ces annonces concernent aussi les fonctionnaires et les retraités de la fonction publique. Elles visent à augmenter les revenus de celles et ceux qui sont rémunérés au niveau du smic. Ce sera le cas des agents publics, ils ont droit à l’augmentation de la prime d’activité comme les salariés du privé », a-t-il souligné.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  5. Le Panda Le 21 décembre 2018 à 10h18min (commentaire N° 5)
    |
    Le Panda

    Alors que la mobilisation des «gilets jaunes» semble s’essouffler, les plus persévérants organisent tout de même des actions samedi. En raison d’un rassemblement prévu à Versailles, le château et le domaine seront fermés «de manière préventive».

    «Il faut que cela s’arrête. Neuf morts, c’est aussi cela la réalité du mouvement des “gilets jaunes”», a estimé ce jeudi le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, fustigeant les «gilets jaunes» décidés à participer à un «acte VI» ce samedi. «Si certains – une petite minorité […] – veulent continuer à bloquer la vie économique, ils prennent une responsabilité très grave. Il y a la volonté au fond de nuire aux institutions, de bloquer le système», a ajouté le ministre.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  6. Le Panda Le 21 décembre 2018 à 10h18min (commentaire N° 6)
    |
    Le Panda

    Mais y aura-t-il vraiment un acte VI, et à quoi ressemblera-t-il? Réunira-t-il plus ou moins de manifestants que les 66.000 personnes mobilisées lors de l’«acte V»? Sur Facebook, des dizaines d’événements ont été créés pour l’occasion. De manière générale, ces derniers rassemblent cependant beaucoup moins d’internautes que ceux des manifestations précédentes. «Si on ne se révolte pas samedi, c’en est fini de nous, croyez-moi c’est notre dernière chance», souligne un protestataire pour encourager ses camarades à se mobiliser.

    L’événement «Acte 6 Sacrifice» appelle les Français au «grand sacrifice», sans plus de précisions. «Les fêtes passeront après notre mobilisation, après l’Histoire!», s’exclament les organisateurs de l’événement, qui rassemble à l’heure actuelle 1600 «participants» ainsi que 7500 «intéressés». L’événement «Acte 6: Macron Démission», qui récapitule les revendications des «gilets jaunes», réunit 3700 «participants» et 28.000 «intéressés».

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  7. Le Panda Le 21 décembre 2018 à 10h19min (commentaire N° 7)
    |
    Le Panda

    Vers de nouvelles mobilisations

    Éric Drouet, le «gilet jaune» qui avait appelé à «entrer dans l’Élysée» sur BFMTV, donne sur le groupe «La France en colère» un rendez-vous «par défaut» à Versailles tôt dans la matinée de samedi. «Le lieu sur Paris sera donné vers 5-6h samedi matin», précise-t-il. L’événement correspondant, «Acte 6 Paris: Versailles!!!», rassemble 1400 «participants» et 78000 «intéressés». Ce jeudi, le château de Versailles a annoncé la fermeture «préventive» du château et du domaine sur recommandation de la préfecture des Yvelines.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  8. Le Panda Le 21 décembre 2018 à 10h20min (commentaire N° 8)
    |
    Le Panda

    Une deuxième figure du mouvement, Priscilla Dudosky, invite les manifestants à se rendre aux frontières pour «bloquer les camions» tout en «laissant passer les particuliers», dans un mouvement d’unification des «gilets jaunes d’Europe». Selon Le Parisien, elle-même sera samedi au péage du Boulou, près de l’Espagne. D’autres iront du côté des frontières belge (Maubeuge-Bettignies, Tourcoing…), allemande (Strasbourg-Khel, Gambsheim…), et italienne (Menton-Vintimille). Des ports bretons pourraient aussi être impactés.

    Au-delà de l’«acte VI», certains appellent déjà à des actes «VII» et «VIII», le premier consistant – de manière très évasive – à «fêter Noël entre “gilets jaunes”», et le second à réveillonner sur les Champs-Élysées le 31 décembre. «Parce que nos vies sont des fêtes et ne seront plus défaite. Parce qu’on ne lâchera jamais. Parce que les Champs-Élysées sont devenus notre nouveau jardin de lutte et d’échanges. Retrouvons-nous le 31 décembre sur les Champs, pour fêter ensemble le passage en 2019, dans la joie et dans la lutte non violente», écrivent les organisateurs. Plus de 5500 internautes prévoient de participer à ce Nouvel An jaune.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  9. Le Panda Le 21 décembre 2018 à 10h22min (commentaire N° 9)
    |
    Le Panda

    Fragilisé par la crise des «gilets jaunes», le président de la République envoie son premier ministre au front pour porter ses mesures.

    La technocratie, voilà l’ennemie! Le système, voilà le problème! C’est la petite musique qui monte dans les rangs de la majorité et à l’Élysée pour dédouaner le président de la République des retards, des couacs et des contretemps enregistrés dans la mise en œuvre de ses propositions pour sortir de la crise des «gilets jaunes». Pataquès sur le coup de pouce de 100 euros pour les «smicards», moratoire/suppression de la hausse de la taxe carbone,

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  10. Le Panda Le 21 décembre 2018 à 10h24min (commentaire N° 10)
    |
    Le Panda

    Selon notre sondage Odoxa-Dentsu Consulting, un Français sur deux ne fait pas confiance au président pour aller au bout de ses réformes. Ils sont en revanche 78 % à plébisciter le référendum d’initiative citoyenne.

    Les «gilets jaunes» ont-ils ouvert une brèche? En réussissant, en un mois à peine, à faire plier Emmanuel Macron et à obtenir un geste «de l’ordre de 10 milliards d’euros», le mouvement a sérieusement entamé la capacité réformatrice du chef de l’État. C’est en effet ce que révèle le sondage Odoxa-Dentsu Consulting publié ce jeudi soir par Le Figaro et Franceinfo.

    Selon notre enquête, un Français sur deux (51 %) émet désormais des doutes sur la suite du quinquennat, alors qu’ils étaient 60 % à lui faire confiance en septembre 2017. Ce chiffre a de quoi inquiéter le couple exécutif, tant les chantiers prévus en 2019 sont sensibles: retraites, fonction publique, assurance-chômage, lois de bioéthique, révision constitutionnelle… Pour Gaël Sliman, président d’Odoxa, «c’est sans doute là le plus lourd et le plus fâcheux des dommages causés par la crise des “gilets jaunes” à l’image du président, car cela vient le priver de sa principale ressource aux yeux de l’opinion, et grèvera certainement sa capacité d’action dans les mois à venir pour imposer des réformes difficiles».

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  11. Le Panda Le 21 décembre 2018 à 10h25min (commentaire N° 11)
    |
    Le Panda

    Entre Emmanuel Macron et Édouard Philippe, la tension monte

    Notre étude révèle également que les réponses politiques apportées par le président, pour tenter de répondre à la crise de représentativité qui s’exprime à travers les «gilets jaunes», peinent à convaincre les Français. C’est le cas du grand débat lancé mercredi: près d’un sondé sur deux (49 %) estime qu’il s’agit simplement d’une «opération de communication inutile».

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  12. Le Panda Le 21 décembre 2018 à 10h26min (commentaire N° 12)
    |
    Le Panda

    Le RIC plébiscité

    A contrario, on constate un plébiscite très net (78 %) en faveur du fameux référendum d’initiative citoyenne (RIC). Ce thème, qui apparaît comme la revendication principale des «gilets jaunes», est particulièrement redouté par l’exécutif. Mercredi, à l’issue du Conseil des ministres, le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, a d’ailleurs mis en garde. Estimant que le grand débat devait déboucher, d’ici «fin mars-mi avril», sur «des propositions très concrètes en fonction des consensus identifiés», il a prévenu qu’il n’était pas question de «détricoter» ce qui avait été «mis en place depuis dix-huit mois».

    Or c’est précisément ce qu’espèrent obtenir les «gilets jaunes» avec la mise en place de ce fameux RIC. «Le consensus est quasiment absolu dans l’opinion, relève Gaël Sliman. Il n’y a qu’une seule et unique catégorie de population en France à ne pas (y) être massivement favorable… Ce sont les sympathisants de LaREM: 58 % d’entre eux s’y déclarent opposés.»

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  13. Le Panda Le 21 décembre 2018 à 10h26min (commentaire N° 13)
    |
    Le Panda

    Reste un enseignement qui devrait être de nature à rassurer Emmanuel Macron: une majorité de Français (55 %) souhaite que les «gilets jaunes» lancent leur propre candidature aux élections européennes du 26 mai 2019. «Si elle se présentait, une telle liste ferait surtout du tort et de la concurrence aux partis politiques que ces gens soutiennent et qui sont les plus hostiles à Emmanuel Macron», juge Gaël Sliman. Pourtant, ce sont bien les sympathisants de La France insoumise (68 %) et ceux du Rassemblement national (64 %) qui souhaitent cette liste avec le plus d’ardeur. Au risque de se tirer une balle dans le pied.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  14. Le Panda Le 21 décembre 2018 à 10h29min (commentaire N° 14)
    |
    Le Panda

    «Whip» de la Commission des finances à l’Assemblée nationale, Bénédicte Peyrol veut «mettre à plat tout le système fiscal». «Il faut aussi revoir les tranches de l’impôt», exhorte-t-elle.

    Un pavé dans la mare. Alors que l’exécutif peine encore à sortir de la crise des «gilets jaunes» et du ras-le-bol fiscal qui a été exprimé par le mouvement, une députée LaREM vient de faire une proposition que personne n’a encore portée dans son camp. Dans Le Parisien , la «whip» de la Commission des finances à l’Assemblée nationale, Bénédicte Peyrol, plaide pour que l’ensemble des Français soient soumis à l’impôt sur le revenu, et ce quel que soit le niveau de leur rémunération.

    «Il faut mettre à plat tout le système fiscal, que tout le monde paye des impôts, dès le premier euro. C’est important, car l’impôt sur le revenu sert de lien avec l’État», exhorte-t-elle. Elle prolonge ainsi les propos d’Emmanuel Macron et Édouard Philippe, qui ont tous les deux considéré que les récentes manifestations avaient mis en lumière un problème de consentement à l’impôt. «Il faut aussi revoir les tranches de l’impôt pour que la répartition se fasse mieux», ajoute-t-elle.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  15. Le Panda Le 21 décembre 2018 à 10h30min (commentaire N° 15)
    |
    Le Panda

    Une proposition déjà portée par Mélenchon et… Le Maire

    Reprenant l’argumentaire porté par la majorité ces derniers jours, la députée estime que «le politique doit reprendre la main» face à la technocratie et l’administration. «De toute façon, quelqu’un nous expliquera toujours que c’est impossible (…). Moi, je dis que quand le politique décide – et pense que c’est pour le bien de la France – il faut mettre à exécution!» Et de citer sa propre expérience de «juriste», où il lui a souvent été dit: «Tu te débrouilles, tu trouves la solution juridique pour faire en sorte que ça fonctionne».

    Avec sa proposition, dont elle ne dit pas si elle est concertée avec le président du groupe LaREM à l’Assemblée Gilles Le Gendre, Bénédicte Peyrol s’inscrit non seulement dans les traces de Jean-Luc Mélenchon, le patron de la France Insoumise… Mais elle rejoint également un certain Bruno Le Maire, aujourd’hui ministre de l’Économie et des Finances. Lorsqu’il appartenait encore à LR, en 2015, il avait demandé que tous les Français «sans exception» paient l’impôt sur le revenu, «même de façon modeste: 10, 20 ou 30 euros».

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  16. Le Panda Le 21 décembre 2018 à 10h36min (commentaire N° 16)
    |
    Le Panda

    Dès la parution de l’article du Monde, ce fut un déferlement. Le portrait d’Arnaud et Jessica, un couple de jeunes parents mobilisés dans le mouvement des « gilets jaunes » et témoignant de leurs fins de mois difficiles, a suscité plus de 1 000 commentaires sur le site du Monde, et des centaines d’autres sur Twitter et Facebook.

    Une écrasante majorité d’entre eux expriment une grande hostilité à l’égard du mode de vie de cette famille, installée dans l’Yonne. Tout leur est reproché : le fait qu’ils aient quatre enfants à 26 ans, qu’ils touchent 914 euros d’allocations familiales, que la mère ne travaille pas – même si c’est pour éviter des frais de garde trop élevés –, le montant de leurs forfaits téléphoniques, le fait qu’ils aillent au McDo, qu’ils achètent des vêtements de marque à leurs enfants, et même qu’ils aient un chien.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  17. Le Panda Le 21 décembre 2018 à 10h37min (commentaire N° 17)
    |
    Le Panda

    « Ceux qui sont choqués sont issus des classes supérieures. Cela relève d’une haine sociale et d’un mépris de classe », Louis Maurin

    La virulence des commentaires sur Internet n’est ni une nouveauté ni représentative de l’ensemble de la population. Pour autant, le déluge d’attaques dont le couple fait l’objet interroge. Pourquoi tant d’hostilité ? « Si l’article était paru dans la presse locale, cela n’aurait pas suscité de réaction, car c’est ce que les gens vivent. Il décrit simplement le quotidien d’une famille populaire, observe Louis Maurin, directeur de l’Observatoire des inégalités. Ceux qui sont choqués sont issus des classes supérieures [surreprésentées parmi les lecteurs du Monde]. Cela relève d’une haine sociale et d’un mépris de classe », estime-t-il. Parmi les commentateurs figurent également des partisans d’Emmanuel Macron. L’un d’eux affirme ainsi que « rien ne démontre que la politique menée par [le président] et son gouvernement leur ait enlevé un centime de pouvoir d’achat »

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  18. Le Panda Le 21 décembre 2018 à 10h38min (commentaire N° 18)
    |
    Le Panda

    « Ils ne savent pas gérer leur budget »

    Beaucoup ont sorti leur calculatrice pour se pencher sur les comptes du jeune couple, en additionnant le salaire d’Arnaud (1 493 euros) et les aides dont il bénéficie, moins les dépenses figurant dans l’article – lequel ne se voulait pas exhaustif et ne mentionnait donc pas certains frais comme la cantine des enfants, les transports en commun, la mutuelle, la redevance télé, l’abonnement à Internet, etc. Or, une fois le calcul fait, les lecteurs sont formels, « ils ne savent pas gérer leur budget ».

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  19. Le Panda Le 21 décembre 2018 à 10h40min (commentaire N° 19)
    |
    Le Panda

    Fin de cavale pour Peter Cherif, aussi connu sous le nom d’Abou Hamza. Le djihadiste français, proche des frères Kouachi, auteurs de l’attentat contre Charlie Hebdo en janvier 2015, a été arrêté le 16 décembre à Djibouti, a appris l’Agence France-Presse, confirmant une information de Marianne. L’homme, qui était en fuite depuis 2011 et est soupçonné d’être l’un des commanditaires de l’attaque de Charlie Hebdo, a été placé en garde à vue dans l’attente d’un transfert vers la France.

    Le nom de Peter Cherif, ancien de la filière djihadiste dite des « Buttes-Chaumont » à Paris, est apparu dans l’enquête sur l’attentat contre Charlie Hebdo pour avoir entretenu des échanges réguliers avec les frères Saïd et Cherif Kouachi. Les deux frères, islamistes radicaux, avaient tué 12 personnes dans l’attaque contre le journal satirique le 7 janvier 2015 à Paris, avant d’être abattus quelques jours plus tard.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  20. Le Panda Le 21 décembre 2018 à 10h42min (commentaire N° 20)
    |
    Le Panda

    Évadé d’une prison irakienne

    Arrêté une première fois à Falloujah en Irak fin 2004 alors qu’il combattait dans les rangs d’Al-Qaïda en Irak, Peter Cherif, condamné à 15 ans de prison à Bagdad, s’était ensuite évadé d’une prison irakienne en mars 2007 avant de rejoindre la Syrie. Extradé par la suite en France, il y fut incarcéré pendant 18 mois avant de fuir le pays pour se rendre au Yémen alors qu’il était en attente de son procès.

    En avril 2012, les services de renseignements français présentaient Cherif Kouachi comme « l’un des contacts en France » de Peter Cherif, cadre d’Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa). Elle le soupçonne alors « d’organiser, depuis le Yémen, une filière d’acheminement de djihadistes susceptible d’impliquer » Cherif Kouachi. Quelques mois plus tard, des courriels sont échangés entre le Yémen et un cybercafé voisin de l’appartement de Kouachi. Fin 2012, la police s’inquiète des recherches internet de Kouachi « sur une éventuelle colocation d’une chambre dans la ville d’Al Jouf », fief d’Aqpa, l’organisation dont se sont réclamés les frères Kouachi après la tuerie de Charlie Hebdo.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  21. Le Panda Le 21 décembre 2018 à 10h46min (commentaire N° 21)
    |
    Le Panda

    Versailles au coeur de la révolte

    Samedi, les Gilets Jaunes pourraient bien se retrouver sur les traces de leurs aînés d’il y a deux siècles. En effet, c’est à Versailles qu’Eric Drouet a appelé à manifester.

    L’homme a déjà fait parler de lui il y a quelques jours lorsqu’il appela en direct sur le plateau de BFMTV à “marcher sur l’Elysée” puis à y “entrer”, ce qui lui a valu de se retrouver visé par une enquête préliminaire du parquet pour « provocation à la commission d’un crime ou d’un délit ».

    « Si on arrive devant l’Élysée, on rentre dedans » avait-il expliqué devant les journalistes stupéfaits qui lui faisaient remarquer qu’il appelait à un coup d’Etat, à un putsch !

    Cette fois-ci, sa cible est encore très symbolique, puisqu’il s’agit ni plus ni moins que du château de Versailles, dont la direction a immédiatement réagi :

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  22. Le Panda Le 21 décembre 2018 à 10h47min (commentaire N° 22)
    |
    Le Panda

    Avouons-le, le souvenir de l’abandon de Versailles, puis de l’éparpillement de son mobilier suite aux événements de 1789, n’est pas ce qu’on peut appeler un “bon souvenir”. Il a fallu l’incroyable travail de fourmi des Amis de Versailles et des conservateurs successifs pour que le domaine retrouve une partie de son luxe d’antan et quelques uns de ses objets d’origine. On verrait d’un très mauvais oeil que ce joyau national, témoin unique du Grand Siècle, soit saccagé par la foule en 2018…

    Oui, le combat des Gilets Jaunes est respectable. Mais s’ils passent par la case Versailles, il s’approchent dangereusement du coeur de notre Histoire. Et là, pas touche.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  23. Le Panda Le 21 décembre 2018 à 10h48min (commentaire N° 23)
    |
    Le Panda

    Ca se complique pour les politiques

    Pour la première fois depuis très longtemps, quelque chose s’est glissé dans les engrenages de la politique ronronnante.

    Les ors de la république, la monarchie élective, le Sénat assoupi, les prébendes et les mandats à vie, tout ça, c’était avant. Bien sûr, c’est toujours “aujourd’hui” aussi… mais il y a comme un pied dans l’embrasure de la porte, et rien ne dit qu’il va partir de sitôt.

    Après des semaines un peu erratiques pendant lesquelles les Gilets Jaunes partaient dans tous les sens, demandaient tout et son contraire, après une focalisation extrême sur la personne du président de la République, trois lettres sont apparues. Et ces trois lettres changent tout. R.I.C. Peu à peu, de proche en proche, le Peuple a commencé à saisir qu’il lui suffisait d’avoir UNE SEULE revendication pour que s’ouvrent potentiellement toutes les portes institutionnelles, constitutionnelles, législatives.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  24. Le Panda Le 21 décembre 2018 à 10h48min (commentaire N° 24)
    |
    Le Panda

    Les plus belles transitions de régime se font dans la légalité. Ainsi, lorsque Juan Carlos abandonna peu à peu tous ses pouvoirs pour rendre l’Espagne démocratique, il insista pour le faire selon le droit. Chaque étape fut légale. Or, ne nous cachons pas derrière notre petit doigt : les Gilets Jaunes rêvent tout haut d’une transition de régime.

    Deux camps se jaugent : d’un côté le pouvoir fait comme si de rien n’était, et continue son quotidien “habituel”. De l’autre, le peuple de France entrevoit la possibilité d’être enfin écouté dans son propre pays, ce dont il avait pratiquement perdu l’espoir. A en croire les chiffres publiés mercredi par l’institut Elabe, les Français sont absolument ravis de l’émergence du RIC dans le débat.

    Tout se complique pour les politiques.
    Manquerait plus qu’on vienne leur demander des comptes.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  25. Le Panda Le 21 décembre 2018 à 10h49min (commentaire N° 25)
    |
    Le Panda

    RIC : les Français y sont très favorables !

    Maintenant qu’il est apparu dans le débat public, y compris sur les grandes chaînes de télévision grand public, le Référendum d’Initiative Citoyenne n’est pas près de disparaître !

    L’institut Elabe a publié hier un sondage sur la suite à donner au mouvement des Gilets Jaunes, et le chapitre consacré au RIC est sans appel :

    Quel que soit le domaine d’application du RIC, les Français y sont largement favorables : 82% y sont favorables pour proposer des lois, 80% pour abroger des lois, 76% pour approuver les traités européens et internationaux, 73% pour révoquer un élu et 67% pour modifier la Constitution.

    Sur l’ensemble de ces domaines dans lesquels le RIC pourrait être mise en place, le niveau d’approbation diffère en fonction de la catégorie sociale, de la zone d’habitation et du vote à l’élection présidentielle de 2017:

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  26. Le Panda Le 21 décembre 2018 à 10h50min (commentaire N° 26)
    |
    Le Panda

    – Les catégories sociales populaires et moyennes sont plus favorables (entre 66% et 88% selon le domaine d’action) au RIC que les catégories sociales supérieures (entre 54% et 82%).

    – Les Français des communes rurales sont les plus favorables à la mise en place du RIC (entre 69% et 86%), quel que soit le champ d’action de celui-ci, suivis par les résidents de communes urbaines de province (entre 69% et 82%), et par les habitants de l’agglomération parisienne (entre 58% et 79%).

    – Politiquement, ce sont les électeurs de Marine Le Pen (entre 86% et 93%) et de Jean-Luc Mélenchon (entre 83% et 91%) qui sont le plus favorables au RIC, suivis des abstentionnistes (entre 69% et 87%), des électeurs de François Fillon (entre 56% et 74%) et de ceux d’Emmanuel Macron (entre 45% et 71%).

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  27. Le Panda Le 21 décembre 2018 à 10h52min (commentaire N° 27)
    |
    Le Panda

    « Gilets jaunes » : les députés ont adopté les mesures d’urgence du gouvernement

    L’Assemblée a voté dans la nuit de jeudi à vendredi une série de mesures en faveur du pouvoir d’achat, décidées dans l’urgence par l’exécutif pour tenter de mettre fin à la crise des « gilets jaunes ».

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  28. Le Panda Le 21 décembre 2018 à 10h52min (commentaire N° 28)
    |
    Le Panda

    Prime exceptionnelle, heures supplémentaires défiscalisées, exonération élargie de hausse de CSG pour des retraités : l’Assemblée nationale a donné son feu vert, dans la nuit du jeudi 20 au vendredi 21 décembre, aux mesures d’urgence du gouvernement pour répondre à la crise des « gilets jaunes ». Après plus de treize heures de vifs débats, le projet de loi portant « mesures d’urgence économiques et sociales » a été approuvé par 153 voix contre 9, et 58 abstentions. Le texte, examiné en procédure accélérée, passera dans la foulée, vendredi, par le Sénat. Son président, Gérard Larcher, a souhaité un « vote conforme » de la chambre haute, à majorité de droite, ce qui permettrait l’adoption du texte avant les vacances parlementaires.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  29. Le Panda Le 21 décembre 2018 à 10h53min (commentaire N° 29)
    |
    Le Panda

    Ces mesures apportent « des réponses rapides, fortes et concrètes » à la crise des « gilets jaunes », « condition d’un apaisement » même si « cela ne suffira pas », a affirmé la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, présente aux côtés d’Agnès Buzyn, la ministre de la Santé. C’est plutôt un « trompe-l’œil », a dénoncé la gauche de la gauche. « Vous pensez que vous allez régler le problème avec quatre mesures et un grand débat (…) il ne vous restera qu’à croiser les doigts pour que les gens s’en contentent », a répondu le chef de file de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, qui a lancé : « Vous allez avoir Noël aux ronds-points. » « Votre projet de loi répond à la règle des trois ‘E’: embrouille, entourloupe et emberlificotage », a raillé le communiste Pierre Dharréville.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  30. Le Panda Le 21 décembre 2018 à 10h53min (commentaire N° 30)
    |
    Le Panda

    Communistes et « insoumis » ont réclamé en vain le retrait de la mesure portant sur la défiscalisation des heures supplémentaires, « mesure sarkozyste dangereuse » selon eux. La demande des Républicains d’exonérer ces heures supplémentaires de cotisations patronales a été rejetée elle aussi, la majorité ne souhaitant pas que les entreprises recourent à ce moyen au lieu d’embaucher de nouveaux salariés. Les oppositions de gauche comme de droite ont jugé « injuste » la prime exceptionnelle de 1 000 euros maximum exonérée d’impôts et de cotisations que les entreprises auront la possibilité de verser, d’ici au 31 mars, à des salariés rémunérés jusqu’à 3 600 euros net. « De nombreuses petites et moyennes entreprises ne pourront pas [la] verser », faute de trésorerie suffisante, a souligné Gilles Lurton (LR).

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  31. Le Panda Le 21 décembre 2018 à 10h54min (commentaire N° 31)
    |
    Le Panda

    « C’est un budget insincère ! »

    Sur l’annulation de la hausse de la CSG, les Républicains ont défendu sans succès des amendements pour que la mesure touche l’ensemble des retraités.

    Au sujet de la promesse d’un gain de 100 euros pour les travailleurs proches du smic, l’article 4 du projet de loi, qui prévoit un rapport du gouvernement sur « la revalorisation exceptionnelle de la prime d’activité au 1er janvier 2019 » – la mesure de revalorisation elle-même ne passant pas par la loi mais par le règlement – a donné lieu à des débats houleux.

    La tension est montée entre Agnès Buzyn et les socialistes Boris Vallaud et Valérie Rabault. Cette dernière a accusé le gouvernement d’avoir présenté un budget pour 2019 « insincère » avec des crédits insuffisants pour la prime d’activité. « Vous nous avez laissé une ardoise de 800 millions d’euros. Ça, c’est un budget insincère ! » a déploré l’élue socialiste.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  32. Le Panda Le 21 décembre 2018 à 10h55min (commentaire N° 32)
    |
    Le Panda

    Le député Sébastien Nadot exclu du groupe LREM après son vote contre le budget 2019

    Son éviction a été décidée « à l’unanimité » par les membres du bureau, a indiqué à la presse le président du groupe LREM, Gilles Le Gendre.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  33. Le Panda Le 21 décembre 2018 à 10h55min (commentaire N° 33)
    |
    Le Panda

    Le député Sébastien Nadot a été exclu, jeudi 20 décembre, du groupe La République en marche de l’Assemblée nationale. L’élu de Haute-Garonne avait voté contre le projet de budget 2019, plus tôt dans la journée. Son exclusion a été décidée « à l’unanimité » par les membres du bureau, « convoqué en réunion extraordinaire », a indiqué à la presse le président du groupe LREM Gilles Le Gendre.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  34. Le Panda Le 21 décembre 2018 à 10h56min (commentaire N° 34)
    |
    Le Panda

    Sébastien Nadot a expliqué, dans un communiqué, que le projet de budget 2019 ne lui paraissait pas avoir atteint « les objectifs fixés » en amont : « libérer l’économie et le travail, protéger les Français, investir pour l’avenir en préparant les défis de demain et en transformant l’action publique ». Le député, qui avait tenté de se présenter à la présidentielle pour le mouvement de l’ancien dirigeant communiste Robert Hue, a également estimé que « la représentation nationale [n’avait] pas été suffisamment entendue pour que le budget 2019 intègre les réalités de terrain et les aspirations d’une majorité de Français », critiquant le « dirigisme gouvernemental ».

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  35. Le Panda Le 21 décembre 2018 à 10h56min (commentaire N° 35)
    |
    Le Panda

    Dans la foulée de ce vote, il a été convoqué par Gilles Le Gendre. Sébastien Nadot a alors « confirmé et motivé son vote défavorable », selon un communiqué du groupe, qui souligne que « le vote du budget est l’acte essentiel qui témoigne de l’appartenance à une majorité parlementaire : voter contre revient à s’en exclure ». Il s’agit de la première exclusion d’un « marcheur » du groupe majoritaire.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  36. Le Panda Le 23 décembre 2018 à 16h31min (commentaire N° 36)
    |
    Le Panda

    Éric Drouet, l’un des initiateurs des Gilets jaunes, interpellé samedi 22 décembre lors de l’acte VI des manifestations à Paris, sera jugé ultérieurement. Le parquet demande qu’il soit interdit de se présenter d’ici là dans la capitale, a appris l’AFP dimanche de source judiciaire. Éric Drouet doit être présenté dimanche matin à un magistrat du parquet de Paris «  qui va lui notifier une date de convocation devant le tribunal correctionnel et demander son placement sous contrôle judiciaire d’ici cette audience  », a indiqué cette source.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  37. Le Panda Le 23 décembre 2018 à 16h32min (commentaire N° 37)
    |
    Le Panda

    Il sera jugé pour «  port d’arme prohibé de catégorie D  », après avoir été retrouvé porteur d’une sorte de matraque, et pour «  participation à un groupement formé en vue de violences ou de dégradations  », selon cette source. Le parquet de Paris va demander aux juges des libertés et de la détention que son contrôle judiciaire comprenne l’interdiction de détenir une arme et de se présenter à Paris. Éric Drouet a été arrêté samedi vers 14 h 15 rue Vignon, dans le quartier de la Madeleine, au milieu de quelques dizaines de manifestants.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  38. Le Panda Le 23 décembre 2018 à 16h33min (commentaire N° 38)
    |
    Le Panda

    Gilets jaunes : « BFM TV ne veut pas jeter de l’huile sur le feu, mais montrer la réalité des faits »

    60 personnes en garde à vue

    Éric Drouet, 33 ans, un chauffeur routier de Melun (Seine-et-Marne), est une des voix qui pèsent dans la contestation qu’il définit lui-même comme «  populaire  » et «  totalement apolitique  ». C’est lui qui sur sa page Facebook avait appelé les Gilets jaunes à commencer leur mobilisation parisienne de samedi à Versailles, avant de changer de destination et de les inviter à se rendre sur la butte Montmartre. Les manifestants avaient ensuite déambulé dans plusieurs quartiers de la capitale.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  39. Le Panda Le 23 décembre 2018 à 16h34min (commentaire N° 39)
    |
    Le Panda

    «  M. Drouet a appelé à cette manifestation, sur les réseaux sociaux, il a donné un certain nombre de lieux de rendez-vous et il était présent sur ces lieux, donc c’est un organisateur, à ce titre-là, c’est un délit d’organiser une manifestation non déclarée  », a déclaré samedi soir sur BFM TV le secrétaire d’État à l’Intérieur Laurent Nuñez. Un autre grief, celui de «  participation à un groupement violent  », a été retenu contre lui, car il portait une matraque, a ajouté M. Nuñez. «  La justice tranchera pour savoir s’il y a bien eu délit  », sachant qu’«  organiser une manifestation non déclarée, c’est un délit  », a-t-il ajouté.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  40. Le Panda Le 23 décembre 2018 à 16h36min (commentaire N° 40)
    |
    Le Panda

    François Léotard : «  La haine est en train de naître en France  »

    Créée mi-octobre, la page Facebook d’Éric Drouet appelant au «  blocage national contre la hausse des carburants  » a été rapidement suivie par des dizaines de milliers de personnes, amorçant la mobilisation nationale du 17 novembre, l’«  acte I  » des Gilets jaunes. Le parquet de Paris a par ailleurs annoncé dimanche que 60 personnes au total ont été placées en garde à vue dans la capitale samedi, dont 4 mineurs.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  41. Le Panda Le 23 décembre 2018 à 16h50min (commentaire N° 41)
    |
    Le Panda

    Selon le magistrat spécialisé Charles Prats, quelque 1,8 million de numéros de Sécurité sociale seraient basés sur des documents frauduleux, alimentant une escroquerie qui pourrait s’élever à plusieurs milliards d’euros chaque année. L’administration assure au Figaro que le risque est maîtrisé.

    Un «scandale d’État», rien de moins, selon le magistrat Charles Prats. Un non-problème, pour l’administration de la Sécurité sociale. Qui a raison? Le premier, ancien membre de la Délégation nationale de lutte contre la fraude, service rattaché à Bercy, affirme dans plusieurs médias (Europe1, RMC) que des comptes de sécurité sociale frauduleux permettent à des individus de prétendre aux aides sociales des différentes branches (maladie, vieillesse, famille) à une échelle massive. Une estimation de 14 milliards d’euros est avancée, presque le triple du déficit de la Sécurité sociale en 2017. La direction de la Sécurité sociale (DSS) et la Caisse nationale d’assurance vieillesse (Cnav) assurent de leur côté que le risque est entièrement maîtrisé, et qu’une fraude à cette échelle est impossible. Pourtant, la sénatrice UDI-UC Nathalie Goulet, qui s’est saisie du dossier au niveau parlementaire, dit se heurter à une fin de non-recevoir des gouvernements et majorités successives depuis plusieurs années sur le sujet, et évoque «un État dans l’État», qui préfère rester muet sur le dossier plutôt que d’avouer sa faute.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  42. Le Panda Le 23 décembre 2018 à 16h51min (commentaire N° 42)
    |
    Le Panda

    «Sésame, paye-moi»

    Comment une telle faille serait-elle possible, selon le magistrat et la sénatrice? Pour un bénéficiaire né à l’étranger, la sécurité sociale attribue un numéro manuellement, sur la base de documents d’identité du pays de naissance. Or depuis une circulaire prise sous le gouvernement Jospin, les photocopies sont autorisées pour attester des documents d’identité. Un processus de contôle allégé qui aurait permis de nombreuses inscriptions frauduleuses, donnant ainsi accès à une part importante de l’univers des prestations sociales françaises. Des comptes sécu surnommés «Sésame, paye-moi» par Nathalie Goulet.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  43. Le Panda Le 23 décembre 2018 à 16h52min (commentaire N° 43)
    |
    Le Panda

    Une lutte contre la fraude sociale… défaillante et inefficace

    Mais combien seraient-ils exactement? Dans le bilan 2011 de la Délégation nationale à la lutte contre la fraude, des policiers avaient travaillé sur un échantillon de 2056 dossiers sociaux, et identifié 10,4% de faux (selon Charles Prats, 80% des faux documents copiaient des papiers algériens, marocains, congolais et maliens).Par extrapolation, sur les 17,6 millions de comptes de Français nés à l’étranger, le nombre de dossiers frauduleux atteindrait donc 1,8 million. Ce vendredi, Charles Prats indique au Figaro avoir fourni au Sénat et à Nathalie Goulet les preuves que le chiffre a été présenté en cabinet ministériel, à l’époque de l’étude.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  44. Le Panda Le 23 décembre 2018 à 16h53min (commentaire N° 44)
    |
    Le Panda

    De là, et dans l’hypothèse où tous ces comptes servent activement une escroquerie, le magistrat avance une somme de 13 à 14 milliards d’euros, en prenant la moyenne des dépenses annuelles de sécurité sociale par compte (environ 7500 euros). Un chiffre qui donne surtout un ordre de grandeur: il pourrait être largement surestimé, par exemple si les fraudeurs tiraient des montants plus bas pour éviter d’être repérés, ou si les comptes étaient simplement erronés mais sans volonté d’arnaque aux aides sociales. Il pourrait également être sous-estimé: en février 2018, la CAF poursuivait un Algérien de 49 ans qui avait touché indûment plus de 32.000 euros d’allocations en deux ans et demi (soit 12.800 par an) en se prétendant Irakien, rapporte Les Nouvelles d’Alsace. Au passage, l’homme avait été relaxé, le tribunal de Strasbourg estimant qu’il n’avait pas commis de tromperie caractérisée, car «l’administration savait qu’il y avait une incertitude sur son identité».

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  45. Le Panda Le 23 décembre 2018 à 16h53min (commentaire N° 45)
    |
    Le Panda

    Plusieurs amendements refusés

    En 2011, le gouvernement de François Fillon et la majorité UMP avaient décidé d’avancer sur le sujet, en appuyant le principe d’un arrêt des versements, dès la constatation d’une pièce frauduleuse dans un dossier de sécurité sociale. Toutefois, l’alternance politique de 2012 avait tout annulé, aucun décret d’application n’ayant été pris pour la mesure. Depuis, Nathalie Goulet a échoué plusieurs fois à réintroduire le même type d’amendement, et a demandé la création d’une commission d’enquête en novembre 2017, sans plus de succès. La sénatrice déplore que l’État n’ait «absolument pas la culture de l’évaluation» et indique ne pas comprendre cette volonté d’éluder la question.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  46. Le Panda Le 23 décembre 2018 à 16h54min (commentaire N° 46)
    |
    Le Panda

    L’administration affirme que les comptes ont tous été contrôlés

    Mais alors, des milliards partent-ils dans la nature chaque année à cause d’un simple laxisme de l’administration sur des documents d’identité? Contacté par le Figaro, le cabinet d’Agnès Buzyn, ministre de la Santé, nous redirige d’abord vers la Direction de la sécurité sociale (DSS). Pour cette dernière, les chiffres avancés sont «totalement faux», à commencer par le taux de fraude documentaire: «il y a huit ans, il y avait peut-être un sujet concernant la non-traçabilité» des documents servant à établir des comptes. Mais depuis, «différents niveaux de contrôle incluant des outils du ministère de l’Intérieur et des communications avec les consulats ont été mis en place» pour vérifier l’authenticité des documents des Français nés à l’étranger. À propos du stock d’identités frauduleuses, la DSS souligne qu’un audit sur les comptes étrangers a eu lieu et qu’ «environ 500.000 comptes à risque ont été écartés». Malgré des demandes répétées, Le Figaro attend toujours de recevoirles pièces justificatives. En 2016, seuls 2000 contrôles avaient eu lieu, selon la secrétaire d’État Ségolène Neuville, alors interrogée par Nathalie Goulet.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  47. Le Panda Le 23 décembre 2018 à 16h55min (commentaire N° 47)
    |
    Le Panda

    Et si on taxait les fraudeurs plutôt que les familles?

    De son côté, la Cnav (la Caisse nationale d’assurance vieillesse) fait état d’échantillons avec des taux d’anomalie plus faibles constatés sur le flux de nouvelles inscriptions (600.000 dossiers par an): 6,3% en 2011, 5,44% en 2013, 4,23% en 2018. Et surtout, elle ne pose pas le problème du stock à risque dans les mêmes termes. Le service ne considère pas comme «fraude» à proprement parler les défauts relevés dans les documents: «une pièce d’identité de qualité moyenne ou non satisfaisante, relevée comme anomalie, ne veut absolument pas dire qu’il y a une volonté d’escroquerie». Renaud Villard, directeur de la Caisse, ajoute de même qu’«un numéro de Sécu n’ouvre pas de droit en soi. À chaque prestation, il y a une barrière à l’entrée avec d’autres justificatifs». Pour lui, si le chiffre d’1,8 million de comptes frauduleux était exact, «on trouverait tout le temps des cas d’abus. Mais il n’y a pas de risque financier sur l’existence d’un NIR (Numéro d’inscription au répertoire, qui est un moyen de dialogue entre services». Le responsable conclut qu’il y a «bien sûr des dossiers de fraude, mais absolument pas à l’échelle décrite».

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  48. Le Panda Le 23 décembre 2018 à 16h55min (commentaire N° 48)
    |
    Le Panda

    Fraude: le fisc surveillera les réseaux sociaux

    Dernier détail, les deux administrations ne tiennent pas le même discours sur l’autorisation des photocopies: pour la DSS, celles-ci ne sont plus autorisées pour créer un compte, pour la Cnav, elles le sont lorsque le demandeur est «physiquement présent».

    Pas de quoi dissiper les doutes aux yeux de Nathalie Goulet: «soit ils ont fait le ménage et c’est tant mieux, soit non, mais dans tous les cas un contrôle parlementaire est absolument nécessaire». Contactées par le Figaro, des sources parlementaires LaREM ne se prononcent pas sur le dossier. Une d’entre elles souligne que pour la majorité, le «non-recours» aux aides sociales est un problème aussi grave que la fraude, et assure que plusieurs mesures permettront bientôt de mieux lutter contre les détournements, notamment l’échange d’informations entre administrations, ainsi que le versement social unique, qui doit être mis en place l’année prochaine, et qui nécessitera le croisement des fichiers fiscaux et sociaux.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  49. Le Panda Le 23 décembre 2018 à 17h00min (commentaire N° 49)
    |
    Le Panda

    Le ralentissement de la croissance et la perspective d’une hausse des taux s’annoncent délétères pour les finances publiques.

    Emmanuel Macron, candidat en 2017 du redressement des finances publiques, va devoir assumer l’année prochaine, selon toute vraisemblance, non seulement d’afficher un déficit supérieur à 3 % du PIB, mais aussi de franchir la barre des 100 % de dette publique rapportée à la richesse nationale. Avant même la prise en compte des 10 milliards d’euros de mesures en faveur du pouvoir d’achat votées en cette fin de semaine et financées à 60 % par le déficit, la dette a en effet atteint 2 322,3 milliards d’euros au troisième trimestre 2018, soit 99,3 % du PIB, en hausse de 22,5 milliards ( 0,3 point), selon les derniers chiffres de l’Insee.

    Cette augmentation de la dette s’explique surtout par une dérive des comptes de l’État. À fin septembre, sa «contribution à la dette croît de 32,2 milliards d’euros, après plus 19,5 milliards d’euros au deuxième trimestre», précise l’Insee. En revanche, les communes, départements et régions se désendettent un peu.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  50. Le Panda Le 23 décembre 2018 à 17h18min (commentaire N° 50)
    |
    Le Panda

    Nous vivons dans une jungle informationnelle où l’information produite de façon rigoureuse et honnête est noyée au milieu de rumeurs, de messages de propagande, de publicités déguisées. L’accumulation de fausses nouvelles et la crise de confiance que nous traversons font peser de lourds risques à notre démocratie.

    Comment pourrons-nous exercer notre liberté d’opinion si nous ne sommes pas en mesure d’évaluer la crédibilité d’une information ou d’accéder à des sources de qualité ? Comment nous prononcer sur un choix, si nous sommes sans cesse soumis à l’influence d’autrui ? Au-delà de notre liberté d’information, il est question de l’avenir du débat public.

    Pour faire face à ce danger, RSF s’est mobilisée pour mettre en oeuvre des solutions innovantes. L’organisation a notamment lancé en novembre 2018 un projet historique : la rédaction d’une déclaration sur l’information et la démocratie. 70 ans après la Déclaration universelle des droits de l’Homme, cette initiative, visant à restituer l’équilibre et le débat public au sein de l’espace global de l’information, a d’ores et déjà reçu le soutien de 12 chefs d’Etat.

    Il ne s’agit plus seulement de se battre contre les prisons visibles qui enferment actuellement 335 journalistes dans le monde. Nous devons attaquer les prisons invisibles, celles des fausses nouvelles, des algorithmes qui confisquent le pluralisme. La fin de l’année est une période cruciale en termes de collecte de dons et nous serions très reconnaissants si vous pouviez faire un geste pour nous aider à promouvoir concrètement la liberté, l’indépendance et le pluralisme du journalisme.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  51. Le Panda Le 24 décembre 2018 à 17h16min (commentaire N° 51)
    |
    Le Panda

    Ils avaient été appelés en renfort pour un mouvement près des Champs-Élysées, à Paris, samedi 22 décembre. Trois motards de la police, seuls face aux manifestants en « gilets jaunes ». La scène dure 1 minute 20. À plusieurs reprises, les manifestants frappent les policiers à la tête et les déséquilibrent. De leurs côtés, les forces de l’ordre répliquent : matraques, bombes à poivre. Ils veulent repartir, mais l’une des motos ne démarre pas. Les manifestants sont de plus en plus nombreux. Face à cette situation, un policier sort son arme et les somme de reculer. Il range son pistolet au bout de trois secondes sans tirer. La violence continue et les policiers finissent par prendre la fuite sous une pluie de projectiles.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  52. Le Panda Le 24 décembre 2018 à 17h17min (commentaire N° 52)
    |
    Le Panda

    Une enquête judiciaire ouverte

    Comment expliquer une telle violence ? Que s’est-il passé avant ? Clément Lanot, journaliste indépendant, a filmé les minutes qui précèdent. Il raconte : « Je vois qu’il y a du gaz lacrymogène. Trois motos de la police font barrage. Ils venaient visiblement de gazer. Le temps que je me rapproche, le gaz s’était dissipé. Des manifestants se rapprochent des motards qui tentent de les en empêcher. » Mais ils persévèrent. Pour le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, les policiers ont eu la bonne attitude. Une enquête judiciaire a été ouverte pour identifier les auteurs de cette attaque. Mais aucune interpellation n’a eu lieu pour le moment.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)

Laisser un commentaire

  Retour à l'accueil du Forum  



* Commentez sur les Voix du Panda. Identifiez-vous : Créér votre compte.
* Les commentaires ne seront ni votés, ni repliés.
* Commentaire du Rédacteur : Vert
* Commentaire de tout autre Intervenant : Bleu
* Les articles de l'auteur pourront êtres modifiés et réédités.
* Vous constatez un bug, avoir plus d'informations : Contactez nous.
* Pour participer au Média-Citoyen. Il est impératif d'Etre enregistré(e).
* Notre serveur vous renverra votre code sur votre e-mail validé.
* Vous pouvez lire, enregistrer, utiliser tous les articles du forum.
* Merci de nous en faire la demande.