Ecoutez l'article:



Pour ou contre la grève, que comprenons-nous et Macron? 2020 mort-né…le milieu pseudo médical…

Auteur:
Son site
Par le 6 décembre 2019

Le 25 décembre 2019 vient de pointer. Les résultats sont identiques. Nous ne pouvons constater que les turpitudes qui règnent entre un pouvoir presque démagogique, des syndicats qui s’accrochent à des branches plus que pourries et les victimes que sont les utilisateurs de l’un des fleurons de la nation France. L’ensemble réside peut-être par le fait multiple ou au lieu de nettoyer foncièrement par le sommet, il en résulte que toutes les bases payent le sens de se retrouver ou presque sans famille. Inutile de prévoir d’améliorations au seuil de 2020. Facile à comprendre l’hydre n’est pas unique et nous constatons qu’en tous domaines il ne subsiste que des « responsables non coupables » Alors dans la mesure ou les mots suffissent ou réchauffent « joyeux noël et bonne année 2020. Sans survie du domaine de la santé publique, le « privé » se gorge de milliards de profits, puis ou la liberté de se mouvoir perdure « la place de grèves » retrouve sa cour des miracles en toutes splendeurs aux détriments de toutes subsistances.

La mort dans tous les sens, M.Macron vous demande de vivre centenaire afin de remplir les caisses ?

 

Aurons-nous droit à une retraite, à la suite d’une vie de travail ? Veuillez, nous l’indiquer, dans la mesure où la vie ne se soit prolongée depuis 10 ans environ. Vous auriez mené « Les diverses réformes sur des cadavres ? » Merci, Monsieur le président de nous expliquer. Difficile de comprendre vos objectifs sans être clair.

À ce stade, uniquement 30% de la population estime que les raisons de cette grève sont claires. Il doit y avoir une sacrée masse de manque de matière grise en France.

 

Pourtant ne perdons pas le sens que plus de 70% de la population approuve en France ces grèves qui prendront fin comme les salamandres. Que ces derniers 70% connaissent dans les DOM-TOM normal et vous ? Sacre au Panthéon pour qui ?

Réforme des retraites : et si 2019 était la revanche de 1995 ?

Face à huit Français sur France 2, Gérald Darmanin et Sibeth Ndiaye ont peiné à convaincre sur les retraites. La faute à un mauvais timing…sacré 5 décembre 2019.

Dans le cadre du fonctionnement de la France une nation qui tourne à 90% contre les réformes et mode de pouvoir vivre. Il est indéniable que le signal du corbillard est annoncé, via 10% d’hyper-privilégiés qui « eux » remplissent leurs diverses besaces à convenances. La grande, immense différence reste qu’autant « la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, le ministre Darmarin » prennent les français pour des débiles au stade « P4 ». « Vous ne pouvez pas comprendre, nous n’avons rien expliqués, mais ne vous faites pas d’illusions : Nous mènerons la réforme des retraites à son terme »

Un cliché comparable au nombre des manifestants, côté Etat 800 mille, versant syndicat 1 million 500 mille.

Le dilemme reste de même taille lors des gilets jaunes, les résultats ont suscité des dialogues stériles, vides de sens côté gouvernemental.

Sommes-nous arrivé à nouveau au stade de : « La Terreur » ? Monsieur le président vous perdez masse de crédibilités, les jours se suivent et aucun ne ressemble à la veille.

Le gouvernement en place enterre les retraités avant qu’ils ne soient défunts.

En France, la prévision d’une nouvelle journée de mobilisation, ça ressemble à un marronnier pour notre démocratie. Pour autant, ce n’est plus un signe de sa vitalité. Pourquoi? Qu’est-ce qui est en train de se mettre en place?

De multiples analystes cherchent déjà à comprendre si cette grève permettra aux syndicats de retrouver des couleurs. Si la fameuse convergence des luttes avec d’autres mouvements tels que les «gilets jaunes» se construit. Si le gouvernement va réagir de manière pertinente à la situation (est-ce qu’il va céder du terrain? Chercher à passer en force? Ou manœuvrer avec une grande habileté?).

La grève de 1995, dernier souvenir heureux des syndicats

Les éditorialistes sont rangés en ordre de bataille, prêts à dégainer. En fonction de leur camp, ils vont s’indigner sur le sort des usagers pris-en-otages ou sur le mépris du gouvernement trop éloigné de la vraie vie des vrais gens. Chacun ira de ses arguments habituels, il y aura des témoignages bouleversants, des réactions outragées, quelques dérapages médiatiques.

Le suspens va être rythmé par des sondeurs qui viendront mesurer l’évolution du soutien des français à ce mouvement et son impact sur la popularité de l’exécutif. Certains en profiteront même pour jeter de l’huile sur le feu, en ressortant la caricature des deux France irréconciliables (celle qui manifeste et celle qui souhaite les réformes). En oubliant que notre socle commun est bien réel, malgré l’évolution de sa morphologie. Et malgré les tentatives de déstabilisation.

N’oublions pas les politiciens de seconde zone, qui trouveront là une opportunité à saisir. Le bon moment pour enfin émerger dans l’espace public, en allant juste un peu plus loin dans l’outrance.

Parce que chacun se tient déjà prêt pour commenter la journée de mobilisation du 5 décembre, et la suite comme on se tient prêt avant une finale de Coupe de la Ligue! Comme pour le foot, on ne parle que de tactique, on tente d’identifier ce que l’adversaire a en tête, la manière dont il va tenter de faire mentir les pronostics. Puis, on s’apprête à défendre son équipe. C’est sympa. C’est chaleureux. Ça fait partie de notre patrimoine et c’est plutôt rassurant, parce que c’est aussi le symptôme d’un pays qui se préoccupe de la chose publique.

«La pédagogie passe après la baston. Nous tombons une fois de plus dans le piège de la division.» Mais il ne s’agit que d’un leurre. Parce que la vitalité démocratique, ce n’est pas faire du commentaire sur des tactiques.

C’est déjà savoir ce qui est compris, afin de pouvoir mieux expliquer certains enjeux. Et ce qui est surprenant, ce qui vient questionner notre manière de débattre, c’est cet incroyable désintérêt pour cet indicateur fondamental qu’est le niveau de compréhension. Avant d’être pour ou contre, est-ce que nous comprenons suffisamment ce qui est en jeu pour pouvoir nous construire notre propre opinion? Parce que c’est tout de même curieux, cette habitude de mesurer tout le temps si on est pour ou contre, sans se demander si on comprend. On saisit mieux pourquoi nous sous-payons nos profs. La pédagogie passe après la baston. Nous tombons une fois de plus dans le piège de la division.

Alors commençons par là. Mesurons ce que l’on comprend. Le résultat est effrayant. À ce stade, seulement 43% de la population estime que les raisons de cette grève sont claires (et seul 18% les déclare «très claires»), selon un sondage Viavoice réalisé entre le 15 et le 18 novembre. Moins d’un Français sur deux. Et ce score est encore plus mauvais chez les moins de 35 ans.

On pourra donc débattre pendant des heures sur le prétendu soutien de l’opinion aux grévistes ou au gouvernement. Il ne faudra pas oublier qu’avant tout, la population nous dit qu’elle n’a pas tous les éléments pour comprendre et pour se positionner. Mais qui l’entend?

D’où vient la culture de grève en France?

De la même manière que l’abstention n’interpelle que lorsque l’on craint ses conséquences, la compréhension des réformes et des mouvements sociaux n’intéresse personne jusqu’au moment critique. Alors quel sera ce moment critique? À quel niveau se situera le seuil d’alerte, à partir duquel nous estimerons que notre système ne vaudra plus la peine d’être défendu? À titre indicatif, 57% des Français estiment aujourd’hui que la démocratie fonctionne mal, selon une étude Viavoice publiée le 14 novembre. Le moment semble donc se rapprocher… Pour paraphraser Jacques Chirac en 2002 à propos, cette fois, du climat: «Et nous regardons ailleurs.»

Quand et que paierons-nous pour avoir préféré nous opposer plutôt que comprendre? Pour avoir cru que la force de conviction permettrait d’atteindre une plus grande efficacité politique que la recherche de compréhension et d’explications? Pour avoir cru que nous étions encore en vitesse de croisière démocratique?

Les jours qui nous attendent vont surement le camp choisit, un lampion de plus pour la fête des lumières à Lyon. Sacré 8 décembre chaque année moment que j’ai partagé, mais j’ai entendu et vu aussi les monuments à la mémoire de l’écroulement de la colline de Fourvière qui terrassa sans distinction toutes classes de français de la capitale des Gaules.

Sources Slate/ A F P/Le Panda et divers crédit photo capture d’écran

Le Panda

VN:F [1.9.22_1171]
Rating: 10.0/10 (1 vote cast)
VN:F [1.9.22_1171]
Rating: +1 (from 1 vote)
Pour ou contre la grève, que comprenons-nous et Macron? 2020 mort-né...le milieu pseudo médical..., 10.0 out of 10 based on 1 rating

143 Commentaires sur ce billet

  1. Le Panda Le 7 décembre 2019 à 12h46min (commentaire N° 1)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    DIRECT. Grève du 7 décembre : opérations escargot, barrages filtrants… Des centaines de routiers mènent des blocages dans plusieurs régions de France

    Des opérations sont menées actuellement sur dans l’Aveyron, ou encore dans le Pas-de-Calais, venant compliquer les conditions de transport déjà rendues difficiles par la mobilisation des syndicats contre la réforme des retraites.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  2. Le Panda Le 7 décembre 2019 à 12h48min (commentaire N° 2)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Troisième jour de grève. Les cheminots et les agents RATP poursuivent leur mouvement contre la réforme des retraites, samedi 7 décembre. Les perturbations se poursuivent sur les rails, mais aussi sur la route, où des blocages et des barrages filtrants de chauffeurs routiers sont en cours ce samedi matin. Elles s’accompagnent aussi de manifestations partout en France, auxquelles se joindront des « gilets jaunes ». Une nouvelle journée de mobilisation à suivre en direct sur franceinfo.fr.

     Blocages et manifestations partout en France. A Marseille, le défilé est prévu à 14 heures, en présence notamment de Jean-Luc Mélenchon. D’autres cortèges se formeront à Lyon, à Toulouse… A Paris, démarrera de Montparnasse à 12 heures une manifestation « contre le chômage et la précarité », à l’appel de plusieurs syndicats, dont la CGT. Les routiers prévoient aussi des opérations de blocage de dépôts pétroliers. Ces derniers ont aussi commencé à mener des blocages et des barrages filtrants ce samedi matin, pour dénoncer la hausse de la fiscalité sur le carburant dans le transport autoroutier de marchandises.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  3. Le Panda Le 7 décembre 2019 à 12h49min (commentaire N° 3)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Des perturbations dans les transports. Comme prévu, le trafic sera difficile à la SNCF ce week-end, avec un train sur 10 sur les lignes TGV et Intercités mais aussi sur les TER. Côté Transilien, il faut compter 15 % de trafic assuré. A la RATP, les prévisions sont également faibles, avec neuf lignes de métro totalement fermées. Sur les autres lignes, les trains circuleront en priorité entre 13 heures et 18 heures.

     La réforme des retraites toujours au cœur de la contestation. Le projet gouvernemental de suppression des régimes spéciaux et d’instauration d’un système universel ne passe pas. L’intersyndicale CGT-FO-Solidaires-FSU et quatre organisations de jeunesse ont d’ores et déjà appelé à une nouvelle journée de mobilisation mardi 10 décembre. Édouard Philippe a annoncé que « l’intégralité du projet » serait présentée mercredi à midi devant le Conseil économique, social et environnemental (Cese).

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  4. Le Panda Le 7 décembre 2019 à 12h51min (commentaire N° 4)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    11h37 : Un barrage filtrant s’est installé il y a moins d’une heure au niveau de l’air du Hill (Ille-et-Vilaine), rapporte une journaliste de Valérie Chopin, qui rappelle les raisons de la mobilisation des routiers.

    11h31 : Le mouvement semble parti pour durer malgré les signes d’ouverture de l’exécutif. « On sait très bien que ce n’est pas une seule journée qui suffira », déclare aujourd’hui Céline Verzeletti, secrétaire confédérale de la CGT. Elle appelle le gouvernement à « faire un signe et un geste forts » en retirant « pour l’instant » son projet afin d’ouvrir « des négociations ».

    11h16 : A Paris, aux abords du ministère de l’Economie, environ 200 gilets jaunes sont rassemblés en ce moment. La situation est calme selon un journaliste de France Télévisions sur place.

    (FRANCE TELEVISIONS)

    10h52 : Manifestation et barrage filtrant des routiers ce matin à #Oissel. Opération escargot dans 30 minutes sur l’#A13. Ils protestent contre la hausse de la fiscalité sur le gazole @f3htenormandie https://t.co/Y5eGrw4BfS

    10h52 : Même scène en Haute-Normandie, rapporte un journaliste de France 3.

    10h45 : Le barrage filtrant se met en place au péage de Toulouse-Sud. Une vingtaine de camions stationneront sur les voies jusqu’en début d’après-midi ici #routiers #barrage #taxe #carburant https://t.co/BwqUECxxYl

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  5. Le Panda Le 7 décembre 2019 à 12h53min (commentaire N° 5)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    10h45 : France Bleu Occitanie partage des vidéos montrant le barrage filtrant qui se met en place au péage de Toulouse-Sud.

    10h41 : Au total, une quinzaine de barrages filtrants a été mise en place ce matin. Des opérations sont menées actuellement sur les autoroutes A75 à hauteur de Verrières dans l’Aveyron, ou encore sur l’autoroute du Nord à Fresnes-lès-Montauban dans le Pas-de-Calais. D’autres blocages sont attendus sur l’A7.

    10h31 : Des routiers mènent une opération escargot avec barrages filtrants sur l’A36, indique France Bleu Belfort Montbéliard.

    10h31 : Opération escargot des #routiers avec barrages filtrants sur #A36 dans les deux sens Montbéliard-#Belfort; voie de gauche laissée libre pour véhicules légers, autocars et secours #7dec19MANIFtransporteurs .@_OTRE_ .@JMarcRIVERA #InfoTrafic https://t.co/HBzHWweDEj

    10h26 : Barrages filtrants entrées de Toulouse #gasole #carburant #transports https://t.co/G1NAFfFoTI

    10h26 : Un journaliste de France 3 Occitanie rapporte qu’un barrage filtrant est en place au niveau de Toulouse (Haute-Garonne).

    10h21 : Les transporteurs routiers se mobilisent aujourd’hui. Dans les Hauts-de-France, l’A1 est bloquée en direction de Paris, en amont de la sortie 16 ( à la gare de péage de Fresnes). La mobilisation est prévue entre 6 heures et 14 heures mais de fortes perturbations devraient se poursuivre dans la journée, rapporte France 3 Hauts-de-France.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  6. Le Panda Le 8 décembre 2019 à 12h12min (commentaire N° 6)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Emmanuel Macron réunira ce dimanche soir au palais de l’Elysée les ministres concernés par le projet de réforme des retraites – menacée par un mouvement social qui perturbe très fortement les transports – avant des annonces cruciales dans la semaine. La réunion de dimanche sera une «réunion de travail avec le premier ministre (Edouard Philippe) et les ministres concernés» en vue de la «préparation des échéances du début et milieu de semaine», a indiqué à l’AFP l’entourage du président.

    Grève à la SNCF et à la RATP : des conditions «très difficiles» jusqu’à lundi soir

    En parallèle, des réunions ministérielles autour du projet gouvernemental de réforme des retraites se succèdent ce week-end à Matignon, avec notamment les ministres Agnès Buzyn (Solidarités), Jean-Paul Delevoye (Retraites) et Jean-Baptiste Djebbari (Transports). Le premier ministre «continue ses consultations», a indiqué Matignon à l’AFP, à la veille du compte-rendu de la ministre de la Santé et du haut-commissaire aux Retraites, lundi.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  7. Le Panda Le 8 décembre 2019 à 12h15min (commentaire N° 7)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    L’exécutif prépare une semaine particulièrement chargée, au milieu d’un climat social tendu. La mobilisation avait été lancée jeudi, avec plus de 800.000 personnes descendues dans les rues en France selon le ministère de l’Intérieur, et le lancement d’une grève qui affecte très fortement le trafic ferroviaire et les transports en commun, TGV et métro parisien compris. En outre, les syndicats ont appelé à une nouvelle journée de manifestations mardi. Celle-ci aura valeur de test à la veille de la présentation, annoncée pour mercredi par le premier ministre Edouard Philippe, de la réforme dans son détail.
    Retraites : que doit faire le gouvernement ?

    Débat sur le plateau de Points de vue à propos des allers et retours du gouvernement sur la réforme des retraites.

    La revanche des syndicats ringardisés il y a un an par les «gilets jaunes»

    Réforme profonde

    Edouard Philippe a promis qu’il livrerait mercredi «l’intégralité du projet du gouvernement» visant à unifier les 42 régimes de retraite qui coexistent actuellement. «Je suis déterminé à mener la réforme à son terme et très soucieux de le faire en respectant les gens et en répondant à leurs inquiétudes», explique le chef du gouvernement dans Le JDD. Il promet que l’exécutif «pourra apporter des réponses extrêmement positives pour beaucoup de gens qui subissent des injustices dans le système actuel : les femmes, les agriculteurs, et ceux qui ont des parcours hachés notamment».

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  8. Le Panda Le 8 décembre 2019 à 12h19min (commentaire N° 8)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Et selon lui, «si on ne fait pas une réforme profonde, sérieuse, progressive aujourd’hui, quelqu’un d’autre en fera une demain brutale, vraiment brutale». «Mercredi, j’expliquerai, avec beaucoup de détails, le dispositif qu’on veut construire. Et je continuerai ensuite à l’expliquer.», conclut-il.

    Réforme des retraites: la mobilisation des profs sera décisive

    Le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, lui répond (déjà) dans les mêmes colonnes : «Nous tiendrons jusqu’au retrait (…) En 1995, au début de la première manifestation, le Premier ministre Alain Juppé avait dit que jamais il ne retirerait son projet. Les choses évoluent vite. Et la colère est grande. Le gouvernement devrait être attentif». Selon lui, il faut «conserver» le système actuel, «le meilleur du monde», et «l’améliorer».

    À lire aussi : Martinez : «Nous tiendrons jusqu’au retrait» de la réforme des retraites

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  9. Le Panda Le 8 décembre 2019 à 12h22min (commentaire N° 9)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Grève à la SNCF et à la RATP : des conditions «très difficiles» jusqu’à lundi soir

    Seulement «10 à 15% du trafic habituel» est assuré ce week-end par la SNCF. La RATP prévoit un week-end très perturbé. Dimanche, deux lignes de métro seulement fonctionneront à Paris.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  10. Le Panda Le 8 décembre 2019 à 12h28min (commentaire N° 10)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Pas d’amélioration en vue pour les voyageurs. Dans un communiqué publié vendredi, la SNCF a confirmé que la situation serait très difficile pour ses usagers ce week-end et dans les jours à venir. En France, les transports risquent d’être difficiles, alors que les organisations syndicales ont appelé à poursuivre le mouvement de grève contre la réforme des retraites, avant une nouvelle journée de mobilisation mardi.
    EN DIRECT – Régimes spéciaux : Édouard Philippe favorable à des transitions «progressives»

    Grève à la SNCF/RATP : les prévisions du week-end

    Grève à la SNCF/RATP : les prévisions du week-end

    François Delétraz, journaliste spécialiste des transports ainsi que Louis Tellier, journaliste vidéo font le point sur le trafic prévu ce week-end.

    SNCF: 10 à 15% du trafic habituel ce week-end

    «Sur ce week-end on est à peu près dans les mêmes niveaux de perturbations que les deux jours précédents, c’est-à-dire à peu près 10 à 15% du trafic habituel», a annoncé la porte-parole du groupe SNCF. Du côté des Transiliens, seulement 15% du trafic sera assuré. Concernant les TER, 2 trains sur 10 circuleront dimanche. Côté Intercités, seul 5 à 10% du trafic habituel sera maintenu en moyenne.

    Le trafic international sera également «très perturbé» : aucun Lyria, SVI et Ellipsos ne circulera ce week-end. 1 Eurostar sur 2, 2 Thalys sur 3 et un seul Paris-Stuttgart sont maintenus.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)
  11. Le Panda Le 10 décembre 2019 à 11h45min (commentaire N° 11)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    On savait qu’après le week-end, il y aurait quelques retours au travail aujourd’hui [lundi]. Ce sont ces collègues-là qu’il faut gagner pour reprendre le combat avec eux.
    Wladimir Perfiloff, conducteur des lignes N et U
    à franceinfo

    « On va voir les collègues et on leur explique pourquoi on est en grève. Aujourd’hui, quelqu’un qui travaille, c’est quelqu’un qui n’a pas forcément compris que son avenir est en jeu, assure Bruno Poncet, secrétaire fédéral de SUD Rail, cheminot à Clichy et à Paris. Mais il n’y a pas d’affrontement, on ne va pas convaincre les gens par la violence, uniquement par le dialogue. »

    La plupart de ceux qui continuent de travailler le font pour des raisons financières. On leur explique qu’il vaut mieux perdre quelques jours de salaire maintenant que des centaines d’euros à la retraite.
    Bruno Poncet, secrétaire fédéral SUD Rail
    à franceinfo

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  12. Le Panda Le 10 décembre 2019 à 11h51min (commentaire N° 12)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Grève: des dépôts de bus de la RATP bloqués en région parisienne
    Ce mardi matin, des «individus» grévistes ont bloqué sept dépôts de bus de la RATP sur les vingt-cinq que compte la régie en Île-de-France, perturbant la circulation des véhicules. À 6h30, un bus sur quatre seulement était assuré, à cause de ces actions, au lieu d’un sur deux, comme le prévoyait l’entreprise.

    Les-Pavillons-sous-Bois, des manifestants bloquent un dépôt de bus de la RATP, ce mardi 10 décembre.Reuters
    À 8h, «la circulation des bus s’améliore», annonçait la régie : un bus sur trois était assuré à Paris, au lieu d’un sur quatre. Jeudi dernier, la directrice de la RATP, Catherine Guillouard, expliquait que le groupe serait ferme face aux piquets de grève, en les stoppant soit par la négociation, soit en demandant l’intervention des forces de l’ordre, notamment en cas d’actes violents.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  13. Le Panda Le 10 décembre 2019 à 19h20min (commentaire N° 13)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Manifestations contre la réforme des retraites : 339 000 personnes ont défilé dans toute la France, selon le ministère de l’Intérieur, 885 000 selon les syndicats
    C’est moins que lors de la manifestation du 5 décembre où 1,5 million de personnes ont défilé, selon les syndicats, et 806 000 selon la police.

    Des manifestants contre la réforme des retraites, le 10 décembre 2019, dans les rues de Paris.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  14. Le Panda Le 10 décembre 2019 à 19h21min (commentaire N° 14)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Ils ont battu le pavé contre la réforme des retraites. Pour cette deuxième grande journée de manifestation contre le projet de l’exécutif, 885 000 personnes ont manifesté partout en France, mardi 10 décembre, selon les chiffres de la CGT. La mobilisation a réuni 339 000 manifestants, selon le ministère de l’Intérieur. Franceinfo suit en direct l’évolution de la situation.

    A Paris, d’après les syndicats, 180 000 personnes ont manifesté dans les rues de la capitale. Ils n’étaient que 27 000 manifestants, selon le décompte du cabinet indépendant Occurrence et 31 000 selon le ministère de l’Intérieur. Onze personnes ont été interpellées par la police, qui a procédé à 1753 contrôles préventifs, a annoncé la préfecture de Paris.

    La police rejoint le mouvement. Les syndicats de policiers appellent à un rassemblement mercredi, à 10h30, au siège du Conseil économique, social et environnemental, à Paris, avant les annonces d’Edouard Philippe. « Nous avons su démontrer notre capacité à sauver le pays, nous saurons démontrer notre capacité à défendre notre statut », affirment-ils dans un communiqué.

    Le trafic SNCF encore très perturbé. Un TGV sur cinq, trois TER sur dix et un Transilien sur cinq en moyenne circuleront mardi. Côté Intercités, un train sur six circulera, indique la SNCF dans un communiqué. Plus de trois quarts (77,3%) des conducteurs de trains sont en grève, annonce la direction. Un chiffre égal à celui de lundi.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  15. Le Panda Le 10 décembre 2019 à 19h22min (commentaire N° 15)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Service minimum dans les transports parisiens. Du côté de la RATP, dix lignes de métro resteront totalement fermées (2, 3, 3bis, 5, 6, 7bis, 10, 11, 12 et 13). Les autres lignes (4, 7, 8, 9) circuleront aux heures de pointe, comme les RER A et B. Et seuls 50% des tramways et bus rouleront.

    La grève moins suivie chez les enseignants. Plusieurs syndicats d’enseignants (FSU, CGT, FO, Solidaires), rejoints par des organisations lycéennes et étudiantes (Unef), appellent à participer à la nouvelle journée de mobilisation interprofessionnelle. Selon le ministère de l’Education nationale, le taux de gréviste dans le primaire est en nette baisse, à 12,5% contre 51,15% jeudi 5 décembre. Il sera cependant plus élevé à Paris, avec 35% prévu.

    Le projet du gouvernement présenté mercredi. Edouard Philippe présente « l’intégralité du projet du gouvernement » pour la réforme des retraites mercredi. L’exécutif pourrait lâcher du lest sur le temps de transition entre les régimes spéciaux et le système unique à points, ainsi que sur l’âge des premières générations concernées.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  16. Le Panda Le 10 décembre 2019 à 19h25min (commentaire N° 16)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Moins d’une semaine après la manifestation interprofessionnelle du jeudi 5 décembre qui avait rassemblé plus de 800 000 personnes, selon le ministère de l’Intérieur, et plus de 1,5 million, selon la CGT, les syndicats appellent de nouveau les Français à descendre dans la rue ce mardi.

    Suivez en direct la mobilisation grâce à nos reporters :
    Lucas Burel/@L_Heguiaphal
    Charlotte Cieslinski/@Ciezlinski
    18 heures – Le ministère de l’Intérieur annonce 339 000 manifestants en France dont 31 000 à Paris

    Des chiffres bien en deçà de ceux des syndicats, puisque la CGT annonce 885 000 manifestants en France, et Force ouvrière a compté 180 000 manifestants à Paris.

    La place Beauvau avait dénombré 806 000 manifestants, jeudi 5 décembre, dont 65 000 dans la capitale.

    17h35 – 27 000 personnes dans la manifestation parisienne, selon le cabinet Occurrence

    17h25 – La CGT annonce 885 000 manifestants à 17 heures en France

    C’est presque deux fois moins que le 5 décembre, où les manifestants étaient 1,5 million dans les rues.

    17h05 – Les syndicats annoncent 180 000 manifestants présents à Paris

    La mobilisation est en baisse par rapport à jeudi 5 décembre, où les manifestants étaient 250 000 dans les rues de la capitale.

    17h05 – Le trafic RATP sera toujours très perturbé mercredi avec 10 lignes de métro fermées, annonce la direction

    Seules les lignes automatiques 1 et 14 fonctionneront normalement, de même que la ligne Orlyval. Les lignes de métro 4, 7, 8 et 9 « seront assurées partiellement aux heures de pointe ». Les lignes 2, 3, 3bis, 5, 6, 7bis, 10, 11, 12 et 13 seront fermées. La moitié des bus circuleront.

    17 heures – La situation se tend à Denfert-Rochereau

    La tension est montée d’un cran sur la place Denfert-Rochereau à Paris, comme l’a constaté notre journaliste sur place. Une personne a été interpellée et un homme a été blessé à l’arrière du crâne, sans que l’on sache précisément l’origine de sa blessure. Une ligne de policiers s’est formée face aux manifestants.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  17. Le Panda Le 10 décembre 2019 à 19h26min (commentaire N° 17)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    6h55 – Des cortèges moins fournis que jeudi

    Les premiers chiffres communiqués par la police et les préfectures montraient une mobilisation dans la matinée moitié moindre par rapport au 5 décembre : 12 000 personnes à Marseille contre 25 000 la semaine dernière, 7 000 à Rennes contre 10 000, 5 000 à Limoges contre 12 000 ou encore 2 500 à Avignon contre 10 000.

    Les autorités annonçaient également 12 000 participants à Toulouse et à Marseille (contre respectivement 33 000 et 25 000 jeudi dernier), 9 500 à Lyon (contre 21 000), 9 000 à Bordeaux (contre 20 000), 9 000 à Nantes (contre 19 000).

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  18. Le Panda Le 10 décembre 2019 à 19h27min (commentaire N° 18)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    A Montpellier, on a compté trois fois moins de monde dans le cortège, avec 6 400 participants (contre 20 000 le 5 décembre), et à Bayonne quatre fois moins (2 500 au lieu de 10 000), toujours selon les préfectures.

    16h50 – Le trafic SNCF sera encore « très perturbé » mercredi avec 1 TGV sur 4 en circulation, et 1 Transilien sur 5, annonce la direction

    16h45 – « Il y a moins de monde à Paris »

    Interrogé par l’AFP, Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, a reconnu une légère baisse de la mobilisation avant le départ de la manifestation parisienne. « Il y a moins de monde en province » mais « la mobilisation reste importante et le mécontentement reste aussi haut », a-t-il ajouté.

    16h40 – Le ton monte à l’Assemblée nationale

    Une intervention musclée du député insoumis Alexis Courbière a déclenché un impressionnant brouhaha dans l’hémicycle, lorsqu’il a dénoncé « la fausse déclaration d’intérêts » de Jean-Paul Delevoye.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  19. Le Panda Le 10 décembre 2019 à 19h33min (commentaire N° 19)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Sept raffineries sur huit bloquées par les grévistes
    Répondant à l’appel des syndicats, qui souhaitaient organiser une journée de mobilisation interprofessionnelle, des salariés ont bloqué sept des huit raffineries françaises, rapporte le secrétaire fédéral de la CGT Chimie, Emmanuel Lépine. «Il s’agit de raffineries Esso et Total, donc de salariés du privé», explique-t-il à l’AFP. Pour autant, le niveau de perturbation diffère selon les installations : à Fos, par exemple, l’impact est «très limité […] avec uniquement les expéditions bloquées». Dans certains lieux, les salariés attendent de connaître les détails de la réforme, qui doivent être dévoilés demain, pour décider s’ils vont durcir ou non leur mobilisation.

    Pareillement, la CGT invite les salariés d’EDF à se mobiliser «au moins au même niveau que le 5 décembre», lorsque 41,6% de l’effectif avait fait grève. Ce mardi, une dizaine de sites de production ont entamé une grève, selon le secrétaire fédéral de la CGT Énergie, Laurent Heredia.
    à 10:34
    Dans Paris à vélo, on dépasse les autos
    Comme l’explique notre journaliste Alban Barthélemy, il y a beaucoup de vélos et de trottinettes dans les rues de la capitale ce matin.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  20. Le Panda Le 10 décembre 2019 à 19h39min (commentaire N° 20)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Les Parisiens vont encore peiner à se déplacer dans la capitale. Mercredi, pour la septième journée de mobilsation contre la réforme des retraites, 10 lignes de métros seront fermées, annonce, mardi 12 décembre, la RATP. Il s’agit des lignes de métro 2, 3, 3bis, 5, 6, 7bis, 10, 11, 12 et 13. Côté RER, 1 RER B sur 3 circulera mercredi, et 1 trains sur 2 pour le RER A. Enfin, le trafic pour les bus et les trams « devrait être assuré à hauteur de 50% », selon la régie.

    >> Perturbations, manifestations, réactions, trafic… Suivez en direct la grève du 10 décembre et les dernières informations ici

    La sélection de franceinfo sur la réforme des retraites
    • Décryptage. Voies de bus autorisées pendant la grève : six questions sur cette mesure très encadrée

    • Temoignages. à la SNCF et à la RATP, des grévistes tentent de convaincre les non-grévistes de se mobiliser

    • Analyse. Martinez, Philippe, Delevoye… Qui sont les acteurs clés qui peuvent influer sur la réforme des retraites ?

    • Explication. Manifestation du 10 décembre : a quoi servent les BRAV-M, ces policiers à moto de nouveau mobilisés ?

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  21. Le Panda Le 10 décembre 2019 à 19h41min (commentaire N° 21)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  22. Le Panda Le 10 décembre 2019 à 20h04min (commentaire N° 22)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Le haut-commissaire à la réforme des retraites a créé la polémique en « oubliant » de déclarer qu’il était administrateur au sein de cet institut.
    Le haut-commissaire aux Retraites, Jean-Paul Delevoye, a décidé ce mardi de quitter ses fonctions au sein du groupe IGS, fédération d’associations indépendantes à but non-lucratif, après « re-examen »de « sa situation personnelle », au lendemain d’une polémique sur sa déclaration d’intérêts, a indiqué son entourage.

    Dans le même temps, Anticor, association qui promeut l’éthique en politique et lutte contre la corruption et la fraude fiscale, a déclaré saisir la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique, a dévoilé BFMTV mardi après-midi.

    Retraites : « Le statu quo n’est pas tenable », assure Delevoye en présentant ses conclusions

    « A ce jour, compte tenu des suspicions que certains n’ont cessé d’alimenter, j’ai mis un terme à toutes mes activités et je suis au clair par rapport à cela », a déclaré sans plus de détail Jean-Paul Delevoye devant l’Assemblée nationale, en réponse à une question du député LFI Adrien Quatennens. « Tout mon parcours prouve mon souci de transparence et de respect des lois », a-t-il ajouté.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  23. Le Panda Le 10 décembre 2019 à 20h05min (commentaire N° 23)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Jean-Paul Delevoye « a procédé ce matin à un réexamen de sa situation personnelle et a choisi de quitter ses fonctions au sein du groupe IGS », avait annoncé son entourage mardi, peu avant son intervention. Il n’est par conséquent « plus président (du think tank) Parallaxe » de HEP Education au sein de ce groupe de formation, un poste qu’il occupait depuis 2017, rémunéré en 2018 et 2019 à hauteur de 5.368,38 euros mensuels, soit un montant annuel de 64.420 euros net, selon sa déclaration d’intérêts mise en ligne sur le site de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP).

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  24. Le Panda Le 10 décembre 2019 à 20h06min (commentaire N° 24)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    « Une omission par oubli »
    Lundi, le haut-commissaire, accusé de conflit d’intérêts avec le milieu des assurances, avait démissionné de ses fonctions d’administrateur bénévole d’un institut de formation du secteur, l’Ifpass (Institut de formation de la profession de l’assurance), qu’il occupait depuis 2016 mais n’avait pas déclaré, comme l’a révélé Le Parisien en plein conflit sur la réforme des retraites. Une « erreur » et « une omission par oubli », avait réagi Jean-Paul Delevoye auprès du quotidien.

    Pourquoi « l’oubli » de Delevoye sur ses liens avec les assureurs sème le trouble

    Dans un communiqué, Delevoye avait précisé avoir été « nommé administrateur de l’Ifpass (…) par le conseil d’administration de l’IGS » et n’avoir assisté « qu’à trois conseils d’administration » depuis sa nomination comme haut-commissaire à la réforme des retraites en octobre 2017, la dernière fois « en décembre 2018 ». Dans sa déclaration d’intérêts, il mentionne en revanche sa fonction de président de Parallaxe. Y figure aussi, concernant ses activités passées, entre 2016 et 2017, une fonction de conseiller du délégué général d’IGS (25.000 euros net en 2016 et 40.000 euros net en 2017).

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  25. Le Panda Le 10 décembre 2019 à 20h07min (commentaire N° 25)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Jean-Paul Delevoye est entré au gouvernement en septembre. Selon l’article 23 de la Constitution, « les fonctions de membre du gouvernement sont incompatibles avec l’exercice de tout mandat parlementaire, de toute fonction de représentation professionnelle à caractère national et de tout emploi public ou de toute activité professionnelle ».

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  26. Le Panda Le 11 décembre 2019 à 11h25min (commentaire N° 26)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    La réforme des retraites commencera à s’appliquer en 2025, pour les personnes nées après 1975 : les derniers arbitrages rendus par Emmanuel Macron
    Parmi les autres points actés dans la soirée que doit annoncer Édouard Philippe mercredi midi, selon France Inter, la retraite à taux plein minimum à 1 000 euros s’appliquera au 1er janvier 2022.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  27. Le Panda Le 11 décembre 2019 à 11h27min (commentaire N° 27)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    La réforme des retraites commencera à s’appliquer avec la génération 1975, en 2025. Elle concernera donc ceux qui auront 50 ans au 1er janvier 2025, révèle mercredi France Inter. La date été actée dans la nuit par Emmanuel Macron, qui a rassemblé très tard les ministres impliqués et les cadres de la majorité pour faire le point sur les annonces qu’Edouard Philippe doit détailler à la mi-journée, mercredi 11 décembre.

    >> Grève du 11 décembre : suivez la journée de mobilisation dans les transports

    La proposition initiale était de lancer le futur régime en 2025 et d’y faire basculer ceux nés à partir de 1963. Mais elle n’a pas fait consensus. La génération 1975 sera finalement la première concernée. Restera ensuite à fixer la date de bascule pour entrer dans ce futur régime par point.

    Un âge pivot à 64 ans

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  28. Le Panda Le 11 décembre 2019 à 11h32min (commentaire N° 28)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    L’âge légal de de départ (62 ans) ne sera pas modifié, dévoile un des convives de la réunion de mardi soir, interrogé par France Inter, mais les personnes seront tout de même incitées à travailler plus longtemps. L’âge pivot à partir duquel il sera possible de partir à taux plein est fixé à 64 ans, selon un cadre de la majorité interrogé par France Télévisions.

    Les nouveaux entrants sur le marché du travail seront directement dans le nouveau régime universel à compter du 1er janvier 2022. C’est aussi au 1er janvier 2022 que sera enclenchée la retraite à taux plein minimum à 1 000 euros.

    Certaines catégories auront donc plusieurs années pour rebâtir leurs carrières, à l’aide notamment de primes proposées, pour ne pas être perdantes, précise l’un des participants à France Inter. Il s’agit notamment des enseignants, des personnels soignants et des policiers.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  29. Le Panda Le 11 décembre 2019 à 11h36min (commentaire N° 29)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  30. Le Panda Le 11 décembre 2019 à 11h37min (commentaire N° 30)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
  31. Le Panda Le 11 décembre 2019 à 11h47min (commentaire N° 31)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Une génération sépare Edgar Morin, 98 ans, et Régis Debray, 79 ans. Une complicité les unit, malgré leurs désaccords. A l’heure des révoltes et des fractures françaises, ils ont souhaité revenir ensemble pour « l’Obs » sur leur histoire, notre Histoire.
    Par François Armanet

    Publié le 11 décembre 2019 à 07h00

    L’aîné l’appelle « mon grand petit frère », le cadet l’appelle « mon petit grand frère ». Une génération les sépare, une complicité existentielle les unit. Ils ont des différends philosophiques et politiques, mais, militants et théoriciens, ils ont traversé le siècle à contre-courant, chacun à sa façon. Morin a 20 ans à peine quand il s’engage dans la Résistance, Debray tout juste 20 ans quand il passe six mois à Cuba dans l’idée de rejoindre un corps de volontaires internationalistes. Puis ils ont bâti des œuvres considérables. Sans chapelles, sans frontières et sans œillères. Ils ont eu des combats spirituels et des formules intemporelles. Tous deux ont pensé leur vie autant que vécu leur pensée.

    Communiste, antistalinien (il est exclu du PCF en 1951 pour avoir écrit un article dans « l’Observateur »), anticolonialiste (en 1954, il fonde un comité contre la guerre en Algérie), Edgar Morin fut le pionnier de la sociologie du présent, de l’analyse de l’événement à chaud, des enquêtes diagnostics, du décryptage de l’air du temps. C’est lui qui forgea le mot « yéyé » au tout début des années 1960. Mais c’est aussi un chercheur, qui créa avec Roland Barthes les revues « Arguments » (1956) puis « Communications » (1961). Son maître mot est la « pensée complexe »

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  32. Le Panda Le 11 décembre 2019 à 11h50min (commentaire N° 32)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Retraites : Emmanuel Macron, le retour du maître des horloges
    Jouer le pourrissement ? Non. L’agacement de l’opinion et l’usure des manifestants, tel est le pari du président après une semaine de mobilisation. Par Erwan Bruckert et Olivier Pérou
    Publié le 11/12/2019 à 06:23 | Le Point.fr
    << De toute facon, je ne deciderai pas aujourd'hui >>, a fait savoir le chef de l’Etat a ses convives ministres dimanche soir.
    « De toute façon, je ne déciderai pas aujourd’hui », a fait savoir le chef de l’État à ses convives ministres dimanche soir.
    Quand on envoie un SMS au président de la République, mieux vaut lui écrire « après minuit ». Alors, l’expéditeur s’assure qu’il l’a bien lu et, avec un brin de chance, Emmanuel Macron répond d’un bref « O.K. » ou d’un « je m’en occupe ». Sceptique devant le flegme que Matignon affiche face au million de manifestants qui ont battu le pavé jeudi contre la réforme des retraites, un député marcheur a pianoté un message plein d’angoisse au chef de l’État. « On fait quoi maintenant ? J’ai peur qu’on ne tienne pas sur la durée. » Lu. Et répondu, dans la nuit. « Pas d’inquiétudes.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  33. Le Panda Le 11 décembre 2019 à 11h56min (commentaire N° 33)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
  34. Le Panda Le 11 décembre 2019 à 12h00min (commentaire N° 34)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    La Croix : Les enseignants font partie des corps les plus mobilisés contre la réforme des retraites. Peut-on parler à leur sujet d’un niveau d’engagement « historique » ?

    Claude Lelièvre : Si l’on se réfère aux taux de grévistes donnés par le ministère de l’éducation au premier jour du mouvement, le 5 décembre, on peut parler d’une mobilisation historique (51 % dans le premier degré, 42 % dans le second). Pour en trouver de semblables, il faut remonter au 17 octobre 2002, date à laquelle les enseignants avaient mené une journée d’action, entre autres, contre le passage de 37,5 à 40 années de cotisations pour la retraite. Cette fois, contrairement à ce qui s’était passé en 1995, les professeurs n’ont pas attendu des semaines avant de s’engager : ils se montrent présents dès le début aux côtés notamment des cheminots et des agents de la RATP.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  35. Le Panda Le 11 décembre 2019 à 12h03min (commentaire N° 35)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    L’intersyndicale opposée à la réforme des retraites a appelé à des actions locales le 12 décembre et à une manifestation nationale le 17 à Paris, a-t-elle annoncé mardi 10 décembre. Pour la deuxième grande journée de manifestation contre le projet de l’exécutif, ce mardi, 885 000 personnes ont manifesté partout en France, selon les chiffres de la CGT. La mobilisation a réuni 339 000 manifestants, selon le ministère de l’Intérieur. Franceinfo suit en direct l’évolution de la situation.

    A Paris, d’après les syndicats, 180 000 personnes ont manifesté dans les rues de la capitale. Ils n’étaient que 27 000 manifestants, selon le décompte du cabinet indépendant Occurrence et 31 000 selon le ministère de l’Intérieur. Trente personnes ont été interpellées par la police, qui a procédé à 1 920 contrôles préventifs, a annoncé la préfecture de Paris.

    La police rejoint le mouvement. Les syndicats de policiers appellent à un rassemblement mercredi, à 10h30, au siège du Conseil économique, social et environnemental, à Paris, avant les annonces d’Edouard Philippe. « Nous avons su démontrer notre capacité à sauver le pays, nous saurons démontrer notre capacité à défendre notre statut », affirment-ils dans un communiqué.

    Le trafic SNCF encore très perturbé. Un TGV sur cinq, trois TER sur dix et un Transilien sur cinq en moyenne circuleront mardi. Côté Intercités, un train sur six circulera, indique la SNCF dans un communiqué. Plus de trois quarts (77,3%) des conducteurs de trains sont en grève, annonce la direction. Un chiffre égal à celui de lundi.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  36. Le Panda Le 11 décembre 2019 à 12h05min (commentaire N° 36)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Service minimum dans les transports parisiens. Du côté de la RATP, dix lignes de métro resteront totalement fermées (2, 3, 3bis, 5, 6, 7bis, 10, 11, 12 et 13). Les autres lignes (4, 7, 8, 9) circuleront aux heures de pointe, comme les RER A et B. Et seuls 50% des tramways et bus rouleront.

    La grève moins suivie chez les enseignants. Plusieurs syndicats d’enseignants (FSU, CGT, FO, Solidaires), rejoints par des organisations lycéennes et étudiantes (Unef), appellent à participer à la nouvelle journée de mobilisation interprofessionnelle. Selon le ministère de l’Education nationale, le taux de gréviste dans le primaire est en nette baisse, à 12,5% contre 51,15% jeudi 5 décembre. Il sera cependant plus élevé à Paris, avec 35% prévu.

    Le projet du gouvernement présenté mercredi. Edouard Philippe présente « l’intégralité du projet du gouvernement » pour la réforme des retraites mercredi. L’exécutif pourrait lâcher du lest sur le temps de transition entre les régimes spéciaux et le système unique à points, ainsi que sur l’âge des premières générations concernées.

    Nouvelles journées de mobilisation. L’intersyndicale FO-CGT-FSU-Solidaires et quatre organisations de jeunesse a appelé à des actions locales le 12 décembre et à une manifestation nationale le 17, a-t-elle annoncé. « Déjà des actions locales le 12 décembre et pendant le week-end. Puis le 17 il faudra une plus grosse journée de mobilisation que précédemment, avec un grand rassemblement à Paris », a précisé Catherine Perret de la CGT à l’issue de la réunion.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  37. Le Panda Le 11 décembre 2019 à 12h09min (commentaire N° 37)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    La grève dans les transports contre la réforme des retraites le place en première ligne. A seulement 37 ans, Jean-Baptiste Djebbari est devenu le visage du gouvernement dans le face-à-face tendu qui oppose les syndicats à l’exécutif.

    >> Présentation de la réforme des retraites, réactions au discours d’Edouard Philippe… Suivez la grève du 11 décembre dans notre direct

    Inconnu du grand public il y a encore quelques semaines, le secrétaire d’Etat aux Transports, entré au gouvernement début septembre, court désormais les plateaux télé. Et Jean-Baptiste Djebbari, qui a pris goût à la politique, ne compte pas s’arrêter en si bon chemin.

    Il est issu d’une famille modeste de gauche
    Son look de premier de la classe renseigne peu sur ses origines. Jean-Baptiste Djebbari, né d’un père vendeur à la Fnac et d’une mère au foyer, a grandi à Melun (Seine-et-Marne). Sa famille est clairement orientée à gauche : l’une de ses grands-mères fut d’ailleurs secrétaire nationale du PS dans les années 1960. Jean-Baptiste Djebbari tient son nom d’un arrière-grand-père berbère immigré en France. Mais, souligne Le Monde, il ne lui reste aucun lien avec l’Algérie.

    Il a été pilote de ligne
    Jean-Baptiste Djebbari est un élève brillant. Après les classes prépa (maths sup, maths spé), il intègre l’Ecole nationale d’aviation civile (Enac), à Toulouse, dont il sort major de promotion. Embauché comme contrôleur aérien à la Direction générale de l’aviation civile (DGAC), il continue à se former, en parallèle, pour accéder à son rêve : devenir pilote d’avion. Licence en poche, il est embauché par une compagnie de vols d’affaires américaine, NetJets. Après un retour à la DGAC, il devient directeur des opérations aériennes au sein de la compagnie luxembourgeoise Jetfly. Dans le même temps, Jean-Baptiste Djebbari intervient comme expert judiciaire aéronautique auprès de la cour d’appel de Paris.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  38. Le Panda Le 11 décembre 2019 à 12h09min (commentaire N° 38)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Il s’est engagé en politique avec Macron
    Avant d’être élu député lors de la grande vague macroniste de 2017, Jean-Baptiste Djebbari n’avait jamais milité dans le moindre parti. Sa rencontre avec Emmanuel Macron remonte au quinquennat de François Hollande. A l’époque, Jean-Baptiste Djebbari envisageait de créer une compagnie aérienne régionale et tentait de trouver des soutiens politiques. Dans Le Journal du dimanche, l’ancien patron du groupe PS à l’Assemblée, Bruno Le Roux, également passionné d’aviation, affirme avoir facilité sa rencontre avec Emmanuel Macron, alors ministre de l’Economie.

    Quelques mois plus tard, il obtient l’investiture LREM dans la 2e circonscription de la Haute-Vienne pour les législatives, qu’il remporte avec plus de 54% des voix face à un candidat communiste. Sur les bancs de l’Assemblée, Jean-Baptiste Djebbari se rapproche d’un petit groupe influent, surnommé la « bande de Poitiers », qui compte de jeunes macronistes influents et ambitieux comme Sacha Houlié, Pierre Person, Guillaume Chiche ou Aurélien Taché, qui ont fait leur classe chez les Jeunes Socialistes dans le Limousin.

    Il a suivi le projet de réforme ferroviaire
    Jean-Baptiste Djebbari a une première fois pris la lumière au printemps 2018. Le jeune député est alors bombardé rapporteur du projet de loi sur la réforme ferroviaire, ce texte explosif qui a provoqué une grève historique de dix semaines à la SNCF. Le syndicaliste de SUD-Rail Bruno Poncet, cité par Le Figaro, lui reconnaît à cette occasion « moins de langue de bois que les autres ».

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  39. Le Panda Le 11 décembre 2019 à 12h10min (commentaire N° 39)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Il écoutait, ce qui ne l’empêchait pas d’aller au bout de sa feuille de route.
    Bruno Poncet
    dans « Le Figaro »

    Perçu comme rigide face aux syndicats, le député novice bluffe cependant ses interlocuteurs par sa compétence sur les questions dont il a la charge.

    Il joue au rugby avec d’autres élus
    A l’Assemblée nationale, Jean-Baptiste Djebbari occupe le poste stratégique de « whip » (chef de la majorité) au sein de la commission du développement durable. Plus original, il est aussi un membre éminent du XV parlementaire, ce groupe de députés qui s’adonnent aux joies du ballon ovale. En septembre, il aurait même dû en être le capitaine lors de la Coupe du monde parlementaire qui s’est tenue en septembre au Japon.

    Nommé au gouvernement quelques jours avant la compétition, le demi d’ouverture n’a pas eu le temps de transformer l’essai, au grand dam de ses coéquipiers. Parmi eux, des élus de tous bords, comme l’insoumis Alexis Corbière ou le frontiste Louis Aliot. « Emmanuel Macron nous a fait un sale coup », a même plaisanté le député RN auprès du Figaro Magazine.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  40. Le Panda Le 11 décembre 2019 à 12h11min (commentaire N° 40)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Il a rencontré Nicolas Sarkozy
    Au gouvernement, Jean-Baptiste Djebbari a trouvé un conseil de choix en la personne de Gérald Darmanin, qui a le même âge que lui mais une carrière politique bien plus fournie. En octobre 2018, le ministre des Comptes publics lui arrange même une rencontre avec Nicolas Sarkozy. « C’est un personnage extraordinaire, comme il n’en existe plus beaucoup en politique. A un moment, assis devant lui, je me suis penché pour remettre mes chaussettes, j’ai eu l’impression qu’il me reniflait, au sens politique du terme », raconte Djebbari au Parisien. Depuis, certains voient du Sarkozy dans le style Djebbari. « C’est un talent qu’il n’a pas », tacle Gérald Darmanin, même si le secrétaire d’Etat, comme l’ancien président, n’hésite pas à aller au contact sur le terrain, en témoigne cet échange tendu avec un gréviste, le 9 décembre à la gare du Nord.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  41. Le Panda Le 11 décembre 2019 à 12h12min (commentaire N° 41)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Il pourrait être candidat aux municipales
    C’est encore Gérald Darmanin qui lui a soufflé l’idée, selon Le Parisien : « Pour durer, un politique doit être élu localement. » La décision n’est pas encore prise, mais Jean-Baptiste Djebbari pourrait porter les couleurs de la majorité aux municipales à Limoges (Haute-Vienne) en mars. Il s’y intéresse en tout cas de près. Selon Pierre Person, « monsieur élections » de LREM, également cité par Le Parisien, « il pourrait être l’un des seuls ministres en capacité de ravir une ville ».

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  42. Le Panda Le 18 décembre 2019 à 07h01min (commentaire N° 42)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Il y aura un petit nouveau autour de la table du conseil des ministres. Le député LREM du Nord Laurent Pietraszewski a été nommé secrétaire d’Etat en charge des Retraites, mercredi 18 décembre. Cette nomination intervient deux jours après la démission du haut-commissaire chargé du dossier, Jean-Paul Delevoye, rattrapé par une semaine de révélations sur ses activités parallèles et mandats non déclarés. Le décret a été publié dans la nuit au Journal officiel.

    Elu de la circonscription de Dunkerque et Gravelines depuis juin 2017, Laurent Pietraszewski, 53 ans, a passé l’essentiel de sa carrière professionnelle au sein du groupe Auchan. Il s’y occupait de « la gestion de carrière des 46 000 salariés de l’enseigne », indique La Croix.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  43. Le Panda Le 18 décembre 2019 à 07h01min (commentaire N° 43)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Un macroniste de la première heure
    Depuis son arrivée à l’Assemblée nationale, ce macroniste de la première heure, novice en politique, a été rapporteur de la loi Travail. Membre de la commission des Affaires sociales et du Conseil d’orientation des retraites (COR), il était pressenti pour être rapporteur de la future loi sur les retraites.

    Sa nomination intervient au lendemain d’une journée d’importante mobilisation contre la réforme des retraites portée par la gouvernement. Le Premier ministre, Edouard Philippe, recevra, mercredi, les organisations syndicales et patronales représentatives dans une série de rencontres bilatérales à Matignon, avant une multilatérale jeudi. L’intersyndicale a annoncé, mardi, que de nouvelles actions locales auraient lieu dès jeudi.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  44. Le Panda Le 18 décembre 2019 à 07h03min (commentaire N° 44)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    RETRAITES – Le poste de “Monsieur retraites” du gouvernement n’est plus vacant. Emmanuel Macron a nommé le député LREM du Nord Laurent Pietraszewski au poste de secrétaire d’État en charge des retraites, pour gérer cette réforme contestée en remplacement du haut-commissaire démissionnaire Jean-Paul Delevoye, indique le Journal officiel de ce mercredi 18 décembre.

    Ce très bon connaisseur du dossier aura la tâche difficile de reprendre les négociations avec les syndicats après 13 jours d’un bras de fer marqué par des grèves dans les transports et de nouvelles manifestations mardi.

    Laurent Pietraszewski était destiné, en tant que député, à être le rapporteur du projet de réforme des retraites lors de son examen au Parlement prévu en février. Il participera au Conseil des ministres mercredi matin, a indiqué l’Élysée à l’AFP.

    Un “macroniste de la première heure”

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  45. Le Panda Le 18 décembre 2019 à 07h04min (commentaire N° 45)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Un “macroniste de la première heure”
    Il “bénéficie d’une solide expérience professionnelle dans le domaine des relations sociales et ressources humaines”, a expliqué l’entourage du chef de l’État, en qualifiant le nouveau membre du gouvernement de “macroniste de la première heure, fin connaisseur des questions sociales et du système des retraites (…). C’est un parlementaire expérimenté et légitime pour occuper cette fonction exigeante et technique”.

    Élu député LREM du Nord en 2017 après une carrière en ressources humaines, spécialiste du dossier des retraites à l’Assemblée, il a aussi été le rapporteur de la loi travail en 2017.

    Avec Jean-Paul Delevoye, il a nommé 38 députés marcheurs comme “ambassadeurs” de la réforme des retraites, afin de défendre la réforme sur le terrain mais aussi de former les autres députés de la majorité.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  46. Le Panda Le 18 décembre 2019 à 07h05min (commentaire N° 46)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    La HATVP examine le dossier Delevoye
    En plein conflit sur la réforme des retraites et après seulement trois mois au gouvernement, le haut-commissaire Jean-Paul Delevoye avait démissionné lundi avec fracas, rattrapé par une semaine de révélations sur ses activités parallèles et mandats non déclarés.

    Son remplacement intervient le jour où le collège de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique doit examiner le dossier Delevoye. La HATVP doit saisir la justice en cas d’“omission substantielle” des intérêts d’un déclarant ayant eu une intention de dissimulation.

    Mardi, devant l’Assemblée nationale, le Premier ministre a déclaré qu’alors que Jean-Paul Delevoye ”était informé de ses obligations”, Matignon n’était “pas informé de l’ensemble des mandats qu’il occupait”.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  47. Le Panda Le 18 décembre 2019 à 07h07min (commentaire N° 47)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Y aura-t-il de l’essence à Noël ? Alors que les transports en commun sont largement perturbés, la question taraude les automobilistes qui se sont retrouvés face à des stations-service à sec, en banlieue parisienne comme dans la région marseillaise. En cause : la grève contre la réforme des retraites qui perturbe les expéditions depuis certaines raffineries françaises depuis une semaine. Au micro de RTL, jeudi 12 décembre, la ministre de la Transition écologique et solidaire, Elisabeth Borne, s’est voulue rassurante. « Il n’y a strictement aucune menace, on a des stocks qui sont tout à fait suffisants », car ils permettent « d’assurer les besoins du pays pendant 90 jours », a-t-elle affirmé, appelant toutefois les conducteurs à ne pas « se précipiter dans les stations-service », afin de ne pas « générer des difficultés ». Dit-elle vrai ou « fake » ?

    Elisabeth Borne fait référence aux stocks stratégiques pétroliers. En tant que membre de l’Agence internationale de l’énergie et de l’Union européenne, la France a des obligations en matière de sécurité énergétique. Elle doit disposer en permanence de réserves de carburants, afin de faire face à une crise internationale empêchant de s’approvisionner en pétrole, ou à une crise nationale entraînant des pénuries. Ces stocks doivent correspondre à l’équivalent de plus de 90 jours d’importation de pétrole.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  48. Le Panda Le 18 décembre 2019 à 07h07min (commentaire N° 48)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Assez de carburant pour tenir 107 jours
    En 2015, indique le ministère de la Transition écologique et solidaire, ces stocks stratégiques étaient suffisants pour répondre à 107 jours de consommation de chaque type de carburants en France. Ces réserves concernent donc l’essence, le gazole, le fioul, mais aussi le GPL outre-mer. Le volume des stocks stratégiques est calculé en fonction de la règle suivante : les quantités stockées pendant l’année doivent correspondre à 29,5% des quantités distribuées l’année précédente, moins l’infime quantité de pétrole brut produit en France.

    Ces réserves sont assurées à la fois par les entreprises qui produisent et commercialisent du carburant – BP, Esso, Total mais aussi les enseignes de la grande distribution – et par une structure, le Comité professionnel des stocks stratégiques pétroliers (CPSSP), à laquelle elles ont, au fil du temps, délégué leur obligation de stockage. Sur les 38 sociétés soumises à cet impératif, 31 chargent le CPSSP d’assurer 90% de leurs réserves.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  49. Le Panda Le 18 décembre 2019 à 07h08min (commentaire N° 49)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Des dépôts dans les sept « zones de défense »
    Le CPSSP délègue à son tour à la Société anonyme de gestion de stocks de sécurité (Sagess) la mission d’acheter les carburants nécessaires. En 2018, la Sagess assurait 73,9% du stockage, soit 13,9 millions de tonnes de carburants, précise sa plaquette de présentation (PDF). L’ensemble des réserves stratégiques françaises représentaient donc 18,8 millions de tonnes de carburant en 2018. La Sagess stocke ce carburant dans 89 sites, répartis sur l’ensemble du territoire dans 80 dépôts, 8 raffineries et un site souterrain – le plus grand de tous – dans les cavités salines de Manosque, dans les Alpes-de-Haute-Provence, comme l’atteste un rapport de la Sagess de 2017. En comptant les stocks des opérateurs pétroliers, le nombre de dépôts est d’environ 200.

    Ces stocks stratégiques sont répartis dans chacune des sept « zones de défense », afin de couvrir tout le territoire. Chaque année, les pouvoirs publics en approuvent le plan de répartition. L’objectif est que chaque secteur dispose de stocks suffisants pour assurer 10 jours de consommation d’essence et 15 de gazole, comme le notait une plaquette de la Sagess (PDF) de 2013. Dans les faits, les stocks sont souvent bien supérieurs, comme l’attestait un rapport de la même société en 2013.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  50. Le Panda Le 18 décembre 2019 à 07h09min (commentaire N° 50)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    « On est loin, très très loin d’une pénurie »
    Depuis le début de la grève contre la réforme des retraites, l’Etat a déjà autorisé les pétroliers à puiser dans les stocks stratégiques pour approvisionner les 11 000 stations-service hexagonales. Le président de l’Union française des industries pétrolières (Ufip), Francis Duseux, l’a révélé, une semaine après le début du conflit.

    On a pas mal débloqué de stocks stratégiques depuis le début de la crise, ce qui nous permet de tourner.
    Francis Duseux, président de l’Union française des industries pétrolières
    à franceinfo

    La dernière fois que la France a eu recours à ces stocks, c’était lors de la mobilisation sociale contre la loi Travail au printemps 2016. « Chaque fois qu’il y a un conflit de ce genre-là, on les utilise », a confirmé le patron des pétroliers, reconnaissant qu' »il y a beaucoup de flexibilité de la part du gouvernement ». Sans oublier que « la police systématiquement débloque les dépôts », a-t-il ajouté. Grâce à cela, au moment où sept des huit raffineries de France métropolitaine étaient bloquées le 10 décembre, « on [était] loin, très très loin d’une pénurie ou d’une crise majeure », a assuré Francis Duseux.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  51. Le Panda Le 18 décembre 2019 à 07h10min (commentaire N° 51)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    « L’état des stocks est bon »
    Comment expliquer alors que, cinq jours après le début de la grève, l’Ufip comptabilisait 1,6% des stations-service – soit moins de 200 points de vente – en défaut, c’est-à-dire en rupture d’au moins un carburant ? Autorités, professionnels du secteur comme syndicats avancent la même explication. « Le seul risque repose dans les pleins de précaution, qui peuvent créer des tensions à la pompe et qui ne sont d’aucune utilité alors que les stocks sont bons », répond le ministère de la Transition écologique, joint par franceinfo.

    « Le consommateur doit se dire : ‘Si je n’ai plus de carburant, je ne vais plus travailler. Donc il fait des pleins de manière anticipée et ça a évidemment une incidence sur le stockage des stations-service », abonde sur France 2 Francis Pousse, président de la branche carburant du Conseil national des professions de l’automobile.

    « Dès qu’on annonce que des raffineries sont bloquées ou en grève, tout le monde se précipite à la pompe pour faire le plein, même ceux qui n’en ont pas besoin. C’est ça qui crée la pénurie », confirme Daniel Morel, délégué fédéral de la branche chimie de la CFDT.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  52. Le Panda Le 18 décembre 2019 à 07h11min (commentaire N° 52)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Pour créer une vraie pénurie, il faudrait une grève de plus de trois mois. C’est difficilement imaginable.
    Daniel Morel, délégué fédéral de la branche chimie de la CFDT
    à franceinfo

    Près de deux semaines après le début du conflit et alors que des grèves continuent de perturber la production et les expéditions dans les raffineries de Fos, Donges, Feyzin, Grandpuits et de La Mède, le ministère assure à franceinfo que « l’état des stocks est bon. Près de 99% de stations-service n’ont aucune difficulté et ne manquent d’aucun produit. »

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  53. Le Panda Le 18 décembre 2019 à 07h13min (commentaire N° 53)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Pas de répit, et encore moins de trêve. Les syndicats à l’origine de la mobilisation contre la réforme des retraites ont décidé, mardi 17 décembre, la poursuite du mouvement. Ils ont annoncé des « actions locales le 19 et jusque fin décembre » et l’absence de trêve « jusqu’au retrait » du projet du gouvernement, selon leur communiqué commun lu à l’issue d’une intersyndicale. Suivez cette journée dans notre direct.

    Au moins 615 000 manifestants en France. Les manifestations de mardi ont attiré 615 000 personnes dans toute la France, selon le ministère de l’Intérieur, et 1,8 million, selon la CGT. Le décompte officiel est inférieur à celui du 5 décembre (806 000 manifestants) mais le chiffre de la centrale syndicale marque la plus forte mobilisation depuis le début du mouvement (1,5 million le 5 décembre).

    Une mobilisation en hausse à Paris. La manifestation dans la capitale a attiré 72 500 personnes selon le cabinet Occurrence, 76 000 d’après le ministère de l’Intérieur et 350 000 pour la CGT. Toutes sources confondues, il s’agit d’un record depuis le coup d’envoi de la contestation le 5 décembre.

    Des tensions à Paris. A l’arrivée du cortège place de la Nation, un black bloc s’est constitué. Il a été immédiatement dispersé par les forces de l’ordre. Treize personnes ont été interpellées au cours de cette manœuvre. A 17h30, en marge de la manifestation parisienne, la préfecture de police avait procédé à 3 759 contrôles préventifs et 30 interpellations.

    Les cheminots et les enseignants toujours mobilisés contre la réforme. A la mi-journée, le taux de grévistes à la SNCF atteignait 32,8%, et jusqu’à 75,8% parmi les conducteurs. A la mi-journée, la participation à la grève chez les enseignants s’élevait à 24,16%, d’après le ministère de l’Education nationale.

    Un appel à la grève de tous les syndicats. L’ensemble des syndicats avaient lancé un appel à la grève et à la manifestation, y compris – et c’était une première depuis le début du mois – les organisations les plus réformistes comme la CFDT, la CFTC, l’Unsa ou les étudiants de la Fage.

    Le plan de la SNCF pour ce week-end dévoilé. « Entre 50% et 60% des trains » vont circuler ce week-end, a annoncé Voyages SNCF. En tout, 850 000 personnes qui avaient réservé un billet attendaient d’être fixées pour les journées de vendredi, samedi et dimanche. On vous résume le plan de l’entreprise pour le week-end

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  54. Le Panda Le 18 décembre 2019 à 07h23min (commentaire N° 54)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    A quoi s’attendre dans les transports en commun mercredi 18 décembre ? Alors que la grève contre la réforme des retraites se poursuit, le trafic sera toujours perturbé dans les métros, les RER et les tramways. Voici les prévisions communiquées par la RATP, mardi 17 décembre après-midi.

    RATP Group

    @RATPgroup
    [Mouvement Social] ⚠️ Le trafic sera très perturbé mercredi 18 décembre sur les réseaux #métro et #RER #RATP. Le détail des prévisions est disponible ci-dessous ⬇️ et sur http://ratp.fr

    Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité
    123 personnes parlent à ce sujet
    Prévisions, trafic, réactions… Retrouvez les dernières informations sur la réforme des retraites et la grève dans notre direct

    • Pour les métros : seules les deux lignes de métro automatisées (1 et 14) circuleront normalement. Le trafic sera en revanche encore totalement interrompu sur huit lignes : 2, 3 bis, 5, 6, 7 bis, 10, 12 et 13. Les métros ne circuleront qu’aux heures de pointe sur quatre lignes : 4, 7, 8 et 9. La ligne 11 ne circulera qu’entre 6h30 et 9 heures, avec 1 métro sur 4. Et la ligne 3 ne roulera qu’entre 16h30 et 19h30, avec 1 métro sur 5.

    • Pour les RER : le trafic sera également encore très perturbé sur les RER, avec 1 train sur 2 sur le RER A et 1 train sur 3 sur le RER B, dans les deux cas uniquement aux heures de pointe (jusqu’à 19 heures pour le RER A et jusqu’à 18h30 pour le RER B).

    • Pour les tramways : les lignes T5 et T8 fonctionneront normalement. Le trafic sera quasiment normal sur les lignes T6 et T7. La RATP prévoit également 5 tramways sur 6 sur la ligne T2 et 3 tramways sur 4 sur la T3b. Il y aura 2 tramways sur 3 sur le T1 (entre 6h30 et 11 heures et entre 14 heures et 19h30) et le T3a (entre 5h30 et 21 heures).

    • Pour les bus : en moyenne 50% du trafic sera assuré.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  55. Le Panda Le 18 décembre 2019 à 07h25min (commentaire N° 55)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    En 2022, les salariés qui partiront avant l’âge pivot subiront un malus à vie sur leur pension. Une double voire une triple peine pour certains. Explications.
    Contrairement à ce que l’on a beaucoup entendu, la génération 1975 ne sera pas la première concernée par la réforme des retraites. La plupart des salariés nés en 1960 (et après) seront en effet touchés par la mise en place de l’âge pivot, annoncé par Édouard Philippe, qui devrait voir le jour en 2022. C’est d’ailleurs cette mesure (et ses effets) qui a provoqué la colère du leader de la CFDT, Laurent Berger, qui appelle depuis à la mobilisation.

    L’âge minimal pour partir à la retraite ne change pas, il reste bien à 62 ans. Mais à compter du 1er janvier 2022, il faudra travailler plus longtemps pour partir sans malus. Les premiers concernés sont donc les salariés nés en 1960 qui devront attendre d’avoir 62 ans et quatre mois pour éviter cette pénalité (voir le tableau). Cet âge augmentera de quatre mois par an pour atteindre 64 ans en 2027.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  56. Le Panda Le 18 décembre 2019 à 07h28min (commentaire N° 56)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Il n’y a eu aucun manquement de notre part », affirme Matignon à France Télévisions, mardi 17 décembre, au lendemain de la démission de Jean-Paul Delevoye. Les services du Premier ministre souligne que le haut-commissaire aux Retraites n’avait pas informé le gouvernement de son activité rémunérée.

    « C’était à lui de nous informer et de demander s’il pouvait cumuler salaire privé/public, il ne l’a pas fait », a précisé l’entourage du Premier ministre. « On ne peut pas présumer que les gens vont tricher. Nous ne sommes pas la police », conclut-il.

    Prévisions, trafic, réactions… Retrouvez les dernières informations sur la réforme des retraites et la grève dans notre direct

    Après plusieurs jours de polémique, Jean-Paul Delevoye a finalement remis, lundi, sa démission au président de la République, qui l’a acceptée « avec regret ». Fragilisé par des soupçons de conflits d’intérêts après des « oublis » dans sa déclaration d’intérêts, Jean-Paul Delevoye a rectifié ce document en déclarant treize mandats, dont onze bénévoles, soit dix de plus que dans la version initiale, selon une information du journal Le Monde publiée samedi.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  57. Le Panda Le 18 décembre 2019 à 07h29min (commentaire N° 57)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    La réforme des retraites, qui a été présentée par le gouvernement mercredi 11 décembre, a-t-elle été inspirée par un fonds d’investissement américain ? Depuis plusieurs jours, des médias, des responsables politiques (de droite comme de gauche) et des internautes soulignent une proximité entre Emmanuel Macron et BlackRock, plus gros gestionnaire d’actifs au monde, qui rêve de voir instaurer en France un système de retraite par capitalisation.

    >> Prévisions, trafic, réactions… Retrouvez les dernières informations sur la réforme des retraites et la grève dans notre direct

    Des soupçons qui font suite à l’affaire de « l’oubli » du haut-commissaire aux retraites, Jean-Paul Delevoye, qui a omis de mentionner ses liens avec le monde de l’assurance sur sa déclaration d’intérêts, le poussant à la démission.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  58. Le Panda Le 18 décembre 2019 à 07h30min (commentaire N° 58)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Edwy Plenel

    @edwyplenel
    Retraites: derrière la prétendue universalité de la réforme, des intérêts très particuliers sont en embuscade. Notamment BlackRock, premier gestionnaire d’actifs au monde, qui a des vues sur l’épargne française et qui a l’oreille du pouvoir. @Mediapart https://www.mediapart.fr/journal/france/091219/retraites-blackrock-souffle-ses-conseils-pour-la-capitalisation-l-oreille-du-pouvoir?utm_source=twitter&utm_medium=social&utm_campaign=Sharing&xtor=CS3-67

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  59. Le Panda Le 18 décembre 2019 à 07h31min (commentaire N° 59)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Qu’est-ce que BlackRock ?
    BlackRock est un énorme fonds d’investissement américain, le plus important gestionnaire d’actifs au monde. Créé en 1988 et implanté dans une centaine de pays, il gère aujourd’hui près de 7 000 milliards de dollars d’actifs dans le monde. Sur son site internet, la société créée et dirigée par Larry Fink explique « faciliter l’investissement de la clientèle privée et institutionnelle dans une large gamme d’actifs tels que des entreprises, des obligations d’Etat et des projets de financement ».

    La filiale française, elle, date de 2006, et gère 27,4 milliards d’euros de fonds confiés par des clients français. Elle est dirigée par une figure bien connue du monde de la politique et des affaires : énarque et ancien conseiller économique de Jacques Chirac à l’Elysée, Jean-François Cirelli a été le patron de Gaz de France puis le numéro 2 du groupe après sa fusion avec Suez en 2008.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  60. Le Panda Le 18 décembre 2019 à 07h32min (commentaire N° 60)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Que propose ce fonds d’investissement ?
    Depuis plusieurs années, BlackRock se montre extrêmement intéressé pour mettre la main sur une partie de l’épargne des Français, afin de l’orienter vers l’épargne-retraite. Dans une note à destination du gouvernement français publiée en juin 2019, et exhumée par Mediapart, BlackRock regrette que les régimes comme le Perco et le Perp, créés en 2003 et permettant de se constituer une épargne retraite individuelle, n’aient attiré que 130 milliards d’euros. Un niveau « décevant par rapport à l’épargne déposée en liquidités (1 500 milliards d’euros), les produits d’assurance-vie en euros (1 600 milliards d’euros) ou les investissements directs/indirects en actifs non financiers (plus de 7 600 milliards d’euros) ».

    Mais BlackRock voit dans la loi Pacte (relative à la croissance et à la transformation des entreprises), votée en avril 2019, une formidable occasion d’introduire un système de retraite par capitalisation au côté du système par répartition existant. Dans la note exhumée par Mediapart, le fonds chante les louanges de cette loi qui propose notamment des allègements fiscaux pour les cotisations versées sur les produits d’épargne retraite. Et délivre toute une série de recommandations au gouvernement pour les promouvoir. Par exemple, « mettre en place des incitations comportementales pour accroître le niveau des contributions volontaires », ou encore « imposer à terme la mise en place de dispositifs d’épargne retraite à adhésion automatique ».

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  61. Le Panda Le 18 décembre 2019 à 07h33min (commentaire N° 61)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Quels sont les liens entre BlackRock et l’exécutif ?
    Un article du Canard enchaîné de 2017, posté sur les réseaux sociaux ces derniers jours, relatait l’organisation à l’Elysée d’une journée d’agapes avec une délégation de 21 gestionnaires de fonds emmenés par BlackRock et son PDG, Larry Fink. Un documentaire d’Arte, dont un extrait a également été beaucoup partagé sur Twitter, affirme que Larry Fink a rencontré Emmanuel Macron à plusieurs reprises après son élection.

    La rubrique CheckNews de Libération (article payant) a recensé les contacts, relatés par la presse ces dernières années, entre l’exécutif et le fonds d’investissement. Il en ressort que, dès le 6 juin, Larry Fink a été discrètement reçu par Emmanuel Macron, selon L’Obs. En octobre 2017, le gouvernement a demandé au Comité action publique 2022 de plancher sur la réforme de l’Etat. Un groupe d’experts où siège… Jean-François Cirelli, le patron de la branche française de BlackRock. On retrouve encore Larry Fink à l’Elysée en juillet 2019, à l’invitation d’Emmanuel Macron, lors d’une réunion sur le climat et l’investissement. Jean-Paul Delevoye avait quant à lui rencontré le fonds BlackRock début mars 2018 lors de sa nomination comme haut-commissaire aux retraites.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  62. Le Panda Le 18 décembre 2019 à 07h33min (commentaire N° 62)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Le lobbying de BlackRock a-t-il influencé le contenu de la réforme des retraites ?
    Difficile à dire. Dans la note révélée par Mediapart et intitulée « Loi Pacte : le bon plan retraite », BlackRock se réjouit de l’adoption en avril de cette loi, qui vise, selon elle, à « combler les lacunes structurelles des régimes d’épargne retraite volontaire existants ». Mais la société s’y rejouit surtout du projet de réforme des retraites qui, pour les financiers, doit être l’occasion de mettre en œuvre un système par capitalisation, qui jusque-là n’a pas encore réussi à s’appliquer en France. Un système qui leur permettrait de mettre la main sur une épargne « parmi les plus élevées d’Europe », indique BlackRock.

    En effet, comme l’expliquent Les Echos, le système mis en place par le gouvernement devrait exclure des cotisations la part des revenus supérieurs à 10 000 euros par mois. Toujours selon Les Echos (article payant), quelque 300 000 salariés, indépendants et fonctionnaires gagnent plus de 10 000 euros par mois en France, sur 27 millions d’actifs ayant un emploi. Ce sont donc ces quelque 1% des actifs les mieux payés qui seraient concernés par cette retraite par capitalisation.

    « Nous ne commentons pas ces articles, qui sont par ailleurs inexacts », a déclaré aux Echos un porte-parole de BlackRock. Le groupe se dit injustement visé car il estimait, dans sa note de juin, que le système par répartition allait rester « au cœur de l’épargne retraite française ».

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  63. Le Panda Le 18 décembre 2019 à 07h45min (commentaire N° 63)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Pas de répit, et encore moins de trêve. Les syndicats à l’origine de la mobilisation contre la réforme des retraites ont décidé, mardi 17 décembre, la poursuite du mouvement. Ils ont annoncé des « actions locales le 19 et jusque fin décembre » et l’absence de trêve « jusqu’au retrait » du projet du gouvernement, selon leur communiqué commun lu à l’issue d’une intersyndicale dans la soirée.

    « Sans réponse du gouvernement dans les heures qui viennent », les syndicats CGT, FO, FSU, Solidaires « décideront des suites nécessaires au-delà du mois de décembre », selon le texte, qui ne prévoit pas à ce stade de nouvelle journée d’action nationale. « C’est un ultimatum », a commenté Benoît Teste (FSU), pour qui « ce n’était pas complètement mûr pour fixer une nouvelle date de mobilisation nationale dès ce soir ».

    « Pour l’instant, nous appelons à multiplier les mobilisations locales », a expliqué Eric Beynel (Solidaires), tandis que Catherine Perret (CGT) estimait qu’il fallait « privilégier la proximité pour favoriser l’élargissement de la participation ».

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  64. Le Panda Le 18 décembre 2019 à 07h46min (commentaire N° 64)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Rencontres à Matignon mercredi
    La journée d’action de mardi, la troisième depuis le 5 décembre contre le projet de réforme des retraites du gouvernement, marquée dans toute la France par grèves et manifestations, a jeté dans la rue 1,8 million de personnes selon la CGT, 615 000 selon le ministère de l’Intérieur. Pour la première fois depuis le début du mouvement, l’ensemble des syndicats, dont la CFDT, avaient appelé à manifester.

    Le Premier ministre, Edouard Philippe, recevra, mercredi, les organisations syndicales et patronales représentatives dans une série de rencontres bilatérales à Matignon, avant une multilatérale jeudi.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  65. Le Panda Le 18 décembre 2019 à 10h39min (commentaire N° 65)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Le jour d’après. Au lendemain d’une importante journée de manifestations dans toute la France, qui a réuni entre 615 000 personnes selon le ministère de l’Intérieur et 1,8 million d’après la CGT, le Premier ministre reçoit les syndicats et le patronat, mercredi 18 décembre, dans l’après-midi. Les rencontres débuteront à 14h30 à Matignon. Suivez notre direct.

    Un macroniste de la première heure. Il y aura un petit nouveau autour de la table du Conseil des ministres : le député LREM du Nord Laurent Pietraszewski, qui a été nommé secrétaire d’Etat en charge des Retraites. Cette nomination intervient deux jours après la démission du haut-commissaire chargé du dossier, Jean-Paul Delevoye, rattrapé par une semaine de révélations sur ses activités parallèles et mandats non déclarés.

    Une forte mobilisation mardi. D’après la CGT, le nombre de manifestants enregistré mardi au plan national était le plus élevé depuis le début du mouvement le 5 décembre. Selon l’Intérieur, le chiffre total était certes supérieur à celui du 10 décembre mais inférieur au 5 décembre. A Paris, quelle que soit la source, tout le monde s’accorde à dire que la manifestation de mardi a été la plus importante depuis le coup d’envoi de la contestation.

    Le Premier ministre ne veut pas plier. Edouard Philippe s’est exprimé à l’Assemblée, mardi, lors de la séance de questions au gouvernement. « Ma détermination, celle du gouvernement, celle de l’ensemble de la majorité est totale », a lancé le Premier ministre devant les députés.

    La SNCF a dévoilé son plan pour ce week-end. « Entre 50% et 60% des trains » vont circuler ce week-end, a annoncé Voyages SNCF. En tout, 850 000 personnes qui avaient réservé un billet attendaient d’être fixées pour les journées de vendredi, samedi et dimanche. On vous résume le plan de l’entreprise pour le week-end dans cet article.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  66. Le Panda Le 18 décembre 2019 à 10h40min (commentaire N° 66)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
  67. Le Panda Le 20 décembre 2019 à 11h00min (commentaire N° 67)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Les discussions sur la réforme des retraites n’ont pas permis de sortir de l’impasse ce jeudi, à l’issue d’une réunion à Matignon qui a débouché sur l’annonce d’une nouvelle journée d’action le 9 janvier, prolongeant le conflit social au-delà de la période des fêtes malgré la fin de l’unité syndicale à la SNCF.

    Le Premier ministre est attaché à l’équilibre du système de retraites, de ce point de vue-là il n’y a pas eu de nouveauté, a regretté à sa sortie le dirigeant de la CGT, Philippe Martinez. La CGT évidemment ne partage pas ce projet, donc au nom de l’intersyndicale [CGT, FO, CFE-CGC, Solidaires, FSU], je peux vous annoncer qu’une prochaine journée interprofessionnelle d’action aura lieu le 9 janvier prochain, a-t-il ajouté.

    De nouvelles réunions début janvier

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  68. Le Panda Le 20 décembre 2019 à 11h01min (commentaire N° 68)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    De nouvelles réunions début janvier
    Laurent Berger, le patron de la CFDT qui est, elle, favorable à un système universel par points, a senti une ouverture de la part d’Edouard Philippe, mais a constaté la persistance d’un point dur : la recherche de l’équilibre à court terme à travers un âge pivot à 64 ans assorti d’un bonus-malus pour inciter à travailler plus longtemps, auquel son syndicat est fermement opposé.

    Il a évoqué de nouvelles réunions début janvier avec le gouvernement et précisé qu’il n’appelait pas à la journée de mobilisation interprofessionnelle du 9.

    Ces réunions auront lieu dans les premiers jours de janvier, a confirmé Edouard Philippe dans une allocution aux côtés de la ministre des Solidarités, Agnès Buzyn, et du nouveau secrétaire d’État aux Retraites, Laurent Pietraszewski.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  69. Le Panda Le 20 décembre 2019 à 11h02min (commentaire N° 69)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    « Marges de manœuvre »
    Le Premier ministre a noté que les discussions de ces derniers jours ont permis des avancées concrètes et affirmé qu’il y avait des marges de manoeuvre sur l’âge d’équilibre.

    Par ailleurs, plusieurs organisations syndicales ont demandé l’ouverture de la retraite progressive à la fonction publique, en particulier aux enseignants et aux personnels hospitaliers, idée à laquelle je souscris totalement, a déclaré le chef du gouvernement, précisant qu’une concertation à ce sujet débuterait en janvier pour aboutir rapidement.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  70. Le Panda Le 20 décembre 2019 à 11h03min (commentaire N° 70)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    « La grève continue »
    Il s’est vu opposer une fin de non recevoir de la CGT-Cheminots, premier syndicat à la SNCF. La grève continue, a annoncé à l’AFP son secrétaire général, Laurent Brun, avec deux actions programmées : le Noël des grévistes et des rassemblements le 28 décembre.

    Mais l’unité syndicale a vécu à la SNCF : l’Unsa ferroviaire, deuxième syndicat, a appelé à une pause pour les vacances scolaires après avoir constaté une position d’ouverture de la part du gouvernement.

    SUD-Rail (3e), a prévu de son côté d’entretenir le mouvement, selon son secrétaire fédéral Erik Meyer.

    Une amélioration dans les transports
    Dans la foulée de sa rencontre avec les partenaires sociaux, Edouard Philippe a reçu jeudi soir les patrons de la SNCF et de la RATP, Jean-Pierre Farandou et Catherine Guillouard.

    Plus tôt dans l’après-midi, le Premier ministre et Emmanuel Macron s’étaient rencontrés durant une heure à l’Élysée et accordés sur les orientations prises, a indiqué l’Elysée. Emmanuel Macron avait fait savoir qu’il était disposé à améliorer le projet, qui doit être transmis au Conseil d’État avant Noël et présenté en Conseil des ministres le 22 janvier.

    Pour la journée de vendredi, 16e jour de grève, la situation dans les transports devrait s’améliorer par rapport aux jours précédents avec la moitié des TGV et un Transilien sur quatre en moyenne en circulation. Petit mieux aussi pour les usagers de la RATP avec 6 lignes de métro fermées mais une amélioration globale, a annoncé la direction de la régie.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  71. Le Panda Le 20 décembre 2019 à 11h03min (commentaire N° 71)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    « On ne veut pas être esclave »
    Après la journée interprofessionnelle du 17, plusieurs cortèges avaient à nouveau été organisés jeudi dans toute la France. A Rouen, 1100 personnes selon la police, 3000 pour la CGT ont défilé. On ne veut pas être esclave. On ne négociera pas sur le poids des chaînes et du boulet. Il n’y aura pas de trêve ! On lâchera rien !, a déclaré Fabrice Lerestif, secrétaire FO 35, au départ de la manifestation rennaise, qui a réuni 1300 à 2000 personnes selon les sources. Un millier de personnes ont défilé à Marseille, selon la préfecture de police.

    A Paris, plusieurs centaines de personnes (1300 selon la préfecture de police) ont défilé dans le calme entre la gare de Lyon et la gare de l’Est.

    Coupures d’électricité en série
    La journée a aussi été marquée par des coupures d’électricité en série. Le gestionnaire du réseau de distribution Enedis a dénoncé des actes de malveillance, qui ont affecté jusqu’à 18000 foyers dans les Pyrénées-Orientales et l’Aude. D’autres coupures d’électricité ont été relevées, notamment dans le centre commercial de Plan de Campagne, près de Marseille. Ce type d’action, qu’Edouard Philippe a condamné avec la plus grande fermeté, s’est multiplié ces derniers jours, et certaines ont été revendiquées par la CGT.

    Certains secteurs d’activités commençaient à souffrir de la grève, notamment le commerce parisien avec des baisses de chiffre d’affaire de 25 % à 30 % la semaine dernière, selon Procos, la fédération du commerce spécialisé.

    Plus de six Français sur dix (61 %) n’approuvent pas la création d’un âge d’équilibre à 64 ans, selon un sondage Ifop pour CNews et Sud Radio publié jeudi.

    Le Premier ministre refuse d’entendre la colère du pays. Il s’acharne et s’entête à bloquer le pays, a réagi sur Twitter Fabien Roussel (PCF). Jean-Luc Mélenchon a fustigé la stratégie du pourrissement du Premier ministre. Il ne lâche rien, le pays non plus, a-t-il tweeté.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  72. Le Panda Le 20 décembre 2019 à 11h06min (commentaire N° 72)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    « La seule chose concrète, c’est que le Premier ministre n’a pas entendu la rue », a regretté, lapidaire, Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT, à la sortie de Matignon, jeudi 19 décembre. Le Premier ministre a reçu les différentes organisations syndicales pour tenter de trouver une porte de sortie à la crise sociale qui s’est emparée d’une partie du pays depuis l’annonce des mesures du gouvernement pour réformer le système des retraites.

    Les dernières informations sur la réforme des retraites et la grève dans notre direct

    Voici pourquoi ces négociations ne mettront pas fin au mouvement de grève.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  73. Le Panda Le 20 décembre 2019 à 11h08min (commentaire N° 73)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Parce qu’il n’y a « pas d’avancée majeure », selon les principaux syndicats
    « [Le Premier ministre] confirme qu’il veut mettre en œuvre un système par points. Après, il n’y a pas eu beaucoup d’annonces si ce n’est de nous dire qu’il fallait qu’on se revoie pour préciser un certain nombre de choses, a regretté Philippe Martinez au sortir de Matignon. C’est beaucoup de promesses, rien de concret. » « On a très peu évolué », a déploré Yves Veyrier, secrétaire général de Force ouvrière. « Nous sommes quasiment au point où nous étions au mois de juillet », a-t-il poursuivi, estimant que les négociations n’avaient pas permis de faire bouger les lignes et qu’aucune des questions posées par les syndicats n’avait trouvé de réponse.

    Sur la table des négociations, quatre principaux chantiers que le Premier ministre envisage de rouvrir dès janvier : la pénibilité, les transitions vers le régime unique de retraites, le minimum contributif et les fins de carrière. Insuffisant, selon les syndicats. Edouard Philippe dit vouloir travailler à un système de pénibilité plus généreux et qui pourrait s’ouvrir aux fonctionnaires. Il a également précisé que la retraite progressive pourrait être simplifiée et élargie aux cadres au forfait et à la fonction publique. Muriel Pénicaud, la ministre du Travail, a été chargée de travailler à des dispositifs concrets pour les seniors exerçant des « métiers qui usent ». Agnès Buzyn, sa collègue de la Santé, doit, elle, se pencher sur l’aménagement des fins de carrière à l’hôpital.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  74. Le Panda Le 20 décembre 2019 à 11h09min (commentaire N° 74)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Edouard Philippe a également annoncé la « mise en place de mesures favorisant la progressivité de la mise en œuvre de la réforme et le respect des droits acquis » des agents de la SNCF « au statut ». Concernant la RATP, les « avancées sont sur la table ». Néanmoins, « le gouvernement ne reviendra pas sur la suppression des régimes spéciaux », a expliqué le Premier ministre.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  75. Le Panda Le 20 décembre 2019 à 11h09min (commentaire N° 75)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Parce que l’âge d’équilibre est maintenu mais il y a des « marges de manœuvre »
    « Les discussions de ces derniers jours ont permis des avancées concrètes », a donc assuré Edouard Philippe lors de sa conférence de presse. Pourtant, la question de l’âge d’équilibre – cruciale pour les syndicats – n’a pas été l’objet d’un compromis. Le gouvernement souhaite introduire cet « âge pivot » dès 2022 pour inciter à travailler plus longtemps et équilibrer les comptes.

    Le Premier ministre a réaffirmé qu’il ne souhaitait pas une « baisse des pensions » ou une « hausse du coût du travail » par une augmentation des cotisations. « Ça ne veut pas dire qu’il n’y aurait que l’âge d’équilibre » comme mesure budgétaire, a-t-il ajouté. « Il y a des marges de manœuvre, elles ne sont pas immenses, nous le savons tous, mais elles existent ; je propose et je redis ma proposition aux organisations syndicales d’en discuter » en janvier, a-t-il ajouté. « La préoccupation d’équilibre financier est largement partagée par de nombreux partenaires sociaux même si les approches peuvent être différentes, j’ai écouté et entendu les critiques », a-t-il par ailleurs assuré.

    Le patron de la CFDT, Laurent Berger, a reconnu, à ce sujet, « une volonté de dialogue » et même « quelques ouvertures » mais sa position est restée ferme sur « la question de l’âge d’équilibre, où il y a un désaccord » entre la CFDT et le gouvernement. « Il y a un désaccord sur la temporalité qui consiste à dire qu’il y aura besoin urgemment de mesures punitives pour les travailleurs et un désaccord sur la méthode elle-même », a déclaré le secrétaire général de la centrale réformiste.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  76. Le Panda Le 20 décembre 2019 à 11h10min (commentaire N° 76)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Parce que les négociations doivent reprendre en janvier
    Edouard Philippe a donc invité tous les partenaires sociaux à se réunir à nouveau à Matignon « dans les premiers jours de janvier ». « Nous consulterons les partenaires sociaux et je proposerai, mi-janvier, une méthode qui nous permettra soit d’atteindre un accord qui pourrait se substituer à la solution que j’ai proposée, soit, à tout le moins, d’améliorer celle-ci en tenant compte des propositions des syndicats », a-t-il déclaré.

    Une proposition acceptée par la CFDT. « On ira, on travaillera, mais il y a un point dur qui est cette question de recherche de l’équilibre à court terme, donc on en est là ce soir », a commenté Laurent Berger. Il a néanmoins douté qu’un accord différent puisse être trouvé, compte tenu « du cap fixé et de cet âge d’équilibre ».

    Des doutes partagés par Yves Veyrier de FO, pour qui le calendrier laisse, de toute façon, peu d’espoir de changement majeur. « Peu de temps reste pour discuter. Il faut appuyer sur le bouton stop, mettre de côté cette très mauvaise idée et alors seulement, on pourra négocier », a-t-il déclaré.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  77. Le Panda Le 20 décembre 2019 à 11h11min (commentaire N° 77)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Parce qu’une nouvelle journée de mobilisation est déjà annoncée
    « La CGT évidemment ne partage pas ce projet, donc au nom de l’intersyndicale (CGT, FO, CFE-CGC, Solidaires, FSU), je peux vous annoncer qu’une prochaine journée interprofessionnelle d’action aura lieu le 9 janvier prochain », a lancé Philippe Martinez dès sa sortie de Matignon. Dans un communiqué, l’intersyndicale prévient que cette date est arrêtée « au-delà des initiatives d’ores et déjà programmées et sans trêve jusqu’à la fin de l’année 2019 ».

    Interrogé sur la participation de la CFDT à cette nouvelle journée d’action, Laurent Berger a répondu : « Nous n’avons pas appelé [à manifester] le 9 janvier ». Néanmoins, « la CFDT a très clairement dit aujourd’hui, lors de son bureau national, que si, début janvier, cet âge d’équilibre était toujours dans l’horizon, nous aurions des initiatives ».

    Du côté des transports, la CGT-Cheminots, premier syndicat à la SNCF, « continue » la grève, tandis que l’Unsa ferroviaire, deuxième syndicat de la branche, « appelle à une pause pour les vacances scolaires ». « Deux actions sont programmées : le Noël des grévistes et des rassemblements le 28 décembre », a précisé la CGT-Cheminots.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  78. Le Panda Le 20 décembre 2019 à 11h14min (commentaire N° 78)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Au lendemain de sa saisine par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie publique (HATVP), le parquet de Paris a annoncé jeudi 19 décembre avoir ouvert une enquête préliminaire contre Jean-Paul Delevoye, l’ancien haut-commissaire aux retraites.

    Cette enquête porte à la fois « sur les faits de déclaration incomplète de ses intérêts à la HATVP » et « sur les conditions de cumul de rémunération d’un emploi public ou d’un membre du gouvernement et d’une rémunération privée », précise le parquet de Paris, dans un communiqué.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  79. Le Panda Le 25 décembre 2019 à 10h42min (commentaire N° 79)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Réforme des retraites. Les voyageurs auront toujours beaucoup de mal à se déplacer mercredi 25 décembre, jour de Noël. À la SNCF, un TGV sur trois, un Transilien sur six et trois TER sur dix circuleront. En Île-de-France, côté RATP, quatorze lignes de métro seront fermées. Seules les deux lignes automatiques 1 et 14 plus Orlyval fonctionneront normalement.

    Jour de Noël. Après avoir présidé la messe de la nuit de Noël du 24 décembre, le pape François donnera demain, à midi, la bénédiction Urbi et orbi depuis la Loggia centrale de la basilique Saint-Pierre de Rome. Comme pour le réveillon, la messe du jour de Noël de la cathédrale de Paris sera par ailleurs délocalisée à Saint-Germain l’Auxerrois, Notre-Dame de Paris n’étant toujours pas accessible après l’incendie du 15 avril.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  80. Le Panda Le 25 décembre 2019 à 10h47min (commentaire N° 80)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Lumières, feu de bois, chants, crèche et célébration de la naissance de Jésus, mais aussi gourmandises, « jouets par milliers » et retrouvailles. C’est tout cela, Noël. De quoi réchauffer le cœur froid de l’hiver et faire rêver. Mais pas tout le monde, et ceux qui n’y trouvent plus leur compte ne s’en cachent pas : 29 % des Français considèrent cette fête comme une obligation (pénible !) (1). À cette échelle, ne pas aimer Noël n’est plus un tabou. Même pas grave ! Quoique… La thérapeute Nicole Prieur (2) entend, chaque année, les plaintes et les craintes mâtinées d’un soupçon de mauvaise conscience, de patients épuisés physiquement et psychiquement à l’avance.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  81. Le Panda Le 25 décembre 2019 à 10h47min (commentaire N° 81)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    La perte de sens
    Le phénomène n’est pas nouveau. Au début des années 1950, les catholiques de Dijon avaient brûlé une représentation du Père Noël sur le parvis de leur cathédrale pour dénoncer un rituel païen, tandis que d’autres mettaient déjà à l’index une récupération commerciale. Le spectre des privations de la guerre s’éloignait et l’envie de gâter plus que jamais petits et grands explosait : cela déplaisait, et l’on s’insurgeait alors au nom même des valeurs de Noël. Aujourd’hui, les défenseurs de l’environnement, de plus en plus nombreux, critiquent un délire de consommation et surtout son impact sur la planète, ce qui n’est pas sans générer des tiraillements.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  82. Le Panda Le 25 décembre 2019 à 10h48min (commentaire N° 82)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Nous savons qu’il faudrait se limiter, mais nous multiplions tout de même les achats, quitte à céder, par exemple, au « Black Friday » inaugural de la période des fêtes. Malaise… Nicole Prieur note aussi le problème que pose la perte de sens, qu’il s’agisse de souligner l’absurdité de la course aux cadeaux obligatoires, ou la déconnexion avec l’origine spirituelle de Noël, sur fond de déchristianisation. Et quand cela se perd, que reste-t-il ?

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  83. Le Panda Le 25 décembre 2019 à 10h49min (commentaire N° 83)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Le lien, le partage, la joie de se voir, bien sûr ! Mais pas toujours non plus, et les raisons de redouter ces moments sont nombreuses. « L’éclatement géographique et la recomposition des familles après une séparation, survenant chez les jeunes comme chez les seniors, ne facilitent rien et beaucoup se retrouvent confrontés à des conflits de loyautés », explique encore Nicole Prieur. Il faudrait être avec ses deux parents ou grands-parents en même temps pour que ce soit vraiment Noël, et cela ne se peut.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  84. Le Panda Le 25 décembre 2019 à 10h50min (commentaire N° 84)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    De quoi raviver le manque, le deuil aussi pour ceux qui ont perdu un proche récemment, ou même longtemps avant. Ou encore le sentiment de solitude pour ceux qui n’auront personne avec qui célébrer ce moment. Nous pourrions donc tous avoir une raison de ne pas aimer Noël.

    Pourquoi alors continuer à le fêter si cela fatigue, écœure, stresse, rouvre les blessures… ? Parce que c’est tout de même Noël ! La naissance du Christ, son incarnation, pour les chrétiens : Jésus, vrai Dieu, vrai homme. Et aussi parce que les enfants ou petits-enfants attendent ce moment avec une impatience fébrile, des étoiles dans les yeux.

    Pour eux, nous faisons beaucoup, nous décorons le sapin, trouvons de quoi les gâter, empaquetons, cuisinons et préparons finalement la fête. « N’est-ce pas qu’au fond de nous veille toujours le désir de croire, aussi peu que ce soit, en une générosité sans contrôle, une gentillesse sans arrière-pensée ; en un bref intervalle durant lequel sont suspendues toute crainte, toute envie et toute amertume ? Sans doute ne pouvons-nous partager pleinement l’illusion ; mais ce qui justifie nos efforts, c’est qu’entretenue chez d’autres, elle nous procure au moins l’occasion de nous réchauffer à la flamme allumée dans ces jeunes âmes », écrivait l’anthropologue Claude Levi-Strauss

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  85. Le Panda Le 25 décembre 2019 à 10h51min (commentaire N° 85)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Retrouver la magie ancestrale
    Si la perspective de la fête qui approche pèse trop, s’il semble décidément difficile de supporter une énième réflexion d’un parent maladroit, une nouvelle dispute sur l’actualité agitée, le souvenir d’un disparu surgissant en boomerang, la messe de minuit ou l’absence de messe de minuit… Cela se soigne ? Oui, par la fuite, pensent certains, qui se laisseraient (presque) le choix de renoncer à jouer le jeu, même s’ils hésitent à peiner ceux qui aiment Noël.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  86. Le Panda Le 25 décembre 2019 à 10h51min (commentaire N° 86)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    « La question ne se serait même pas posée il y a encore une décennie, note Nicole Prieur, et finalement, les récalcitrants finissent généralement par rentrer, bon gré mal gré, dans la ronde. » Comment retrouver un peu de la magie ancestrale évoquée par Claude Lévi-Strauss ? Peut-être en commençant par assumer pleinement la décision d’y participer, sans reculer et en faisant bonne figure pour autrui, et pour soi-même aussi.

    Petit exercice proposé par la thérapeute : s’installer confortablement, se laisser envahir par la chaleur, les odeurs, les saveurs, les lumières… Afin de se sentir protégé dans un cocon de douceur qu’une remarque aigre-douce n’entamera pas. Il faut y croire. Et si le feu de l’action ne permet pas ce paisible retour sur soi, trouvons un peu de complicité avec ceux qui ne sont pas dupes, non plus, des inévitables travers de la fête, qui peut aussi être belle, même malgré soi. Douce nuit, sainte nuit, dans les cieux, l’astre luit !

    (1) Sondage O2 Care Services, décembre 2019.

    (2) Auteure de Petits règlements de compte en famille (Albin Michel, 2009) et de L’Hypnose pour simplifier les relations familiales (Pocket, 2019). À retrouver sur parolesdepsy.com

    (3) « Le Père Noël supplicié » de Claude Lévi-Strauss, publié dans Les Temps modernes, 1952.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  87. Le Panda Le 25 décembre 2019 à 10h54min (commentaire N° 87)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Grèves. Un TGV sur trois en circulation et seulement deux lignes de métro ouvertes le 25 décembre
    Les prévisions de la SNCF pour ce mercredi 25 décembre viennent d’être dévoilées. La situation reste toujours très perturbée. Moins de la moitié des trains circuleront. Côté RATP, pas d’amélioration non plus. Il faudra s’attendre à une journée noire dans les métros avec pas moins de 14 lignes fermées.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  88. Le Panda Le 25 décembre 2019 à 10h55min (commentaire N° 88)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Greta Thunberg, retraites, « gilets jaunes »… Dix arguments pour que le dîner de Noël en famille ne sente pas le roussi
    Pour certains, le réveillon peut être un vrai calvaire : certes, on mange très bien, mais il faut gérer les potentielles disputes autour des sujets d’actualité. Cette année, franceinfo vous aide à apaiser l’ambiance. Et joyeuses fêtes !

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  89. Le Panda Le 25 décembre 2019 à 10h56min (commentaire N° 89)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Vous la sentez arriver. Aussi délicate qu’une bouchée à la reine, aussi savoureuse qu’un rôti trop cuit, aussi appétissante qu’une verrine de fruits en gelée. La petite phrase de trop sur Greta Thunberg. La remarque amère sur les privilèges des cheminots. Sans oublier, bien sûr, l’incontournable « il faut séparer l’homme de l’artiste », en référence à la polémique entourant le film J’accuse de Roman Polanski.

    Que l’on soit d’accord, ou pas, avec les arguments autour de ces grands débats qui ont marqué l’année 2019, il va falloir entrer dans l’arène. Qu’importe votre niveau d’ébriété, la table ne sera jamais assez grande pour que vous y coupiez. Alors pour éviter la crise de nerfs à minuit, franceinfo vous propose dix arguments pour répondre calmement aux polémiques qui pourraient agiter le repas du réveillon.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  90. Le Panda Le 25 décembre 2019 à 10h57min (commentaire N° 90)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    « Si on écoute Greta Thunberg, on ne fait plus rien »
    Ce n’est que l’apéritif, le champagne est à peine servi, mais votre oncle Guy commence fort : « D’accord, la planète va mal, mais ce n’est pas une gamine qui va nous donner des leçons ! Si on écoute Greta Thunberg, on ne fait plus rien et il est trop tard. »

    Devenue un visage de la lutte contre le réchauffement climatique, la militante suédoise de 16 ans a fait l’objet de nombreuses attaques, notamment du fait de son jeune âge : Greta Thunberg fait l’école buissonnière, Greta Thunberg défend un sujet réservé aux scientifiques, Greta Thunberg est catastrophiste, etc.

    (CARLOS COSTA / AFP)
    Mais, comme le souligne Daniel Boy, directeur de recherches au Cevipof, spécialisé dans les mouvements environnementaux et cité dans notre article sur la question, « c’est symbolique, ça veut dire que le sujet intéresse les jeunes. Après tout, dans 10 ou 20 ans, les conséquences du réchauffement climatique les concerneront directement ».

    Quant à ses discours « apocalyptiques », « c’est une réalité », soutient Sandrine Maljean-Dubois, directrice de recherches à l’université d’Aix-Marseille. « C’est bien qu’elle mette la pression. L’urgence est là. On n’a plus que quelques années pour changer les choses. » Pour résumer, si Greta Thunberg dérange autant, selon la chercheuse, c’est qu’elle « représente la mauvaise conscience. Elle nous met face à nos propres contradictions et nos responsabilités. » Vous avez pensé à offrir une gourde en inox à votre oncle ?

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  91. Le Panda Le 25 décembre 2019 à 10h58min (commentaire N° 91)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    « On ne va pas plaindre les cheminots : ils sont privilégiés et partent à la retraite à 55 ans »
    Entre deux verrines avocat-saumon, Raphaël, votre cousin en école de commerce, met les pieds dans le plat des régimes spéciaux avant même que la dinde ne soit servie. Mais il n’a pas tout à fait tort : le régime de retraite actuel des cheminots est globalement plus avantageux que celui de la fonction publique ou du privé. L’âge minimum de départ à la retraite est de 57 ans pour les agents sédentaires et de 52 ans pour les conducteurs de train. Si ce seuil peut varier jusqu’à deux ans en fonction de l’année de naissance des agents, il reste en deçà de l’âge légal de départ dans le privé : 62 ans. Par ailleurs, le calcul de la pension des cheminots est plutôt avantageux puisqu’il se fait sur les six derniers mois d’activité, au taux de 75%. Dans le privé, ce calcul est fait sur les 25 meilleures années et à un taux de 50%.

    Les syndicats de cheminots justifient cet écart par la pénibilité de certains métiers. « Les Français oublient souvent que les cheminots travaillent n’importe quel jour de la semaine et de l’année, les week-ends comme les jours fériés et même la nuit, rappelle un syndicaliste au Parisien. La pénibilité est là. Il faut bien qu’il y ait compensation. » Rappelez également à votre cousin Raphaël que pour bénéficier de ce statut, il faut avoir été embauché avant 30 ans et passer une période d’essai allant de un à deux ans et demi pour les jeunes cadres. Période durant laquelle le contrat de travail peut être rompu à tout moment sans indemnités.

    « Il y a une confusion entre l’ouverture des droits et l’âge effectif de départ, ajoute le secrétaire de l’Unsa ferroviaire Robert Dillenseger, joint par franceinfo. On peut ouvrir ses droits à la retraite à 56 ans si on est cheminot sédentaire, mais ça ne correspond pas à l’âge effectif de départ à la retraite dans la réalité. Si on veut une pension décente, il faut souvent partir plus tard pour éviter les décotes prévues par les précédentes réformes. Du coup, l’âge effectif de départ est de presque 60 ans pour les sédentaires. »

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  92. Le Panda Le 25 décembre 2019 à 10h59min (commentaire N° 92)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    D’ailleurs, la question des régimes spéciaux ne se posera bientôt plus à la SNCF puisque les futurs agents ne seront plus embauchés avec le statut de cheminot à partir du 1er janvier. Objectif : permettre à l’entreprise ferroviaire de faire des économies substantielles en termes de cotisations sociales.

    3″Des violences policières ? Mais les ‘gilets jaunes’ l’ont bien cherché, non ? »
    Le foie gras arrive sur la table. Théa, végétarienne depuis 6 mois, jette un froid avec ses regards culpabilisants. Votre père macroniste et déjà sérieusement aviné en profite pour tacler sa cible préférée depuis Noël dernier : les « gilets jaunes ».

    Au fil des samedis de contestation, le mouvement s’est radicalisé et les violences sont devenues coutumières dans les manifestations. On se souvient du 1er décembre 2018, marqué par la dégradation de l’Arc de triomphe, mais aussi du 16 novembre dernier, pour le premier anniversaire du mouvement, place d’Italie, à Paris.

    Si une majorité de « gilets jaunes » se désolidarise des casseurs et des groupes de black blocs, les accusant de donner une mauvaise image au mouvement, certains ont fini par faire cause commune avec eux, comme nous l’expliquons dans cet article. Résultat : du mobilier urbain est régulièrement dégradé, des véhicules incendiés, des vitrines caillassées. Selon un rapport du Sénat rendu fin juin, les assurances ont évalué les préjudices matériels à 217 millions d’euros, dont plus de la moitié ont touché des artisans, commerçants et prestataires de services.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  93. Le Panda Le 25 décembre 2019 à 11h00min (commentaire N° 93)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Mais depuis le début du mouvement, l’escalade de la violence est aussi visible côté forces de l’ordre. A partir du samedi 8 décembre 2018, les arrestations se sont multipliées, souvent sur des motifs flous. « Plus de 10 000 personnes ont été retenues et entendues dans toute la France au cours des sept mois les plus intenses de manifestations », recense Le Monde. Plus de 3 100 manifestants ont été condamnés, un « record pour un mouvement social », note le quotidien. Par ailleurs, le recours aux lanceurs de balles de défense (LBD) s’est très rapidement intensifié, tout comme l’usage de grenades de désencerclement. Leur utilisation a bondi de plus de 200% en 2018, concentrée sur les mois de mobilisation, en novembre et décembre.

    Conséquence : des manifestants ont été gravement blessés. Fin novembre, le journaliste indépendant David Dufresne recensait dans Mediapart 318 blessures à la tête, 25 éborgnés et 5 mains arrachées. Dans son dernier bilan, le ministère de l’Intérieur faisait état de 2 448 blessés côté manifestants et 1 742 blessés côté forces de l’ordre. Le dernier blessé grave, Manuel T., a définitivement perdu son œil gauche après avoir reçu un projectile alors qu’il discutait à l’écart des débordements place d’Italie, le 16 novembre. En mars, l’ONU a même réclamé une enquête sur l' »usage excessif de la force » lors des manifestations.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  94. Le Panda Le 25 décembre 2019 à 11h01min (commentaire N° 94)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    « Vous êtes allés voir le dernier Polanski ? Franchement, il faut séparer l’homme de l’artiste »
    Votre grand-mère Jeanne sert la dinde aux marrons. Les avis sont déjà élogieux – il faut dire que l’odeur est alléchante – mais le mari de votre sœur, Farid, lance une discussion cinématographique : « Au fait, vous êtes allés voir le dernier Polanski ? Il est génial ! Je sais, les féministes vont dire qu’il est accusé de viol, mais bon, il faut séparer l’homme de l’artiste. » C’est le cataclysme : tout le monde y va de son avis, vous ne savez plus où donner de la tête.

    Prenons les choses dans l’ordre : le réalisateur franco-polonais, à l’affiche avec son dernier film J’accuse, sur l’affaire Dreyfus, est poursuivi depuis 1977 par la justice américaine pour le viol d’une jeune fille de 13 ans. Il n’a plus mis les pieds aux Etats-Unis, où il risque l’incarcération. Mais il n’a pas arrêté de tourner en Europe. Il a même décroché la Palme d’or, sept César et trois Oscars pour son film Le Pianiste, sorti en 2002. Considéré par le monde du cinéma comme un grand réalisateur, il est ciblé par les organisations et figures féministes, qui ont appelé au boycott de son dernier film, d’autant qu’il a récemment été accusé de viol par une Française pour des faits remontant à 1975, accusations que Roman Polanski nie.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  95. Le Panda Le 25 décembre 2019 à 11h01min (commentaire N° 95)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Dans cet article de La Croix, la philosophe Carole Talon-Hugon estime que « ce n’est pas l’œuvre qui est jugée immorale, mais son auteur » et que, par conséquent, « qu’une œuvre soit mise de côté alors qu’elle ne comporte aucune faille morale, au nom des failles de son auteur, serait une forme de moralisme radical ».

    Ce à quoi Céline Piques, porte-parole de l’association Osez le féminisme, répond que « l’artiste met de lui dans une œuvre ». Selon la militante, même si une œuvre ne traite pas de la vie personnelle de son auteur, en en faisant la promotion ou en payant pour la consommer, « je participe à l’aura de l’artiste et je cultive son sentiment de toute-puissance. (…) Aurait-on la même indulgence envers un criminel lambda ? Vous imaginez-vous regarder une émission de télé présentée par Marc Dutroux ? »

    Vous pouvez donc inciter Farid à faire un choix en son âme et conscience. Il devra notamment s’interroger sur les conditions dans lesquelles vivent les femmes dans certains milieux artistiques, notamment dans le cinéma, et sur l’impunité dont peuvent bénéficier certains agresseurs.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  96. Le Panda Le 25 décembre 2019 à 11h02min (commentaire N° 96)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    « Le Brexit ? Bon débarras les Anglais ! On n’a pas besoin d’eux »
    Depuis que Raphaël a intégré son école de commerce, c’est franglais à toutes les sauces. Voilà qu’il se ressert justement de la béarnaise… avec la dinde. What a scandal. Il a beau pratiquer la langue de Shakespeare, l’idée de voir les Britanniques quitter l’Europe a tendance à le réjouir.

    Le Premier ministre britannique Boris Johnson, le 11 décembre 2019 à Londres (Royaume-Uni).Le Premier ministre britannique Boris Johnson, le 11 décembre 2019 à Londres (Royaume-Uni). (BEN STANSALL / AFP)
    Là où Raphaël a raison, c’est que les conséquences du Brexit toucheront d’abord le Royaume-Uni. Les autorités britanniques prévoient des perturbations à court terme dans douze domaines-clés, dont l’approvisionnement en eau et nourriture, la santé, les transports et les frontières, ainsi que la possibilité de « désordres publics », selon un rapport gouvernemental. Le pays risque également d’être moins intéressant pour les investisseurs, puisque beaucoup d’entreprises utilisent le Royaume-Uni comme porte d’entrée vers l’Europe. Le Brexit pourrait provoquer « des faillites en série ( 15%), faire s’envoler l’inflation, faire chuter les importations (-6%) », selon une étude du cabinet d’assurances Euler Hermes, citée dans Paris Match.

    Mais ce qu’il faut aussi rappeler à Raphaël, c’est que, dans un autre rapport, le même assureur affirme que la France se classe comme le cinquième pays le plus touché, au sein de l’Union européenne, par les conséquences du Brexit, notamment à cause de la diminution des exportations françaises outre-Manche. Le Sénat fait ni plus ni moins le constat d’un « désastre » « perdant-perdant », en cas de Brexit dur (c’est-à-dire sans accord). Il évoque des pertes estimées à 7,7 milliards d’euros par an pour la France, soit près de 0,3% du PIB. N’en déplaise à Raphaël, les conséquences d’un « no deal » seraient donc nombreuses. Reste à savoir si les Parlements britannique et européen vont accepter l’accord de sortie négocié par Boris Johnson et l’UE le 19 octobre. Si le premier ne devrait pas poser problème après la victoire écrasante des conservateurs aux législatives, le second pourrait s’y opposer, notamment concernant les dispositions sur l’Irlande du Nord, assure un juriste dans Le Monde.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  97. Le Panda Le 25 décembre 2019 à 11h03min (commentaire N° 97)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Les conséquences d’un Brexit dur seraient visibles dès le lendemain de son entrée en vigueur, soit le 31 janvier. Les milliers de poids lourds qui circulent de part et d’autre de la Manche se retrouveraient fortement ralentis par les contrôles douaniers, formant des bouchons monstrueux. Les voitures britanniques pourraient être taxées de 10 à 14% et les denrées agricoles de 5 à 50% sur certaines céréales : certains produits anglais coûteront donc plus chers en France. Les pêcheurs bretons et normands, craignent, quant à eux, de se retrouver privés d’une grande partie de leurs revenus : 30% de la pêche française provient en effet des eaux britanniques.

    Côté étudiants, le Royaume-Uni pourrait sortir du programme Erasmus (les étudiants déjà sur place pourront toutefois terminer leur cursus). Pour les séjours de longue durée, un visa sera peut-être requis. Mais pour les séjours de moins de 90 jours, ils ne seront heureusement pas nécessaires.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  98. Le Panda Le 25 décembre 2019 à 11h04min (commentaire N° 98)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    « 120 000 dollars pour une banane scotchée à un mur ? Je vais vendre mes crottes de nez et devenir millionnaire »
    Si votre tante Véronique est parfois quelque peu excessive, surtout après un trou normand, force est de constater que l’art contemporain peut parfois être déroutant. Récemment, une banane a ainsi été élevée au rang d’œuvre d’art. Scotchée grossièrement à un mur, son prix a même flambé puisqu’elle a été vendue 120 000 dollars début décembre, à la Foire d’art contemporain de Miami, en Floride (Etats-Unis). On doit cette composition à Maurizio Cattelan, un plasticien italien très coté.

    \ »Comedian\ », oeuvre de Maurizio Cattelan, a été tout simplement mangée par un autre artiste, David Datuna. Un quart d\’heure plus tard, une nouvelle banane était scotchée au mur. « Comedian », oeuvre de Maurizio Cattelan, a été tout simplement mangée par un autre artiste, David Datuna. Un quart d’heure plus tard, une nouvelle banane était scotchée au mur. (RHONA WISE / EPA)
    « Mais à ce stade, peut-on encore parler d’art ? », s’interroge « tata Véro ». Difficile de ne pas partager son scepticisme. Bien sûr, si l’on s’arrête à l’intérêt esthétique de l’œuvre, on tombera d’accord – une première dans ce dîner de réveillon – pour dire qu’il est quasi-inexistant. Mais on pourrait plutôt s’intéresser à ce que cette banane dit de l’absurdité de l’art contemporain et ses délires spéculatifs. En parvenant à vendre un fruit scotché à un tel prix, Mauricio Cattelan réalise un coup que l’on pourrait estimer proche de celui de Banksy en octobre 2018. Quelques minutes après que son fameux Girl with Balloon ait été adjugé pour 1,185 million d’euros, le tableau s’est auto-détruit, sous les yeux médusés des acheteurs. Une manière de dénoncer les montants vertigineux atteints par ses œuvres.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  99. Le Panda Le 25 décembre 2019 à 11h04min (commentaire N° 99)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Une autre hypothèse, un brin nihiliste, pourra être mise sur la table des festivités. Peut-être cette banane ridicule sert-elle à montrer que l’art a le droit d’être détaché de tout principe logique, de toute finalité raisonnée et raisonnable. « Si j’aime cette banane faite œuvre, c’est parce qu’elle n’a aucun sens et qu’elle détruit précisément toute idée d’une idée de l’art », explique ainsi la philosophe Géraldine Mosna-Savoye sur France Culture. L’art peut n’avoir aucune règle, aucun sens, aucune morale. Si votre tante Véronique décide d’élever ces crottes de nez au rang d’art, elle peut donc le faire. Est-ce formidable ? Est-ce pathétique ? Les convives trancheront.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  100. Le Panda Le 25 décembre 2019 à 11h05min (commentaire N° 100)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    « Ce n’est pas avec cette chèvre de Giroud qu’on va battre le Portugal et l’Allemagne à l’Euro »
    Il est bientôt une heure du matin, Théa disserte sur les bienfaits de la permaculture face au regard dubitatif de votre oncle Guy. Mamie pose, triomphante, sa fameuse bûche aux myrtilles à 1 500 calories la part sur la table. Votre frère Fabrice en profite pour entamer la troisième mi-temps de ce réveillon avec ce tacle si prévisible contre l’attaquant français.

    Régulièrement critiqué, Olivier Giroud n’a jamais fait l’unanimité en équipe de France et certains s’étonnent de le voir encore et toujours en sélection. Il faut dire que sa situation reste pour le moins compliquée en club, avec Chelsea, où il se retrouve placardisé avec un temps de jeu minime. Et puis, on l’entend venir Fabrice avec ses cris d’orfraie : « Il n’a pas été fichu de marquer une seule fois au Mondial 2018 ! » Votre réponse fuse : c’est vrai que cette image de buteur muet lui colle à la peau mais Olivier Giroud privilégie l’efficacité et, n’en déplaise à Fabrice, il empile les buts.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  101. Le Panda Le 25 décembre 2019 à 11h06min (commentaire N° 101)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Noël, ses repas de famille, ses disputes inévitables. (CAIAIMAGE/ROBERT DALY / GETTY IMAGES)
    avatar

    Vous la sentez arriver. Aussi délicate qu’une bouchée à la reine, aussi savoureuse qu’un rôti trop cuit, aussi appétissante qu’une verrine de fruits en gelée. La petite phrase de trop sur Greta Thunberg. La remarque amère sur les privilèges des cheminots. Sans oublier, bien sûr, l’incontournable « il faut séparer l’homme de l’artiste », en référence à la polémique entourant le film J’accuse de Roman Polanski.

    Que l’on soit d’accord, ou pas, avec les arguments autour de ces grands débats qui ont marqué l’année 2019, il va falloir entrer dans l’arène. Qu’importe votre niveau d’ébriété, la table ne sera jamais assez grande pour que vous y coupiez. Alors pour éviter la crise de nerfs à minuit, franceinfo vous propose dix arguments pour répondre calmement aux polémiques qui pourraient agiter le repas du réveillon.

    1″Si on écoute Greta Thunberg, on ne fait plus rien »
    Ce n’est que l’apéritif, le champagne est à peine servi, mais votre oncle Guy commence fort : « D’accord, la planète va mal, mais ce n’est pas une gamine qui va nous donner des leçons ! Si on écoute Greta Thunberg, on ne fait plus rien et il est trop tard. »

    Devenue un visage de la lutte contre le réchauffement climatique, la militante suédoise de 16 ans a fait l’objet de nombreuses attaques, notamment du fait de son jeune âge : Greta Thunberg fait l’école buissonnière, Greta Thunberg défend un sujet réservé aux scientifiques, Greta Thunberg est catastrophiste, etc.

    (CARLOS COSTA / AFP)
    Mais, comme le souligne Daniel Boy, directeur de recherches au Cevipof, spécialisé dans les mouvements environnementaux et cité dans notre article sur la question, « c’est symbolique, ça veut dire que le sujet intéresse les jeunes. Après tout, dans 10 ou 20 ans, les conséquences du réchauffement climatique les concerneront directement ».

    Quant à ses discours « apocalyptiques », « c’est une réalité », soutient Sandrine Maljean-Dubois, directrice de recherches à l’université d’Aix-Marseille. « C’est bien qu’elle mette la pression. L’urgence est là. On n’a plus que quelques années pour changer les choses. » Pour résumer, si Greta Thunberg dérange autant, selon la chercheuse, c’est qu’elle « représente la mauvaise conscience. Elle nous met face à nos propres contradictions et nos responsabilités. » Vous avez pensé à offrir une gourde en inox à votre oncle ?

    2″On ne va pas plaindre les cheminots : ils sont privilégiés et partent à la retraite à 55 ans »
    Entre deux verrines avocat-saumon, Raphaël, votre cousin en école de commerce, met les pieds dans le plat des régimes spéciaux avant même que la dinde ne soit servie. Mais il n’a pas tout à fait tort : le régime de retraite actuel des cheminots est globalement plus avantageux que celui de la fonction publique ou du privé. L’âge minimum de départ à la retraite est de 57 ans pour les agents sédentaires et de 52 ans pour les conducteurs de train. Si ce seuil peut varier jusqu’à deux ans en fonction de l’année de naissance des agents, il reste en deçà de l’âge légal de départ dans le privé : 62 ans. Par ailleurs, le calcul de la pension des cheminots est plutôt avantageux puisqu’il se fait sur les six derniers mois d’activité, au taux de 75%. Dans le privé, ce calcul est fait sur les 25 meilleures années et à un taux de 50%.

    Les syndicats de cheminots justifient cet écart par la pénibilité de certains métiers. « Les Français oublient souvent que les cheminots travaillent n’importe quel jour de la semaine et de l’année, les week-ends comme les jours fériés et même la nuit, rappelle un syndicaliste au Parisien. La pénibilité est là. Il faut bien qu’il y ait compensation. » Rappelez également à votre cousin Raphaël que pour bénéficier de ce statut, il faut avoir été embauché avant 30 ans et passer une période d’essai allant de un à deux ans et demi pour les jeunes cadres. Période durant laquelle le contrat de travail peut être rompu à tout moment sans indemnités.

    « Il y a une confusion entre l’ouverture des droits et l’âge effectif de départ, ajoute le secrétaire de l’Unsa ferroviaire Robert Dillenseger, joint par franceinfo. On peut ouvrir ses droits à la retraite à 56 ans si on est cheminot sédentaire, mais ça ne correspond pas à l’âge effectif de départ à la retraite dans la réalité. Si on veut une pension décente, il faut souvent partir plus tard pour éviter les décotes prévues par les précédentes réformes. Du coup, l’âge effectif de départ est de presque 60 ans pour les sédentaires. »

    D’ailleurs, la question des régimes spéciaux ne se posera bientôt plus à la SNCF puisque les futurs agents ne seront plus embauchés avec le statut de cheminot à partir du 1er janvier. Objectif : permettre à l’entreprise ferroviaire de faire des économies substantielles en termes de cotisations sociales.

    3″Des violences policières ? Mais les ‘gilets jaunes’ l’ont bien cherché, non ? »
    Le foie gras arrive sur la table. Théa, végétarienne depuis 6 mois, jette un froid avec ses regards culpabilisants. Votre père macroniste et déjà sérieusement aviné en profite pour tacler sa cible préférée depuis Noël dernier : les « gilets jaunes ».

    Au fil des samedis de contestation, le mouvement s’est radicalisé et les violences sont devenues coutumières dans les manifestations. On se souvient du 1er décembre 2018, marqué par la dégradation de l’Arc de triomphe, mais aussi du 16 novembre dernier, pour le premier anniversaire du mouvement, place d’Italie, à Paris.

    Si une majorité de « gilets jaunes » se désolidarise des casseurs et des groupes de black blocs, les accusant de donner une mauvaise image au mouvement, certains ont fini par faire cause commune avec eux, comme nous l’expliquons dans cet article. Résultat : du mobilier urbain est régulièrement dégradé, des véhicules incendiés, des vitrines caillassées. Selon un rapport du Sénat rendu fin juin, les assurances ont évalué les préjudices matériels à 217 millions d’euros, dont plus de la moitié ont touché des artisans, commerçants et prestataires de services.

    Des CRS déployés sur la place de la Bastille, à Paris, le 16 novembre 2019. Des CRS déployés sur la place de la Bastille, à Paris, le 16 novembre 2019. (XOSE BOUZAS / HANS LUCAS)
    Mais depuis le début du mouvement, l’escalade de la violence est aussi visible côté forces de l’ordre. A partir du samedi 8 décembre 2018, les arrestations se sont multipliées, souvent sur des motifs flous. « Plus de 10 000 personnes ont été retenues et entendues dans toute la France au cours des sept mois les plus intenses de manifestations », recense Le Monde. Plus de 3 100 manifestants ont été condamnés, un « record pour un mouvement social », note le quotidien. Par ailleurs, le recours aux lanceurs de balles de défense (LBD) s’est très rapidement intensifié, tout comme l’usage de grenades de désencerclement. Leur utilisation a bondi de plus de 200% en 2018, concentrée sur les mois de mobilisation, en novembre et décembre.

    Conséquence : des manifestants ont été gravement blessés. Fin novembre, le journaliste indépendant David Dufresne recensait dans Mediapart 318 blessures à la tête, 25 éborgnés et 5 mains arrachées. Dans son dernier bilan, le ministère de l’Intérieur faisait état de 2 448 blessés côté manifestants et 1 742 blessés côté forces de l’ordre. Le dernier blessé grave, Manuel T., a définitivement perdu son œil gauche après avoir reçu un projectile alors qu’il discutait à l’écart des débordements place d’Italie, le 16 novembre. En mars, l’ONU a même réclamé une enquête sur l' »usage excessif de la force » lors des manifestations.

    4″Vous êtes allés voir le dernier Polanski ? Franchement, il faut séparer l’homme de l’artiste »
    Votre grand-mère Jeanne sert la dinde aux marrons. Les avis sont déjà élogieux – il faut dire que l’odeur est alléchante – mais le mari de votre sœur, Farid, lance une discussion cinématographique : « Au fait, vous êtes allés voir le dernier Polanski ? Il est génial ! Je sais, les féministes vont dire qu’il est accusé de viol, mais bon, il faut séparer l’homme de l’artiste. » C’est le cataclysme : tout le monde y va de son avis, vous ne savez plus où donner de la tête.

    Prenons les choses dans l’ordre : le réalisateur franco-polonais, à l’affiche avec son dernier film J’accuse, sur l’affaire Dreyfus, est poursuivi depuis 1977 par la justice américaine pour le viol d’une jeune fille de 13 ans. Il n’a plus mis les pieds aux Etats-Unis, où il risque l’incarcération. Mais il n’a pas arrêté de tourner en Europe. Il a même décroché la Palme d’or, sept César et trois Oscars pour son film Le Pianiste, sorti en 2002. Considéré par le monde du cinéma comme un grand réalisateur, il est ciblé par les organisations et figures féministes, qui ont appelé au boycott de son dernier film, d’autant qu’il a récemment été accusé de viol par une Française pour des faits remontant à 1975, accusations que Roman Polanski nie.

    france 3
    Dans cet article de La Croix, la philosophe Carole Talon-Hugon estime que « ce n’est pas l’œuvre qui est jugée immorale, mais son auteur » et que, par conséquent, « qu’une œuvre soit mise de côté alors qu’elle ne comporte aucune faille morale, au nom des failles de son auteur, serait une forme de moralisme radical ».

    Ce à quoi Céline Piques, porte-parole de l’association Osez le féminisme, répond que « l’artiste met de lui dans une œuvre ». Selon la militante, même si une œuvre ne traite pas de la vie personnelle de son auteur, en en faisant la promotion ou en payant pour la consommer, « je participe à l’aura de l’artiste et je cultive son sentiment de toute-puissance. (…) Aurait-on la même indulgence envers un criminel lambda ? Vous imaginez-vous regarder une émission de télé présentée par Marc Dutroux ? »

    Vous pouvez donc inciter Farid à faire un choix en son âme et conscience. Il devra notamment s’interroger sur les conditions dans lesquelles vivent les femmes dans certains milieux artistiques, notamment dans le cinéma, et sur l’impunité dont peuvent bénéficier certains agresseurs.

    5″Le Brexit ? Bon débarras les Anglais ! On n’a pas besoin d’eux »
    Depuis que Raphaël a intégré son école de commerce, c’est franglais à toutes les sauces. Voilà qu’il se ressert justement de la béarnaise… avec la dinde. What a scandal. Il a beau pratiquer la langue de Shakespeare, l’idée de voir les Britanniques quitter l’Europe a tendance à le réjouir.

    Le Premier ministre britannique Boris Johnson, le 11 décembre 2019 à Londres (Royaume-Uni).Le Premier ministre britannique Boris Johnson, le 11 décembre 2019 à Londres (Royaume-Uni). (BEN STANSALL / AFP)
    Là où Raphaël a raison, c’est que les conséquences du Brexit toucheront d’abord le Royaume-Uni. Les autorités britanniques prévoient des perturbations à court terme dans douze domaines-clés, dont l’approvisionnement en eau et nourriture, la santé, les transports et les frontières, ainsi que la possibilité de « désordres publics », selon un rapport gouvernemental. Le pays risque également d’être moins intéressant pour les investisseurs, puisque beaucoup d’entreprises utilisent le Royaume-Uni comme porte d’entrée vers l’Europe. Le Brexit pourrait provoquer « des faillites en série ( 15%), faire s’envoler l’inflation, faire chuter les importations (-6%) », selon une étude du cabinet d’assurances Euler Hermes, citée dans Paris Match.

    Mais ce qu’il faut aussi rappeler à Raphaël, c’est que, dans un autre rapport, le même assureur affirme que la France se classe comme le cinquième pays le plus touché, au sein de l’Union européenne, par les conséquences du Brexit, notamment à cause de la diminution des exportations françaises outre-Manche. Le Sénat fait ni plus ni moins le constat d’un « désastre » « perdant-perdant », en cas de Brexit dur (c’est-à-dire sans accord). Il évoque des pertes estimées à 7,7 milliards d’euros par an pour la France, soit près de 0,3% du PIB. N’en déplaise à Raphaël, les conséquences d’un « no deal » seraient donc nombreuses. Reste à savoir si les Parlements britannique et européen vont accepter l’accord de sortie négocié par Boris Johnson et l’UE le 19 octobre. Si le premier ne devrait pas poser problème après la victoire écrasante des conservateurs aux législatives, le second pourrait s’y opposer, notamment concernant les dispositions sur l’Irlande du Nord, assure un juriste dans Le Monde.

    Les conséquences d’un Brexit dur seraient visibles dès le lendemain de son entrée en vigueur, soit le 31 janvier. Les milliers de poids lourds qui circulent de part et d’autre de la Manche se retrouveraient fortement ralentis par les contrôles douaniers, formant des bouchons monstrueux. Les voitures britanniques pourraient être taxées de 10 à 14% et les denrées agricoles de 5 à 50% sur certaines céréales : certains produits anglais coûteront donc plus chers en France. Les pêcheurs bretons et normands, craignent, quant à eux, de se retrouver privés d’une grande partie de leurs revenus : 30% de la pêche française provient en effet des eaux britanniques.

    Côté étudiants, le Royaume-Uni pourrait sortir du programme Erasmus (les étudiants déjà sur place pourront toutefois terminer leur cursus). Pour les séjours de longue durée, un visa sera peut-être requis. Mais pour les séjours de moins de 90 jours, ils ne seront heureusement pas nécessaires.

    6″120 000 dollars pour une banane scotchée à un mur ? Je vais vendre mes crottes de nez et devenir millionnaire »
    Si votre tante Véronique est parfois quelque peu excessive, surtout après un trou normand, force est de constater que l’art contemporain peut parfois être déroutant. Récemment, une banane a ainsi été élevée au rang d’œuvre d’art. Scotchée grossièrement à un mur, son prix a même flambé puisqu’elle a été vendue 120 000 dollars début décembre, à la Foire d’art contemporain de Miami, en Floride (Etats-Unis). On doit cette composition à Maurizio Cattelan, un plasticien italien très coté.

    \ »Comedian\ », oeuvre de Maurizio Cattelan, a été tout simplement mangée par un autre artiste, David Datuna. Un quart d\’heure plus tard, une nouvelle banane était scotchée au mur. « Comedian », oeuvre de Maurizio Cattelan, a été tout simplement mangée par un autre artiste, David Datuna. Un quart d’heure plus tard, une nouvelle banane était scotchée au mur. (RHONA WISE / EPA)
    « Mais à ce stade, peut-on encore parler d’art ? », s’interroge « tata Véro ». Difficile de ne pas partager son scepticisme. Bien sûr, si l’on s’arrête à l’intérêt esthétique de l’œuvre, on tombera d’accord – une première dans ce dîner de réveillon – pour dire qu’il est quasi-inexistant. Mais on pourrait plutôt s’intéresser à ce que cette banane dit de l’absurdité de l’art contemporain et ses délires spéculatifs. En parvenant à vendre un fruit scotché à un tel prix, Mauricio Cattelan réalise un coup que l’on pourrait estimer proche de celui de Banksy en octobre 2018. Quelques minutes après que son fameux Girl with Balloon ait été adjugé pour 1,185 million d’euros, le tableau s’est auto-détruit, sous les yeux médusés des acheteurs. Une manière de dénoncer les montants vertigineux atteints par ses œuvres.

    Une autre hypothèse, un brin nihiliste, pourra être mise sur la table des festivités. Peut-être cette banane ridicule sert-elle à montrer que l’art a le droit d’être détaché de tout principe logique, de toute finalité raisonnée et raisonnable. « Si j’aime cette banane faite œuvre, c’est parce qu’elle n’a aucun sens et qu’elle détruit précisément toute idée d’une idée de l’art », explique ainsi la philosophe Géraldine Mosna-Savoye sur France Culture. L’art peut n’avoir aucune règle, aucun sens, aucune morale. Si votre tante Véronique décide d’élever ces crottes de nez au rang d’art, elle peut donc le faire. Est-ce formidable ? Est-ce pathétique ? Les convives trancheront.

    7″Ce n’est pas avec cette chèvre de Giroud qu’on va battre le Portugal et l’Allemagne à l’Euro »
    Il est bientôt une heure du matin, Théa disserte sur les bienfaits de la permaculture face au regard dubitatif de votre oncle Guy. Mamie pose, triomphante, sa fameuse bûche aux myrtilles à 1 500 calories la part sur la table. Votre frère Fabrice en profite pour entamer la troisième mi-temps de ce réveillon avec ce tacle si prévisible contre l’attaquant français.

    Régulièrement critiqué, Olivier Giroud n’a jamais fait l’unanimité en équipe de France et certains s’étonnent de le voir encore et toujours en sélection. Il faut dire que sa situation reste pour le moins compliquée en club, avec Chelsea, où il se retrouve placardisé avec un temps de jeu minime. Et puis, on l’entend venir Fabrice avec ses cris d’orfraie : « Il n’a pas été fichu de marquer une seule fois au Mondial 2018 ! » Votre réponse fuse : c’est vrai que cette image de buteur muet lui colle à la peau mais Olivier Giroud privilégie l’efficacité et, n’en déplaise à Fabrice, il empile les buts.

    Le footballeur français Olivier Giroud, le 15 juillet 2018, à Moscou (Russie) célèbre la victoire des siens contre la Croatie. Le footballeur français Olivier Giroud, le 15 juillet 2018, à Moscou (Russie) célèbre la victoire des siens contre la Croatie. (MATTEO CIAMBELLI / NURPHOTO / AFP)
    Face à la Moldavie, le 14 novembre dernier, l’ancien Montpelliérain a inscrit son 39e but en Bleu, consolidant ainsi sa place de troisième meilleur buteur de l’histoire de l’équipe de France, devant David Trezeguet. Joueur fétiche de Didier Deschamps, le sélectionneur lui a toujours fait confiance et force est de constater que ça a toujours fonctionné : à lui seul, Olivier Giroud a inscrit 19,6% des buts des Bleus depuis que Deschamps est sélectionneur, plus qu’aucun autre Français sur cette période.

    Et si Antoine Griezmann et Kylian Mbappé brillent, c’est parce que le grand avant-centre ne rechigne pas à effectuer les tâches obscures. « Olivier, c’est un attaquant avec un profil particulier, c’est un point d’appui, il a beaucoup de force, est très fort dans les déviations et les remises », commentait Clément Lenglet avant le match des Bleus face à l’Islande, début octobre. Et si Fabrice vous rie encore au nez, renvoyez-le à l’article de Slate.fr qui explique très bien que, même s’il n’a effectivement pas marqué de but lors du Mondial 2018, c’est aussi grâce à Olivier Giroud que la France est devenue championne du monde.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  102. Le Panda Le 25 décembre 2019 à 11h08min (commentaire N° 102)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    « Dans les stades, on ne peut plus rien dire : au moindre ‘enculé’, le match est suspendu »
    Votre frère Fabrice n’en démord pas : non seulement, Giroud ne fera pas gagner l’équipe de France, mais en plus, l’esprit du foot se perd. « Dans les stades, on ne peut plus rien dire ! Le moindre ‘enculé’ et le match est suspendu… » Fin août dernier, plusieurs matchs ont en effet été interrompus par des arbitres à cause de chants ou banderoles homophobes. Certains supporters, vent debout contre cette nouvelle règle, ont même donné dans la surenchère : les adversaires et les arbitres n’étaient plus les seuls « enculés », la Ligue professionnelle de football (LFP) l’était également.

    Pourquoi cette insulte est-elle inacceptable ? Dans cet article, nous avons posé la question à plusieurs spécialistes, sémiologues et linguistes. Tous s’accordent à dire que « enculé » est une insulte homophobe et sexiste. Le Trésor de la langue française retient deux définitions pour ce terme : d’abord « pédéraste passif », déjà très péjoratif, mais aussi « injure adressée à une personne considérée comme méprisable, sotte, dénuée de courage ». Le mot sert donc à désigner les hommes gays et la sexualité qu’on leur attribue, mais aussi à insulter, indépendamment de l’orientation sexuelle et des pratiques de l’autre. « Il n’y a aucun doute sur la dimension homophobe de cette insulte », tranche la linguiste et sémiologue Marie Treps.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  103. Le Panda Le 25 décembre 2019 à 11h09min (commentaire N° 103)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    « Il s’agit d’une insulte hétérosexiste, c’est-à-dire une insulte d’homme hétérosexuel qui vise à inférioriser les femmes et les gays », indique également l’avocat Etienne Deshoulières sur le site de SOS Homophobie. « Oui enfin, tu sais bien que je ne suis pas du tout homophobe », se défend Fabrice. Justement, l’Observatoire national de la délinquance (ONDRP) a publié en 2017 une étude sur les injures à caractère homophobe, qui écarte la notion d’intention, pour retenir la perception. « Les injures homophobes, comme les injures en général, sont toujours sujettes à interprétation. L’injure se caractérise en effet par le fait qu’elle dépend de la perception de la personne visée », peut-on lire.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  104. Le Panda Le 25 décembre 2019 à 11h10min (commentaire N° 104)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    « Les sapins en plastique, c’est une catastrophe écologique »
    Vient le moment tant attendu : les cadeaux. Vos nièces et neveux ne tiennent plus en place, sautent de joie, tapent dans les mains, tout le monde est joyeux. Mais Théa, votre cousine baroudeuse tout juste rentrée d’un voyage initiatique au Népal, vous demande si vous avez bien fait attention à choisir un sapin éco-responsable. « Parce que ceux en plastique qui viennent de Chine, c’est une catastrophe écologique », soutient-elle.

    Aïe ! Le vôtre est justement artificiel, et donc, non biodégradable. Vous regrettez d’avoir vu passer cette vidéo de franceinfo sans la regarder. Elle donne tout à fait raison à Théa.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  105. Le Panda Le 25 décembre 2019 à 11h10min (commentaire N° 105)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Bénédicte Carrio, militante écologiste, expliquait justement qu’investir dans un sapin artificiel, c’est très mauvais pour la planète, car son coût écologique n’est amorti qu’après une vingtaine d’années d’utilisation. Mais les sapins naturels ne sont pas forcément irréprochables non plus. La monoculture de sapin appauvrit la biodiversité de la terre, et pollue les nappes phréatiques, du fait des pesticides. Il faut donc veiller à leur provenance et privilégier les sapins labellisés FSC ou PEFC, qui garantissent que les arbres proviennent d’une gestion forestière respectueuse de critères écologiques et sociaux.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  106. Le Panda Le 25 décembre 2019 à 11h11min (commentaire N° 106)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    « On pollue plus en envoyant des e-mails qu’en prenant l’avion »
    Les esprits échauffés par le réveillon sont apaisés après une bonne nuit de sommeil. Sur la table du petit-déjeuner trônent brioche, confitures et chocolat chaud. Vous profitez de l’accalmie pour ouvrir votre ordinateur et répondre à deux ou trois e-mails, histoire d’être tranquille jusqu’en 2020.

    Après un bref discours sur les vertus de la déconnexion, Théa (décidément) vous sermonne face à votre boîte de réception qui déborde : « Tu sais, on pollue plus en envoyant des e-mails qu’en prenant l’avion. » Vous vous sentez coupable, vous qui avez justement choisi tous vos lieux de vacances de l’année en fonction de leur accessibilité par voie terrestre. Cette tendance appelée « flygskam » (« honte de prendre l’avion » en suédois) prend tellement d’ampleur qu’elle influe les résultats du secteur aérien, comme l’explique Courrier International.

    Ce que dit votre cousine sur la pollution provoquée par les e-mails n’est ni tout à fait vrai, ni tout à fait faux : internet, dans son ensemble (téléchargement, streaming, recherches Google), est très polluant. Mais envoyer des e-mails ne pollue pas plus qu’un trajet en avion. On estime qu’un e-mail équivaut à environ 10g de CO2 – soit une ampoule basse consommation allumée pendant une heure. Une fois arrivé dans votre boîte mail, il est stocké « dans la vraie vie » au sein d’un « data center », ou « centre de données » en français, extrêmement gourmand en électricité.

    Ce n’est donc pas l’e-mail en lui-même qui pollue, mais son stockage : ajoutez-donc sur votre liste de bonnes résolutions celle de trier vos courriels régulièrement et de veiller à ne pas vous abonner à des newsletters inutiles. Et n’abandonnez pas vos efforts quant à la pollution aérienne : un aller-retour Paris-Katmandou, par exemple, émet 3,06 tonnes de CO2, soit plus de 600 allers-retours Paris-Bordeaux en train, selon Consoglobe. Thea peut donc aller se rhabiller.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  107. Le Panda Le 28 décembre 2019 à 20h49min (commentaire N° 107)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    A quoi s’attendre dans les transports en commun dimanche 29 décembre ? Alors que la grève contre la réforme des retraites se poursuit, le trafic sera toujours perturbé dans les métros, les RER et les tramways, avec treize lignes de métro fermées. Voici dans le détail les prévisions communiquées par la RATP.

    RATP Group

    @RATPgroup
    [Mouvement Social] ⚠️ Le trafic sera très réduit ce dimanche 29 décembre sur les réseaux #métro et #RER #RATP. Le détail des prévisions est disponible ci-dessous ⬇️ et sur http://ratp.fr

    Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité
    54 personnes parlent à ce sujet
    Prévisions, trafic, réactions… Retrouvez les dernières informations sur la réforme des retraites et la grève dans notre direct

    • Pour les métros : seules les deux lignes de métro automatisées (1 et 14) circuleront normalement. Le trafic sera en revanche encore totalement interrompu sur treize lignes : 3, 3 bis, 4, 5, 6, 7, 7 bis, 8, 9, 10, 11, 12 et 13. Les métros ne circuleront que de 8 heures à midi sur la ligne 2, avec un train toutes les 10 minutes.

    • Pour les RER : le trafic sera également encore perturbé sur les lignes de RER. Sur le RER A, de 8h30 à 23 heures, les trains en provenance de la branche Cergy seront prolongés de Nanterre-Préfecture à La Défense. De 8 heures à 18 heures, il y aura un train toutes les 30 minutes entre Nation et MLV/Chessy. Le reste de la ligne sera fermé toute la journée. Pour le RER B, il y aura un train sur trois entre la gare du Nord et Saint-Rémy/Robinson. Il y aura également toute la journée un train sur trois entre la gare du Nord et l’aéroport CDG/Mitry.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  108. Le Panda Le 28 décembre 2019 à 20h50min (commentaire N° 108)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    • Pour les tramways : les lignes T2, T5, T6 et T7 fonctionneront normalement. Le trafic sera normal sur la ligne T3a entre Pont du Garigliano et Porte d’Ivry. Pour la ligne T3b, le trafic sera quasi normal le matin sur toute la ligne et se fera uniquement entre Porte d’Aisnières et Porte de Bagnolet de midi à 19h30. La ligne T1 fonctionnera de 7 heures à 11h45 et de 15 heures à 20h20. Enfin, la ligne T8 circulera normalement le matin et avec un train sur deux l’après-midi.

    • Pour les bus : deux tiers du trafic sera assuré en moyenne.

    La sélection de franceinfo sur la réforme des retraites
    • Transport. Des trains roulent-ils à moitié vides en pleine période de grève et de voyages supprimés ?

    • Infographie. Le taux de grévistes tombe à son plus bas niveau depuis le début du mouvement

    • Carte. Quelles sont les stations-service qui rencontrent des difficultés d’approvisionnement en carburants ?

    • Décryptage. Policiers, routiers, pilotes… Ces professions qui font exception dans le projet de système universel de retraite

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  109. Le Panda Le 28 décembre 2019 à 20h51min (commentaire N° 109)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Un peu partout en France, le mouvement présidentiel soutient des candidats qui hier défilaient contre le mariage homosexuel. Ils disent avoir changé d’avis… Mais la base des « marcheurs » enrage.
    Par Alexandre Le Drollec et Julien Martin

    Publié le 28 décembre 2019 à 16h00

    Ce devait être une formalité. Une affaire vite expédiée. Au début de l’automne, La République en Marche (LREM) se penche sur le dossier nîmois. Au QG parisien du mouvement, on tombe assez vite d’accord : pour porter les couleurs de la majorité présidentielle aux municipales de mars prochain, la Commission nationale d’Investiture (CNI) retient la candidature d’un certain David Tebib. Soutenu par les « marcheurs » locaux, cet entrepreneur, nouveau venu en politique et patron du club de handball de la ville, a cet avantage de coller à l’image du renouvellement chère aux macronistes. Mais sitôt prise, la décision est gelée par l’état-major de LREM !

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  110. Le Panda Le 28 décembre 2019 à 20h52min (commentaire N° 110)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Dans les coulisses, François Bayrou, l’allié historique, entend en effet temporiser pour faire de la place à « son » candidat, Yvan Lachaud, ex-parlementaire, centriste bon teint passé par l’UDF, l’UDI et le Nouveau Centre, et président de la métropole nîmoise. Quelques semaines plus tard, le 10 décembre, l’affaire est pliée : accord avec le MoDem oblige, Lachaud est officiellement investi. Sur le terrain, les « marcheurs »

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  111. Le Panda Le 28 décembre 2019 à 20h54min (commentaire N° 111)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    A quoi va ressembler le trafic ferroviaire en cette fin d’année alors que la grève contre la réforme des retraites se poursuit à la SNCF ?

    Il demeurera très perturbé la semaine prochaine, la SNCF prévoyant de faire circuler « entre 45% et 50% » des TGV en moyenne lundi et mardi, 35% le 1er janvier et 50% le 2 janvier, a indiqué le groupe ferroviaire à l’AFP. « Tous les trains qui sont réservables jusqu’au 2 janvier sont garantis », a précisé Pierre Matuchet, directeur production de Voyages SNCF, assurant que tous les voyageurs ayant un billet jusqu’au 2 janvier ont été prévenus du maintien ou non de leur train.

    La sélection de franceinfo sur la réforme des retraites
    • Transport. Des trains roulent-ils à moitié vides en pleine période de grève et de voyages supprimés ?

    • Infographie. Le taux de grévistes tombe à son plus bas niveau depuis le début du mouvement

    • Carte. Quelles sont les stations-service qui rencontrent des difficultés d’approvisionnement en carburants ?

    • Décryptage. Policiers, routiers, pilotes… Ces professions qui font exception dans le projet de système universel de retraite

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  112. Le Panda Le 28 décembre 2019 à 20h56min (commentaire N° 112)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Manifestation contre la réforme des retraites: «S’il faut encore tenir un mois, on tiendra»
    Le noyau dur des opposants à la réforme des retraites défilait cet après-midi à Paris. Le Figaro a suivi ces quelques milliers de manifestants, plus motivés que jamais.

    Par Jean-Baptiste de la Torre
    Publié le 26 décembre 2019 à 19:26, mis à jour le 26 décembre 2019 à 21:57
    Les manifestants devant la Gare de l’Est, à Paris, le 26 décembre 2019.
    Les manifestants devant la Gare de l’Est, à Paris, le 26 décembre 2019. STEPHANE DE SAKUTIN/AFP
    Ni le froid, ni les fêtes, ni même les timides signes d’ouverture du gouvernement ne les feront changer d’avis. Quelques milliers de cheminots et d’employés de la RATP ont à nouveau défilé dans les rues de Paris cet après-midi, scandant – presque sans arrêt – ce qui est devenu leur slogan: «En grève, en grève, jusqu’au retrait!» La majorité des manifestants interrogés se revendiquaient de la CGT et de SUD, les syndicats les plus engagés dans la lutte contre la réforme du gouvernement.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  113. Le Panda Le 28 décembre 2019 à 20h58min (commentaire N° 113)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Grèves: le trafic encore fortement perturbé à la SNCF et la RATP vendredi 27 décembre
    Après 22 jours de grève, le conflit social sur la réforme des retraites ressemble à une voie sans issue. En 1995, le gouvernement Juppé avait attendu ce fatidique 22e jour pour retirer sa réforme. Vingt-quatre ans plus tard, Édouard Philippe, le successeur spirituel de l’ancien maire de Bordeaux, est déterminé à remplacer les 42 régimes de retraite existants pour créer un «système universel».

    À lire aussi : Grèves de 1995: ce qui s’était passé à l’époque
    Grèves de 1995 : ce qui s’était passé à l’époque
    Il y a vingt-quatre ans, la France connaissait déjà plusieurs semaines de grèves et de blocages face au plan Juppé. Figaro Live revient sur ces événements, avec les archives du Figaro et des

    Niveaux de qualitéFullscreen

    JB de la Torre
    @Jb_DeLaTorre
    On est sur du manifestant endurci cet après midi ! Tout le monde chante

    15:58 – 26 déc. 2019 · Paris, France
    Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité
    Voir les autres Tweets de JB de la Torre
    Décidés à «ne rien lâcher», les manifestants se sont rassemblés à 13h devant la gare de l’Est, d’où ils se sont élancés vers 14h. Selon des sources policières, la manifestation aurait réuni environ 2000 personnes, dans une ambiance festive: après un mois de mobilisation, il régnait dans le cortège une véritable atmosphère de camaraderie. «On est une famille, d’autant plus depuis qu’on a passé Noël ensemble» a attesté Cédric, cheminot de 37 ans.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  114. Le Panda Le 28 décembre 2019 à 20h59min (commentaire N° 114)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    n conducteur de métro en grève témoignait quant à lui de sa «détermination à aller jusqu’au bout du combat». «C’est maintenant qu’il faut tenir», a-t-il continué, estimant que «demain il sera trop tard» pour sauver son régime spécial. Sans trop de surprise, cette manifestation du 26 décembre a réuni les irréductibles, qui semblent prêts à tout pour gagner leur combat contre le gouvernement. Pourtant, la mobilisation à la SNCF était à nouveau en baisse ce jeudi matin, avec 9,6% des cheminots gévistes (après 9,8% mardi).
    Retraites: la grève égale celle de 1995

    «22e jour de grève, on lâche rien !» Quelques centaines de personnes ont manifesté à Paris contre la réforme des retraites le 26 décembre 2019. Le conflit en 1995 sur les retraites avait aussi duré 22 jours.

    Vers une convergence entre grévistes et «gilets jaunes»?
    Constitué à 80% de cheminots et de salariés de la RATP, le cortège comprenait aussi beaucoup de «gilets jaunes». «Je suis venu sur mon jour de congé pour soutenir les grévistes qui se battent pour nous, quoi qu’en disent les médias», a déclaré l’un d’entre-eux, venu de Seine-Saint-Denis.

    Quelques débordements ont émaillé la manifestation lorsque le cortège est passé près du grand magasin Le Printemps. Un groupe d’une vingtaine de personnes se revendiquant des «gilets jaunes» s’est alors détaché du cortège officiel, saccageant les commerces et semant la pagaille sur les Grands boulevard pendant une dizaine de minutes, avant de se disperser dans la nature sans que les gendarmes n’aient pu les interpeller.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  115. Le Panda Le 1 janvier 2020 à 11h18min (commentaire N° 115)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    «Il faut des grèves partout» dit Philippe Martinez de la CGT
    Le syndicat sera présent aux réunions de négociations sur la réforme des retraites avec Matignon à compter de la semaine prochaine.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  116. Le Panda Le 1 janvier 2020 à 11h20min (commentaire N° 116)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez a indiqué mercredi 1er janvier sur BFMTV qu’il fallait «des grèves partout» pour peser dans le conflit sur la réforme des retraites. «Il faut que le signal d’alarme soit fort».

    À lire aussi : Ce qu’il faut retenir des «vœux aux Français» d’Emmanuel Macron
    Le leader syndical a en outre annoncé qu’il se rendrait aux négociations avec le premier ministre à compter du 7 janvier. «Nous irons à toutes les réunions», a-t-il dit, tout en précisant que le mouvement pourrait reprendre de l’ampleur avec la rentrée du lundi 6 janvier. «Dès lundi, on appelle à faire des assemblées générales et à rediscuter de la mobilisation», annonce le leader de la CGT.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  117. Le Panda Le 1 janvier 2020 à 11h22min (commentaire N° 117)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Philippe Martinez s’est dit «d’accord pour parler de la pénibilité», mais a observé que «si vous reculez l’âge de la retraite, même ceux qui effectuent des travaux pénibles vont partir plus tard».

    À lire aussi : Réforme des retraites et grève: ce qui va se passer dans les prochains jours
    Au lendemain des voeux d’Emmanuel Macron, il estime enfin que le président est «enfermé dans sa bulle qui considère que tout va bien dans le pays».

    Emmanuel Macron a réaffirmé sa détermination à «mener à bien la réforme des retraites» lors de ses voeux tout en pressant le gouvernement de «trouver un compromis rapide», alors que la grève entre mercredi dans son 28e jour. Le mouvement reste soutenu par une majorité de Français (51%), selon un dernier sondage publié le 29 décembre dans Le JDD.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  118. Le Panda Le 1 janvier 2020 à 11h23min (commentaire N° 118)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Ce qu’il faut retenir des «vœux aux Français» d’Emmanuel Macron
    Le président de la République a assuré que la réforme des retraites serait «menée à son terme». Il demande pour cela au gouvernement de «trouver un compromis rapide».

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  119. Le Panda Le 1 janvier 2020 à 11h24min (commentaire N° 119)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Les troisièmes de son quinquennat. Les deuxièmes en pleine crise sociale. Et les premiers de l’acte II. Ce mardi soir, Emmanuel Macron a prononcé les traditionnels «vœux aux Français» du président de la République. Debout – comme cela semble devenir une habitude chez lui – dans le Salon des Ambassadeurs de l’Élysée, il s’est placé devant une fenêtre donnant sur la fontaine des jardins, et s’est exprimé durant 18 minutes. Le chef de l’État est donc longuement sorti du silence dans lequel il s’était enfermé depuis son retour de Côte d’Ivoire, il y a 10 jours.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  120. Le Panda Le 1 janvier 2020 à 11h24min (commentaire N° 120)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    2020, une année charnière pour Emmanuel Macron
    Après avoir réclamé à l’époque – en vain – une « trêve » dans le mouvement social démarré le 5 décembre dernier, la première dame et lui s’étaient tous les deux retirés au Fort de Brégançon (Var) pour y passer les fêtes de fin d’année en famille. Période durant laquelle la grève contre la réforme des retraites s’est poursuivie, notamment dans les transports : la SNCF, à l’arrêt quasi-total depuis 27 jours consécutifs, a battu le record symbolique de 1995 (22 jours) et s’apprête à effacer celui de 1986/1987 (28 jours). C’est donc dans un contexte extrêmement tendu qu’Emmanuel Macron s’est exprimé, pour une allocution très attendue.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  121. Le Panda Le 1 janvier 2020 à 11h25min (commentaire N° 121)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    ● La réforme des retraites «sera menée à son terme»
    Sans surprise, le chef de l’État a confirmé que «la réforme des retraites, sur laquelle (il s’est) engagé devant (les Français) et qui est portée par le gouvernement, sera menée à son terme». Et ce bien que la plupart des oppositions ainsi que des syndicats en réclament le retrait pur et simple. Après avoir dénoncé les «mensonges et les manipulations» qu’il «entend beaucoup», le président a assuré : «J’entends, sur un sujet aussi important, qui tient au cœur même de l’identité française, les peurs et les angoisses qui se font jour». «C’est pourquoi, avec les organisation patronales et syndicales qui le veulent, j’attends du gouvernement d’Édouard Philippe qu’il trouve la voie d’un compromis rapide, dans le respect des principes (d’universalité, d’équité et de responsabilité) que je viens de rappeler», a-t-il conclu, alors que les négociations avec les partenaires sociaux doivent reprendre le 7 janvier prochain

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  122. Le Panda Le 1 janvier 2020 à 11h28min (commentaire N° 122)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    ● «Je ne céderai rien au pessimisme ou à l’immobilisme»
    Après avoir souligné qu’il prononçait ses «troisièmes vœux», Emmanuel Macron a ressuscité la notion d’«ancien monde» – sans la nommer – en s’en prenant vivement à ses prédécesseurs. «D’habitude, (la mi-mandat) c’est le moment du (quinquennat) où on renonce à agir avec vigueur, pour ne surtout plus mécontenter personne à l’approche des futures échéances électorales – municipales, sénatoriales, départementales, régionales puis présidentielles». «Alors à l’aube de cette nouvelle décennie, je veux vous assurer que je ne céderai rien au pessimisme, ou à l’immobilisme», a-t-il martelé. «J’ai conscience que les changements bousculent souvent. Mais les inquiétudes ne sauraient pousser à l’inaction. Car il y a trop à faire».

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  123. Le Panda Le 1 janvier 2020 à 11h29min (commentaire N° 123)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    ● De «nouvelles décisions» contre «les forces qui minent l’unité de la Nation»
    «Rappelons-nous toujours que nous avons, à l’égard de la France, plus de devoirs que de droits», a exhorté Emmanuel Macron. Inquiet de constater «trop de divisions au nom des origines» ou encore «des religions», il a promis qu’il «prendrait de nouvelles décisions dans les prochaines semaines» pour «lutter avec détermination contre les forces qui minent l’unité de la Nation». Comprendre : le communautarisme, notamment. De même, pour atteindre le modèle de société vers lequel il souhaite tendre, il a cité la mise en place progressive du Service national universel ou encore la «vague d’émotion» puis «d’enthousiasme» qui a suivi l’incendie de Notre-Dame-de-Paris. «Nous sommes un peuple de bâtisseurs, conscient de sa vocation universelle», s’est-il félicité. «Quand l’Histoire s’accélère, l’esprit français ne cède rien à la facilité», a-t-il conclu.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  124. Le Panda Le 1 janvier 2020 à 11h30min (commentaire N° 124)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    ● «Un nouveau modèle écologique doit se déployer»
    Il veut montrer qu’il a tiré les enseignements de la crise des «gilets jaunes», qui est née de la protestation contre la fameuse taxe carbone. Ainsi que des européennes, où les écologistes se sont imposés comme la troisième force politique du pays. Résultat, Emmanuel Macron a assuré que «2020 sera l’année où un nouveau modèle écologique doit se déployer». «J’attends beaucoup des propositions que préparent 150 de nos compatriotes qui se sont engagés dans la Convention Citoyenne», a-t-il lancé, estimant qu’il lui «reviendra au printemps prochain d’affirmer des choix nouveaux et forts pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre et lutter contre le réchauffement climatique». Le président s’est ensuite lancé dans un plaidoyer pour un modèle qui soit à la fois «écologique et économique», «écologique et social», et «écologique et culturel».

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  125. Le Panda Le 1 janvier 2020 à 11h31min (commentaire N° 125)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    ● Les maires, «piliers de la République du quotidien» dont nous avons «tant besoin»
    À trois mois des élections municipales, Emmanuel Macron a tenu à «avoir une pensée chaleureuse pour les maires de France». «Dans quelques semaines, nombre d’entre eux s’arrêteront après un ou plusieurs mandats, d’autres solliciteront votre confiance. Qu’ils soient ce soir à nouveaux, tous remerciés, ils sont les piliers de la République du quotidien, des territoires. Nous en avons tant besoin», a lancé le président. Il a également salué le «dialogue respectueux et républicain» qu’il avait «su instaurer» avec le pays durant le grand débat national, entre janvier et avril derniers. Une initiative jugée «sans précédent dans une démocratie».

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  126. Le Panda Le 10 janvier 2020 à 09h14min (commentaire N° 126)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Réforme des retraites : ce que contient le projet de loi
    Le texte de la réforme des retraites a été transmis dans la nuit aux instances paritaires. Parmi les nouveautés : un calendrier resserré pour négocier d’autres mesures que l’âge pivot et une concession sur la pension de réversion.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  127. Le Panda Le 10 janvier 2020 à 09h18min (commentaire N° 127)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Drôle de timing… Alors que les mobilisations se poursuivaient dans toute la France, les services du secrétaire d’Etat aux retraites ont convoqué jeudi une partie de la presse à 17 heures pour présenter le texte du projet de loi sur le nouveau système des retraites, envoyé en fin de semaine dernière au Conseil d’Etat. La raison officielle? Les possibles fuites. Car le texte arrive le 24 janvier en Conseil des ministres, mais il devait auparavant être envoyé dans la nuit de jeudi à vendredi aux partenaires sociaux des caisses concernées, notamment la Caisse nationale d’assurance vieillesse (CNAV).

    Pas de texte remis en main propre à la presse, mais une explication longue et très technique de ce que contient cette centaine de pages… Voilà l’exercice auquel s’est livré pendant deux heures l’entourage du nouveau Mr Retraite, Laurent Pietraszewsk i. Qu’apprend-on? C’est la traduction presque mot pour mot de l’architecture déclinée par le Premier ministre le 11 décembre dernier, lors de sa présentation de la réforme au Conseil économique, social et environnemental (CESE).

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  128. Le Panda Le 10 janvier 2020 à 09h19min (commentaire N° 128)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    L’âge d’équilibre est inscrit dans la loi « par défaut »
    Pierre angulaire financière de cette réforme, l’âge pivot autrement appelé « âge d’équilibre » ou « âge de référence » figure bel et bien dans le texte. Edouard Philippe l’avait d’ailleurs confirmé mardi dernier. Il s’agit avec cette mesure de faire face aux prévisions de déficits d’ici à 2025 formulées récemment par le Conseil d’orientation des retraites (entre 8 et 17 milliards). De quoi braquer Laurent Berger, de la CFDT, qui a une nouvelle fois martelé ce jeudi : « si l’âge pivot reste dans la loi c’est non! ». « Tout ce qui sera acté lors des négociations fera l’objet d’une lettre rectificative », insiste néanmoins une source de l’exécutif. D’ailleurs, les termes mêmes de ce projet de loi laissent une porte ouverte. « L’âge d’équilibre » qui reviendra, de fait, à repousser l’âge légal de départ fixé actuellement à 62 ans, est inscrit dans la loi « par défaut ». En effet, les partenaires sociaux auront auparavant leur mot à dire.

    Le texte prévoit de leur laisser la possibilité de fixer l’âge d’équilibre et les montants du malus et du bonus, voire de faire d’autres propositions, pour peu qu’elles fassent l’objet d’un compromis entre le gouvernement, le patronat et les syndicats.

    Mais le texte de loi resserre le calendrier prévu initialement : ils auront jusqu’au 1er septembre 2020 pour y travailler et remettre leur copie, et non jusqu’au 1er janvier 2021 comme initialement indiqué par Edouard Philippe. S’ils n’y parviennent pas, la loi fixera alors d’office à partir du 1er janvier 2022 un âge d’équilibre, qui pourrait être 64 ans, ainsi que le montant du malus (5 %) et du bonus (5 %).

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  129. Le Panda Le 10 janvier 2020 à 09h20min (commentaire N° 129)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Augmentation par paliers
    Une mise en place progressive de la mesure est d’ores et déjà prévue. L’âge d’équilibre augmentera par paliers entre 2022 et ce jusqu’en 2027, de quatre mois par an et par génération pour atteindre l’âge cible (64 ans). Il sera appliqué à tous ceux qui prendront leur retraite à partir de cette date et ne devrait porter que sur les années travaillées à partir de 2022. En clair, si l’âge légal de départ à la retraite est maintenu à 62 ans pour bénéficier d’une retraite à taux plein, il faudra atteindre ce fameux âge d’équilibre mais aussi comptabiliser une durée de cotisation requise pour échapper au malus. Quant aux carrières longues, qui permettent de partir plus tôt, elles seront maintenues pour ceux qui auront validé 5 trimestres avant l’âge de 20 ans. Pour eux, l’âge légal de départ sera maintenu à 62 ans.

    Parmi les nombreuses mesures de cette réforme du système universel, qui comprend un projet de loi ordinaire et un projet de loi organique, une « concession » a été faite aux syndicats. Il s’agit de l’explosive mesure concernant la pension de réversion nouvelle formule. Elle sera versée au conjoint survivant à partir de 55 ans, et non 62 ans comme proposé dans le rapport dans le rapport Delevoye. Dans le régime universel, tout le monde sera logé à la même enseigne.

    Si le système actuel devrait être maintenu pour les personnes mariées ou divorcées avant 2025 (une mission sera confiée à Bertrand Fragonard et Anne Marie Leroyer), il change pour les conjoints à partir de 2037. Pour ces derniers, on ne garantit plus 50 % ou 60 % de la pension du conjoint décédé, ni le prorata des années de mariage. Les nouvelles règles prévoient en cas de décès du conjoint de maintenir le niveau de vie, à hauteur de 70 % des droits à retraite du couple. Mais uniquement pour les couples mariés au moment du décès. Contrairement au système actuel, le divorce fera tomber les droits à la réversion.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  130. Le Panda Le 10 janvier 2020 à 09h20min (commentaire N° 130)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Etalement des décisions sur près de deux ans
    Enfin, concernant la pension à 1000 euros, mesure de justice vantée par le gouvernement et qui sera effective à compter de 2022, une précision de taille a été apportée. Edouard Philippe a promis que tout salarié qui aura eu « une carrière complète au smic » bénéficiera d’une pension minimum de 1 000 € net correspondant à 85 % du smic. Si l’on savait que le versement de ce minimum de pension fixé à 85 % du smic serait conditionné à l’obtention d’une « carrière complète », jusqu’ici le gouvernement n’avait pas donné plus de détails. Le texte prévoit qu’il faudra faire un décompte qui se fondera sur les règles actuelles, soit 43 années de cotisation.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  131. Le Panda Le 10 janvier 2020 à 09h25min (commentaire N° 131)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Tout avait pourtant bien commencé. Une fois élu, mais avant sa prise de fonction officielle, Emmanuel Macron avait rendu visite à Gérard Larcher en son splendide palais du Luxembourg. Le président du Sénat avait apprécié ce geste de courtoisie républicaine et avait mis en garde son cadet sur l’état explosif du pays.

    Il n’a pas eu le sentiment d’être particulièrement écouté, mais n’en a pas pris ombrage. Durant la première année du quinquennat, il s’est rendu à plusieurs reprises à l’Élysée. Puis l’ambiance s’est tendue, quand le président a révélé toute l’ambiguïté de son attitude

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  132. Le Panda Le 10 janvier 2020 à 09h27min (commentaire N° 132)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    « La réforme des retraites? Pour moi, elle est marquée par une faute originelle. » Difficile d’être plus offensif que Gérard Larcher, le président LR du Sénat, qui, ce jeudi, a quasiment pris la tête de l’opposition à droite. Contre le gouvernement, le Premier ministre et Emmanuel Macron.

    Cette « faute », pour le numéro 2 de l’Etat, serait de « ne pas assurer l’équilibre financier des régimes, gage de la confiance de nos concitoyens dans la pérennité du système. » Pour Gérard Larcher, le gouvernement a « créé lui-même la défiance de l’opinion en introduisant un âge pivot qui n’est en réalité qu’un habillage du recul de l’âge légal. Les Français ont compris qu’on ne leur disait pas toute la vérité ». Pis! L’âge pivot? « Il ne règle en rien le problème puisque, s’il prévoit un malus, il prévoit aussi un bonus », confie le président du Sénat.

    Le patron des sénateurs n’est, certes, pas opposé à un régime universel. Mais pour lui, pas de réforme systémique… si l’on ne touche pas à l’âge légal de 62 ans. Pourtant, à ses yeux, il est urgent d’attendre. « Comment voter une réforme qui porte sur 14 % du PIB sans étude d’impact? » s’émeut-il. Alors que le texte devrait être examiné au Sénat en avril et mai, pas question que l’exécutif saisisse le Parlement d’un projet de loi avant les résultats, positifs ou négatifs, de la conférence de financement demandée… par la CFDT. « Il faut reprendre ce sujet de façon sérieuse », a insisté Gérard Larcher.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  133. Le Panda Le 10 janvier 2020 à 09h28min (commentaire N° 133)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    «S’entendre sur un âge pivot progressif»
    Pour lui, il ne reste plus à Édouard Philippe et son gouvernement et à Laurent Berger, le leader de la CFDT, qu’à se sauver la face mutuellement. « Il faudrait susmulguer », glisse malicieusement le patron du Sénat en se référant au « contrat première embauche ». Explication : le CPE, voulu en 2006 par Dominique de Villepin alors à Matignon, mais très contesté par les jeunes, avait vu sa promulgation « suspendue » sine die.

    La survie du système français est-elle en jeu ?

    « Les syndicats réformateurs et l’exécutif pourraient par exemple s’entendre sur un âge pivot progressif ou alors sur la notion d’un pivot… sans âge », sourit Gérard Larcher. Il fait mine de s’étonner : « On dit que le chef de l’Etat fait une réforme de droite. Mais ce sera le cas si on retrouve l’équilibre financier. » Une façon très politique pour l’élu LR de dessiner la quadrature du cercle dans laquelle se serait enfermé le chef de l’Etat. « À un moment ou à un autre il sera nécessaire pour Emmanuel Macron de revenir personnellement dans le jeu », lance-t-il. Comme une sorte de défi ?

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  134. Le Panda Le 10 janvier 2020 à 09h31min (commentaire N° 134)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Au lendemain de la quatrième journée nationale de mobilisation et de manifestations contre le projet de reforme des retraites du gouvernement, et à la veille d’une nouvelle journée d’actions, une « conférence de financement » mettra autour de la table le gouvernement et les syndicats, vendredi 10 janvier. Le but de cette réunion proposée par Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT ? Dissocier les négociations sur le contenu de la réforme de celles concernant son financement, comme l’explique notre article.

    Toujours des bouchons sur les routes d’Ile-de-France : les routes sont très chargées vendredi matin. Un cumul de bouchons de plus de 340 km a été enregistré à 8 heures, selon Sytadin, qui surveille le trafic en temps réel.

    Des manifestants mobilisés. Certains bloquent la zone industrialo-portuaire du Havre pour protester contre la réforme des retraites, rapporte France Bleu Normandie. « C’est très difficile et même impossible de se rendre sur la zone industrialo-portuaire », affirme Fabien Gloaguen, délégué Force ouvrière à l’usine Renault Sandouville. A Marseille, les cheminots arrêtent les trains et les militants descendent sur les voies de la gare Saint-Charles, après avoir bloqué le dépôt de la RTM à La Rose, selon un journaliste de La Marseillaise.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  135. Le Panda Le 10 janvier 2020 à 09h32min (commentaire N° 135)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    A la RATP, « de nombreuses lignes encore très perturbées ». Pour la 37e journée de grève contre la réforme des retraites, aucune ligne de métro ne sera complètement fermée mais, à l’exception des lignes 1 et 14, elles ne circuleront qu’aux heures de pointe (6h30-9h30 et 16h30-19h30). Et parfois seulement le matin (la 13) ou en fin de journée (la 6 et la 12).

    Nette amélioration à la SNCF. Le trafic sera meilleur que celui de la veille, avec le maintien de quatre TGV sur cinq (dont sept Ouigo sur huit), un Intercités sur trois, trois TER sur cinq et trois Transilien sur cinq.

    De très nombreuses cagnottes pour les grévistes. Les cagnottes recevant des dons pour les grévistes mobilisés contre la réforme des retraites se multiplient depuis le début du mouvement avec l’objectif de les soutenir financièrement mais aussi moralement. Sur Internet, de nombreuses caisses de grève ont été créées par des syndicats ou des collectifs pour recueillir ces aides via différentes plateformes de cagnottes en ligne, ciblant parfois une catégorie très précise de grévistes.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  136. Le Panda Le 10 janvier 2020 à 09h34min (commentaire N° 136)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Grève des avocats : à Pontoise, le tribunal est à l’arrêt
    Robes noires jetées à terre, tribunaux bloqués et audiences renvoyées : les avocats en grève contre la réforme des retraites ont poursuivi leur mobilisation ce jeudi aux quatre coins de la France. Reportage au tribunal de Pontoise (Val-d’Oise).

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  137. Le Panda Le 10 janvier 2020 à 09h35min (commentaire N° 137)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Quelques huissiers, des justiciables clairsemés et des avocats qui se font rares. La salle des pas perdus du palais de justice de Pontoise sonne le creux depuis que le barreau du Val-d’Oise, qui réunit 480 avocats, a voté une semaine de grève totale reconductible. L’assemblée générale va se réunir à nouveau ce vendredi sur la poursuite d’un mouvement suivi par de nombreux barreaux et qui a grandement perturbé les audiences.

    « Le renvoi me dérange évidemment. Il y a du transport et ce n’est pas aisé en ce moment… Mais je comprends aussi les motifs de la grève… », admet l’un des prévenus d’une affaire d’escroquerie à la Sécurité sociale, qui s’est déplacé pour rien. Il devra revenir le 8 juin pour être jugé sur des faits qui datent de 2012 et 2013.

    Mais pour la plupart des justiciables, c’est en novembre que leur dossier sera examiné, après les multiples renvois de ce jeudi. Des décisions faute d’avocats, acceptées avec compréhension. « La garde à vue a été très bénéfique. Il n’a pas cherché à me nuire. Il ne me harcèle plus. Ce que je demande, c’est qu’il arrête et qu’il se soigne… » confie une jeune femme victime de harcèlement. Le prévenu, lui, assure qu’il a compris.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  138. Le Panda Le 10 janvier 2020 à 09h36min (commentaire N° 138)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    «Les plus touchés seront ceux qui font de l’aide juridictionnelle»
    L’affaire de violence conjugale qui précédait attendra aussi dix mois. Ce qui laissera le temps de mener une expertise psychiatrique du prévenu. Me Christian Gallon, en grève, venu plaider le renvoi du dossier, défend la légitimité du mouvement contestant une réforme des retraites qui va conduire au doublement des cotisations (de 14 à 28 % du bénéfice) et à la perte de leur caisse autonome « à l’équilibre jusqu’en 2043 ».

    « Les confrères vont augmenter leurs honoraires en reportant sur les clients le doublement de la cotisation, prévoit-il. Les plus touchés seront les avocats qui font beaucoup d’aide juridictionnelle. Et ce sont justement ces avocats qui s’occupent des personnes les plus démunies ! »

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  139. Le Panda Le 10 janvier 2020 à 09h37min (commentaire N° 139)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Les assises fermées depuis mardi
    Dans les autres salles d’audience de Pontoise, le tribunal pour enfants a tout renvoyé. La cour d’assises est quant à elle fermée depuis mardi matin. Le procès sur quatre jours d’un homme accusé d’avoir tenté d’enlever quatre fillettes à Pontoise en 2017, aura lieu en novembre. L’accusé de 30 ans devra patienter en détention.

    « Nous n’avons pas d’autres moyens d’action. Nous avons demandé en vain à être reçus », explique à la cour Me Vincent Lecourt. « Cela ne gêne pas la juridiction. Ceux qui sont les plus impactés, ce sont les justiciables », a répondu la présidente, Magali Tabareau, qui aurait souhaité que la cour d’assises soit une exception « en raison des enjeux pour l’accusé et les parties civiles ».

    Dans la matinée de ce jeudi, une trentaine d’avocats a aussi manifesté dans les rues de la ville voisine de Cergy, aux côtés de la CGT. « Nous sommes solidaires puisque nous versons chaque année plus de 100 millions d’euros pour les régimes déficitaires », relève la bâtonnière, Me Evelyne Hanau.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  140. Le Panda Le 10 janvier 2020 à 09h42min (commentaire N° 140)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Réforme des retraites : plus d’un mois après le début des grèves, les six points de friction entre gouvernement et syndicats restent les mêmes
    Au 36e jour de grève à la SNCF et à la RATP, la situation reste tendue entre le gouvernement et les syndicats, qui semblent loin de trouver un compromis sur la réforme des retraites. Le texte doit pourtant être présenté le 24 janvier en Conseil des ministres.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  141. Le Panda Le 10 janvier 2020 à 09h43min (commentaire N° 141)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Tambour battant. Malgré le conflit social qui entre, jeudi 9 janvier, dans son 36e jour, notamment à la SNCF et à la RATP, l’exécutif avance un calendrier serré pour la réforme des retraites. Le texte doit être présenté le 24 janvier en Conseil des ministres, avant que l’Assemblée nationale l’examine en procédure accélérée pendant quinze jours, à compter du 17 février.

    >> Trafic SNCF ou RATP, mobilisation dans les manifestations… Suivez la grève et les négociations sur la réforme des retraites dans notre direct

    Le gouvernement veut aller vite alors que la contestation est marquée cette semaine par deux nouveaux points d’orgue : une grève interprofessionnelle jeudi 9 janvier et une manifestation samedi 11, auxquelles appelle l’intersyndicale CGT, FO, CFE-CGC, Solidaires, FSU. Comment expliquer la persistance de la mobilisation, malgré les deux ans de « concertation » du gouvernement ? Parce que les points qui fâchent sont toujours les mêmes. Passage en revue.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  142. Le Panda Le 10 janvier 2020 à 09h44min (commentaire N° 142)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Le montant des pensions
    Ce que disent les syndicats. « La seule motivation de cette réforme, c’est de faire baisser, en tendance et sur le long terme, la retraite par répartition », synthétise le président de la CFE-CGC, François Hommeril. Sur son site internet consacré à la réforme des retraites, la CGT surenchérit :

    Le plafonnement des dépenses consacrées aux retraites et leur dépendance aux choix politiques feront baisser le niveau pour tout le monde.
    La CGT
    sur son site consacré aux retraites

    Dans le futur régime, expliquent-ils, l’enveloppe des retraites sera cantonnée à 14% du PIB [chiffre mentionné dans le rapport Delevoye sur le « système universel »], alors que le nombre de seniors va croître. Second argument qui revient comme un refrain, le calcul se fera désormais sur l’ensemble de la carrière et non plus sur les vingt-cinq meilleures années, ce qui devrait pénaliser une grande partie des salariés.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0.0/5 (0 votes cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 0 (from 0 votes)
  143. Le Panda Le 10 janvier 2020 à 09h44min (commentaire N° 143)
    Pour Réagir Au Commentaire Sélectionnez Le Texte |
    Le Panda

    Ce que répond le gouvernement. Il assume d’avoir comme objectif l’équilibre financier du système (afin de ne pas transmettre de dettes aux générations futures) et une enveloppe contrainte. Mais il assure aussi que le système sera plus « juste » et plus « lisible » parce que « chaque rémunération fera l’objet de cotisations qui permettront d’acquérir des points », selon le rapport Delevoye. Le système universel permettra donc de mieux prendre en compte, entre autres, les carrières des assurés passant d’un statut à un autre (salarié, libéral, etc.).

    L’absence de chiffrage et d’étude d’impact
    Ce que disent les syndicats. Qui va payer quoi ? se demandent-ils. Comment s’effectuera concrètement le passage des « 42 régimes existants » , avec des taux de cotisations différents, à une caisse unique aux cotisations homogènes (28%, dont 60% versées par l’employeur) ? « On ne peut pas avoir une négociation sérieuse sans chiffres », s’agace la CFE-CGC. Mardi 7 janvier, son président, François Hommeril, a jugé « surréaliste » la proposition de « conférence sur le financement des retraites » en l’absence de toute étude d’impact menée par le gouvernement.

    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: 5.0/5 (1 vote cast)
    VN:F [1.9.22_1171]
    Rating: +1 (from 1 vote)

Laisser un commentaire

Before you post, please prove you are sentient.

qui fut le premier président de la Veme république?

  Retour à l'accueil du Forum  



* Commentez sur les Voix du Panda. Identifiez-vous : Créér votre compte.
* Les commentaires ne seront ni votés, ni repliés.
* Commentaire du Rédacteur : Vert
* Commentaire de tout autre Intervenant : Bleu
* Les articles de l'auteur pourront êtres modifiés et réédités.
* Vous constatez un bug, avoir plus d'informations : Contactez nous.
* Pour participer au Média-Citoyen. Il est impératif d'Etre enregistré(e).
* Notre serveur vous renverra votre code sur votre e-mail validé.
* Vous pouvez lire, enregistrer, utiliser tous les articles du forum.
* Merci de nous en faire la demande.