Ecoutez l'article:



La France, le monde, il en reste quoi ?

Auteur:
Son site
Par le 23 juillet 2019

Ils n’étaient pas encore sur la Lune

Combien sont les français qui ne se posent pas la question ? Cela depuis 1960, à en croire les constats qui se font au quotidien, les faits remontent bien avant. Mais rien n’a jamais tinté le déclin comme depuis moins de cinq années. La majorité non seulement des français mais des autres nations productrices, dans la mesure où les gens prendraient conscience de ce qui se passent en réalité, « Ils rentreraient immédiatement de leurs divers lieux de villégiatures »

Disparition de notre civilisation en 2050 ?

Sans son mixage, les invasions subits, celles imposées à d‘autres continents à un moment donné, il ne reste que l’Europe pour laisser une fausse façade du devenir de l’hexagone, elles sont tellement imbriquées les unes dans les autres que nous ne savons plus ou pratiquement qui est qui. La première chose qui s’en dégage ce sont les profits mercantiles qui passent par-dessus la condition humaine. Gilles Ramstein, directeur de recherche au Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement, déplore cette comparaison et critique l’idée sous-jacente de « mettre l’industrie au service de la lutte contre le réchauffement climatique ». Le climatologue le reconnaît cependant : « Il faut une planification à long terme à l’échelle mondiale pour réduire notre facture énergétique sur vingt ans, en particulier dans les transports et le chauffage. « Une planification qui « entre en contradiction avec la rentabilité immédiate », souligne-t-il. Or « il y a de très gros intérêts financiers en jeu qui vont intéresser de grands groupes. Et il ne faut pas donner massivement de l’argent à une industrie polluante qui va se refaire sur le dos de l’économie verte. » Ce qui peut plus que de donner froid dans le dos pour les générations à venir et à certaines présentes. Lien

Tout ou presque ne cesse de péricliter les ères comme les civilisations n’ont cessé de traverser les pays où le sens des Droits de l’Homme, les modes d’expressions sont bien souvent plus inexacts que les réalités que nous supportons sans cesse. Du sens du troc, aux milliardaires qui sont de plus en plus puissants, faut-il modestement déduire que nous sommes passés là au mauvais moment sauf en ce qui concerne la base des peuples qui n’ont aucune culpabilité ? A force par n’importe quel moyen de tout vouloir modifier, que d’autres manipulent à leurs convenances nous sommes sur plus d’un déclin évident. La centrale nucléaire de Golfech stoppée par la canicule. C’est une première en France et une décision spectaculaire de la part d’EDF. La Garonne est à la fois trop basse et trop chaude pour refroidir la centrale. Lien

La fin d’une vie est la seule réalité qui nous attend tous d’une façon ou d’une autre, cela nous le savons le jour où nous sommes en mesure de prendre conscience de ce que nous représentons. Nous constatons que la présidence tente par tous les moyens d’égaler Ramsès II.

Dans la mesure où il ne s’agisse que de la France et de l’Europe, le fait de le constater serait bien moins grave que si nous osons réfléchir face à la globalité du monde, là où plus que ce que la majorité pense par une majorité illusoire.

Dixit : « Greta Thunberg l’entend volontiers. Je suis trop jeune pour faire ça. Nous, les enfants, On ne devrait pas avoir à faire ça, se défendait-elle sur Facebook en février dernier, message traduit par Reporterre. « Si tout le monde écoutait les scientifiques et entendait les faits que j’évoque constamment, personne n’aurait à m’écouter ou à écouter les centaines de milliers d’autres écoliers en grève pour le climat dans le monde. On pourrait tous retourner à l’école »

« C’est bien qu’elle soit jeune, pense au contraire le chercheur Daniel Boy, directeur de recherche au Cevipof, spécialisé dans les mouvements environnementaux. C’est symbolique, ça veut dire que le sujet intéresse les jeunes. Après tout, dans 10 ou 20 ans, les conséquences du réchauffement climatique les concerneront directement. Elle est manipulée par des lobbys vertsApparemment l’on tente de détourner le réalisme, nous ne pourrons le contourner encore durant des décennies. Cela peut-il justifier sa présence à L’Assemblée Nationale française en Tribune d’Honneur ?

Dans son dernier rapport publié tous les quatre ans, la CIA dresse un tableau noir du monde d’ici 2035. Morceaux choisis. Le document est sur le bureau de Donald Trump. Le moins que l’on puisse dire « il n’est pas franchement réjouissant pour l’avenir ». Dans la dernière édition de son grand rapport rendu public tous les quatre ans. Mes propos sont bien faibles la CIA démontre un tableau bien plus noir du monde d’ici 2035. Il le savait Donald Trump, cela ne l’empêche nullement de pourrir la planète, et ouvrir les portes d’un conflit mondial ?

Sur fond d’affaiblissement de la croissance mondiale, de montée du terrorisme la vénérable institution de services secrets américaine imagine, après avoir consulté plus de 2.500 experts de 35 pays, 3 scénarios fictions. Espérons en tout cas que cela reste de la fiction, nous sommes appelés à devenir de réels robots sans cœur, ni raisons.

Un monde replié sur lui-même

La montée des populismes et des inégalités, les désastres du changement climatique ont conduit les Etats à ériger davantage de barrières protectionnistes. La croissance des pays émergents, dont la Chine et l’Inde, est en berne. Bref, plus de vingt ans après la crise des subprimes, les défis économiques restent majeurs : toutefois la CIA entrevoit une nouvelle ère de croissance pour tous les pays qui auraient massivement investi dans les nouvelles technologiques (automatisation, intelligence artificielle etc.)

Le monde au bord de l’explosion

L’ordre international est totalement chamboulé. Russie, Chine, Iran ont profité d’un repli des Etats-Unis sur la scène internationale pour accroître leur influence économique, politique et militaire dans leurs zones. Les risques de conflits n’ont jamais été aussi menaçants. Dans ce contexte explosif, les grandes puissances sont inévitablement amenées à négocier des accords afin de réduire les risques d’embrasement et de rétablir une certaine stabilité.

Les Etats perdent de l’influence

La défiance vis à vis des politiques a fini par l’emporter. Dans cet univers, les gouvernements ont abandonné une partie de leurs prérogatives à des groupes privés locaux. De grandes entreprises ont ainsi pris à leur charge l’éducation, la formation, le financement de la santé de leurs salariés. Cette gouvernance décentralisée s’établit pour l’essentiel par des partenariats publics-privés.

 

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)
La France, le monde, il en reste quoi ?, 10.0 out of 10 based on 1 rating

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

  Retour à l'accueil du Forum  



* Commentez sur les Voix du Panda. Identifiez-vous : Créér votre compte.
* Les commentaires ne seront ni votés, ni repliés.
* Commentaire du Rédacteur : Vert
* Commentaire de tout autre Intervenant : Bleu
* Les articles de l'auteur pourront êtres modifiés et réédités.
* Vous constatez un bug, avoir plus d'informations : Contactez nous.
* Pour participer au Média-Citoyen. Il est impératif d'Etre enregistré(e).
* Notre serveur vous renverra votre code sur votre e-mail validé.
* Vous pouvez lire, enregistrer, utiliser tous les articles du forum.
* Merci de nous en faire la demande.