Emmener des enfants sur ce qui reste l’une des zones les plus dangereuses de la ligne de front peut sembler être de la folie pure, ou de l’inconscience. Malheureusement il est à craindre que la vérité soit bien plus terrifiante.

En effet, dans le reportage filmé par la chaîne télévisée ukrainienne TCH, on entend clairement à la fin des tirs de mitrailleuse et de lance-grenade sortants, c’est-à-dire des tirs venant du côté ukrainien. Le tout en plein brouillard. On y voit aussi un superbe drapeau rouge et noir typique des unités néo-nazies (ce drapeau ayant été celui des sbires de Bandera pendant la seconde guerre mondiale).

Il semble que le but de cette provocation était d’obtenir un tir de réponse de la part de la milice populaire de la RPD, en espérant la mort d’un ou plusieurs enfants ou journalistes, que les soldats de la république ne pouvaient pas voir à cause du brouillard. Le tout filmé par les caméras présentes sur place pour cette vidéo de propagande.

Heureusement la provocation a pu être déjouée grâce à deux facteurs.

Le premier est que la milice populaire de la RPD respecte le cessez-le-feu et ne prête plus attention à de telles provocations depuis longtemps. La réponse tant attendue n’est donc pas venue.

Le deuxième facteur est le fait qu’il reste des officiers ukrainiens qui ont encore un peu d’honneur au sein de la 92e brigade, dont les positions se trouvent à Promka.

En effet, les services de renseignement de la RPD ont découvert que faute d’obtenir la réponse voulue de la part de la milice populaire, le commandant de la 92e brigade a ordonné au commandant du 3e bataillon de tirer sur le bus transportant les enfants et les journalistes, pour en blâmer ensuite la république.

Mais l’officier en question a refusé de tirer sur le bus et a ordonné de cesser tout tir dans cette zone dès qu’il a su que des enfants étaient là.

Ce genre de provocation ignoble impliquant des enfants, montre que certains au sein des Forces Armées Ukrainiennes (FAU) ne reculent devant rien, et n’ont aucune considération pour la population civile du Donbass qu’ils prétendent venir « libérer ».

Quand on met en danger des enfants en les amenant sur la ligne de front et qu’on est prêt à tirer ou faire tirer sur le bus qui les transporte pour en blâmer l’ennemi dans une opération de propagande sordide, c’est qu’on ne mérite pas d’autre qualificatif que celui de terroriste…

Christelle Néant

TelegramSuivez Donbass Insider sur Telegram pour ne jamais rater un article