Ecoutez l'article:



Les turpitudes nationalistes kurdes au Rojava délinquant

Auteur:
Son site
Par le 16 octobre 2019

La gauche nationaliste candide

 

La gauche, incorrigible de candeur surfaite, retombe dans les ornières nationales-socialistes dont l’histoire flétrie devrait pourtant l’avoir guérie. Dans un éditorial, déjà ancien, nous avions tracé le chemin de la trahison qu’emprunterait la bourgeoisie kurde au Moyen-Orient ensanglanté. Maintenant que les Irakiens, les Syriens, et les Turques, d’ethnie kurde, ont incarcéré ou planqué, et dans certains cas extradés (vers l’Afghanistan, l’Afrique ou le Yémen), nombre de terroristes de DAESH-EI  réchappés in extrémis des griffes de l’alliance Russo-Irano-Syrienne, voici que les commanditaires occidentaux des mercenaires et des barbouzes kurdes abandonnent leurs engagés à leur triste sort (1)

 

La Turquie a hérité du rôle de père Fouettard dans ce scénario tragique. Rôle pitoyable dont elle s’acquitte avec diligence sous les huées concertées de la Sainte-Alliance de la gauche encadrée par la petite-bourgeoisie cléricale, les ONG stipendiées de la société civile-citoyenne (sic), qui ne semble pas s’inquiéter d’être soutenue par les médias mainstream à la solde du grand capital, et par les politiciens des puissances impérialistes criminelles (États-Unis, France, Royaume-Uni, Allemagne, Russie, Chine, etc.) qui tous en chœur serinent le vieux cantique national-socialiste du droit des nations à l’indépendance, «droit» que ces puissances bafouent quotidiennement, en Syrie notamment.

 

Il y a plus d’un siècle que la gauche jovialiste appuie toutes les bourgeoisies tiers-mondistes qui font commerce et profit de la vie de leurs peuples, des ethnies, et des tribus archaïques, afin de se tailler une sphère de gouvernance – une aire d’exploitation nationale – linguistique, ethnique, religieuse, culturelle, folklorique – sur un territoire spolié, encadré dans une économie mondialisée, financiarisée et en déclin accéléré.

 

Partition nationaliste, cent fois rejouée, mais jamais assurée

 

Ainsi, de la Russie soviétique (1917) jusqu’à la Chine « communiste » (1949) en passant par la Corée de la dynastie des Kim, le Cuba des frères Castro, le Vietnam des apparatchiks, le Cambodge des Khmers rouges, le Burkina de Sankara, l’Afrique du Sud de Mandela, l’Angola du MPLA, la Palestine du Fatah, jusqu’au Rojava de la «Confédération démocratique» du gourou Ocalan (2) rien n’y fait, l’incurable petite bourgeoisie gauchiste et droitiste ne comprend toujours pas qu’il n’y a pas et qu’il n’y aura jamais d’indépendance politique sans indépendance économique. Il n’y aura jamais de libération sociale sans libération de l’esclavage salarié.

 

Depuis 1945, plus d’une centaine de pays tiers-mondistes sont passés de l’état de colonie à celui d’État-nation «indépendant et souverain» (sic) et pas une seule de ces «Grandes messes» nationale-socialiste n’a libéré un seul travailleur de l’esclavage salarié. Il doit bien y avoir une explication à une telle régularité historique demandions-nous dans notre ouvrage : «Question nationale et révolution prolétarienne sous l’impérialisme moderne». (3)

 

La Confédération libre et démocratique du Rojava aliéné, et son suzerain américain, ne sont pas sur la voie de modifier ce triste bilan comme le constate les groupes gauchistes qui encore une fois ont placé leur foi dans cette bourgeoisie nationaliste Rojaviste. (4) Il est malheureux que les populations irakienne, turque et syrienne, d’ethnie kurde, qui se sont isolées dans le ghetto du Rojava «indépendant» (sic), sous la protection de l’empire le plus sanguinaire de la Terre, fassent les frais de cette trahison de leurs élites bourgeoises qui s’expatrieront de cette chaussetrappe avec leurs otages djihadistes… pendant que la population, chair à canon encerclée, sera massacrée sous les hauts cris hypocrites des puissances impérialistes et de leurs sous-fifres gauchistes. Attendez-vous à ce que la Turquie soit récompensée pour ce service rendu à la Communauté internationale et au gouvernement syrien qui récupère ainsi l’autorité sur le Rojava délinquant. (5)

 

Donald Trump joue le second violon dans cette triste saga. Non pas qu’il soit imprévisible et instable, au contraire, c’est le seul dirigeant occidental impliqué dans la galère moyen-orientale à poursuivre un plan tracé d’avance et que nous exposons depuis trois ans déjà. Donald Trump a reçu mission de redéployer les forces armées américaines et Occidentales du Moyen-Orient déclinant vers l’Asie du Sud-Est émergent, là où se jouera prochainement le sort du monde capitaliste occidental face à l’impérialisme chinois conquérant. Le «Rojava délinquant» a bien peu d’importance face à cette échéance planétaire imminente.

 

La voie du prolétariat

 

Les prolétaires révolutionnaires n’ont qu’un conseil à donner aux prolétaires irakiens, turcs et syriens (d’ethnie kurde ou autres) coincés dans ce traquenard : fuyez, retournez dans vos villages, dans vos villes, et dans vos pays d’origine. Le temps des luttes bourgeoises de libération nationalistes chauvines est révolu. Bienvenue à l’époque des luttes de libération de l’esclavage salarié.

 


Notes

 

  1. http://www.les7duquebec.com/7-dailleurs-2-2/le-nationalisme-kurde-manipule-par-limperialisme-us/ et http://www.les7duquebec.com/7-dailleurs/le-mic-mac-de-la-france-dans-son-projet-de-creation-dun-etat-sous-controle-kurde-a-raqqa-en-syrie/ et http://www.les7duquebec.com/actualites-des-7/lindependance-kurde-au-centre-des-plans-israeliens-de-remodelage-du-proche-orient/
  2. Confédéralisme démocratique au Rojava, changement de paradigme. Résistance 71 https://resistance71.wordpress.com/2019/10/10/confederalisme-democratique-du-rojava-de-letat-a-la-democratie-anatomie-dun-changement-de-paradigme-1ere-partie/
  3. Pour commander le volume QUESTION NATIONALE ET RÉVOLUTION PROLÉTARIENNE sur AMAZON : https://www.amazon.ca/Question-nationale-r%C3%A9volution-prol%C3%A9tarienne-limp%C3%A9rialis/dp/2343114749/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1496234995&sr=8-1&keywords=Robert+Bibeau

http://www.les7duquebec.com/7-au-front/question-nationale-et-revolution-proletarienne-2/

 

  1. https://resistance71.wordpress.com/2019/10/13/longue-vie-au-rojava/

http://www.les7duquebec.com/7-dailleurs-2-2/vers-une-confrontation-turquie-syrie/

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (2 votes cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)
Les turpitudes nationalistes kurdes au Rojava délinquant, 10.0 out of 10 based on 2 ratings

5 Commentaires sur ce billet

  1. BERNARD MICHEL Le 16 octobre 2019 à 10h22min (commentaire N° 1)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    BERNARD MICHEL

    Les Kurdes de Syrie ont commencé à enterrer leurs morts, victimes de l’offensive militaire turque déclenchée mercredi 9 octobre. Au prix de combats acharnés, ils tentaient ce mardi de résister à l’assaut des hommes d’Ankara sur la ville frontalière de Ras al-Aïn. Face à eux, les tirs d’artilleries et les frappes n’ont pas faibli. Recep Tayyip Erdogan reste en effet déterminé à poursuivre cette intervention destinée à établir une zone tampon avec le nord de la Syrie, n’en déplaise à Donald Trump. Le président des Etats-Unis a toutefois semblé changer de pied sous la pression de l’opinion américaine. Après avoir annoncé le retrait de ses « boys » du nord syrien, laissant les Kurdes à la merci de leurs ennemis, « The Donald » s’est dit prêt à « détruire l’économie turque ».

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  2. BERNARD MICHEL Le 16 octobre 2019 à 10h22min (commentaire N° 2)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    BERNARD MICHEL

    Les Kurdes de Syrie ont commencé à enterrer leurs morts, victimes de l’offensive militaire turque déclenchée mercredi 9 octobre. Au prix de combats acharnés, ils tentaient ce mardi de résister à l’assaut des hommes d’Ankara sur la ville frontalière de Ras al-Aïn. Face à eux, les tirs d’artilleries et les frappes n’ont pas faibli. Recep Tayyip Erdogan reste en effet déterminé à poursuivre cette intervention destinée à établir une zone tampon avec le nord de la Syrie, n’en déplaise à Donald Trump. Le président des Etats-Unis a toutefois semblé changer de pied sous la pression de l’opinion américaine. Après avoir annoncé le retrait de ses « boys » du nord syrien, laissant les Kurdes à la merci de leurs ennemis, « The Donald » s’est dit prêt à « détruire l’économie turque ».

    En attendant, sur le front diplomatique, les Européens tentent de donner de la voix. Plusieurs pays, à l’instar de la France, ont annoncé la suspension de leurs exportations d’armes vers la Turquie. À la demande de l’Union européenne, une nouvelle réunion du Conseil de sécurité de l’ONU devrait se tenir mercredi, à New York. Même la Chine, rétive à toute forme d’ingérence dans les affaires étrangères, a appelé Ankara à stopper le massacre. Les Kurdes, eux, appellent la communauté internationale à l’aide. En particulier la France, avec qui ils ont combattu les djihadistes de l’organisation terroriste Etat islamique.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  3. BERNARD MICHEL Le 16 octobre 2019 à 10h24min (commentaire N° 3)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    BERNARD MICHEL

    Responsable des relations extérieures du Conseil démocratique kurde en France (CDKF), qui représente le Rojava -le Kurdistan syrien, autonome de facto-, Murat Polat lance un appel à Emmanuel Macron et propose que des soldats français remplacent les « boys » américains.

    Qu’attendez-vous comme réponse forte internationale, que demandez-vous à la France ?

    MURAT POLAT. Nous demandons à la France de prendre la tête de nos alliés, pour nous protéger contre l’agression de la Turquie. La France est une voix forte, a un énorme poids international. Nous attendons qu’elle aille plus loin que des déclarations, que des coups de fil au président Trump, à la chancelière Merkel ou à la Turquie.

    Concrètement, quoi faire ?

    Elle doit agir de façon directe. Soit en nous fournissant des armes, soit en envoyant des soldats sur le terrain, pour remplacer les Américains et s’interposer entre les populations kurdes et les forces turques.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  4. BERNARD MICHEL Le 16 octobre 2019 à 10h25min (commentaire N° 4)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    BERNARD MICHEL

    Cela pourrait être efficace ?

    Bien sûr. Tant qu’il y avait des forces de l’Otan au Rojava (NDLR : le territoire kurde autoproclamé autonome au nord-est du pays), la Turquie ne prenait pas le risque d’attaquer ses alliés (elle est membre de l’Otan).

    Mais Macron vient au contraire d’ordonner le retrait des forces spéciales présentes en Syrie…

    C’est pour une question de sécurité, liée au retrait des Américains, puisque ce sont eux qui assuraient la logistique sur le terrain. Jusqu’à leur départ, les militaires alliés conseillaient les combattants kurdes sur le plan militaire. C’était une mission de formation et de renseignement. Aujourd’hui nous demandons à la France d’intervenir avec sa propre logistique et avec d’autres alliés européens.

    Quelle logistique, des avions de transports, des drones ?

    Je ne peux pas rentrer dans le détail, il y a des éléments secrets, internes à l’Otan. Disons que, jusqu’ici, pour se rendre sur place, les Français avaient recours à l’aviation américaine.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  5. BERNARD MICHEL Le 16 octobre 2019 à 10h26min (commentaire N° 5)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    BERNARD MICHEL

    De quel type d’armes avez-vous besoin ?

    Si cette guerre doit durer, on a besoin d’armes anti-aériennes et anti-chars. Ce sont les bombardements qui créent le plus de dégâts et permettent à ces milices djihadistes pro-turques sur le terrain de profiter de la situation en nous attaquant. Sans cette aviation, les Kurdes sont en mesure de se défendre, on l’a bien vu lors de la guerre contre Daech.

    Vous avez des contacts avec les autorités politiques françaises, l’Elysée ?

    Des délégations du Rojava ont été reçues et écoutées par des conseillers du président Macron. Il n’y a aucun problème sur la compréhension de la situation, mais il y en a un sur les actions concrètes à mener contre la Turquie. Nous attendons de la France -et de l’Europe- qu’elles prennent ses responsabilités, ne reste pas indexée sur la politique américaine. Il faut qu’elle montre son indépendance.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)

Laisser un commentaire

Before you post, please prove you are sentient.

qui fut le premier président de la Veme république?

  Retour à l'accueil du Forum  



* Commentez sur les Voix du Panda. Identifiez-vous : Créér votre compte.
* Les commentaires ne seront ni votés, ni repliés.
* Commentaire du Rédacteur : Vert
* Commentaire de tout autre Intervenant : Bleu
* Les articles de l'auteur pourront êtres modifiés et réédités.
* Vous constatez un bug, avoir plus d'informations : Contactez nous.
* Pour participer au Média-Citoyen. Il est impératif d'Etre enregistré(e).
* Notre serveur vous renverra votre code sur votre e-mail validé.
* Vous pouvez lire, enregistrer, utiliser tous les articles du forum.
* Merci de nous en faire la demande.