Archives " Les Voix du Panda "

Retour au Forum " Les Voix du Panda "

Liste des archives | Liste des auteurs

haut de la page

To be or not (1)

Le paysan hystérique 2016-07-19 01:11:28

TO BE OR NOT TO BELa marmite terrestre est en ébullition nous le savons tous, cause humaine ou pas, ça n’a pas d’importance.  To Be or not to be est la question que l’on doit se poser en tant qu’être humain et non comme simple esclave volontaire du système.  Je vous fais un comparatif culinaire de la situation telle que je la perçois. Ma marmite est sur le feu, les flammes très vives causent des débordements de toutes parts.  J’ai bien beau avoir une ventilation plus efficace, mettre les pâtes, ajouter de l’eau froide, rien n’y fait.  Tôt où tard les débordements reprennent:   tant et aussi longtemps que je ne réduis pas volontairement l’intensité des flammes, rien n’est efficace.
Sociologie
J’ai toujours trouvé qu’un individu, dansant une valse seul, avait l’air un peu timbré et c’est exactement ce que fait non seulement l’union Européenne, mais bien l’ensemble des organisations politico-économiques dans la crise des réfugiés.  C’est un acquis à préserver à grand coup de SOSOSO…solidarité (quel beau privilège en tant que citoyen que ce chant mélodieux).
J’émets une hypothèse, que les munitions de tous genres soit confinées dans leur entrepôt respectif sous haute surveillance, le tout jumelé à des sanctions dédiées non seulement aux entreprises, mais aussi plus qu’exemplairement aux individus, surtout ceux qui se cachent derrière cette façade.  Toute effraction à ce décret serait considérée en tant que crime contre l’humanité et ce jusqu’à ce que le conflit soit réglé de manière à satisfaire les belligérants à l’intérieur du pays.  Sans aucune intervention extérieure, sauf si la demande en est faite et au choix des belligérants pour les négociations, dans l’espoir de mettre un terme à la source du problème des réfugiés.  Ce qui m’apparaît le gros bon sens politique (un minimum que nous pourrions exiger en tant que simple citoyen étranger sensible à ce que vit au quotidien le peuple Syrien).  Pas besoin d’être chapeauté par l’international.
La valse politico-économique:
Mais politico m’apparaît un peu timbré dans cette valse du gros bon sens, car cette hypothèse entre directement en conflit avec économique (l’autre danseur) en brimant la doctrine primaire qu’est la libre circulation des biens, des marchandises, des capitaux, etc.., dont la plupart des efforts actuels (TAFTA, entre autres) et occasions de célébrer du gratin politico-économique depuis un certain temps est basé sur cette règle d’or.  Difficile de danser une valse évolutive, lorsque les danseurs n’ont même pas conscience qu’ils se boudent mutuellement chacun dans leur coin.  Et je me demande bien quel privilège et acquis est protégé avec notre farouche opposition à tout questionnement en profondeur du couple politico-économique, certainement pas ceux qui concernent les membres Syriens de la race humaine.
L’écolo rigolo
Qu’est-ce que notre danseur professionnel nommé politico a fait pour l’environnement, depuis un quart de siècle minimum:  rendre plus efficace les gaz de nos industries à coup de milliards d’argent public, engraissant la dette nationale qui selon la rumeur, serait légitime ? Toujours dérouler les milliards de tapis rouge au nom de la création d’emploi et affaires d’état, tout en développant de nouveaux secteurs économiques ?  Bien qu’il y est eut certains progrès accomplis, concrètement ce ne sont que des coups d’épée dans l’eau, car on traite le sujet avec une légèreté de l’être quasi blasphématoire à l’égard de ce qui nous unis tous, soit la vie sur terre.
Et le spectacle politico-scientifique, privé, du COP 21 de Paris où eurêka l’ensemble des pays présents signe une lettre morte, sans obligations concrètes et aucun embryon idéologique concret à se mettre sous la dent est apparemment un énorme gain pour l’humanité, démontre encore une fois l’océan idéologique entre la réalité du commun des mortels et les dirigeants actuels, confirmant sans doute je pense que pour le commun des mortels, il est primordial de bien vouloir reprendre le contrôle de sa vie de toute urgence et prendre conscience de son pouvoir sur la destinée de sa collectivité par sa libre pensée, comme le soutien M. Oscar Wilde :  S’aimer soi-même est le début d’une histoire d’amour qui durera toute une vie.
La base de s’aimer soi-même n’est-elle pas de s’assurer une sérénité optimale pour nos besoins vitaux, se nourrir, se loger, se chauffer, etc. de manière individuelle comme il en toujours été?  Notre dépendance aveugle envers l’économie dans la réalité quotidienne est sans aucun doute la preuve irréfutable que notre amour propre est bien supérieur à l’argent dans notre échelle de valeur.  Et sans hésiter, l’on peut prendre pour acquis que l’argent nous rendra le privilège de cet amour, d’une manière inconditionnelle bien supérieure à soi même, non?  Le peuple Sud Africain nous à fait une bien piètre leçon dans son combat contre l’apartheid, composé principalement de membres humanoïdes noirs, dont l’amour de soi-même était au-dessus de tout. Ce qui amène de notre point de vue occidental les pires calamités sociales qui soient telles que sont :L’honnêteté, la sincérité, la simplicité, l’humilité, la générosité, l’absence de vanité, la capacité à servir les autres – qualités à la portée de toutes les âmes- sont les véritables fondations de notre vie spirituelle. Nelson Mandela.
Non mais!  C’est d’une platitude insupportable en comparaison avec le bien beau monde dans ces grandes fêtes oligarques comme le COP 21 de Paris en décembre dernier où la jouissance sublime d’un point ‘G’ 20, quel bonheur intime que d’être invité à l’une de ces grandes messes où un chat s’appelle parfois minou, parfois minoune, mais jamais un chat.  Car faire autrement, comme ceux et celles à l’extérieur du temple tentent de faire, risque de faire beaucoup de vague car : Il suffit d’un gramme de merde pour gâcher un kilo de caviar. Un gramme de caviar n’améliore en rien un kilo de merde. (Topor)
Le COP 21 de Paris, dernier lieu saint en liste de l’église environnementale. À quoi assistons nous au juste depuis vingt-cinq ans minimum comme dirait notre Roland (Hi-Ha) du Québec?  Des guerres d’ego entre CONvives dans un jeu de celui qui pisse le plus loin, où est le plus précis, domestiqué par une simple petite enveloppe brune de préférence, pour l’amour de soi-même, ignorant ainsi les effets catastrophiques que cela engendre sur le commun des mortels et leur confiance à l’égard du système. Comme ont dit chez-nous ‘assez intelligent pour allumer le feu, mais pas suffisamment pour l’éteindre’.
Y a-t-il un seul cerveau présent, qui à la moindre conscience que leur tergiversation stérile, depuis le temps, laisse un profond goût amer au commun des mortels qui perçoit ainsi cette nonchalance par l’abandon pur et simple des élites face au défi, comme s’ils possédaient des informations privilégiés et que le combat était perdu d’avance.  Ou sont-ils tous simplement trop occupés à savoir qui à la plus grosse, ou sera réinvité à cette messe des petites enveloppes, pour voir leur frère et sœur sombrer petit a petit dans le doute.  Non pas sur la capacité de l’humanité à relever le défi, nous n’y somme même pas, mais bien sûr notre propre volonté de mener le combat pour la survie de notre espèce. Dans un tel climat, il n’est guère surprenant que les humains préfèrent l’inconscience la plus totale, allant même jusqu’aux effets catastrophiques quune guerre nucléaire aura, et ce triste spectacle donne tout à fait raison à Clemenceau : En politique, on succède à des imbéciles et on est remplacé par des incapables.
Le tout bien alimenté (voir manipulé) par les commanditaires privés de ces réunions et les groupies merdiatiques, qui ont tout intérêt à diriger dans certains créneaux triés sur le volet la prise de conscience collective prolétarienne (LOL), tellement les impacts concrets d’une lutte environnementale efficace est une arme de destruction plus que massive, pour toutes les infrastructures qui régissent l’organisation sociale actuelle, allant de l’individualisme à l’internationalisme.  Mais si on désire avancer, Il ne faut avoir aucun regret pour le passé, aucun remords pour le présent, et une confiance inébranlable pour l’avenir. (Jaurès)
Lors de ces événements mondains, y a-t-il un de ces esclaves du téléphone intelligent qui a proposé un embryon d’alternative face à notre obligation de se loger et de se nourrir ?  Qui prostitue notre conception de la notion du travail ainsi que sa relation au sein de notre société ?  Il me semble qu’après tout ce temps, ils devraient avoir réfléchi à la question et être en mesure de proposer des mesures afin de contrer les effets négatifs sur le commun des mortels, qu’est cette obligation systémique de faire rouler l’économie (l’autre danseur qui tourne en rond seul dans son coin à bouder l’autre) à tout prix, pour un minimum de confort et de bien être tel que le ferait sans aucun doute un dirigeant d’une certaine époque, Marc Aurèle Que la force me soit donnée de supporter ce qui ne peut être changé et le courage de changer ce qui peut l’être mais aussi la sagesse de distinguer l’un de l’autre.
Qui de la communauté scientifique a profité de la tribune pour mettre l’accent sur des alternatives concrètes de production énergétique?  Attention je ne parle pas de fusion froide ou de générateur à plasma, mais bien de concept plus pragmatique comme cette idée folle d’un brillant cerveau québécois (un petit velours pour ma nation), qui proposa l’idée de deux bassins d’eau superposés utilisant la force gravitationnelle pour faire tourner les turbines hydrauliques, combinés à des pompes pour remonter l’eau dans le bassin supérieur.  La consommation énergétique de ces dernières vs l’énergie produite permettait d’alimenter les besoins énergétiques d’une petite ville québécoise, chauffage inclus.  Idée qui fut balayée du revers de la main par les dirigeants politico-économiques pour cause de non rentabilité. Le monde est dangereux à vivre ! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire. (Einstein)
Après plus d’un quart de siècle, le cerveau collectif n’a rien d’autre à proposer pour son développement que l‘héritage du capitalisme dans le modèle actuel, qui vielle a ce que seul, le confort et le bien être des humains ne suffisent pas.  Il faut soutenir le commerce et l’industrie, alors que la pollution est directement proportionnelle à la quantité de cossins (babioles) inutiles produits qui fait notre fierté à exposer au collectif, nous aidant à accepter cette prostitution du travail dans nos vies.   Seulement pour faire rouler l’économie, il me semble que la bestialité du sadomasochisme ne soit pas exclusive à la sexualité!  Je vous pose cette simple question, à quoi bon produire une fumée moins polluante sur une dizaine d’industrie, si dans le même temps ont en construit un millier d’autres pour la production de cossins dans les faits inutiles pour nos besoins réels ? Quel est le gain environnemental réel; une taxe sur le carbone?
On a seulement greffé un élément à cet héritage du passé, l’économie environnementale sans jamais nommer le problème.  Et là on poursuit dans la même veine avec l’économie sociale et l’autosuffisance alimentaire.  Avec cette philosophie, nous ne faisons que combattre les aspects négatifs du système mais dans les faits Le secret du changement consiste à concentrer son énergie pour créer du nouveau, et non pas pour se battre contre l’ancien. (Millman)
http://www.citation-celebre.com/
 
Le paysan hystérique

Commentaires

Le Panda

Bonjour, bon retour sur les Voix, je me suis permit de mettre une photo proche de ton article sourires. La marmite terrestre est en ébullition nous le savons tous, cause humaine ou pas, ça n’a pas d’importance. To Be or not to be est la question que l’on doit se poser en tant qu’être humain et non comme simple esclave volontaire du système. Je vous fais un comparatif culinaire de la situation telle que je la perçois. Ma marmite est sur le feu, les flammes très vives causent des débordements de toutes parts. J’ai bien beau avoir une ventilation plus efficace, mettre les pâtes, ajouter de l’eau froide, rien n’y fait. Tôt où tard les débordements reprennent: tant et aussi longtemps que je ne réduis pas volontairement l’intensité des flammes, rien n’est efficace. A ne pas en douter chaque nation possède les politiques que les électeurs mettent en place. Les citations sont parfois issues de gens qui ont fait autant de bien que de mal, c'est une des raisons de leur envergure. A te lire espérant que vous ne vivez pas les mêmes troubles que la France traverse de nos jours. Amicalement, Le Panda Patrick Juan
Le Panda

Le groupe Etat islamique (EI) a affirmé, mardi 19 juillet, que l’attaque à la hache dans un train en Allemagne a été menée par un de ses « combattants ». Un jeune demandeur d’asile afghan de 17 ans s’en est pris aux passagers d’un train, lundi dans la soirée, en Bavière (Allemagne). Il a grièvement blessé quatre personnes à la hache et au couteau avant d’être tué par la police. Les enquêteurs ont découvert un drapeau de l’EI dans la chambre de l’agresseur. Francetv info résume ce que l’on sait de cette attaque. ?Comment s’est déroulée l’attaque ? Les faits se sont produits vers 21h15, à bord d’un train régional assurant une liaison entre les villes de Treuchtlingen et Wurtzbourg. Il transportait une trentaine de personnes. « Peu avant d’arriver à Wurtzbourg, un homme a agressé des passagers avec une hache et un couteau, a déclaré un porte-parole de la police locale. L’auteur des faits est parvenu à quitter le train, la police est partie à sa poursuite et dans le cadre de cette poursuite, elle a tiré sur l’agresseur et l’a tué. »
Le Panda

Selon le ministre régional de l’Intérieur, Joachim Herrmann, c’est une unité spéciale d’intervention de la police allemande qui a fait feu lorsque le jeune homme a tenté de l’attaquer avec ses armes blanches. Cette unité se trouvait dans la ville par hasard, pour une autre mission, et a pu intervenir rapidement lorsque l’alerte a été donnée. Un riverain, qui a pu pénétrer dans le wagon, a décrit une « scène de boucherie » à l’intérieur du train, selon l’agence de presse DPA, avec des traces de sang et des pansements laissés sur place par les équipes de secours. ?Quel est le bilan ? « Il y a quatre blessés graves et un blessé léger », parmi lesquels « au moins deux femmes ». Tous ont été hospitalisés. Par ailleurs, quatorze personnes ont été traitées sur place pour un choc psychologique.
Le Panda

Que sait-on de l’assaillant et de ses motivations ? L’auteur de l’agression est un « Afghan de 17 ans ». C’est un demandeur d’asile arrivé seul, sans famille, en Allemagne, a indiqué le ministre de l’Intérieur de Bavière. Il vivait dans la localité d’Ochsenfurt, voisine de l’endroit où se sont déroulés les faits. Il était pris en charge dans une famille d’accueil en tant que mineur. Selon le porte-parole du ministre de l’Intérieur de Bavière, « il est assez probable qu’il s’agisse d’un attentat islamiste ». Celui-ci a précisé que l’agresseur avait crié « Allahou Akbar » (« Dieu est grand ») lors de son attaque. Une piste confirmée après la découverte d’un drapeau de l’organisation Etat islamique fabriqué artisanalement dans la chambre du jeune homme, a annoncé le ministre bavarois de l’Intérieur, Joachim Herrmann. Toutefois, les autorités locales ont indiqué qu’il faudrait attendre les résultats de l’enquête pour se prononcer définitivement. Le parquet s’est ainsi montré plus prudent en indiquant, dans la nuit, que « les motivations de cet acte restent non éclaircies » à ce stade. Mais peu après, l’EI a affirmé, via l’agence Amaq, que l’homme était un de ses « combattants ». « L’auteur de l’attaque à l’arme blanche en Allemagne est l’un des combattants de l’Etat islamique et il a mené cette opération en réponse aux appels à viser les pays de la coalition qui combat l’EI » en Syrie et en Irak, indique l’agence de presse, devenue le principal canal de diffusion du groupe terroriste.
Le Panda

Un chauffeur de VTC, fiché S pour radicalisation, a été interpellé dans la nuit du dimanche 17 au lundi 18 juillet à Sucy-en-Brie (Val-de-Marne). Les enquêteurs, qui le soupçonnent de cambriolages, ont saisi détonateurs et explosifs lors d’une perquisition à son domicile, précise mardi une source policière, confirmant une information d’Europe 1 et de BFMTV. Le conducteur du VTC (véhicule de tourisme avec chauffeur), âgé de 23 ans et connu des services de police pour des cambriolages, a été placé en garde à vue après cette perquisition. Son passager, âgé de 20 ans, également connu des services de police, a lui aussi été placé en garde à vue.
Le Panda

Quatre bâtons de dynamite saisis Les effectifs de la brigade anti-criminalité ont d’abord contrôlé le chauffeur pour une infraction routière, vers 2 heures, lundi. Mais à l’intérieur de sa voiture se trouvaient des papiers, des passeports et des permis de conduire volés lors d’un cambriolage remontant au 14 juillet à Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne). Les policiers le soupçonnent de faire parler ses clients pour connaître la durée de leur absence et de se rendre chez eux pour les cambrioler. Les policiers ont ensuite perquisitionné son domicile. Là, des détonateurs et quatre bâtons de dynamite de 100 g ont été saisis. Les enquêteurs « cherchent à savoir s’ils étaient destinés aux cambriolages ou à d’autres projets », selon la source policière. Car des « documents laissant penser à une radicalisation » du conducteur ont aussi été saisis. Selon Europe 1, les policiers de la sûreté du Val-de-Marne ont ainsi découvert dans son téléphone l’image du drapeau du groupe Etat islamique.
Le Panda

Mohamed Lahouaiej Bouhlel, l’auteur de l’attentat meurtrier de Nice, n’était pas connu des services de renseignements. « Il semble qu’il se soit radicalisé très rapidement », a estimé le 16 juillet le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, en évoquant « un attentat d’un type nouveau ». Le phénomène de « radicalisation express » est depuis utilisé pour décrire le parcours de ce petit délinquant venu de Tunisie, mais francetv info vous explique pourquoi cette expression pose problème. ?La radicalisation reste un long processus La notion de « radicalisation express », déjà utilisée pour Salah Abdeslam, est plus que contestée par les spécialistes du jihadisme. « C’est n’importe quoi, la radicalisation est un long processus », explique ainsi à francetv info Patrick Amoyel, président de l’association Entr’autres de Nice, qui cherche à comprendre les ressorts de la radicalisation. Selon le psychanalyste, il existe une confusion entre la radicalisation qui prend des mois ou des années, et le passage à l’acte, qui peut être beaucoup plus rapide.
Le Panda

Avant le passage à l’acte, il y a l’entrée dans une mentalité avec le développement d’une « idéologie de jihad de conquête, de revanche sur l’Occident avec du complotisme, un discours anti français… », ajoute Patrick Amoyel. Une fois ce chemin idéologique emprunté, il peut se produire un basculement vers « l’être terroriste et l’acte terroriste », détaille ce spécialiste de la radicalisation jihadiste. Autrement dit, il est faux de penser qu’un individu peut passer de la normalité à l’acte terroriste en trois semaines, comme pouvait suggérer les divers portraits de Mohamed Lahouaiej Bouhlel. Ce dernier aurait d’ailleurs montré une vidéo de décapitation d’otage à une connaissance, il y a sept-huit mois. En revanche, la radicalisation peut prendre plus ou moins de temps, admet Patrick Amoyel : « Le schéma long passe par la radicalité identitaire, cultuelle, religieuse puis politico-religieuse. Dans le schéma court, choisi par Bouhlel, on va directement de l’identitaire au politico-religieux. » Comme l’a détaillé le procureur de la République de Paris François Molins, l’auteur de l’attentat buvait de l’alcool, fumait et avait « une vie sexuelle débridée ». Le contenu de son ordinateur montre aussi « un intérêt récent pour la mouvance jihadiste ».
Le Panda

?Un projet terroriste élaboré rapidement La confusion peut venir du fait que la préparation de l’attentat semble s’être déroulée plus rapidement que dans les autres cas d’attentat. « Si la radicalisation est un long processus, l’arrivée d’une mentalité terroriste peut prendre quelques semaines et l’idée d’un passage à l’acte quelques jours », précise Patrick Amoyel. Selon les premiers éléments de l’enquête, l’homme aurait effectivement basculé dans son projet terroriste en quelques semaines, « ce qui semble assez rapide », selon Patrick Amoyel. Pour le psychanalyste, le passage à l’acte se justifie par le choix de mourir en martyr, « ça peut se jouer en une journée avec un rêve prémonitoire par exemple ». ?Sa délinquance, sa violence, sa démence, ont pu jouer en lui donnant la certitude qu’il allait droit en enfer et que le martyr était sa seule porte de sortie.? Patrick Moyel Francetv info
Le Panda

Le caractère violent n’explique pas tout Pour expliquer la rapidité du passage à l’acte, Bernard Cazeneuve a évoqué le caractère de Mohamed Lahouaiej Bouhlel, décrit comme violent et fragile psychologiquement. « On ne peut pas exclure qu’un individu déséquilibré et très violent, et il semble que sa psychologie témoigne de ces traits de caractère, ait été à un moment, dans une radicalisation rapide, engagé dans ce crime absolument épouvantable », a détaillé sur RTL le ministre de l’Intérieur. Mais ces éléments ne fournissent pas une explication suffisante. « Avoir un potentiel de violence, cela ne suffit pas », affirme Patrick Amoyel, « il y a environ 10 millions d’individus potentiellement violents en France, et ils ne deviennent pas tous terroristes. » De même, il ne faut pas s’arrêter à la fragilité psychologique de l’auteur de l’attentat. Il a fait des repérages, loué son véhicule à l’avance et choisi le soir du 14-Juillet, jour de la fête nationale, « il sait donc très bien ce qu’il fait, ce n’est pas un loup solitaire et ce n’est pas une bouffée délirante », estime Patrick Amoyel. Une confusion pouvant en entraîner une autre, Patrick Amoyel rappelle que tous les individus radicalisés ne sombrent pas dans le terrorisme : « Un gars qui se radicalise cultuellement n’est pas pour autant dangereux. (…) On estime environ à 40 000 le nombre de radicalisés. Donc si tous les radicalisés étaient terroristes, on serait déjà tous morts », indique Patrick Amoyel. La difficulté pour les services de renseignement demeure de repérer les personnes qui sont sur le point de basculer. Mohamed Lahouaiej Bouhlel, par exemple, n’était pas rentré dans les radars de la police.
Le paysan hystérique

Merci à vous de m'offrir un espace sur votre site, même si j'écris à une fréquence sporadique, Vous avez raison pendant que l'ont discute du sort réservé à nos aînées dans les centres spécialisés au Québec. Vous êtes vraiment dans le chaos, si qui m'inquiète est que dans la guerre psychologique que livre l'état islamique. Il revendiqueront n'importe quelle situation, même une pomme meurtrière tombé d'un pommier seras revendiquer. Surtout ne perdez pas de vue quels intérêts sont servis. L'éclatement de l'état nation, la crise financière qui prendras de l'ampleur est ce que les artisans du nouvel ordre mondial vont utilisé pour l'instaurer. Soyez vigilant malgré les atrocités que vous subissez, bon courage cousins Français!

haut de la page

Réussir en affaire

Raymond Viger 2016-07-16 12:13:23

Être à son compte est un choix pour certains, un manque de choix pour d’autres. Tous les vendredis, une nouvelle chronique présente un demi siècle d’expérience en entreprenariat privé et communautaire.  Raymond Viger     Dossier Réussir en affaire réussir en affaire être en business économie finance employés Pour prendre une décision, il faut avoir l’information. Les communications sont de plus en plus nombreuses et sont appelées à se multiplier encore plus. Il faut rapidement apprendre à démêler le tout avant de crouler sous l’information. Trop est comme pas assez. Groupe de communication Pour éviter de perdre du temps à trouver les courriels de tous les destinataires, faire des groupes de communication dans notre système de messagerie nous fait sauver du temps. Dans Facebook on peut aussi faire des groupes fermés par affinité. Exemple, le groupe des serveurs de notre bistro, le groupe des cuisiniers, le groupe des graffiteurs, le groupe des danseurs… J’ai une soixantaine d’artistes graffiteurs regroupés dans mon courriel. Quand un contrat les concernent et que je peux rapidement les rejoindre d’un seul clic. L’objet de la communication Un outil sous-utilisé est de mettre l’objet du courriel. Il permet de pouvoir archiver les messages et d’en connaître le contenu sans avoir à tous les ouvrir. Pour que ce soit efficace, il faut supprimer ce qui n’est pas important et s’assurer que l’on conserve ceux qui sont importants. Dans les systèmes de messageries, il existe des catégories dans lesquelles on peut archiver nos messages. Les utiliser va vous faire épargner beaucoup de temps. Recherche La fonction RECHERCHE de vos courriels ne peut être efficace que si vous identifié vos messages avez des objets pertinents. La majorité de mes interlocuteurs répondent à mes messages sans changer l’objet. Nous pouvons avoir plusieurs échanges qui aurons tous le même titre. Si un de ces courriels méritent d’être archivé, je vais me le retourner en lui mettant un objet spécifique qui me permettra de le retracer facilement avec la fonction RECHERCHE. Exemple on commence une communication intitulée NÉGOCIATION. Après une virulente discussion impliquant 8 courriels nous finalisons une entente. Je vais possiblement mettre en archive le courriel avec l’objet: LISTE DE PRIX DE … 2016 ou encore CONTRAT DE … 2016. Le nom de la personne ou de la compagnie impliquée mais aussi l’année. À moins que d’avoir une entreprise qui dure longtemps ne fasse pas parti de vos objectifs. Ça fait 25 ans que je suis le directeur du Journal de la Rue. Certains fournisseurs me suivent depuis un quart de siècle. Et à chaque année ils me fournissent de nouvelles listes de prix. En organisant vos communications, vous serez surpris de vous rendre compte que vos interlocuteurs ne le sont pas. Et avoir accès à des archives que l’on peut consulter rapidement font parti d’un avantage important quand on est en affaire. Raymond Viger

Commentaires

Le Panda

Pour prendre une décision, il faut avoir l’information. Les communications sont de plus en plus nombreuses et sont appelées à se multiplier encore plus. Il faut rapidement apprendre à démêler le tout avant de crouler sous l’information. Trop est comme pas assez. Groupe de communication A ne pas en douter cette citation est pleine de bon sens, c'est avec un plaisir non dissimulé que nous voyons tes articles revenir sur Les Voix accompagné de ton "talent" Compte tenu de ce que vit la France de nos jours j'ai trouvé cette introduction magnifique. Amicalement Le Panda Patrick

haut de la page

CHARLIE BATACLAN NICE FRANCE

Le Panda 2016-07-15 12:32:02

Ville ne Nice BlasonTrouver des explications dans un tel séisme en l’instant cela s’avère impossible. La Révolution de la France en 1789 a créé le soit disant le plus grand pays de La Liberté des Droits de L’Homme. Toute la France est en deuil, la nationalité française ne se mérite pas sur une acte de bravoure, on l’ ou pas. Nous constatons en partie que les fanatiques viennent de divers lieux qui ont toujours été des colonies ou des protectorats de la nation France et des autres dépendants de l’Occident. Un vrai proverbe dicte que la rancune est un plat qui se mange froid, mais là, en passant à table c’est la grande bouffe du sang tricolore. Les ghettos fuient les conflits mondiaux pour gagner comme la Shoah les actes terrorismes qui se développent toujours dans la nuit blanche là, où se recouvre la dernière fois où l’on compte les morts puis de plus les enfants sont de plus touchés par des armes folles de colère. Nous allons constater que les recherches et les résultats de l’enquête même si cela s’avère impossible n’empêchera pas la continuation de ces horreurs, à ne pas en douter, une personne seule ne peut agir de la sorte. Reprenons ce que certains appellent un bilan, le nettoyage de ces fous frappe à la tête et là les sanctions se doivent d’être à la hauteur des actes. Il est indéniable que c’est la porte entrevoûté pour la prise de la France pour des extrêmisâtes eux de véritable nationalité française. On ne pourra plus se faire contacter par des regrets et des chiffres il est indéniable qu’il faille des actions. liberteLes sanctions passent indubitablement passe par œil pour œil et dent pour dent. Le mouvement du souvenir oui une réalité, nous sommes dans une guerre terroriste ou l’on peut comprendre que certains domaines de non droits doivent à la limite et non extrême laisser les forces l’ordre pouvoir circuler librement. Le danger que représentent de telles situations risque de créer des milices civiles hors la loi. Toutes questions peuvent se poser face à de tels massacres gratuits. Nous ne pouvons réécrire l’histoire, mais celle-ci est tellement fraiche que le sang des victimes sourd comme le clavier dont chacun peut se servir mais si le cœur et la plume sourd en l’écrivant les colères sont légions. Alors essayons de regarder avec objectivité ce dont nous avions déjà soulevés les faits force doit rester à la Loi et surtout pas au fanatisme, la liberté s’arrête toujours à la porte du voisin. Reste à savoir ceux qui sont nos véritables voisins, à ne pas confondre avec des amis ou des familles par recomposition. Chacun de nos enfants, nos familles parents de victimes ou autres ressentent en ce jour la lourdeur d’avoir le sens de ne plus respecter quiconque. Chacun nait ce qu’il est et se devrait le rester, lorsque l’on constate que la tête même du massacre du Bataclan possède une salle de sports plus quatre cellules pour lui seul. ????????????????????????????????????????????????????????????

Les réseaux sociaux ont jamais eus une telle importance, mais qui paye les frais qu’entraine la protection de cet assassin en prison certes mais dont les frais de séjour sont payés par l’ensemble des impôts de la France. Il faudra bien plus que des chiffres, car nous allons dans le cas contraire voir refleurir l’époque de la terreur du XVIII eme siècle. J’en parlais au début pour avoir été sur le terrain pour vous ramener la sagesse dans les rues, attention danger que cela ne prenne la dérive de ce que les terroristes d’où qu’ils viennent ne laissent les sols marqués de l’emprise indélébile de la couleur du sang. En ces moments même si la douleur est forte plus forte que la manière de parler un vrai français l’émoi gagne avec réalité le constat de l’inconcevable. Mais nous sommes en France, regardez les façades des grands centre hôteliers ou bancaires et vous verrez faits vous votre opinion vous-même, en quel autre langue les indications sont stipulés. Mais en reprenant ce qui se passa et là sous vos yeux à vos regards sur l’après Charlie : Je suis Charlie. Mais je suis de Nice car inversez les lieux et vous aurez le même résultat. Insultes MenacesDepuis 1950 au minimum la République, la démocratie, des enfants sont assassinés par des fous fanatiques. Ne soyons pas aveugles par des personnages avides de pouvoirs aussi, il ne s’agit nullement de faire un amalgame. Les vrais peuples ne peuvent laisser cela en l’état, il est indéniable que le peuple de la France a bougé, mais c’est le monde qui doit avancer, vous êtes mes amis tués par les armes de fanatiques. Ceux qui sont tombés sous les balles depuis ces décennies et surtout ce jour à Paris. La République est en deuil et même plus, l’unité n’a jamais autant sonné le glas pour des individus hyper organisés. Les portes se sont ouvertes depuis pas mal de temps autant que les saisons se suivent et le jour suit la nuit incontournable. Qui n’a pas la force de vouloir prendre la place de Charlie par des moments similaires. ????????????????????????????????????????????????????????????

Toutes les Républiques, démocraties, semblant d’humanisme ces mots sont faibles, ils sont tombés un stylo à la main pour la liberté d’expression. Puis dire qu’il y a 48 heures nous recevions ici sur ce support ou nous les recevions avec un privilège non dissimulé. Ma pensée sourd ce jour depuis la fin de matinée, mon cœur n’arrive pas à se libérer de la force, la dignité des larmes que j’ai eu bien des difficultés à étouffer. Ceux qui sont tombés, ne laisseront pas de pages blanches, ils ont écrits une partie des pages de l’histoire de toutes sociétés confondues. Assumer et assurer l’unité de toutes les forces internes que chacun peut ressentir comme une force plus forte que la rage difficile à cacher. De coutumes les articles du Panda sont bien plus long, il délaye un peu plus, ses explications, mais là, la solidarité n’a pas de couleur ni de nationalité. Ceux qui ont quittés diverses rives interdites savent ce que je veux dire et si mon cœur saigne, de la même manière que mon regard embrumé me dit : Tu dois poursuivre pour que la fausse façade de tueurs finisse par tomber pour que ces séries de meurtres gratuits cessent. Toutes les villes de France font blocs comme d’un seul élan pour oser dire : Quoi que vous puissiez faire vous ne ferez jamais peur ni à l’unanimité de la liberté de le presse qui est en même temps un crime contre l’ensemble de nos valeurs. Des faits similaires se sont déjà produits et l’Occident est presque à genoux ? ????????????????????????????????????????????????????????????

Non, la suprématie de la liberté de pensée personne ne pourra y mettre un terme même passager. Il est évident que retracer les faits des horribles crimes nous ne pouvons les passer sous silence. Mais modestement Charlie, merci pour tout, merci pour ceux qui auront le courage de relever le drapeau maculé pas des tortionnaires et rien ne doit être laissé de côté pour que justice soit faite. Nous nous inclinons malgré le déroulement de faits journalistiques avec humilité tendresse à toutes leurs familles proches et tous les amis qui font partie de la famille de la communication. Il ne fut surtout en aucun cas oublier leurs proches et les mots sont faibles pour exprimer le véritable ressenti. Tels ces crimes à ma pensée immédiate par de vrais professionnels. Il en va de même pour ce policier achevé sans l’ombre d’une hésitation, alors que le policier à terre lève la main comme pour dire pour moi c’est fini. Les témoignages ne manqueront mais il semble qu’il soit plus utile de ne jamais nous empêcher de dire ce que nous voulons comme nos droits nous y autorisent, vous êtes déjà morts pour nous et vous halluciner que de penser faire trébucher les valeurs humaines. Aucun hymne ni force ne trouvera d’écho à la force de ce que chacun d’eux peut représenter. ????????????????????????????????????????????????????????????

L’essentiel à ne pas perdre de vue, c’est que cela serait une forme de victoire si ces assassins réussissaient à faire l’amalgame aux nouveaux dees habitants de la France de toutes confessions. Mais il ne faut pas non plus perdre le sens que ces quelques plus de 1000 ressortissants de la France ayant trouvés formation en Syrie et dans les pays en guerre reviennent pour tenter de semer une terreur, qui pour les hommes véritables ne seront que des fanatiques supers entrainés. L’unité nationale a trouvé l’écho sur le plan international cela démontre que nous devons être capables réfléchir et de pas tenter une seconde un rejet collectif cela serait une erreur monstre. Merci pour tout et surtout l’émotion ne se mesure au singulier en aucun instant, alors assassins de tous bords de ce style quel que soit l’âge des personnes face à vous nous préférons tomber face à vous plutôt qu’en vous vous tournant le dos juste l’espace de quelques secondes. Le Panda De plus proche le Bataclan à ce jour Nice les pleurs ne suffira plus, les regrets sont éternels ou assistons-nous à une approche d’épuisement des forces de l’ordre car ils n’ont pas les moyens d’agir comme ils devraient le faire. Ne perdons conscience que ce 14 juillet 2016, à 22h30 plus ou moins marqueront à jamais les pages de notre histoire. Je combattrai toute ma vie le racisme sous n’importe quelle forme de la même façon que je défens mon propre pays mais pourtant j’ai circulé sur les 5 continents les reportages rapportés laissaient déjà penser que les senteurs du sang et de la suite étaient en train de germer. Mais le fruit de la finance l’emporte sur la raison, le rame est tellement fort, puissant nous rend en colère et d’autres en formes de léthargie. Les sirènes d‘alarmes ont été tirés combien sont ceux qui ont voulu les entendre des gouvernements successifs de droite ou de gauche, aucun, et sans nos forces de l’ordre et notre armée nous serions depuis bien des lustres habillés de façon différentes. ????????????????????????????????????????????????????????????

Les droits de l’enfant seraient morts nés, l’égalité qui devraient être plus qu’un droit pour les femmes qui offre la vie voués à un échec certains et les hommes partiront aux Chant des Partisans sous l’éclat de La Marseillaise. Oui je suis français de naissance et non pas fier mais restons noble pour défendre nos véritables racines. Je voudrais pouvoir prendre tous les Enfants par la Main pour les mener vers un pays de Libertés. A Nice plus de 60 enfants tués ! Il faut voir ce qui se passe à NICE ICI ! Tel en chagrin ou presque L’Enfant et L’Oiseau ! Ce que je suis ce jour ! Là, les passions du fanatisme s’envolent et le respect ne parlons plus des Droits de L’homme le pronostic vital n’est plus une réalité, le réel de la gronde est présente et cela demande des actions en conséquence. ????????????????????????????????????????????????????????????

Le Passé de ce qui se passa à Paris et ce n’est plus la peur qui va faire avancer la foule, mais attention à ne pas déraper et laisser s’échapper la haine pour laisser penser que nous capables d’en faire autant. Intensifier les frappes en Syrie en Irak ne solutionnera pas les actes qui se passent sur le sol de France. Mes pensées vont en premier sur les enfants qui ont disparu sans connaitre d’autre de la vie que la joie de la femme et de l’homme qui leur a donnaient VIE. Cet assassin ne pouvait qu’être drogué pour agir de la sorte j’en parlais déjà regardez ici ! Dans des lieux plus petits ou plus grands de diverses religions se dorment le fanatisme alors que cette réalisation est une belle page d’histoire. ICI Paca région qui a vu grandir mon enfance comme toutes ou presque les diverses magnifiques sols qui font les fleurons de la France. Que dire de plus en l’instant sinon que vous faire les actualités sur Forum. MON COEURTel en chagrin ou presque L’Enfant et L’Oiseau ! Ce que je suis ce jour ! Merci enfants de Nice et Monde, il est difficile de vous demander pardon à vous et vos parents. Je m’incline face à toutes ces victimes de l’horreur. Le Panda Patrick Juan

Commentaires

Le Panda

Le tribunal administratif de Versailles (Yvelines) a rejeté, vendredi 15 juillet, la demande de l'avocat de Salah Abdeslam de suspendre la vidéosurveillance de son client en prison, qu'il considérait comme illégale. Le juge des référés a estimé qu'il n'y avait aucune urgence à mettre fin à ce régime. "Salah Abdeslam n'étant pas en situation de faire valoir l'existence 'd'une atteinte grave et manifestement illégale' au droit au respect de sa vie privée", a-t-il indiqué. Dans un communiqué, le tribunal évoque également "la nécessité de prendre des mesures exceptionnelles dans le contexte traumatique que vit actuellement la France". Le représentant du ministère de la Justice avait demandé le rejet de cette requête déposée en référé-liberté, estimant notamment qu'elle n'avait aucun caractère d'urgence exceptionnelle. Depuis sa remise à la France par les autorités belges, le 27 avril dernier, Salah Abdeslam – le seul membre des commandos du 13 novembre encore vivant – est placé à l'isolement, sous vidéosurveillance permanente dans la prison de Fleury-Mérogis (Essonne).
Le Panda

« J'ai décidé de faire appel à la réserve opérationnelle, c'est-à-dire à tous ceux qui ont été à un moment sous les drapeaux ou dans les effectifs de la gendarmerie », a annoncé cette nuit le président de la République. Mais cette annonce est-elle réaliste et applicable très rapidement ? Quels sont à ce jour les effectifs de cette réserve opérationnelle ? François Hollande, en déplacement aux écoles de Saint-Cyr Coëtquidan, avait annoncé le 14 janvier dernier l'augmentation du nombre de réservistes opérationnels, appelée à être augmentée d'un tiers : « J'ai demandé à Jean-Yves Le Drian que le nombre de réservistes passe à 40 000, contre 28 000 aujourd'hui. L'objectif, c'est de déployer 1 000 réservistes en permanence pour la protection de nos concitoyens. » Or, cette mesure n'est pas nouvelle. Elle figure noir sur blanc dans la loi d'actualisation de la programmation militaire de mai 2015. Et on sait aussi qu'il serait impossible, dans le meilleur des cas, de « déployer 1 000 réservistes en permanence sur le terrain ». La réalité, c'est que les armées comptent 28 000 militaires réservistes, auxquels s'ajoutent 27 000 réservistes supplémentaires dans la gendarmerie. Évacuons cette dernière, car sa réserve fonctionne parfaitement. Les gendarmes sont répartis sur tout le territoire, leurs brigades peuvent accueillir au pied levé, armer et équiper des réservistes issus de la population locale et venant effectuer leurs périodes sur un territoire qu'ils connaissent comme leur poche. Mais outre le fait qu'ils sont gérés par le ministère de l'Intérieur, il est bien connu qu'on ne parle pas des trains qui arrivent à l'heure.
Le Panda

Entre 5 et 180 jours par an Pour les réservistes des armées, ceux que le président de la République évoquait jeudi, c'est une autre chanson… Tout d'abord, oublions les militaires quittant le service actif et inscrits d'office dans la réserve durant les cinq années suivant leur départ : ils ont beau être 115 000, ils ne sont pas suivis par le ministère de la Défense et aucun moyen n'est prévu pour les rattraper dans la nature. Si les armées et les services (santé, essences, etc.) possèdent tous des réservistes, l'armée de terre est aux premières loges. Elle en compte 15 453 début 2016, soit environ 60 % des effectifs totaux. Ils peuvent avoir entre 5 jours et 180 jours de présence sous les armes chaque année, en étant payés comme les militaires d'active du grade équivalent. Le problème, c'est que ces réservistes sont issus de la société civile et n'ont plus d'expérience militaire initiale depuis la fin du service national. Or, pour placer un réserviste de l'armée de terre dans une patrouille de l'opération Sentinelle, pour ne citer que cet exemple, il faut qu'il ait un minimum de formation : porter l'uniforme dans un cadre réglementaire et tenir une arme ne s'improvisent vraiment pas. Une formation de 60 jours est nécessaire. Un étudiant peut la suivre durant ses vacances, un mois par an durant deux ans. Pour une personne engagée dans une activité professionnelle, c'est nettement moins simple ! Quel chef d'entreprise ou patron d'administration accepterait sans difficulté de lâcher un membre de son personnel plusieurs semaines par an ?
Le Panda

« Pure flûte » De plus, souligne un officier connaissant le sujet, « les jeunes que l'on recrute veulent faire la guerre tout de suite. Ils n'imaginent pas ce que sont la discipline militaire et les critères physiques indispensables. Résultat : si on trouve assez facilement des gens pour devenir réservistes, ils ne restent pas avec nous. Un contrat sur deux est cassé au bout d'un an ! » Concrètement, les armées ont accueilli 9 212 nouveaux réservistes en 2015, en perdant dans le même temps 10 695 contrats non renouvelés. Et François Hollande voudrait 12 000 réservistes de plus ? « On est entre le vœu pieux et la pure flûte… », conclut un connaisseur.
Le Panda

Le PS annonce un "rassemblement de solidarité" Le Parti socialiste organisera suite à l'attentat de Nice un "rassemblement de solidarité" lundi midi au siège du parti, suivi d'un bureau national extraordinaire auquel le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve est convié, a indiqué le parti vendredi dans un communiqué. Ce rassemblement aura lieu lundi à midi au siège du parti, rue de Solférino. "Il débutera par un hommage du premier secrétaire (Jean-Christophe Cambadélis), puis par une minute de silence", a précisé le Parti socialiste. "Ce rassemblement sera suivi d'un bureau national extraordinaire, auquel a été convié Bernard Cazeneuve", selon ce communiqué.
Le Panda

Un motard a essayé de stopper le camion Un motard a tenté d'arrêter le camion qui s'est précipité sur la foule jeudi soir à Nice lors de l'attentat en cherchant à ouvrir la portière du véhicule qui roulait à faible allure sur la promenade des Anglais, selon le récit d'un journaliste allemand indépendant, Richard Gutjahr. "J'ai vu les gens qui étaient en train de célébrer le 14 Juillet, puis tout à coup un camion a roulé en direction de la foule", a-t-il raconté à l'Agence France-Presse. "Il conduisait très lentement, c'est ce qui était étonnant. Il a été suivi par un motard qui roulait derrière lui et le motard a essayé de le dépasser et a même essayé d'ouvrir la portière côté conducteur du camion", a expliqué Richard Gutjahr qui a également tourné une vidéo avec son smartphone, utilisée par la chaîne publique allemande ARD. "Mais il a chuté et il est passé sous les roues du camion", a-t-il expliqué. "J'ai aussi vu deux policiers tirer sur le camion", a précisé le témoin. "Et là, le chauffeur du camion a mis les gaz, le camion a roulé vite, il a accéléré et il a foncé dans la foule en zigzag. Ensuite, il y a eu 15 à 20 secondes de tirs de plusieurs armes", a-t-il poursuivi. Ce dont il a été témoin a duré en tout "soixante secondes, pas plus, du début à la fin", a-t-il conclu, précisant être ensuite descendu dans la rue. Il a alors vu la panique s'emparer des gens et 12 corps à terre.
Le Panda

Deux Américains parmi les victimes Deux Américains ont été tués dans l'attentat de Nice, selon le porte-parole du secrétariat d'État américain John Kirby. Selon le quotidien texan American-Statesman, les deux victimes sont Sean Copeland, 51 ans, et son fils Brodie, 11 ans, qui passaient des vacances en famille à Nice après avoir visité Pampelune et Barcelone en Espagne.
Le Panda

François Hollande est arrivé à Nice Le chef de l'État, arrivé sur place à 12 h 20, doit assister à un briefing au Centre opérationnel départemental (COD) des Alpes-Maritimes, installé à la préfecture des Alpes-Maritimes, avant de se rendre au Centre hospitalier universitaire Pasteur puis de faire une halte dans des locaux préfectoraux pour rencontrer les services de sécurité et de secours intervenus lors de l'attentat. Manuel Valls était arrivé à Nice quelques minutes avant le chef de l'État. Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, est lui arrivé à Nice dans la nuit de jeudi à vendredi.
Le Panda

Selon la chaîne CNN, l'attaque de Nice serait l'attentat perpétré par un homme seul ayant causé le plus grand nombre de victimes. Le précédent record avait été atteint par Anders Breivik qui avait tué 77 personnes en Norvège, le 22 juillet 2011.
Le Panda

Au moins une cinquantaine d'enfants hospitalisés Une cinquantaine d'enfants ont été hospitalisés à la fondation Lanval, hôpital pédiatrique de Nice, après l'attentat du 14 juillet, et deux d'entre eux y sont morts vendredi matin, a indiqué vendredi la responsable de la communication de l'hôpital. "À 7 heures, on a constaté deux décès d'enfants" au cours d'interventions chirurgicales, "d'autres sont encore entre la vie et la mort", a précisé la responsable de la communication Stéphanie Simpson. Un adulte, qui avait également été admis à la fondation Lanval, est également décédé, a précisé Mme Simpson. La fondation, seul établissement de la région spécialisé dans les urgences pédiatriques, a déclenché, jeudi à 23 heures, le plan Blanc, qui a été levé vendredi matin. "Beaucoup de médecins sont venus en renfort très très rapidement. Au niveau logistique, tout a très bien fonctionné à l'hôpital", a indiqué la responsable de la communication. "On a traité toutes les détresses vitales rapidement, on a eu le soutien d'autres établissements", a dit Mme Simpson. "Les adultes ont été transférés à l'hôpital Pasteur. Pour libérer des lits et accueillir d'autres blessés graves, on a rappelé des familles dont les enfants devaient sortir ce matin pour qu'ils viennent les chercher dans la nuit", a dit Mme Simpson. La fondation "avait fait plusieurs exercices avant l'Euro 2016..., on était préparés. Tout le monde est venu en renfort", a précisé la responsable de la communication.
Le Panda

Le tourisme français une nouvelle fois durement frappé En s'attaquant à Nice et à sa célèbre promenade des Anglais, destination mondialement connue et prisée des riches voyageurs, qui plus est le jour de la fête nationale, l'attentat de Nice frappe une nouvelle fois durement le tourisme français, qui peinait déjà à se remettre des attaques sur Paris en 2015. Le secteur, qui représente 7 % du PIB du pays et deux millions d'emplois directs et indirects, était déjà mal en point. Mercredi, à l'occasion du premier "comité d'urgence économique" dédié au tourisme, le ministre des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, avait appelé à une "mobilisation générale" pour que la France "demeure" la première destination touristique mondiale.
Le Panda

Carnage à Nice (Alpes-Maritimes). Un camion, dont le chauffeur vient d'être identifié formellement, a foncé sur la foule, jeudi 14 juillet, sur la promenade des Anglais, peu après la fin du feu d'artifice tiré à l'occasion de la fête nationale. "C'est un terroriste sans doute lié à l'islamisme radical d'une manière ou d'une autre", a déclaré vendredi soir le Premier ministre, Manuel Valls, alors invité de l'édition spéciale du journal de 20 heures de France 2. Un peu plus tôt, il avait annoncé trois jours de deuil national, du 16 au 18 juillet. ? 84 morts dont 10 enfants. C'est le bilan annoncé par le procureur de Paris, François Molins, à 17 heures. Parmi les victimes, on compte aussi 202 blessés dont 52 dans un "état d'urgence absolu". Vingt-cinq sont toujours en réanimation.
Le Panda

Le tueur identifié. Des papiers ont été retrouvés à l'intérieur du véhicule. Après vérification, il s'agit bien de ceux du conducteur abattu, un Tunisien de 31 ans, domicilié à Nice. Selon une source policière, l'homme n'était pas connu des services de renseignement pour radicalisation. Il était en revanche connu de la police pour des faits de droit commun, principalement des violences. Il a été condamné à six mois de prison avec sursis, en mars 2016, pour des faits de violence avec arme.
Le Panda

L'état d'urgence est prolongée pendant trois mois, a annoncé le chef de l'Etat. Les perquisitions administratives, c'est-à-dire le droit pour les forces de l'ordre de rechercher des preuves et des documents au domicile d'une personne sans l'aval d'un juge, sont aussi réintégrées pour trois mois.
Le Panda

: Sur la place de la République, où des hommages aux victimes des attentats de janvier et novembre 2015 étaient rendus, un mausolée s'est spontanément constitué après l'attentat de Nice. 20h35 : Le ministre de l'Intérieur, invité de TF1, ne s'avance donc pas autant que Manuel Valls, qui a indiqué plus tôt sur France 2 que Mohamed Lahouaiej-Bouhlel était un "terroriste sans doute lié à l'islamisme radical". 20h38 : Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, ne peut pas "en l'état" affirmer le lien entre l'homme abattu et l'islamisme radical. 20h38 : "Je pense que Daech recule en Irak et en Syrie, mais la guerre est loin d'être terminée. (...) Nous devons continuer le combat engagé contre la radicalisation. La guerre est là, même si elle est différente de celle que nous avons connue au 20e siècle." 20h29 : "C'est un terroriste, sans doute lié à l'islamisme radical" a dit Manuel Valls au sujet de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel.
Le Panda

19h33 : Mexique, Etats-Unis, Allemagne... Plusieurs pays ont manifesté leur soutien envers la France et la ville de Nice, après l'attaque au camion qui a tué au moins 84 personnes jeudi soir. Notre journaliste Anna Pereira a recensé les hommages dans un article. 19h26 : François Hollande réunira demain tous les membres du gouvernement à l'issue du Conseil de défense, annonce l'Elysée. 19h22 : Rappelons que cette cellule est joignable au 01 43 17 56 46. Elle est destinée aux familles des victimes. 19h23 : Invité de la radio France Info, le ministre de la Justice, Jean-Jacques Urvoas, annonce que la cellule interministérielle d'aide aux victimes sera active "au moins jusqu'à mardi". 19h17 : Le Conseil départemental des Alpes-Maritimes se pare du drapeau bleu-blanc-rouge, hommage aux victimes #AttentatNice
Le Panda

Quatre mois à peine avant de perpétrer le terrible attentat de Nice du 14 juillet au soir, Mohamed Lahouaiej-Bouhlel avait eu maille à partir avec la justice. Mais à l'époque, comme le raconte son avocat commis d'office Me Corentin Delobel à francetv info, "rien ne laissait penser qu'il en viendrait à commettre des actes aussi inhumains".
Le Panda

Cette précédente affaire concerne des violences commises le 25 janvier 2016 à Nice, lors d'un conflit routier. Comme le décrit Nice-Matin à l'époque, tout commence par une altercation verbale avec deux frères embarqués dans une voiture, qui s'impatientent de voir Mohamed Lahouaiej-Bouhlel mettre beaucoup de temps à décharger son camion au milieu de la route. Le ton monte et les automobilistes sortent de leur véhicule pour s'expliquer avec le chauffeur. Ce dernier se saisit alors d'un long morceau de bois et frappe violemment l'un des deux frères.
Le Panda

"Il n'avait pas l'air d'un radicalisé" Rapidement, la police est prévenue et l'agresseur est arrêté. Une fois sa garde à vue finie, il est relâché, placé sous contrôle judiciaire et convoqué au tribunal pour le 24 mars. "Il n'était pas du tout inquiet, se souvient son avocat, Me Corentin Delobel. Moi non plus d'ailleurs. Je savais que, vu les faits, à savoir une banale agression, comme on en voit tous les jours au tribunal correctionnel de Nice, il ne risquait pas grand chose." L'homme de 31 ans s'en sort avec un an de prison avec sursis. Quatre mois plus tard, vendredi 15 juillet au matin, son avocat découvre horrifié que c'est le même homme qui a commis le massacre de la promenade des Anglais. "J'ai eu du mal à y croire en apprenant son nom. Quand je l'ai défendu en mars, il n'avait pas de problème psychologique apparent, et il n'avait pas l'air d'un radicalisé. Il n'avait ni le look du 'barbu' très religieux ni le profil d'un tueur de masse. Il ressemblait au petit criminel de droit commun, avec un petit casier. Et puis il avait un travail, un domicile. Mais il n'avait rien d'agréable à défendre, car il n'était pas du tout respectueux des policiers ou de la justice. Il était très calme, nonchalant, désinvolte. Rien ne semblait pouvoir l'atteindre."
Le Panda

Majid était présent sur la promenade des anglais avec sa fille pour admirer le feu d'artifice. Il a été alerté par le bruit du camion qui, quelques mètres plus loin, fauchait plus de 80 personnes. C'est alors qu'il a assisté au geste héroïque d'un homme, qui a littéralement sauté sur le chauffeur du camion pour le neutraliser.... Il tente de sauter sur la cabine pour lui arracher l'arme des mainsLa voix tremblante, cet infirmier a livré son témoignage sur RMC. Tout en s’éloignant pour protéger sa fille, il a vu un inconnu dans la foule monter afin d'ouvrir la portière du camion et c'est à ce moment-là que le chauffeur aurait sorti une arme. Heureusement pour l'inconnu en question, il n'a visiblement pas réussi à enlever la sécurité de son arme. D'ailleurs Eric Ciotti, le député et président du conseil départemental des Alpes-Maritimes, a également évoqué cet inconnu et son geste héroïque bien qu'inconscient. "Une personne dans la foule a sauté sur le camion pour essayer de l'arrêter, c'est à ce moment-là que les policiers ont pu neutraliser le terroriste" a-t-il déclaré à l'AFP.Majid a d'ailleurs voulu saluer le courage de cet inconnu sur RMC : "Je ne sais pas ce qu'il est devenu, mais je voulais lui rendre hommage. C'est une image qui me restera à jamais, c'était incroyable".
Le Panda

Plus de 36 heures après le bain de sang qui a frappé Nice, 16 corps de victimes n'ont toujours pas été identifiés, rapporte une source hospitalière à l'AFP, samedi 16 juillet. L'attentat, revendiqué par l'organisation Etat islamique, a fait au moins 84 morts, dont 10 enfants et adolescents. Et le bilan total pourrait encore s'alourdir avec "202 blessés, dont 52 en état d'urgence absolue" qui sont "entre la vie et la mort", selon le procureur de Paris. ? Revendication de l'Etat islamique. "L'auteur de l'opération (...) menée à Nice en France est un soldat de l'Etat islamique. Il a exécuté l'opération en réponse aux appels lancés pour prendre pour cible les ressortissants des pays de la coalition qui combat l'EI", a affirmé Amaq, l'agence officielle de l'organisation terroriste, citant une "source de sécurité". ? Quatre hommes interpellés. Des membres de l'entourage du Tunisien ont été arrêtés vendredi et samedi et placés en garde à vue. Son ex-épouse était en outre toujours elle aussi en garde à vue.
Le Panda

Un bilan toujours provisoire. Le bilan total pourrait encore s'alourdir avec "202 blessés, dont 52 en état d'urgence absolue", selon le procureur de Paris, François Molin. ? Conseil de défense. François Hollande doit tenir aujourd'hui un deuxième Conseil de défense, avant de réunir son gouvernement. ? Trois jours de deuil et minute de silence. François Hollande a décrété trois jours de deuil national à partir de ce samedi 16 juillet. Une minute de silence sera observée lundi à midi dans le pays.
Le Panda

Revendication de l'Etat islamique. "L'auteur de l'opération (...) menée à Nice en France est un soldat de l'Etat islamique. Il a exécuté l'opération en réponse aux appels lancés pour prendre pour cible les ressortissants des pays de la coalition qui combat l'EI", a affirmé Amaq, l'agence officielle de l'organisation terroriste, citant une "source de sécurité". Qu'ils soient menteurs ou pas, c'est une façon de se mettre en avant, mais cette déclaration démontre alors que toutes les précautions utiles à cette manifestations n'ont pas été prises autant par le gouvernement que par les autorités locales de PACA C'est une réalité !!
Le Panda

Quatre hommes, membres de l'entourage du Tunisien qui a tué 84 personnes jeudi à Nice avec son camion, ont été interpellés vendredi et samedi et placés en garde à vue, a-t-on appris de source judiciaire. Son ex-épouse était en outre toujours en garde à vue samedi matin. Parmi les quatre hommes placés à leur tour en garde à vue, dont l'identité n'a pas été précisée par la source judiciaire, un a été interpellé vendredi et les trois autres samedi matin.
Le Panda

Des putschistes de l'armée ont tenté vendredi soir de prendre le pouvoir en Turquie avec des avions de chasse et des chars, entraînant samedi une violente riposte d'Ankara et le retour précipité de vacances du président Recep Tayyip Erdogan, qui semble avoir repris la main. Ces hommes, nombreux, puisque 1 563 d'entre eux ont été arrêtés, voulaient « restaurer la liberté et la démocratie », selon le communiqué qu'ils avaient publié sur le site internet de l'état-major des armées.
Le Panda

Les affrontements ont donné lieu à des scènes de violences inédites à Ankara et Istanbul depuis des décennies. 90 personnes auraient été tuées, 90 personnes, 41 policiers, deux soldats et 47 civils , et 1150 autres blessées. Toute la nuit, des hommes et des femmes se sont rassemblés sur l'emblématique place Taksim, à Istanbul, sans que l'on sache encore s'il s'agissait de partisans du pouvoir ou des rebelles.
Le Panda

Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a appelé samedi soir «tous les citoyens patriotes qui le souhaitent» à rejoindre la réserve opérationnelle. Cette réserve, dans laquelle pourront puiser les préfets, compte actuellement 12.000 volontaires, 9000 de la gendarmerie nationale, 3000 dans la police, a précisé le ministre.
Le Panda

Le Panda

Les premiers éléments de l'investigation attestent que Mohamed Lahouaiej Bouhlel a préparé l'attaque bien en amont, menant notamment des repérages sur la promenade des Anglais. Les enquêteurs sont convaincus qu'il a bénéficié de complicités. L'hypothèse d'une équipée sanglante soudain menée dans la baie des Anges par un fou sur le coup d'une bouffée délirante vole en éclats. Comme l'a révélé dimanche Le Figaro, le carnage de Nice, soldé par un bilan provisoire de 84 morts jeudi soir et revendiqué 72 heures plus tard par l'État islamique, a été orchestré exactement dix jours avant son exécution. En effet, Mohamed Lahouaiej Bouhlel a réservé son camion frigorifique dès le 4 juillet avant d'aller le chercher à Saint-Laurent-du-Var une semaine plus tard. Le procureur François Molins a précisé jeudi que le tueur aurait dû rendre son engin le 13 juillet, soit la veille de semer la mort sur la promenade des Anglais. Au lieu de cela, comme l'attestent divers éléments techniques, l'ancien chauffeur a effectué ce jour-là, et peut-être même la veille, des repérages afin d'avoir la certitude de faire le maximum de victimes sur le trajet programmé. Quelque 30.000 personnes s'étaient réunies pour assister au feu d'artifice.
Le Panda

Par ailleurs, la piste du tueur isolé, évoquée au premier stade de l'enquête, pourrait elle aussi faire long feu. En effet, les enquêteurs sont convaincus que le «soldat de Daech» a disposé de complicités. Dimanche, sept personnes de son entourage, toutes soupçonnées d'avoir apporté un «soutien logistique», étaient en garde à vue dans le cadre de l'enquête pour «assassinats en bande organisée» confiée à la Direction générale de la sécurité intérieure (Dgsi) et à la Sous-direction antiterroriste (Sdat). Une source proche du dossier a indiqué auFigaro que Mohamed Lahouaiej-Bouhlel a envoyé un SMS à 22h27, c'est-à-dire quelques minutes avant l'attaque, pour «commander des armes supplémentaires» à un mystérieux correspondant. L'identité de ce dernier, qui pourrait être l'un des gardés à vue, est en cours de vérifications. Mais celles-ci sont compliquées dans la mesure où, toujours selon nos informations, une cinquantaine de lignes sont passées au crible et qu'elles ne correspondent pas toutes au nom de leurs propriétaires.
Le Panda

Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, qui a envoyé une série d'autres messages en cours d'exploitations opérationnelles, se serait aussi félicité de «s'être procuré un pistolet 7.65». Enfin, il s'est par ailleurs pris à plusieurs reprises en photo à l'aide de son téléphone portable, posant devant ainsi qu'au volant du camion entre le 11 et le 14 juillet. Au moins un de ces clichés aurait été envoyé à son frère en Tunisie, là encore par SMS. Au total, plus de 200 enquêteurs de la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) sont mobilisés pour identifier l'ensemble des destinataires de ces messages. Depuis 96 heures, les enquêteurs cherchent par ailleurs à déterminer la provenance de son pistolet 7.65, une arme de petit calibre, assez répandu dans le milieu des cités.
Le Panda

«À la différence d'al-Qaida, l'État islamique accepte toutes les recrues qui se présentent, car il pose comme principe de ne faire aucune discrimination parmi les musulmans»
Le Panda

Lors de son audition et avant d'être relâchée dimanche, l'ex-compagne du tueur, en instance de divorce après des violences conjugales, a affirmé que Mohamed Lahouaiej-Bouhlel s'est radicalisé très récemment. Dans les quinze derniers jours précédant l'attaque, selon nos informations, le Tunisien de 31 ans à l'existence tapageuse de fêtard s'est subitement livré à l'apologie de l'État islamique. Cette brutale métamorphose a été corroborée par au moins un autre des gardés à vue, parmi lesquels se trouve un couple d'Albanais. Unanimes, les suspects ont dépeint l'ex-chauffeur livreur comme un individu à la personnalité impulsive, chaotique, en proie à une violence sourde. Depuis 2010, date de ses déboires judiciaires pour vols ou coups et blessures, il ne s'était jusqu'alors distingué que pour faire la fête, boire de l'alcool avec sa voisine de palier ou encore danser la salsa. N'observant guère le ramadan, ni ne mettant a priori jamais les pieds dans une salle de prières, il se comportait donc en apparence comme les «mécréants» que honnissent les propagandistes de Daech. A-t-il pu être un adepte de la «taqiya», c'est-à-dire la technique islamique de la dissimulation pour n'émettre que d'imperceptibles signaux et ainsi passer sous les radars des services? Rien n'est moins sûr tant le personnage, volontiers décrit comme d'une «intelligence limitée», semblait peu structuré et d'un genre plutôt instable.
Le Panda

Or, c'est précisément parmi ces personnalités faibles et influençables que Daech tente de recruter. «À la différence d'al-Qaida, l'État islamique accepte toutes les recrues qui se présentent, quel que soit leur pedigree, car il pose comme principe de ne faire aucune discrimination parmi les musulmans, confiait en septembre dernier au Figaro le journaliste David Thompson, auteur du livre Les Français jihadistes (éditions Les Arènes). Même si les médecins ou les ingénieurs sont très recherchés, des aveugles, des personnes en fauteuil roulant ou présentant tout type de handicap peuvent rejoindre leurs rangs. Les seuls tests, portant sur la personnalité du candidat et ce qu'en disent les réseaux sociaux, visent à débusquer les espions…» Archétype du «lumpenterroriste» qui n'a jamais mis les pieds en zones de combat, ni même peut-être jamais pris physiquement contact avec un responsable de l'organisation terroriste, Mohamed Lahouaiej-Bouhlel a juste répondu aux stimuli du porte-parole officiel de l'EI, Abou Mohammed Al-Adnani, quand il disait: «Si vous ne pouvez pas faire sauter une bombe ou tirer une balle (…) débrouillez-vous (…) renversez-les avec votre voiture.»
Le Panda

Inconnu des services spécialisés, tant en France qu'à l'étranger, Mohamed Lahouaiej-Bouhlel n'a, au dernier stade de l'enquête, rédigé aucun testament. Ni prêté allégeance à Daech comme le font les djihadistes morts en «martyrs». Pour l'instant, l'exploitation du matériel informatique et du téléphone saisis n'a pas permis d'éclairer les circonstances de son indicible raid.
Le Panda

Les enquêteurs tentent toujours de cerner la personnalité de Mohamed Lahouaiej-Bouhlel. Une garde à vue a été levée, six autres sont encore en cours, dont trois personnes transférées au siège de l'antiterrorisme de Levallois-Perret. • Mohamed Lahouaiej-Bouhlel avait repéré les lieux, et orchestré le massacre des jours auparavant. L'auteur de l'attentat de la promenade des Anglais de Nice avait repéré les lieux les 12 et 13 juillet avec son poids lourd loué, qui a servi à perpétrer le carnage du 14 juillet, selon une source proche du dossier citée par l'Agence France-Presse. Et selon les informations de notre journaliste Christophe Cornevin, le tueur a réservé dès le 4 juillet le camion frigorifique à Saint-Laurent-du-Var. Comme l'a précisé le procureur Molins, il a ensuite récupéré l'engin de 19 tonnes le 11 juillet et devait le rendre la veille de son équipée sanglante. Par ailleurs, toujours selon des sources proches de l'enquête contactées par Le Figaro, Mohamed Lahouaiej-Bouhlel a envoyé un texto à une des personnes aujourd'hui en garde à vue, peu avant de perpétrer son attentat. On ne connaît toutefois pas la teneur de ce message.
Le Panda

• Le pronostic vital toujours engagé pour 18 personnes. En fonçant à bord d'un camion sur la foule, le tueur a fait 84 morts, dont dix enfants et adolescents. Le pronostic vital est toujours engagé pour 18 personnes, dont un enfant, a affirmé Marisol Touraine, la ministre de la Santé. Au moins une dizaine de personnes» de la communauté russe de Nice, «sans doute plus», ont été tuées ou blessées dans l'attentat. Au moins 17 étrangers figurent également parmi les morts.
Le Panda

Le Panda

• Six personnes toujours en garde à vue, l'épouse du tueur relâchée. Les deux personnes interpellées dimanche à Nice, un couple d'Albanais, font partie de l'entourage de Mohamed Lahouaiej Bouhlel, selon une source policière. Ils sont soupçonnés de lui avoir apporté une aide logistique. Une troisième personne a été arrêtée dans l'après-midi. Quatre hommes étaient déjà en garde à vue. Une de ces sept gardes à vue a été levée dans la nuit de dimanche à lundi. Selon nos informations, un convoi transportant trois des gardés à vue a quitté dimanche soir Nice pour les locaux de l'antiterrorisme basés à Levallois-Perret. L'un des gardés à vue, un homme de 22 ans qui connaissait le terroriste «depuis quelques mois», a déclaré que ce dernier «était intégré, il connaissait beaucoup de monde», rapporte son avocat. Le gardé à vue «ne s'est jamais radicalisé, donc de facto il n'aurait jamais pu être sur la même conduite de vie que Mohamed Lahouaiej Bouhlel», a ajouté Me Jean-Pascal Padovani, précisant: «il ne pouvait pas être assez dans l'intimité de Mohamed Lahouaiej Bouhlel pour l'avoir remarquée, cette radicalisation». Dans les affaires de terrorisme, la garde à vue peut atteindre 96 heures en France, soit 48 heures de plus que la durée d'une garde à vue dans les affaires de droit commun.
Le Panda

L'épouse du tueur, en instance de divorce avec Lahouaiej-Bouhlel, a pour sa part été relâchée dimanche matin. Elle était interrogée depuis vendredi matin. «Elle était isolée, elle n'a pas perçu ce qui se passait à l'extérieur. Cette dame s'est retrouvée effondrée par l'acte commis par son mari, père de ses trois enfants», a expliqué à l'AFP son avocat, Me Jean-Yves Garino. «Elle avait subi des coups répétés de son mari, des violences physiques et du harcèlement. Le divorce était en cours. Il avait aussi frappé la mère de ma cliente. Des plaintes avaient été déposées», précise son avocat. • Des centaines de témoins déjà entendus. Plusieurs témoins interrogés, parmi la centaine déjà entendue, ont évoqué la religiosité du Tunisien. Son père avait pourtant affirmé qu'il n'avait «aucun lien avec la religion». L'auteur de l'attentat, revendiqué par le groupe État islamique, semblait jusque-là avoir davantage un profil de déséquilibré, inconnu des services de renseignement français, seulement connu pour des faits de délinquance ordinaire. «Il semble» que le chauffeur livreur tunisien de 31 ans se soit «radicalisé très rapidement», a ainsi déclaré samedi le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve.
Le Panda

• Un «frimeur» et un «dragueur». Dans la petite salle de sport du centre de Nice que fréquentait jusqu'à il y a deux ans environ Mohamed Lahouaiej Bouhlel, les abonnés se souviennent d'un «frimeur», un «dragueur», a raconté dimanche à l'AFP un témoin. «Limite, il était lourd», rapporte ce témoin. Une femme qui avait eu à subir ses avances évoque «quelqu'un qui draguait tout ce qui bouge». Selon un autre témoin de cette salle de sport, cité par Nice-Matin, Mohamed Lahouaiej «prenait pas mal de trucs pour se muscler, il se piquait avec des stéroïdes anabolisants, pour la gonflette».
Le Panda

• «J'ai tiré jusqu'à ce qu'il ne bouge plus.» RMC a pu consulter le PV d'audition des trois policiers qui sont intervenus pour stopper le conducteur. Selon le site de BFMTV, qui en raconte le contenu, ils ont reçu vers 22h45 un appel radio les informant qu'un camion avait pénétré sur l'avenue et ont immédiatement couru en sa direction, armés. Selon eux, le poids lourd réalisait bien des embardées volontaires pour faire le maximum de victimes. «Arrivés à hauteur du camion, les policiers aperçoivent un civil, hissé sur le marchepied, qui essaie d'intervenir, dans un acte héroïque, pour maîtriser le conducteur. Une première détonation résonne, le véhicule s'arrête. Mohamed Lahouaiej Bouhlel vient de tirer», relate BFMTV. Un échange de tirs s'ensuit. L'un des gardiens de la paix, qui compte neuf ans de service, se protégeait derrière un palmier: «J'ai tiré pour le neutraliser, j'ai tiré jusqu'à ce qu'il ne bouge plus.» À eux trois, les policiers ont tiré à 27 reprises.
Le Panda

Le Panda

Invité du 20H de TF1 ce dimanche soir, le président des Républicains et ancien chef de l'État a fustigé l'exécutif et estimé que «tout ce qui aurait dû être fait depuis 18 mois ne l'a pas été». Il était déjà intervenu sur ce même plateau au lendemain des attentats du 13 novembre. Invité du 20H de TF1 ce dimanche soir, le président des Républicains (LR), Nicolas Sarkozy, est revenu sur la terrible attaque terroriste qui a fait 84 morts à Nice jeudi soir. Et l'ancien chef de l'État a décidé de montrer un visage encore plus ferme qu'il ne l'avait fait il y a huit mois: «Nous sommes en guerre, une guerre totale. Nos ennemis n'ont pas de tabous, pas de frontières, pas de principes. Donc, je vais employer des mots forts: ça sera eux ou nous», a-t-il lancé, estimant que «la France ne peut pas laisser ses enfants se faire assassiner comme cela».
Le Panda

Pour gagner la guerre, le chef de l'opposition a donc invité l'exécutif et les médias à «désigner l'ennemi»: «Cet homme a agi selon un mode opératoire qui a été très précisément recommandé par Daech sur Internet. Il faut donc arrêter de dire que ce sont des “déséquilibrés”: nous sommes face à un terrorisme islamique, et il faut être déterminé à le combattre», a-t-il exhorté, répétant à plusieurs reprises qu'il ne souhaitait pas «polémiquer» mais bien «débattre pour savoir ce qui a marché ou n'a pas marché». «Tout ce qui aurait dû être fait depuis 18 mois n'a pas été fait», a clairement jugé le patron de Vaugirard.
Le Panda

Selon une enquête Ifop pour Le Figaro, 67 % des personnes interrogées au lendemain de l'attentat de Nice n'accordent pas leur confiance au président et à son gouvernement pour faire face et lutter efficacement contre le terrorisme. 81 % des Français interrogés se disent prêts à accepter davantage de contrôles et une certaine limitation de leur liberté. Selon un sondage Ifop pour Le Figaro, 67% des personnes interrogées au lendemain de l'attentat à Nice affirment ne pas avoir confiance en François Hollande et son gouvernement pour faire face et lutter contre le terrorisme. Le dévissage de l'exécutif sur cette question brûlante est d'autant plus net que les quatre baromètres précédents de l'Ifop, réalisés entre les 8 janvier 2015 et 5 janvier 2016, avaient situé cette confiance entre 49 % et 51 %. En six mois, le pouvoir a donc perdu seize points de confiance. Si un Français sur deux estime la France en guerre, 81 % des sondés sont également prêts à accepter davantage de contrôles et une certaine limitation de leurs libertés.
Le Panda

Le Panda

Le groupe Etat islamique (EI) a affirmé, mardi 19 juillet, que l'attaque à la hache dans un train en Allemagne a été menée par un de ses "combattants". Un jeune demandeur d'asile afghan de 17 ans s'en est pris aux passagers d'un train, lundi dans la soirée, en Bavière (Allemagne). Il a grièvement blessé quatre personnes à la hache et au couteau avant d'être tué par la police. Les enquêteurs ont découvert un drapeau de l'EI dans la chambre de l'agresseur. Francetv info résume ce que l'on sait de cette attaque. ?Comment s'est déroulée l'attaque ? Les faits se sont produits vers 21h15, à bord d'un train régional assurant une liaison entre les villes de Treuchtlingen et Wurtzbourg. Il transportait une trentaine de personnes. "Peu avant d'arriver à Wurtzbourg, un homme a agressé des passagers avec une hache et un couteau, a déclaré un porte-parole de la police locale. L'auteur des faits est parvenu à quitter le train, la police est partie à sa poursuite et dans le cadre de cette poursuite, elle a tiré sur l'agresseur et l'a tué."
Le Panda

Selon le ministre régional de l'Intérieur, Joachim Herrmann, c'est une unité spéciale d'intervention de la police allemande qui a fait feu lorsque le jeune homme a tenté de l'attaquer avec ses armes blanches. Cette unité se trouvait dans la ville par hasard, pour une autre mission, et a pu intervenir rapidement lorsque l'alerte a été donnée. Un riverain, qui a pu pénétrer dans le wagon, a décrit une "scène de boucherie" à l'intérieur du train, selon l'agence de presse DPA, avec des traces de sang et des pansements laissés sur place par les équipes de secours. ?Quel est le bilan ? "Il y a quatre blessés graves et un blessé léger", parmi lesquels "au moins deux femmes". Tous ont été hospitalisés. Par ailleurs, quatorze personnes ont été traitées sur place pour un choc psychologique.
Le Panda

?Que sait-on de l'assaillant et de ses motivations ? L'auteur de l'agression est un "Afghan de 17 ans". C'est un demandeur d'asile arrivé seul, sans famille, en Allemagne, a indiqué le ministre de l'Intérieur de Bavière. Il vivait dans la localité d'Ochsenfurt, voisine de l'endroit où se sont déroulés les faits. Il était pris en charge dans une famille d'accueil en tant que mineur. Selon le porte-parole du ministre de l'Intérieur de Bavière, "il est assez probable qu'il s'agisse d'un attentat islamiste". Celui-ci a précisé que l'agresseur avait crié "Allahou Akbar" ("Dieu est grand") lors de son attaque. Une piste confirmée après la découverte d'un drapeau de l'organisation Etat islamique fabriqué artisanalement dans la chambre du jeune homme, a annoncé le ministre bavarois de l'Intérieur, Joachim Herrmann. Toutefois, les autorités locales ont indiqué qu'il faudrait attendre les résultats de l'enquête pour se prononcer définitivement. Le parquet s'est ainsi montré plus prudent en indiquant, dans la nuit, que "les motivations de cet acte restent non éclaircies" à ce stade. Mais peu après, l'EI a affirmé, via l'agence Amaq, que l'homme était un de ses "combattants". "L'auteur de l'attaque à l'arme blanche en Allemagne est l'un des combattants de l'Etat islamique et il a mené cette opération en réponse aux appels à viser les pays de la coalition qui combat l'EI" en Syrie et en Irak, indique l'agence de presse, devenue le principal canal de diffusion du groupe terroriste.
Le Panda

Un chauffeur de VTC, fiché S pour radicalisation, a été interpellé dans la nuit du dimanche 17 au lundi 18 juillet à Sucy-en-Brie (Val-de-Marne). Les enquêteurs, qui le soupçonnent de cambriolages, ont saisi détonateurs et explosifs lors d'une perquisition à son domicile, précise mardi une source policière, confirmant une information d'Europe 1 et de BFMTV. Le conducteur du VTC (véhicule de tourisme avec chauffeur), âgé de 23 ans et connu des services de police pour des cambriolages, a été placé en garde à vue après cette perquisition. Son passager, âgé de 20 ans, également connu des services de police, a lui aussi été placé en garde à vue.
Le Panda

Quatre bâtons de dynamite saisis Les effectifs de la brigade anti-criminalité ont d'abord contrôlé le chauffeur pour une infraction routière, vers 2 heures, lundi. Mais à l'intérieur de sa voiture se trouvaient des papiers, des passeports et des permis de conduire volés lors d'un cambriolage remontant au 14 juillet à Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne). Les policiers le soupçonnent de faire parler ses clients pour connaître la durée de leur absence et de se rendre chez eux pour les cambrioler. Les policiers ont ensuite perquisitionné son domicile. Là, des détonateurs et quatre bâtons de dynamite de 100 g ont été saisis. Les enquêteurs "cherchent à savoir s'ils étaient destinés aux cambriolages ou à d'autres projets", selon la source policière. Car des "documents laissant penser à une radicalisation" du conducteur ont aussi été saisis. Selon Europe 1, les policiers de la sûreté du Val-de-Marne ont ainsi découvert dans son téléphone l'image du drapeau du groupe Etat islamique.
Le Panda

Mohamed Lahouaiej Bouhlel, l'auteur de l'attentat meurtrier de Nice, n'était pas connu des services de renseignements. "Il semble qu'il se soit radicalisé très rapidement", a estimé le 16 juillet le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, en évoquant "un attentat d'un type nouveau". Le phénomène de "radicalisation express" est depuis utilisé pour décrire le parcours de ce petit délinquant venu de Tunisie, mais francetv info vous explique pourquoi cette expression pose problème. ?La radicalisation reste un long processus La notion de "radicalisation express", déjà utilisée pour Salah Abdeslam, est plus que contestée par les spécialistes du jihadisme. "C'est n'importe quoi, la radicalisation est un long processus", explique ainsi à francetv info Patrick Amoyel, président de l'association Entr'autres de Nice, qui cherche à comprendre les ressorts de la radicalisation. Selon le psychanalyste, il existe une confusion entre la radicalisation qui prend des mois ou des années, et le passage à l'acte, qui peut être beaucoup plus rapide.
Le Panda

Avant le passage à l'acte, il y a l'entrée dans une mentalité avec le développement d'une "idéologie de jihad de conquête, de revanche sur l'Occident avec du complotisme, un discours anti français…", ajoute Patrick Amoyel. Une fois ce chemin idéologique emprunté, il peut se produire un basculement vers "l'être terroriste et l'acte terroriste", détaille ce spécialiste de la radicalisation jihadiste. Autrement dit, il est faux de penser qu'un individu peut passer de la normalité à l'acte terroriste en trois semaines, comme pouvait suggérer les divers portraits de Mohamed Lahouaiej Bouhlel. Ce dernier aurait d'ailleurs montré une vidéo de décapitation d'otage à une connaissance, il y a sept-huit mois. En revanche, la radicalisation peut prendre plus ou moins de temps, admet Patrick Amoyel : "Le schéma long passe par la radicalité identitaire, cultuelle, religieuse puis politico-religieuse. Dans le schéma court, choisi par Bouhlel, on va directement de l'identitaire au politico-religieux." Comme l'a détaillé le procureur de la République de Paris François Molins, l'auteur de l'attentat buvait de l'alcool, fumait et avait "une vie sexuelle débridée". Le contenu de son ordinateur montre aussi "un intérêt récent pour la mouvance jihadiste".
Le Panda

?Un projet terroriste élaboré rapidement La confusion peut venir du fait que la préparation de l'attentat semble s'être déroulée plus rapidement que dans les autres cas d'attentat. "Si la radicalisation est un long processus, l'arrivée d'une mentalité terroriste peut prendre quelques semaines et l'idée d'un passage à l'acte quelques jours", précise Patrick Amoyel. Selon les premiers éléments de l'enquête, l'homme aurait effectivement basculé dans son projet terroriste en quelques semaines, "ce qui semble assez rapide", selon Patrick Amoyel. Pour le psychanalyste, le passage à l'acte se justifie par le choix de mourir en martyr, "ça peut se jouer en une journée avec un rêve prémonitoire par exemple". ?Sa délinquance, sa violence, sa démence, ont pu jouer en lui donnant la certitude qu'il allait droit en enfer et que le martyr était sa seule porte de sortie.? Patrick Moyel Francetv info
Le Panda

?Le caractère violent n'explique pas tout Pour expliquer la rapidité du passage à l'acte, Bernard Cazeneuve a évoqué le caractère de Mohamed Lahouaiej Bouhlel, décrit comme violent et fragile psychologiquement. "On ne peut pas exclure qu'un individu déséquilibré et très violent, et il semble que sa psychologie témoigne de ces traits de caractère, ait été à un moment, dans une radicalisation rapide, engagé dans ce crime absolument épouvantable", a détaillé sur RTL le ministre de l'Intérieur. Mais ces éléments ne fournissent pas une explication suffisante. "Avoir un potentiel de violence, cela ne suffit pas", affirme Patrick Amoyel, "il y a environ 10 millions d'individus potentiellement violents en France, et ils ne deviennent pas tous terroristes." De même, il ne faut pas s'arrêter à la fragilité psychologique de l'auteur de l'attentat. Il a fait des repérages, loué son véhicule à l'avance et choisi le soir du 14-Juillet, jour de la fête nationale, "il sait donc très bien ce qu'il fait, ce n'est pas un loup solitaire et ce n'est pas une bouffée délirante", estime Patrick Amoyel. Une confusion pouvant en entraîner une autre, Patrick Amoyel rappelle que tous les individus radicalisés ne sombrent pas dans le terrorisme : "Un gars qui se radicalise cultuellement n'est pas pour autant dangereux. (…) On estime environ à 40 000 le nombre de radicalisés. Donc si tous les radicalisés étaient terroristes, on serait déjà tous morts", indique Patrick Amoyel. La difficulté pour les services de renseignement demeure de repérer les personnes qui sont sur le point de basculer. Mohamed Lahouaiej Bouhlel, par exemple, n'était pas rentré dans les radars de la police.
Le Panda

Manuel Valls fait part de sa "vive émotion" Le premier ministre a, à son tour, adressé un message de soutien au peuple allemand suite à l'attaque dans un centre commercial à Munich. "Vive émotion et solidarité totale avec le peuple allemand dans ce moment terrible", a-t-il écrit.
Le Panda

François Hollande adresse "un message personnel de soutien à Merkel" Le président de la République a adressé ce soir un "message personnel de soutien" à la chancelière allemande Angela Merkel, a indiqué l'Elysée, après une fusillade survenue à Munich ayant fait plusieurs morts. "François Hollande a adressé un message personnel de soutien à Angela Merkel" au vu des événements de Munich, a indiqué la présidence. La police "suspecte un acte terroriste" concernant cette fusillade qui a "fait probablement au moins six morts" dans un centre commercial de la capitale de la Bavière, où la situation est toujours confuse.
Le Panda

Le Panda

à 21:05 Obama apporte son soutien à l'Allemagne Le président des États-Unis a tenu à apporter "tout son soutien" à l'Allemagne. "Nos coeurs sont avec les Allemands", a-t-il déclaré, tout en appelant à la prudence : "nous ne savons pas encore ce qui est arrivé à Munich". "Nous ne savons pas encore exactement ce qui se passe là-bas, mais bien évidemment nos pensées vont vers les victimes", a dit Obama à la Maison blanche. "Nous promettons tout le soutien dont ils auront besoin", a-t-il ajouté.
Le Panda

à 20:58 La police demande d'éviter les autoroutes autour de la ville Plusieurs médias allemands rapportent que la police a demandé aux automobilistes d'éviter autant que possible les autoroutes autour de Munich, afin de laisser passer secours et forces de l'ordre. à 20:56 Des renforts en route pour Munich Le journal allemand Bild rapporte que "des unités de police de toute la Sud-Bavière se rendent à Munich". à 20:36 La police française soutient ses collègues allemands En soutien des forces de l'ordre allemandes, la police nationale française a publié sur Twitter un appel à ne pas diffuser de photos ou de vidéos des opérations en cours afin de ne pas "aider les suspects".

haut de la page

APRES LE FOOT LE PRESIDENT PERDANT MACRON ECRASE?

Le Panda 2016-07-13 11:53:14

Humeur du MomentJusqu’à présent nous nous étions pas exprimés, sur le football à coûts de milliards sur les terrains. à défaut de trouver une compassassion dans la vie de tous les jours, ce sont les politiques où quel que soit le bord rigolent en faisant semblant de partager. A ne pas en douter le plus grand de tous sera et restera Didier Deschamps pour avoir fait vibrer le peuple, mais nous ne pouvons passer sous silence un des médias qui sont tous des entraineurs en puissance. Ce qu’aucun politique n’a su faire depuis des décennies l’entraineur Didier Deschamps a donné sur le terrain les vraies valeurs de la France. Chapeau et merci toi petit et grand homme avec une perception incroyable de l’unité nationale. Comment ne pas simplement lui dire merci ! Un troisième titre à domicile ? Si elle s’impose, dimanche en finale de l’Euro face au Portugal, l’équipe de France remportera son troisième titre majeur à domicile. Déjà victorieuse de l’Euro 1984 et du Mondial 1998, organisés dans l’Hexagone, elle est la seule sélection au monde à se retrouver dans pareil cas de figure. Invaincus depuis dix-huit matches en compétitions officielles sur son sol (cinq à l’Euro 1984, sept au Mondial 1998 et six cette année), les Bleus n’ont plus perdu chez eux en phase finale depuis 1960 (0-2 contre la Tchécoslovaquie, match pour la troisième place de l’Euro). «On veut finir en apothéose, a annoncé le capitaine tricolore, Hugo Lloris, samedi en conférence de presse. On aura besoin de tout le monde pour élever notre niveau et repousser nos limites, a-t-il ajouté dans un appel lancé aux supporters. Sentir cette joie partagée avec le public, ça renforce nos liens.» Et cette sensation d’invincibilité. Une fatigue à gérer Qui veut y croireAvec un jour de moins de récupération par rapport aux Portugais, les Bleus partent nécessairement avec un handicap pour cette finale. Même si Antoine Griezmann et ses partenaires ont eu droit à de longues plages de repos au cours de la compétition, leur rythme s’est accéléré à partir des quarts de finale. Et cela pourrait avoir une incidence sur le déroulement de la rencontre. Même si Didier Deschamps et ses joueurs ne veulent pas y croire. «J’aurais préféré avoir un jour de plus mais le calendrier a été fait comme ça», a souligné le sélectionneur tricolore, fataliste après le succès contre l’Allemagne en demies (2-0), depuis lequel «la récupération avant tout» a été privilégiée. «On sera prêt, a promis Blaise Matuidi, vendredi. Au-delà du physique, c’est le mental qui va jouer. Dimanche, ce sera le match de notre vie. On va tout donner, comme on l’a fait jusqu’à présent.» Dimitri Payet sera-t-il titulaire ? ILS Y CROIENTDécevant contre l’Allemagne après un début de compétition épatant, Dimitri Payet semble accuser le coup physiquement en cette fin de tournoi. Sorti en cours de seconde période face à la Mannschaft, le Réunionnais pourrait être remplaçant en finale. Cette hypothèse n’aurait rien de surprenant, au vu de l’adaptation permanente prônée par Deschamps ces dernières semaines. Dans son obsession de trouver le bon «équilibre d’équipe», le patron des Bleus pourrait à nouveau opérer des «aménagements», pour laisser Antoine Griezmann dans l’axe par exemple, à sa position préférée, ou pour compenser la méforme du milieu offensif de West Ham. Dans cette optique, Kingsley Coman ferait figure de suppléant idéal dans le couloir gauche. À moins que le système en 4-2-3-1, qui a fait ses preuves, soit une nouvelle abandonné au profit du 4-3-3, ce qui est peu probable. Auquel cas N’Golo Kanté retrouverait sa place de sentinelle. Le duel à distance entre Griezmann et Ronaldo Avec respectivement six et trois buts dans la compétition, Antoine Griezmann et Cristiano Ronaldo sont indéniablement deux des quelques stars à avoir brillé dans cet Euro. Le vainqueur de la finale sera probablement élu meilleur joueur du tournoi. Pour autant, il n’est pas question de résumer cet ultime affrontement à une confrontation entre les deux buteurs, potentiels candidats au Ballon d’Or. Les Bleus n'ont pas prévu de plan anti-Ronaldo. «On essayera de défendre comme contre n’importe qui, même si c’est un joueur exceptionnel, a annoncé Bacary Sagna. On n’a pas besoin de faire son éloge. Tout le monde le connait et sait qu’il est l’un des meilleurs joueurs du monde. Mais on joue contre de très bons joueurs tous les week-ends.» Quant à Griezmann, même s’il a encore ébloui contre l’Allemagne (2-0), il ne sera pas seul sur la pelouse. «Il fait jouer son équipe, ce n’est pas un soliste, a rappelé son coach. Il dépend d’un collectif», dont l’unité sera la clé du succès.   BYE BYELe J est là place à celui qui a su lutter contre la meilleure manière pour toutes formes de racisme.   Bon courage à tous ces supporters quelles que soient leur couleur de peau, en ce qui me concerne c’est le principal de ce que je retiens de cette manifestation qui ouvre peut-être celle des JO à Paris. Le Panda Patrick Juan  

Commentaires

Le Panda

Qui cherche le feu finit effectivement par se bruler.
Le Panda

A voir le match comme j'ai pu le voir tous les talents des portugais se sont exprimés sur les divers terrains foulés. Il serait souhaitable que chaque joueur de football fasse un tour par le camp du Rugby ou du Vélo. Nous aurons moins de pleureuses et plus d'actions réelles. Puis lorsque l'ont constate que la majorité des médias sans aucune exception portent les "bleus" aux nus il faut effectivement faire rêver le peuple qui sont les jouets de la majorité des politiques et de la corruption financière. Messi, Ronaldo, sans oublier les joueurs français donnent les marches que les fiances politiques leur ouvre. Mais chaque époque possède sa mentalité et son monde vie, alors donnez des jeux au peuple et vous n'aurez que la racaille qui attaque les Forces de l'ordre. Qui sont loin aussi de l'exemple qui lave plus blanc que blanc. Alors laisser les manipulateurs de larmes jouer dans la même cour que les enfants et cela sentira de plus en plus mauvais. C'est la première réflexion au réveil du 11 juillet au matin, mais indéniablement le plus méritant de tous c'est bien Didier Deschamps. Le Panda
Le Panda

Meilleur buteurde l'Euro avec six réalisations, Antoine Griezmann ne voyait pas ce Soulier d'or comme une consolation après la défaite en finale. L'attaquant tricolore de l'Atlético Madrid n'a pas caché sa frustration. Qu'est-ce que qu'il vous a manqué pour remporter cette finale ? ANTOINE GRIEZMANN. On a manqué de réussite, celle qu'on avait eu face à l'Irlande, l'Islande et l'Allemagne. Le gardien a fait de belles parades, on touche le poteau, ma tête passe au-dessus pour quelques centimètres... C'est frustrant car on a tout donné. Et au final, ce sont les Portugais qui gagnent. Il faut les respecter, c'est un beau groupe avec de grands joueurs. Ils ont tout fait pour ne pas encaisser de but et il ont réussi à ouvrir le score sur cette frappe lointaine. C'est le foot.
Le Panda

Est-ce que vous vous sentiez fatigués en prolongation ? Non, absolument pas. C'était une finale d'Euro. Dans ces moments- là, il n'y a pas de fatigue. Il nous a juste manqué un petit peu de réussite. On en se cherche pas d'excuse et surtout pas celle du physique. Quel goût laisse cet Euro ? Un goût de tristesse. On est tous très énervés aussi. Mais c'est le football. Parfois il te donne beaucoup et parfois il te retire des choses. Il faudra revenir plus fort pour les qualifications à la Coupe du monde. Mais vous avez affiché de belles promesses ? Oui, notre groupe a de l'avenir. Mais on aurait dû gagner cet Euro. C'est dommage, même si cela se joue pas à grand-chose. Il faut revenir plus fort et prouver notre valeur. A titre personnel, vous perdez une deuxième finale après celle de la Ligue des champions... C'est vrai que c'est chiant, mais il y a des choses plus graves dans la vie. C'est peut-être un mal pour un bien. Je reviendrai plus fort en sélection comme en club. Des finales, j'en jouerai d'autres. Je les gagnerai cette fois.
Le Panda

Pensiez-vous au Ballon d'or avant la rencontre ? Non. Cela viendra si cela doit venir. Si c'est encore jouable ? Cristiano Ronaldo a gagné les plus grandes compétitions. Je pense que ça y est, c'est fait. Sa sortie vous a déstabilisés ? Non. C'est dommage pour lui, car il avait aussi envie de gagner ce match. Ils ont posé leur jeu, bien défendu et ont été vraiment costauds.
Le Panda

Battus par le Portugal 1-0 dimanche, les Bleus devront relever la tête dès septembre à l'occasion des qualifications de la Coupe du monde 2018. Ils n'ont pas vraiment le choix. Non, une frappe d'Eder venue de nulle n'effacera tout le travail accompli par les Bleus lors de cet Euro. En un mois, l'équipe de France a grandi comme elle ne l'avait jamais fait sous l'ère Didier Dechamps. Il y a donc quelques motifs d'espoirs. Voici quelques pistes pour se remettre de cet échec en finale.
Le Panda

1. Bien comprendre que ça s'est joué à rien Un marquage un peu trop large sur la frappe d'Eder, un ballon de Gignac aimanté par le poteau ou une tête de Griezmann un poil trop appuyée. Voilà à quoi s'est jouée cette finale face au Portugal. Didier Deschamps le sait, les Bleus ont perdu ce match comme ils auraient pu le gagner. Presque à la pièce. "Ils nous a manqué de la lucidité, de la réussite, de la fraîcheur. On a eu des occasions, ça fait mal, c'est cruel." Bref, les coéquipiers d'Antoine Griezmann auraient dû tuer ce match bien avant la prolongation. Ils doivent juste accepter de ne pas avoir eu "la chance du champion", selon les mots de la star des Bleus. Le meilleur buteur de cet Euro (6 buts) ajoute, fataliste: "C'est frustrant, chiant, mais c'est le foot." Il n'y a pas à chercher les causes profondes du problème. Elles n'existent pas. La déception, elle, demeurera quelques semaines. Peut-être plusieurs mois. Mais, vu les circonstances, elle se digérera.
Le Panda

2. Ne pas oublier tout le travail accompli A l'heure de titrer le bilan de l'Euro des Bleus, il serait dommage d'oublier le travail accompli en un mois. La compétition a laissé entrevoir de nombreuses promesses. Dimitri Payet apporte un danger permanent sur coup de pied arrêté. Griezmann termine meilleur buteur même s'il bute encore en finale. Au milieu, N'Golo Kanté a bousculé la hiérarchie en quelques semaines, tout comme Umtiti en défense, au point de devenir titulaire sur les deux derniers matchs de l'Euro. Au rayon des espoirs, soulignons aussi la performance de Coman qui fait une entrée remarquable contre le Portugal. Il est clairement au niveau. "Je suis très fier de mes joueurs, explique ainsi Didier Deschamps au micro de M6 après la finale. Il manque l'essentiel, la dernière marche. Mais ça n'enlève rien à tout le travail accompli depuis le 17 mai."
Le Panda

En effet, ce nouveau groupe France s'est construit en peu de temps. Et ce malgré les nombreuses blessures, notamment dans le secteur défensif. Enfin, et c'est peut-être le point le plus important, les Bleus ont renoué avec leur public. En soit, c'est déjà une sacrée performance.
Le Panda

3. Se projeter sur la prochaine Coupe du monde "Il va falloir revenir encore plus fort." A peine douché, Moussa Sissoko avait déjà l'idée les yeux rivés vers le prochain objectif des Bleus: la Coupe du monde 2018. L'échéance arrivera vite, avec des qualifications qui débuteront dès septembre. La France retrouvera dans son groupe les Pays-Bas, le Bélarus, la Suède, le Luxembourg et la Bulgarie. Cette aventure démarrera déjà sous les ordres de Deschamps qui a confirmé dès dimanche soir qu'il poursuivait son bail avec les Bleus. Sur le terrain, le groupe des finalistes de l'Euro constitue évidemment un bon socle commun. L'avenir de certains cadres se pose, mais aucun n'a évoqué de retraite internationale après l'Euro. Même le doyen, Patrice Evra, a toujours répété qu'il serait là, tant que le sélectionneur ferait appel à lui. Et vu sa place dans le vestiaire, il n'y a pas de raison que DD se passe de sitôt de son vice-capitaine. A la rentrée, les Bleus récupéreront déjà des blessés, dont Raphaël Varane et Lassana Diarra. Le réservoir des Bleus est aussi fourni avec certains jeunes, comme Ousmane Dembélé, Paul-Georges Ntep, ou Layvin Kurzawa. Si ces joueurs confirment en club la saison prochaine, ils pourraient vite s'imposer chez les A. Idem pour Hatem Ben Arfa, s'il réussi son pari au PSG. Enfin, la dernière inconnue concerne Karim Benzema. Même s'il sort totalement blanchi de l'affaire de la sex-tape, il n'est pas dit que Deschamps le rappelle un jour. Le sélectionneur avait très mal vécu les accusations de racisme de l'attaquant du Real
Le Panda

« Accablés », « Trop cruel », « Le rêve brisé », « La désillusion ». Comme les Français, tous les quotidiens affichent en une lundi 11 juillet le crève-coeur après la défaite de la France contre le Portugal en finale de l'Euro 2016. L'adjectif « cruel » est repris dans de nombreux titres. La Provence couvre sa une d'un « Cruel ! », 20 Minutes parle de « Regrets cruels » et La Dépêche du Midi succombe au « trop cruel ».
Le Panda

D'autres journaux ont préféré rendre hommage aux hommes de Didier Deschamps en leur adressant un « Merci pour ce moment » (L'Humanité) ou « Merci les Bleus ! » (La Voix du Nord). La France « se réveille ce matin avec un sentiment de gâchis », comme le souligne Jérôme Cazadieu dans L' Équipe, dont le titre « Accablés » est accompagné d'une photo de Paul Pobga pleurant dans son maillot.
Le Panda

D'autres journaux ont préféré rendre hommage aux hommes de Didier Deschamps en leur adressant un « Merci pour ce moment » (L'Humanité) ou « Merci les Bleus ! » (La Voix du Nord). La France « se réveille ce matin avec un sentiment de gâchis », comme le souligne Jérôme Cazadieu dans L' Équipe, dont le titre « Accablés » est accompagné d'une photo de Paul Pobga pleurant dans son maillot. « L'amour d'un peuple, la plus belle des victoires » Mais c'est aussi un immense « Merci les Bleus » que leur adresse La Voix du Nord alors que Le Parisien leur lance un « Merci Messieurs » dans un éditorial signé Donat Vidal Revel. Cette nouvelle génération de joueurs a en effet réussi à « retisser l'histoire d'amour entre les Bleus et la nation de supporters », selon L' Est républicain. Ils « ont gagné l'amour d'un peuple. Avec le temps, ils s'apercevront que c'est la plus belle des victoires », affirme Pascal Coquis dans Les Dernières Nouvelles d'Alsace. « Cet Euro 2016 a réveillé un peuple », poursuit Carole Nouillé dans L'Union. « La ferveur nationale qu'a créée l'Euro offre enfin l'occasion de réparer les Français », comme le souligne Cécile Cornudet, qui se réjouit que « les drapeaux flottent aux fenêtres comme ils flottaient après les attentats de novembre ». En cette période morose, les Bleus ont réussi à susciter un « brin d'espérance », assure Patrick Apel-Muller dans L' Humanité. Mais « l'effet Euro sera court », redoute Bruno Bécard dans La Nouvelle République du Centre-Ouest. Christophe Bonnefoy, du Journal de la Haute-Marne, se demande en effet : « Jusqu'à quand saurons-nous en profiter ? »
Le Panda

PORTUGAL - France : 1-0 (après prolongations). Le football est juste un sport, mais il n’est certainement pas un sport juste. Il y a toutefois, dans la victoire du Portugal en finale de l’Euro contre la France, une justice et une injustice. Une justice parce que la Selecçao méritait depuis longtemps de soulever un trophée international, de par sa culture du football, de par la ferveur populaire que ce sport suscite dans ce pays, de par le talent qui imprègne la formation lusitanienne. Bravo à eux.
Le Panda

Une injustice parce que l’équipe de France méritait au moins autant ce titre, ce sacre sur ses terres. Elle avait sans doute épuisé sa dose de réussite contre l’Allemagne, contre laquelle elle aura aussi laissé sa fraîcheur physique, qui fit cruellement défaut aux Tricolores dimanche soir. Une injustice aussi au vu de ce match que les Bleus auront été les seuls à vouloir jouer. Les Portugais ont visé la séance de tirs au but dès la sortie sur blessure en première période de leur star Cristiano Ronaldo. Leur plan a échoué : ils ont gagné avant, en prolongations, grâce à une frappe tendue de l’attaquant Eder (109e minute de jeu) qui a pris tout le monde au dépourvu.
Le Panda

« Il n’y a pas de mots pour décrire ce sentiment. Il faudra du temps pour digérer ça. On a souffert ensemble, on a gagné ensemble, et finalement on perd ensemble. C’est difficile mais c’est comme ça », a sobrement expliqué Didier Deschamps à l’issue de cette finale cruelle et triste (pour les Bleus), conclusion cependant logique d’un Euro qui aura été moche et beau à la fois. Moche à l’image de son champion qui avait peine à jouer, qui n’a mené au score que durant 73 minutes sur les 720 qu’il a passées sur le terrain. Non, ce tournoi ne restera pas dans les annales pour la qualité du spectacle proposé. Le cinéaste portugais Miguel Gomes l’annonçait tranquillement juste avant la finale, dans une interview prémonitoire au site Sofoot.com : « Dans ce championnat d’Europe un peu merdique, le Portugal va gagner, car c’est une équipe qui suit cette logique de la débrouille jusqu’à la fin. » Mais cette compétition fut parfois éblouissante, parce qu’il en est aussi sorti de l’inédit et de la stupéfaction, celle des fins de séries. Le Portugal a battu la France pour la première fois en compétition, comme la France avait éliminé l’Allemagne pour la première fois depuis 1958, et l’Allemagne, l’Italie, et l’Islande, l’Angleterre, et ainsi de suite…
Le Panda

Deux souhaits portugais ont été exaucés, dimanche sur la pelouse du Stade de France. Celui de Cristiano Ronaldo, qui voulait pleurer en ce 10 juillet. Il l’aura même fait deux fois, le chanceux : de dépit lors de sa sortie, aussi théâtrale que le personnage sait l’être, de joie au moment de soulever le trophée Henri-Delaunay. L’autre vœu est celui de Fernando Santos. « Ça me plairait qu’ils disent qu’on a gagné de manière imméritée demain [dimanche], je serais très heureux s’ils disent cela demain ! Et je rentrerai chez moi très heureux », avait expliqué le Portugais, samedi. L’ancien sélectionneur de la Grèce aura donc gagné « à la grecque », la leçon de 2004, cette défaite portugaise à domicile sur le 0-1 réglementaire de la bande de Charisteas, a porté ses fruits.
Le Panda

On espère qu’une autre bande, celle d’Antoine Griezmann, saura faire son beurre de ce terrible final. Comme lors du Mondial 2006, la France termine vice-championne, avec la médaille en argent, même pas en chocolat, celle qu’on balaie d’un revers de manche pour la cacher au fond du sac à dos. Les Bleus et leurs supporteurs découvrent le goût amer de la défaite, la pire, celle qu’on rumine, avec ses regrets à la pelle, ses occasions manquées, et la famille aux premières loges dont les regards désolés font miroir. Ni les uns (les Bleus) ni les autres (leurs supporteurs) ne doivent oublier l’enthousiasme, la sincérité et l’envie de jouer de cette équipe de France, six ans après le désastre de Knysna, lors du Mondial en Afrique du Sud. Le Portugal est champion d’Europe 2016 pour toujours, la France finaliste malheureuse pendant un bon moment encore. Mais rien n’oblige les regrets à être éternels.
Le Panda

Coups de cœur Rui Patricio dans la légende de l’Euro (Guillaume Loisy) Les Portugais se souviendront pour toujours du but de la délivrance signé Eder en prolongation. Mais le vrai héros s’appelle Rui Patricio. Sans la claquette magistrale de son gardien sur une tête de Griezmann qui ne l’était pas moins à la 10e minute, la Seleçao aurait peut-être bu le bouillon face à des Bleus plus conquérants. Au lieu de cela, Rui Patricio a instillé le doute dans les têtes françaises en effectuant arrêt sur arrêt devant Sissoko (34e, 84e) et Giroud (75e). Le taulier du Sporting a aussi eu ce brin de chance indispensable à tous les grands gardiens sur un tir de Gignac repoussé par son poteau dans les arrêts de jeu (90e 2). Il mériterait une statue devant l’Estádio José Alvalade. L'hommage du Stade de France à Ronaldo (Aurélien Billot) Le public du Stade de France n'est pas un grand public de foot (voir par ailleurs), c'est un fait. Mais il peut lui arriver, de temps à autre, de se montrer à la hauteur. Ce fut le cas dimanche lorsque Cristiano Ronaldo, (gravement ?) blessé au genou, a quitté pour de bon le terrain sur une civière. Oubliant le côté bêtement cocardier et les traditionnels sifflets, le «SDF» s'est levé comme un seul homme pour accompagner la sortie du Ballon d'Or par des applaudissements. Respect.
Le Panda

Une jolie cérémonie de clôture (Vincent Duchesne) Pas de tableaux à n’en plus finir. Non, rien de tout ça. Sobriété. Efficacité. A peine dix minutes de cérémonie de clôture etle tour était joué. Une jeune accordéoniste, l’orchestre de la Garde républicaine, la Musique des pompiers de Paris, les jeunes chanteurs de la Maitrise et le Chœur de Radio France. Sans oublier des centaines de jeunes danseurs volontaires qui ont dessiné un magnifique «merci» avec leurs corps. Cela en a fait du monde sur la pelouse. Le tout avec David Guetta aux platines. Un joli moment. Conclu par un tifo magnifique. C’était vraiment chouette.
Le Panda

Le public français pas au niveau (Baptiste Desprez) «Ne tournons pas 107 ans autour du pot. Le public du Stade de France n’a pas rempli, complètement, son rôle de soutien dimanche soir. Oui, les fans ont poussé en seconde période, et après le but d’Eder. Très bien. Et avant ? Une première période morose de la part des spectateurs, qui se sont contentés de quelques «Allez les Bleus» et d’une Marseillaise. Trop peu pour faire vivre un enfer aux Portugais, largement soutenus par leur peuple, pourtant moins nombreux (voir au-dessus). Et on vous passera sous silence l’avant-match, qui n’aurait pas réveillé un nouveau-né. Une ambiance bien loin des standards attendus d’une finale d’un Euro à domicile, qui vous ferait regretter que toutes les rencontres des Bleus ne se jouent pas à Marseille.»
Le Panda

Le manque d’efficacité des Français, la clé du match (Baptiste Desprez) «Didier Deschamps ne cesse de le répéter. Les matches de haut niveau se jouent sur des détails. Comme marquer sur au moins quatre de vos occasions franches. Ce que Griezmann (deux fois), Giroud et Gignac n’ont pas été en mesure de faire. Derrière, c’est vieux comme le monde, même sans leur meilleur joueur, les Portugais ont tenu bon, avant de sceller définitivement le sort des Français. Pas assez d’efficacité qui se paie cash au plus haut niveau. Demandez aux Allemands ce qu’ils en pensent après leur demi-finale perdue à Marseille malgré plus d’occasions que les Bleus ? Le sort s’est inversé dimanche soir. La détresse.» Satanés insectes ! (Vincent Duchesne) Ce furent les invités surprises de cette finale et on s’en serait bien passé : les papillons. Par centaines. Voire par milliers. Attirés par la luminothérapie utilisée par les jardiniers du Stade de France toute la nuit précédant la rencontre, ils ont élu domicile sur la pelouse. Dans les tribunes. Un enfer. Avant le coup d’envoi, arbitres, membres des staffs, joueurs ont été attaqués par ces bestioles. Dans les travées, les supporters et les journalistes ont également dû composer avec ces intrus d’un soir, quelque peu gênants. Heureusement, cela n’a pas semblé perturber les 22 acteurs pendant le match. Même si Ronaldo se serait à coup sûr bien passé de passer sur les écrans, au bord des larmes après sa blessure, avec un papillon sur le nez.
Le Panda

Le Panda

Le Panda

Le torero espagnol Victor Barrio est décédé samedi, après avoir été blessé en pleine prestation lors de la feria de Teruel, dans le centre-est de l'Espagne. Âgé de 29 ans, le jeune matador a reçu un coup de corne au côté droit du thorax alors qu'il exécutait une série de passes dans l'arène. L'infirmerie des arènes a constaté à 20h25 la mort du torero a indiqué l'entreprise organisatrice Tauroemocion. Les images télévisées de la corrida montrent comment Lorenzo, un taureau de plus de 500 kilos, assène le coup de corne fatal, qui semble s'enfoncer sous l'aisselle, secouant plusieurs fois avec violence le torero en habit de lumière rouge et doré. Puis la bête est éloignée par les compagnons de Victor Barrio pendant que celui-ci gît à terre, les yeux grand ouverts, mais sans doute inconscient. Originaire de Grajera, village de la province de Ségovie, Victor Barrio, torero élancé et talentueux selon les spécialistes, avait débuté en 2008 et fréquenté les arènes de toute l'Espagne, y compris Las Ventas de Madrid, selon la biographie figurant sur son site officiel. Les festivités qui devaient avoir lieu à l'issue de cette dernière journée de corridas ont été annulées. Le chef du gouvernement sortant espagnol Mariano Rajoy a adressé ses condoléances après sa mort. «Mes condoléances à la famille et les collègues de Victor Barrio, mort à Teruel. Repose en paix», a-t-il tweeté.

haut de la page

Spectacles gratuits du Ste-Cath, semaine du 4 juillet.

Raymond Viger 2016-07-04 15:27:24

260 spectacles gratuits par année

Tous les profits reversés à la communauté

Raymond Viger     Dossiers RestaurantBistro le Ste-Cath

lib spectacles gratuitsLa LIB –  Jeudi, 7 juillet 20h.
La LIB déménage ! Pour sa 3eme année, la LIB se refait une petite beauté et déménage au Bistro Le-Ste-Cath.Rendez-vous pour les matchs pré-saison Jeudi le 2 juin, Jeudi le 7 juillet, jeudi le 4 août! La saison débutera jeudi le 22 septembre, une fois semaine, à tous les jeudis.
  incassables quoi voir quoi faireLes Incassables – Vendredi, 8 juillet 20h.
Collectif Rap et poésie urbaine.  
Jacques Thériault spectacle gratuit quoi faire quoi voirJacques Thériault –Samedi, 9 juillet 20h
Je varlope autant que j’autodérisionne
Je mords doucement et caresse gogenardement
Je souhaite que vous preniez le temps d’écouter mes mots
C’est une bien plus jeune qui m’a encouragé
À prendre la parole, à dire les chicotements de ma vie
 Le Vieux vous attend au Bistro le Ste-Cath (Jacques Thériault)
 Jacques Thériault est comédien de formation. Il a joué au théâtre et à la télé. Depuis 25 ans les chemins de traverse l’ont mené ici là dans le monde des communications.
 
Pour informations et réservations: 514-223-8116 bistro@le-ste-cath.com.
Bistro le Ste-Cath bistro restaurant où manger bonne bouffe est montréal souper spectacle bistronomiqueUn restaurant, une chaleureuse terrasse. Pour une rencontre entre amis ou en famille, les chefs du Bistro le Ste-Cath sauront vous offrir une cuisine réinventée et originale à un prix abordable. Situé en plein coeur d’Hochelaga-Maisonneuve, au sud du Stade Olympique, à l’est de PIE-IX. 4264 Ste-Catherine est. Bistro le Ste-Cath est opéré par l’organisme communautaire le Journal de la Rue. Tous les profits servent à financer notre intervention auprès des jeunes. Pour informations et réservations 514-223-8116 bistro@le-ste-cath.com. 4264, rue Sainte-Catherine Est, Montréal, Québec, H1V 1X6.     www.stecath.com.

Commentaires

Le Panda

Raymond, Bonjour, quel plaisir de te revoir parmi nous, évidemment que nous allons parler de la Sainte Catherine. Mais merci de nous faire savoir quelle place elle tient cette fête au Québec? Puis il ne restera peut-être plus qu'à célébrer la Saint Patrick dans tes "bistrots" je t'enverrai des "amis". Donne de tes nouvelles. Amicalement Patrick Juan Le Panda :mrgreen: :mrgreen:

haut de la page

Loi Travail -Votation Citoyenne

T.REX 2016-06-28 07:47:04

Participez à la Votation citoyenne Pour ou Contre la Loi Travail , Exprimez vous sur la Loi El Khomery avant demain, jour de la Manifestation : http://www.cgt.fr/ Votation-citoyenne-en-ligne.html    

Commentaires

Le Panda

Voilà Martinez est un de tes copains? Amicalement :mrgreen:
T.REX

Pourquoi mon lien ne fonctionne pas ? peux tu le réparer ? Il faut mettre un lien direct sur la pétition et non sur le site de la CGT svp Merci Panda
Le Panda

Bonjour, Ton lien est incomplet et ne fonctionne pas ou envoie moi le lien réel de la "pétition" Merci dinosaure

haut de la page

LES LOIS DEFAITES LES VIEUX AUSSI ET ADIEU LES ANGLAIS

Le Panda 2016-06-27 09:08:39

BYE BYELes amours qui n’en finissent pas dans le cadre de la nature, rien de plus merveilleux, mais ce sont les songes autant que l’on veuille croire à la fabuleuse histoire du Petit Prince et pour d’autres au Père Noël mais pourquoi ne pas célébrer certaines fêtes à la convenance de tout un chacun. Les Frondeurs s’échappent mais les réalités n’ont plus la couleur des sourires de la naissance d’où qu’elle provienne les Lois sont défaites dans pratiquement tous les sens des termes. Vous allez pouvoir le constater certains oserons l’écrire François Hollande va jouer voir acheter un Dillo, masse de faux cadeaux y compris la vierge Marie ne portera pas un autre enfant pêcheur il ne marchera pas sur l’eau à moins de saouler ou de métamorphosée en têtards l’ensemble des électeurs. Oui, vous lisez bien sans être allez trop de temps à l’école, mais vous savez aussi compter la France est un plateau de fromages plus de d’appellations AOC que de jours dans l’année, c’est à ce rythme, que le président actuel va postuler pour une seconde étape, non, ne rigolez pas ce n’est pas pour le concours de l’Eurovision ! A ne pas en douter vous avez compris que la succession à l’Elysée le titille comme les guirlandes de tous les sapins éteints, il briguera un second mandat. En ayant connaissance de cette missive nous avons cru aux mensonges des crimes, telles les lois défaites. Il ne faut surtout pas croire que les lois comme la justice soient respectées de par le monde, les maures furent arrêtés en 732 par Charles Martel à Poitiers. Mais à ne pas en douter personne n’est sur de la date, ni du lieu exact. Je combats toutes formes de racismes de rejets d’intolérances, mais de grâce respectons nos cultures. LE TITRE REELLe présent maire de la ville, d’un pied dedans un autre dehors, vient d’élire un 1er magistrat dans la ville du monde la plus importante, Messieurs les anglais vous avez ouvert le feu non seulement sur l’Europe, mais vous consommez une nouvelle Jeanne d’Arc. De là, à penser que le nouveau maire n’a pas les qualités pour tenir son programme reste un poème. La tolérance à de partout des limites mais nous assistons à des combles de plus en plus profonds, bravos ! A ne pas en douter l’article 49-3 fait effigie de « guignols » en 2016 pour ceux qui savent que ce dernier vit sa naissance dans la capitale des gaules, comprenez par-là, le fameux, Lugdunum, devenu Lyon Ne perdez le sens que sur la place Bellecour trône la statue de Louis XIV, digne roi du peuple de France, son règne dura bien plus de 70 années ; sur la même place se trouve aussi Le Petit Prince et où l’on constater à la vision les tours de la Basilique de Fourvière, parfumer de son ombre les scandales de la pédophilie cléricale ! Il en va de même diront certains révoltés manquant de notre culture, qu’ils sont tous similaires. Il ne faut surtout pas oublier la journée pour les anciens dont je fais partie qui rapporte à l’Etat plus de 2,5 milliards d’euros pour la France. La condition est morte mais pour cela je vais vous narrer quatre situations qui semblent incroyables mais qui sont plus vrais que vrais ! ARGENT ET ARME QUI VALENT DECORATION UNE HONTEAlors nous allons commencer pour les êtres qui me manquent le plus au monde ma Maman et mon Papa. Je vais récapituler ci-dessous les articles écrits à l’époque de leur départ, car le contexte ne se pose pas uniquement pour ceux qui me donnèrent la vie, mais aussi pour tous les autres enfants et parents du monde. C’est ainsi que l’on défait à plaisir les espoirs que chacun tente de vivre dans la joie et avec un grand malheur vit dans le désespoir plus que difficile à expliquer, simplement parce que les plus grandes souffrances sont muettes sauf lorsque les larmes coulent et demeurent incolores. La fin de vie de ma Maman La fin de vie de mon Papa Un séjour au Beausset dans le Var à la Clinique Sainte Thérèse Un séjour à la Clinique Saint François à Nans Les Pins Je prends l’engagement de narrer les faits vécus sur place avec le plus d’objectivité et cela va de soit je demande aux personnes que je mets en cause à me répondre sans oublier leurs points de vue. ????????????????????????????????????????????????????????? On ne peut passer cela sous silence, les situations sont bien plus graves que ce que certains peuvent le croire de loin, c’est lamentable de constater ces manipulations qui expliquent la majorité de la puissance financière, puis les menteurs, les joueurs ne sont pas là, ou en tente de vous le faire croire. Il est plus que difficile de faire le point sur des sujets divers, là où cela fait plus que mal et peut dans la majorité des cas entrainer la mort, le mot n’est pas employé pour faire peur, mais simplement il relève d’un réalisme incontestable. ???????????????????????????? Pour comprendre les faits il faut entrer dans le détail et pour cela un seul article ne peut suffire, donc il ne faut surtout pas craindre de rentrer dans les réalités de ce que l’Etat fait subir à ses citoyens. La seule parade pour certains est de partir à jamais afin d’avoir le sentiment de ne plus déranger et pour d’autres le seul seuil de se faire entendre en laissant des incapacités de ceux qui ne cessent de rejeter les responsabilités sur les plus faibles. La majorité des familles sont mortes pour masse de ces causes dont le silence marque à jamais l’obscurantisme dans lequel la majorité sans moyen est drainée. Ne demandez pas pour faire faire des économies à la Sécurité Sociale une entente préalable pour vous rendre dans un centre hospitalier hors de votre département, car si dans un premier temps vous recevez un avis favorable ; il n’en ait rein en réalités. LE COFFRE EST PETITLa Sécurité Sociale est à la solde de l’Etat, c’est pire que de l’escroquerie mais alors commence la lutte du pot de terre contre le pot de fer, n’oubliez Messieurs que face à une inconscience dite carence similaire vous vous attirez des violences non justifiées mais bien souvent compréhensibles. Ces types de documents je les tiens à disposition de toutes personnes ou tous organismes d’Etat capables d’apporter la solution à ces usurpations. L’Angleterre quant à elle par la voix de ses électeurs fait les jeux des extrémistes en sortant de l’Europe ? Oui lorsque l’on impose la volonté des banques aux citoyens de base. Il reste à croire que cela soit un bien pour un mal, mais les solutions ne se feront pas en si peu de temps l’application de l’article 50 , les bourses vont chutées mais il ne faut pas se faire soucis la remontée des marchés financiers fera encore un peu plus de riches. Puis dire que l’on vient prétendre que la France possède la meilleure couverture sociale du monde un mensonge de plus dont les politiques usent et que les fonctionnaires mettent en application en étant hors la Loi qu’ils font et défont à loisirs. Je me réserve le droit de faire parvenir présent du présent « édito » à Monsieur le président de la République garant des institutions de par sa position et la législation qu’il se doit de faire absolument respecter, tout le monde peut se tromper, mais reste à savoir dans quelles mesures ce soit le Gouvernement, le Président ou le citoyen de base, sans parler des nantis cela va de soi. DERNIERES NOUVELLES Décision prise sans aucun avis des bénéficiaires à compter du 1er juin 2016 STUPEFIANT Vos références font trait à l’A.P.A. dont je bénéficie en partie de ma position de GR3, classé ainsi par vos propres services. Monsieur Jean-Yves Gouttebel Président du Conseil Départemental du Puy-de-Dôme Hôtel du Département 24 rue Saint Esprit 63033 Clermont-Ferrand Cedex 1 Bonjour le Président, Le gouvernement menace dinterdire les manifestationsA la réception de vos deux courriers je vous fais part de mon énorme surprise de la position que vous élus des habitants du Puy-de-Dôme, vous venez de prendre dans le cadre de l’A.PA. Cette position est inadmissible surtout vis-à-vis de personnes dont je ne souhaite pas une seconde à quiconque de se trouver un seul jour dans leur cadre de vie. Cette mesure va à l’opposé de celle prise en la matière par le Gouvernement de la France, je tiens à votre disposition les diverses coupures de presse sur le plan national qui affirme le contraire de vos courriers qui rétrograde les gens en fin de vie ou presque à du bétail de mouroir, ne pensez-vous pas agrandir le déficit de la Sécurité Sociale? Ci-joint mon dernier avis de « Non-Imposition » de 2015. Je reste à votre disposition pour toute entrevue, selon votre emploi du temps avec mon déambulateur. De plus vous allez à l’encontre de la Loi Evin sur le maintien des personnes âgées à leur domicile. Le comble seuls 5 départements en France ont appliqués la même position que la vôtre c’est SCANDALEUX et HONTEUX. Les motifs sont simples et divers, vous allez amener les gens à se faire hospitaliser par manque de pouvoir être tenu en leur domicile. J’attends de connaitre votre position avant de saisir le cas échéant le chef du Gouvernement car dans sa prise de position du mois de mars 2016, je ne reprends qu’une partie de deux pleines pages : « On est si bien chez soi » Revalorisation de l’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA) nouvelles aides, création du droit au répit pour les proches aidants….Depuis le 1er janvier 2016, la loi d’adaptation de la société au vieillissement améliore les conditions de vie à domicile de ceux qui en ont besoin. LE SENS DE LA CONTRE VERITEPour que nos aînés vivent mieux, le Gouvernement agit. Toutes les informations sur : www.pour-les-personnes-agees.gouv.fr Il semble sauf que vous alliez à l’encontre des positions de la République de la France ! Dans l’attente de vous lire, veuillez recevoir Monsieur Le Président, l’assurance de toute ma considération. Le Panda Patrick Juan           

Commentaires

Le Panda

Dans le couloir flotte un air fétide, dont chaque bouffée donne envie de s'évader. Devant la cellule, le sol est couvert de litière pour chat. Les joints de la porte ont été renforcés avec du scotch. Pour s'approcher de l'antre, mieux vaut revêtir une combinaison blanche, des surchaussures, un masque et des lunettes de protection. C'est l'heure de la visite, tant redoutée par certains surveillants, à Rachide Boubala. Incarcéré depuis près de vingt ans, Rachide Boubala s'est fait une spécialité de maculer de déjections l'entrée de sa cellule. Il répand sur la porte ses excréments, qu'il a liquéfiés, dans une bouteille, avec de l'urine ou de l'eau, ou, directement, avec des laxatifs. A chaque ouverture de porte, selon l'humeur du prisonnier, les surveillants s'exposent à des projections. Si l'un d'eux est touché, il doit être hospitalisé à titre préventif. "On n'est pourtant pas éboueur ou agent de fosse septique", peste Yohann Verschelle, délégué FO au centre pénitentiaire de Réau (Seine-et-Marne). La dernière victime en date est un surveillant atteint par une éclaboussure au visage, le 31 décembre, au centre pénitentiaire de Vendin-le-Viel (Pas-de-Calais). Venu changer le scotch autour de la porte, l'agent se pensait à l'abri des jets et n'avait pas enfilé de tenue protectrice.
Le Panda

Rachide Boubala ne se soucie guère des doléances des surveillants. "Il adore revivre les moments où il s'oppose ainsi à l'administration pénitentiaire, dans une forme de jouissance", explique Marie Crétenot, juriste à l'Observatoire international des prisons (OIP), qui le suit depuis plusieurs années. Dans son combat, le détenu prend soin de préserver le reste de sa cellule. Vêtements intacts, lit immaculé… "C'est un comble, il est très propre", se souvient un ancien chef d'établissement. Au fil des ans, le natif de Vitry-le-François (Marne) s'est forgé une solide réputation. A l'évocation de son nom, certains surveillants rient jaune, d'autres mettent fin à la discussion, par "dégoût" ou "refus de lui donner de l'importance". Des responsables nationaux du syndicat FO, poursuivis par le détenu pour injure et diffamation après la publication d'un tract contre lui, préfèrent ne pas commenter. La gêne la plus notable se trouve au sommet de l'administration pénitentiaire. Impossible pour un journaliste de rendre visite au prisonnier, de lui téléphoner ou même de recueillir une parole officielle sur son cas. "Si je vous réponds sans le feu vert de Paris, je finis en Alaska", s'excuse l'un des nombreux directeurs de prison qui l'ont hébergé.
Le Panda

Baladé de taule en taule, "Rachide est devenu le détenu dont personne ne veut", se désole son amie, Anne [son prénom a été modifié à sa demande]. La désolation a toute sa place dans cette histoire, récit du terrible destin d'un homme de 39 ans, à l'enfance ordinaire, entré en prison à l'âge de 19 ans, et qui aurait dû être libéré depuis bien longtemps, avant l'an 2000. Au lieu de cela, la prison est devenue sa maison. Pire, sa vie. Le monde extérieur n'est plus, pour Rachide Boubala, qu'un lointain souvenir, et un horizon invisible.
Le Panda

Tout en projetant sa merde, il s'y enfonce encore plus La vie d'homme libre de Rachide Boubala prend fin le 6 septembre 1996, un mois et un jour avant ses 20 ans. Ce fils de routier, amateur de handball et de hockey sur glace, s'est fait prendre lors d'une tentative de braquage dans une station-service. Il est condamné à une peine de trois ans ferme. Les débuts se passent mal : transféré dans une dizaine d'établissements, le jeune couvreur-zingueur accumule quatre sanctions pour outrages, qui lui valent deux ans de plus à purger. Intolérance à l'autorité, insultes envers les surveillants… Il n'est encore que l'un de ces petits détenus rebelles qui agitent les maisons d'arrêt et qui, souvent, finissent par rentrer dans le rang. Rachide Boubala n'est jamais rentré dans le rang. En 2000, devenu violent, le Champenois est envoyé en maison centrale, un type de prison à sécurité renforcée. Il arrive au nord de Mulhouse, à Ensisheim (Haut-Rhin), où sont aujourd'hui incarcérés Guy Georges, Michel Fourniret et Francis Heaulme. L'apprenti braqueur se retrouve chez les grands criminels. Pris en charge par des surveillants équipés de casques et de boucliers, il affirme y avoir été frappé et aspergé de gaz lacrymogène. Dès lors, il devient, selon ses propres termes, "ingérable". En retour, il hérite du statut de "détenu particulièrement signalé" (DPS), comme il l'explique dans cet enregistrement réalisé à la fin des années 2000.
Le Panda

Son combat contre l'administration pénitentiaire se durcit. Aux outrages s'ajoutent des feux de cellule, des menaces de mort contre le personnel, des agressions. Tous les ans, le détenu se retrouve devant les tribunaux et voit son casier à nouveau s'alourdir. Le cercle vicieux est enclenché : ses oppositions au système carcéral lui valent systématiquement des prolongations de bail. La magistrature ne l'épargne pas, et c'est réciproque. En 2009, il envoie ses excréments sous enveloppe à un magistrat, et reçoit en retour une peine de quatre ans. Et tant pis si, inexorablement, sa libération s'éloigne. "C'est rare de voir quelqu'un qui ne pense pas au-dehors et à ses intérêts", s'étonne encore Marie Crétenot, de l'OIP. La dernière condamnation en date de Rachide Boubala est aussi la plus lourde. Le 30 décembre 2013, quinze jours après son arrivée dans la prison hyper-sécurisée de Condé-sur-Sarthe (Orne), il s'allie à un codétenu et prend en otage un surveillant de 25 ans. Armé d'un couteau de cantine, il exige de changer d'établissement. Aucune goutte de sang n'est versée, mais le mal est fait. Sanction : huit ans. A l'heure de l'addition, le total est vertigineux. Initialement prévue en 1999, la date de sortie de Rachide Boubala est désormais fixée à 2037. Sa peine de trois ans est ainsi devenue, à force de rébellion en détention, un chemin de croix de quarante-et-un ans.
Le Panda

Déshumanisation carcérale Comment peut-on à ce point gâcher sa vie, n'être plus libérable pour ses 23 ans, mais pour ses 61 ans ? Pourquoi s'entêter à multiplier les incidents ? Des psychiatres ont été appelés à s'exprimer sur la personnalité de Rachide Boubala, en 2009. Il ressort des différentes évaluations une "absence de maladie mentale constituée", mais aussi "une certaine rigidité de pensée, associée à de la réactivité, des attitudes de défiance". "Pour moi, il n'est pas fou, mais il est intolérant à la frustration", résume un directeur de prison. "C'est un hypersensible à tout, à l'injustice, à la colère, à la frustration", confirme, avec empathie, le photographe Grégoire Korganow, qui l'a rencontré à plusieurs reprises en tant que contrôleur des prisons. La personne la plus proche de Rachide Boubala est aujourd'hui Anne, menue femme blonde de 55 ans, qu'il voit comme son "amoureuse". "Il dit que je suis sa compagne, moi je dis que je l'accompagne", tempère-t-elle. Ils se sont rencontrés en prison, il y a moins de cinq ans, alors qu'elle y travaillait en tant que bibliothécaire. "C'était un ours mal léché, qui restait au fond de sa cellule et se fâchait avec tout le monde." Intriguée, elle lui a tendu l'oreille. Elle a appris à le connaître et à l'apprécier, sans verser dans la fascination. "Il vit dans l'instant et est incapable de se maîtriser", reconnaît-elle.
Le Panda

Le parcours carcéral de ce détenu hors norme ne s'explique pas seulement par son rapport compliqué à la frustration. Il faut saisir à quel point la détention peut façonner un être, année après année, à mesure qu'il se déconnecte du monde libre. Un psychiatre dit de Rachide Boubala qu'il "s'est forgé une véritable identité, un équilibre dans le fait qu'il est une problématique pour l'administration pénitentiaire". Incarcéré depuis la fin de son adolescence, Rachide Boubala "a construit toute son identité d'adulte en réaction à l'administration pénitentiaire", abonde le photographe Grégoire Korganow. Je me rebelle, donc je suis. Emmerder l'administration pénitentiaire, au propre comme au figuré, est devenu un leitmotiv. "La prison, c'est sa drogue, lâche Anne. Tous les jours, il a besoin de provoquer un incident, pour tenir. Et s'il a parfois des réactions de cour d'école, c'est parce qu'il n'a pas fini de se construire. Il n'a pas d'âge." Condamné à grandir à l'ombre, loin de toute normalité sociale, amicale ou amoureuse, le prisonnier aujourd'hui âgé de 39 ans est devenu un éternel déraciné. Il a déjà déménagé 93 fois, fréquentant près de cinq prisons par an. Pas le temps de prendre possession des lieux, ni de déballer ses affaires. Encore moins de tisser des liens. Tout juste de quoi lire un livre, remplir quelques grilles de mots fléchés, faire des pompes et tourner en rond en cellule.
Le Panda

Au sein de chaque établissement, l'homme a, là aussi, été déplacé. Depuis des années, il est abonné aux cellules d'isolement et au quartier disciplinaire. A force de voir défiler les visages de ses innombrables gardiens, il ne voit plus que leur uniforme. Il leur dénie leur humanité, tout comme on a fini par lui dénier la sienne. Rachide Boubala est un produit de la déshumanisation carcérale. "Comme insensible à sa propre souffrance, il n'est plus perméable à la souffrance de l'autre", écrivait un psychiatre, dès 2009. "Il n'est pas triste, il n'exprime pas d'ennui ou de désespoir, son empathie diminue, il s'atrophie", se désole Marie Crétenot. "Ils ont cassé son affectivité, lâche Anne. Quand il commence à hurler ou à envoyer des flammes avec les yeux, il fait peur."
Le Panda

Loin de s'écrouler, l'homme réussit à impressionner ceux qui le croisent. "Il a le port altier, les yeux très noirs, perçants, décrit un ancien directeur. Il a une gueule de cinéma, il me fait penser à l'acteur Tahar Rahim [révélé dans Un prophète, de Jacques Audiard], en plus costaud." Marqué par l'intelligence et l'humour de Rachide Boubala, le fonctionnaire a fini par quitter son poste. "Rachide m'a aidé à prendre conscience que je ne croyais plus trop à l'utilité de ma mission, car son cas me renvoyait à l'échec collectif du système carcéral." Coupé de sa famille, le routard des prisons n'entretient plus de liens qu'avec une poignée de personnes, toutes liées au monde pénitentiaire. Chacune essaye, à sa manière, de lui offrir une fenêtre ouverte sur l'extérieur. "Il m'est arrivé, au téléphone, quand j'étais au bord de mer, de lui faire entendre le bruit des vagues", raconte le photographe Grégoire Korganow. La plus belle évasion de Rachide Boubala reste, à ce jour, son histoire avec Anne. Sa "promise", une bourgeoise aux airs BCBG, de seize ans son aînée, le suit à distance, avec constance. Elle lui envoie des cadeaux, de l'argent pour qu'il puisse l'appeler et lui écrire. Avec quelques belles surprises en retour : en 2012, elle a reçu une enveloppe remplie de fleurs, arrachées aussi fougueusement que clandestinement dans le jardin de la maison centrale d'Arles (Bouches-du-Rhône).
Le Panda

Le détenu et la bibliothécaire se sont retrouvés lors de deux séjours de 24 et 48 heures derrière les barreaux, en "unité de vie familiale", en mars et avril 2013. Quelques heures d'intimité dans un petit appartement avec chambre, séjour, coin cuisine, salle de bains et patio. C'est là que Rachide Boubala a vécu son moment le plus "normal" en détention : un apéritif en terrasse, en compagnie d'Anne et de trois contrôleurs des prisons, de passage au centre pénitentiaire de Réau, qu'il a conviés à sa table. Assis sur des chaises en teck, sur un patio ombragé tristement égayé par un arbuste rachitique, les invités ont découvert un autre homme. "Il nous servait de l'Orangina et de la tarte aux pommes, il retournait chercher à boire dans le frigo, c'était un moment de vraie vie", raconte un contrôleur, encore ému par cette "demi-heure de grâce". "Il était fier", se souvient Anne. Depuis, il n'en a jamais reparlé, comme pour se protéger.
Le Panda

Forcément, les proches du prisonnier s'inquiètent pour son avenir. Pourra-t-il, un jour, regarder le ciel à travers une fenêtre sans barreaux ? Pourra-t-il revoir les vignes de Champagne qu'il a vendangées lorsqu'il était adolescent ? Pourra-t-il marcher à nouveau en homme libre ? "2037, ça me projette loin, je ne suis plus toute jeune, lâche Anne. Je ne le connaîtrai jamais dehors, donc j'accompagne quelqu'un avec qui je ne vivrai jamais." Ces derniers temps, face à l'entêtement du détenu, elle a pris ses distances avec lui. Au prochain incident, Rachide Boubala risque de voir sa date de sortie à nouveau repoussée. Marie Crétenot, juriste à l'OIP, espère une accalmie de quelques années, afin de pouvoir envisager une demande de grâce présidentielle. "C'est super aléatoire, mais c'est le seul moyen d'amoindrir sa peine." L'avocate du détenu, Delphine Boesel, se sent tout aussi démunie. "Si je lui demande de se tenir à carreau pour favoriser une éventuelle sortie, c'est problématique. Je me retrouverais, d'une certaine manière, à légitimer un système qui fait qu'un tel cas existe sans que cela ne pose problème."
Le Panda

Brièvement joint par téléphone par francetv info, Rachide Boubala demande à être transféré dans la prison où il a rencontré Anne, pour se rapprocher d'elle. "Le bordel que je fous, c'est pour pouvoir y retourner, assure-t-il. Si je commets une faute là-bas, alors j'en serai responsable." L'administration pénitentiaire, à laquelle il a fait part de ce souhait de manière répétée depuis trois ans, attend de lui des efforts avant d'accéder à sa requête. Fait rare, un ponte de l'administration pénitentiaire est allé rencontrer le détenu, en personne, début 2015, pour tenter de trouver une issue au conflit. En vain, pour l'instant. Renoncer à son personnage d'éternel rebelle est le défi qui attend désormais Rachide Boubala. "S'il change de mode de fonctionnement, ce sera une perte d'identité", mesure un directeur de prison. "Il faut lui trouver autre chose, une rencontre, un projet, avec une perspective d'aménagement de peine, suggère un contrôleur. Rachide Boubala est un terrain en friche. Il lui faut un bon jardinier, et ça poussera."
Le Panda

Anne Hidalgo et Sadiq Kahn publient dans notre journal et le « Financial Times » une tribune commune. Leur credo : avec la sortie britannique de l'Europe, les deux villes doivent se rapprocher encore plus. L'idéed'une tribune —que notre journal publie conjointement ce matin avec le quotidien britannique « Financial Times » — est venue de Paris. Dans les jours qui précèdent le Brexit, le cabinet d'Anne Hidalgo juge nécessaire — quel que soit le résultat du référendum — de lancer une initiative commune avec le nouveau maire de Londres, Sadiq Kahn, élu en mai. La Française a beaucoup plus d'atomes crochus avec ce jeune travailliste issu de l'immigration qu'avec son prédécesseur, le conservateur Boris Johnson... qui a dirigé la campagne pour la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne. Inquiet sur l'issue du référendum et déjà absorbé par ses suites possibles, le cabinet du maire de Londres accueille avec enthousiasme l'initiative de Paris mais préfère repousser au lendemain du vote. Depuis vendredi, la sortie du Royaume-Uni de l'Europe communautaire a provoqué un énorme choc dont les conséquences sont encore loin d'être connues.
Le Panda

Pas de concurrence sauvage Au milieu de ce séisme, Londres se distingue du reste de l'Angleterre par son vote favorable à 60 % au maintien dans l'Union. Cela n'en rend que plus impératif, selon Anne Hidalgo, de réaffirmer la solidarité et la force des liens entre les deux grandes métropoles européennes. L'initiative prend donc la forme d'un appel commun des maires des deux capitales à « travailler ensemble plus étroitement que jamais », publié dans deux grands quotidiens de part et d'autre de la Manche. Il n'échappera à personne que ce plaidoyer vibrant en faveur des villes-monde, « contrepoids puissants face à la léthargie des Etats-nations et à l'influence des lobbys », prend le contre-pied des déclarations récentes de Valérie Pécresse. La présidente (les Républicains) de la région Ile-de-France a en effet ouvert les hostilités avec Londres en appelant haut et fort les entreprises qui voudraient quitter la capitale anglaise à s'installer dans Paris-région. Sans négliger les possibles retombées pour la capitale française, la socialiste Anne Hidalgo — auprès de qui des présidents de firmes internationales se sont renseignés ces dernières semaines en vue de s'installer à Paris — ne veut pas rentrer dans une concurrence sauvage avec Londres. Entre elle et Pécresse, deux philosophies de gouvernance s'opposent désormais clairement. Peut-être le début d'une longue bataille au sein de la région capitale.
Le Panda

La victoire du oui au référendum local sur le transfert de l'aéroport nantais vers Notre-Dame-des-Landes ne signe pas la fin des soucis pour le gouvernement. Ce scrutin inédit en France a pourtant été voulu par l'exécutif pour sortir du blocage de ce dossier vieux de cinquante ans. Certes, le Premier ministre a salué hier le taux de participation et le « vote clair » en faveur du nouvel aéroport. Mais, même si la messe du référendum est dite, rien ne garantit que François Hollande et Manuel Valls « puissent aller en paix ». Ce dernier a rappelé hier que les personnes qui occupaient illégalement le site devaient partir d'ici le début des travaux préparatoires (soit à l'automne 2017), car « l'autorité de l'Etat et les lois de la République s'appliquent à Notre-Dame-des-Landes comme partout ailleurs dans le pays ». Le Premier ministre risque de se retrouver face à quelques dizaines de zadistes susceptibles de recevoir des renforts de France et de l'étranger, tous déterminés à rester, voire à en découdre... L'exécutif risque également d'être confronté à une fronde des écologistes, vent debout contre le nouvel aéroport. Ce référendum avait été « offert » en février dernier par le chef de l'Etat à Emmanuelle Cosse, alors patronne d'EELV, pour qu'elle accepte d'entrer au gouvernement. Hollande espérait ainsi « sortir par le haut » d'une polémique qui pollue son quinquennat. Or, le oui pourrait attiser la colère des Verts. Enfin, Valls devra faire face au sein même de son gouvernement à l'opposition de Ségolène Royal, sceptique sur le projet même du transfert de l'aéroport, et hostile à la manière forte. « On ne fera pas d'évacuation par la force, c'est impossible, on ne va pas faire de guerre civile à Notre-Dame-des-Landes », proclamait la ministre de l'Environnement en janvier. « Bon courage ! » avait-elle même lancé, en décembre 2014, à Valls. Paradoxalement, pour ce dernier et pour Hollande (ainsi que pour le patron du Quai d'Orsay, le Nantais Jean-Marc Ayrault), une victoire du non aurait peut-être été politiquement... plus simple à gérer.
Le Panda

Franche victoire du oui La tour de contrôle citoyenne a parlé : les signaux pour faire décoller à Notre-Dame-des-Landes l'aéroport Nantes Atlantique sont au vert. Les habitants de la commune concernée ont eu beau rejeter massivement (73 %) cette idée dimanche lors de la consultation locale voulue par François Hollande, ils n'ont pas fait le poids. La majorité des électeurs a plébiscité le oui. Avec une participation de 51,08 % et un scrutin très très serré à Nantes, les pro-aéroport l'emportent avec 55,17 % de voix après cinquante ans de polémiques et de controverses sur un projet jugé coûteux et irrespectueux de l'environnement par ses détracteurs. « Le taux de participation bien au-delà des pronostics montre à quel point les habitants se sentent concernés. La démocratie a parlé », se réjouit Philippe Grosvalet, le président (PS) du conseil départemental de Loire-Atlantique, tandis que la maire (PS) de Nantes, Johanna Rolland, demandait aussitôt « l'évacuation de la ZAD » tout comme Bruno Retailleau, le président (LR) de la région. « Ensuite, il faut commencer les travaux », exige-t-il.
Le Panda

« Il n'y a plus de discussion à avoir. 156 recours en justice nous ont donné raison avant le vote de ce soir. François Hollande doit traduire sa parole en acte. Une lettre partira demain matin pour lui demander de lancer au plus vite les travaux et de venir symboliquement ici à Nantes », explique Alain Mustière, président de l'association militante du oui Des Ailes pour l'Ouest. Il propose aux zadistes de « profiter des vacances pour déménager ». Pas question, rétorquent ces derniers, en assurant haut et fort : « Il n'y aura pas d'avions à Notre-Dame-des-Landes », tandis que, du côté des associations antiaéroport, des recours sont déjà en préparation.
Le Panda

La décision des Britanniques de quitter l’Union européenne (UE) continue de créer des remous au sein du Labour, le principal parti d’opposition britannique, profondément divisé depuis la victoire du « Brexit » à 51,9 %. Jeremy Corbyn, le dirigeant du Labour, est directement menacé : il s’était prononcé pour le maintien dans l’UE, sur la ligne du premier ministre conservateur David Cameron (qui a annoncé sa démission vendredi après l’annonce du résultat). Dimanche 26 juin, plusieurs personnalités du Labour, toutes membres du cabinet fantôme que Jeremy Corbyn avait remanié début 2016, ont démissionné pour l’obliger à quitter la direction du parti. En fin de soirée, ils étaient neuf à avoir claqué la porte, selon les médias britanniques : Heidi Alexander, Ian Murray, Gloria de Piero, Lillian Greenwood, Lucy Powell, Kerry McCarthy, Seema Malhotra, Vernon Coaker et Karl Turner. Un sondage commandé par le Mail on Sunday indiquait par ailleurs qu’une majorité d’électeurs du Labour, étaient en faveur d’une démission de Jeremy Corbyn. En réponse, Jeremy Corbyn a diffusé un communiqué, publié par le Guardian dimanche soir. Il y assure qu’il ne démissionnera pas de son post de chef du Labour :
Le Panda

« J’ai été élu par des centaines de milliers de membres et sympathisants du Labour. (…) Je regrette les démissions qui ont eu lieu aujourd’hui dans mon cabinet fantôme. Mais je ne vais pas trahir la confiance de ceux qui ont voté pour moi - ni celle des millions de sympathisants dans le pays qui ont besoin d’être représentés par le Labour. Ceux qui veulent changer la tête du Labour devront en passer par une élection démocratique, à laquelle je serai candidat. Dans les 24 prochaines heures, je reformerai un nouveau cabinet fantôme, et annoncerai une nouvelle équipe de direction pour faire avancer la campagne du Labour pour une Grande-Bretagne plus juste - et obtenir les meilleures relations possibles avec l’Europe pour notre peuple. »
Le Panda

Un limogeage à l’origine des démissions La démarche des démissionnaires reflète la colère de nombreux parlementaires qui ont accusé Jeremy Corbyn de ne pas s’être assez impliqué dans la campagne pour le maintien du Royaume-Uni dans l’UE. Ils reprochent particulièrement à M. Corbyn de ne pas avoir convaincu le cœur de l’électorat ouvrier du Labour, dont plus d’un tiers (37 %) a voté pour le Brexit au mépris de la ligne officielle du parti. La première membre du Labour à avoir annoncé sa démission dimanche, Heidi Alexander, a réclamé un nouveau leader si le parti veut « pouvoir gouverner la prochaine fois ». « C’est le cœur lourd que je vous écris pour vous annoncer ma démission », a écrit celle qui était responsable des questions de santé du cabinet fantôme dans une lettre adressée à Jeremy Corbyn, qu’elle a publiée sur son compte Twitter.
Le Panda

Selon le baromètre Odoxa - France Info - « le Parisien », plus de 7 Français sur 10 s'opposent à un nouveau recours au 49-3 pour adopter ce texte controversé. Pour la 11e fois, les syndicats manifestent aujourd'hui. L'euro 2016 fait vibrer les Français, mais il ne les préoccupe pas plus que ça. En tout cas, pas autant que le reste. Selon le baromètre Odoxa, réalisé pour « le Parisien » - « Aujourd'hui en France », MCI et France Info, les inondations ont été l'événement le plus marquant dans l'actualité le mois dernier pour 63 % des personnes interrogées. Les manifestations contre la loi Travail (47 %) et les débordements en marge des défilés (52 %) ont également fortement marqué les esprits. Devant même la tuerie d'Orlando aux Etats-Unis (44 %) qui a fait 49 victimes. Le démarrage de l'Euro 2016 (16 %) arrive en revanche derrière les violences entre hooligans russes et anglais (34 %) à Marseille.
Le Panda

Principal point de discorde entre les syndicats et le gouvernement, l'article 2 de la loi Travail est rejeté par une majorité de Français. Cette mesure qui prévoit de donner plus de poids aux accords d'entreprise, par rapport aux accords de branche, impliquera que « beaucoup d'entreprises chercheront à négocier à la baisse les droits des salariés », selon 64 % des sondés. Seuls 44 % d'entre eux estiment à l'inverse que cela permettrait de « développer le dialogue social au sein des entreprises ». Mais les Français ne sont également pas totalement naïfs. Ils sont 65 % à estimer que les syndicats s'y opposent pour conserver leur pouvoir. «Le gouvernement devrait tenter de trouver un accord sur l'article 2» Céline bracq, directrice générale d'Odoxa
Le Panda

« C'est sur cet article que le gouvernement devrait tenter de trouver un accord afin d'éviter de dégainer un nouveau 49-3 pour forcer le passage du texte le plus contesté du quinquennat », analyse Céline Bracq, directrice générale d'Odoxa. Surtout, le gouvernement éviterait de se couper définitivement d'une partie de son électorat en vue de 2017. Après avoir déjà dégainé le 49-3 début mai lors du passage de la loi Travail en première lecture à l'Assemblée, le gouvernement estimait peut-être que l'impact politique serait moindre en cas d'une nouvelle utilisation. Il n'en est rien... 73 % des sondés y sont toujours fermement opposés et jugeraient « choquante » une nouvelle utilisation. Un chiffre en hausse de 2 points par rapport au mois dernier (71 % des Français contre le 49-3 sur la loi Travail en mai). De même, 58 % des Français aimeraient que les frondeurs fassent radicalement barrage au gouvernement et votent une éventuelle motion de censure déposée par la droite. Dans le détail, on constate que les sympathisants de gauche sont plus hésitants : seuls 53 % seraient favorables à cette rébellion des frondeurs. De l'autre côté de l'échiquier politique, c'est l'inverse. 66 % des sympathisants du Front national sont pour, 62 % pour les sympathisants de droite. Parmi les événements à venir les plus importants aux yeux des Français, selon le baromètre, sont les conséquences du Brexit (71 %) devant la fin des débats sur la loi Travail (62 %) et le référendum sur l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes (25 %). Seul rayon de soleil dans ce marasme ambiant, la fin de l'Euro 2016 (27 %). Et une victoire française ?
Le Panda

10 471. C'est le nombre de ressortissants étrangers, européens ou non qui ont été expulsés de France métropolitaine l'an dernier. Un chiffre qui masque de nombreuses disparités, comme l'atteste la répartition par nationalité que nous avons pu nous procurer, laquelle émane des statistiques de la police aux frontières (PAF). Ainsi, on y découvre que les plus expulsés sont les Roumains (La Roumanie faisant partie de l'UE, les chiffres des expulsions vers ce pays n'apparaissent pas sur la carte), suivis des Albanais, puis des Algériens, des Tunisiens et des Marocains. A elles cinq, ces nationalités totalisent ainsi 63 % de l'ensemble des expulsions. Plus étonnant, si les chiffres concernés sont bien moindres en valeur absolue, certains étrangers sont également « éloignés » alors même qu'ils sont originaires de pays en guerre ou dans lesquels ils risquent leur vie. On dénombre ainsi 19 Afghans, 11 Gambiens, 4 Syriens, 8 Iraniens, 10 Soudanais ou 4 Erythréens ayant fait l'objet d'une obligation de quitter le territoire ou d'un arrêté de reconduite à la frontière suivis d'effets.
Le Panda

Des étrangers venus de pays en guerre reconduits à la frontière Des chiffres qui scandalisent les associations. « S'ils ont bien été remis aux autorités de leurs pays, ces quatre Erythréens ont été condamnés à mort », dénonce ainsi la Cimade. La terminologie officielle évoque toutefois une expulsion « vers le pays d'origine, ou tout autre pays légalement admissible ». Ainsi, « les Syriens évoqués dans ces statistiques ont été renvoyés en Egypte, détaille-t-on au ministère de l'Intérieur. Nous préférons plutôt parler de réadmission ». Tous n'en ont pas bénéficié. Ainsi, les Afghans comme les Soudanais ont bel et bien été expulsés dans leur pays d'origine. Globalement, sans même compter les Albanais, « la moitié des étrangers placés en rétention en France ont été réadmis dans un autre pays de l'Union », dénonce David Rohi, de l'association Cimade, qui fait partie des cinq habilitées à intervenir dans les centres de rétention*, lesquelles publient aujourd'hui leur rapport commun pour 2015.
Le Panda

« Ce qu'on constate donc, poursuit David Rohi, c'est que cette énorme machine fait office de réponse inadaptée à la régulation des migrations intra-européennes. » Le même rappelle que 25 000 personnes — dont 4 000 à 5 000 enfants — sont par ailleurs expulsées chaque année depuis l'outre-mer. « L'idée du sans-papiers expulsé loin de France est relativement fausse, décrypte ainsi David Rohi. C'est une petite minorité. La majorité, ce sont ces gens qu'en Guyane on ramène de l'autre côté du fleuve Maroni, ou ces Comoriens expulsés de Mayotte sur lesquels les associations ont peu de regard, et qui ne bénéficient le plus souvent d'aucun accompagnement juridique pour les aider à bénéficier des droits auxquels ils pourraient prétendre. » * Avec l'Assfam, Forum réfugiés, France Terre d'asile et l'Ordre de Malte.
Le Panda

Du « chiffre » facile avec les Albanais Les « nouveaux Roumains ». Ainsi sont surnommés les Albanais par ceux qui suivent de près la question des expulsions. De fait, les Roumains, quand bien même ils ont accès librement au marché de l'emploi européen depuis le 1 er janvier 2014, doivent remplir certaines conditions pour séjourner en France. A commencer par la justification d'une activité professionnelle. L'an dernier, ils sont 2 422 à avoir été expulsés pour ne pas avoir souscrit à ces règles. Un chiffre désormais talonné de près par ces 1 934 Albanais. Ces derniers, non européens, ont toutefois le droit de séjourner sans visa dans un pays de l'UE jusqu'à 90 jours, sous réserve d'être titulaires d'un passeport biométrique. A l'expiration de ce délai, ils sont expulsables. En 2015, huit fois plus d'Albanais sont passés en rétention par rapport à 2010. « Les allers-retours à Tirana (NDLR : capitale de l'Albanie), c'est au moins hebdomadaire », soupire un policier spécialisé, conscient de l'inutilité relative de la démarche. « Sitôt posés, ils peuvent repartir dans l'Union », souligne le même. « Cela permet à certaines préfectures de gonfler artificiellement le nombre d'expulsions », dénoncent à l'unisson les associations. Le taux d'expulsion des Albanais est ainsi facilité par le fait que la plupart possèdent un passeport en règle. Ils sont par ailleurs peu nombreux à refuser d'être reconduits en Albanie, sachant qu'un éventuel retour dans l'UE reste relativement simple.
Le Panda

L'affaiblissement du Royaume-Uni et de l'Union européenne à la suite du Brexit renforce l'idéologie étatique défendue par Vladimir Poutine. Les politologues ont exhumé de leur vocabulaire une de ces contractions typiques de la langue russe (zloradstvovat), afin de résumer le sentiment qui animerait le Kremlin au lendemain du Brexit. Moscou, selon eux, «se réjouirait du malheur d'autrui», celui qu'éprouvent le Royaume-Uni et, par ricochet, l'Union européenne et leur présumé mentor, les États-Unis. Dans un pays où l'humeur personnelle de Vladimir Poutine sert souvent de marqueur à la diplomatie, les kremlinologues ont retenu le commentaire acrimonieux adressé par le président russe à son homologue britannique: en osant affirmer que la victoire du Leave serait un cadeau fait à la Russie, ce dernier aurait démontré un «bas niveau de culture politique», a déclaré le dirigeant russe.
Le Panda

Le Panda

Les incidents xénophobes se sont multipliés depuis la victoire du Brexit au référendum de jeudi. Le premier ministre britannique, David Cameron, a fermement condamné ces actes lundi. La victoire du «Leave» («Quitter») au référendum de jeudi dernier a eu des conséquences inattendues. Plus de 90 actes xénophobes ont été recensés par le mouvement antiraciste «Far Right Watch» en seulement trois jours. Le premier ministre David Cameron a condamné, via son porte-parole, les «incidents qui ont eu lieu à travers le pays pendant le week-end, telle que l'intimidation de migrants en leur disant de rentrer chez eux.» Le ministre des Finances a quant à lui appelé à «l'unité», exhortant les Britanniques à «condamner la haine et la division». «La Grande-Bretagne est un pays ouvert et tolérant, et je me battrai pour qu'il le reste», a déclaré George Osborne.
Le Panda

Les Polonais particulièrement visés Samedi, des tracts plastifiés et anonymes portant la mention «Quittez l'UE, plus de vermine polonaise», ont été déposés dans les boîtes aux lettres d'Huntingdon, dans le centre de l'Angleterre. L'ambassadeur de Pologne à Londres, Witold Sobkow, s'est déclaré «choqué et profondément préoccupé par les récents incidents et les insultes xénophobes adressées à la communauté polonaise et à d'autres migrants résidant au Royaume-Uni», dans un communiqué.
Le Panda

Un tag xénophobe a également été découvert sur la porte d'entrée d'un centre culturel polonais d'Hammersmith, quartier de l'est de Londres où réside une importante communauté polonaise. Une enquête a été ouverte et le maire de Londres Sadiq Khan a placé la police londonienne en état d'alerte. Des incidents rapportés sur les réseaux sociaux Si «Far Right Watch» dénombre plus de 90 incidents ces trois derniers jours, allant des «insultes aux agressions physiques», des dizaines d'actes islamophobes ou racistes ont été rapportés par les internautes. Un groupe Facebook intitulé «Worrying Signs» («Signaux inquiétants) a notamment été créé afin de les recenser. Il compte déjà plus de 8000 membres qui relaient les actes racistes postérieurs au Brexit ou postent des messages de soutien aux victimes. De nombreux Britanniques témoins ou victimes d'actes xénophobes se sont également exprimés sur la twittosphère, à l'image de cette femme d'origine pakistanaise. «Hier un homme (blanc et Anglais) m'a traité d'étrangère. À haute voix. C'est ma première expérience raciste à Londres. Merci au Brexit», ironise Basheera Khan.
Le Panda

J’ai quand même eu un quinquennat où il n’y a pas eu de violences. Je n’ai jamais eu à retirer un texte devant la rue. J’ai eu des oppositions, des épreuves, des difficultés, mais finalement, ces cinq années ont été assez apaisées", affirme Nicolas Sarkozy à Laurent Delahousse, lors d’un entretien accordé au magazine "13h15 le dimanche" du 26 juin. Le journaliste évoque alors la difficulté de réformer la France en donnant comme exemple la loi Travail qui a suscité la colère, l’exaspération, la violence… "Je ne partage pas cet avis. Ce n’est pas la loi El Khomri qui est en cause. Tout le monde sait qu’il n’y a rien... C’est le mensonge", répond l’ancien chef de l’Etat. ?"Il n’y a pas eu une violence, parce que je n’ai pas menti" "Quand j’ai réformé les retraites pour les passer de 60 à 62 ans, ce n’était pas facile. Il y a eu jusqu’à 3 millions de personnes dans la rue, mais à l’arrivée, on l’a fait. Il n’y a pas eu une violence, parce que je n’ai pas menti", affirme Nicolas Sarkozy en évoquant les mouvements sociaux de 2010 contre la réforme des retraites menée lors de son quinquennat. "Ce que paie monsieur Hollande aujourd’hui, c’est le prix du mensonge. La France est tout à fait réformable. Et c’est la raison pour laquelle je n’ai jamais utilisé en cinq ans le 49.3, parce que je crois que le temps du débat n’est pas du temps perdu. Quand on débat ou s’affronte au Parlement, on évite la violence dans la rue", selon l’ancien président de la République.
Le Panda

Une nouvelle étude génétique présentée à l'occasion de la Conference on Retroviruses and Opporunistic Infections (CROI), à Boston, montre que Gaëtan Dugas, un steward canadien, ne serait pas le fameux «patient zéro», ayant introduit le virus du Sida en Amérique de Nord. En 1982, Gaëtan Dugas participe à une étude sur les premiers malades du Sida du Center for Disease Control (centre pour le contrôle des maladies). Très vite, le CDC établit un lien entre ce steward canadien, et 40 des 248 premiers cas de Sida aux États-Unis. En 1987, c'est le journaliste Randy Shilts, dans son best-seller And The Band Played On, qui contribue à démocratiser le terme de «patient zéro». Il avait fait de Gaëtan Dugas - homosexuel - «l'homme qui a transmis le Sida aux Américains», du fait d'une vie sexuelle très active. Pourtant, comme le démontre le magazine américainScience, une nouvelle étude génétique réalisée par Michael Worobey, un biologiste moléculaire de l'université d'Arizona à Tuscon, vient de balayer cette thèse. Le scientifique a présenté son étude lors d'une conférence sur les rétrovirus et les infections opportunistes, à Boston. Il explique avoir analysé la séquence génétique de souches virales présentes dans des échantillons sanguins collectés en 1978 et 1979 chez des hommes homosexuels et bisexuels de San Fransisco et New York. Ces séquences ont été comparées à celle du virus contenu dans un échantillon de Gaëtan Dugas, collecté en 1983, et la biologie moléculaire a parlé: Gaëtan Dugas n'est pas le premier homme à avoir transmis le virus du Sida.
Le Panda

Une épidémie qui remonte aux années 1970 Le VIH, virus à ARN, (une molécule biologique), mute à chaque fois qu'il se reproduit. En partant de ce postulat, il est possible de dresser un arbre phylogénétique et d'estimer le temps qui sépare plusieurs isolats viraux en fonction d'une sorte d'horloge moléculaire. En d'autres termes, il est possible de situer le génome viral de Gaëtan Dugas dans le temps. Or l'épidémie américaine du Sida remonte aux années 1970 pour New York et 1975 pour San Fransisco. Michael Worobey explique, lui, que le génome viral hébergé par Dugas est proche de celui de souches virales qui circulaient à Haïti, «où il s'était rendu en 1977», soit bien après le début de l'épidémie new-yorkaise. Atteint en juin 1980 d'un virus qui ne porte pas encore son nom, et identifié en en novembre 1982, les dates ne coïncident donc pas avec le début de l'épidémie. Gaëtan Dugas est simplement un homme infecté du VIH, comme des milliers d'autres à cette époque. Gilles Pialoux, auteur du Sida 2.0 et chef du service des maladies infectieuses et tropicales à l'hôpital Tenon, à Paris, avait déjà fait état de cette thèse. Pour lui, pas de doute, le «patient index», ou «patient zéro» est africain, et il ne sera jamais possible de le retrouver. En effet, l'histoire a déjà prouvé que l'épidémie n'était pas née aux États-Unis mais en Afrique centrale, entre le Cameroun, le Gabon et la République démocratique du Congo. Le virus aurait ensuite voyagé entre l'Afrique et Haïti en 1966, puis de Haïti en Amérique du Nord en 1972 et, enfin, de l'Amérique du Nord à l'Europe entre la fin des années 70 et le début des années 1980.
Le Panda

Travail forcé : la face cachée du Mondial 2022 au Qatar Elle fait rêver des millions d’enfants. Se lever des foules. Se rencontrer des peuples. La coupe du monde de football, pour beaucoup de raisons, est un formidable événement. Mais pour des milliers de travailleurs migrants employés sur les chantiers du Mondial 2022 au Qatar, ce sont leurs droits, leur santé, leur liberté de se déplacer, leur avenir qui sont en jeu ! En provenance d’Asie du Sud, beaucoup de travailleurs migrants paient des sommes considérables à des recruteurs pour venir au Qatar, vivent dans des logements sordides et surpeuplés, ne touchent pas le salaire promis ou ne sont pas payés du tout, se font confisquer leurs papiers, ne peuvent repartir… Notre enquête sur le chantier du Khalifa International Stadium ne laisse aucun doute : beaucoup d’ouvriers sont en situation de travail forcé. "Je vis ici comme dans une prison. Le travail est dur, nous travaillons pendant de nombreuses heures sous un soleil brûlant. Le gestionnaire nous a dit: « Si vous voulez vous plaindre, vous pouvez, mais il y aura des conséquences. Si vous voulez rester au Qatar, taisez-vous et travaillez. »" témoigne Deepak (Prénom modifié par sécurité) un métallurgiste que nous avons interrogé en mai 2015. Sur 234 travailleurs interviewés par nos chercheurs, 88 ont déclaré s’être vus refuser le droit de quitter le Qatar pour retourner chez eux ! Il est urgent d’agir ! Dans deux ans les travailleurs migrants seront 10 fois plus nombreux sur les chantiers du Mondial 2022 et les abus, risquent eux-aussi, d’être multipliés ! Vous pouvez nous aider à dénoncer cette situation injuste et inacceptable pour les forçats du ballon rond ! En adhérant à Amnesty International France par un versement de 15€ par mois par exemple (5,10€ après réduction d’impôt), vous nous donnez les moyens de dénoncer ce travail forcé mais aussi toutes les violations des droits humains à travers le monde. Devenir membre, c’est la possibilité d’accéder à des informations exclusives sur notre extranet pour agir avec nous, de participer à des formations, de participer à la gouvernance de l’association et débattre sur les choix des grandes actions que nous menons partout dans le monde... Devenir membre d’Amnesty International France, c’est mêler votre voix à toutes celles qui font entendre les droits humains, partout dans le monde !
Le Panda

Ce vendredi, la France rendait hommage au couple de policiers tué à Magnanville dans les Yvelines. Mécontent, l'un des policiers a refusé de serrer la main de François Hollande et de Manuel Valls. Vendredi avait lieu la cérémonie officielle d'hommage aux deux policiers assassinés à leur domicile le 13 juin dernier. Après un discours poignant, François Hollande et Manuel Valls sont allés saluer les nombreux policiers alors présents. Seulement, l'un d'entre eux est resté figé, refusant fermement de serrer la main aux deux hommes politiques. Si le Président a poursuivi ses salutations sans réagir, Manuel Valls n'a pas hésité quant à lui à exprimer son mécontentement. Le fonctionnaire de police a ensuite expliqué son geste aux médias: " Il y a trop de problèmes dans la police, on en a ras le bol", s'est-il justifié à un journaliste de TF1, avant d'ajouter que "la police manque de moyens".
Le Panda

L'ancien Premier ministre Michel Rocard est mort à l'âge de 85 ans, samedi 2 juillet. Pour de nombreux Français, il restera l'homme qui aurait pu être président. Il avait lancé sa candidature, avant de se retirer et voir son rival de toujours, François Mitterrand, choisi par le PS, devenir chef d'État en 1981. Sept ans plus tard, le plus populaire des socialistes est nommé à Matignon par le président. RMI, CSG, financement des partis... Ce poste de Premier ministre restera le sommet de sa carrière, mais sera marqué par plusieurs succès. En quelques semaines, il parvint à résoudre le conflit en Nouvelle-Calédonie. Il mènera ensuite la création du RMI, ancêtre du RSA, puis de la CSG (Contribution sociale généralisée). Rocard sera ensuite à l'initiative de la première loi sur le financement des partis politiques au nom de "la morale". Alors que les locataires de Matignon voient progressivement leur cote dégringoler, celle de Michel Rocard reste stable. Il finit donc par incommoder François Mitterrand, qui le remplace par Edith Cresson.
Le Panda

C'est une grande figure de la gauche qui disparaît en France : Michel Rocard est mort, a-t-on appris ce samedi 2 juillet. Un homme politique qui alimentait bien des débats au sein du PS. "Michel Rocard, c'est la deuxième gauche, celle qui est plus proche de la CFDT aujourd'hui, assez éloignée du Parti communiste et qui a toujours considéré qu'il fallait se détacher du marxisme. Il était réformiste, social-démocrate avant l'heure", explique Nathalie Saint-Cricq, sur le plateau du 20h. Michel Rocard détestait l'idéologie Michel Rocard avait aussi une relation tumultueuse avec François Mitterrand, même si ce dernier le nommera Premier ministre, "parce qu'il n'avait pas le choix en raison de sa popularité", rappelle Nathalie Saint-Cricq. "Leur affrontement a commencé pendant la guerre d'Algérie : Michel Rocard était pour l'indépendance", poursuit la journaliste. Et de rappeler qu'il a fait avancer certains dossiers, comme celui du RMI et de la CSG. "C'était quelqu'un qui voulait discuter avec les syndicats, et qui détestait l'idéologie", conclut la journaliste.
Le Panda

Fleury-Mérogis est la plus grande prison d'Europe : 4 500 détenus pour seulement 3 000 places, et une prison au bord du gouffre. Dans une note à sa hiérarchie, la directrice de la prison décrit "une situation inquiétante", des quartiers saturés, des matelas au sol, des prisonniers aux profils variés forcés de cohabiter. Elle parle également d'"épuisement professionnel". 12 000 places manquantes Un constat partagé dans les prisons françaises, comme à Perpignan où 60 détenus dorment sur des matelas au sol. Ils sont trois prisonniers dans des cellules de neuf mètres carrés, conçues pour deux détenus. "Normal qu'ils soient énervés", confie un surveillant. En France, les matelas au sol sont presque devenus des normes : elle est même comptabilisée : 42% d'augmentation en un an. Le ministère de la Justice se dit conscient du problème, et des prisons doivent bientôt être finalisées, pour combler en partie les 12 000 places manquantes.
Le Panda

C'est la dernière image de Michel Rocard en décembre dernier sur le perron de l'Élysée. L'ancien Premier ministre est mort en fin de journée, ce samedi 2 juillet, dans un hôpital parisien. Michel Rocard avait 85 ans. Pour beaucoup, c'est l'homme qui aurait pu être président de la République. Il a finalement atteint le sommet de sa carrière en étant le Premier ministre de François Mitterrand, son rival de toujours. "Un socialisme conciliant utopisme et modernité" Ses années Matignon : c'est d'abord la paix civile restaurée en Nouvelle-Calédonie. C'est aussi la création du RMI et la loi sur le financement public de la vie politique. Une tentative pour mettre fin à la corruption. "La politique a tout d'abord besoin de retrouver une morale", clamait Michel Rocard à l'époque. Ce soir, François Hollande lui rend hommage : "Michel Rocard incarnait un socialisme conciliant utopie et modernité".
Le Panda


Valls
Le Panda

Quelques minutes après l'annonce de la mort de l'ancien Michel Rocard, samedi 2 juillet, Manuel Valls a rendu hommage à l'ancien Premier ministre en direct sur France 2. "Je ressens beaucoup de tristesse, je perds un mentor, un ami, a expliqué le Premier ministre. J'ai toujours été et je suis toujours rocardien." Manuel Valls a rendu hommage à un homme qui "incarnait la modernisation de la gauche". "ll a dit avant les autres que le changement dans ce pays passait par des réformes, pas par la révolution. Il le disait il y a cinquante ans. Il s'est rarement trompé sur la guerre d'Algérie, la décolonisation l'Europe... Il a gagné la bataille des idées, même s'il a peu gouverné." Michel Rocard a pendant longtemps porté le flambeau du mouvement de réformiste, dit de "la deuxième gauche", au sein du Parti socialiste. C'est au sein de ce courant socialiste que s'est engagé Manuel Valls au début de sa carrière politique. "Je suis l'un de ses héritiers, avec d'autres. Au fond, toute la gauche qui gouverne doit se sentir son héritier. J'ai envie de reprendre le flambeau et de défendre ses belles idées", a poursuivi le Premier ministre sur France 2.
Le Panda

Depuis quelques années, Michel Rocard souffrait d'un cancer, mais depuis quelques jours à peine il était hospitalisé à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière. "Pas de commentaire de la part des hôpitaux de Paris. On sait tout simplement que ce n'est pas la première fois qu'il est hospitalisé dans des conditions de santé parfois un petit peu compliquées", explique Arnaud Boutet en direct de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière. Un accident cardio-vasculaire il y a 3 ou 4 ans Il y a trois ou quatre ans, Michel Rocard avait été vicitme d'un accident cardiovasculaire en Suède. "Nous l'avions rencontré à ce moment-là. Il nous avait expliqué que malgré tout il continuerait, et c'est ce qu'il a fait par la suite, toutes ses activités. Activités qu'il a continuées les trois, quatre ans qui ont suivi. Aujourd'hui, toute la classe politique s'exprime pour à la fois exprimer sa tristesse, mais également sa très grande émotion", conclut le journaliste.
Le Panda

Au moins 213 personnes ont été tuées, dimanche 3 juillet, avant l'aube dans un attentat suicide à Bagdad revendiqué par le groupe Etat islamique, selon un nouveau bilan communiqué lundi matin. Un kamikaze a fait exploser sa voiture piégée en pleine nuit dans une rue bondée du quartier commerçant de Karrada, où de nombreux habitants faisaient leurs courses avant la fête marquant la fin du mois sacré musulman du ramadan. L'attaque a fait également plus de 200 blessés, selon des responsables de la sécurité. L'attentat, dont le bilan est le plus lourd dans la capitale irakienne depuis un an, met en lumière l'incapacité du pouvoir irakien à instaurer des mesures de sécurité efficaces à Bagdad. Et ce en dépit de l'aide de la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis, qui entraîne les forces irakiennes dans le cadre de la lutte antijihadistes. Le Premier ministre irakien a annoncé, dimanche, la modification des mesures de sécurité, notamment le retrait des détecteurs d'explosifs, dont l'efficacité avait été mise en doute. Il a aussi ordonné au ministère de l'Intérieur d'accélérer le déploiement du "dispositif Rapiscan pour la recherche de véhicules" à toutes les entrées de Bagdad, et interdit l'utilisation des téléphones portables au personnel de sécurité en service.
Le Panda

L'EI réagit après la perte de Fallouja Cette attaque survient une semaine après la perte par l'EI de son fief de Fallouja, à 50 km à l'ouest de Bagdad, tombé le 26 juin aux mains des troupes pro-gouvernementales soutenues par la coalition internationale, après une offensive de plusieurs semaines.
Le Panda

Dans un communiqué diffusé par SITE, le centre américain de surveillance des sites jihadistes, l'EI a déclaré qu'un kamikaze irakien avait fait exploser une voiture piégée près d'un rassemblement de chiites, communauté musulmane majoritaire en Irak et considérée comme hérétique par l'organisation radicale sunnite. Malgré ses revers militaires sur le terrain face aux troupes gouvernementales, l'EI continue à commettre des attentats meurtriers au milieu de rassemblements civils.
Le Panda

France-Allemagne en demi-finales Pas de mauvaise surprise. Ni même de frayeur. Non, rien de tout ça. Pour la première fois depuis l’Euro 2000, la France disputera les demi-finales d’un Championnat d’Europe, objectif fixé par le président de la Fédération Française de football (FFF), Noël Le Graët avant le début de la compétition. A l’issue d’une prestation enfin convaincante. Éclatante. Surprise de cet Euro 2016, l’Islande, bourreau de l’Angleterre en 8es, n’aura pas existé. Balayée par des Bleus sérieux et surtout déterminés (5-2). Ni les Vikings, ni la pluie incessante, ni même la température indigne d’un mois de juillet n’ont eu raison d’une équipe de France rafraîchissante. Au rendez-vous des ambitions. Prête à défier l’Allemagne jeudi prochain à Marseille pour un remake savoureux du quart de finale perdu par la bande à Deschamps (0-1) lors du Mondial 2014.
Le Panda

Le Panda

Une entame de match tonitruante Les joueurs français l’avaient martelé durant toute la semaine : il ne fallait plus seulement réagir mais agir ! De la parole aux actes, il n’y a qu’un pas. Que les Bleus ont franchi. Avec brio. Envie surtout. Étouffant un adversaire déboussolé. Surpris par ces Français morts de faim et piquants d’entrée. Après seulement vingt minutes de jeu, la France avait déjà fait le break. La Marseillaise retentissait dans l’enceinte dionysienne. Grâce à Giroud (1-0, 12e), idéalement lancé par Matuidi, et Pogba. D’une tête rageuse sur corner (2-0, 20e). Symbole de la domination physique des Bleus malgré une petite alerte signée Bodvarsson (25e). Technique aussi avec une supériorité territoriale concrétisée coup sur coup par Payet (3-0, 43e), puis Griezmann (4-0, 45e). Totalement dépassée, l’Islande profitait d’une légère baisse de tension après la pause pour réduire l’écart. Par Sigthorsson, plus prompt qu’Umtiti qui fêtait sa première sélection à 22 ans (4-1, 56e), et Bjarnason (5-2, 84e). La seule petite fausse note côté bleu. Car entre-temps, Giroud avait encore frappé (5-1, 59e). Permettant ainsi à Deschamps de le ménager (60e) en vue de la demi-finale. Tout comme Koscielny (72e), lui aussi sous le coup d’une suspension en cas de carton jaune. Un festival offensif, pas de souci physique majeur, ni même de sanction administrative enquiquinante. Et surtout une belle communion avec le public au coup de sifflet final. Quelle belle soirée !
Le Panda

Griezmann et Giroud font la paire Difficile de ne pas s’attarder sur les performances des joueurs offensifs. Olivier Giroud notamment avec deux buts et une astucieuse talonnade pour Antoine Griezmann, l’autre grand bonhomme de la soirée. L’attaquant de l’Atlético Madrid, auteur d’un doublé salvateur contre l’Irlande, s’est cette fois-ci illustré par son altruisme (deux passes décisives). A l’aise dans un rôle d’électron libre, le Mâconnais a quand même trouvé le moyen de faire trembler les filets. Pour devenir le meilleur buteur de la compétition (4 buts). Muet depuis le 11 octobre 2014, Paul Pogba, après une entame compliquée, a lui répondu à ses détracteurs. En épurant son jeu. En étant surtout efficace avec une implication sur deux des quatre premiers buts. Le Turinois vous salue bien.
Le Panda

L'élection des nationalistes à la tête de l'île en décembre avait pris de court le gouvernement. Aide économique, langue corse, collectivité unique, le premier ministre, qui avait assuré vouloir maintenir le «dialogue», doit aborder plusieurs dossiers délicats. Il est attendu de pied ferme. Manuel Valls effectue lundi sa première visite en tant que premier ministre en Corse, où les dirigeants nationalistes de l'exécutif de l'île comptent mettre sur la table des dossiers délicats. Depuis qu'il est à Matignon, le chef du gouvernement entretient des rapports parfois tendus avec les élus nationalistes, à la tête de l'île depuis leur victoire historique aux élections régionales de décembre. Gilles Simeoni a été élu président du conseil exécutif de Corse et Jean-Guy Talamoni président de l'Assemblée de Corse, prenant de court l'exécutif qui n'avait pas ancitipé l'intronisation des nationalistes. «La France est un pays ami», avait d'emblée provoqué Jean-Guy Talamoni. L'hymne corse avait été entonné dans l'Assemblée de l'île, ce qui avait hérissé les politiques du continent. Manuel Valls promettait en décembre de maintenir un «dialogue serein, constructif et apaisé», mais il pourrait être chahuté lundi. «Il n'y a qu'une seule nation, la nation française. Il est hors de question de revenir là-dessus», avait-il rétorqué, tout attaché qu'il est à l'unité de la République. Trois groupes de travail, consacrés respectivement à «l'avenir et au développement de la langue corse», à la «lutte contre la spéculation foncière et la fiscalité» et à la mise en place de la «collectivité unique» avaient été crées dans la foulée des élections.
Le Panda

«Ce déplacement sera l'occasion de présenter les principales propositions du gouvernement issues des trois groupes de travail», a fait savoir Matignon. Manuel Valls, qui s'était déplacé en Corse quand il était à Beauvau, est accompagné de plusieurs ministres: Jean-Michel Baylet (Collectivités territoriales), Audrey Azoulay (Culture), Stéphane Le Foll (Agriculture), Christian Eckert (Budget), Emmanuelle Cosse (Logement) et Najat Valaud-Belkacem (Education). Point d'orgue du déplacement: le discours du premier ministre, après ceux des leaders nationalistes Gilles Simeoni et Jean-Guy Talamoni, devant l'Assemblée de Corse. Manuel Valls ira ensuite à Bastia, puis au Cap Corse. - «Prisonniers politiques» Alors que les nationalistes réclament une «amnistie» pour les «prisonniers politiques» corses, Manuel Valls considère que cette catégorie n'existe pas dans le droit français. Il a répliqué en assurant que les règles de rapprochement «s'appliquaient». Et ce à l'exception du «commando Erignac» ayant tué le préfet de Corse en 1998, que la justice garde en prison sur le continent. «La construction de la nouvelle donne entre la Corse et l'État passe aussi (...) par le traitement politique du sort des personnes condamnées, poursuivies, ou recherchées pour des faits liés au dit conflit politique», avait écrit Gilles Simeoni dans un courrier adressé à Matignon, le 29 juin. L'Associu Sulidarità, association de soutien aux prisonniers politiques, et la section corse de la Ligue des droits de l'Homme ont lancé un appel à manifester lundi matin, en faveur d'une telle loi d'amnistie, à proximité de la préfecture de Corse à Ajaccio, au moment même où la délégation ministérielle y sera en réunion.
Le Panda

- Langue corse Sur la langue corse, la revendication d'une «co-officialité» avec le français n'a pas de chance d'aboutir, l'exécutif ayant été très clair dans son refus. Mais les nationalistes pensent obtenir gain de cause, a minima sur la création d'une agrégation de corse. «Il faudra peut-être contourner l'État et regarder vers l'Europe. Si on nous ferme la porte, on passera par la fenêtre!», menace Gilles Simeoni, dans Le Parisien. - Création d'une collectivité unique Lorsqu'il était à Matignon, Michel Rocard, décédé samedi, avait chapeauté avec son ministre Pierre Joxe une loi sur le statut de la Corse, en 1991, qui créait la «collectivité territoriale de Corse». Le Conseil constitutionnel avait d'ailleurs censuré à l'époque l'usage dans la loi du terme «peuple corse» au motif que la Constitution «ne connaît que le peuple français». Dans une interview accordée à Corse Matin, Manuel Valls réaffirme que la collectivité unique, qui doit remplacer l'actuelle région et les deux départements de Haute-Corse et de Corse-du-Sud, sera créée en janvier 2018. Il rappelle son souhait de légiférer par ordonnances sur cette question. «Tout a été mis en oeuvre pour que, lors de mon déplacement ce lundi, un accord soit trouvé, et que le processus de ratification des ordonnances par le Parlement puisse s'enclencher», annonce-t-il. Dans Le Parisien, Gilles Simeoni insiste sur sa volonté de davantage d'autonomie, notamment en matière fiscale.
Le Panda

Un hommage national, présidé par François Hollande, sera rendu à Michel Rocard jeudi à 12H00 à l'Hôtel des Invalides, à Paris, a annoncé aujourd'hui l'entourage du président de la République. L'ancien premier ministre socialiste est décédé samedi à l'âge de 85 ans à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, à Paris.
Le Panda

Quelques instants seulement après l'annonce du décès de Michel Rocard, ancien premier ministre socialiste et figure de la gauche française, les hommages ont plu de la part de la classe politique, gauche et droite confondues. Considéré comme un réformateur, le théoricien de la «deuxième gauche» était apprécié par des politiques de tous bords. Dans un communiqué, le président de la République François Hollande a salué la mémoire de l'ex-premier ministre, «rêveur réaliste, un réformiste radical, animé par le mouvement des idées, le sort de la planète et de la destinée humaine», qui incarnait selon lui «un socialisme conciliant utopie et modernité». «La France perd un homme d'État qui unissait, de manière rare, le goût des concepts et la capacité d'action et de réalisation», a déclaré Jacques Chirac auprès de l'AFP. L'ex-président de la République connaissait Michel Rocard depuis le début des années 1950. Il salue un «ami de jeunesse».
Le Panda

Le Panda

Le ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault célèbre «un homme de conviction, un grand homme d'État, socialiste sincère et engagé qui nous a tant appris». La maire de Paris Anne Hidalgo a rendu hommage à «une grande figure qui [lui] était chère comme à beaucoup.» Quant à Juliette Méadel, la secrétaire d'État chargée de l'aide aux victimes, elle a salué le «penseur de la social-démocratie, théoricien de la deuxième gauche». Chez Les Républicains aussi les hommages se sont empressés pour ce socialiste à la trempe libérale. Le président du parti Nicolas Sarkozy a fait part de ses «sincères condoléances». Pour l'ex-président de la République, «Michel Rocard incarnait une certaine gauche qui refusait d'abord le sectarisme au profit d'un plus grand réalisme économique.» Le candidat à la primaire des Républicains Alain Juppé a fait part de sa «grande tristesse», il a rappelé qu'il avait fait un livre avec l'ex-premier ministre, avec qui il avait été chargé en 2009 par Nicolas Sarkozy de mettre en œuvre le «grand emprunt». Nathalie Kozsciusko-Morizet a salué elle «la mémoire de Michel Rocard dont l'esprit et la parole libres n'ont jamais abdiqué face aux carcans idéologiques et partisans». Bruno Le Maire relève, lui, son «honnêteté et [sa] droiture»
Le Panda

«Il reste pour beaucoup d'entre nous une référence», a-t-il affirmé l'ancien locataire de Matignon et ancien premier secrétaire du PS Lionel Jospin. «Quand on a agi, qu'on a eu des succès, qu'on est honoré, on n'est pas passé à côté de son destin», a t-il expliqué, soulignant que Michel Rocard l'avait poussé à être candidat à la présidence de la République en 1995. «C'était un militant et un homme d'Etat, un réaliste, mais pas un cynique, un modernisateur en économie (...), mais ce n'était pas un néo-libéral. C'était un social démocrate épris de dialogue social», a résumé l'ex-candidat à la présidentielle sur France inter dimanche matin. Il est rare qu'une figure politique suscite un hommage aussi unanime. Jean-Luc Mélenchon, qui incarne pourtant la ligne opposée à celle de Rocard à gauche, a évoqué «un éclaireur» , ajoutant: «en ce temps-là, tous les socialistes étaient de gauche même très différement». Marine Le Pen elle-même a tenu à faire part de ses «condoléances» pour la mort d'un «homme de convictions».
Le Panda

Les sifflets ont recouvert la totalité de son discours. Venu inaugurer une ligne de tramway à Montpellier, Manuel Valls a été copieusement hué, vendredi 1er juillet, par plusieurs dizaines d'opposants au projet de loi Travail. Alors que la présidente de la région Occitanie, Carole Delga, venait d'achever son intervention sans encombre dans le parc du Peyrou, des huées se sont fait entendre dès le début de la prise de parole du Premier ministre. "Nous manifesterons partout où il ira" Les opposants au projet de loi, dont certains portaient des pancartes CGT, Nuit debout ou encore NPA, étaient massés devant la scène sur laquelle se trouvaient Manuel Valls, Carole Delga et le maire et président de la métropole de Montpellier, Philippe Saurel (DVG). "La démocratie c'est le respect et l'écoute de chacun", a lancé le Premier ministre en poursuivant son discours, couvert de bout en bout par des sifflets fournis. Les manifestants, qui étaient parvenus à entrer dans le parc malgré un dispositif de sécurité massif et notamment des filtrages et des fouilles systématiques aux entrées du parc, scandaient "A bas la loi travail !". Certains portaient des "cartons rouges" sur lesquels était inscrit "49-3". "L'idée c'est que Manuel Valls comprenne que nous manifesterons partout où il ira et malgré le dispositif policier qui l'entoure tant qu'il ne retirera pas ce projet de loi qui assassine le code du travail".
Le Panda

Quatre prêtres ont été relevés de leur ministère par le cardinal Philippe Barbarin pour des faits d'abus sexuels, après avis d'un collège d'experts, a indiqué jeudi 30 juin le diocèse de Lyon. "Il s'agit de prêtres mis en cause ou non dans la presse, déjà condamnés ou non", a commenté une source diocésaine. Cette annonce intervient à la suite d'une affaire d'agressions sexuelles commises sur des scouts lyonnais par un prêtre. Le père Bernard Preynat, mis en examen en janvier pour des agressions sexuelles sur mineurs de moins de 15 ans et déjà relevé de ses fonctions à l'été 2015, ne fait pas partie de ces quatre prêtres, a ajouté la source diocésaine.
Le Panda

Mesures d'accompagnement pour d'autres prêtres A la suite des avis émis par le collège d'experts, d'autres prêtres du diocèse ont fait l'objet de mesures d'accompagnement particulières. Il s'agit de prêtres déjà jugés qui vont bénéficier d'un "suivi" du diocèse. Lors d'une réunion à laquelle il avait convié tous les prêtres du diocèse le 25 avril, Mgr Barbarin s'était engagé à publier, d'ici le 30 juin, les conclusions d'un collège d'experts chargés "d'étudier et d'analyser le cas de certains prêtres dont la situation est problématique au regard de leur activité pastorale, de la loi civile ou canonique dans le domaine affectif et sexuel". Ce collège est composé d'un magistrat, d'un psychiatre, d'une psychanalyste, d'un médecin, d'un canoniste, d'une assistante sociale, d'un père et d'une mère de famille ainsi que du vicaire général modérateur chargé de présenter les dossiers. Il s'est réuni à sept reprises depuis sa constitution.

haut de la page

MIRAGES GLOIRE TEL TCHENORBYL LA FRANCE L’UE CALQUENT

Le Panda 2016-05-02 08:28:22

maxresdefaultIl y a diverses manières de ne pas être dupes, il suffit de connaitre entre autre le sens de « Mirages » un mot commun dans certains se sont attribués le qualificatif pour fabriquer à plus ou moins court terme la mort, comme celle des nuits des vivants. La France se targue d’être le pays des Droits de L’Homme, mais cela est une évidence de 1789 et les heures de gloire que connaissaient les soldats allant au front avec des armes plus ou moins modernes en fonction des époques. Certains se souviennent du Jour le plus Long, mais n’oublions que nous sommes au troisième millénaire, hé ho ! Il ne faut pas viser à côté, juste un peu plus à droite sans bien entendu omettre la gauche, quant aux extrémistes inutile d’en parler. LES RESPONSABLES NE SONT PAS DIFFICILE A TROUVERLa lutte des miracles du mirage contre « l’emploi » ne passe point par le civisme, ni surtout la laïcité, mais par les armes, d’une révolution sous-jacente. Il faut avoir le courage de regarder les faits avec réalisme, ou bien allez voir à nouveau Les Dix Commandements mais encore plus récents Autant en Emporte le Vent.  L'enquête « Génération Quoi ? » publiée dans Le Monde mardi dresse le portrait d'une jeunesse française en révolte prête à en découdre. Pour le philosophe de l'éducation Eric Deschavanne, la génération des 18-25 ans est à l'image de la société, en proie à une crise civilisationnelle profonde. Eric Deschavanne est professeur de philosophie. Il est actuellement membre du Conseil d'analyse de la société et chargé de cours à l'université Paris IV. Il est notamment l'auteur, avec Pierre-Henri Tavoillot, de Philosophie des âges de la vie (Grasset, 2007). L'enquête «Génération Quoi?» dessine les contours d'une jeunesse française qui voit la vie en noir, et se considère comme une génération «sacrifiée», «perdue» ou encore «désabusée». Avec un taux de chômage record à 23.9% , les jeunes sont en effet les premières victimes de la crise. Que vous inspire ce désespoir des jeunes français? Celui-ci n'a-t-il que des raisons économiques, ou bien s'enracine-t-il dans une crise «civilisationnelle» plus profonde? Eric Deschavannne: L'enquête en question est intéressante, mais elle ne nous apprend rien qu'on ne sache déjà. La jeunesse française est à l'image de l'opinion publique française, laquelle se singularise par son pessimisme et sa défiance vis-à-vis des institutions. La teneur des discours n'est pas non plus surprenant: les jeunes confient aux sociologues par médias interposés, ce que les sociologues, par médias interposés, disent des jeunes aux jeunes, à savoir qu'ils sont une «génération sacrifiée» (comme les précédentes, du reste, et comme les suivantes). ILS ONT SIMPLEMENT FAIMLes sociétés modernes connaissent, quasiment en continu, une « crise de la transmission » Pour expliquer une telle morosité, il faut distinguer trois niveaux d'analyse. Le facteur le plus évident est bien entendu la situation économique - pas seulement la conjoncture, mais aussi les traits les plus caractéristiques de notre modèle, avec notamment cette rigidité du marché du travail préjudiciable aux outsiders, dont les jeunes font par définition partie. Indépendamment du niveau de vie, l'absence de perspective de progrès et de marge de manœuvre personnelle minent le moral. Le deuxième élément d'explication tient à ce mélange d'individualisme et d'étatisme propre à la culture politique française et qui constitue la racine de la «société de défiance» qu'est la France. La-jeunesse-grecque-en-colereIl y a cependant une dimension plus profonde, que l'on peut interpréter en effet comme une mutation «civilisationnelle» et dont les données fournies par les diverses enquêtes sur la jeunesse constituent les symptômes. Les sociétés modernes connnaissent, quasiment en continu, une «crise de la transmission» - un bouleversement des modalités du devenir adulte - qui revêt en gros deux aspects. Sur le plan économique, le développement des sciences et des techniques ainsi que l'ouverture des marchés génèrent ce processus schumpéterien de «destruction créatrice» qui rend l'avenir opaque pour les individus. Le temps où le fils prenait la place du père dans les champs ou à l'usine est définitivement derrière nous ; l'indétermination est désormais structurelle, la rapidité des changements et l'incertitude sont telles qu'il devient même absurde de demander au système éducatif de s'adapter aux nouveaux métiers. Celui-ci ne peut guère se proposer d'autre objectif que de fournir à chacun le diplôme attestant qu'il n'est pas complètement marginal ou qu'il dispose de quelques compétences susceptibles de l'aider à s'adapter à un univers professionnel sans cesse mouvant. L'étirement du devenir adulte accroît la capacité d'autodétermination des individus, mais également la durée de la dépendance économique, l'anxiété relative à l'avenir, le sentiment d'être perdu, de ne pas être acteur de sa vie ni maître de son destin.Les sociétés modernes connaissent, quasiment en continu, une « crise de la transmission » OMBRES DU SOUVENIRPour expliquer une telle morosité, il faut distinguer trois niveaux d'analyse. Le facteur le plus évident est bien entendu la situation économique - pas seulement la conjoncture, mais aussi les traits les plus caractéristiques de notre modèle, avec notamment cette rigidité du marché du travail préjudiciable aux outsiders, dont les jeunes font par définition partie. Indépendamment du niveau de vie, l'absence de perspective de progrès et de marge de manœuvre personnelle minent le moral. Le deuxième élément d'explication tient à ce mélange d'individualisme et d'étatisme propre à la culture politique française et qui constitue la racine de la «société de défiance» qu'est la France. Il y a cependant une dimension plus profonde, que l'on peut interpréter en effet comme une mutation «civilisationnelle» et dont les données fournies par les diverses enquêtes sur la jeunesse constituent les symptômes. Les sociétés modernes connnaissent, quasiment en continu, une «crise de la transmission» - un bouleversement des modalités du devenir adulte - qui revêt en gros deux aspects. Sur le plan économique, le développement des sciences et des techniques ainsi que l'ouverture des marchés génèrent ce processus schumpéterien de «destruction créatrice» qui rend l'avenir opaque pour les individus. Le temps où le fils prenait la place du père dans les champs ou à l'usine est définitivement derrière nous ; l'indétermination est désormais structurelle, la rapidité des changements et l'incertitude sont telles qu'il devient même absurde de demander au système éducatif de s'adapter aux nouveaux métiers. Celui-ci ne peut guère se proposer d'autre objectif que de fournir à chacun le diplôme attestant qu'il n'est pas complètement marginal ou qu'il dispose de quelques compétences susceptibles de l'aider à s'adapter à un univers professionnel sans cesse mouvant. L'étirement du devenir adulte accroît la capacité d'autodétermination des individus, mais également la durée de la dépendance économique, l'anxiété relative à l'avenir, le sentiment d'être perdu, de ne pas être acteur de sa vie ni maître de son destin. Nous constatons des populations qui vieillissent dans un état presque lamentable à tels points que presque personne ne reconnait plus les siens. CATASTROPHESLa France est le 1er vendeur d’armes par rapport à la population de ses pas même 68 millions d’habitants. Sur le plan mondial, elle arrive en seconde position juste derrière les USA. Mais soyons heureux, joyeux et Cie puisque la vente de ces armes procure une légère régression du chômage. Les castes de la finance se régalent, mais les salaires ne bougent pas d’un poil, il est évident aussi que la virilité se perd pour le choix du pouvoir, personne ne peut contester ces positions incontournables. Mais attention plus d’un danger, 84% de la nation France prévoit une implosion, même pire Hiroshima mon Amour et mort, nous sommes en plein délabrement social. Seuls 13% de la même nation fait confiance au président de la République François Hollande. Il suffit de tenter modestement de tenter de comprendre où se trouvent les masses d’erreurs. centrale_tchernobylC’est presque revenir au conteste de Tchernobyl que nous avions traité sur plusieurs numéros que nos lecteurs ont pu trouver en kiosque sur le plan national et international. Mais il faut savoir avancer avec son temps et laisser la place au numérique lorsque les moyens de la conception financière fait défaut alors la décision fut prise de laisser le droit d’expression de nos Libertés pour respecter le droit d’expression. Démocratiquement à Droite comme à Gauche, aucune personnalité politique  n’émerge actuellement pour déchiffrer « le dilemme »  français. Sortir la France de sa position de faillite, torpeur, qui a été grandissante depuis 1981. Cela n’ayant rien à voir avec le changement de Président. Nous nous sommes pris ; liés à « La ligature improductive, correspondant à l’indifférence de l’image que la France donne au reste du monde ». INCOYABLEDes gestionnaires nous ont forcé à dépendre d’eux, ils ont permis de constater : que les profits de tous ordres ne surgissent point par hasard, ils deviennent et sont sélectifs. « Je suis fier de toi, mon fils !». Le courage au labeur ne fait pas défaut, les « techniques » à mettre en place une évidence. Il aurait fallu les chasser, non ! On a pris les mêmes! On a « joué » à se faire peur en recommençant la roulette « russe ». Il y a des « solutions » ou l’intervention sera sans anesthésie. « L’ignorance, l’insouciance ont rattrapé l’atavisme de l’arrivisme personnel » . L’on n’en voulait point, l’on ne souhaite pas le voir, et l’on a recommencé par péché d’orgueil, de nombrilisme. Ce n’est pas un concept désespéré que de voir les choses savoir, accepter de reconnaître « nos erreurs ». Il faut : ambition, force, courage, caractère pour se sauver du naufrage. TchernobylRupture de ban ! L’on accepte « les moyens » de cette pitance au quotidien. Exacte comparaison que toute personne peut établir avec ou sans aide, entre « un virus mutant intraitable qui ne connaît point de frontière, ni d’espace de vie et un microbe dont on possède le recul pour le bannir » Nous sommes passés outre, la résultante est là ! Le manque des valeurs de prise en charge de la collectivité nous conduit au démembrement du social associé au patrimoine culturel. Il n’y a pas de pilote à bord des engins du mode vital. Les hommes, femmes de haute compétence ont été mis sous l’éteignoir par la puissance financière des banquiers. Surviennent les groupes pétroliers devenus politiciens par prestige du pouvoir de la fonction, afin de mieux manipuler le sens de l’arrivisme au prix du baril. TOUTE IGNORANCE NON INCONNUELe constat s’impose : il est le fruit de la valeur, passion, ambition, motivation, personnelle pour constituer leurs fonds de commerce afin que durent les querelles. L’Atlantide a disparu, la France dans le cadre du P.I.B mondial est la nation la plus endettée de l’Europe, point de place pour « le doute ». Raison sinon la principale qui fait dire : « Les politiques ne détiennent plus aucun pouvoir sinon que celui de constater le saut de la nation dans une révolte » D’où une certaine inaction attentiste préjudiciable ! On peut vivre avec pratiquement rien, tel : le R.M.I., les 35h et j’en passe, l’on s’habitue à tout... La France, 65 millions d’habitants, n’a plus la valeur  possible de l’application d’une politique de rajeunissement. L’équivalent du 1/20ème des autres peuples risque fort de la transformer en serf à « L’esclavage » moderne du mondialisme. La conséquence, simplement la résultante du choix d’un maintien de certains Pouvoirs, qui n’ont eu que celui d’empêcher une jeunesse désespérée, ouverte pourtant, à toute forme de “Créativité » immédiatement irradiée. Vouloir créer une ossature par conviction relève du parcours du combattant tétanisé à la vitesse du son. La cause essentielle, une fonctionnarisation léthargique de l’État, là où se cache les lacunes de l’Éducation ayant perdu le respect de base. On prélève le budget des réserves d’or qui n’existe plus sauf à faire tourner aujourd’hui le tonneau des Danaïdes, pour qu’il devienne le civisme contrôlable de demain. 1ERE EXPLOSION ATOMIQUEPresque un miracle dans une basse-cour où le chant du coq s’éteint, alors qu’il faut le revigorer. Dans le cas contraire l’échec sera tellement retentissant que l’on entend déjà les bruits d’une révolution dont on ignore l’hymne. Il ne suffit pas d’établir l’authenticité incontournable. Prendre et tenir les mesures de l’engagement de réformer, mettre à niveau Notre Constitution évitant ainsi de fabriquer de nouveaux rébus. L’avenir le doit à chacun, sauf à accepter de subir au présent ! Dans ce cas nous subirons le carcans du moyen-âge: Faites vos jeux Triste anniversaire  que  le  26  avril 2006 ! Voila 20 ans jour pour jour que la centrale nucléaire de Tchernobyl en Ukraine développe les conséquences de l’insouciance humaine. 20 ans plus tard les fuites persistent, on approche avec difficultés à cerner l’authenticité des dé-gâts, qui oscillent de 30 à 100 000 morts. Le danger est toujours là! Le sarcophage qui  devait  recouvrir  le  réacteur  qui inonde le monde n’est toujours pas en place. Son coût est de 800 000 euros! LES OCCUPANTS DES LARGUAGESDans quelle galère certains scientifiques tentent d’emmener  les  populations  en voulant amoindrir les risques d’une telle catastrophe? Lorsque l’on sait que les irradiations on été supérieures à plus de 200 fois la bombe d’Hiroshima dans le cadre du bombardement de  Nagasaki  le  6  août 1945 à 2h30 du matin. Cette bombe a tué net 140 000 personnes, 50 ans plus tard, plus d’1 million. 8h15, Hiroshima, août 1945 : la bombe partie des Etats-Unis ne  pesait  que  4  tonnes.  Seul  le commandant Tibbets connaissait ce que son bombardier B29 « Enolagay » con-tenait. La mission s’appelait « Little-Boy » (Petit Garçon), c’est un comble c’est le nom de la première bombe atomique larguée sur le monde. Le 9 août 1945, une seconde bombe nucléaire au plutonium écrase la ville de Nagasaki. L’empereur du Japon, Hiro Hito capitule. La bombe d’Hiroshima, plus celle de Nagasaki ont tués plus de 250 000 personnes, net ! Des années, des décennies plus tard, des irradiés même en apparence légère, succombèrent. Le  nombre  avoisine  le million de personnes. Il ne s’agit pas de prendre le nucléaire à la légère lorsque l’on sait que des civilisations entières ont disparues  par  son  utilisation.  Comme dirait certains cela n’était que quelques gramme d’uranium « 235 » de plus. Lorsque l’on connaît, la conséquence de telles utilisations et des mensonges qui drainent les cancers relatifs aux dé-cès de plus de 3,5 millions de personnes, on  peu  légitimement  se  poser  la question: quand va-t-on arrêter de nous mentir sur les problèmes, les conséquences  du  nucléaire,  de  la  grippe  aviaire, des virus mutants et de l’ensemble des guerres bactériologiques que se livrent en grands secrets: les découvreurs rats de laboratoires. Nous poursuivrons  cette  enquête dans un soucis de salubrité publique et non de véhiculer une information à caractères inquiétants. Nous poursuivrons jusqu’au bout mais nous ne vous livrerons que les faits que nous aurons pu constater (à suivre). Il s’avère pratiquement impossible de ne pas se prendre la tête en vous livrant en un seul bloc la totalité du sujet sur lequel je m’étais penché avec l’impartialité que la déontologie de la profession exige en son fond. SOUVENIR COUPABLEL’engagement est pris de vous livrer la suite de ces informations dans la décade à venir en suivant notre et les revues de presse habituelles. Mais il est déjà profitable de savoir que le coffre qui n’est pas encore posé à l’heure ou vous lisez ces lignes. Il faudra des siècles pour trouver la solution adéquate à la plus grande catastrophe nucléaire dont nous ayons connaissance à ce jour, espérons que la folie humaine ne produira de nouveau similaire ou inférieure catastrophe. Suite à venir ! Prudence étant mère de sureté, il ne peut y avoir de Présent sans Passé et cela ferme à jamais les portes de l’Avenir. Le Panda Patrick Juan

Commentaires

Le Panda

QUIZ. Info ou intox : que contient vraiment le projet de loi Travail ? Alors que le texte porté par Myriam El Khomri arrive devant les députés, francetv info vous propose de déminer les rumeurs qui circulent sur le projet de réforme.
Le Panda

"Il faut l'expliquer aux manifestants, il n'y a plus rien dans cette loi", raille la députée européenne Nadine Morano, le 28 avril sur BFMTV. Comme d'autres dans l'opposition – mais aussi au sein du gouvernement –, la candidate à la primaire de la droite juge que la plupart des contestataires ne connaissent pas réellement le contenu du projet de réforme du Code du travail qu'ils combattent. De fait, le texte défendu par Myriam El Khomri a été modifié plusieurs fois, et il pourrait encore être amendé au gré des discussions parlementaires qui débutent à l'Assemblée nationale, mardi 3 mai. En attendant sa version définitive, de nombreuses rumeurs circulent sur les dispositions prévues par la réforme. Francetv info vous propose de vérifier si vous évitez les pièges.
Le Panda

1/10 Le projet de loi prévoit de supprimer cinq jours fériés (l’Ascension, le lundi de Pâques, le lundi de Pentecôte, le 15 août et la Toussaint). Info Intox 2/10 Le projet de loi instaure le contrat à durée indéterminée comme contrat unique. Info Intox 3/10 Les entreprises vont pouvoir licencier plus facilement. Info Intox 4/10 Les heures supplémentaires ne seront plus majorées. Info Intox 5/10 Les entreprises pourront faire travailler leurs salariés 60 heures par semaine, dans des circonstances exceptionnelles, et avec l’autorisation de l’inspection du travail. Info Intox
Le Panda

6/10 Les salariés pourront être amenés à travailler douze heures par jour, grâce à un accord d'entreprise. Info Intox 7/10 Un plafonnement est prévu pour les indemnités accordées par les prud'hommes à un salarié en cas de licenciement abusif. Info intox 8/10 Un référendum d'entreprise peut permettre de contourner les syndicats majoritaires pour faire passer un accord d'entreprise. Info Intox 9/10 Un apprenti mineur pourra désormais travailler dix heures par jour. Info Intox 10/10 Pour développer son activité, un employeur pourra faire travailler ses salariés plus longtemps grâce à un accord d'entreprise. En cas de refus, cela donnera lieu à un licenciement basé sur "une cause réelle et sérieuse", et donc pas contestable devant les prud'hommes. Info Intox
Le Panda

"Il manque près de 40 voix pour obtenir une majorité et voter la loi", estime le rapporteur de la loi Travail. Dans une interview à paraître lundi 2 mai dans Le Parisien, Christophe Sirugue enjoint les parlementaires PS à adopter le texte présenté par la ministre du Travail, Myriam El Khomri. A compter de mardi, le projet de réforme du Code du travail va être débattu pendant deux semaines. Une épreuve à risque à l'Assemblée, où, malgré la contestation d'une partie de la gauche, les critiques de la droite et la mobilisation populaire depuis deux mois, ses défenseurs espèrent une majorité. Les débats s'annoncent longs et houleux : 4 983 amendements ont été déposés sur ce texte de quelque 50 articles.
Le Panda

A gauche, des frondeurs et des indécis Interrogé par le quotidien sur cette quarantaine de députés susceptibles d'empêcher l'adoption du texte, Christophe Sirugue évoque d'abord les "opposants historiques à l'intérieur du groupe PS, qui sont la vingtaine de frondeurs", lesquels "ne votent plus les textes du gouvernement". "Il y a ensuite ceux que j'appellerai les opposants 'de bonne foi', plusieurs dizaines, poursuit-il. Ceux-là ont des interrogations sur plusieurs points du texte, comme le périmètre des licenciements et le risque inhérent aux accords d'entreprise." "Avoir laissé dire dès le début que cette loi allait faciliter les licenciements, c'est l'erreur, le péché originel", assure le rapporteur au Parisien. "Il faut sortir de cette approche, qui a placé le débat sur cette impression que toutes les entreprises allaient licencier (...). Ce n'est pas vrai !" martèle-t-il, prônant quelques modifications : "Concernant le développement des accords d'entreprise, il faut clarifier le texte", explique-t-il notamment.
Le Panda

Il met en garde le Medef Au passage, Christophe Sirugue fustige l'attitude selon lui "scandaleuse" du Medef. L'organisation patronale menace de claquer la porte des négociations sur l'assurance chômage si ses revendications ne sont pas entendues sur la loi Travail. "[Le président du Medef] Pierre Gattaz ne doit pas oublier qu'il y a encore une part des 40 milliards du crédit d'impôt compétitivité et emploi (CICE) qui doit être discuté lors du débat budgétaire de l'automne, rappelle le député PS au Parisien. S'il veut faire dans la menace, certains députés de la majorité useront des mêmes arguments pour reconditionner les 17 milliards restants à des contreparties en termes d'emploi."
Le Panda

La ministre du Travail, Myriam El Khomri, se dit "impatiente" de défendre sa réforme du Code du travail devant l'Assemblée nationale à partir de mardi 3 mai. Mais pour autant, elle "refuse de faire planer la menace" du recours à l'article 49-3 de la Constitution pour imposer son texte. Elle le dit dans une interview au Parisien, mise en ligne lundi 2 mai au soir, à la veille du début de débats parlementaires qui s'annoncent houleux.
Le Panda

"Faut-il céder à la rue et retirer le texte ? Non" Interrogée sur les 40 voix manquantes pour voter le texte, la ministre fait ce constat : "C'est un pointage à une date dite." Myriam El Khomri mise sur le "dialogue" et "l'échange" pour obtenir "une évolution majoritaire". Elle entend "convaincre les parlementaires de la majorité". A propos des violences qui ont eu lieu à l'issue du défilé du 1er mai à Paris, mais aussi après des rassemblements de Nuit debout sur la place de la République dans la capitale, Myriam El Khomri souligne qu'"il est important de ne pas confondre manifestants et casseurs". "Faut-il céder à la rue et retirer le texte ? Non", tranche la ministre du Travail, alors que des manifestations sont encore prévues avant le début des débats à l'Assemblée.
Le Panda

Flics et indics : Michel Neyret tente un mea culpa auprès du tribunal L'ex-numéro deux de la PJ lyonnaise est jugé depuis lundi devant le tribunal correctionnel de Paris pour corruption et trafic d'influence, notamment.
Le Panda

"J'essaie d'expliquer ma démarche." Michel Neyret est à la barre depuis plusieurs heures ce lundi 2 mai. Après quatre ans de procédure, l'ancien directeur adjoint de la police judiciaire de Lyon (Rhône) peut enfin s'expliquer sur les relations particulières qu'il entretenait avec ses informateurs. Relations troubles qui lui ont valu d'être renvoyé devant le tribunal correctionnel de Paris pour, notamment, corruption passive, trafic d'influence passif et détournement de scellés de stupéfiants. Dans son costume gris impeccable, Michel Neyret l'admet volontiers : "J'ai été d'une imprudence absolue, pris dans la certitude de ma relation avec mes contacts." L'ancien flic, qui se présente comme "retraité de la police nationale", est poursuivi pour avoir fourni des renseignements à certains de ses "tontons" en échange de cadeaux et de séjours luxueux. Il lui est aussi reproché des saisies de stupéfiants pour rémunérer ses indics.
Le Panda

Deux informateurs non immatriculés Si l'ex-patron de l'antigang lyonnais fait contrition – "j'ai conscience des risques que ma démarche a fait encourir" –, il dément avoir basculé du côté des voyous qu'il fréquentait. ?Je n'ai jamais donné une information qui a empêché une enquête de se développer.? Michel Neyret devant le tribunal correctionnel de Paris
Le Panda

"Je vais regarder dans le Code pénal mais le délit de violation du secret professionnel ne nécessite pas qu'une enquête soit compromise pour être constitué", raille le président du tribunal. Michel Neyret a consulté plusieurs fiches de recherche, notamment sur Interpol, pour le compte d'un certain Stéphane Alzraa, prévenu dans le dossier mais en fuite. Ce golden boy lui a été présenté par Gilles Benichou, autre figure de l'affaire, également absent de ce procès. Les deux hommes ne figuraient pas au Bureau central des sources, fichier sur lequel doivent être inscrites depuis 2004 les sources de la police. Pourquoi ne pas les avoir immatriculés ? "Bon nombre d'informateurs, s'ils ne cherchent pas à être rémunérés pour leurs services, refusent d'être immatriculés", explique, professoral, Michel Neyret. Sans se départir de son ton affable, l'ancien ponte de la PJ convient toutefois avoir péché par habitude : "Je m'estimais suffisamment fort pour gérer ces relations tout seul. A tort, je le sais maintenant."
Le Panda

Un retour sur investissement Les deux mains accrochées au pupitre, le prévenu expose l'école Neyret, fondée "sur le travail de terrain" depuis sa prise en main de la Brigade de recherche et d'information (BRI) de Lyon en 1984 : "J'ai développé cette politique des renseignements. Je me suis mis à corps perdu dans la manipulation des informateurs." Michel Neyret a-t-il fini par être manipulé à son tour ? Le président du tribunal s'interroge : comment un homme, avec des états de service aussi brillants, a-t-il pu prendre de tels risques sans contrepartie en retour ? "Stéphane Alzraa, il ne vous a rien amené en tant qu'informateur ? - C'est toute la question... - C'est la question que je vous pose."
Le Panda

Michel Neyret, dont le débit est fluide et rapide, assure avoir voulu se rapprocher de cet individu pour ses connexions avec le "grand banditisme et la criminalité juive". "Avec Stéphane Alzraa, on est dans l'escroquerie et la fraude fiscale, un milieu que vous ne traitiez pas du tout", lui fait observer la procureure. Michel Neyret insiste : avec Stéphane Alzraa comme avec tous ses informateurs, il misait sur un retour sur investissement. ?La relation policier-informateur, ce n'est pas un renseignement opérationnel immédiat.? Michel Neyret devant le tribunal correctionnel de Paris
Le Panda

Il s'est brûlé les ailes "Ma pratique, ma philosophie, c'est de cultiver un informateur sur une vie professionnelle. Ce n'est pas un 'one-shot'", poursuit Michel Neyret, évoquant une "relation personnelle forte", "de confiance", qui exige "une charge de travail considérable", avec de nombreuses sollicitations de la part de la source. Quand Michel Neyret quitte le terrain en 2007 pour devenir numéro 2 de la Direction interrégionale de la PJ de Lyon, il n'abandonne pas "ses" informateurs. "Même si ce n'était plus dans mes attributions, j'ai continué à le faire." Quitte à se brûler les ailes, auprès de Stéphane Alzraa mais aussi de Gilles Benichou. Celui par qui toute l'affaire a commencé.
Le Panda

A la barre, Michel Neyret le décrit comme un "hâbleur qui connaît le milieu juif lyonnais par cœur". Le policier pensait pouvoir "bénéficier de sa connaissance et de son environnement". Il s'est fait piéger par la tendance à l'exagération de son "amigo" au téléphone. Sur écoute, celui-ci affirme qu'il est devenu la personne la plus importante au monde pour Neyret. De la "commedia dell'arte", résume madame Nicole Neyret, petite femme blonde apprêtée, jugée pour recel de vol aux côtés de son mari. "Il voulait se faire valoir, je regrette son absence ici", estime aujourd'hui Michel Neyret. La chaise vide de Gilles Benichou est à double tranchant pour la défense. Si les absents ont toujours tort, "la personnalité haute en couleur de cet homme aurait parlé pour elle-même", et ce, plutôt en faveur du principal prévenu, estime une avocate. De quoi nuire au débat contradictoire dans un procès prévu pour durer trois semaines.
Le Panda

Il se dit "soulagé" de pouvoir enfin s'expliquer. Le charismatique Michel Neyret, ex-numéro 2 de la police judiciaire de Lyon (Rhône), est jugé à partir de ce lundi 2 mai devant le tribunal correctionnel de Paris. L'ancien policier, aux états de service impressionnants, est notamment poursuivi pour corruption passive, trafic d'influence passif et détournement de scellés de stupéfiants. Il comparaît pour avoir fourni des renseignements et des services à des informateurs en échange d'un enrichissement personnel.
Le Panda

Neuf prévenus au total. Michel Neyret a entraîné dans sa chute plusieurs personnes. Son épouse, Nicole, comparaîtra à ses côtés ainsi que trois policiers, l'ex-patron de l'antenne de Grenoble de la PJ Christophe Gavat, et deux anciens des "stups" de Lyon, Jean-Paul Marty et Gilles Guillotin. Trois membres présumés du milieu lyonnais, Gilles Bénichou, son cousin Stéphane Alzraa (en fuite) et Cyril Astruc seront également jugés, ainsi qu'un avocat, David Metaxas. ? Il encourt une peine de 10 ans de prison. Michel Neyet a effectué huit mois de détention provisoire. Il est depuis assigné à résidence à Vienne (Isère) et a l'interdiction de conduire. L'ex-flic encourt 10 ans de prison et 7,5 millions d'euros d'amende. Après 32 années de service, il a été révoqué de la police en septembre 2012 par Manuel Valls, alors ministre de l'Intérieur.
Le Panda

Les relations sulfureuses entre indics et policiers au cœur du procès. La question des relations ambiguës entre policiers et "indics" sera au centre des débats, Michel Neyret ayant justifié ses pratiques par le souci "d'obtenir des résultats [grâce] à une politique offensive de recueil de renseignements qui sous-tendait l'existence d'informateurs de haut niveau".
Le Panda

Lorsque votre médecin vous dit que vous faites de l’hypertension artérielle, cela veut dire qu’il s’est aperçu que vos artères résistent trop à l’écoulement de votre sang. Nos artères sont musclées. Les muscles circulaires qui les entourent sont normalement capables de se tendre et se détendre pour laisser passer le sang. Mais il peut arriver que la paroi des artères devienne rigide. Les artères ne se dilatent plus assez. Cela fait monter la pression sanguine et perturbe l’irrigation des organes, et cela s’appelle l’hypertension artérielle, souvent abrégée en « hypertension ». L’hypertension pose problème car, déjà, en situation normale, nos artères sont exposées à une pression si énorme qu’elles ne cessent de se fissurer et d’avoir besoin de se réparer.
Le Panda

Imaginez : si vous vous percez l’avant-bras et faites un petit trou dans votre artère humérale, celle qui apporte du sang oxygéné dans votre bras, le jet qui en sortira aspergera votre plafond ! Il vous faudra alors appuyer de toutes vos forces sur le trou, avec votre doigt, pour arrêter l’hémorragie ! (puis aller chercher un escabeau pour nettoyer le plafond !). C’est la même chose dans les artères fémorales qui irriguent vos jambes. Quand, en salle d’opération, le chirurgien se trompe et coupe par accident l’artère fémorale, le jet de sang qui en sort, tel une lance à incendie, est projeté sur les murs ! Cela dans des conditions de pression artérielle normale. Il n’est donc pas étonnant que les artères s’abîment avec le temps. Elles ont beau être faites de plusieurs parois épaisses et musclées, résister à une telle pression n’est pas facile, surtout avec ce cœur qui ne cesse de battre – plus de 100 000 fois par jour – ce qui fait à chaque coup monter la pression !
Le Panda

Votre pression artérielle varie tout le temps Cependant, le jet qui sortira de votre bras, si vous le percez, ne sera pas stable comme celui d’un tuyau d’arrosage. Il montera et il redescendra à chaque fois que votre cœur bat. Lorsque le cœur se contracte et envoie du sang dans l’organisme, il fait monter la pression dans les artères. Lorsqu’il se détend, la pression retombe. C’est pourquoi votre médecin est obligé de vous donner deux chiffres lorsqu’il mesure votre pression artérielle : le chiffre au moment où le cœur se contracte, et qui est le plus élevé. Et l’autre, au moment où le cœur se détend entre deux pulsations, et qui est le plus bas.
Le Panda

Pour impressionner la galerie, vous pouvez utiliser les termes médicaux pour ces deux phénomènes : la pression systolique (haute) et la pression diastolique (basse). Vous lirez sur votre rapport d’analyse par exemple 120/80 mmHg, ce qui veut dire une pression systolique de 120 millimètres de mercure, et une pression diastolique de 80 millimètres de mercure (Hg est le symbole chimique du mercure, parce que mercure se dit en latin « hydrargyrus », autrement dit « argent liquide »). Mais cette pression diastolique/systolique n’est pas stable non plus. Elle varie au cours de la journée. Elle est variable selon les individus, sans que cela ne soit forcément un signe de bonne ou de mauvaise santé. Elle monte quand vous vous énervez. Elle monte pendant l’effort physique. Elle peut aussi monter lorsque vous êtes chez votre médecin, qu’il mesure votre pression et que vous stressez parce que vous craignez qu’il vous découvre de l’hypertension !
Le Panda

C’est un grand classique des erreurs médicales, qui rappelle le fabuleux destin d’Amélie Poulain à qui son père, médecin, avait diagnostiqué par erreur une maladie cardiaque. En réalité, la petite Amélie était délaissée par son père, qui ne s’approchait d’elle qu’une fois tous les six mois, pour l’ausculter. Son cœur se mettait alors à battre la chamade, surtout quand il lui passait le stéthoscope, d’où son impression qu’elle avait un problème ! Pour réduire le risque d’erreur, il est indispensable d’effectuer plusieurs mesures de la tension artérielle, avant de diagnostiquer l’hypertension. La tension est considérée « élevée » lorsqu’elle est en permanence au-dessus de 140/90 mmHg, même lorsque vous êtes assis à ne rien faire et que vous vous sentez détendu. (la suite ci-dessous)
Le Panda

Les dangers de l’hypertension Une pression sanguine trop élevée abîme vos artères et les organes qu’elles irriguent, dont le cœur, les reins, le cerveau, les yeux et, d’une façon générale, tous les tissus irrigués par des capillaires. C’est donc un facteur important de maladie coronaire (maladie des artères qui irriguent le cœur), d’accident vasculaire cérébral (AVC), d’insuffisance cardiaque, d’insuffisance rénale et de cécité (devenir aveugle) parce que de petites artères « pètent » dans vos yeux, dans votre cerveau, dans vos reins. De plus, l’hypertension peut donner des maux de tête, provoquer des malaises. Si vous souffrez d’hypertension, ou si c’est le cas de l’un de vos proches, il est donc important que vous lisiez ce qui suit.
Le Panda

Traiter l’hypertension artérielle Quand on craint un accident imminent dû à une tension vraiment trop élevée (plus de 160 mm de mercure), il peut être nécessaire de prendre des médicaments en urgence pour faire baisser la pression, surtout quand votre médecin constate déjà des dommages sur vos organes. Il faut alors d’urgence arrêter les dégâts, en attendant que se fassent sentir les effets d’un changement de mode de vie. Voici les médicaments que votre médecin a à sa disposition [1] : • Les diurétiques : ce sont des médicaments qui font uriner. En urinant, vous réduisez la quantité d’eau que vous avez dans les veines, et donc votre volume de sang. Cela diminue la pression sanguine. Les diurétiques chassent aussi le sodium de votre corps (qui provient en majeure partie du sel de table), ce qui est une bonne chose car le sodium retient l’eau. Le problème est que les diurétiques éliminent aussi le potassium et le magnésium. Or ces minéraux sont utiles, en particulier le magnésium qui a la vertu de décontracter les muscles des artères, et donc diminuer la pression sanguine. Abuser des diurétiques peut donc avoir exactement l’effet inverse de celui recherché.
Le Panda

• Les bêtabloquants : ce sont des médicaments qui bloquent l’effet de l’adrénaline, ce qui a aussi un effet relaxant sur les artères. Malheureusement, leurs effets indésirables sont nombreux et peuvent être très graves (œdème aigu du poumon, angine de poitrine, cauchemars). • Les inhibiteurs calciques : ce sont des médicaments qui dilatent les artères et font baisser la pression sanguine. Ils peuvent provoquer des maux de tête, des œdèmes et sont une cause majeure d’intoxication aux médicaments. À utiliser avec la plus grande prudence. • Les inhibiteurs de l’enzyme de conversion (IEC) et les sartans : ces médicaments sont mieux tolérés, mais les premiers provoquent une toux pénible, les seconds ont été soupçonnés en 2011 de provoquer le cancer. L’un d’eux, l’olmésartan, n’est plus remboursé depuis le mois dernier (avril 2016). [1]
Le Panda

Mais ne vous faites pas d’illusions : Se contenter de prendre un médicament contre l’hypertension ne va pas résoudre votre problème médical sous-jacent. Il risque au contraire de l’aggraver, car les médicaments contre l’hypertension agissent en perturbant votre métabolisme. Si vous prenez des médicaments contre l’hypertension, vous ne pouvez toutefois pas les arrêter d’un coup. Il faut donc vous concerter avec votre médecin. Dans de rares cas, l’hypertension est provoquée par une maladie, ou un mauvais fonctionnement des glandes qui gèrent votre pression sanguine. Il faut alors identifier et traiter la cause. Mais, sauf exception, l’hypertension n’est pas la conséquence d’une maladie précise. Elle est provoquée par des problèmes de mode de vie et en particulier l’alimentation. Cela veut alors dire qu’elle peut aussi être corrigée par des changements de mode de vie et d’alimentation.
Le Panda

Ne vous trompez pas de cible En général, une personne souffrant d’hypertension va chercher à faire baisser sa pression sanguine. Cela paraît logique, simple. Mais attention : au-delà des symptômes (qui n’existent que pour des chiffres très élevés en général et qu’il faut soulager), le problème n’est pas le chiffre de tension lui-même. Faire baisser la tension de quelques points, par exemple de 140 à 130, ne garantit absolument pas que votre problème de santé soit résolu. N’oubliez jamais que, en matière de santé, votre but n’est pas de faire baisser telle ou telle mesure, mais de réduire effectivement votre risque de maladie, complication, décès. La question à vous poser n’est donc pas : « Est-ce que ce que je suis en train de faire va faire baisser ma pression sanguine ? » Mais plutôt : « Est-ce que ce que je suis en train de faire va réduire mon risque de complication ? »
Le Panda

Vous me direz que cela revient au même. Eh bien non, pas toujours ! Par exemple, réduire votre consommation de sel n’a pas d’effet spectaculaire contre l’hypertension. La consommation excessive de sodium (sel de table) entraîne au bout de 10 ans des changements fonctionnels des reins qui ne le filtrent plus aussi bien. Le sodium reste dans votre corps et l’hypertension s’installe. Mais c’est un processus très long et vous ne le supprimerez pas du jour au lendemain en arrêtant de manger du sel. D’ailleurs, les chercheurs ont constaté qu’une très forte augmentation de la consommation de sel entraîne une légère hausse de la pression sanguine, sans plus. Et pourtant, ne soyez pas déçu, on sait que baisser la consommation de sel réduira effectivement votre risque cardiaque [2].
Le Panda

De même, si vous fumez, arrêter le tabac ne fera pas chuter votre pression sanguine. Et pourtant, arrêter de fumer diminuera énormément votre risque d’accident cardiaque, en plus bien-sûr de diminuer votre risque de cancer et de bien d’autres maladies. Même chose pour l’alcool : sans avoir aucun effet spectaculaire sur votre hypertension, votre risque cardiaque diminuera en consommant de l’alcool de façon modérée (1 à 2 verres de vin par jour). Mais venons-en au mode de vie qui diminue le risque cardiaque et l’hypertension. D’abord, c’est incontournable, il faut faire de l’exercice physique.
Le Panda

L’exercice physique : mieux qu’un médicament L’exercice physique est mieux qu’un « médicament » contre l’hypertension [3]. Il est plus efficace, et jamais toxique ! Si vous ne faites absolument aucun exercice aujourd’hui, commencez par des efforts modérés comme la marche à pied. Si vous êtes handicapé, les méthodes alternatives, yoga et exercices respiratoires par exemple, peuvent avoir des effets très significatifs. Choisissez une activité physique adaptée à votre climat et à vos goûts, peu dispendieuse, et pouvant être pratiquée toute l’année : piscine, gymnase, piste cyclable, stade, bords de rivière, plage, vélo randonnée pédestre… Le minimum est de vous exercer 30 minutes par jour, et en faire suffisamment pour arriver à transpirer un peu.
Le Panda

Veillez à ne surtout pas blesser vos muscles ou vos tendons, ce qui compromettrait toute activité physique future. Faites-vous éventuellement accompagner par un kiné ou un professionnel de la réadaptation si, au moindre effort, votre pression artérielle s’envole et vous provoque des palpitations angoissantes. Par contre, il est important de faire un petit mieux, un petit peu plus long, un petit peu plus vite tous les jours. Le but est de faire des progrès physiques, pas seulement de bouger pour bouger. Inscrivez-vous dans une salle de musculation : les exercices de force font baisser la tension mais ont aussi l’avantage :
Le Panda

• D’augmenter la masse musculaire, qui est source de protéines indispensables pour le système immunitaire, ce qui augmentera votre résistance aux infections et au cancer ; • D’améliorer la résistance du cœur, qui réduit votre risque de mourir ou d’avoir de graves séquelles si vous faites un infarctus ; • D’exercer un effet bénéfique sur votre endothélium, les cellules qui tapissent l’intérieur des artères et permettent au sang d’y couler sans s’accrocher. C’est un facteur essentiel pour éviter l’athérosclérose ; • Et cela réduit bien sûr le risque de diabète, de surpoids et d’obésité. Ces exercices ne doivent toutefois pas être violents. Faites-vous accompagner par un coach pour démarrer progressivement.
Le Panda

Le régime alimentaire contre l’hypertension Pour réduire l’hypertension, le régime le plus couramment conseillé aux USA est le régime DASH (« Dietary Approaches to Stop Hypertension »), ce qui veut dire « approche diététique pour arrêter l’hypertension », qui a fait les preuves de son efficacité [4]. Il est pourtant totalement inconnu des Français et de la majorité des médecins européens. Il s’agit d’un régime : • riche en légumes, fruits, produits sans graisse et produits laitiers à faible teneur en matière grasse ; • incluant des céréales complètes, du poisson, de la volaille, des légumineuses, graines, noix, huiles végétales ; • pauvre en sodium (moins de 2,3 g par jour), pauvre en sucre, sans boissons sucrées ni viande rouge. En termes nutritionnels, le régime DASH est donc : • pauvre en acides gras saturés et trans ;
Le Panda

• riche en potassium, magnésium, fibres et protéines. Je pense toutefois que des résultats supérieurs peuvent être obtenus avec une diète méditerranéenne, que les fidèles lecteurs de Santé Nature Innovation connaissent bien. En revanche, il est vrai qu’il est très souhaitable d’augmenter fortement votre consommation des autres sels minéraux : calcium, magnésium et surtout potassium. Sans prendre nécessairement des compléments alimentaires. C’est, une nouvelle fois, en mangeant beaucoup de légumes frais que vous apporterez ces nutriments à votre corps sous une forme hautement assimilable. Enfin, il est très important d’optimiser votre niveau de vitamine D : plus vous êtes éloigné de l’équateur, plus vous risquez d’avoir de l’hypertension [5].
Le Panda

Pour deux raisons principales : • Le soleil augmente votre production d’oxyde nitrique (NO) qui a un effet vasodilatateur (dilate les vaisseaux sanguins), faisant baisser la tension ; • les rayons du soleil sont nécessaires à la synthèse de la vitamine D, qui contribue à réguler la concentration en minéraux dans le sang et donc à normaliser la pression sanguine [6]. Si vous ne prenez pas assez le soleil, la prise d’un complément alimentaire de vitamine D est recommandée. Autres compléments alimentaires et autres alternatives Bien que certains compléments alimentaires puissent aider, il est important de comprendre qu’ils ne doivent jamais être utilisés pour remplacer un mode de vie sain, qui permet de traiter les vraies causes de l’hypertension. D’ailleurs, se contenter d’avaler des compléments alimentaires sans rien changer à son mode de vie s’apparente à l’attitude passive du malade qui avale ses médicaments sur ordonnance.
Le Panda

C’est une attitude illusoire que nous dénonçons, car elle est inefficace dans la plupart des cas. Par contre, elle arrange fortement l’industrie pharmaceutique et simplifie beaucoup le travail des médecins. Ce n’est donc qu’une fois que vous avez adapté votre mode de vie que vous pouvez utiliser les compléments alimentaires pour améliorer encore votre santé : Voici plusieurs pistes intéressantes. Normaliser votre ratio d’acides gras oméga-6/oméga-3. Dans la nature, il était prévu que, pour chaque oméga-3 que nous mangeons, il faudrait manger 1 à 3 oméga-6. Or, les oméga-3 se trouvent dans l’huile de lin, l’huile de noix, l’huile de colza, le poisson, des produits qui se font de plus en plus rares dans l’alimentation moderne. Et les oméga-6 se trouvent dans l’huile de maïs, de tournesol, de pépin de raisin et de germe de blé, des produits de plus en plus courants parce que bon marché. Le résultat est que la plupart des personnes ne mangent pratiquement jamais d’oméga-3, mais consomment à chaque repas des oméga-6. Leur ratio oméga-6/oméga-3 est donc de 25/1 ou 40/1 ! C’est catastrophique pour votre sang, vos artères, vos cellules. Si c’est votre cas, il faut de toute urgence changer cela.
Le Panda

Le magnésium : un complément quotidien de magnésium peut être utile pour diminuer votre pression sanguine, surtout si celle-ci est très élevée ; Vitamines C et E : normalement, une alimentation riche en fruits et légumes frais, en huiles de bonne qualité, en noix et en poissons gras vous apporte les doses nécessaires de ces vitamines, importantes dans le métabolisme de la pression sanguine. Si vous pensez avoir besoin de les prendre sous forme de compléments alimentaires, veillez à choisir une vitamine E naturelle, malheureusement beaucoup plus chère que la synthétique. Dans la liste des composants, la vitamine E se reconnaît à sa forme « d ». Vous verrez qu’il est écrit d-alpha tocophérol, d-beta tocophérol, etc. quand elle est naturelle, et dl-alpha tocophérol quand elle est synthétique ;
Le Panda

Extrait de feuille d’olivier : une étude réalisée en 2008 a indiqué qu’un complément alimentaire de 1 000 mg d’extrait de feuille d’olivier quotidiennement pendant 8 semaines provoque une forte baisse de la tension sanguine. Vous pouvez aussi acheter de simples feuilles d’olivier en herboristerie et les ajouter à votre tisane : faites infuser une cuillère à café pendant 10 minutes. À noter que les bébés qui ont été nourris au sein pendant 12 mois ou plus ont un risque beaucoup plus faible d’hypertension à l’âge adulte. L’effet protecteur pourrait venir des acides gras polyinsaturés qui se trouvent dans le lait maternel.
Le Panda

Important pour tenir vos bonnes résolutions Tous ces changements peuvent paraître lourds et, bien souvent, on ne se sentira pas la force de les entreprendre. D’où le succès des médicaments contre l’hypertension. Les médecins savent qu’ils ont une efficacité limitée et des dangers à long terme ; les patients se rendent compte qu’ils ont des effets indésirables ; les chercheurs s’aperçoivent que les changements de mode de vie sont plus efficaces. Mais c’est tellement plus facile d’avaler des pilules. Surtout remboursées par la Sécu. Et quand on a déjà d’innombrables problèmes dans la vie, frustrations professionnelles, conflit conjugal, déprime, on ne se sent pas capable de faire plus. C’est pourquoi l’important avant tout, pour tenir dans la durée, est de commencer par faire un travail sur soi, qui peut être douloureux, pour redéfinir ses priorités et répondre à la grande question : quel est mon but dans la vie ?
Le Panda

Il n’y a qu’à partir du moment où vous avez une réponse à cette question fondamentale que vous trouverez l’énergie et la motivation d’entreprendre les changements nécessaires. Vous pourrez vous fixer un but clair, motivant, et vous trouverez en vous les ressources pour adapter votre mode de vie et votre alimentation, qui vous débarrasseront de votre hypertension et vous permettront de retrouver une vie épanouissante. C’est la raison pour laquelle nous essayons, dans cette lettre électronique, de panacher les articles « recettes » qui vous donnent des « trucs » de santé naturelle utiles avec des articles plus fondamentaux touchant au sens de la vie. Cette deuxième catégorie d’articles n’est pas forcément la plus facile à lire, et ce n’est pas celle qui a la plus grande utilité pratique. Mais c’est elle qui, sur le long terme, fera la plus grande différence, car c’est là que chacun peut puiser des forces pour se donner de bonnes raisons de tenir ses bonnes résolutions.

haut de la page

DANGER MACREUSE HOLLANDAISE

Le Panda 2016-04-25 08:36:03

LA FUTURE HABITANTE EN 2017Il y a des contes de fées et d’autres qui sont ceux des ministères personne ne peut en douter. Les loups sont entrés dans les bergeries royales, à ne pas en douter dans tous crédits lorsque l’on avance on commence toujours par payer les intérêts avant de régler tout ou partie du solde plus connu sous le nom de Capital. La royauté des empires soi-disant de Messieurs Sarkozy à Hollande reste des indigestions pour les loups qui sont aux portées de Paris donc dans toutes les Régions de la France et de ses nouvelles Régions entendez par là, les DOM TOM ! ColucheMonsieur Vals l’erreur ibérique vous a joué à priori un sale tour tout comme la corne de Roncevaux qui claqua les veines à l’appel Royal, mais tout se paye à un moment donné lorsque les sections se ferment ou s’ouvrent sur la Marche. Il suffit de se souvenir que l’hymne national, portait comme titre au départ et du même auteur paroles et musique : Rouget de L’Isle. Chant de l’armée du Rhin, pour devenir en traversant La Marseillaise dont la majorité des pays tels l’Egypte ne connaissent pas même les gammes au juste titre et confondent les dièses et les bécarres. ILS VONT A QUELLE FETTEJacques Brel, Ne Me Quitte Pas ; c’est foutu, a su vous mettre en route tout comme l’aéroport des Landes ou le 1er Ministre du quinquennat de la fameuse expression Moi Président dite 21 fois. Quant à ne pas supprimer Monsieur Sarkozy qui était comme une luciole lors de la tombée du Mur de Berlin. Les poisons sont de tels tailles, que l’amour est comme une cigarette toxique et c’est de pire en pire lorsque la climatologie signée par 175 chefs d’Etats, vague souvenir de la COP 21 car le résultat sera indéniablement nul, vous pourrez le constater. Monsieur Macron si votre talent est la hauteur des erreurs potentielles de Monsieur Strauss Kahn vous avez toutes les possibilités de ne pas prononcer la fameuse phrase de la balle à dure. Mais n’en doutez pas le président a déclaré dans une litanie éteinte que vous saviez ce que vous lui deviez, quelle traitrise, quels larmoyâmes, et que vous étiez « sous ses ordres ». NE COULEZ PASA ne pas en douter, les médecines tout comme les moustiques dits Chikungunya permet à la biologie de progresser de façon magistrale et prolonge la vie pas toujours de manière aussi positive que les promesses négatives où les autistes et la maladie qu’elle soit de Charon et les personnes âgées qui finissent leur vie seules enfermées parce que les Conseils Généraux ont créés les nommant l’APA a diverses catégories de GR ! La honte tombe sur la magistrature car la puissance financière que vous connaissez bien, mais ne perdez pas le sens de la méthode Law, tout comme le fondateur de la plus grande banque de son époque le Crédit Lyonnais qui a fini par rendre les terres plus incultes que la sigue à la Socrate. La citation est de Monsieur le fondateur du Crédit Lyonnais plus connu sous sa véritable identité Monsieur Germain. Oui hommes ou femmes de pouvoirs vous avez oubliés que certains plats sont réellement plus qu’indigestes pour ne pas dire mortels. JUSTICES ET AGRESSIONSPuis lorsque l'on constate que le Ministre de l'agriculture, porte parole du gouvernement, prend une carte folle pardon trouvez son nom; il va lancer un parti pour soutenir le président de la République François Hollande. A priori la période de la vache folle se poursuit, cela est encore un message de Coluche et de Le Luron, je vous ai demandé de vous taire: Ho la la en avant la Gauche ins ont le droit de rêver mais oui. Vous avez déclaré que La Gauche actuel ne vous convient pas, mais jusqu’où souhaitez-vous aller ? ILS SONT HONNETESCela presque personne n’en doute, la démonstration et faite d’un air déguisé qui fait que le Sénat est passé à Droite. Les personnages à la Guignols laissent les enfants dans leurs rêves et comme tout politique qui se respecte vous faites avancer les vaches sur le terrain des fumiers dont cela vous a permis de vous hisser un nom au sens noble du terme cela se comprend. Il est indéniable que vos propos ne pourront pas rester lettre morte, face au 1er parti de France à savoir les « Abstentionnistes» La nuit du 4 août 1789 était censée voire comme le dit le dit Les Droits de L’Homme ; Abolition des Privilèges ! Il suffira pour les plus jeunes de comprendre que sans entamer une seule seconde votre vie privée, vous avez su ouvrir les portes de l’antichambre, d’un président élu par défaut contre son antagoniste de l’époque en 2012. Ne laissez pas de côté Madame Royal, dans la puissance a plongé sa Région de l’époque dans un désastre plus important que celui qui abandonna sa propre Région, pour devenir 1er Ministre, il creusa de sa volubilité le plus grand déficit de la nation France. COUCOU VOTRE POGNONCe fut Monsieur Raffarin actuellement sage et tranquille en apparence. Il lui fut trouvé une place de repos méritée ou pas cela nous nous devons de le reconnaitre c’est le tabernacle plus connu sous le nom de Sénat. ????????????????????????????????????????????????????????? N’oublions que cette maison de retraite pour les incompétents démontre, que le cumul des mandats dans le cadre de l’ignorance vue en plein jour permet à des personnes bien nommées tels Monsieur Cahuzac de dire ce que Napoléon Bonaparte dit un jour de son fameux Ministre dont il ne pouvait se passer : Vous êtes un paquet de merde enrobé dans un bas de soie, il reste à croire que l’allusion est loin de ne pas être comprise pour admettre qu’il s’agit ni plus ni moins que du Sieur Talleyrand ! Au même titre que les fortifications de l’Europe s’écroulent, les USA demandent de nos jours à l’empire Anglais de ne pas quitter l’Union Européenne, facile à comprendre et loin de nous l’idée de penser que vous n’avez pas compris que du panier de crabes dans lequel vous entriez, vos pinces étaient déjà plus acérées ; que le prix du baril de pétrole recommence à augmenter de nos jours. La crédulité humaine a des limites en tous sens, comme le disait en son temps Emile Zola, pour ceux qui ne l’ont pas lu, il suffit de se pencher sur Germinal afin peut-être de tirer le bon tyran qui boucha la cheminée d’Emile Zola et de son épouse en plein Paris où ils moururent asphyxiés. ILS RESTENT EN OMBRESIl serait prudent comme un modeste conseil de comprendre, que le vaccin contre la rage fut inventé par Monsieur Pasteur et que le BCG portant les initiales de Calmette et Guérin, ne permettent plus au ministère de la santé de vendre les dérivés du trio de la poliomyélite, avec des toxiques qui entrainent les morts de certaines victimes n’ayant pas eu encore le temps de connaitre de leurs parents. Pour cause d’aluminium combat permanent du Professeur Joyeux ! Merci Monsieur le professeur de continuer à nous éclairer. Quel que soit le praticien qui possède le moyen de soulager la douleur et ne le fait correspond presque à un crime, alors politiques posez-vous le même type de questions vous élus du peuple. Nous avons besoin d'une modification de la Constitution actuelle, d'une sixièmùe République et de la suppression de plus de 60% de tous les parlementaires. JE FAIS DU STOP MAIS ILS NE LE SAVENT PASVu l'argent acquit en bien ou en mal et pourquoi tous les ex Présidents sont d'office Membre du Conseil Constitutionnel? Une  hérésie à modifier incontestablement et nous aurons peut-être les moyens de retrouver l'élan dont la France a un besoin impératif !  La fable qui s’impose de nos jours pour certains serait de surcroit Le Corbeau et Le Renard, le seul conteste qui se pose reste de faire comprendre aux jeunes la nouvelle version car nous savons et vous ne pouvez le nier que plus de 72% des enfants rentrant ou entrant par procuration en second cycle ne savent ni lire ni écrire Le baccalauréat, fut créé sous l’Empire par Napoléon Bonaparte, tout comme le Code Pénal ainsi que le Code Civil d’actualités de nos jours ; à l’époque il fallait étudier réellement pour le mériter de nos jours en l’offre et l’emploi se trouvait en clef de gamme de n’importe quelle partition. Professeur JOYEUXDans la mesure où vous ayez des doutes sur cette ouverte à l’Assemblée Nationale ainsi qu’au Sénat prenez uniquement les premières eaux qui vous donnèrent la vie dans ce fameux liquide amniotique, à partir de ce moment vous comprendrez ce que représente la dignité humaine dans le cadre de la parole donnée comme à l’époque des maquignons. Le simple geste de se serrer la main ne justifiait point une reconnaissance, mais les ombres qui subsistent encore dans le Fantôme de l’Opéra, pour n’en faire qu’une mimique d’ébauche par rapport à Tristan et Iseut, alors il semble à priori inutile de vous conter la véritable version de Roméo et Juliette. N’oubliez la légende du concept de la libération de Césarion fruits des amours de César et Cléopâtre, car toujours selon l’Antique, Icare se brula voulant aller au-dessus de la force de Ra ! PERSONNE NE PEUT LE CONTESTERCésar mourut sous les larmes blanchis de son fils adoptif Brutus et Césarion fut assassiné, sur les séquelles qui figurent dans le tombeau qui sera ouvert sous peu celui de Cléopâtre. La valeur de la tendresse qu’en toute évidence vous partagez avec celle qui vous offrit Le Droit au Savoir, n’oubliez qu’il faut éviter de revivre Le Titanic et pouvoir le cas échéant le raconter comme : Le Songe d’une Nuit d’Eté que de revivre le déficit ; qu’en votre qualité issu du monde de Rockefeller, vous connaissez mieux que quiconque en nos circonstances actuelles, offrez simplement l’obligation du respect du partage mais à la Condition Humaine ; de savoir lire et écrire. A ne pas en douter vous pourrez de la sorte faire avancer votre idéologie de MARCHE pour un partage équitable et chacun retrouvera le goût et les odeurs de la préparation des premiers cartables de notre chemin scolaire qui frappe le fronton de nos plus de 36 000 communes. En fonction de cela les lettres R.F voudront dire à nouveau le sens d’un réalisme plus vrai que vrai ! decheance-nationaliteLa France a atteint la trentième place sur le plan de la Culture et l’enseignement mondial de quoi faire que Jules Ferry se suicide une seconde fois. Monsieur Macron à ne pas en douter, preuves à l’appui vous êtes capable de pouvoir faire respirer la nation des Droits de L’Homme, alors indiscutablement Marchons, mais il faut cette fois que le choix soit le bon, non la brute et le truand. A ne pas en douter tous les enfants sauront vous dire modestement « merci » Monsieur. 109280372_o-1-370x460On Marche ! Le Panda Patrick Juan

Commentaires

Le Panda

Alors que les militants désertent le PS, les fidèles de François Hollande se réunissent ce lundi à Paris pour défendre son bilan. Une opération de survie délicate à un an de la présidentielle. Les temps sont durs pour le Parti socialiste. Alors que le parti du président accumule les échecs électoraux et que la cote de popularité de François Hollande est la plus basse pour un chef de l'Etat depuis le début de la Ve République, les adhérents désespèrent. Et rendent leur carte ou ne renouvellent pas leur adhésion. A un an de la présidentielle, le phénomène est massif et préoccupant pour le PS, tant pour ses finances que pour sa capacité à mobiliser des militants en vue de la campagne qui s'annonce.
Le Panda

À LIRE: Les militants désertent un PS en crise En 2012, au congrès de Toulouse, ils étaient encore 173 000 adhérents «actifs», autorisés à voter à condition de se mettre à jour de cotisation. En juin dernier à Poitiers, ils n'ont été que 71 000 à voter sur un peu plus de 130 000 adhérents. Et ce chiffre va encore chuter puisqu'à la fin du mois d'avril, la grande majorité des 26 000 adhérents n'ayant pas payé leur cotisation depuis 2013 vont être radiés. Aujourd'hui, les adhérents à jour de leur cotisation ne sont plus que 86 000. En 2014, le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, disait pourtant vouloir faire du PS un «parti de masse», fort de 500 000 adhérents en 2017. Un pari perdu d'avance dans une période où les Français doutent de plus en plus des partis politiques.
Le Panda

Face à l'hémorragie, les troupes du président tentent de réagir. Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture et porte-parole du gouvernement, lance ce lundi un collectif baptisé «Hé oh la gauche!». Pas moins de vingt-cinq ministres fidèles seront présents à ce raout, créé pour défendre le bilan de François Hollande. Emmanuel Macron, qui a affirmé dimanche que «la gauche aujourd'hui» ne le satisfaisait pas, n'a pas été invité.
Le Panda

«Ça va mieux.» C'est désormais l'expression à la mode au sein de l'exécutif. Une expression lâchée par le président de la République lui-même au soir du 15 avril sur France 2, reprise dans la foulée par Manuel Valls et par de nombreux membres du gouvernement. C'est encore cette étonnante petite musique qu'a entonnée le ministre de l'Agriculture et porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, invité dimanche du «Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI». À ses yeux, «la situation est bonne» et «elle s'améliore». Il a d'ailleurs égrené les motifs de satisfaction: «83.000 emplois nets créés» et une hausse de 1,8 % du pouvoir d'achat en 2015, un taux de chômage à 10 %, selon l'Insee, supérieur de «seulement» 0,2 point à celui de 2012.
Le Panda

«Hollande se représentera parce que l'histoire est écrite par les vainqueurs et les conquérants»? Un membre du gouvernement Comme si ce «ça va mieux» pouvait être la martingale à un an de la présidentielle, la formule magique qui permettrait au final à la gauche de se maintenir au pouvoir et au président sortant de rester à l'Élysée. Comme si, à quelques jours du quatrième anniversaire de l'élection de François Hollande, l'urgence absolue était de faire revenir les sympathisants socialistes qui ne se sont pas déplacés lors des derniers scrutins et les militants PS qui ont déserté le parti.
Le Panda

François Hollande ne fera connaître sa décision sur son éventuelle candidature qu'en décembre. Dans huit longs mois donc. Pour autant, le suspense n'est pas insoutenable. Car beaucoup sont convaincus que le président sortant n'a pas d'autre choix que d'être candidat à sa propre succession. Qu'il serait contraint de prendre le risque de ne pas être qualifié pour le second tour. «Hollande se représentera parce que l'histoire est écrite par les vainqueurs et les conquérants. S'il renonce, il passe dans les poubelles de l'histoire. S'il n'est pas candidat, l'histoire l'ensevelira. Tout sera oublié», confiait il y a quelques semaines déjà un membre du gouvernement. Un collectif «optimiste» Depuis quelques jours, tout se passe comme si ses proches préparaient le terrain au président sortant. «Hé oh la gauche!», initié par le hollandais pur jus Le Foll, apparaît ainsi comme le premier étage, la première étape de la future candidature de Hollande. Une sorte de début de campagne qui ne dit pas son nom. Une opération survie, également, alors que jamais un président de la Ve République n'a été aussi impopulaire dans les sondages.
Le Panda

Ce lundi, en fin d'après-midi, pas moins de vingt-quatre ministres - plus de la moitié du gouvernement - se rendront à la faculté de médecine de Paris pour assister au premier meeting de ce collectif «optimiste» créé pour défendre le bilan du quinquennat. Parmi eux, des poids lourds socialistes, des hollandais - Michel Sapin (Finances) et Martine Pinville (Commerce)-, mais aussi des radicaux de gauche - Jean-Michel Baylet (Aménagement du territoire) et Annick Girardin (Fonction publique) - et des écologistes - Barbara Pompili (Biodiversité) et Jean-Vincent Placé (Réforme de l'État). Et pour faire bonne mesure alors que le premier ministre ne sera pas présent, plusieurs vallsistes, dont Jean-Marie Le Guen (Relations avec le Parlement) et Pascale Boistard (Personnes âgées).
Le Panda

Une démonstration de force À la tribune, cinq ministres, dont Marisol Touraine (Affaires sociales), Najat Vallaud-Belkacem (Éducation) et l'écologiste Emmanuelle Cosse (Logement), défendront devant quelque 350 militants socialistes les mesures «conformes aux valeurs de gauche» prises depuis le début du quinquennat, notamment la retraite à 60 ans pour les salariés ayant commencé à travailler jeunes ou encore les 60.000 créations de postes prévues à l'Éducation nationale. «Le temps est venu que nous passions à une offensive, que nous allions parler avec nos concitoyens, expliquer quels sont les enjeux de la situation»? Jean-Marie Le Guen, ministre des Relations avec le Parlement Dimanche, Le Foll a lancé cet appel aux sympathisants de gauche: «N'oublie pas que si tu critiques, on a fait des choses, et en particulier dans les questions de l'éducation, de la santé, du modèle social.» Il a ajouté: «Le moment est venu de nous réveiller (…). Je veux m'adresser aux électeurs qui ne sont pas allés voter à plusieurs reprises», a insisté le porte-parole du gouvernement. «Le temps est venu que nous passions à une offensive, que nous allions parler avec nos concitoyens, expliquer quels sont les enjeux de la situation», estime pour sa part Le Guen, qui vient de publier un livre numérique, La gauche qui vient (place à la République!).
Le Panda

«Hé oh la gauche!», à laquelle Emmanuel Macron n'a pas été convié, se veut une démonstration de force. Une opération au service de la candidature Hollande? Le Foll s'en défend. «C'est, affirme-t-il, un meeting qui a été lancé à un retour de la Sarthe avec Emma Cosse quand je m'étais aperçu qu'un chef de chantier qui devait partir à la retraite à 60 ans disait qu'il n'était pas d'accord avec nous parce que nous voulions mettre en place la retraite à 65 ans.» En réalité, c'est Alain Juppé, candidat à la primaire de la droite, qui préconise cette réforme.
Le Panda

» La liste des 24 ministres attendus lundi soir: Ericka Bareigts (Égalité réelle), Jean-Michel Baylet (Aménagement du territoire), Pascale Boistard (Autonomie), Emmanuelle Cosse (Logement), Christian Eckert (Budget), Myriam El Khomri (Travail), Annick Girardin (Fonction publique), Patrick Kanner (Ville), Jean-Marie Le Guen (Relations avec le Parlement), Stéphane Le Foll (Agriculture), Thierry Mandon (Recherche), Ségolène Neuville (Personnes handicapées), George Pau-Langevin (Outre-mer), Jean-Vincent Placé (Simplification), Martine Pinville (Commerce), Barbara Pompili (Biodiversité), Laurence Rossignol (Familles), Michel Sapin (Finances), Jean-Marc Todeschini (Mémoire), Marisol Touraine (Santé), Najat Vallaud-Belkacem (Éducation nationale), André Vallini (Développement), Clotilde Valter (Apprentissage), Alain Vidalies (Transports).
Le Panda

Après une succession d'échecs électoraux, cet ancien bastion du PS doit combler un déficit d'un million d'euros. Lille C'est «la dernière pièce du dispositif», mais pas la moins symbolique. Jeudi dernier, la fédération PS du Nord lançait, lors d'un point presse, un appel aux dons, espérant récolter 250.000 euros d'ici au 15 juillet. Un courrier a aussi été envoyé aux militants et sympathisants, avec l'objectif que ceux-là «relayent l'information dans leurs réseaux». L'opération achèvera un «plan de restructuration pour retrouver un équilibre financier», déjà évoqué en janvier par Martine Filleul, la nouvelle patronne de la fédération. L'idée est donc de faire appel aux militants, mais aussi «aux citoyens qui aiment le PS et les partis en tant que tels. On a besoin des partis politiques, ils font vivre la démocratie», estime Martine Filleul, qui a été élue secrétaire fédérale il y a près d'un an contre le candidat de Martine Aubry, ...
Le Panda

Pour la première fois depuis 1945, aucun des deux grands partis traditionnels autrichiens n'est au second tour de l'élection présidentielle. Le journaliste Amaury Guibert fait le point. "C'est un séisme politique qui s'est produit aujourd'hui en Autriche même si ce succès de l'extrême droite n'est pas vraiment une surprise tant la campagne a été dominée par la question des réfugiés", commente le journaliste.
Le Panda

Un symbole très fort Le gouvernement de centre droit et le centre gauche avaient nettement durci leur politique en matière d'immigration en installant des quotas et en limitant le droit d'asile. "Les électeurs n'ont pas suivi cette politique très à droite. Beaucoup ont préféré l'original à la copie en votant pour l'extrême droite. Les autres se sont reportés vers les candidats indépendants et écologistes", explique le journaliste. Si la fonction de président est essentiellement protocolaire en Autriche, le symbole est très fort. L'extrême droite réalise à une élection nationale son plus gros score depuis la fin de la seconde guerre mondiale.
Le Panda

Septembre 2015 : le studio photo à Raqqa Une source proche du dossier évoque le rôle clé d'un homme se faisant appeler « Abou Ahmad », qui depuis Raqqa, « capitale » syrienne de Daech, joue le rôle de recruteur et d'intendant (lire encadré ci-contre). « Ils [Daech] m'ont dit que je devrais aller en France, pour y accomplir une mission et que je recevrai des instructions là-bas », révèle l'un des suspects arrêtés en Autriche, formé « pendant cinq jours » au maniement d'un kalachnikov dans un camp. Quatre conjurés se retrouvent dans le même appartement : Haddadi, un Algérien ayant rejoint les djihadistes de Daech en février 2015 ; Usman, un Pakistanais qui serait artificier de formation ; et deux Irakiens, futurs kamikazes du Stade de France. En septembre, les djihadistes sont conduits chez un photographe de Raqqa pour se faire tirer le portrait afin d'établir de faux papiers. Abou Ahmad confie à ses recrues un téléphone portable disposant de numéros préenregistrés. Haddadi parle arabe, Usman ourdou (langue du Pakistan). Pour essayer de se comprendre, ils baragouinent quelques mots d'anglais qui se limitent à « how are you ? » Etrange équipage...
Le Panda

1er octobre : derrière la colline, la Turquie Le 1er octobre, vers 8 heures, le chauffeur d'un pick-up vient chercher le groupe réuni dans l'appartement de Raqqa. Direction : Alep, la grande ville du Nord-Ouest syrien, pour passer ensuite en Turquie. Le franchissement de la frontière se fait aisément grâce à la complicité de passeurs turcs qui les guident par-delà les collines. Une fois de l'autre côté, un minibus les attend. Là, on leur remet leurs faux passeports, confectionnés à partir d'un lot volé à l'administration syrienne et des photos prises à Raqqa.
Le Panda

Attente à Izmir Les quatre arrivent au milieu de la nuit à Izmir, la métropole turque donnant sur la mer Egée. Ils partagent une chambre dans un hôtel et cherchent à rejoindre les côtes grecques, point d'entrée dans l'espace Schengen. Mais ici la logistique de Daech montre ses limites. Pour la traversée, les djihadistes sont rançonnés par la mafia locale, déboursant plus de 1 100 $ américains (980 EUR) par personne. Le soir, comme des dizaines de candidats à l'exil, ils sautent dans les taxis mis à leur disposition et gagnent la côte. Vers 4 heures du matin, ils prennent la mer dans un bateau, bientôt secouru par les garde-côtes grecs.
Le Panda

3 octobre : le « grain de sable » grec Si les deux Irakiens franchissent les contrôles sans être inquiétés, pour Usman et Haddadi, les choses se compliquent. Selon le « Washington Post », leur couverture est éventée car « Usman, un Pakistanais, ne parle pas bien arabe, ce qui contredit rapidement l'affirmation selon laquelle il est syrien ». Quant à Haddadi, « il ne connaissait pour ainsi dire rien à la ville supposée être celle de sa naissance : Alep, en Syrie ». Les deux hommes sont détenus jusqu'au 28. Mais on les prend pour des réfugiés économiques, et non des terroristes. Ils sont remis en liberté. Usman et Haddadi sollicitent Abou Ahmad, l'organisateur de leur voyage, celui qu'ils appellent « l'oncle », pour obtenir de l'argent. « L'oncle » débloque 2 000 $ (1 782 €), versés par le biais d'un virement Western Union. La suite du périple n'est pas connue avec précision. Difficile de comprendre pourquoi le duo n'a pas gagné la capitale française.
Le Panda

10 décembre 2015, 18 h 7, Salzbourg : l'arrestation Après les attentats du 13 novembre, une course-poursuite s'engage en Europe pour retrouver les 198 passagers du bateau débarqués à Leros le 3 octobre. Les enquêteurs identifient deux d'entre eux dans le centre pour réfugiés Asfinag, à Salzbourg, après le dépôt d'une demande d'asile. Haddadi et Usman ont menti sur leur identité. D'où leur arrestation le 10 décembre, un mois après les attaques. Ils sont bientôt trahis par l'examen de leur téléphonie. Dans leur témoignage, ces petites mains du complot n'évoqueraient pas les principaux animateurs de la cellule terroriste, tel Abdelhamid Abaaoud. Le jour du procès, ils seront malgré tout des témoins clés, aux côtés de Salah Abdeslam et de Mohamed Abrini, survivants des attaques, et toujours incarcérés en Belgique. Paris pourrait prochainement demander à Vienne l'extradition d'Usman et Haddadi.
Le Panda

Fragilisé par des affaires de pédophilie et d’agressions sexuelles dans son diocèse de Lyon, qu’on lui reproche de ne pas avoir dénoncées à la justice, le cardinal Barbarin réunit lundi 25 avril les prêtres de l’évêché pour évoquer le sujet et montrer qu’il s’en empare. Près de 150 prêtres en activité sont attendus dans l’après-midi, à huis clos, dans la chapelle du Centre Valpré d’Ecully, en banlieue lyonnaise. Selon l’invitation qui leur a été adressée, il s’agira de faire le « point sur les affaires en cours », les décisions « déjà prises » et les « orientations nouvelles » en matière de nomination et d’accueil de religieux au sein du diocèse.
Le Panda

Cette réunion pourrait surtout mettre en exergue des divergences de vue dans le clergé lyonnais. Car il y a d’un côté les « négationnistes » et de l’autre les « Savonarole », glisse un prêtre sous le couvert de l’anonymat, en référence au prédicateur italien qui dénonçait au XVe siècle la corruption morale des prélats romains.
Le Panda

Les langues se délient Les victimes, elles, ont voulu s’inviter à cette « réunion d’information et d’échange » aux allures d’opération de communication. L’association La Parole Libérée, qui a permis de mettre au jour les agissements du père Bernard Preynat sur des scouts de la région lyonnaise il y a plus de 25 ans, a envoyé la semaine dernière une lettre aux prêtres du diocèse, leur demandant de se faire « les porte-parole des victimes silencieuses ».
Le Panda

Le cardinal Barbarin est visé par plusieurs plaintes pour non-dénonciation d’agressions sexuelles, la plupart en marge de l’affaire du père Preynat, mis en examen fin janvier. Cinq autres affaires d’agressions sexuelles ou de pédophilie ayant un lien avec le diocèse de Lyon ont émergé depuis, en cours d’enquête ou déjà jugées dans le passé. Et d’autres cas ont été signalés en Guyane et dans le Loiret, signe que les langues se délient après les révélations lyonnaises. Le cardinal Barbarin, lui, nie vigoureusement avoir couvert de tels faits. Mais face au scandale, l’Eglise catholique de France, dont la réponse a souvent été jugée trop tiède et les déclarations maladroites, vient d’annoncer une série de mesures, dont la création de cellules d’écoute locales pour les victimes et la mise en place d’une commission d’expertise indépendante pour faire « la lumière » sur la pédophilie dans ses rangs.
Le Panda

L’Eglise ne pouvait plus se contenter d’affirmer qu’elle avait changé. Qu’elle avait pris en compte le problème de la pédophilie en son sein. Le conseil permanent de la Conférence des évêques de France (CEF), réuni depuis lundi 11 avril a annoncé, mardi, un ensemble de mesures destinées à prévenir les dérives pédophiles dans l’Eglise et à améliorer la prise en compte des victimes par l’Eglise catholique. L’institution tente de sortir de la tourmente alors que le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, est visé par deux enquêtes pour non-dénonciation, notamment à la suite de la mise en examen fin janvier du Père Bernard P. pour des actes pédophiles commis il y a plus de 25 ans sur de jeunes scouts lyonnais.
Le Panda

Collaboration avec la justice Outre la volonté affichée de faire « toute la lumière » sur les affaires même les plus anciennes et de clarifier la conduite qu’il convient de tenir lorsqu’elles surviennent, le président de la CEF, Georges Pontier, par ailleurs archevêque de Marseille, a annoncé la création de « cellules d’écoute » des victimes dans tous les diocèses ou les provinces. Un site Internet permettra d’entrer en contact avec ces structures. « Le respect des victimes, notre devoir à leur égard et les exigences nouvelles du législateur obligent à porter à la connaissance des autorités judiciaires les faits portés à notre connaissance. De même, nous devons prendre les mesures canoniques qui s’imposent et enlever à l’auteur de ces actes toute responsabilité auprès de jeunes ou d’enfants. Notre collaboration avec les autorités judiciaires doit être totale, notre écoute des victimes ouverte et bienveillante », avait déclaré l’archevêque de Marseille dans une tribune au Monde, le 11 avril.
Le Panda

Ce mardi 26 avril, tous les syndicats de la SNCF ont appelé à la grève afin de peser sur les négociations portant sur les conditions de travail des cheminots. De nombreuses perturbations sont à prévoir. La grève organisée ce mardi 26 avril à la SNCF à l'appel de tous les syndicats, pour "peser" sur les négociations en cours sur leurs conditions de travail, devrait perturber fortement le trafic: la direction prévoyait dimanche soir un TGV et un Transilien sur deux en circulation en moyenne. Quatre TER sur dix, et un Intercité sur trois devraient également circuler, a indiqué à l'AFP la direction. Le trafic sera "quasi-normal" sur les grandes lignes internationales, mais il n'y aura pas de train de nuit. Ce mouvement constituera la troisième grève en huit semaines à la SNCF. Les appels à la grève courent de lundi 19h à mercredi 8h, mais la direction ne prévoit pas de répercussions sur le trafic lundi soir. Grève nationale du 26/04 : prévisions de trafic, modalités échange/remboursement sur https://t.co/tupYrBjlLc pic.twitter.com/4YHCRg2C5O
Le Panda

— SNCF (@SNCF) April 25, 2016 Sur le Transilien, si la moyenne sera d'un train sur deux, des disparités sont à prévoir selon les lignes, selon la SNCF. Ainsi la circulation du RER A devrait être normale mais sur la ligne B, on attend un train sur deux, un sur trois sur les lignes C et D et deux sur trois sur la ligne E. Sur les lignes TGV, trois trains sur quatre circuleront sur l'axe Est, six sur dix en Bretagne et Pays-de-la-Loire, un sur deux dans le sud-ouest, le sud-est et le nord. Lors de la précédente grève unitaire, le 9 mars, seulement un tiers des trains avaient circulé. Elle avait été suivie par 35,5% des personnels selon la direction et, de source syndicale, par plus de 60% des conducteurs et contrôleurs
Le Panda

"Un mouvement plus ferme pourrait être envisagé" Mardi ne sera sans doute pas la dernière journée de mobilisation, selon les syndicats. "Un mouvement plus ferme pourrait être envisagé" en l'absence "d'ouverture de réelles négociations prenant en compte les propositions alternatives des organisations syndicales", prévient Thierry Nier, porte-parole de la CGT-cheminots. Ces négociations, menées à l'échelle de la branche et au sein du groupe public, doivent aboutir avant mi-2016 à harmoniser les règles de travail dans le secteur (fret/voyageurs, SNCF/privé). Leur objectif est d'aborder dans de bonnes conditions (de sécurité et sans dumping social) l'ouverture totale à la concurrence. Les échéances se précisent: les lignes TGV devront s'ouvrir à la concurrence à partir de 2020, et les lignes TER/Intercités à compter de 2023. Préavis de grève CGT ECR du 25 Avril à 19h00 au 27 Avril à 8h00 pic.twitter.com/b6ugGssVei
Le Panda

— CGT Cheminots (@cgtcheminots) April 23, 2016 Si, à la différence de la dernière grève, le 31 mars, le mouvement est soutenu par l'ensemble des syndicats, cette unité n'est qu'apparente: ainsi, le syndicat SUD a reproché aux trois autres organisations représentatives d'"abandonner la revendication centrale" d'un décret socle aligné sur la réglementation actuelle de la SNCF. Les discussions ont été engagées sur la base d'un projet de décret du gouvernement, compromis entre les règles en vigueur dans le fret privé et celles de la SNCF, globalement plus protectrices pour les salariés. Au niveau de la branche, les négociations menées avec l'UTP (qui regroupe SNCF et entreprises privées) ont commencé aussi. Le prochain rendez-vous est prévu mardi.
Le Panda

« Hé oh ! la gauche ! » Ce ne sont pas les sept nains, mais plus de vingt membres du gouvernement qui défendent ce lundi soir, à l'initiative du ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll, le bilan du quinquennat pour tenter de remobiliser leur camp. Vaste programme ! Et, cela ne s'invente pas, cette grande réunion se tient… à la faculté de médecine de Paris. La cote de confiance du président et celle de son Premier ministre ont fondu comme jamais sous la Ve République. Le PS enregistre une hémorragie d'adhérents qui ferait paniquer les urgentistes les plus placides. Et ce n'est pas « la be...
Le Panda

Ce lundi, en fin d'après-midi, vingt-cinq ministres, soit plus de la moitié du gouvernement, sont attendus à la faculté de médecine de Paris pour assister au premier meeting du collectif « Hé oh la gauche » lancé par Stéphane Le Foll afin de défendre le bilan du quinquennat de François Hollande. Ségolène Royal (Environnement), Michel Sapin (Finances), Martine Pinville (Commerce), mais aussi des radicaux de gauche comme Jean-Michel Baylet (Aménagement du territoire) et des écologistes comme Barbara Pompili (Biodiversité) seront là.
Le Panda

À la tribune, cinq ministres, dont Marisol Touraine (Affaires sociales), Najat Vallaud-Belkacem (Éducation) et l'écologiste Emmanuelle Cosse (Logement), défendront devant quelque 350 militants socialistes les mesures « conformes aux valeurs de gauche » prises depuis le début du quinquennat, notamment la retraite à 60 ans pour les salariés ayant commencé à travailler jeunes ou encore les 60 000 créations de poste prévues à l'Éducation nationale. La presse de ce lundi raille cette « opération reconquête ».
Le Panda

Hollande, le « fossoyeur de son parti » Pour Yves Thréard, du Figaro, le choix de la faculté de médecine n'est pas anodin pour la tenue de ce meeting : « Tout un symbole ! C'est à la faculté de médecine de Paris qu'une vingtaine de ministres dévoués vont venir, ce lundi, défendre le bilan de François Hollande. L'opération semble désespérée tant la courbe de popularité du chef de l'État est basse et l'électrocardiogramme de ses réformes, plat. À un an de la présidentielle, le réveil du patient relèverait de l'exploit. Au-delà du cas clinique d'un quinquennat raté, c'est la survie du PS qui est en question. » L'éditorialiste n'est pas tendre avec le bilan du président, qu'il juge responsable de la défiance qu'il suscite au sein de son propre parti : « Élu sur un programme dépassé, François Hollande a cru qu'il pourrait colmater les brèches avec sa fameuse boîte à outils. Le bricoleur n'a pas fait illusion longtemps devant l'ampleur des dégâts. Il en paye aujourd'hui le prix, et le PS avec. Il aura non seulement creusé sa propre tombe mais peut-être été aussi le fossoyeur de son parti. »
Le Panda

« Enrayer le Hollande bashing » Paul Caraci, du Midi libre, compare quant à lui Emmanuel Macron aux voitures de la course de Formule E qui se déroulait dimanche à Paris : « Les avions solaires parcourant la planète ou les bolides électriques sifflant dans les beaux quartiers de Paris font rêver à des solutions vraiment nouvelles. Comme celles que prône Macron en politique. Effet domino, il fait sortir du bois la gauche loyaliste, celle des non-frondeurs, convoqués en conclave ce lundi. » Emmanuel Macron s'est distingué la semaine passée par ses déclarations ambiguës sur la politique, et son désir probable d'émancipation du gouvernement. « À un an de la présidentielle, il faut chasser les mauvaises pensées, stopper les bilans à charge, enrayer le Hollande bashing. Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture et porte-parole du gouvernement, réunit donc une vingtaine de ministres et de secrétaires d'État - sauf Macron, bien sûr - à la faculté de médecine de Paris », estime Le Midi libre, avant de qualifier de « chirurgie à la fois réparatrice et préventive » le meeting du collectif « Hé oh la gauche ! ».
Le Panda

Plus optimiste, Hervé Favre, de La Voix du Nord, doute toutefois du succès de cette conférence : « Le choix du lieu - un amphi de fac de médecine, loin des salles géantes d'une campagne présidentielle - montre bien la confiance limitée des organisateurs sur leur capacité à mobiliser autour de la défense du bilan du quinquennat ! » L'éditorialiste revient notamment sur les sondages qui donnent Hollande battu dès le premier tour de la présidentielle de 2017, quel que ce soit son adversaire à droite. « Envers et contre tous les sondages qui annoncent à François Hollande un nouveau 21 avril encore plus sévère, la garde rapprochée du président veut encore y croire », écrit Hervé Favre.
Le Panda

Macron sur la liste noire de Le Foll « Entre méthode Coué et cynisme, les hollandais vont s'employer maintenant à faire partager ces certitudes », constate Daniel Muraz pour Le Courier picard. « En attendant une intervention de François Hollande, le 2 mai, sur le thème la gauche et le pouvoir, Stéphane Le Foll lance aujourd'hui, avec une vingtaine d'autres ministres (mais sans Macron), son opération Hé oh la gauche !, afin de défendre le bilan présidentiel depuis quatre ans et de marteler qu'ils sont bien la gauche. Plus question de triangulation subtile consistant à récupérer les thèses de l'adversaire pour le déstabiliser. Ou de tabous à rompre. Il s'agit au contraire de ressusciter le vieux clivage gauche-droite. Et de tenter de convaincre, au moins, qu'avec les autres, ce sera pire. »
Le Panda

Pour Yolande Baldewek, de L'Alsace, l'absence d'Emmanuel Macron est la preuve du malaise qui règne au sein du gouvernement, à un an de la présidentielle : « Un signe qui ne trompe pas : si 25 ministres sont annoncés pour les réjouissances de ce soir, il en manquera un, Emmanuel Macron. L'impétueux ministre de l'Économie n'a pas été invité par son collègue de l'Agriculture. » Un boycott dû aux récentes déclarations du ministre de l'Économie ? « Durant tout le week-end, les hiérarques socialistes se sont relayés pour commenter les déclarations sur Arte, distillées à partir de samedi, mais diffusées hier soir. La gauche ne me satisfait pas ! a expliqué Macron en répétant qu'il veut réunir les progressistes de droite et de gauche dans le mouvement qu'il a créé. Nous sommes bien de gauche, a répliqué Le Foll, Cambadélis mettant Macron en garde de ne pas finir comme Brutus... qui poignarda César. Car les socialistes adorent l'histoire. Ils ont d'ores et déjà convoqué les mânes de François Mitterrand, dont on célébrera en mai les 35 ans de sa première élection. Sans oublier Léon Blum et les 80 ans du Front populaire. Pas sûr que cela suffise à les réconcilier avec les travailleurs, qui feront grève à nouveau cette semaine... »
Le Panda

Une cinquantaine d'intermittents du spectacle et d'étudiants occupent ce dimanche soir le théâtre de l'Odéon à Paris « pour peser sur les négociations d'assurance chômage », a-t-on appris auprès de la coordination des intermittents. « Nous dénonçons la façon dont se déroulent actuellement les négociations d'assurance chômage. Nous réclamons une refonte de l'assurance chômage », a déclaré à l'Agence France-Presse la Coordination des intermittents et précaires (CIP), alors que les intermittents se préparent à une semaine décisive pour leur régime spécifique.
Le Panda

La garde rapprochée de François Hollande se met en ordre de marche. Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement, doit lancer, lundi 25 avril, le mouvement "Hé oh la gauche!". Objectif : mobiliser l'électorat de gauche en vue de la présidentielle de 2017, à un an de l'échéance. A la veille d'un premier meeting, il est revenu, dimanche 24 avril, sur les raisons de cette mobilisation lors du Grand Jury RTL/LCI/Le Figaro : "Le moment est venu de nous réveiller (...) Je veux m'adresser aux électeurs qui ne sont pas allés voter à plusieurs reprises." Francetv info détaille trois choses à savoir sur ce mouvement porté par 25 ministres, dont Najat Vallaud-Belkacem (Education nationale) et Marisol Touraine (Santé).
Le Panda

Son nom a été largement moqué "L'idée qui est derrière [ce mouvement et ce nom], c'est de se dire que de temps en temps, les procès qui sont faits par une partie de la gauche, par une partie des frondeurs, sur ce qu'on a fait, mérite qu'on leur prouve qu'ils ont tort (...)", a expliqué Stéphane Le Foll sur France info, le 15 avril, au lendemain de l'émission Dialogues citoyens qui devait relancer François Hollande. Bref, le mouvement s'adresse à la gauche. Son message ? "Hé oh la gauche, ne te trompe pas. Parce que pendant que tu nous critiques la droite prépare l’alternative." (vers 11 minutes 30)
Le Panda

Mais cette appellation a suscité bien des railleries. Sur Twitter, certains internautes, comme les journalistes de France info, ont rappelé qu'elle rappelait la chanson des 7 nains (de Blanche-Neige) ou encore celle de Nino Ferrer avec son "Oh ! hé ! hein ! bon !"
Le Panda

Il compte défendre le bilan social de Hollande "N'oublie pas que si tu critiques, on a fait des choses, et en particulier dans les questions de l'éducation, de la santé, du modèle social (...) Ce qui m'a peiné depuis beaucoup de temps, c'est qu'on est dans l'incapacité de défendre ce qu'on a fait", explique Stéphane Le Foll. "C'est un moment de la contre-offensive", pour "rétablir les faits", "faire comprendre ce qu'a été réellement l'action du gouvernement depuis 2011, avec, j'en conviens, des résultats contrastés", commente le patron du PS Jean-Christophe Cambadélis ce dimanche dans le JDD.
Le Panda

Que compte alors mettre en avant le mouvement ? "Nous n’avons pas touché à notre modèle de solidarité, par exemple la Sécurité sociale ou la retraite à 60 ans pour les carrières longues. Nous avons donné de nouveaux droits, avec par exemple l’universalité des droits à la Sécurité sociale, l’augmentation des bourses étudiantes ou encore la prime d’activité, qui bénéficie à 2,8 millions de ménages dont 400 000 jeunes", a développé Stéphane Le Foll dans un entretien au Monde. Mais le bilan de François Hollande est plutôt difficile à défendre, comme le relève le blog Lui Président qui, depuis 2012, passe au crible les promesses, les engagements et les mesures prises par l'actuel locataire de l'Elysée.
Le Panda

Il snobe Emmanuel Macron Il y a visiblement un peu de tension entre certains membres de l'exécutif. Le ministre de l'Economie n'est pas convié lundi au meeting de lancement. "Il n'est pas invité, pas plus que je n'ai été invité à Amiens" au moment où Emmanuel Macron a lancé son propre mouvement "En Marche", s'est justifié le ministre de l'Agriculture, dimanche matin. Pour autant, Stéphane Le Foll s'est prononcé contre un départ du ministre de l'Economie. De son côté, Jean-Marie Le Guen, secrétaire d'Etat en charge des relations avec le Parlement, a appelé Emmanuel Macron à ne pas jouer les "Brutus", référence à celui qui a porté un coup de couteau mortel à César. Outre le ministre de l'Economie, les frondeurs ont également été boudés. Mais 25 ministres sont attendus à l'université Paris-Descartes. Parmi eux, liste Le Journal du Dimanche : les socialistes Najat Vallaud-Belkacem et Marisol Touraine, l'écologiste Emmanuelle Cosse ou bien encore le radical Jean-Michel Baylet...
Le Panda

L'accueil était pourtant chaleureux avec tapis rouge à l'aéroport, et même des jeunes écolières aux couleurs tricolores devant le palais présidentiel du Caire. François Hollande, arrivé dimanche 17 pour une visite d'Etat de 48 heures en Egypte, a eu droit à une Marseillaise "massacrée" par la fanfare de l'armée égyptienne selon des journalistes sur place.
Le Panda

L'hymne français joué devant le palais présidentiel du Caire dimanche devant le président français et son homologue égyptien Abdel Fattah Al-Sissi ainsi qu'une délégation d'une trentaine de chefs de grands groupes français et de PME, sonnait bien faux. François Hollande est au Caire en provenance du Liban, première étape d'une tournée au Moyen-Orient qui doit également le conduire en Jordanie. Et ce ne serait pas la première fois ! Comme le montre Le Point, les oreilles de Vladimir Poutine ont également eu droit, en février 2015, à une version assez destructurée de l'hymne russe.
Le Panda

Au premier jour d’une visite en Allemagne, dimanche, le président américain et la chancelière allemande ont mis leur poids dans la balance pour défendre le projet d’accord de libre-échange UE-USA, malgré l’opposition croissante qu’il suscite des deux côtés de l’Atlantique. Barack Obama a souhaité que les négociations sur ce traité, connu sous ses acronymes TTIP et Tafta et actuellement dans l’impasse, soient bouclées d’ici à la fin de l’année. Il a par ailleurs salué la politique généreuse à l’égard des migrants adoptée par la chancelière malgré les critiques, estimant qu’elle se situait « du bon côté de l’histoire ».
Le Panda

Situé sur les bords de l’Euphrate, le camp de Nizip-2, dans le sud-est de la Turquie, où vivent 5 000 réfugiés du conflit syrien, attendait de pied ferme, samedi, la visite du trio de hauts responsables européens – la chancelière allemande, Angela Merkel, le président du Conseil européen, Donald Tusk, et le commissaire Frans Timmermans –, accompagnés par Ahmet Davutoglu, le premier ministre turc. Casse-tête sécuritaire, ce déplacement visait avant tout à promouvoir la bonne marche de l’accord sur les migrants signé le 20 mars entre la Turquie et l’Union européenne. Cette tournée médiatique a été vertement critiquée par les ONG et les défenseurs des droits de l’homme, qui ont dénoncé une opération de communication.
Le Panda

Au cœur de la nuit abidjanaise, entre samedi et dimanche, l’artiste congolais Papa Wemba s’est effondré en plein concert. Le chanteur, surnommé le « roi de la rumba congolaise », est mort à la suite de ce malaise, à l’âge de 66 ans. Fondateur du label « Viva la Musica », en 1977, il avait découvert et influencé des générations de musiciens africains. Il est aussi le créateur et le « pape » du mouvement de la SAPE, société des ambianceurs et des personnes élégantes à la fin des années 1970.
Le Panda

Une évacuation musclée. Les forces de l'ordre ont dispersé, dans la nuit du jeudi 28 au vendredi 29 avril, entre 1h30 et 2 heures, plusieurs centaines de personnes, qui refusaient de quitter la place de la République à Paris. Elles étaient sur place pour un nouveau rassemblement de Nuit debout, mouvement entamé le 31 mars. Mais celui-ci n'était autorisé que jusqu'à minuit. A l'évidence le "Gouvernement" en place tel le précédent sont RESPONSABLES de cette guerre sociale, nous le traitions déjà.
Le Panda

Jeudi matin, la préfecture de police de Paris avait pris un arrêté pour interdire le rassemblement après minuit. Tout cortège partant de la place de la République, ainsi que le stationnement de véhicules légers et la diffusion de musique dans la nuit de jeudi à vendredi, étaient aussi prohibés, "pour des raisons de sécurité et afin d'assurer la tranquillité publique aux abords du lieu du rassemblement".
Le Panda

Des véhicules brûlés A plusieurs reprises dans la soirée, quelques jeunes, tournant autour de la place, ont jeté des bouteilles en verre sur les forces de l'ordre. Gendarmes et CRS bloquaient les issues de la place. "Dispersez-vous", a sommé un policier muni d'un porte-voix, place de la République. Puis les forces de l'ordre ont utilisé des grenades lacrymogènes et assourdissantes pour déloger les manifestants, selon des journalistes.
Le Panda

La police a progressivement fait reculer les manifestants dans les rues adjacentes. Deux Autolibs et deux scooters ont été brûlés à quelques centaines de mètres de la place, comme en témoigne ces photos d'un reporter du Parisien. Une structure ronde faite de palettes et surmontée d'un toit, montée au cours de la soirée, a rapidement été saisie par les policiers. Vingt-quatre gardes à vue Au total, 27 personnes ont été interpellées. Vingt-quatre d'entre elles ont été placées en garde à vue pour jets de projectile sur les forces de l'ordre, violences et dégradations dans Paris après cette dispersion. "Jusqu'à 3h30, les forces de l'ordre ont subi des jets de projectiles. On ne dénombre aucun blessé, ni du côté des forces de l'ordre, ni de celui des manifestants", affirme la préfecture de police. Elle précise que les gardés à vue feront "l'objet de poursuites judiciaires".
Le Panda

Le bras de fer continue. Depuis plusieurs semaines, des manifestations contre la loi travail portée par Myriam El Khomry se poursuivent par les rassemblements Nuit Debout. Dans plusieurs villes françaises, des militants se mobilisent et squattent les grandes places des agglomérations durant des nuits entières. Ces deux mobilisations sont pacifiques a priori. Sauf que les manifestants sont souvent rejoints par des casseurs qui affrontent avec violence les forces de police, soit en marge des cortèges, soit dans la nuit. Dans la nuit de jeudi à vendredi, 27 personnes ont été interpellées à Paris. 24 ont été placées en garde à vue. Le préfet de police de Paris a évoqué des «violences inqualifiables». Tandis que le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, demandait jeudi soir aux organisateurs de «condamner, avec la même fermeté que moi, (...) les violences à l'encontre des forces de l'ordre».
Le Panda

Coutumier de points de vue assez radicaux, le député Les Républicains des Alpes-Maritimes Eric Ciotti « demande très clairement l'interdiction des manifestations, l'interdiction de Nuit debout sur la place de la République, avec une évacuation de la place de la République à Paris. Et je demande également des sanctions les plus fermes possible contre les casseurs, contre ceux qui hier (Ndlr : jeudi) ont blessé plusieurs dizaines de policiers», réclame-t-il au micro de RMC. Et le président du conseil départemental des Alpes-Maritimes ne s'arrête pas là. Il «demande la dissolution des mouvements d'extrême gauche très violents qui légitiment la violence». Pour lui, «le gouvernement a fait preuve d'une mansuétude coupable à l'égard de ces manifestants, à l'égard des violences».

haut de la page

J’AIME DE + EN + LIRE SUR LISEUSE !

Jean-François Pissard 2016-04-21 11:00:11

Amour liseuses L’idée a cheminé, je me rends compte qu’une telle idée a besoin de cheminer. Comme pour tout objet nouveau, j’ai commencé à utiliser une liseuse, en marge de mes lectures de livres papier. En marge. Et puis petit à petit, mes lectures sur liseuse ont grignoté sur mes lectures de livres papier ; pour finalement les mettre à la marge. Pourquoi ? Je me suis demandé pourquoi ? J’y ai réfléchi ; et j’ai trouvé ces raisons et motivations... ? Le confort de lecture, en premier lieu, m’a sauté aux yeux. Avant, quand j’allais me choisir un livre à la bibliothèque je m’arrêtais sur le titre, l’auteur, le résumé, j’ouvrais le livre et j’en lisais un peu. Si les lettres étaient d’une police mal adaptée à mon confort de lecture, si elles étaient trop petites, si le livre était mis en page de façon peu aérée, avec de gros pavés de textes..., alors j’abandonnais ! En liseuse, on passe outre ces problèmes. Il m’est possible de choisir entre plusieurs polices de caractères, et possible de régler la taille de la police. Pour les pavés de textes dans lesquels il est difficile de rentrer, cela n’existe pas en liseuses, puisque je fais défiler le texte sur mon écran, qui est de taille moyenne et qui ne peut accueillir que peu de texte à la fois. De plus, le fait de lire page à page, d’avoir une vue globale de la page à lire, est plus digeste que d’avoir sous les yeux deux pages d’un livre ouvert, avec une vue panoramique sur les pavés de textes des deux pages. ? La confortable ergonomie de la liseuse comparée au livre papier. C’est une personne de ma connaissance qui m’a amené à cette constatation. Elle lisait un gros bouquin, à couvertures semi-cartonnées en plus, vous savez du style : "De Gaulle, mon père", par Philippe De Gaulle. Alors que je lui demandais si c’était bien ? Elle me répondit que c’était lourd ! Le style du livre ? lui demandais-je. Non, le poids du livre, me répondit-elle ! Alors, c’est vrai que tous les livres ne sont pas lourds, qu’il y a des livres de poche, mais quand même !?... Avez-vous remarqué les efforts qu’il faut faire pour tenir un livre. Le tenir à deux mains, ou d’une main, en le bloquant ouvert avec une gymnastique des doigts qui, à force, est crispante. Mal aux doigts, à la main, et au poignet. Avez-vous observé, de plus, la gymnastique que font ceux qui lisent des livres, allongés sur la plage !? Pas vraiment détendus des muscles du haut du corps, et finalement de ceux du bas non plus. Avec la liseuse, c’est plus simple. D’abord, elle n’est jamais lourde, au plus 200 g (la mienne fait moins). Ensuite, elle se tient vraiment d’une main, naturellement, sans efforts crispants. Pour lire en extérieur, les dernières générations de liseuses sont équipées d’un filtre spécial permettant de lire confortablement au soleil. Et cela fonctionne ; vraiment ! Si je lis dans l’obscurité et que la luminosité me pète les yeux, alors j’en réduis l’intensité. ? Je perds des plaisirs à lire sur liseuse... Oui c’est vrai : je perds le plaisir de fourrer mon nez dans les pages entrouvertes, d’inspirer profondément et de humer la bonne odeur d’encre fraîche, qui me ramène à mes plaisirs et découvertes de lectures de l’enfance quand je rêvais dans mon lit aux aventures merveilleuses de mes héros. Oui c’est vrai : je perds le plaisir du toucher de mes doigts sur ces pages si fines et fragiles qu’il faut tourner délicatement si l’on ne veut pas abîmer les mots qu’elles portent. Je perds le plaisir de caresser la couverture du livre que certains éditeurs choisissent particulièrement soyeuse ; c’est de l’ordre de caresser la peau d’une femme, celle du dos de la main d’un enfant. Oui c’est vrai : je perds le plaisir de prendre mon lire, une fois terminé de lire et d’aller lui trouver sa place parmi ses congénères dans la bibliothèque. Ensuite, je n’y toucherai plus, ou alors si !, mais j’y vois de l’esthétisme et je sais qu’il est là, et cela me plaît, me sécurise... Oui c’est vrai : je perds le plaisir de montrer, démontrer, faire savoir que je suis quelqu’un/e qui aime les livres (lettré/e, donc), mais attention pas n’importe quels livres : les vrais, ceux qui sont en forme ‘d’œuvre d’art’, en carton et en papier, avec de la belle décoration sur la couverture, parce que les mots qui sont dedans méritent bien cette valorisation artistique, n’est-ce pas !?... Oui c’est vrai : avec la liseuse, objet technologique nouveau je perds les plaisir de ces habitudes, si plaisantes et sécurisantes. ? Je perds des plaisirs à lire sur liseuse... et j’en gagne d’autres... J’en ai évoqué quelques-uns plus haut. Et il y a aussi, ces nouveaux plaisirs, comme celui... de télécharger des livres partout et tout le temps (dans mon lit, à la plage, à midi, à minuit). De télécharger des ebooks à petits prix, voire gratuits. De bénéficier de promos permanentes sur les sites de téléchargements. D’avoir accès à des livres introuvables ailleurs, ebooks d’auteurs pros et aussi d’amateurs. De pouvoir lire les présentations de livres et d’extraits, histoire de voir si ça me plaît. De me faire une idée en lisant les commentaires de lecteurs. De pouvoir sélectionner sur le livre un passage super et de me l’envoyer par email, de ma liseuse sur mon ordinateur (il y a une fonction) et ensuite en faire ce que bon m’en semble... Oui, il y a des avantages et des avancées liées à la lecture sur liseuse... Comme pour tout, il faut un peu de temps pour se laisser séduire par la liseuse... Perso, le temps a fait son effet sur moi, je me suis laissé séduire... Mais comme je suis un amoureux fidèle, j’aime toujours et je lis toujours des livres papier. JEAN-FRANÇOIS PISSARD   Mes 3 coups de cœurs ebooks du moment : ‘Araldus’, roman d’un homme du Moyen-Âge > https://lc.cx/4BHs ‘Dieu en 1970’, roman chroniques d’un village en 70 > https://lc.cx/4BHe ‘Le journal d’une dépression’, les notes d’un patient en psy > https://lc.cx/4BHn Retrouvez-moi sur Facebook Devenons amis > https://lc.cx/4BHd

Commentaires

Le Panda

Bonjour Jean-François L’idée a cheminé, je me rends compte qu’une telle idée a besoin de cheminer. Comme pour tout objet nouveau, j’ai commencé à utiliser une liseuse, en marge de mes lectures de livres papier. En marge. Et puis petit à petit, mes lectures sur liseuse ont grignoté sur mes lectures de livres papier ; pour finalement les mettre à la marge. Je suis de Clermont-Ferrand pour des raisons et motifs importants de santé. Toutefois à la "vision" de ta décoration d'article je me suis juste posé la question avant d'entrer dans le vif du sujet? Je préfère et de loin le tableau de TA LISEUSE et lire avec ELLE, mais l'on peut toujours rêver, plutôt que de me servir y compris de mille "liseuses". J'ose croire que ta maisonnée va bien transmets toutes mes amitiés à Madame et toi "gredin" ne te laisse pas vautrer sur les liseuses ou il est possible que tu ouvres une boutique d'allongés. Amicalement, Le Panda Patrick Juan :mrgreen:

haut de la page

MEURTRES EN AMONTS

Le Panda 2016-04-20 08:12:37

IL SAVAIT COMPRENDREC’est Jean Marie Le Guen qui a allumé la mèche et c’est Stéphane Le Foll qui se charge d’éteindre l’incendie. Lundi soir sur BFMTV, le secrétaire d’Etat charge des relations avec le Parlement a expliqué que la prohibition du cannabis en France mérite d’être discutée. Et les réactions hostiles à droite n'ont pas tardé. Invité de France 2, le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll a donc tenu à assurer que la position exprimée par Jean-Marie Le Guen n'est pas la position du gouvernement.   Le ministre de l'Agriculture a insisté pour expliquer que son collègue du gouvernement exprimait une position personnelle qu'il avait déjà exprimée auparavant.    LE ROI DU MYSTEREIl n'y a aucune piste de travail ni de réflexion engagée au gouvernement sur cette question», va-t-il encore martelé. Le Parti socialiste veut débattre, c'est tout à fait légitime, mais il n'y a pas sur ce sujet d'autres positions que celle qui a été exprimée par le Premier ministre et le président de la République, a ajouté Stéphane Le Foll.   IL PREFERE PARTIR A JAMAISPour le moins que l’on puisse dire il y a différentes vitesses dans le PS qui a l’ai de se noyer, lorsque les bruits courent que Monsieur François Hollande au même titre que Monsieur Nicolas Sarkozy plus de 80% des électeurs de la France n’en veulent surtout pas. Fabriquer des morts en amonts pour enrichir les turbulences que la majorité des Chefs de l’Etat de France ont causés depuis plus de quarante années. Il serait difficile d’y croire dans la mesure où l’on ne prenne pas le soin de regarder, écouter la réalité du film de Verneuil : Le Président. Film complet en français. Il n’est pas difficile d’expliquer le pourquoi du comment, mais cela ne fera rien avancer du tout en l’état actuel dans lequel les Européens se trouvent. Voilà que pour conduire aux marches de l’échafaud, comme l’exprimait le non moins célèbre Alfred Hitchcock, que cela se passe dans n’importe lesquels de ces films, eux sont pris : UN FIN DE FOLIELa Main au Collet. Puis ensuite prenons-les en herbes dans Psychose, ceux qui ne comprennent pas encore car ces films sont anciens il suffit d’avoir le courage de le regarder. Mais ce n’est pas les raisons pour lesquelles traverseras trois continents dans les années 1993 1994 un extrait du film réalisé sur les conséquences D’Un Autre Monde. Mais comme souvent certains demandent à certains d’aller voir si l’herbe est plus verte ailleurs, nous nous souvenons d’un chef-d’œuvre et non des moindres qui porte diverses couleurs, mais une essentielle finalité : Oui il s’agit bien de ce film La Ligne Verte, pour ceux qui ne l’aurait pas vu, il faut surtout avoir le courage de le regarder, nous avons la possibilité de vous l’offrir il vous suffit de le visionner en ce lieu. Les manifestations, les meurtres, les crimes qui frappent l’Europe ne sont nullement le fruit du hasard, il semble que la jeunesse ait viré une page de son histoire, mais rendre responsable ce qui prennent ou souhaitent trouver le goût à la vie en assurant leurs avenirs. Il en va presque de même lorsque l’on constate les marasmes qui se passe dans toutes les religions sans exception et de là, pour arriver ici chacun tente de vouloir donner des leçons à l’autre. LES SONDAGESC’est un scandale ou un honte lorsque l’Etat du Vatican refuse le représentant de la France arguant de son homosexualité, mais c’est un peu à l’image d’une carte postale envoyée de l’intérieur du Vatican via n’importe quelle destination, la dite carte n’arrivera jamais. Là, aussi ne cherchez pas à comprendre, les croyances et les religions semblent deux mondes tout à fait différents mais les historiens sont à chaque époque là pour en parler et laisser traces de ce que les hommes font comme dégâts. Le Silence des Agneaux peut ouvrir le regard vers un autre monde, à quel instant il faudra comprendre que le silence n’apporte rien de positif. Il sera difficile de comprendre Le Poids du Silence, qui frappa en pleine figure le sens de la pédophilie, il est plus que dur de comprendre les deux œuvres qui se suivent, mais l’on trouve le libertinage de Pedro Almodovar tout au long de sa jeunesse qui en fit l’homme qu’il devenir ! La cruauté des mots utilisés laissent augurer de La Mauvaise Education, le film qui le fit découvrir dans son succès où il paye de nos jours les conséquences des paradis financiers. Comme le disent certains il est presque impossible de vivre de l’un sans tirer bénéfice de l’autre. Nous sommes à divers titres assis sur des barils de poudres et d’armes d’explosifs tels TNT qui passe les frontières en tuant des innocents, mais les meurtres sont les mêmes à des degrés divers, que plus personne n’arrive plus ou presque à connaitre ou comprendre les propres siens. AUNCUN HUMANISMEDans le monde actuel ne pas se reconnaitre comme un marginal, homosexuel, fait partie d’un univers ou la majorité a bien des difficultés à comprendre qui il, elle ait sans comprendre jusqu’où chacun est capable d’aller.   Lorsque que l’on constate de Monsieur Macron à lui seul réalise une stabilité plus importante que le président de la République et que le 1er Ministre il y a de quoi et même plus de quoi de surprendre tout un chacun. A ne pas en douter lorsque l’on chasse les soits-disantes sorcières pour le direct de Monsieur François Hollande pour des raisons non divulguées et qu’il en est de même pour une autre personne, la transparence baigne dans un bocal de mazout mais cela sent moins mauvais que Les bienfais du Guanole Guano plus connu des professionnels de la pêche comme étant la merde des oiseaux puis les excréments de chauvesouris qui déposent en plus des poissons morts leurs propres vidanges qui sont loin d’être des paradis fiscaux. Les premiers nommés sont productifs et enrichissent la terre, alors que les seconds pillent dans tous les des termes la valeur du travail de ceux qui mouillent leurs chemises au sens noble de l’expression. A ne pas en douter ceux qui l’ont vu savent parfaitement finit Le Grand Bleu et le repos éternel démontre qu’aucun record de ce style ne peut être battu. THE GREEN MILE Peut-on être croyant, face à de telles disparités? Agnostique et profondément laïc. La vie et en l’homme, tout en sachant qu’il est profondément mauvais et profondément bon en même temps. Tout le travail de la vie est de trouver en soi des forces créatrices plutôt que destructrices. QUEL REALISME DE VRAIS PROPOSCertains ont besoin de support, comme les croyances monothéistes, pour cela. Au fond, il y a une sorte de religion dans l’acte théâtral et artistique que chacun mène, qui doit consister à nous relier Les Uns et les Autres. L’époque de la guerre froide à savoir qui mentirait le mieux, nous sommes dans une époque de guerre chaude ou les morts tombent devant les leurs sans aucune défense possible, sinon que ce que nous vivons que peut en certaines circonstances qu’entrainer un désir plus fort de vengeances ! Traitant ces sujets de pleine actualités, je suis tombé sur un des ouvrages de ma bibliothèque trouvez les sources ci-dessous et il me semblait qui sans vouloir faire confusion il serait utile de porter à certaines connaissances jusqu’où le côté violent de toutes sortes d’êtres humains peut détruire ou construire au point qu’une certaine forme de terreur gagne les cellules familiales qui se désintègrent ! L’enfant tyran ou de la violence intrafamiliale par Catherine Perrin du même auteurExtraits Étudiante en DEA de sciences humaines : Laboratoire CPPC (Cliniques psychologiques, psychopathologiques et criminologiques) Université Rennes 2 Haute-Bretagne 6, avenue Gaston Berger, 35043 Rennes Cedex  L’actualité quotidienne nous informe régulièrement sur des affaires de pédophilie, de maltraitance et de délinquance, problèmes qui mobilisent un nombre grandissant de professionnels de la santé, du social, de la justice, de la criminologie et de la psychologie, et sont étudiés par de nombreux chercheurs. Si l’on évoque de plus en plus souvent ces situations délictueuses, ce n’est pas tant que certaines de celles-ci soient en augmentation constante, et encore moins qu’elles soient nouvelles, c’est plutôt pour lever le voile sur ce qui était encore considéré comme tabou il y a quelques décennies. L’objectif de ces dénonciations au grand public d’affaires de pédophilie, de maltraitance ou de délinquance est de sensibiliser la population sur ce qui peut arriver, un jour ou l’autre, à tout un chacun, bref de faire, d’une manière souvent détournée et implicite, de la prévention. Plus directement, cette prévention se fait dans les écoles, les associations, les hôpitaux. campagne Contre Inceste Mais que dire du problème particulier des parents martyrs, maltraités (physiquement et psychologiquement) par leurs propres enfants ? Ces derniers, si mignons quelque temps auparavant, deviennent un jour de véritables tortionnaires, n’hésitant pas à imposer leur loi, celle du plus fort, au sein du foyer, pour finir par s’ériger en maîtres absolus face à des parents dépassés par une situation presque irréelle à leurs yeux. Cette situation, digne des meilleurs ouvrages de série noire, n’est malheureusement pas fictive. Jean-Pierre et Laetitia Chartier relatent dans leur ouvrage Les parents martyrs (1993) le cas clinique de Florent, adolescent de 15 ans, exemple effrayant de ce dont sont capables ces enfants tyranniques. « Depuis plus d’un an, Florent était le maître du pavillon. Dès son retour du lycée, il s’installait confortablement dans le meilleur fauteuil du salon, face à la télévision, une carabine à plomb sur les genoux. Eux-mêmes [ses parents] étaient relégués dans la cuisine d’où ils ne pouvaient sortir que pour lui servir ses repas ou lui apporter quelque objet. Mettaient-ils trop de temps à obtempérer, ils avaient droit à une giclée de plomb dans les fesses, ce qui avait conduit, un soir, Monsieur Dupont à se sauver par la fenêtre en criant : “Au fou ! À l’aide !” Quand un plat déplaisait à Florent, il les mettait à la porte jusqu’au lendemain. Mais lorsque, pour en finir avec les disputes, il arrivait au père de sortir le soir, Florent l’attendait dans le jardin, un couteau à la main, pour lui apprendre à s’absenter sans son autorisation ! » Que de haine chez ces tortionnaires ! Cette situation clinique nous montre bien à quel point certains parents sont rendus esclaves de et par leurs propres enfants. CONFRONTATIONSCe problème de violence intrafamiliale reste malheureusement méconnu, non que l’on n’ait pas conscience de son existence, mais parce que d’autres problèmes apparaissent probablement plus urgents à traiter. Il semblerait finalement que ce phénomène particulier de maltraitance reste un tabou dans notre société, car dérangeant, inacceptable, incongru, tout comme a pu l’être la pédophilie il y a quelques années. Portrait de l’enfant tyrannique L’enfant ou l’adolescent tyrannique se présente généralement comme un individu doté d’une violence physique et/ou verbale inappropriée s’exerçant à l’encontre de ses parents. Plus spécifiquement, c’est son excès d’autorité, assorti d’exigences incessantes et souvent de menaces et de chantage en tous genres, qui lui confère ce statut de tyran. Les exigences de l’enfant deviennent intolérables dès lors que, outrepassant les limites de ce qui est acceptable pour tout un chacun, elles contraignent les parents à réaménager leur vie en fonction de celle de l’enfant tyrannique, les obligeant ainsi, et contre leur gré, à s’aligner sur les désirs de celui-ci. Il existe en outre une autre forme d’exercice de la tyrannie, celle-ci n’étant pas souvent perçue comme telle : il s’agit de la tyrannie qu’adopte implicitement et de manière détournée celui que l’on nomme l’enfant roi. L’enfant-roi n’est pas violent physiquement. C’est son manque de reconnaissance, son sentiment d’insatisfaction exprimé de manière exacerbée, et surtout sa grande intolérance à la frustration, qui caractérisent sa tyrannie, toujours invivable aux yeux de ses parents, et perçue comme pouvant menacer le bien-être et l’équilibre de la famille. Un problème tabou RESULTAT MERE FILLE LA LIBERTE SEXUELLESi ce phénomène de parents maltraités reste actuellement un sujet tabou, dont on ne parle pas ou très peu, c’est peut-être parce que les parents martyrs eux-mêmes se défendent d’ébruiter ce problème. On respecte ainsi leur silence, et ce à leurs dépens. C’est ainsi que peu d’études sont menées sur ce sujet et l’on ne saurait dénombrer de manière précise le taux de parents maltraités, car il semble évident que ceux d’entre eux qui se font connaître auprès des magistrats ou des psychologues ne représentent qu’une infime partie de tous ceux qui se trouvent en position de victimes réelles ou potentielles d’enfants tyranniques. Pour les professionnels, le problème existe bel et bien. Toutefois, telles les maladies dites « orphelines » en médecine, son étude reste quelque peu occultée par d’autres problèmes plus voyants et surtout plus susceptibles de susciter une demande d’aide. De plus, ce phénomène de maltraitance reste souvent indécelable par les professionnels, car il s’exerce presque exclusivement au sein de la famille. L’enfant tyrannique se montre, le plus souvent, parfaitement sociabilisé à l’école et dans son groupe de pairs. C’est ainsi que, sans sujets d’étude (les parents martyrs), il n’y a pas d’étude possible du problème. Et quand bien même un échantillon est établi, il est très souvent trop restreint pour que son étude soit objectivable et que ses résultats revêtent un caractère généralisable et soient dignes d’être pris, scientifiquement, en considération. Pourquoi ce problème semble-t-il ne pas intéresser les médias en particulier et tout un chacun en général ? Est-ce par manque d’informations susceptibles de donner matière à discussion ? Sans doute, mais pas seulement. Probablement est-ce également parce qu’il n’entrave pas le bon fonctionnement social. Dans la mesure où il s’agit d’une affaire de famille (et non pas, comme pour la délinquance ou la pédophilie, d’un véritable malaise social), personne ne semble se sentir concerné et donc menacé par ce problème. Mais alors, que dire de la violence conjugale ? N’est-elle pas, elle aussi, un problème familial interne ? Pourtant, on s’y intéresse de très près, de nombreuses associations d’aide aux femmes battues voient le jour chaque année dans notre pays. Toutefois, dans ce mode de relation conflictuelle, il s’agit de l’attaque d’un homme doté d’une force supérieure à celle de sa femme, ce qui apparaît comme quelque chose de profondément inacceptable moralement et donc mobilise notre soutien et notre compassion. Dans nos représentations, il nous semble inconcevable qu’un enfant puisse s’attaquer à un homme ou bien même à une femme. Et pourtant… Ce serait sans penser à la force des mots et du caractère de l’enfant. Mais cela paraît tellement inimaginable qu’il est difficile d’accepter cette idée et de se donner une vision objective du problème. Le silence des parents victimes SUJETS DEJA TRAITESÀ la suite de ces constats, une question inévitable taraude notre esprit : pourquoi est-il si difficile pour ces parents de demander de l’aide auprès de professionnels qualifiés dans ce genre de problèmes ? Jean-Pierre et Laetitia Chartier (1993) ont mentionné le fait que certains parents entreprennent une démarche uniquement dans le but qu’on « sauve » leur enfant, alors que c’est eux qui ont besoin d’être sauvés. Cette forme inadaptée de demande d’aide ressemble à une manière détournée de pallier tant bien que mal le problème, les parents admettant son existence, mais la niant devant autrui en affirmant haut et fort que l’enfant est sa propre victime et que lui seul a un problème. Sans doute espèrent-ils intimement que l’aide apportée à l’enfant leur sera également bénéfique. En outre, le silence des parents sur la maltraitance dont ils sont victimes relève sans doute d’une honte, d’une humiliation d’avoir échoué là où d’autres réussissent si bien dans l’éducation de l’enfant, de n’avoir pas su lui apporter les bases solides nécessaires à un développement harmonieux pour lui-même, mais aussi pour son entourage. Par ce silence, les parents dénient le fait qu’ils n’ont pas tout mis en œuvre ou tout simplement qu’ils ne sont pas qualifiés en tant que parents, et ils tentent de se prouver qu’ils peuvent s’en sortir sans avoir recours à un soutien extérieur. D’autres parents en arrivent à se sentir coupables d’être les victimes d’enfants par ailleurs si agréables à l’extérieur. Ils se sentent coupables d’être faibles (ce qui n’est pourtant pas vraiment le cas) alors qu’ils se doivent à eux-mêmes de représenter pour l’enfant un modèle de force et de courage. Comment peut-on leur reprocher de ne pas vouloir qu’on les culpabilise encore davantage par des discours tels que : Madame, Monsieur, vous vous laissez faire lamentablement par un enfant odieux. Vous ne devez pas vous résigner et baisser les bras. Relevez la tête et faites face ! Après tout, n’est-ce pas de votre faute s’il est ce qu’il est ? Vous l’avez laissé faire à sa guise. Et vous osez vous plaindre maintenant ? Certes, il ne s’agit pas d’un discours général, mais plutôt de celui que ces parents craignent et ne veulent à aucun prix qu’on leur tienne. Une origine du problème : des relations parents-enfant défaillantes Certains parents ont ainsi échoué en tant que parents, ne s’étant probablement pas donné tous les moyens nécessaires à une bonne éducation de leur enfant. Souvent, c’est par méconnaissance du rôle et de la fonction qu’ils doivent remplir auprès de lui. Il apparaît difficile de culpabiliser de tels parents, sachant qu’ils pensent agir en toute bonne cause, ne cherchant en rien, bien au contraire, à nuire à l’enfant dans son épanouissement personnel. Il existe toutefois de mauvais parents, et ce par négligences graves ou par abus de pouvoir et d’autorité, ces abus s’assortissant de violences en tous genres, tant sur le plan physique que psychologique. Ces parents peuvent être considérés comme non seulement responsables, mais également, pour certains d’entre eux, coupables de l’émergence de la violence intrafamiliale de leur enfant, car toute négligence ou abus est une forme de maltraitance. Arrêtons-nous quelques instants sur cette assertion et considérons les manquements et abus susceptibles de produire un enfant tyran, en gardant toutefois à l’esprit que la violence intrafamiliale de l’enfant n’est pas uniquement le fruit de défaillances parentales pathologiques. Car ce serait être dans l’erreur manifeste que de s’imaginer que tous les parents d’enfants tyranniques sont responsables de cette situation particulière de maltraitance. UN ETAT DE SANTELa projection narcissique des désirs des parents sur l’enfant Beaucoup d’entre nous souhaiterions déceler chez notre enfant des qualités exceptionnelles que nous-mêmes aurions aimé avoir durant notre propre enfance. Cette recherche de l’enfant parfait et admirable est, le plus souvent, battue en brèche par la réalité qui dévoile un enfant pourvu, certes, de qualités, mais également de nombreux défauts. L’enfant parfait, idéal n’existe pas, et cela est reconnu et accepté par la majorité des parents qui, pendant un instant, s’étaient laissé bercer par cette douce illusion. Mais certains parents ne parviennent pas à faire le deuil de cet enfant imparfait qu’ils ont été et, pathologiquement, effectuent une projection narcissique de leurs propres désirs sur l’enfant, recherchant en celui-ci l’être idéal qu’ils n’ont pas été et auraient aimé être. C’est ainsi qu’ils lui dictent une conduite à tenir, l’empêchant par-là de s’accomplir personnellement. N’est-ce pas une certaine forme de maltraitance que d’interdire à l’enfant de faire ses propres expériences de la vie, et ce par pur égoïsme et narcissisme parental ? Déjà en 1914, Sigmund Freud écrivait à ce propos, dans son texte intitulé Pour introduire le narcissisme (Freud, 1969), que « les lois de la nature comme celles de la société s’arrêteront devant [l’enfant], il sera réellement à nouveau le centre et le cœur de la création. His Majesty the Baby, comme on s’imaginait être jadis. Il accomplira les rêves de désir que les parents n’ont pas mis à exécution, il sera un grand homme, un héros, à la place du père ; elle épousera un prince, dédommagement tardif pour la mère ». Quatre-vingts ans plus tard, Juan Manzano, Francisco Palacio Espasa et Nathali Zilkha (1999) reprennent l’idée de Freud et formulent le concept de « scénarios narcissiques de la parentalité », ceux-ci étant constitués d’une projection des désirs des parents sur l’enfant ou, plus exactement, selon ces auteurs, d’une identification projective de nature narcissique. « L’enfant va réagir aux pressions fantasmatiques des parents en fonction de ses propres motivations, notamment son besoin d’attachement et de “holding” suscité par ses propres pulsions et défenses. » C’est ainsi que l’enfant va manifester un besoin d’être reconnu en tant qu’individu capable de penser par et pour lui-même et non plus comme « l’ombre des parents ou de leurs objets internes ». Pour se déprendre de leur emprise, il va adopter des comportements d’opposition, puis, parfois, en cas d’échec, des comportements agressifs et violents à leur encontre. L’enfant tyran est né. La brutalité éducative La maltraitance trouve sa source également dans la brutalité éducative des parents, ceux-ci confondant malencontreusement éducation et dressage, autorité et despotisme. Selon Diane Drory (1997), « pour ces parents, le pouvoir est quelque chose de radical qui sert d’antidote à la peur de ne pas être maître de la situation. Leur histoire personnelle leur a donné l’idée qu’être parent, c’est être le maître, celui qui “peut tout”, celui qui ne se trompe jamais. Voilà une illusion bien lourde à porter, alors même que ce parent sait très bien qu’il n’est pas infaillible ! » La brutalité éducative ne suppose pas nécessairement l’emploi de la force physique. Bien des parents se tournent vers ce qu’Alice Miller (1984) définit comme la « pédagogie noire », faite non seulement de châtiments corporels, mais également et plus insidieusement d’un ensemble de « mesures plus raffinées les unes que les autres […], prises “pour le bien de l’enfant” mais dont il ne peut guère percer à jour la nature profonde et qui ont précisément de ce fait des conséquences catastrophiques sur son existence ultérieure ». Manipulation, mépris et persécution de l’enfant dans toute sa faiblesse, répression de la vie, de la créativité et de la sensibilité en lui : tels sont les principes éducatifs adoptés par des parents quelque peu pervers. Comment s’étonner qu’un tel enfant (auquel on n’a pas permis de libérer sa colère et sa violence au nom de ce principe éducatif), dans un élan de révolte et incapable de comprendre la fureur qui l’assaille, se mette, une fois devenu adolescent, à brutaliser père et mère ? Comment s’étonner encore qu’en quête d’altérité et d’autonomie cet enfant adopte un mode de défense agressif et violent envers ses parents, et ce pour marquer une différence, une limite entre lui et eux ? L’axe incestueux mère-fils hollande-valls-macronOutre la maltraitance ou les négligences parentales, la défaillance du père dans son rôle et plus particulièrement dans sa fonction explique bien des violences chez l’enfant. L’une des origines de ces violences est à chercher dans ce qu’Yves Tyrode et Stéphane Bourcet (2000) définissent comme l’axe incestueux mère-fils, notamment lorsque le père est absent. De par cette absence, le père ne peut symboliser la loi de l’interdit de l’inceste, fonction qui est alors attribuée à la mère. Mais, si la mère n’édicte pas cet interdit universel à l’enfant, le risque est grand de voir naître une relation incestueuse entre ces deux partenaires même si cette situation n’est en rien inéluctable. Si, durant l’enfance, la proximité avec le désir maternel reste supportable, elle devient intolérable lorsque l’enfant entre dans l’adolescence. Il doit alors faire face à des modifications physiques de son corps, ainsi qu’à la possibilité physiologique d’entretenir des relations sexuelles avec les femmes et plus particulièrement avec sa mère. Cette dernière, si elle est incapable d’énoncer la loi de l’interdit de l’inceste, devient dangereuse pour l’adolescent, et ce d’autant plus qu’elle ne parvient pas à prendre de la distance, nécessaire, avec le corps de son fils (douches prises en commun, recherche incessante de câlins et de baisers, non-respect de l’intimité physique du garçon…). Apparaît alors chez cet adolescent une réactivation des pulsions œdipiennes, mais aussi parricides. En prenant conscience qu’il peut désormais entretenir des relations sexuelles avec l’objet maternel, le garçon se sent tellement coupable que sa seule issue est de faire disparaître cet objet supra-excitant, responsable de désirs inavouables qu’il ne peut ni maîtriser ni contrôler. C’est ainsi qu’il va tenter de rompre les liens fusionnels envahissants qui l’unissent à sa mère, et ce par des passages à l’acte agressifs et violents à son encontre : insultes, coups, blessures, voire parfois meurtre. La situation incestueuse mère-fils entraîne-t-elle nécessairement chez ce dernier un sentiment de culpabilité conduisant à l’exercice de la tyrannie ? C’est le cas de figure le plus fréquent. Toutefois, il arrive que, d’un commun accord, les deux partenaires de la dyade établissent un pacte incestueux que rien ni personne (et surtout aucun de ces deux protagonistes) ne saurait détruire. Se vouant mutuellement une admiration sans faille et sans limites, ils fusionnent pour ne faire plus qu’un. Dans ce genre de situation pathologique, non seulement l’interdit de l’inceste n’a pas été intégré par l’adolescent car volontairement non énoncé par la mère (le père, généralement absent du foyer familial, ne pouvant de ce fait tenir sa fonction d’interdicteur), mais, en outre, en entretenant ses pulsions incestueuses, le fils se place en position de mari, d’amant, vis-à-vis de sa mère. On observe chez lui une confusion des générations, un non-respect des barrières générationnelles. « Avec les parents martyrs, nous ne sommes plus dans le registre du fantasme commun à tous [(désir inconscient universel de la relation sexuelle avec les parents)], mais dans celui d’un certain “passage à l’acte” incestueux qui n’inclut pas pour autant la relation sexuelle complète », écrivent Jean-Pierre et Laetitia Chartier.   468Comment expliquer que l’adolescent si aimant envers sa mère se mue en véritable tortionnaire ? Est-ce par culpabilité ? Certainement pas dans ce cas de figure. Mère et fils se complaisent dans cette dyade fusionnelle jusqu’au jour où une tierce personne fait irruption et brise leurs liens, qui semblaient pourtant jusqu’alors indéfectibles. Il s’agit généralement d’un homme pris pour amant par la mère et qui, de par le statut que cette situation lui confère, évince l’adolescent en l’écartant de cette nouvelle relation amoureuse, à moins que ce ne soit la mère elle-même qui le fasse. Le pacte incestueux est alors rompu. Furieux de ne plus être le seul objet du désir de sa mère et d’avoir été trahi par elle, l’adolescent, dans un élan de rancœur, va préparer sa vengeance d’où ressortira une haine sans borne à l’égard de cet objet incestueux ingrat. Tourmenter, torturer, voire tuer l’infidèle : tels sont les désirs de l’adolescent, ceux-ci lui permettant en outre d’éviter de sombrer dans la dépression souvent consécutive à une déception amoureuse. Un père absent L’absence de père peut être un facteur explicatif de l’émergence de la violence intrafamiliale de l’enfant. Ce n’est pas tant l’absence physique que l’absence psychique qui est source de problèmes. Autrement dit, lorsque le père est absent psychiquement, c’est-à-dire lorsqu’il ne remplit pas sa fonction et son rôle, cela, semble-t-il, a des répercussions bien plus graves sur le psychisme et sur le développement de l’enfant que lorsqu’il est absent physiquement du foyer. Cette absence de fonction paternelle peut s’expliquer de deux manières, selon que le père l’a voulue ou non. Cardinal Philippe BarbarinIl y a des pères qui abandonnent volontairement leur rôle et leur fonction d’autorité, généralement à la mère. Ce sont soit des pères faibles, incapables de remplir leur rôle, soit des pères démissionnaires en ceci qu’ils obéissent à leurs propres besoins infantiles et occupent en quelque sorte une place d’enfant supplémentaire dans la famille. Comment peut-on s’imaginer, ne seraitce qu’une seconde, que de tels pères, plus volontiers « copains » qu’autoritaires avec leurs enfants, puissent éveiller chez ces derniers des sentiments agressifs, puis de réels passages à l’acte violents ? Tout simplement parce que ce que l’enfant attend de son père, ce n’est pas seulement qu’il lui témoigne de l’affection ou de la camaraderie, mais également et surtout qu’il le soumette à une certaine autorité, qui se trouve défaillante chez le père absent psychiquement. Un comportement violent à l’encontre du père va être le témoignage que l’enfant en veut à ce père de le frustrer de l’autorité dont il a besoin. LE FILM INCESTED’autres pères, dévalorisés et méprisés par leur femme, sont déchus malgré eux de leur rôle et de leur fonction par celle-ci. La mère toute-puissante, archaïque, phallique, désigne à son enfant un père importun, indésirable, qui ne représente rien à ses yeux. C’est ainsi qu’elle est à la fois femme et homme, détenant tout le pouvoir du couple sur l’enfant. Influencé par les propos accablants de sa mère, contraint par elle à partager le mépris et la haine de l’homme dont il est né, l’enfant va se mettre à battre ce père auquel il ne veut pas s’identifier. Toutefois, il arrive que, dans cette situation particulière, ce soit la mère qui se retrouve victime d’un enfant tyrannique, ce dernier cherchant ainsi à venger le père bafoué dans son rôle et sa fonction. Il m’aurait été aussi facile voir davantage de prendre des extraits et même plus du réel vécu de l’un de mes ouvrages L’Ignorant. Il s’y trouve des passages tellement forts que l’on peut ressentir sa faiblesse, sans oublier d’être en certaines circonstances de faire tout et n’importe quoi, la suite de la vie explique en mon fond pourquoi il m’a fallu vingt années de luttes internes et 6 pour oser le publier. Ouvrage de 1983Tout ou presque s’y dégage. La naissance, les enfants, les petits enfants, les disparus, les violences, les erreurs, les constats. En un mot comme en mille Une Vie. Le Panda Patrick Juan    

Commentaires

Le Panda

Après Patrick Dils, finalement acquitté, et Francis Heaulme, toujours en attente de jugement, Henri Leclaire sera jugé devant les assises de la Moselle. Il avait été jusque là mis en examen pour homicide le 5 août 2014, dans l'affaire du double meurtre d'enfants de Montigny-lès-Metz (Moselle), en septembre 1986. C'est l'avocate de l'une des parties civiles qui l'a annoncé, mercredi 20 avril.
Le Panda

La patronne de France Télévisions, Delphine Ernotte, «confirme» Michel Field, le directeur de l'information, nommé il y a quatre mois, en dépit hier de l'adoption à plus de 65% de la motion de défiance contre lui. «Je confirme Michel Field et la confiance que j’ai en lui pour mener les réformes au rythme prévu», déclare-t-elle dans une interview au Monde. Mais elle ajoute prendre «le sujet très au sérieux» et annonce qu’elle a «donc décidé, en accord avec Michel (Field) de demander à Alain de Chalvron, correspondant à Pékin, qui connaît très bien la maison (ancien directeur de la rédaction de France 2), de réaliser une mission rapide sur les relations de travail à l’information. Et de nous proposer des solutions d’amélioration».
Le Panda

Les sociétés des journalistes de France 2, France 3 et France TV Info protestent contre "le mépris, la désinvolture et parfois la grossièreté affichés par le directeur de l'info" qui avait toutefois exclu de démissionner avant le vote. Elles dénoncent également "l'absence de réponses concrètes aux multiples interrogations suscitées" par la création d'une chaîne publique d'info en continu, ou encore l'épineux dossier de la fusion des rédactions de France 2 et France 3, initié par l'équipe précédente et repris par Michel Field.
Le Panda

Niort. Depuis samedi dernier, un couple est incarcéré?: ces deux trentenaires sont soupçonnés d’avoir prostitué une jeune femme plusieurs mois durant. Une perquisition, menée au matin du jeudi 14 avril dernier dans le quartier de la Tour-Chabot à Niort, plus précisément dans un logement situé rue Pierre-de-Suffren, a permis aux enquêteurs de la police nationale de faire une découverte?: dans un logement habituellement occupé par un homme, ils ont constaté qu'une chambre semblait être aménagée pour y prostituer une, voire plusieurs femmes. Car une victime âgée d'une vingtaine d'années avait déposé plainte?: cette femme qui viendrait de Soissons (Aisne) affirmait, notamment, avoir été forcée à vendre son corps. Des méfaits commis entre le 1er janvier et le mercredi 13 avril derniers Les forces de l'ordre ont procédé à deux interpellations dans cette affaire, travaillant sur des écoutes téléphoniques, entre autres?: il s'agit d'une femme, ancienne escort girl sur Paris, et d'un homme, tous les deux âgés d'une trentaine d'années et qui seraient en couple, sachant que le second serait marié par ailleurs et père de plusieurs enfants. Le duo a été placé en garde à vue, d'abord au commissariat central de Niort?: auditionné, il nierait les faits, en totalité en ce qui concerne la femme incriminée. Son compagnon aurait bénéficié de cadeaux et de transferts d'argent.
Le Panda

Double mise en examen Ce qui n'a pas empêché la substitut du procureur de la République de Poitiers, Marie-Pierre Merle, d'ouvrir une information judiciaire à l'encontre de ces deux Africains de naissance pour « proxénétisme aggravé en bande organisée et traite d'êtres humains » entre le 1er janvier de cette année et le mercredi 13 avril?: c'était dans l'après-midi de samedi, après que leur garde à vue initiale d'une durée de vingt-quatre heures a été prolongée. Dans la foulée de leur présentation au parquet, le juge d'instruction du pôle criminel de Poitiers, Olivier Violeau, les a mis en examen.
Le Panda

Lui est en prison à Niort, elle à Vivonne Puis, en fin de journée ce même samedi 16 avril, les suspects ont été placés en détention provisoire sur décision du juge des libertés et de la détention (JLD)?: lui a été incarcéré à la maison d'arrêt de Niort, elle étant emprisonnée au centre pénitentiaire de Vivonne, dans la Vienne. Dans ce dossier, le premier est conseillé par Me Pascal Munoz, les intérêts de la seconde étant défendus par Me Ambroise Garlopeau (*). Les investigations ont vu intervenir les fonctionnaires de l'unité de protection sociale (UPS) de Niort, ainsi que ceux de la police judiciaire de La Rochelle (Charente-Maritime) et de Poitiers.
Le Panda

(*) Sollicités, les deux avocats du barreau des Deux-Sèvres n'ont pas souhaité faire le moindre commentaire. Par ailleurs, le parquet de Poitiers n'était pas en mesure d'évoquer ce dossier hier.
Le Panda

Manuel Valls tape du poing sur la table et en appelle à la gauche. Invité ce mercredi matin de France Info, le Premier ministre a fait plusieurs mises au point, notamment en direction de Pierre Gattaz et d'Emmanuel Macron. Il a également annoncé que le gouvernement allait demander la prolongation de l'état d'urgence. Gattaz et sa «prise d'otage». Manuel Valls dénonce l'ultimatim lancé par le patron des patrons qui a menacé de quitter les négociation sur l'assurance chômage si le texte sur la loi El Khomri n'évoluait pas. «Je regrette cette méthode qui consiste à poser des ultimatums», martèle-t-il. «Prendre en otage la négociation sur l'assurance chômage, c'est ne pas être à hauteur de la situation», insiste-t-il. Le Premier ministre voit dans les propos de Pierre Gattaz «un jeu interne au patronat» : «Nous n'en deviendrons pas otage». «Je crois au paritarisme, quand on discute, on ne pose pas des ultimatum», prévient encore le chef du gouvernement. «J'appelle Pierre Gattaz à revenir à la table des discussions et à tenir des propos qui correspondent plus à ce qu'il pense», conclut-il.
Le Panda

«Nous proposons de prolonger l'état d'urgence de deux mois». Manuel Valls annonce que «Bernard Cazeneuve va présenter une communication en conseil des ministres (ndlr. ce mercredi)» pour demander la prolongation jusqu'à fin juillet de l'état d'urgence «au vu de la menace». «Face à un événement aussi considérable que l'Euro 2016 de football, explique le Premier ministre, nous devons assurer pleinement la sécurité des Français». La compétition se tient en juin, le Tour de France le mois suivant. «L'état d'urgence ne peut être un état permanent, mais face à ces grands événements que sont l'Euro et le Tour de France, nous pouvons assurer la sécurité», défend-il estimant qu'il faut «combattre le terrorisme» tout en continuant «à vivre». Le texte que va présenter Bernard Cazeneuve sera transmis au Conseil d'Etat puis au Parlement qui devra voter pour approuver ou non ce prolongement.
Le Panda

«Au mot blessant d'assistanat, j'oppose celui de solidarité». Bête noire de l'aile gauche du PS qui le juge trop à droite, le Premier ministre affiche sa différence avec l'opposition. Alors que celle-ci parle de «clientélisme» et d'«assistanat» au sujet du projet du gouvernement de refonte globale des minima sociaux, le Premier ministre dénonce ces propos. «Ces mots sont blessants pour ceux qui voient notamment leur RSA revalorisés (...). Il y a un beau débat entre cette vision de la solidarité que ce gouvernement porte et ceux qui sont toujours en train de parler d'assistanat». Et Manuel Valls insiste : «C'est un mot blessant pour ceux qui sont en difficulté. A ce mot, j'oppose celui de solidarité, d'égalité et de fraternité.» Le chef du gouvernement estime qu'il «faut ouvrir un grand débat sur le revenu universel», et que ce chantier de «refonte en profondeur des minima sociaux» est «un chantier qui enjambe le quinquennat car le mot solidarité est une exigence.»
Le Panda

«Que les ministres soient à leur tâche». Alors que, selon Le Figaro, Emmanuel Macron se dit favorable à la suppression de l'Impôt sur la fortune (ISF), Manuel Valls ferme la porte. «Au moment où nous renforçons la prime d'activité, où nous attaquons pleinement à la pauvreté, où nous ouvrons ce débat sur le revenu universel (...) supprimer l'ISF serait une faute», assure-t-il. Le chef du gouvernement met ensuite en garde ses troupes : «Je demande à chaque ministre d'être pleinement attelé à sa fonction, que chacun soit concentré sur sa tache dans la cohérence et la loyauté». Une requête qui vaut essentiellement pour le ministre de l'Economie.
Le Panda

«J'en appelle à la mobilisation de la gauche». Le Premier ministre revêt ses habits de chef de la majorité. «J'en appelle à une mobilisation de la gauche, qu'elle soit fière de ce qui a été engagé au cours de ce quinquennat, il reste beaucoup à faire. Relevons la tête!, martèle-t-il Arrêtons d'être toujours en train de nous excuser! Soyons fiers! Répondons avec force à ceux qui nous accusent de trahir nos engagement ou nos idéaux! Moi c'est un appel à toute la gauche que je formule aujourd'hui, pour qu'elle s'engage pleinement dans le soutien à l'action qui est la nôtre».
Le Panda

Jusqu'ici, et malgré une campagne de communication intensive, Emmanuel Macron s'est bien gardé de prendre des positions tranchées sur l'ISF (impôt de solidarité sur la fortune). Le sujet est politiquement explosif et justifie donc un effeuillage progressif, devant un public choisi. Et c'est dans la revue Risques- la Bible de la profession de l'assurance - publiée ce mois-ci que le ministre de l'Économie commence à se dévoiler. «Je pense que la fiscalité sur le capital actuelle n'est pas optimale», dit-il, usant d'une formule qu'à Londres, où il était lundi, on qualifierait de bel «understatement». «Si on a une préférence pour le risque face à la rente, ce qui est mon cas, il faut préférer la taxation sur la succession aux impôts de type ISF.»
Le Panda

Le mot est lâché et, en creux, un programme fiscal qui, s'il était explicité, constituerait de la part d'Emmanuel Macron une ultime transgression des tabous de la gauche. Le nouveau leader du mouvement En marche! prolonge en fait le discours du ministre de l'Économie, qui plaide pour faciliter l'investissement en fonds propres dans les entreprises françaises. Mais là où le ministre avait peiné pour assouplir le dispositif ISF-PME au moment du vote de sa loi croissance l'an dernier, là où le membre du gouvernement Valls avait rabroué la «provocation» de Pierre Gattaz, qui réclamait la suppression de l'ISF fin 2014, le politique en construction, «ni de droite ni de gauche», s'autorise plus de liberté. Dans son entretien àRisques, Emmanuel Macron s'en prend ainsi également à l'exit tax, créée en 2011 et durcie en 2014, «qui conduit maintenant les jeunes à créer leur entreprise à l'étranger dès l'origine». «Un drame», lâche-t-il.
Le Panda

Le Panda

D'après notre enquête réalisée à partir de la base publique de données Hospi Diag, pas moins de 22 établissements français ont connu en 2014 un taux d'absentéisme supérieur à 30 jours par agent et par an. C'est sept jours de plus que la moyenne des hôpitaux publics (23 jours), qui est déjà plus élevée de 7 jours que dans le privé, tous secteurs confondus. La lanterne rouge de ce classement, le centre hospitalier de Manosque, a vu ses agents accumuler 40 jours d'absence en 2014. Le meilleur, celui de Colmar, en a décompté seulement 14. Parmi les grands établissements, c'est l'Assistance publique - Hôpitaux de Marseille qui enregistre le plus mauvais score en matière d'absentéisme. La direction a d'ailleurs lancé un plan d'action contre ce qu'elle appelle «l'absentéisme de confort».
Le Panda

DÉCRYPTAGE - Les arrêts maladie à l'hôpital se faisaient beaucoup moins nombreux quand ce dispositif, supprimé par le gouvernement Ayrault en 2013, était en place. L'hôpital a tout à perdre d'un fort taux d'absentéisme: sa réputation, sa clientèle, son excellence… Son personnel, en revanche, n'est en rien incité à ne pas se faire porter pâle. Quand on y regarde dans le détail, c'est même parfois tout le contraire. La rémunération des agents hospitaliers peut ainsi être supérieure, selon leur statut, quand ils sont en arrêt maladie.
Le Panda

INTERVIEW - Au lendemain de ses réunions de printemps et à quelques jours de l'Eurogroupe d'Amsterdam qui traitera de la Grèce, le FMI est sur tous les fronts. Sa directrice générale s'explique. LE FIGARO. - Pourquoi l'économie mondiale progresse-t-elle si lentement, alors que les besoins de développement restent considérables? Christine LAGARDE. - Au moins vous considérez qu'elle progresse, beaucoup d'observateurs ont tendance à oublier que nous prévoyons une croissance de 3,2% cette année. Ce n'est peut-être pas très brillant, mais il s'agit d'une réelle progression. Notre analyse de cette lenteur et de cette fragilité tient aux cicatrices laissées par la crise financière de 2008-2009 et qui n'ont pas été bien traitées dans un certain nombre de pays. En particulier les créances douteuses des banques qui restent logées dans leurs bilans. Cela constitue un frein qui handicape la politique monétaire, par ailleurs très dynamique et créative, qui a été mise en œuvre, aux États-Unis, et plus récemment dans la zone euro et au Japon.
Le Panda

Et les inégalités, elles diminuent entre les économies, disons de façon Nord-Sud, mais tendent à exploser au sein de chaque pays. C'est mauvais pour la croissance? Nos recherches ont démontré qu'il existe une corrélation entre la montée des inégalités au sein d'un pays donné, et la durabilité de sa croissance, que ce soit aux États-Unis, en Chine et même en Europe. C'est d'ailleurs une mise en garde régulièrement reprise par les communiqués des réunions du G20.
Le Panda

Les inégalités sont-elles la rançon de la mondialisation qui favorise les catégories les plus favorisées? Nous ne sommes pas en mesure de l'affirmer, ni de donner une mesure chiffrée de la causalité entre la globalisation des échanges et la montée des inégalités. Cela tient également aux évolutions des technologies et au fait qu'une partie de la richesse est captée par les pourvoyeurs de capitaux ou les détenteurs de robots, pour faire simple. Il est certain que les produits financiers, le capital à risque principalement, ont vu leur part augmenter dans la richesse nationale. Les inégalités s'observent à trois niveaux, les revenus, le patrimoine et en termes d'opportunités. Et dans la mesure où les hauts revenus consomment une part relativement réduite de leurs ressources, cela induit un ralentissement de la croissance générale.
Le Panda

Sans parler de Grexit, le dossier grec fait un retour tonitruant. Les États créanciers européens, le FMI, la Grèce, ce match à trois est-il gérable? Les dissensions sont moindres qu'on le dit généralement. Tous les créanciers - les Européens et le FMI - ont en commun de vouloir qu'après tous les sacrifices faits par le peuple grec le pays réussisse à renouer avec la croissance, accéder aux marchés financiers et puisse fonctionner de son propre chef, si j'ose dire. C'est l'objectif partagé. (...)
Le Panda

INTERVIEW - Croissance trop lente, difficultés des émergents, Brexit, Grèce, la directrice générale du FMI s'explique. Au lendement de ses réunions de printemps et à quelques jours de l'Eurogroupe d'Amsterdam qui traitera de la Grèce, le FMI est sur tous les fronts et s'attend à des appels au secours des pays pénalisés par la chute des matière premières. LE FIGARO. - Pourquoi l'économie mondiale progresse-t-elle si lentement, alors que les besoins de développement restent considérables? Christine LAGARDE. - Au moins vous considérez qu'elle progresse, beaucoup d'observateurs ont tendance à oublier que nous prévoyons une croissance de 3,2% cette année. Ce n'est peut-être pas très brillant, mais il s'agit d'une réelle progression. Notre analyse de cette lenteur et de cette fragilité tient aux cicatrices laissées par la crise financière de 2008-2009 et qui n'ont pas été bien traitées dans un certain nombre de pays.
Le Panda

Plusieurs unités d'élite, le Raid, la BRI et le GIGN, ont mis en application dans la nuit de mardi à mercredi les nouvelles consignes en cas d'attentat de masse lors d'un exercice grandeur nature à la gare Montparnasse à Paris. Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a dévoilé mardi après-midi le « schéma d'intervention » censé mettre les unités d'élite en ordre de bataille en cas d'attaque d'envergure. L'idée générale est d'améliorer la coopération entre unités et de permettre leur arrivée rapide lors d'une attaque « multisites » comme celle qui a fait 130 morts le 13 novembre à Paris, en faisant fi des rivalités et des compétences territoriales. Il est plus d'une heure du matin lorsque Bernard Cazeneuve arrive à la gare Montparnasse accompagné du préfet de police de Paris, Michel Cadot. Un PC de sécurité est installé dans la gare regroupant policiers de la BRI et du Raid et gendarmes du GIGN. Caméras, plans, radios... les trois unités travaillent de concert, sous un commandement unique.
Le Panda

assaut réalisé en dix minutes Selon le scénario, neuf « terroristes » ont fait irruption dans la gare, tuant plusieurs voyageurs. Trois d'entre eux se sont dirigés vers le hall des billets et six autres vers les quais. Arrivée sur les lieux, la force d'intervention rapide (FIR) de la BRI a abattu un des « terroristes », deux se sont enfermés dans une pièce avec des otages et les six autres se sont dirigés vers deux rames de TGV. Il est alors décidé d'engager également le GIGN et le Raid sous le commandement de Jean-Michel Fauvergue, chef du Raid. Ce sont quelque 150 hommes qui mardi soir ont donné l'assaut à deux rames de TGV (Raid et GIGN) et la pièce pleine d'otages (BRI). Le « top assaut » est donné. Quelques explosions retentissent dans la gare. Les radios crépitent. On annonce « GIGN un terroriste abattu », « BRI deux terroristes abattus, évacuation des otages », « GIGN dépiégeage en cours », « Raid deux terroristes abattus »... En dix minutes, l'assaut est terminé, les otages libérés sans blessés. L'exercice est fini. « Ce nouveau schéma d'intervention n'est pas une rupture par rapport à ce qui se produisait au cours des années précédentes mais un rehaussement, un perfectionnement », a assuré à la presse Bernard Cazeneuve, à l'issue de la simulation.
Le Panda

« La difficulté est qu'au top assaut les trois forces puissent intervenir en même temps », a expliqué Jean-Marc Falcone, directeur général de la police nationale, pour qui cette mutualisation des forces peut-être considérée comme « un grand pas ». « On a franchi un cap incontestablement dans la coordination », approuve son homologue Denis Favier, le patron de la gendarmerie, évoquant « des avancées considérables ».
Le Panda

Jacques Chirac traverse actuellement une terrible épreuve : sa fille aînée, Laurence, est décédée. Agée de 58 ans et atteinte d’anorexie mentale depuis l’adolescence, elle a succombé jeudi dernier à un malaise cardiaque. Ses obsèques ont été célébrées deux jours plus tard à Paris dans l’intimité. L’ancien président de la République y a été aperçu en fauteuil roulant. Une épreuve qui n'a pas dû améliorer l'état dans lequel il se trouvait déjà. Depuis qu'il a été victime d'un AVC en 2005, Jacques Chirac est très affaibli. Ses apparitions publiques se font d'ailleurs beaucoup plus rares.
Le Panda

"Quand je le regarde, quand je lis dans ses yeux, je vois qu’il souffre" "Je sais qu’il a de la peine", a confié son ami Jean-Louis Debré. Invité d’Europe 1 ce mardi matin, l’ancien président du Conseil constitutionnel a accepté d’évoquer l’état de santé de Jacques Chirac. "Je pense, a -t-il ainsi répondu au journaliste qui lui demandait si le pensait conscient de son état. Quand je le vois, il est heureux de me voir. Il me reconnaît". Intime de l’ex-chef de l’lEtat, l’auteur de Ce que ne je pouvais pas dire, également expliqué : "Chirac n’a jamais été quelqu’un qui extériorise ses sentiments, mais moi qui le connais bien, quand je le regarde, quand je lis dans ses yeux, je vois qu’il souffre".
Le Panda

Et Jean-Louis Debré d’assurer : "Il a aussi ben que possible. Sa maladie est un peu comme une vague qui monte. Il y a parfois un calme plat mais elle ne recule jamais". Mais si l’ex-président du Conseil constitutionnel s’est montré prolixe quant à l’état de santé de Jacques Chirac, son épouse, elle, est beaucoup réservé sur ce sujet. Bernadette Chirac ne communique que très rarement sur ce point et, lorsqu’elle le fait, se montre toujours très évasive
Le Panda

Dominique Marchal, l'agriculteur de Meurthe-et-Moselle qui demandait réparation à l'Etat pour son cancer qu'il impute à l'usage de pesticides a vu sa demande rejetée par la cour d'appel de Metz, jeudi 21 avril. Dominique Marchal, 58 ans, souffre depuis 2002 d'un syndrome myéloprolifératif, une pathologie du sang de type cancéreux. La cour d'appel a estiméque les preuves de "l'imputabilité de la maladie de M. Marchal aux effets nocifs du benzène présent dans les produits phytopharmaceutiques utilisés" n'étaient pas suffisantes et a rejeté la demande d'indemnisation.
Le Panda

Décision "injuste et incompréhensible" Une décision "injuste et incompréhensible", a regretté Dominique Marchal. "Nous nous laissons le temps d'avaler tout ça avant de voir la suite". "Mes clients sont très déçus mais également en colère", a commenté son avocat, Me François Lafforgue. "Il a fallu passer devant plusieurs experts pour en arriver à la reconnaissance de lien entre maladie et pesticides et aujourd'hui on remet tout en cause". La cour d'appel se fonde notamment sur l'absence de mention du benzène sur les étiquettes des produits - ce que dénonçait l'accusation, estimant qu'il s'agissait de "désinformation volontaire". "Elle se borne à statuer sur la question du lien de causalité - alors que nous avions toujours apporté des éléments permettant de le démontrer - sans se prononcer sur le fond du dossier, c'est-à-dire les fautes commises par les fabricants", a dénoncé Me François Lafforgue.
Le Panda

Un simple amendement, passé inaperçu l'an dernier lorsqu'il a été introduit dans la loi sur la transition énergétique, va bouleverser le marché de la réparation automobile. Les garagistes seront bientôt obligés de proposer aux clients des pièces d'occasion. Et gare aux récalcitrants : des amendes sont prévues.
Le Panda

Ne reste plus que la publication du décret d'application, attendu dans l'année. Réparer son véhicule avec des pièces de seconde main ? La pratique est pourtant boudée par les Français. D'après les chiffres du Conseil national des professions de l'automobile (CNPA), l'occasion ne représente que 3 % du marché de la vente de pièces de rechange, pourtant conséquent : 13 Mds€.
Le Panda

Les Français encore frileux Avec la main-d'œuvre, il monte même à 30 Mds€. A partir d'un sondage réalisé en janvier auprès de ses internautes, le site de petites annonces Vivastreet a révélé que 54 % des personnes interrogées ne sont pas encore prêtes à sauter le pas. La raison ? La sécurité. Ils doutent de la viabilité des pièces.
Le Panda

Et pourtant, l'époque où elles étaient récupérées par le garagiste sans connaître leur origine est désormais révolue. Prélevées sur des voitures accidentées ou en bout de course, elles sont aujourd'hui contrôlées, testées, certifiées. Et des entreprises ont monté de véritables supermarchés de la pièce auto d'occasion garantie, comme Caréco qui vient d'ouvrir une nouvelle boutique à Bobigny, en Seine-Saint-Denis. Un filon prometteur, d'autant que les économies pour les automobilistes peuvent aller en moyenne de 50 à 70 %, alors que l'entretien représente 27 % du budget auto des ménages. Et faire réparer son véhicule coûte de plus en cher. Entre 2007 et 2013, les prix ont grimpé de 3 % en moyenne chaque année, selon l'Insee. Impossible en revanche de tout remplacer avec des pièces d'occasion. Pour les pare-chocs, phares, pneus, rétroviseurs, alternateurs ou moteurs, pas de problème. Mais pas question d'acheter des plaquettes ou des disques de frein qui ont déjà servi. Ou de remplacer soi-même un airbag. Un décret du Conseil d'Etat dressera prochainement la liste des pièces concernées.
Le Panda

« J'ai même le sentiment d'avoir gagné en sécurité » Emilie a opté pour des pneus déjà utilisés. « Le neuf, ça semble plus rassurant, avoue Emilie, 31 ans. On se dit qu'on prend moins de risques. » Pourtant samedi dernier, avec son compagnon, elle s'est arrêtée en région parisienne dans l'une de ces nouvelles enseignes qui proposent des pièces déjà utilisées. « Au début, je n'étais pas convaincue. Mais mon copain m'a expliqué qu'il avait fait ça avec son ancienne voiture. » Sauf que jusqu'à maintenant, la plupart des automobilistes étaient obligés soit de passer par leur garagiste, soit de se rendre dans des casses auto, sans savoir très bien sur quoi ils tombaient.
Le Panda

Elle a économisé 120 € « Là, on est comme dans un supermarché. Les pièces sont en rayon ou dans des bacs. Les vendeurs nous conseillent. Et on peut passer par leur atelier de montage si on n'est pas trop bricoleur, comme moi. » Emilie est ergonome. Elle peut parcourir jusqu'à 800 km par mois, entre son domicile à Massy (Essonne) et les entreprises qu'elle visite. Achetée en seconde main, sa Peugeot 206 de 2000 affiche 113 335 km au compteur. « Les deux pneus avant étaient morts. En les achetant d'occasion, mais avec une usure n'excédant pas 10 %, j'en ai eu pour 60 € les deux. Plus 9 € de main-d'œuvre pour les faire monter. » Emilie fait son calcul : chez son garagiste, ces deux pneus neufs lui avaient coûté dans les 180 €. Résultat : elle a réalisé près 120 € d'économie ! « C'est une très bonne marque en plus, bien meilleure que ceux que j'avais auparavant. J'ai le sentiment d'avoir gagné en sécurité. » Emilie en a profité pour changer également ses plaquettes et ses disques de freins. Pour du neuf en revanche. Car sécurité oblige, la loi interdit de vendre ce type de pièces si elles ont déjà été utilisées.
Le Panda

Gouvernement : Macron poussé vers la sortie Accusé de jouer perso au détriment du collectif, le jeune ministre de l'Economie se voit prié de rentrer dans le rang... ou de quitter le navire.
Le Panda

En petit comité, François Hollande commence à s'agacer des insolences de son jeune ministre et surveille ses embardées. « Il se rend compte que Macron ne lui a pas tout dit et qu'il va tout faire pour y aller en 2017 », glisse une source au sommet de l'Etat.
Le Panda

Le chanteur américain Prince a été retrouvé mort jeudi 21 avril à son domicile de Chanhassen, dans le Minnesota, a indiqué son agent à l'agence Associated Press, confirmant une information du site d'actualité people TMZ. L'interprète de tubes mondialement célèbres comme Cream et de Kiss était âgé de 57 ans. TMZ rapporte que la star avait annulé deux récents concerts en raison de problèmes de santé. Il avait ainsi été brièvement hospitalisé le 15 avril à Moline, dans l'Illinois, en raison d'une grippe, selon le site internet. Mais il était apparu dès le lendemain sur la scène de Paisley Park, près de son lieu de résidence, pour une brève performance.
Le Panda

Il travaillait sur ses mémoires Le "kid de Minneapolis" a été l'un des plus grand musiciens des années 1980 et 1990, avec des tubes comme Girls & Boys ou Purple Rain, qui ont fait danser le monde entier, mêlant riffs de guitare et rythmes funk.
Le Panda

Mesurant moins d'1,60m mais avec une personnalité surdimensionnée, celui qui était parfois présenté comme un rival de Michael Jackson était une véritable bête de scène, au style dandy et jouant sur l'androgynie sexuelle. Alors qu'il avait commencé une série de concerts, il avait aussi annoncé le mois dernier qu'il allait publier ses mémoires, dont son éditeur prédit qu'ils seront "anticonformistes". Le musicien, né sous le nom de Prince Nelson, vivait toujours en périphérie de Minneapolis. Il était resté prolifique et s'était récemment converti au streaming, estimant qu'internet lui donnait plus de liberté artistique.
Le Panda

L'association 60 millions de consommateurs publie un dossier sur les produits à base de poisson. Présence de métaux ou de fragments de cœur, produits gorgés d'eau… Après analyse de plus de 130 références, les conclusions sont pour le moins étonnantes et... inquiétantes. Si vous pensiez que le poisson n'était qu'un aliment riche en protéines et vitamines, d'excellente qualité en somme, il y a de quoi déchanter. Dans le cadre de l'enquête «Tout est-il bon dans le poisson?», menée par l'association 60 millions de consommateurs, plus de 130 produits, frais et surgelés, à base de poisson ont été analysés pour en mesurer la qualité. Les résultats révèlent des pratiques douteuses qui ne datent certes pas d'hier mais dont le consommateur n'a pas toujours conscience. «Ce qui est navrant, c'est de voir que les études se suivent et se ressemblent […] ça ne bouge pas ou peu», témoigne au Figaro Thomas Laurenceau, rédacteur en chef de 60 millions de consommateurs. Le thon en conserve, par exemple, peut contenir des métaux, tels que du mercure ou de l'arsenic, toxiques s'ils sont consommés en grande quantité. En examinant quinze boîtes de références différentes, l'association 60 millions de consommateurs a conclu que toutes, sans exception, étaient contaminées par les métaux dans des proportions très inégales. La conserve de thon Leader Price affiche ainsi la plus faible quantité de métaux, au contraire du thon
Le Panda

Odysée (Intermarché) qui est le plus contaminé. Autre critère d'analyse, la quantité d'arêtes et de fragments d'organes. Neuf des quinze références de boîtes de thon ne contiennent aucune arête. Paradoxalement, le thon Saupiquet, le plus cher sur le marché, en contient le plus. Plus inquiétant, trois références présentent des fragments de cœur et des traces d'ovocytes. Pour les sushis en revanche, l'étude se veut plus rassurante. Les treize références analysées sont toutes saines, même si les sushis au thon sont plus frais que ceux au saumon.
Le Panda

Des produits contenant parfois plus d'eau que de poisson L'enquête se penche également sur une méthode «dénoncée depuis plusieurs années» et censée être interdite: le trempage, qui consiste à gorger un produit d'eau. Si les résultats des tests réalisés sont plutôt rassurants pour les filets de poissons frais et surgelés, les noix de Saint-Jacques surgelées sont pointées du doigt. Cinq produits sur douze sont gorgés d'eau. «Ça ne s'est pas amélioré, c'est triste de voir qu'on continue à payer de l'eau au prix de la noix de Saint-Jacques», regrette Thomas Laurenceau. Enfin, l'étude alarme sur les quantités de poisson réellement présentes dans les produits. Celles-ci varient du simple ou double, des 22% de poisson pour le surimi Winny de Cora aux 49% pour le surimi de Monoprix. Les terrines et rillettes enregistrent elles aussi d'importantes différences d'une marque à l'autre en termes de quantité réelle de poisson.
Le Panda

Entre bons et mauvais élèves Bonne nouvelle tout de même, les pratiques des fabricants ont été améliorées pour les poissons préférés des Français (saumon et cabillaud). Thomas Laurenceau affirme également que «certaines marques ont décidé d'écouter la demande des consommateurs en augmentant la transparence». Autre point de réjouissance: le prix. «La qualité n'est pas un luxe réservé à ceux qui ont de l'argent puisque Leader Price, Carrefour et Lidl sortent en tête du classement avec une qualité de poisson tout à fait correcte», salue le rédacteur en chef de 60 millions de consommateurs. Cette enquête relance le débat sur le manque de transparence dans l'alimentation. Selon Thomas Laurenceau, il faut continuer de «sanctionner ceux qui font des pièges, qui enjolivent la situation». Mais il propose aussi une alternative qui valoriserait les bons élèves: «je me demande si la prime au bien-disant n'est pas plus efficace que la sanction au moins-disant». En attendant, il encourage le consommateur à regarder la quantité réelle de poisson indiquée sur l'étiquette, à éviter les produits à base de poisson affichant une trop longue liste d'ingrédients (additifs) et à se méfier des produits «vraiment pas chers».
Le Panda

Retour à la normale à la frontière franco-belge. La Belgique a décidé de mettre fin aux contrôles systématiques mis en place à sa frontière avec la France, a annoncé mercredi 20 avril le ministre belge de l'Intérieur Jan Jambon. Cette mesure avait été prise par Bruxelles le 23 février, par crainte d'un afflux de migrants après le démantèlement d'une partie de la "jungle" de Calais. Selon la RTBF, ces contrôles systématiques vont être remplacés par des "contrôles ciblés le long des axes connus comme endroits de passage des migrants".
Le Panda

600 personnes refoulées la première semaine La décision belge avait été qualifiée "d'étrange" par le ministre français de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, et la Belgique avait dû s'y prendre à plusieurs reprises pour notifier correctement à la Commission européenne la mesure. Celle-ci est pourtant prévue par le Code des frontières Schengen, qui garantit en principe la libre circulation des personnes dans 26 pays européens. La Belgique avait depuis lors renouvelé ses notifications, dont la dernière venait à échéance ce vendredi. Pendant la première semaine des contrôles systématiques, la Belgique a refoulé plus de 600 personnes, mais aucun camp similaire à celui de Calais n'a vu le jour ces derniers mois dans les communes touristiques de la Côte belge.
Le Panda

L'accueil était pourtant chaleureux avec tapis rouge à l'aéroport, et même des jeunes écolières aux couleurs tricolores devant le palais présidentiel du Caire. François Hollande, arrivé dimanche 17 pour une visite d'Etat de 48 heures en Egypte, a eu droit à une Marseillaise "massacrée" par la fanfare de l'armée égyptienne selon des journalistes sur place. L'hymne français joué devant le palais présidentiel du Caire dimanche devant le président français et son homologue égyptien Abdel Fattah Al-Sissi ainsi qu'une délégation d'une trentaine de chefs de grands groupes français et de PME, sonnait bien faux. François Hollande est au Caire en provenance du Liban, première étape d'une tournée au Moyen-Orient qui doit également le conduire en Jordanie. Et ce ne serait pas la première fois ! Comme le montre Le Point, les oreilles de Vladimir Poutine ont également eu droit, en février 2015, à une version assez destructurée de l'hymne russe.

haut de la page

À propos des Panama Papers

resistance 2016-04-17 19:24:06

À propos des Panama PapersC’est formidable : des journalistes d’investigation ont su aller pêcher onze millions de documents dans les ordinateurs d’un cabinet d’avocats qui montrent la corruption de quantité de particuliers et de sociétés qui vont se camoufler dans les banques de ce paradis fiscal qu’est le Panama. La presse atlantiste exulte et étale ces révélations avec enthousiasme. En effet, le sens est clair : quand on est malhonnête, il y a toujours un « lanceur d’alerte » pour dénoncer ces vauriens. Cela montre que le système est sain et qu’il est capable de s’autoréguler !

Mais il y a un problème parce que, sans enquêter plus en détails et rien qu’à lire la presse, regarder la télé ou écouter la radio, une chose est claire : ceux qui se sont fait prendre la main dans le sac sont aussi ceux que les Étasuniens classent parmi leurs ennemis, à commencer par Vladimir Poutine (enfin pas lui directement, il est trop malin, mais son entourage). Mais aussi Bachar El Assad, le Hezbollah, et quelques autres. On trouve aussi ce que les Étasuniens classent parmi leurs « amis »… mais pas très sûrs, comme Davis Cameron (embrouillé dans le Brexit) ou le président ukrainien Petro Porochenko (incapable de répondre aux attentes étasuniennes). Mais aussi la FIFA, détestée des Étasuniens pour avoir eu l’outrecuidance de ne pas organiser de coupe du monde chez eux et qui n’a eu de cesse d’être attaquée depuis. Mais dans la liste, il n’y a surtout aucune société étasunienne, ni aucun ressortissant étasunien. Ainsi, détenir le passeport américain conférerait comme par automaticité une honnêteté exemplaire… Si on a le droit d’y croire, on peut aussi penser qu’il y a là une stratégie anglo-saxonne.

D’abord, on peut remarquer que les soi-disant « journalistes d’investigation » qui ont sorti l’affaire (le consortium international des journalistes d’investigation, ICIJ in english) font partie d’une organisation qui est présentée dans une délicieuse vidéo du journal Le Monde, comme ayant vocation à enquêter sur les errements des puissants. La question du financement est bien entendu abordée mais elle ne se résume qu’à l’existence de « mécènes », sans plus de précisions. Pourtant, cette question du financement est importante. En fait, l’ICIP est une émanation du « Centre pour l’intégrité publique », qui est financé par Georges Soros (celui qui, entre autre, a financé le coup d’État en Ukraine et l’attaque contre la Grèce), mais aussi la fondation Ford (l’automobile), Rockefeller (le pétrole), Kellogg’s (les céréales), et quelques autres du même acabit ! N’en doutons pas, avec de tels sponsors, l’honnêteté et les valeurs morales sont au rendez-vous ! Notons au passage que deux membres français de l’ICIJ sont aussi salariés de Médiapart : Fabrice Arfi et Karl Laske.

On peut donc voir que les révélations des « Panama Papers » entrent dans une stratégie étasunienne. Elle est à plusieurs niveaux. Le premier niveau consiste à discréditer les paradis fiscaux qui ne proviennent pas de l’aire anglo-saxonne. Souvenons-nous des attaques contre les banques suisses, lesquelles ont été contraintes d’abandonner (en partie) leur « secret bancaire » suite à plusieurs révélations. Souvenons-nous aussi de l’attaque contre les banques chypriotes qui ont ratissé les comptes de leurs riches clients.

Mais aucune « révélation » n’est venu secouer la City de Londres ! Pourtant, cette City n’est pas un simple quartier de Londres où siègent les grandes banques britanniques. C’est en fait un véritable État indépendant avec ses propres lois, en particulier dans les domaines économique et fiscal ! Il semble même que ce soit le premier paradis fiscal au monde ! Personne ne dénonce davantage les îles « anglo-normandes », Jersey et Guernesey qui ne sont bizarrement pas des territoires britanniques. Ces îles dépendent directement de la reine d’Angleterre et ne sont donc ni britanniques, ni même européennes.

Évidemment, quel est le journaliste d’investigation qui nous parlera de l’autre paradis fiscal qu’est le petit État du Delaware, aussi important que la City, idéalement situé entre New-York et Washington ? L’affaire est basique : les Étasuniens veulent liquider tous les paradis fiscaux qui ne sont pas anglo-saxons.

Évidemment, nous ne sommes pas en train de défendre les paradis fiscaux, mais ils existent, et ils peuvent se montrer bien utiles. Il faut se souvenir de la Libye de Mouammar Kadhafi qui a vu ses avoirs purement et simplement confisqués quand ils étaient déposés dans des banques européennes ou étasuniennes ! Une bonne petite zone franche que sont aussi les paradis fiscaux aurait été la bienvenue. Un exemple : comment peut faire le Hezbollah pour gérer son argent s’il doit faire confiance à des banques occidentales qui soutiennent Israël ? Ou le gouvernement syrien, victime du blocus occidental ? Au nom de quelle moralité faudrait-il que les paradis fiscaux soient exclusivement anglo-saxons ?

Mais il y aurait une autre raison aux révélations des « Panama Papers ». Le Réseau Voltaire a publié un article sur le sujet. Des économistes étasuniens, dont une dénommée Christina Romer (qui occupe un poste clé de conseillère économique à la Maison Blanche) estiment que le redressement économique après la crise de 29 n’a pour origine ni leNew Deal de Roosevelt, ni la Seconde Guerre mondiale, mais provient de l’afflux des capitaux européens à partir de 1936, qui étaient dus autant aux préparatifs de guerre de l’Allemagne qu’aux mouvements sociaux. Alors, l’idée qu’ont eue les Étatsuniens pour surmonter leurs difficultés économiques actuelles (parmi lesquelles leur dette immense) a été de déstabiliser suffisamment les pays européens pour que les capitaux aillent se réfugier dans leurs propres banques. Les Panama Papers y contribuent (avec l’aimable complicité de la presse du capital !) tout comme, en vrac, la « crise des migrants » (organisée avec la complicité de la Turquie), les attentats récents, les amendes que furent contraintes de verser des banques et entreprises (entre autres) françaises, et toutes sortes d’autres manipulations.

Enfin, les « Panama Papers » constituent une bombe à retardement, tous les documents n’ayant visiblement pas encore été exploités dans leur totalité. On peut donc parier que certaines entreprises européennes et des personnalités sont prêtes à tous les compromis… pourvu que leurs noms n’apparaissent jamais !

Une fois de plus, les prétentions vertueuses de notre presse, qu’on peut bien qualifier de pourrie, cache parfois (sinon toujours) de bien vilaines choses.

D.R.

Commentaires

Le Panda

C’est formidable : des journalistes d’investigation ont su aller pêcher onze millions de documents dans les ordinateurs d’un cabinet d’avocats qui montrent la corruption de quantité de particuliers et de sociétés qui vont se camoufler dans les banques de ce paradis fiscal qu’est le Panama. La presse atlantiste exulte et étale ces révélations avec enthousiasme. En effet, le sens est clair : quand on est malhonnête, il y a toujours un « lanceur d’alerte » pour dénoncer ces vauriens. Cela montre que le système est sain et qu’il est capable de s’autoréguler ! Salut il n'y a aucun miracle particulier, nous sommes plus au bord mais dans une forme de "révolution" qui risque pour ne pas affirmer que cela sera pire qu'en 1968, car les concomitances en ces moments touchent l'ensemble de l'Occident, voulant faire croire à non pas une mais des guerres de religions pour changer le sens des responsabilités, on ne peut cela va de soit mettre de côté la Russie et surtout Poutine. Je te pense en accord avec tout ou partie de ce commentaire, avant d'approfondir ton article. Bien à toi, Le Panda

haut de la page

PROSTITUTION GRATUITE

Le Panda 2016-04-11 09:32:41

ELLES NE SONT PAS EN ACCORDAprès deux ans et demi de débats parlementaires heurtés, la proposition de loi PS polémique sur la lutte contre la prostitution devrait être adoptée définitivement à l'Assemblée nationale. 70 ans après la loi de 1946 sur la fermeture des maisons closes, la France fait un pas supplémentaire vers l'abolitionnisme avec ce texte qualifié de réforme sociétale majeure par ses partisans. Aujourd'hui, on compterait entre 30.000 et 40.000 prostitués en France, selon les estimations officielles. Majorité des sources Le Figoro.fr. La pénalisation du client. La principale mesure de ce texte a enflammé les débats. L'achat d'acte sexuel sera sanctionné par une amende de 1500 euros, portée à 3750 euros en cas cas de récidive. Les sénateurs, en majorité de droite, ont rejeté cette mesure qui transforme les clients de prostituées en délinquants. La France suit ainsi l'exemple de la Suède qui pénalise les clients de prostitués depuis 1999. Un stage de sensibilisation aux conditions de la prostitution, dont les contours devraient être définis par décret, est également créé pour aider les clients à prendre conscience de l'envers du décor de la prostitution. DUR OU DIFFICLELes syndicats de policiers se montrent très sceptiques sur l'application de cette mesure et estiment qu'elle ne sera d'aucune utilité pour lutter contre les réseaux de proxénétisme. Les associations de terrain se sont également élevées contre ce changement. Tout comme le délit de racolage passif, la pénalisation des clients pénalisera avant tout les personnes se prostituant. Pour conserver leur clientèle, elles devront d'autant plus se cacher. Pour protéger leurs clients, ce sont elles qui s'exposeront à plus de risques, s'est ainsi inquiété l'association Médecins du monde auprès des parlementaires. L'interdiction de l'achat d'un acte sexuel n'est pas la mesure la plus efficace pour réduire la prostitution et pour dissuader les réseaux de traite et de proxénétisme de s'implanter sur les territoires et encore moins la solution la plus protectrice pour les personnes qui resteront dans la prostitution comme annoncé dans la proposition de loi, a également jugé le Défenseur des droits, Jacques Toubon. La suppression du délit de racolage passif. C'est l'autre mesure phare de la loi. La fin de ce délit, qui avait été institué par la loi de sécurité intérieure du 18 mars 2003, permet de considérer les prostituées comme des victimes et non plus comme des délinquantes, estiment les auteurs de la nouvelle proposition PS. Les personnes prostituées pourront ainsi témoigner sans être reconnues coupables d'infractions, a également fait valoir Guy Geoffroy, député LR cosignataire du texte. Les associations d'aides aux prostituées et le Défenseur des droits ont salué la disparition d'une mesure qui a largement dégradé les conditions de santé et d'exercice des personnes qui se prostituent. LA PROSTITUTIONDes mesures d'aide et d'accompagnement La loi créé un droit pour toute personne victime de la prostitution à bénéficier d'un système de protection et d'assistance. Ce droit passe par la mise en place d'un parcours de sortie de la prostitution et la création d'un fonds 4,8 millions d'euros annuels, sur le budget de l'Etat, pour la prévention de la prostitution et l'accompagnement social et professionnel des personnes prostituées. Le montant est jugée trop faible par les associations pour aider un nombre conséquent de prostituées. Un titre de séjour pour les prostituées étrangères. Des titres de séjour d'au moins six mois pourront être délivrés aux personnes prostituées de nationalité étrangère engagées dans le parcours de sortie de la prostitution. Un chantage, selon le Strass, syndicat des travailleurs sexuels, opposé au texte dans son intégralité et qui a prévu de manifester mercredi à proximité du Palais Bourbon. La création d'une nouvelle instance dans les conseils départementaux LE RACOLAGEElle sera chargée d'organiser et de coordonner l'action en faveur des victimes de la prostitution et de la traite des êtres humains. Le mouvement du Nid, association favorable au texte, estime que cette mesure permettra de créer un maillage territorial efficace pour porter et faire appliquer cette nouvelle loi. Les abolitionnistes saluent une loi historique votée à l'Assemblée nationale. Un enthousiasme que ne partagent pas les associations de terrain et le Défenseur des droits. La France s'apprête à bouleverser sa politique en matière de prostitution. Pénalisation des clients de prostituées avec la création d'une amende de 1 500 euros pour l'achat d'actes sexuels et de 3750 euros d'amende en cas de récidive, fin du délit de racolage pour les travailleuses du sexe: après deux ans et demi de débats parlementaires et de désaccords entre les deux chambres, la proposition de loi PS renforçant la lutte contre la prostitution devrait être adoptée définitivement à l'Assemblée nationale. Soixante-dix ans après la fermeture des maisons closes, en avril 1946, la France va au bout de sa logique abolitionniste et reconnaît les personnes prostituées comme victimes de violence au lieu de les considérer comme délinquantes», souligne Danielle Bousquet, présidente du Haut Conseil à l'égalité entre les femmes et les hommes. Nicolas Gardères est avocat et maître de conférences à Sciences-Po Paris. Il est l'avocat du Collectif Droits et Prostitution, organisation française créée par des travailleuses et travailleurs du sexe pour la défense leurs Le fait de solliciter, d'accepter ou d'obtenir des relations de nature sexuelle d'une personne qui se livre à la prostitution, y compris de façon occasionnelle, en échange d'une rémunération, d'une promesse de rémunération, de la fourniture d'un avantage en nature ou de la promesse d'un tel avantage est puni de l'amende prévue pour les contraventions de la cinquième classe. Futur article 611-1 du Code Pénal. Le-lundi-il allait-voir-les-prostitueesLe long parcours législatif de la proposition de loi renforçant la lutte contre le système prostitutionnel» arrivera à son terme. Déposée en octobre 2013, elle aura connu trois débats et trois votes dans chacune des deux assemblées parlementaires, mobilisée, sans succès, une commission mixte paritaire, et sera donc finalement adoptée par l'Assemblée Nationale, à qui l'article 45 de la Constitution de la Vème République donne le dernier mot en cas de désaccord avec le Sénat. L'opposition entre les deux chambres s'est cristallisée autour de la disposition centrale de la loi, soit la pénalisation des clients des prostituées. Sur un tel sujet, il existe de nombreux champs et niveaux d'analyse. Nous laisserons de côté ceux de la morale et de l'anthropologie, maîtrisés par les honnêtes gens qui savent et disent le bien. Sur le plan politique, qui doit être celui de l'efficacité par rapport aux finalités désirées, il convient de noter qu'une organisation comme Médecins du Monde, dont l'expertise, le désintéressement et l'œuvre d'utilité publique sont incontestables est très fermement opposée au texte. Sur le plan politique, qui doit être celui de l'efficacité par rapport aux finalités désirées, il convient de noter qu'une organisation comme Médecins du Monde, dont l'expertise, le désintéressement et l'œuvre d'utilité publique sont incontestables est très fermement opposée au texte, considérant que la répression législative de la prostitution a toujours pour conséquence d'isoler les travailleuses du sexe, accroissant leur précarité, entravant leur accès aux soins et à la prévention, et renforçant leur exposition aux violences et à l'exploitation. L'analyse de Médecins du Monde n'est pas isolée, mais partagée par tous les acteurs de terrain, c'est-à-dire ceux au contact de la réalité quotidienne de la prostitution. Elle est également partagée par mon client, le Collectif Droits et Prostitution, principale organisation française créée par des travailleuses et travailleurs du sexe pour la défense leurs droits. Les-hopitaux-les-prisons-et-les-putes-telles-sont-les-universites-de-la-vie-Nous sommes donc face à une loi, rejetée par ceux qu'elle est censée protéger, ainsi que par ceux qui les aident et les protègent effectivement. Cette loi d'hygiène mentale et d'infantilisation, bien plus que de protection, est une mauvaise loi, contre-productive, qui produira exactement l'inverse des effets recherchés. En effet, en supprimant tout délit de racolage, la loi établit la parfaite et totale légalité de l'activité visant à se prostituer. Or, dans le même temps, elle fait de l'achat d'actes sexuels, une infraction pénale, c'est-à-dire un acte strictement et systématiquement illégal. Ainsi, une activité totalement légale se prostituer génère un acte parfaitement illégal et pénalement réprimé (avoir recours aux services d'une prostituée) ! Cependant, cela n'est même pas sur le plan politico-sanitaire que cette loi est la plus néfaste. Juridiquement, elle repose sur une monstruosité, rarement vue dans l'histoire du droit. En effet, en supprimant tout délit de racolage, la loi établit la parfaite et totale légalité de l'activité visant à se prostituer. Or, dans le même temps, elle fait de l'achat d'actes sexuels, une infraction pénale, c'est-à-dire un acte strictement et systématiquement illégal. Ainsi, une activité totalement légale se prostituer génère un acte parfaitement illégal et pénalement réprimé avoir recours aux services d'une prostituée! les-prostituees-ukrainiennes-vont-augmenter-leurs-tarifsLe gouvernement actuel a montré, ces derniers mois, qu'il entretenait une relation assez libre et distante, légère, avec l'Etat de droit. Ici, il instille une aporie vertigineuse dans notre ordre juridique, en son plein cœur, en son point le plus sacré et fragile, en droit pénal. A elle seule, cette folie juridique, devrait balayer la loi. Le Conseil Constitutionnel aura également à se prononcer sur de lourdes problématiques liées aux droits fondamentaux: doit à la protection de la santé et de la sécurité des personnes, libre disposition de son corps, liberté du commerce et de l'industrie. Il faut que les sénateurs, qui ont rejeté par trois fois ce principe de pénalisation du client, osent saisir le Conseil Constitutionnel dès le vote final de la loi. S'il ne s'en trouve 60 pour le faire c'est le seuil prévu par la Constitution, j'invite Gérard Larcher, Président du Sénat, à user de son droit constitutionnel en la matière et à saisir lui-même les sages de la rue Montpensier. Peu importe son opinion personnelle sur la loi. La majorité de son assemblée a voté contre par trois fois et celle-ci subit l'humiliation du dernier mot donné à l'Assemblée Nationale. Il est de son devoir constitutionnel, s'agissant d'une loi soulevant tant de graves enjeux juridiques, que celle-ci puisse être examinée par le Conseil Constitutionnel avant toute entrée en vigueur. PROSTITION A DOMICILEEn tout état de cause, et par principe, il est du devoir de Gérard Larcher et de ses sénateurs d'exercer leurs droits, pour que cette loi dangereuse n'intègre jamais notre ordre juridique. Mais à regarder autre choses que ces madames il suffit de regarder politiquement et révolutionnairement les uns comme ou contre les autres, une preuve indictable certains ont essayé de se faire inviter chez Monsieur Valls pour prendre l’apéritif. Pendant ce temps Bruxelles ne cesse de reculer la date d’extradition via la France et tout un chacun attend pour comprendre ce qui se passe dans les Paradis Fiscaux pour comprendre c’est la pelote de fil d’Ariane, mais nous sommes trop idiots ou débiles pour comprendre que nous sommes manipulés depuis des siècles. Que va nous réserver cette décade, mais imaginer comme le dit Bouvard Philippe, rien n’empêche d’aller ces dames de petites vertus au Bois de Boulogne, en ayant un bouquet de fleurs à la main et un poème copier/ coller provenant d’Internet qui pourra lui coller une amande supérieure pour un racolage taxé à plus de 1500€. Nous allons constater ce qui va se passer cette décade, pourrons nous passer pour plus débiles que nous la somme ? Que va-t-il nous nous rester puis quoi dessiner alors à Péret pour aller vite sur le gaz. Le Panda Patrick Juan      

Commentaires

Le Panda

Agnès Saal, l'ancienne présidente de l'Institut national de l'audiovisuel (INA), a été condamnée à verser 150 jours-amende à 30 euros, soit 4500 euros, et 3000 euros de dommages et intérêts par le tribunal de grande instance de Créteil (Val-de-Marne), lundi 11 avril, pour "détournement de fonds publics". Epinglée pour des dizaines de milliers d'euros en frais de taxi Elle a préféré plaider coupable pour précipiter l'épilogue d'une affaire qui avait déclenché une tempête médiatique. Agnès Saal avait en effet été contrainte de présenter sa démission, le 28 avril 2015, après la révélation du montant de ses frais de taxi : près de 41 000 euros en dix mois. Les 3000 euros de dommages et intérêts seront versés à l'association anticor, qui milite contre la corruption. Celle-ci réclamait 9000 euros auprès du tribunal de Créteil.
Le Panda

Au centre de la place de la République, où l'on a bouclé ce lundi matin une onzième « Nuit Debout », une centaine de CRS a évacué ce lundi matin le lieu emblématique des combats des de « Nuit-deboutistes ». Dans le calme, à partir de 5h30, ils ont demandé aux manifestants présents -quelques dizaines- de démonter les tentes encore présentes et de quitter les lieux. « En respect de l'accord avec les manifestants » qui courait jusqu'au 11 avril, a réagi, entre autres, la ministre de l'Emploi Myriam El Khomri, qui ajoute que « la liberté de manifester n'est pas la liberté de casser ».
Le Panda

Vers 7h30,, il n'y avait plus que les services de propreté de la ville de Paris, en présence de forces de l'ordre, pour continuer de nettoyer et démonter les dernières bannières. Qui restaient habituellement, au fil des flux nocturnes et reflux matinaux. D'ores et déjà, une nouvelle demande d'occupation a été déposée pour lundi soir. « Une nouvelle déclaration de manifestation a été déposée, signifiant que le mouvement pourra reprendre lundi soir », a affirmé une source policière à l'AFP. Comme chaque soir, une assemblée générale est prévue à 18 heures. Depuis 31 mars, la place de la République est devenue une grande agora où l'on vient discuter, surtout la nuit, de l'abandon du projet de loi Travail et d'une société plus juste. Le mouvement a fait tache d'huile dans plusieurs grandes villes de France, et en banlieue. Plusieurs matins, notamment les 1er et 2 avril, la place avait été évacuée. Puis réinvestie.
Le Panda

L'évacuation de ce 11 avril fait probablement suite aux débordements de l'avant-veille. Dans la nuit de samedi à dimanche, quelque trois cents manifestants avaient voulu s'inviter devant le domicile de Manuel Valls, rue Keller, derrière la place de la Bastille (XIème). Faute de pouvoir approcher, certains ont jeté des pierres sur le commissariat et dégradé les façades de plusieurs agences bancaires. Et le maire PS du 3e arrondissement de Paris, Pierre Aidenbaum, est en colère. Dimanche soir, sur iTélé, l'édile a « condamné fermement » les débordements de la veille et évoqué l'évacuation de la place, contrairement à la maire de Paris Anne Hidalgo qui, dans Le Figaro, avait simplement annoncé porter plainte pour les dégradations. « Voir plusieurs centaines de personnes attaquer en pleine nuit le commissariat du XIe, en plus, avec tout ce que cela a comme symbolique après les attentats, s'en prendre aux forces de l'ordre qui depuis des mois et des mois sont là pour défendre les Parisiens, défendre nos valeurs et la République, est totalement inacceptable ».
Le Panda

« Il faut remettre de l'ordre sur la place de la République. C'est une place populaire, une place pour tout le monde. Aujourd'hui, les habitants de nos arrondissements, les Parisiens ne peuvent plus y accéder, il faut qu'on revienne véritablement à un État de droit sur cette place de la République », estimait encore, dimanche soir, Pierre Aidenbaum. Et d'expliquer : « Il y avait au début des jeunes qui défendaient un certain nombre de valeurs. Aujourd'hui, nous sommes passés à un autre stade, ce ne sont plus du tout (ces) manif qui sont là ou ils sont débordés par des groupes connus », « indésirables », ajoutait-il. « La place est dégradée, souillée, ça ne peut plus durer ».
Le Panda

Alors qu'après leur onzième Nuit Debout, les manifestants ont été évacués ce lundi matin de la Place de la République à Paris, droite et gauche se divisent sur la nécessité d'interdire ou non ce rassemblement. «Il faut le tolérer mais l'encadrer», juge Jean-Christophe Cambadélis. Invité de France Info, le Premier secrétaire du PS estime que «tant que c'était bon enfant, on pouvait tolérer, mais depuis quelques jours la violence s'est invitée». «Dénoncer n'est pas interdire, explique-t-il encore. Il faut tolérer Nuit Debout mais l'encadrer, il faut que les forces de l'ordre soient là». Et Jean-Christophe Cambadélis précise : «Il y aurait des CRS debout qui seraient là pour faire en sorte les violences ne viennent pas perturber ceux qui veulent discuter.» Le patron du PS a redit qu'il était allé voir incognito ce qui se passait Place de la République mais qu'il n'avait pas été reconnu par les manifestants. «J'avais une casquette», assure-t-il.
Le Panda

« Je souhaite que ces débats pacifiques puissent continuer ce soir», demande Aurélie Filippetti. Sur RTL, la députée PS proche des frondeurs minimise l'évacuation du matin rappelant que « tous les matins, on demandait à ces militants de partir ». Elle appelle à la poursuite du mouvement et «qu'il n'y ait ni débordement, ni violence.» «Il faut que ça puisse se passer dans le calme, mais que ça puisse se passer », insiste-t-elle, jugeant que toutes les discussions qui y sont organisées font « partie du débat démocratique ». « La liberté de manifester n'est pas la liberté de casser », martèle Myriam El Khomri. « Il y avait cette autorisation (d'occupation de la place) jusqu'au 11 avril », relève sur Europe 1 la ministre du Travail qui juge l'évacuation normale, et ajoute qu'il faut aussi «prendre en considération que des commerçants sont gênés par cette mobilisation ». Par ailleurs, « il est très important de distinguer les militants pacifistes qui se mobilisent, et je suis attentive à leur revendications », et les autres. Alors que Nuit Debout a commencé le 31 mars à la suite d'une mobilisation contre son projet de réforme du code du travail, la ministre estime que « c'est un contexte, on voit bien que cette mobilisation dépasse le cadre de la loi ».
Le Panda

« Je suis choqué par l'évacuation de Nuit debout», assure Pierre Laurent. Le numéro 1 communiste rappelle sur LCI que c'est «un rassemblement pacifiste ». «Il suffit d’une discussion pour trouver un modus operandi », ajoute-t-il. Concernant les violences de samedi, il souligne qu’elles « n’ont pas eu lieu sur la place » et « qu’elles ne servent pas les manifestants ». Selon lui, ce mouvement est un « débat politique intéressant » que l’on devrait « encourager ». «C'est irresponsable», selon Christian Estrosi. Sur Sud Radio et Public Sénat, le président les Républicains de la région Paca dénonce l'occupation de la place de la République. «Le gouvernement a eu raison de faire évacuer. Nuit Debout va totalement à l'encontre de l'état d'urgence», proteste-t-il. «La colère ne justifie pas qu'on occupe le domaine public», ajoute-il, estimant que les forces de l'ordre ont «autre chose à faire que de contrôler les manifestations publiques, c'est irresponsable d'avoir cette attitude». Selon lui, «si nous étions au lendemain du Bataclan, les mêmes occuperaient-ils l'espace public ? Non. »
Le Panda

« Aujourd'hui il est temps d'évacuer », juge Geoffroy Didier. Sur iTélé le vice-président de la région Île-de-France (LR) et candidat à la primaire de la droite Geoffroy Didier rappelle qu'il «y a l'état d'urgence et qu'il y a un temps pour tout». Les débordements justifient l'évacuation selon lui. Mais il ajoute qu'« il faut reprendre le dialogue. Il faut être attentif à tous les mouvements de désespérance et de colère».
Le Panda

Non à « une dictature de la minorité », estime Bruno Le Maire. « Il faut faire respecter la loi, la manifestation n'était pas autorisée ce matin., la place doit être évacuée, et d'autant plus qu'on est en état d'urgence », juge sur France Inter le député LR de l'Eure Bruno Le Maire. Nuit Debout ne résume pas la contestation, selon lui, « ce sont tous les Français qui ne sont pas satisfaits de la politique du gouvernement aujourd'hui », et « plein d'autres se mobilisent, qu'on ne voit pas ». « Chacun mérite l'écoute, chacun mérite le respect mais pas de dictature de la minorité dans notre pays », martèle le candidat à la primaire à droite qui refuse que des lycéens ou des étudiants soient empêchés par les mobilisations des jeunes de réviser leurs examens ou d'aller en cours.
Le Panda

« Nuit Debout est anti-jeunes et pro-chômage », dénonce Luc Ferry. « Ce n'est pas la jeunesse, c'est une petite partie », tient à souligner l'ancien ministre de l'Education nationale sous Jacques Chirac au sujet des manifestants. Selon le philosophe, contrairement à ce qu'ils pensent, la loi El Khomri va «dans le bon sens» notamment parce qu'«elle correspond à la réalité des petites entreprises». VIDEO. Luc Ferry : « Nuit Debout est anti-jeunes»
Le Panda

La police fait état de cinq explosions à l'entrée d'un commissariat dans une ville située au sud du pays, dans la région de Stavropol. Un agent qui se trouvait sur place parle de trois kamikazes. Au moins trois kamikazes ont été tués lundi en actionnant leur ceinture d'explosifs à l'entrée d'un commissariat de Novosselitskoïé, petite ville dans le sud de la Russie dans la région de Stavropol, a déclaré un policier témoin des faits. "Trois personnes se sont fait exploser après que le garde a bloqué la porte du bâtiment", a déclaré Sergueï Karamichev, le numéro 2 de ce commissariat, qui se trouvait sur place au moment de l'attaque. "Nous avions une réunion ce matin et d'un coup, nous avons entendu cinq explosions", a-t-il ajouté, précisant qu'il s'agissait de "trois kamikazes et une grenade", l'origine de la cinquième explosion restant encore inconnue. "Personne n'a été blessé parmi les habitants ou les policiers", a-t-il déclaré.
Le Panda

Au moins deux explosions ont eu lieu lundi à l'entrée d'un commissariat de Novosselitskoïé, petite ville de la région de Stavropol, dans le sud de la Russie. Google Maps L'identité des kamikazes n'a pas encore été établie, "il ne reste que des morceaux de chair" devant le commissariat, a affirmé M. Karamichev. Les agences de presse russes ont fait état de la présence d'un 4e assaillant, abattu par la police lors de l'attaque qui a débuté peu après 10h00 locales (07h00 GMT). La façade extérieure du commissariat était tachée de sang, d'après les images d'une vidéo amateur publiée sur Internet par la chaîne russe de télévision LifeNews. Des débris non-identifiables jonchaient le sol, selon ces mêmes images. La police a demandé aux habitants de cette petite ville de 8 000 habitants de rester chez eux, d'après LifeNews.
Le Panda

Romain Boutilly, du magazine de France 2 "Complément d'enquête", suit depuis quatre mois le parcours du jihadiste Fabien Clain, pour un documentaire exceptionnel qui sera diffusé en juin. Longue djellaba, épaisse barbe et carrure de rugbyman... C’est un client peu ordinaire qui débarque ce jour-là dans la boutique Music Action, à Toulouse. Quelques jours à peine après les attentats de Charlie Hebdo et de l'Hyper Cacher à Paris, le jihadiste Fabien Clain est dans la ville rose ce 21 janvier 2015 pour un après-midi shopping. Sur sa liste de course, un logiciel pour transformer les voix, un micro dernier cri à 1 400 euros, une carte son, des enceintes puissantes... En tout près de 3 600 euros de "matériel professionnel de très haute qualité", de quoi recréer un home studio d’enregistrement. Sans se douter à qui il a affaire, un jeune vendeur conseille ce client "peu bavard, mais correct". "Il voulait ce qui faisait de mieux, et semblait peu préoccupé par le prix", nous confirmera l’un des vendeurs, à qui Fabien Clain confie vouloir "quelque chose de facilement transportable" pour "enregistrer des chants religieux".
Le Panda

Trois visites à Toulouse... alors qu'il y est interdit de séjour A cet instant, le vendeur est loin d’imaginer à quoi servira plus tard tout ce matériel audio ultraperformant. Fabien Clain, pourtant interdit de séjour à Toulouse (et dans 23 départements), va même se payer le luxe de venir à trois reprises dans le magasin hi-fi, le 21 et le 30 janvier, ainsi que le 7 février. Il est d’abord seul, puis accompagné de sa mère, qui a souscrit pour lui un crédit Sofinco, avant que sa sœur ne vienne récupérer le micro qui, "fin février, tarde a arriver". Dix mois plus tard, après les attentats du 13 novembre, le gérant du magasin reconnaît formellement ce client exigeant de 38 ans d’origine réunionnaise, dont le portrait passe en boucle dans les médias. C’est sans doute avec ce matériel qu’il a enregistré de sa voix la revendication des attentats, sur fond de nasheed (chant religieux) chantée par son frère, Jean-Michel.
Le Panda

Un départ pour la Syrie le 9 mars 2015 Fabien Clain a-t-il fait un aller-retour depuis Raqqa pour venir faire ses achats a Toulouse ? Clairement non, contrairement à ce qu’affirmait hier le Journal du Dimanche. Et pour cause, il était déjà en France, et n’avait pas encore rejoint les rangs de l'Etat islamique. Selon les informations de "Complément d’enquête", Fabien Clain aurait quitté le sol français le 9 mars 2015, en famille. Un départ qu’il a pu tranquillement organiser pas à pas, durant plusieurs semaines. Cinq mois plus tôt, alors qu’il est sous contrôle judiciaire à Alençon (Orne), un étrange balai de voitures intrigue son voisinage. "Des jeunes barbus en djellaba, dont beaucoup de convertis", défilent dans un des deux appartements que Fabien Clain loue au nom de sa femme.
Le Panda

Les disciples d'Alençon Suivi par un juge d’application des peines, interdit de séjour dans 23 départements, Fabien Clain a purgé sa peine de cinq ans de prison dans la filière "d’Artigat". Il se sait sans doute surveillé, mais cela ne l’empêche pas de poursuivre ses séances d’apprentissage religieux,comme il l’a longtemps fait à Toulouse au début des années 2000. Ses nouveaux disciples ? Quelques jeunes d’Alençon, mais surtout deux recrues originaires de Seine-Saint-Denis : Macreme Abrougui et Thomas Mayet. Pour ces derniers, "Fabien Clain apparaît clairement comme le mentor, celui qui va les radicaliser", nous ont confié plusieurs sources proches de l’enquête. Subitement, fin novembre 2014, il vide ses domiciles, confie les clés à un ami, "oublie" de payer ses loyers et disparaît d’Alençon.
Le Panda

Des réunions dans des garages Début janvier 2015, Fabien Clain navigue entre Toulouse et la Seine-Saint-Denis, bravant ainsi son contrôle judiciaire. On retrouve sa trace à Dugny, Pierrefitte-sur-Seine, où il rejoint ses nouveaux acolytes Thomas et Macreme, gérants de garages et de plusieurs boutiques de pièces détachées de Seine-Saint-Denis soupçonnés d’être des "nids à djihadistes". Selon les informations de "Complément d’enquête", plusieurs réunions y seront discrètement observées par les services de renseignements. Séances d’endoctrinement ? Préparation du départ en Syrie ? Difficile d’en savoir plus. Les enquêteurs n’excluent pas que "c’est peut-être depuis ces garages qu’auraient pu être donné les instructions à Sid Ahmed Ghlam d’attaquer une église a Villejuif". Un attentat raté dont Fabien Clain est suspecté d’être le commanditaire.
Le Panda

La route des Balkans Début mars, le mentor et ses nouveaux disciples, tous fichés S, vont décider de rejoindre les rangs de l’Etat islamique, par voie terrestre. Avec femmes et enfants, ils partent pour la Syrie via l’Allemagne, l’Autriche puis la route des Balkans. Prudence oblige, plusieurs convois de trois ou quatre voitures prennent la route, à plusieurs jours d’intervalles. Un périple de 4 000 km semé d’embûches. La quinzaine de candidats au jihad fait l'objet de plusieurs contrôles, et même "une course-poursuite à 250 km/h avec la police grecque", racontera Thomas Mayet à sa mère. Fabien Clain parvient à passer entre les gouttes, et rejoint le califat vraisemblablement en mai 2015. Mais un imprévu semble avoir perturbé ses plans : sa mère, qu’il a convertie et convaincu d’émigrer vers le califat, décède d’une cirrhose au foie mal soignée. Et sa femme, Mylène F. est, quant à elle, "bloquée prés de deux mois en Grèce" avec leurs trois enfants, entre avril et mai 2015.
Le Panda

La mystérieuse visite de sa femme près de Toulouse Seule certitude, plusieurs sources ont raconté à "Complément d’enquête" un étrange épisode qui s’est produit début juin 2015. Après le décès de la mère de Fabien et Jean-Michel Clain, une cérémonie religieuse est organisée par la famille, dans une maison louée par Diana Clain, une cousine, à Ambax, petit hameau perdu en Haute-Garonne, à une heure de Toulouse. A la surprise de plusieurs participants, Mylène F., la femme de Fabien Clain, est là, avec ses enfants, "comme si de rien n’était". Faute d’avoir pu entrer en Syrie, elle a donc rebroussé chemin et la voilà de retour en France. Elle explique aux cousins et cousines "qu’après avoir pris du bon temps en vacances en Grèce, elle compte s’installer à Ambax, et inscrire les enfants aux cours par correspondance". Dans la famille, personne ne croit à cette version. Tous ont compris qu’après avoir longuement hésité, Fabien a rejoint son frère Jean-Michel en Syrie, parti il y a un an presque jour pour jour en Syrie.
Le Panda

Sa femme part le rejoindre en Syrie, sans être inquiétée Quelques minutes plus tard, deux gendarmes du village d’à côté frappent à la porte, alertés par les services de renseignements. Ils sont venus confisquer le passeport de Mylène.F, "pour l’empêcher de rejoindre son mari, suspecté d’avoir rejoint la Syrie le 9 mars 2015". Quelques jours plus tard, Mylène F. aurait été, selon nos informations, auditionnée comme il se doit par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). Peine perdue. Le 1er juillet 2015, Mylène décide de reprendre le chemin du califat avec ses enfants. Elle s’en va retrouver Fabien alias Abou Omar, son mari, désormais en bonne place dans l'organigramme de Daech à Raqqa. Selon Libération, les deux frères seraient parmi les cibles de la coalition qui bombarde le groupe terroriste. La dernière preuve de vie de Fabien Clain remonte au 21 janvier 2016. Ce jour-là, il lit un flash radio sur Al-Hayat.
Le Panda

En parallèle des manifestations contre la Loi travail qui se poursuivent en France, Manuel Valls a une nouvelle fois rencontré les représentants lycéens et étudiants à Matignon afin de calmer leur colère. Le Premier ministre a ainsi annoncé une série de mesures - qui coûteront entre 400 et 500 millions d'euros par an - afin de favoriser l'insertion des jeunes sur le marché du travail. Le 6 avril dernier, à l'issue d'un rendez-vous avec plusieurs ministres dont Myriam El Khomri, le président de l'UNEF, le principal syndicat étudiant, avait appelé les jeunes à poursuivre la mobilisation qui les anime depuis maintenant plusieurs semaines. Ces principales mesures ont toutefois contenté Wiliam Martinet qui s'est dit "satisfait" d'une "réponse concrète à des revendications des jeunes".
Le Panda

Augmentation du coût des Contrats à Durée Déterminée Afin de favoriser les embauches en Contrat à Durée Indéterminée (CDI), le gouvernement va rendre obligatoire la surtaxation des Contrats à Durée Déterminée (CDD), qui concernent en France plus de 80% des premières embauches. Dans les prochains jours, les partenaires sociaux devront définir les contours de la modulation des contributions patronales à l'assurance chômage par laquelle passera cette taxation.
Le Panda

Prolongation des bourses pour les jeunes diplômés À la rentrée 2016, le gouvernement mettra en place une "aide à la recherche du premier emploi" en parallèle de la "garantie jeune" qui concerne les 16-25 ans peu ou pas diplômés. Cette nouvelle mesure, qui pourrait coûter quelque 130 millions d'euros par an, se caractérise par une prolongation de quatre mois des bourses pour les étudiants diplômés d'origine modeste en situation d'inactivité et à la recherche d'un emploi. Par ailleurs, les bourses lycéennes seront également augmentées (de 10% pour celles versées sur critères sociaux) tout comme le salaire des plus jeunes apprentis qui doit également être revu à la hausse. L'État a consacré 80 millions d'euros dans le budget 2017 afin que les apprentis de moins de 20 ans soient augmentés de 300 à 400 euros.
Le Panda

Augmentation des places en BTS François Hollande l'a déjà annoncé, il souhaite augmenter le nombre d'apprentis dans les entreprises françaises. Dans cette optique, le gouvernement souhaite donc augmenter les places en BTS (une formation qui propose des contrats en alternance) et particulièrement concernant les quotas réservés aux diplômés de baccalauréats technologiques en IUT. Ainsi, 2.000 places par an devraient être créées pendant les cinq prochaines années dans ces sections à partir de la rentrée 2016. Une aide financière et une aide au logement Actuellement, 25.000 étudiants en France sont dispensés de payer les droits d'inscription à l'université. Alors qu'aucune aide financière ne leur était octroyée, ces étudiants percevront 1.000 euros par an. Pour cette mesure destinée à aider les étudiants en situation de précarité mais également des classes moyennes, l'État consacrera un budget de 25 millions d'euros. Par ailleurs, en association avec Action logement, le gouvernement mettra en place une garantie locative à destination de 300.000 jeunes de moins de 30 ans en recherche d'un logement. L'État se portera garant des locataires avec une enveloppe d'une centaine de millions d'euros.
Le Panda

Emmanuel Macron n'a pas les faveurs d'Aurélie Filippetti. L'ex-ministre de la Culture et de la Communication, qui a quitté le gouvernement concomitamment à Arnaud Montebourg et Benoît Hamon en août 2014, est critique à l'égard du ministre de l'Économie et de son nouveau mouvement, censé n'être ni de droite ni de gauche, "En Marche". "Il faudrait déjà que ses solutions radicales, il les mette en oeuvre au ministère dont il a la charge à Bercy. Je souhaite qu'Emmanuel Macron nous présente son bilan de ministre de l'Économie, parce que ça il se garde bien de le faire." Pour la députée de Moselle, qui n'a pas précisé si elle jouerait un rôle dans une éventuelle primaire de la gauche à la fin de l'année 2016, Emmanuel Macron "parle de lui-même, de sa carrière, de son ambition. On a compris qu'elle était grande mais ses réalisations et ses actions au ministère de l'Économie à Bercy, personne ne les voit." Pour se défendre, Emmanuel Macron a déclaré le 10 avril sur France 2 avoir créer ce mouvement en réponse "aux blocages" qu'il "perçoit au sein du gouvernement". Le ministre compte 13.000 adhérents dans ses rangs.
Le Panda

France Télévisions et 15 autres médias européens lancent une grande enquête dans le but de dresser le portrait des 18-34 ans dans toute l'Europe. A partir du 11 avril 2016, Génération What ? donne la parole aux 100 millions de jeunes de 12 pays européens. L'enquête comporte 150 questions, qui interrogent chaque internaute sur un ensemble de valeurs, d'attitudes et de comportements. C'est la première campagne qui invite la jeunesse européenne à dresser son portrait. C’est un miroir des 18-34 ans qui dépasse les frontières. Pendant six mois, Génération What ? met les jeunes d’Europe au cœur du débat. Cette enquête inédite s'inscrit dans la suite de l'opération Génération Quoi, lancée en 2013 par France Télévisions. Plus de 250 000 Français s'étaient connectés pour exprimer leur opinion et faire leur autoportrait.
Le Panda

Les policiers macédoniens ont utilisé du gaz lacrymogène contre un groupe de 500 migrants qui tentait de franchir la frontière entre la Grèce et la Macédoine. Il y aurait plus de 200 blessés selon l'organisation Médecin sans frontières. Les tensions s'accentuent au poste-frontière d'Idomeni, entre la Grèce et la Macédoine, dont le franchissement est interdit depuis le mois de mars. Ce dimanche en fin de matinée, quelque 500 migrants ont tenté de forcer la barrière grillagée de la frontière côté grec, réclamant son ouverture. Ils ont aussi lancé des pierres sur les policiers macédoniens qui ont riposté en tirant des gaz lacrymogènes.
Le Panda

Policía macedonia y griega reprime a refugiados sirios en #Idomeni #Grecia y la #UE los rechaza violando sus DDHH pic.twitter.com/lbDjuZj9eb — Reinaldo Flores (@reinaldoflores) April 10, 2016 Selon Achilleas Tzemos, un responsable de l'association Médecins sans frontières (MSF), "environ 300 personnes ont été blessées, dont 200 ont été secourues par notre unité médicale pour des problèmes respiratoires, 30 pour des blessures provenant des balles en plastique et 30 pour d'autres blessures". Selon lui, plusieurs personnes ont été transférées à l'hôpital de Kilkis, une ville proche d'Idomeni. "Nous traitons des patients pour des blessures liées à des coups et une exposition aux gaz lacrymogènes. Cette femme est enceinte", écrit MSF dans un tweet.
Le Panda

We're treating patients for injuries sustained during beatings and for exposure to tear gas. This woman is pregnant. pic.twitter.com/CS3a3GbOrE — MSF Sea (@MSF_Sea) April 10, 2016 La police macédonienne réfute les accusations selon lesquelles les agents ont utilisé des balles de plastique. "Nous utilisons des produits chimiques autorisés et aucun genre de balle", a déclaré Liza Bendvska, une porte-parole de la police macédonienne. "Trois policiers ont été blessés légèrement", a-t-elle ajouté. We are treating this 16 year old child after he was allegedly beaten by authorities... pic.twitter.com/Usmxi2VEhP — MSF Sea (@MSF_Sea) April 10, 2016
Le Panda

Des rumeurs sur la réouverture de la frontière Toni Angelovski, porte-parole du ministère de l'Intérieur, a affirmé de son côté que ces policiers "ont tiré des gaz pour se protéger et (protéger) la frontière quand un groupe de migrants a tenté de détruire le grillage". Idomeni, scontro fra migranti e polizia macedone, decine di feriti #spaziotransnazionale informa https://t.co/RcIbTbnKNy — SpazioTransnazionale (@oltreradio) April 10, 2016 Ce mouvement de foule fait suite à des rumeurs sur une potentielle réouverture de la frontière, entendues dans le camp de réfugiés d'Idomeni, selon une source policière. Depuis l'annonce de la fermeture de ce poste-frontière situé sur la route des Balkans, très empruntée par les migrants, au début du mois de mars, plus de 11 000 réfugiés attendent dans ce camp de fortune, dans des conditions maintes fois dénoncées. Les tentatives du gouvernement grec pour convaincre les migrants d'Idomeni de quitter les lieux pour être transférés dans des centres d'accueil avoisinants, n'ont pas pour le moment eu les résultats attendus, les migrants préférant rester à Idomeni en espérant toujours l'ouverture de la frontière.
Le Panda

Une perquisition a été menée mardi à la Société générale, l'une des banques citées dans le scandale des Panama Papers pour avoir ouvert près de 1 000 sociétés offshore via le cabinet d'avocats panaméen Mossack Fonseca, a-t-on appris dimanche de source judiciaire. Le siège du groupe à La Défense a été perquisitionné par les enquêteurs de l'Office central de lutte contre les infractions financières et fiscales (OCLCIFF), a précisé cette source, confirmant une information du Journal du dimanche. « Des documents, notamment informatiques, ont été saisis », a-t-elle ajouté. Cette perquisition est intervenue dans le cadre de l'enquête préliminaire ouverte par le Parquet national financier pour « blanchiment de fraudes fiscales aggravées » le 4 avril, le lendemain des premières révélations sur cette affaire d'évasion fiscale à l'échelle mondiale. Selon Le Monde, la Société générale est la quatrième banque derrière HSBC, UBS, Credit Suisse à avoir eu le plus recours à Mossack Fonseca : elle aurait créé 979 sociétés offshore, via le cabinet d'avocats panaméens, pour le compte de clients.
Le Panda

Une gestion « totalement transparente » Le groupe français assure que seules quelques dizaines d'entre elles sont encore en activité et qu'elles sont gérées de façon « totalement transparente ». En 2012, devant la commission d'enquête sénatoriale sur l'évasion de capitaux, son directeur général, Frédéric Oudéa, avait déclaré sous serment que la banque avait fermé ses implantations dans les pays figurant sur la liste grise des paradis fiscaux, ainsi que dans les États jugés non coopératifs, comme le Panama. Le sénateur LR Philippe Dominati, ex-président de cette commission d'enquête, a souhaité jeudi que Frédéric Oudéa soit de nouveau auditionné. Quant au régulateur des banques françaises, il leur a demandé des informations « complémentaires » concernant leurs activités dans les paradis fiscaux. Depuis la publication des Panama Papers, la Société générale est la cible de multiples critiques. Son ex-trader Jérôme Kerviel, avec qui elle s'affronte sur le terrain judiciaire depuis plusieurs années, l'a taxé de « multirécidiviste des infractions », tandis que le dirigeant du Parti de gauche Jean-Luc Mélenchon a estimé que ses dirigeants étaient des « menteurs » qui devaient « être châtiés ». La banque a annoncé qu'elle allait engager des poursuites en diffamation contre les deux hommes et contre l'avocat de Jérôme Kerviel, Me David Koubbi.
Le Panda

Ils ont été "surpris par la rapidité des progrès de l'enquête", selon le parquet fédéral belge. Des éléments de l'enquête montrent que la cellule jihadiste de Bruxelles, dont font partie Salah Abdeslam et Mohamed Abrini, voulait à nouveau frapper la France, annonce le parquet, dimanche 10 avril. "Le parquet fédéral confirme qu'il ressort de plusieurs éléments de l'enquête que l'objectif du groupe terroriste était de frapper à nouveau la France et que c'est pris de court par l'enquête qui avançait à grands pas qu'ils ont finalement décidé dans l'urgence de frapper Bruxelles", écrit le parquet dans un communiqué. Selon la RTBF, Mohamed Abrini a expliqué aux enquêteurs que l'arrestation de Salah Abdeslam avait précipité l'entreprise terroriste. "Les terroristes étaient traqués par la police et ont décidé de frapper plus vite, et en Belgique", écrit la chaîne belge sur son site.
Le Panda

Le parquet fédéral belge a annoncé, mardi 12 avril, l'inculpation de deux nouvelles personnes dans l'enquête sur les attentats du 22 mars à Bruxelles. Les deux hommes sont inculpés "de participation aux activités d'un groupe terroriste, d'assassinats terroristes et de tentatives d'assassinats terroristes, comme auteur, coauteur ou complice". Ils sont soupçonnés d'avoir un lien avec une cachette de la cellule jihadiste de Bruxelles. Samïl F., né en 1984, et Ibrahim F., né en 1988 "auraient un lien avec la location de l'adresse de la rue des Casernes à Etterbeek", une commune de l'agglomération de Bruxelles, explique le parquet.
Le Panda

En lien avec l'opération menée à Etterbeek Un logement avait été perquisitionné samedi après-midi à cette adresse lors d'une opération de grande envergure. Le résultat de l'opération s'était toutefois révélé "négatif", selon un précédent communiqué. Selon la chaîne RTBF, cette cachette a servi de point de départ, le 22 mars, à Khalid El Bakraoui, le kamikaze de la station de métro Maelbeek, accompagné d'Osama Krayem, qui a été arrêté et inculpé en fin de semaine. "L'enquête se poursuit activement, jour et nuit", souligne le parquet.
Le Panda

Lundi 11 avril, Manuel Valls a reçu les organisations étudiantes à Matignon pour évoquer avec elles la loi Travail, qui a commencé son parcours parlementaire. Laurent Wauquiez a dénoncé ces mesures. "On propose donc de donner 250 euros à des jeunes qui ne sont pas étudiants et qui n'ont pas commencé à travailler et ça pour des étudiants et des jeunes qui n'ont même pas commencé à travailler." Le numéro deux des Républicains, qui soutient Nicolas Sarkozy, considère qu'il serait "plus utile de mettre ces 250 euros en allègement de charges pour qu'ils trouvent leur premier emploi. L'erreur majeure de Manuel Valls, c'est de croire que l'attente des jeunes, c'est d'avoir un chèque à la fin du mois de prestation sociale. Ce qu'ils attendent, ce n'est pas qu'on achète leur silence. Le message qu'ils sont en train de leur envoyer, c'est : avant même qu'on ait commencé à travailler, en France, on gagne plus par les prestations sociales".
Le Panda

Des réductions de charges ont pourtant été réalisées au profit des entreprises avec le Crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE) et le Pacte de responsabilité notamment. Pour celui qui est "pour le social par le travail et pas pour le social par l'assistanat", "on donne 250 euros à des jeunes qui ont 23 ans pendant quatre mois, c'est comme ça qu'on construit leur avenir en France ? C'est ça qu'on veut envoyer comme message ? La jeunesse ne se résume pas à "Nuit debout" en France", termine-t-il.
Le Panda

François Hollande veut clarifier sa ligne politique au cours d'une grande émission spéciale diffusée le 14 avril sur France 2 : Dialogues citoyens. Cette dernière souffre déjà d'une polémique. Selon nos informations, deux des six Français sélectionnés par France 2 ont été écartés du casting par l'Élysée : un agriculteur et Nadine Hourmant, syndicaliste chez le volailler Doux. "J'avais bien préparé mon intervention", explique la syndicaliste au micro de RTL. "Simplement, je suis peut-être un danger pour le gouvernement ou pour François Hollande. Je dirai qu'aujourd'hui, il y a un président de la République qui muselle en fin de compte tout ce qui va à l'encontre de leur politique et dès que vous n'êtes pas dans le bon rang, vous êtes éliminé."
Le Panda

Cette émission est la première étape d'une opération de communication L'Élysée dément cette version. France 2 assure que les candidats écartés l'ont été par la chaîne. L'opération reconquête du président commence donc par une polémique. Cette émission de 90 minutes est la première étape d'une grande séquence de communication de 4 mois qui s'ouvre pour François Hollande. Le président va être interrogé sur son bilan, sur ce qu'il peut encore faire. Il dialoguera ensuite une heure avec quatre Français autour de la table. Aucune annonce majeure n'est à attendre : François Hollande veut expliquer, valoriser ce qu'il a déjà fait, soit des réformes sans toucher au modèle social avec un déficit public en baisse. Ce service après vente laisse perplexe plusieurs ministres. "Ça fait 3 ans qu'on tente d’expliquer, se lamente l'un d'eux mais le président poursuit son gadin dans les sondages."
Le Panda

Quand Myriem* a compris que son fils, Hissam*, était parti, elle l'a cherché partout. Elle a arpenté les rues du quartier populaire de Nîmes (Gard), où elle habite. Elle a voulu interroger les fréquentations de son fils. Mais il n'y avait plus personne. "Tout le monde avait disparu." Myriem était folle d'inquiétude. Elle est allée jusqu'à Marseille, elle a appelé l'aéroport. Ce n'est que trois jours après qu'elle a enfin reçu un message : "Maman, je suis partie au pays du Cham"**. "Cela veut dire la Syrie", traduit Myriem.
Le Panda

"Je ne sais pas pourquoi il est parti là-bas..." Hissam est parti avec trois copains. Il avait 21 ans. Il venait d'obtenir son permis, et il était en recherche d'emploi. Il avait un léger handicap et, pour cela, était suivi par un éducateur. "Je n'ai pas compris. Je ne sais pas pourquoi il est parti là-bas. Moi aussi je suis un peu perdue..." Tristesse, colère et culpabilité : Myriem ressent les trois à la fois. Elle culpabilise d'autant plus qu'avant le départ de son fils, elle a été gravement malade. Et se dit aujourd'hui qu'elle n'a peut-être pas été assez présente.
Le Panda

http://www.francetvinfo.fr/france/jihadistes-francais/document-francetv-a-nimes-lebouleversant-temoignage-des-meres-dedeux-jeunes-partis-en-syrie_1400381.html#xtor=EPR-51-[document-francetv-a-nimes-lebouleversant-temoignage-des-meres-dedeux-jeunes-partis-en-syrie_1400381]-20160412-[bouton]
Le Panda

Après avoir appris que son fils était parti en Syrie, Myriem n'a pas eu de nouvelles pendant trois mois. "Il faisait son stage d'entraînement là-bas." Puis Hissam a repris contact. "De temps en temps, je recevais des messages sur Facebook. Je parlais avec lui sur Skype. Parfois c'était pas lui qui me répondait." Myriem sort son téléphone. Entre deux thés à la menthe, elle montre l'historique de ces conversations. Ce n'est pas avec son compte qu'elle se connecte, mais avec celui de son plus jeune fils. La photo du profil Facebook est une photo des deux frères, tête contre tête. Les messages d'Hissam sont très courts. Deux ou trois phrases, jamais plus, avec quelques fautes d'orthographe. Des mots en arabe écrits en alphabet latin, des "je t'aime maman". Certains messages sont rédigés sans aucune faute, ce qui laisse penser à Myriem que quelqu'un les a écrits à la place du jeune homme.
Le Panda

"Il est resté six mois, puis il est mort" Hissam enjoint sa mère de faire des "douaa" pour lui, des invocations. Myriem est musulmane, mais ne porte pas le voile. A la demande de son fils, elle s'est voilée, puis s'est pris en photo sur un tapis, en position de prière. Elle a ensuite envoyé le cliché à son fils sur Facebook. Pour elle, c'était surtout une façon de communiquer avec lui, de conserver un lien. Le jeune homme aussi a envoyé des photos de lui. Des photos de lui à Nîmes, avant son départ, au volant d'une voiture. Et puis des selfies pris en Syrie, sur lesquels son visage découvert laisse apparaître une barbe naissante. Myriem les regarde avec émotion. Il y a également un portrait de lui en pied. Il est en tenue de combattant. "C'était à Raqqa", commente sa mère. ?Je lui ai dit : "Tu restes, t'es libre, mais tu ne fais de mal à personne. Tu ne vas pas au combat." Il m'a dit : "C'est pas moi qui choisit maman. C'est tout le monde qui va au combat". C'était une obligation.? Myriem à francetv info
Le Panda

"Il est resté six mois, et puis il est mort." Un silence s'installe. Myriem baisse la tête. Son regard est perdu dans le vide. Myriem avait un pressentiment. "La veille de sa mort, on a parlé presqu'une heure. Deux jours avant, j'ai fait des rêves bizarres." Elle n'a pas appris sa mort directement. Ce sont des amis de son fils, eux aussi en Syrie, qui l'ont prévenue. Difficile pour Myriem de faire son deuil. Pourtant, elle l'avoue : "Je préfère qu'il meure là-bas, qu'il soit décédé là-bas, plutôt qu'il vienne ici et qu'il fasse un attentat. Je suis triste. C'est mon fils, mais..."
Le Panda

"Je ne le reconnais pas. C'est quelqu'un d'autre..." Assise à ses côtés sur un canapé garni de coussins, Ouda* acquiesce. Son fils aussi est parti en Syrie. Lui est toujours vivant. Mickaël* avait 17 ans quand il a quitté la France. Il en a 19 aujourd'hui. "Je ne peux pas savoir ce qu'il fait exactement", regrette Ouda. A sa majorité, il a été marié. Ouda a des nouvelles de lui via l'application WhatsApp. Elle aussi montre une photo de son fils sur son téléphone. "Je ne le reconnais pas. C'est quelqu'un d'autre... C'est quelqu'un d'autre", répète-t-elle, songeuse.
Le Panda

Hissam et Mickaël étaient deux copains. Ils devaient partir en Syrie ensemble, mais quelque chose les en a empêchés. Tous les deux n'ont pas grandi dans des univers très religieux. Leurs mères se disent musulmanes, croyantes plus que pratiquantes, mais sont un peu gênées d'aborder leurs propres pratiques. Le comportement de leurs fils a changé de la même manière, peu avant leur départ. Ils restaient seuls. Ne parlaient pas beaucoup à la maison. Ils ne regardaient plus la télé, ne mangeaient plus avec leurs mères respectives. "Ce n'était pas vraiment religieux, car Hissam faisait la prière, mais il ne connaissait pas bien l'islam, ni l'arabe", raconte Myriem. "Ils ne prient pas de la bonne façon, pas dans la bonne direction", renchérit Ouda.
Le Panda

"Les recruteurs ont de belles voitures" Ouda estime que son fils s'est fait endoctriner au lycée. C'est là que certains "recruteurs" auraient agi. "Beaucoup de personnes radicalisées ont parlé à d'autres jeunes assez fragiles." Ces "recruteurs" sont aussi dans la rue, selon les deux mères. Elles ont vu leurs enfants avec eux, monter dans leurs "belles" voitures.
Le Panda

"C'est un commerce", dénoncent Myriem et Ouda. Comme certains se mettraient à vendre de la drogue dans la rue, d'autres recruteraient des jeunes pour les envoyer en Syrie et en Irak. Certains ont grandi dans le même quartier. "On se voit, ils nous voient." Mais ils sont plus âgés : 30, 35, voire 40 ans. "On lui a peut-être dit qu'il allait faire de l'humanitaire" Face à ces personnes, Ouda et Myriem sont démunies. "On ne sait pas ce qu'ils ont promis. On ne l'a jamais su. On n'a jamais eu de réponse", s'émeut la première. "On lui a peut-être dit qu'il allait faire de l'humanitaire là-bas...", suggère la seconde. Myriem n'imagine pas son fils en terroriste. Pour elle, c'est une victime, comme tous les jeunes qui sont partis en Syrie. C'est la raison pour laquelle elle a accepté de témoigner, au côté d'Ouda. ?On alerte parce qu'on ne veut pas que nos enfants soient oubliés.? Myriem à francetv info
Le Panda

Témoigner n'est pourtant pas une chose facile. Ouda et Myriem se sentent menacées. Mais elles veulent "se battre pour informer les familles". "Il faut qu'on prévienne les autres parents que ça peut arriver, pour les aider", disent-elles. Pour elles, cela a fonctionné : "Après le départ de Mickaël, j'ai sombré dans le noir. C'est Myriem qui a frappé à ma porte pour que je sorte de là." Une solidarité s'est créée entre les deux femmes, devenues amies alors qu'elles ne se connaissaient pas. *Tous les prénoms ont été changés. **Il s'agit de la région appelée Levant en français, qui comprend la Syrie, le Liban, la Jordanie, la Palestine et une partie de l'Irak.
Le Panda

Face au scandale provoqué depuis plus de deux mois par les révélations d'affaires de pédophilie ou d'agressions sexuelles impliquant des prêtres, l'Eglise catholique de France a réagi et annoncé une série de mesures, mardi 12 avril. Des "cellules d'accueil et d'écoute" des victimes seront mises en place au niveau des diocèses ou des provinces ecclésiastiques regroupant les diocèses. A l'heure actuelle, seul le diocèse d'Orléans dispose d'une telle structure. Un site internet et une adresse mail dédiés paroledevictimes@cef.fr seront créés. La solution du numéro vert national n'a en revanche pas été retenue. Une "commission nationale d'expertise indépendante" va également voir le jour. Elle sera "présidée par une personnalité laïque qualifiée, et composée d'experts (anciens magistrats, médecins, psychologues, parents...)". Elle aura "pour mission de conseiller les évêques", précise le président de la Conférence des évêques de France, Georges Pontier.
Le Panda

Une "cellule permanente de lutte contre la pédophilie" Quant à la "cellule de veille" de l'épiscopat sur la pédophilie, elle deviendra une "cellule permanente de lutte contre la pédophilie". Les évêques de France "s'engagent" enfin à faire toute la lumière sur tous les cas, "même anciens".
Le Panda

L'Elysée annonce la mort de deux autres soldats français au Mali, dans un communiqué diffusé mercredi 13 avril. Ils ont perdu la vie des suites de leurs blessures après l'explosion d'une mine contre un véhicule blindé. L'incident "avait déjà tué un de leurs camarades", comme l'indique l'Elysée. "Le président de la République a appris avec une grande tristesse le décès de deux militaires du 511ème régiment du train d'Auxonne", détaille le communiqué, "il salue avec émotion la mémoire de ces deux soldats français morts pour notre pays". François Hollande adresse également ses condoléances aux familles des victimes. Sept militaires tués depuis le début de l'opération Berkhane Sept militaires français ont été tués depuis le lancement de l'opération Barkhane, dispositif qui a succédé en août 2014 à l'opération Serval. L'opération mobilise quelque 3 500 militaires en Mauritanie, au Mali, Niger, Tchad et Burkina Faso. Dix soldats avaient été tués lors de l'opération Serval (juillet 2013 - juillet 2014). Le nord du Mali est tombé en mars - avril 2012 sous la coupe de groupes jihadistes qui ont été en grande partie chassés par une intervention militaire internationale, lancée à l'initiative de la France en 2013 et qui se poursuit actuellement.
Le Panda

Les révélations du Monde selon lesquelles la DGSE aurait surveillé Thierry Solère, adversaire de Claude Guéant lors des législatives, créent des remous à droite. Invité d'Europe 1 ce mercredi matin, Claude Guéant nie être derrière tout cela. «Il se peut qu'il y ait une manipulation totale», juge l'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy. Selon lui, «la première question est de savoir s'il y a eu effectivement écoute». Claude Guéant estime que, s'il y en a eu, «c'est grave», mais il demande «une enquête». «Le ministère de la Défense a la tutelle de la DGSE, je l'appelle à faire une enquête, il faut qu'on sache», insiste-t-il. Celui qui était ministre de l'Intérieur sous Nicolas Sarkozy rappelle que la Direction Générale de la Sécurité Extérieure ne dépendait pas de ses services. «L'article du Monde me met en cause de façon tout à fait insidieuse», dénonce-t-il, répétant qu'il n'a «jamais demandé la moindre écoute de quelque personnalité politique que ce soit». «J'ai découvert cette affaire à la lecture du Monde hier (mardi)», assure-t-il. «
Le Panda

«Je ne mets pas en cause le président. Même si je l'invite à donner suite à la requête que je présente de diligenter une enquête», poursuit Claude Guéant. Selon lui, cette affaire «est une diversion dans un paysage dégradé pour le gouvernement». «A travers moi, on atteint Nicolas Sarkozy, clame-t-il. C'est bien lui qu'on veut attaquer». «Si on avait voulu le tracer, ça aurait été simple», ironise Nicolas Sarkozy. Actuellement en déplacement en Inde, l'ancien chef de l'Etat émet des doutes sur les révélations du Monde. Au micro de France Info, il déclare : «Vous imaginez le ministre de l'Intérieur faire appel à la DGSE alors qu'elle dépend du ministère de la Défense ? Et puis Thierry Solère s'exprime six fois par jour à la télé, si on avait voulu le tracer, ça aurait été simple.» «C'est dément!», réagit-il encore auprès des journalistes qui l'accompagnent en Inde. Si un ministre de l'Intérieur avait voulu faire quelque chose d'aussi stupide, pourquoi utiliser les services de la DGSE qui dépendent du ministère de la Défense?», questionne le président du parti Les Républicains.
Le Panda

«C'est un viol», dénonce Thierry Solère. Invité de France Inter, celui qui a finalement battu Claude Guéant dans les Hauts-de-Seine estime que, si c'est affaire «est vraie, c'est très grave». Il rappelle que son entourage également aurait été surveillé. «Je tombe des nues, confie Thierry Solère. Le soupçon en démocratie est un poison». L'élu affirme qu'il «verra son avocat demain (ndlr : jeudi) en vue d'une plainte contre X». Il tient compte des démentis de l'ancien ministre de l'Intérieur. «J'entends ce que dit Claude Guéant, je ne l'accuse pas, martèle-t-il. J'ai 2 questions : est-ce que c'est vrai, et si c'est vrai, qui a fait ça ?» « Thierry Solère n'a pas l'air d'y croire lui-même », fait remarquer Jean-Christophe Lagarde, invité ce mardi matin sur France Info. Pour le président de l'UDI, cette affaire d'écoutes « paraît absolument incroyable » parce qu'elle se déroulerait après l'élection présidentielle, « au moment où on fait ses valises et et ses cartons en attendant le nouvel arrivant ». Mais, lance tout de même le député-maire de Drancy (Seine-Saint-Denis), « si c'est vrai, c'est totalement, parfaitement, absolument scandaleux, intolérable, et inacceptable. Les services de renseignements extérieurs, (qui sont) faits pour observer les terroristes à l'extérieur, n'ont en aucun cas à surveiller un Français en France, encore moins un candidat aux législatives qui ne présente aucun danger si ce n'est pour ses adversaires ».
Le Panda

La privatisation des moyens de l'Etat ne peut que choquer », désapprouve le sénateur PS de la Nièvre Gaëtan Gorce, invité sur Public Sénat et Sud Radio. « C'est un phénomène qu'on a beaucoup connu sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy », reproche-t-il. Bien sûr, « il faut faire les preuves de cette affaire », nuance-t-il, « malheureusement je ne serais pas surpris. Les Français y compris de droite ne veulent plus revoir ce genre de pratiques ». « Une barbouzerie », pour Nathalie Kosciusko-Morizet. « Si c'est vrai, c'est ahurissant, réagit, estomaquée, la député les Républicains de l'Essonne sur LCI. « Si c'est vrai, ça s'appelle une "barbouzerie" et ça ne rime pas avec démocratie. Mais il faut attendre l'enquête », affirme la candidate à la primaire à droite.
Le Panda

Guillaume Daret recevait Henri Guaino en plateau ce vendredi 8 avril. Interrogé sur le mouvement lancé par Emmanuel macron, le député Les Républicains n'est pas vraiment séduit par cette démarche."S'il s'agit de dépasser les vieux clivages et renouveler les partis qui sont à bout de souffle, oui c'est une intention louable. Mais il y a plusieurs manières de dépasser les vieux clivages et plusieurs manières de rénover les partis", lance-t-il en plateau avant d'ajouter : "Monsieur Macron a choisi de tracer le sillon de néolibéralisme qui est très à la mode dans certains milieux, beaucoup moins chez tous ceux dont la vie est de plus en plus difficile, de plus en plus dure".
Le Panda

Dépasser les clivages Le député des Républicains ne semble vraiment pas adhérer au personnage. "J'ai horreur de la politique qui fait des discours de droite, se dit de gauche et cherche à faire une politique centriste", lance-t-il avant de surenchérir : "Monsieur Macron, il est gentil, il est avenant, mais il va à Davos, ministre de l'Économie de la France, il s'exprime en anglais, pour expliquer que notre époque ne permet plus de payer un peu plus ce qui font des heures supplémentaires. Monsieur Macron qui évidemment n'a jamais eu à faire d'heures supplémentaires de sa vie". Henry Guaino explique qu'il a toujours souhaité dépasser les clivages gauche-droite. "J'ai toujours été gaulliste. Si c'est dépasser les clivages sur des lignes à la Pasqua, Séguin Chevènement alors oui, je serai absolument ravi de travailler avec des gaullistes, des républicains de gauche, des gens qui croient à la Nation, qui ont le sens de l'État", détaille le député en plateau.
Le Panda

Le Bataclan a annoncé, mercredi 13 avril, une série de concerts en novembre et décembre, un an après les attentats du 13 novembre à Paris. Sur son site internet, la salle de concert parisienne, toujours fermée depuis l'attaque terroriste qui y a fait 90 morts, liste un concert du rockeur britannique Pete Doherty le 16 novembre, un autre du chanteur sénégalais Youssou N'Dour, le 18 novembre, des Américains de Nada Surf, le 2 décembre et des Français de MZ, le 3 décembre. Aucune date fixée pour la réouverture Sur sa page Facebook, Le Bataclan indique avoir choisi un "jour particulier" pour faire cette annonce. L'équipe affirme que les travaux de rénovation du bâtiment ont débuté. Les infrastructures et les équipements de la salle de spectacle doivent être remis en état. "Nous allons tenter de préserver sa chaleur et sa convivialité. Nous voulons maintenir l’esprit populaire et festif qui a toujours été le sien", assure l'équipe du Bataclan.
Le Panda

Aucune date n'a pour l'heure été fixée pour la réouverture de la salle. Mais Le Bataclan promet d'ores et déjà que "d’autres concerts et spectacles seront bien sûr annoncés dans les prochains jours".
Le Panda

Les premières informations publiées mardi 5 avril par "Cash Investigation" et Le Monde dans l'affaire des "Panama Papers" montrent que la Société générale a créé et administré des centaines de sociétés offshore pour ses clients dans les paradis fiscaux. Ainsi, en 2012, la filiale luxembourgeoise de la banque gérait à elle seule 236 structures offshore immatriculées par le cabinet panaméen Mossack Fonseca. Or, la même année, Frédéric Oudéa, PDG de la Société générale, affirmait sous serment, devant une commission d’enquête au Sénat, que la banque n’avait plus d’activité dans les paradis fiscaux. De la même manière, sur le site de l'entreprise, on peut lire à la rubrique "Conduite fiscale" : "Fin 2012, Société générale ne détenait plus, directement ou indirectement, aucune implantation en activité dans les États concernés." La banque française affirme donc n’avoir aucune implantation, y compris indirecte, dans les paradis fiscaux. Une question se pose alors : créer et administrer des centaines de sociétés dans les paradis fiscaux pour ses clients ne revient-il pas à y avoir des implantations indirectes ou, tout au moins, à y exercer une activité ? La commission des finances du Sénat, qui auditionnera à nouveau Frédéric Oudéa début mai, devra y répondre.
Le Panda

Des fondations bien contrôlées par la Société générale Outre ces sociétés offshore, "Cash Investigation" et Le Monde ont révélé la création par la Société générale de deux fondations au Panama, "Valvert" et "Rousseau". Dans un entretien au Figaro du 6 avril (article abonnés), le directeur général de la banque déclare que ces "deux fondations (…), qui existent effectivement, ne sont pas contrôlées par la Société générale, mais servent deux de [ses] clients, pour des motifs dont [la banque s'est] assuré[e]." Mais la ligne de défense de Frédéric Oudéa semble mise à mal par les "Panama Papers". "Cash Investigation" a épluché une partie des nombreux documents relatifs à ces deux fondations. Et il apparaît que ces structures ont bien été contrôlées par la Société générale pour le compte d’un nombre important de ses clients.
Le Panda

"La banque ne donnera jamais leur identité" A l’origine de la création de ces deux fondations, il y a un changement de législation aux îles Vierges britanniques. Désormais, les propriétaires des sociétés offshore devront révéler aux autorités du pays leur identité. Le 20 octobre 2008, le correspondant de Mossack Fonseca au Luxembourg adresse un courriel au siège du cabinet à Panama. "Je peux d’ores et déjà vous dire que la Société générale ne sera jamais d’accord pour révéler l’identité des propriétaires. Pouvez-vous me proposer une structure grâce à laquelle la Société générale ne sera pas obligée de révéler les propriétaires ?" Le siège de Mossack Fonseca se montre alors réticent à un tel montage, qui lui ferait courir des risques. Le cabinet panaméen semble vouloir se couvrir et demande à la Société générale de lui communiquer les passeports des propriétaires des sociétés offshore que la banque administre. Réponse du correspondant au Luxembourg de Mossack Fonseca à son siège : "En ce qui concerne la copie des passeports des propriétaires : oubliez ! La banque ne donnera jamais leur identité."
Le Panda

Concurrence entre Panama et Jersey Selon les "Panama Papers", la Société générale exerce alors une douce pression sur Mossack Fonseca. Elle fait valoir qu’un des concurrents du cabinet panaméen à Jersey peut lui fournir une solution qui ne l’oblige pas à livrer l’identité de ses clients. C’est finalement la banque française elle-même qui, en 2009, souffle le montage à Mossack Fonseca : "Nous vous demandons de nous fournir deux fondations qui agiront comme actionnaires des structures aux îles Vierges britanniques de nos clients. Nous devons être sûrs que ces fondations, (…), seront contrôlées par nous, qui agirons sur instructions de nos clients."
Le Panda

Ces deux fondations contrôlées par la Société générale vont apparaître comme les propriétaires officiels des sociétés offshore aux yeux des autorités des îles Vierges britanniques. Mossack Fonseca précise dans un courriel que ces structures vont être nommées actionnaires d’environ 200 sociétés offshore. L’opération est réussie pour la banque française. Ses clients resteront anonymes. Mais pour cela, elle devra payer un supplément. Ainsi, Mossack Fonseca écrit : "Le prix que nous proposons pour l’achat de ces fondations est plus élevé que d’ordinaire, compte tenu de l’utilisation particulière que la Société générale en fera et de la souplesse que nous lui apportons (sans les vérifications nécessaires), qui entraîne sans aucun doute un risque plus élevé."
Le Panda

Des incertitudes sur la légalité de certains comptes Les "Panama Papers" révèlent d’autres éléments particulièrement éclairants sur les pratiques de la banque. Il s’agit des comptes rendus de rencontres entre le correspondant luxembourgeois de Mossack Fonseca et la Société générale Luxembourg. Ainsi, après une réunion le 21 septembre 2012, le correspondant de Mossack Fonseca écrit : "[Les représentants de la banque] ont expliqué que la Société Générale Trust en Suisse allait fermer ses activités offshore. Ils vont contacter leurs clients pour leur suggérer d’utiliser d’autres intermédiaires [pour administrer les sociétés offshore], tout en gardant les comptes chez eux."
Le Panda

Autre rencontre en avril 2014. La Société générale admet devant Mossack Fonseca "que certains de ses clients doivent encore être 'peignés' [vérifiés] et que cela va réduire le nombre de sociétés", mais qu’après, la banque "gardera celles restantes dès lors qu’elle sera sûre que les clients sont déclarés". En clair, si l’on en croit ce compte rendu, à l'époque, la Société générale n’était pas certaine que tous les comptes de ses clients, détenus par des sociétés offshore qu’elle administrait elle-même, soient déclarés aux autorités compétentes. Problème : la réglementation impose aux banques de n’avoir aucun doute sur les fonds de leurs clients. En outre, cette incertitude est exprimée deux ans après que Frédéric Oudéa a affirmé devant les sénateurs que son groupe n’avait plus d’activité dans les paradis fiscaux et qu'il luttait activement contre l'évasion fiscale.
Le Panda

"Aucune fuite ne vient de chez nous" Enfin, en mars 2015, une rencontre est sollicitée par la Société générale à la suite d’une première fuite de données provenant de Mossack Fonseca. Le compte rendu fait par le correspondant du cabinet panaméen est particulièrement cocasse au vu de ce qui arrivera un an plus tard avec la révélation des "Panama Papers". "Ils [la Société générale] ont souhaité nous rencontrer car ils sont préoccupés par un article de presse sur une fuite d’informations sensibles aux autorités fiscales allemandes qui mentionne Mossack Fonseca", écrit-il. "Leur préoccupation est centrée sur la sécurité et la confidentialité de notre système et sur la manière dont nous stockons nos informations. Nous leur avons assuré qu’aucune fuite ne venait de chez nous et que notre système était aussi sûr qu’il est possible de l’être. Ils n’ont aucune objection à continuer à acheter des sociétés chez nous. Une bonne réunion qui a renforcé notre relation." Sollicitée par "Cash Investigation", la Société générale confirme les propos de Frédéric Oudéa dans Le Figaro et affirme réserver ses explications complémentaires à ses superviseurs.
Le Panda

Les révélations des "Panamas Papers" continuent. Le journal Le Monde, poursuivant l'exploitation des fichiers, dévoile mardi un "système offshore sophistiqué" élaboré par des proches de Marine Le Pen, ainsi que de nouvelles informations sur le patrimoine de Jean-Marie Le Pen.
Le Panda

Le journal évoque "une société cachée aux îles Vierges britanniques, un compte secret à Guernesey et, à la clé, 2,2 millions d’euros en billets de banque, lingots et pièces d’or sonnantes et trébuchantes". Depuis 2015, la justice s'est d'ailleurs lancée sur la piste de ce trésor qui pourrait conduire à Jean-Marie le Pen, et à son épouse Jeanine. Le parquet financier soupçonne "le Menhir" d'avoir utilisé son majordome, Gérald Gérin, pour dissimuler une partie de sa fortune. "Je ne suis pas du tout dans l'affaire des Panama Machin !", a réagi Jean-Marie Le Pen dans le Parisien.
Le Panda

Une confusion des patrimoines Gérald Gérin reconnaît pour la première fois, selon le quotidien, être l'ayant-droit d'une société offshore, Balerton, enregistré par la fameuse firme panaméenne Mossack Fonseca. Tracfin, la cellule anti-blanchiment de Bercy, a trouvé plusieurs éléments reliant cette société, dotée de 2,2 millions d'euros, à Jean-Marie Le Pen, affirme Le Monde. Mais tracfin soupçonne une confusion des patrimoines de Gérald Gérin et de Jean-Marie et Jeanine Le Pen. Les magistrats disposent de plusieurs éléments pour étayer leurs soupçons. D'abord l’emploi du temps des époux Le Pen qui montrent une présence en Suisse aux moments clés de la vie de Balerton. Ensuite des mouvements financiers suspects sur les comptes bancaires du majordome. Mais selon Gérald Gérin, cet argent "n'a rien à voir" avec le fondateur du FN. Une défense identique que celle de Jean-Marie Le Pen qui déclare au Parisien: "Ce n'est pas mon argent. Gérald Gérin c'est Gérald Gérin, moi c'est moi. Et ceux qui affirmeront le contraire auront droit à un procès en diffamation." ?Je n’ai jamais servi de prête-nom pour Jean-Marie Le Pen. C’était pour mes vieux jours, je ne m’en souciais pas
Le Panda

Le fils de Claude Guéant, François Guéant, est en garde à vue depuis lundi matin dans l'affaire sur les accusations de financement de campagne de Nicolas Sarkozy par la Libye de Mouammar Kadhafi, rapportent des sources judiciaires et des sources proches de l'enquête, mardi 31 mars. Le fils de l'ancien bras droit de Nicolas Sarkozy est notamment interrogé sur "des mouvements financiers", a précisé une autre source, confirmant une information de la chaîne i-Télé
Le Panda

Des faits distincts de la vente de tableaux flamands Plusieurs dignitaires libyens ont porté ces accusations de financement par la Libye de la campagne électorale présidentielle victorieuse de Nicolas Sarkozy en 2007. D'autres ont démenti. L'ancien chef de l'Etat nie avec force ces accusations. Dans ce dossier, Claude Guéant a lui-même été mis en examen pour blanchiment de fraude fiscale en bande organisée, faux et usage de faux. Les faits qui sont reprochés à l'ancien ministre de l'Intérieur sont en lien avec la cession de deux toiles du peintre flamand du XVIIe siècle Andries van Eertvelt. Mais la garde à vue de François Guéant porte sur des faits distincts de la vente des tableaux flamands, indique une des sources proches de l'enquête.
Le Panda

Imitateur, chanteur, Patrick Sébastien a de nombreuses cordes à son arc. Il est également l'auteur d'un livre, "Le vrai goût des tomates mûres". Il est à cette occasion l'invité du 13 heures de France 2. Un ouvrage aux antipodes de sa chanson "les sardines". "C'est fait exprès. Je suis multifacettes, multiforme. Ma vraie passion, c'est l'écriture, depuis que j'ai fait mes études de lettres," explique-t-il sur le plateau.
Le Panda

"Je ne passe pas ma vie à rigoler" A l'intérieur de l'ouvrage, Patrick Sébastien explique "parler des valeurs perdues. Ce n'est pas de la nostalgie pure, c'est dire que j'ai vécu à une époque où il y avait certaines valeurs qu'on a abandonnées en route. Pour construire le futur, ce serait bien qu'on repasse par ces valeurs-là". Un livre à l'opposé de ses chansons, de ses productions, qui ne lui fait pas craindre de perdre son public. "Je passe pas ma vie à rigoler", assure Patrick Sébastien.
Le Panda

Un Français, soupçonné d'avoir fourni des armes pour les attentats de janvier 2015 à Paris, a été arrêté en Espagne mardi et mis en examen mercredi 13 avril, a annoncé la police espagnole, citée par l'AFP. Selon le ministère de l'Intérieur, mentionné par l'agence Reuters, cet homme est soupçonné d'avoir armé Amedy Coulibaly, le terroriste qui avait attaqué l'Hyper Cacher de la porte de Vincennes le 9 janvier 2015. Le bilan de la prise d'otages s'était élevé à cinq morts. Un trafiquant d'armes français de 27 ans Selon le quotidien El Mundo (en espagnol), le suspect a été arrêté à Rincon de la Victoria, une ville de la province de Malaga en Andalousie. D'après le quotidien, l'opération a été menée par la police espagnole en collaboration avec la police judiciaire française. L'homme arrêté est présenté comme un trafiquant d'armes de nationalité française, âgé de 27 ans, vivant dans cette commune. Son domicile a été perquisitionné, précise El Mundo. Lors de son audition mercredi par un juge à Madrid, il a nié avoir vendu ces armes et accepté sa remise à la France, selon des sources judiciaires.
Le Panda

Selon le ministère de l'Intérieur, elles sont 200 jeunes filles à avoir quitté la France pour rejoindre la Syrie, sur les terres de l'État Islamique. Qu'est-ce qui les poussent à quitter leur famille et rejoindre cet État terroriste ? RTL a recueilli le témoignage de Sarah, une jeune Française de 25 ans partie et revenue de l'enfer. Elle est déjà mère de trois enfants. Leur père est en Syrie depuis quatre ans, dans les rangs de Daesh. Sarah a vécu plusieurs mois avec lui sur place et avec sa famille avant de rentrer en France au bout de six mois. La jeune femme est partie en août 2013 sur un simple coup de fil de son mari. "Un jour il m'appelle et il me dit qu'il est parti en Syrie, que c'est un pays béni. On n'est pas d'accord, parce que personnellement je n'ai jamais eu de problème en France", explique-t-elle. "Pour lui, c'est un pays de mécréants, du coup on n'a pas le droit d'y vivre". Une fois arrivée en Syrie, elle raconte qu'elle ne faisait "rien de spécial" sur place, "à part m'occuper de la maison, du ménage et des enfants". Elle poursuit : "J'étais toujours toute seule, lui ne rentrait que le soir. Il ne se passait jamais rien. Quand je sortais, c'était avec le voile sur la tête".
Le Panda

"J'avais peur" "J'avais extrêmement peur, je sais ce qu'il se passe là-bas. J'ai vu des vidéos. Comme j'avais très peur où j'étais, je lui ai dit que si quelqu'un venait, je ne pouvais pas me défendre", ajoute Sarah. "Il m'avait parlé d'une ceinture d'explosifs qu'il voulait me faire, comme ça je n'avais qu'à appuyer et donc tuer tout le monde", poursuit-elle. "Il voulait que l'on meurt tous en martyre, c'était le top pour lui". Elle a attendu l'autorisation de son mari pour rentrer, via la Turquie. Elle comprend qu'il ne veut pas revenir, avouant "ne plus avoir d'espoir depuis longtemps". Depuis son retour, Sarah ne se sent "pas bien". Avouant de la culpabilité, elle dit que pour elle "le terrorisme en France c'est la pire des choses". Elle reconnaît avoir fait "quelque chose de très grave". "Je le regrette, mais cela ne sert à rien", confie-t-elle.
Le Panda

"Se renseigner sur la situation en Syrie avant de partir" Son message aux candidates au départ ? "J'ai l'impression que les filles qui partent comme ça sont souvent seules. Ce qui serait bien, c'est que même si elles ont une idée, elles essaient d'en parler avec quelqu'un d'autre et de ne pas partir comme ça", lance Sarah. "Moi même je n'ai prévenu personne que je partais. Aujourd'hui ça m'a détruite. Là-bas, je n'ai pas été heureuse, j'étais loin de ma famille et ça m'a causé énormément de tort", confesse-t-elle. "Ils disent tous qu'ils ont des villas avec piscine, qu'ils ont tout, qu'ils mangent des pizzas, etc. Mais non il n'y a pas que cela là-bas. Il y a énormément de gens qui meurent tous les jours en Syrie. Il faut un peu ouvrir les yeux et plus se renseigner sur ce qui se passe", dit-elle encore. Sarah a été jugée pour participation à une filière jihadiste, condamnée à une peine de prison avec sursis. Aujourd'hui, elle a retrouvé un travail et demandé le divorce.
Le Panda

Karim Benzema ne fera pas son retour en équipe de France à l'occasion de l'Euro 2016. L'avant-centre du Real Madrid a annoncé, mercredi 13 avril, sur Twitter, qu'il ne sera pas sélectionné pour la compétition européenne qui se tiendra en France du 10 juin au 10 juillet prochain.
Le Panda

Dans leur communiqué, le président de la FFF, Noël Le Graët, et le sélectionneur Didier Deschamps, rappellent que "la performance sportive est un critère important mais pas exclusif pour décider de la sélection au sein de l'équipe de France de football". "Bleu un jour, bleu toujours" La FFF avait décrété "Benzegol" "non-sélectionnable" après sa mise en examen en novembre dans l'affaire du chantage présumé à la sextape visant son coéquipier en Bleu, Mathieu Valbuena. Le contrôle judiciaire lui interdisant de rencontrer le milieu de terrain lyonnais avait néanmoins été levé le mois dernier, poussant la FFF à la réflexion. Mardi soir, après la qualification du Real Madrid pour les demi-finales de la Ligue des champions, Karim Benzema avait déclaré attendre avec "confiance" la décision de la FFF. Karim Benzema avait posté un message plein de sous-entendus sur sa page Facebook, mercredi matin : "Quoiqu'il arrive, Bleu un jour... Bleu toujours."
Le Panda

Après cinq ans de débats, le registre européen des données des passagers aériens, le fameux PNR, a été adopté jeudi 14 avril par les eurodéputés en séance plénière, dans une Union européenne en quête de nouveaux outils antiterroristes après le choc des attentats de Paris et de Bruxelles. Le PNR européen (Passenger Name Record en anglais) doit permettre de mieux tracer les itinéraires aériens des terroristes potentiels, à partir d'informations que les compagnies aériennes auront l'obligation de transmettre aux Etats, lesquels devront ensuite se les partager. Le PNR obligera les transporteurs aériens à communiquer des données sur leurs passagers – comme leurs dates de voyages, itinéraires ou coordonnées – aux Etats européens concernés par un vol depuis ou vers un pays tiers. Les pays de l'UE pourront ensuite élargir le champ aux vols intra-européens.
Le Panda

Les Etats membres ont deux ans pour voter le PNR L'objectif est de permettre de détecter des individus qui n'ont pas été soupçonnés de terrorisme par le passé, mais dont l'analyse des données suggère qu'ils pourraient être impliqués dans de tels actes, et donc provoquer le déclenchement d'une enquête. Il appartiendra ensuite aux Etats membres d'alerter d'autres pays, si nécessaire. Ils pourront aussi demander des données PNR à d'autres, de leur propre initiative, dans le cadre d'une enquête. Actuellement, plusieurs pays européens, à l'instar du Royaume-Uni, se sont déjà dotés d'un système PNR, mais il n'y a pas encore d'harmonisation européenne. Les Etats membres ont désormais deux ans pour la transposer dans leurs législations nationales.
Le Panda

Le verdict est tombé après 13 heures de délibéré. Sur les neuf accusés jugés depuis sept semaines devant la cour d'assises de Paris pour la fusillade mortelle de Villiers-sur-Marne le 20 mai 2010, deux ont été reconnus coupables du meurtre de la policière Aurélie Fouquet, mercredi 13 avril. Olivier Tracoulat, jugé par défaut car probablement mort, a écopé de 30 ans de réclusion, une peine conforme aux réquisitions. Daouda Baba, lui, été condamné à 20 ans de prison. Rabia Hideur, également renvoyé pour le meurtre de la policière, a été acquitté de ce chef d'accusation et condamné à 10 ans de réclusion. Le médiatique braqueur multirécidiviste Rédoine Faïd, soupçonné d'être le cerveau de cette tentative de braquage au fourgon blindé qui a mal tourné, a été reconnu coupable d'association de malfaiteurs et de délits connexes et condamné à 18 ans de prison. L'accusé, chemise verte et barbe apparente, a secoué la tête à plusieurs reprises pendant le verdict. L'avocate générale Maryvonne Caillibotte, l'estimant au "centre" de cette équipée criminelle, avait requis contre lui 22 ans de réclusion, dont une période de sûreté des deux tiers.
Le Panda

"Vous me tuez là!" Au cours de l'énoncé du verdict, Daouda Baba s'est agité dans le box, invectivant le président et la cour. "Je vous expulse si vous continuez", a tonné Philippe Roux. "Vous me tuez là", s'est effondré l'accusé, sonné d'entendre répondre "oui" à toutes les questions sur sa culpabilité. Pendant les débats, l'avocate générale avait souligné que le jeune homme, confronté à son premier procès d'assises, avait effectué une demande de remise en liberté tous les mois depuis sa détention provisoire dans cette affaire. Si les preuves irréfutables ont manqué dans ce volumineux dossier et n'ont pas permis d'identifier formellement les tireurs, les jurés ont acquis la conviction que le commando meurtrier qui a ouvert le feu sur les policiers était composé d'au moins Olivier Tracoulat et Daouda Baba. La nature des armes de guerre utilisées, létales, établit l'intention d'homicide. Il n'y a pas eu de désistement, de désolidarisation au sein de l'équipe, prête à fuir au prix de la vie des autres", avait lancé l'avocate générale lundi, requérant 30 ans de prison pour les trois accusés renvoyés pour meurtre. Les jurés ne l'ont pas suivie pour Rabia Hideur, jugeant insuffisante sa reconnaissance de profil par un policier comme étant le passager du fourgon.
Le Panda

L'avocat de Faïd va faire appel Tous les autres accusés ont été reconnus coupables d'association de malfaiteurs, à l'exception de George Mosheh, acquitté, conformément aux réquisitions. Malek Khider, le seul à avoir reconnu sa participation au projet de braquage, a été condamné à 15 ans de prison. Il a été acquitté, en revanche, pour une autre tentative de braquage à Gentilly en décembre 2009, jugée en même temps. William Mosheh et Olivier Garnier ont été condamnés à 5 ans de prison pour leur rôle logistique dans l'affaire de Villiers-sur-Marne. Jean-Claude Bisel a quant à lui été condamné à un an de prison pour recel de malfaiteur : il a reconnu avoir veillé Olivier Tracoulat, grièvement blessé pendant la fusillade, au lieu de le dénoncer aux autorités. Les dénégations de certains accusés, mixant loi du silence et explications rocambolesques, n'ont donc pas convaincu les jurés. Pas plus que leurs derniers mots :"Je suis innocent", "je n'ai rien à voir avec les faits", "je ne veux pas payer pour ce que je n'ai pas fait", ont-ils clamé mercredi matin. L'avocat de Rédoine Faïd, qui avait plaidé l'acquittement et agité la menace d'une erreur judiciaire, a annoncé son intention de faire appel dès jeudi, jour de l'audience civile.
Le Panda

La mère d'Aurélie Fouquet, débordée par l'émotion, s'est enfuie du palais de justice peu après le verdict. Son avocat, maître Laurent-Franck Liénard, s'est dit satifsait de la reconnaissance de culpabilité de la quasi-totalité des accusés, accordant peu d'importance au "quantum" des peines. "Il en manque un, c'est le prochain combat à mener", a-t-il ajouté, faisant référence à l'autre grand absent du procès, en dehors d'Olivier Tracoulat : Fisal Faïd, le frère de Rédoine Faïd. Soupçonné de faire partie du commando, il a quitté la France pour l'Algérie au lendemain de la fusillade et s'y trouve toujours.
Le Panda

Khalid Zerkani vient d'être condamné par un tribunal en Belgique. Khalid Zerkani, figure belge des filières de recrutement pour la Syrie, a été condamné ce jeudi à 15 ans de prison. Plus d'infos à venir...
Le Panda

La fille aînée de Jacques et de Bernadette Chirac est morte aujourd'hui à 58 ans. Elle souffrait d'anorexie depuis de nombreuses années. C’était la fille aînée de Jacques Chirac, la sœur de Claude, celle que les Français ne connaissaient pas ou peu, même si elle était présente le jour de la passation de pouvoir entre François Mitterrand et Jacques Chirac, en mai 1995. Laurence Chirac, qui souffrait d’anorexie mentale depuis son adolescence, est morte, jeudi, des suites d'un malaise cardiaque. Selon les informations du Point, hospitalisée dans la soirée de dimanche, elle a été prise en charge dans une unité de soins intensifs de l'hôpital Necker à Paris. A l’occasion des 80 ans de Jacques Chirac, en novembre 2012, Laurence qui était toujours restée en retrait, dans l’ombre, était apparue en famille - au côté de ses parents, de sa sœur, de son neveu et de son beau-frère- dans un reportage de Paris-Match.
Le Panda

La gauche défend, la droite tape. Au lendemain de l'émission de François Hollande sur France 2, les commentaires de l'opposition ne sont pas tendres. Le Premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis explique lui que le président dira «fin novembre-début décembre» s'il est candidat. «Nous avons fait une erreur : indexer notre réussite à une phrase, inverser la courbe du chômage », regrette Jean-Christophe Cambadélis. Invité de RMC et BFMTV, le premier secrétaire du PS estime que «cette formule a rendu peu lisible les bons résultats que nous avons eus dans d'autres domaines». Selon lui, «Les Français ne vont pas encore mieux mais la France va mieux». Il insiste que pour obtenir des résultats , François Hollande et la gauche ont besoin «d'une décennie», soit un mandat de plus. Interrogé pour savoir si François Hollande doit être candidat, il est catégorique : «Oui, bien sûr. Je l'espère, je le souhaite, c'est nécessaire pour la France». «Je pense qu'il dira fin novembre-début décembre» s'il est candidat, estime-t-il.
Le Panda

«Nous avons fait une erreur : indexer notre réussite à une phrase, inverser la courbe du chômage », regrette Jean-Christophe Cambadélis. Invité de RMC et BFMTV, le premier secrétaire du PS estime que «cette formule a rendu peu lisible les bons résultats que nous avons eus dans d'autres domaines». Selon lui, «Les Français ne vont pas encore mieux mais la France va mieux». Il insiste que pour obtenir des résultats , François Hollande et la gauche ont besoin «d'une décennie», soit un mandat de plus. Interrogé pour savoir si François Hollande doit être candidat, il est catégorique : «Oui, bien sûr. Je l'espère, je le souhaite, c'est nécessaire pour la France». «Je pense qu'il dira fin novembre-début décembre» s'il est candidat, estime-t-il. «Il raisonne comme un inspecteur du travail», dénonce Jean-Pierre Raffarin. Invité de RTL, le sénateur de la Vienne s'oppose propos du président qui a estimé que «ça va mieux». «La situation est extrêmement mauvaise», estime au contraire l'ancien Premier ministre. «Non seulement nos PME se sont écroulées, mais maintenant ce sont nos grands groupes», fustige Jean-Pierre Raffarin citant les difficultés d'EDF et d'Areva. «François Hollande parle bien mais pense faux», insiste-t-il protestant notamment contre la décision de taxer les CDD pour favoriser l'embauche en CDI. «C'est le meilleur des obstacles qu'on peut faire à l'emploi», se désole-t-il. «Il faut abaisser les barrières à l'emploi, martèle-t-il, et lui il est le spécialiste de la construction de mur d'obstacle à l'emploi. »
Le Panda

«Il n'est pas nul, il n'est pas médiocre, concède tout de même Jean-Pierre Raffarin. Il est habile, mais l'habileté n'est pas un projet.» Il reproche également au chef de l'Etat de chercher à contenter tout le monde, «sans ligne directrice». «C'est en semant à tout vent que le président se disperse, juge-t-il. Il a obtenu le déséquilibre des désaccords». Et d'insister : «il cherche à faire plaisir à tout mais il sème le mécontentement partout». Enfin Jean-Pierre Raffarin se dit «inquiet pour l'année qui vient car il y a des conflits qui peuvent mal tourner». L'ancien Premier ministre craint «cette violence dans la société». Face à cela, il faudrait selon lui «une vision pas simplement de la manoeuvre, aussi habile soit-elle» «On avait une sorte d'anti-président», selon Jean-François Copé. Sur France 2, le candidat à la primaire de la droite confie qu'il a trouvé François Hollande «en décalage». «Le président doit tracer un chemin dans cette période de trouble et on a vu un homme confus», juge-t-il. «On attend un chef de l'Etat qui décide, pas seulement qui commente, insiste-t-il. Nous n'avons rien vu de tout cela». Au sujet de la dernière année du quinquennat, Jean-François Copé n'a pas été convaincu par François Hollande expliquant qu'il réformerait jusqu'au bout : «je crains que ce ne soit une année perdue». Enfin pour lui, le président a été «en permanence dans l'eau tiède, la contradiction».
Le Panda

«Ce type d'émission est toujours très difficile et long», rappelle Stéphane Le Foll. Le porte-parole du gouvernement se charge de défendre le président, sur France Info. «Cet exercice, aussi long qu'il a pu être, est nécessaire dans le sens où il faut toujours s'expliquer», estime le ministre de l'Agriculture. Stéphane Le Foll rient deux choses de l'émission : «la cohérence, sur tous les sujets, et c'était jamais facile. Et c'est la volonté d'être juste, juste dans les choix, dans l'équilibre qu'on doit trouver entre ce qu'on doit donner aux entreprises et ce qu'on doit donner aux salariés».
Le Panda

Baptisée «Dialogues citoyens», l'émission, délocalisée au musée de l'Homme, a vu le président de la République répondre aux questions d'une chef d'entreprise, d'une mère d'un djihadiste parti en Syrie, d'un étudiant en école de commerce et blogueur de gauche et d'un conducteur d'autocar, électeur du FN. Au comble de l'impopularité, François Hollande a tout fait pour essayer de les convaincre. Une enquête Odoxa pour notre journal montrait que 71% des Français disaient se désintéresser de son intervention ce soir à la télévision. Voici ce qu'il faut retenir de cette dernière.
Le Panda

QUESTION DU JOUR. Avez-vous été convaincu par François Hollande ? Pas de retrait de la loi El Khomri. La loi défendue par la ministre du Travail Myriam El Khomri «ne sera pas retirée, mais qu'il y ait des corrections, qu'il y ait des discussions avec les organisations syndicales -- en tout cas celles qui, maintenant, comprennent le sens et même appuient cette réforme --, oui», a déclaré Hollande. «Discuter, concerter», ce n'est «pas céder à la rue», a-t-il souligné alors que des organisations de jeunesse et des syndicats de salariés, dont CGT et FO, appellent depuis plusieurs semaines à manifester pour le retrait du projet de loi, qui sera débattu dans l'hémicycle de l'Assemblée début mai. La version présentée en conseil des ministres n'est «pas celle qui avait été initialement préparée, mais moi j'entends, je participe aussi du dialogue, je ne me fige pas dans des positions et j'essaie de trouver le bon équilibre», a ajouté le locataire de l'Elysée. Rappelant que «90% des embauches» se faisaient actuellement en CDD, Hollande a expliqué que l'objectif de la loi travail était «qu'on puisse embaucher avec un contrat à durée indéterminée et qu'on puisse clarifier les règles pour les salariés, clarifier les règles pour les employeurs».
Le Panda

Créer 150 000 à 160 000 emplois nets en 2016. «Nous sommes aujourd'hui sur un rythme de créations nettes d'emplois. Par exemple, en 2016, nous pensons que nous pourrons créer 150 000, 160 000 emplois nets», a assuré le chef de l'Etat. Interrogé sur l'efficacité du Crédit impôt compétitivité emploi (CICE), une réduction de cotisations pour les entreprises afin de leur permettre d'embaucher, il en a souligné l'efficacité. «En 2015, nous avons créé 100.000 emplois nets de plus, c'est-à-dire que pour la première fois depuis 5 ans, l'économie française a créé davantage d'emplois qu'elle n'en a supprimé, je pense que c'est largement dû à cette politique là», a-t-il dit. L'économie française a créé 82 300 nouveaux emplois marchands en 2015, la première hausse enregistrée en quatre ans, selon l'Insee. La France en avait supprimé 108 300 en 2012, 23 800 en 2013 et 62 800 en 2014. Hollande a défendu le pacte de responsabilité, qui comprend le CICE. Si l'investissement «est reparti, c'est bien parce qu'il a eu ce soutien», a-t-il poursuivi. En outre, il a «servi à mieux rémunérer les salariés (...) c'était ce que je cherchais aussi (...) qu'on puisse leur restituer une partie de ce qu'allait être le bénéfice des entreprises».
Le Panda

Une décision à la fin de l'année pour 2017. Hollande est-il candidat à sa réélection ? «Je prendrai ma décision à la fin de l'année», a-t-il concédé, avec le chômage comme juge de paix comme il s'y était engagé. «Oui, ça va mieux», a lancé d'emblée le président, affirmant qu'il y avait désormais «plus de croissance, moins de déficits, moins d'impôts et plus de compétitivité». Pas d'interdiction du voile à l'université. Le président s'est démarqué de Manuel Valls qui réclamait une loi pour interdire le voile à l'université. «En revanche, comme l'a dit le Premier ministre, on ne peut pas avoir du prosélytisme, de l'intrusion dans les cours, a confié Hollande. Les lois de la République seront simplement appliquées. Il n’y aura pas de loi sur le voile à l’université car il n’y a pas de cadre constitutionnel qui le permettrait.» Interrogé sur le vote de la loi contre le voile intégral en 2010, le chef de l’Etat, à l'époque député, a toutefois fait son mea culpa : « Je regrette de ne pas avoir voté la loi contre la burqa. »
Le Panda

Il ne regrette pas le débat sur la déchéance de nationalité. «Quand je me suis exprimé devant le Congrès à Versailles (ndlr : après les attentats du 13 novembre) pour dire que ceux qui, Français, avaient tué d'autres Français parce qu'ils étaient Français, ne méritaient pas la nationalité française, tout le monde s'est levé. Je n'en ai pas vu un qui ne s'est pas levé au Congrès à Versailles. Parce qu'on sentait bien que le pays pouvait éclater, qu'il pouvait y avoir une séparation, un affrontement, et je ne voulais pas qu'il y en ait», a déclaré le chef de l'Etat. «Si le texte avait été soumis au parlement dans les semaines qui avaient suivi ce discours, ce texte aurait été adopté. Après, les calculs politiques s'en sont mêlés», a estimé Hollande. Mais après quatre mois de débats, devant «des comportements politiques sur lesquels je n'ai pas besoin de revenir» et «des doutes qui s'étaient exprimés», le président a préféré clore le processus constitutionnel.
Le Panda

Objectif confirmé de réduction à 50 % de la part du nucléaire. Cela se fera «étape par étape», assure Hollande. Il a rappelé n'avoir «jamais proposé l'arrêt du nucléaire» mais avoir promis de réduire de 75% à 50% la part du nucléaire dans la production de l'électricité en 2025. La loi de transition énergétique de 2015 a entériné cet engagement. «D'ores et déjà -- j'avais fait cette promesse -- nous allons fermer Fessenheim» et «c'est à partir de 2019, et ce sera à EDF, après l'Autorité de sûreté nucléaire, de nous dire quelles sont les centrales qui devront être fermées», a déclaré le chef de l'Etat. Le gouvernement doit publier sa feuille de route sur le nucléaire d'ici le 1er juillet. Macron «dans l'équipe et sous mon autorité».Le locataire de l'Elysée a rappelé que le ministre de l'Economie avait été son conseiller. «Il est (...) un promoteur de l'innovation technologique, c'est sa tâche. Ensuite, qu'il veuille s'adresser aux Français, aller chercher des idées nouvelles, aller les convaincre, je ne vais pas l'en empêcher (...) Il doit être dans l'équipe, sous mon autorité», a affirmé François Hollande, une semaine après le lancement par Macron de son mouvement «En marche !». «Il est dans l'équipe et sous mon autorité (...) J'en suis sûr parce que c'est, entre nous, non pas simplement une question de hiérarchie, il sait ce qu'il me doit, c'est une question de loyauté personnelle et politique», a poursuivi le chef de l'Etat.
Le Panda

Syrie : Assad n'est toujours pas la solution. «Ce que nous faisons avec la Russie, c'est de chercher une solution politique» mais «sans que Bachar al-Assad soit une solution à la fin», «il n'est pas la solution», a martelé le président. «Conforter le régime, écraser l'opposition, ce sera la solution pour la Syrie? Je l'ai dit à M. Poutine, ça ne pourra pas être la solution pour la Syrie», a-t-il assuré. «Pourquoi ceux qui se sont mis contre le régime, contre Bachar al-Assad, depuis cinq ans, qui ont été bombardés continûment, chassés de leur pays, pourraient trouver la solution avec celui qui a été leur bourreau, M. Bachar al-Assad ?» s'est-il interrogé. Selon Hollande, «la France a été exemplaire dans le dossier syrien» et «c'est notre honneur d'avoir voulu intervenir quand il y a eu des armes chimiques» en 2013, même si la France n'a alors pas été suivie par les Etats-Unis.
Le Panda

22h3. L'émission s'est terminée sur une nouvelle passe d'armes entre Léa Salamé et François Hollande. «Vous êtes indifférent, est-ce vrai que tout glisse sur vous ?» interroge la journaliste. «Je ne suis pas indifférent, jamais, rétorque le président. Comment pourrais-je être indifférent au malheur ? Etre président, c'est vivre tout le temps avec la tragédie.» 22 heures. «Macron est à sa tâche», répond Hollande à propos de son ministre de l'Economie. «Il a été mon conseiller», rappelle le chef de l'Etat. «Il est dans l'équipe, il est sous mon autorité. C'est une question de loyauté politique et personnelle.» 21h58. Candidat en 2017 ? «Je prendrai ma décision à la fin de l'année», avoue Hollande. 21h57. Le temps des regrets ? L'émission touche à sa fin et Hollande est invité à dire s'il aurait fait autrement. «Si c'était à refaire, j'aurais fait une concertation supplémentaire sur la loi El Khomri. Parfois je me dis aussi que j'aurais dû alerter davantage sur la situation du pays à ma prise de fonction.» 21h55. «Le suffrage universel ne suffit plus», concède Hollande. «Vous devez participer à l'élaboration des lois», déclare notamment le président.
Le Panda

21h52. Hollande défend son action depuis 2012. «J'ai accordé la priorité à l'Education nationale», notamment sur le budget, les postes créés... «J’ai voulu pour ceux qui n’ont pas de formation une garantie jeune, c’est-à-dire un revenu et un logement pour favoriser leur autonomie même si ce n’est pas le rêve, c'est ce que j'essaie de créer comme conditions», admet le chef de l'Etat. 21h47. Hollande : «Je ne renie rien de ce que j'ai dit au Bourget.» «Je veux que vous viviez mieux que vos parents», lance-t-il à son jeune interlocteur. 21h45. Place à Marwen Belkaid, qui a voté pour Hollande en 2012 et qui participe au mouvement Nuit debout.
Le Panda

21h35. Hollande : «Il n'y aura pas d'interdiction du voile à l'université». «En revanche, comme l'a dit le Premier ministre, on ne peut pas avoir du prosélytisme, de l'intrusion dans les cours. Les lois de la République seront simplement appliquées. Il n’y aura pas de loi sur le voile à l’université car il n’y a pas de cadre constitutionnel qui le permettrait», rappelle François Hollande. Interrogé sur le vote de la loi contre le voile intégral en 2010, le chef de l’Etat, à l'époque député, fait son mea culpa : « Je regrette de ne pas avoir voté la loi contre la Burqa ». 21h34. Hollande : «Je me considère responsable» de la montée de l'extrême droite en France. «La montée de l'extrême droite c'est dans toute l'Europe. (...) Quelle est la solution ? De se replier, de se refermer ?» 21h30. Hollande : «La colère, je l'entends.» Le chef de l'Etat répond ainsi à Antoine Demeyer qui explique que son vote FN est un «vote de colère». «Je ne pourrais jamais promettre qu'il n'y aura jamais d'usines qui fermeront, plus jamais, note le locataire de l'Elysée. Ce qui compte, c'est de pouvoir éviter que ce soit sur la base de critères boursiers et qu'on puisse créer de nouvelles activités.»
Le Panda

21h20. «Nous avons dit que nous étions prêt à accueillir ceux dont la vie était menacée par la guerre», répond le président. Antoine Demeyer évoque les aides financières dont bénéficient certains migrants en France. «Nous aussi on aurait besoin de ces aides», affirme-t-il. «Seuls les demandeurs d'asile ont droit aux aides dont vous parlez. Pour ceux qui sont à Calais et qui ne demandent pas l'asile en France parce qu'ils veulent aller en Angleterre, rien n'est prévu pour eux, sauf les camps que nous avons installés», détaille Hollande. 21h16. Place à Antoine Demeyer, électeur FN. ll demande au chef de l'Etat si «l'immigration massive de ces derniers mois» était inéluctable. Le ton est donné...
Le Panda

21h14. Hollande ne regrette pas d'avoir proposé la réforme sur la déchéance de la nationalité. « J’ai vu les corps et les blessés le 13 novembre. Il y avait de la colère et j’ai ressenti le besoin d’une mesure symbolique. Tout le monde s’est levé lors du Congrès de Versailles où je l’ai proposé», veut rappeler le chef de l’Etat. «Le texte aurait été adopté par le Parlement s'il avait été présenté quelques semaines après les attentats» affirme-t-il. 21h10. «Nous n'avons pas de certificat de décès», glisse Véronique Roy à propos de son fils. «Nous le donnerons», assure Hollande.
Le Panda

21h2. Hollande : «Vous avez raison de poser cette question. Pourquoi n'a-t-on pas décelé les risques qui menaient à cette radicalisation ? Quand on entend ces prêches-là, on ne peut pas les accepter. On a expulsé 80 prêcheurs de haine. (...) Il y a eu deux lois antiterrorismes. (...) Mais il y a des signaux de radicalisation qui apparaissent. Nous avons créé des centres.» Véronique Roy l'interrompt, se disant déçue par ces structures 20h58. Place à Véronique Roy, la mère d'un djihadiste parti en Syrie : «Qu'est-ce qui fait qu'à un moment, ces jeunes désillusionnés partent dans un combat qui est un combat de la mort ?»
Le Panda

20h55. Pas d'arrêt du nucléaire. «Je n’ai jamais proposé l’arrêt du nucléaire», affirme le chef de l’Etat. «Nous allons fermer Fessenheim à partir de 2019. Ce sera ensuite à l’Autorité de Sûreté du Nucléaire et à EDF de nous dire quelles centrales fermer et lesquelles prolonger», précise-t-il. Il a confirmé l'objectif de réduction à 50% de la part du nucléaire dans la production d'électricité d'ici 2025, «étape par étape», alors que le gouvernement doit publier sa feuille de route sur le nucléaire d'ici le 1er juillet. 20h52. La prime d'activité plutôt qu'un coup de pouce au Smic. «Une augmentation du Smic serait éprouvante pour les entreprises en compétition. C'est pourquoi j'ai créé la prime d'activité. Cela représente 100 euros par mois supplémentaires.» 20h48. «100 000 emplois nets de plus ont été créés en 2015», assure Hollande, interrogé sur les effets du pacte de responsabilité. «En 2016, nous pensons pouvoir en créer 150 000 ou 160 000», ajoute-t-il. «Le pacte de responsabilité représentera 40 milliards d'euros en 2016», explique-t-il.
Le Panda

20h45. François Hollande se trompe sur le taux de chômage des jeunes. Interrogé sur le chômage des moins de 25 ans, le président de la République a contesté qu'il soit de cinq points supérieur à la moyenne européenne, comme que lui faisait remarquer la journaliste Léa Salamé. « Non, ce n'est pas vrai », a répété François Hollande. Mais, selon l'office européen de statistiques Eurostat, « en janvier 2016, le taux de chômage des jeunes s'est établi à 19,7% dans l'Union et à 22,0% dans la zone euro », contre 25,9% en France (730 000 jeunes), soit plus de six points supérieur. 20h44. «Donner de la stabilité aux chefs d'entreprise et aux salariés». «C'est une loi faite pour les grands groupes», accuse Anne-Laure Constanza. «La loi vous permet d'avoir un accord d'entreprise pour fixer votre temps de travail», rétorque Hollande. «Il faut donner de la stabilité aux chefs d'entreprise mais aussi aux salariés», ajoute-t-il.
Le Panda

20h40. «Votre branche permet des embauches à temps partiel», répond Hollande alors qu'Anne-Laure Constanza se plaint de ne pouvoir embaucher des gens avec des contrats de 20 heures. Le débat devient technique et le chef de l'Etat et son interlocutrice semblent avoir du mal à s'entendre. 20h39. Elle attaque aussi Hollande sur la surtaxation des CDD introduite récemment dans le projet de loi El Khomri. «Une règle a été fixée [à trois stagiaires pour les entreprises de moins de 50 salariés] car il y avait des abus avec des stagiaires recrutés à la place d'emplois pérennes», se défend le président.
Le Panda

20h35. «Comment faire pour que recruter ne soit pas un risque en France ?» La question est posée par Anne-Laure Constanza, chef d'entreprise. 20h33. «Je réformerai tous les jours de mon mandat», promet le chef de l'Etat. En plus de la loi Travail, Hollande a deux gros chantiers : la loi égalité et citoyenneté présentée mercredi en conseil des ministres et une volonté de plus de transparence. 20h30. La loi El Khomri «ne sera pas retirée». «Je poursuivrai jusqu'au bout, assure Hollande. Elle a été discutée, concertée et elle arrive au Parlement. Moi j'entends, j'essaie de trouver le bon équilibre. Discuter, concerter, je ne vais pas céder à la rue. La loi ne sera pas retirée. Cette réforme, c'est plus de dialogue social dans l'entreprise. Ce sont des droits nouveaux avec le compte personnel d'activité.»
Le Panda

20h27. «Je trouve légitime que la jeunesse veuille s'exprimer», répond Hollande à une question de Léa Salamé sur Nuit Debout. «Cela ne suffit pas mais je ne vais pas me plaindre de cette jeunesse qui veut inventer ce monde de demain plutôt que regarder vers le passé. La jeunesse n'est jamais satisfaite et elle a raison de ne pas l'être. (...) Regardez ma priorité à l'éducation donnée sur les trois dernières années, les 60 000 postes ont été ouverts, il y a plus de professeurs devant les élèves aujourd'hui. Un étudiant à l'université sur trois est boursier», assure le président de la République. «Le problème est que les jeunes ne trouvent pas CDI», ajoute-t-il. 20h25. «Oui, ça va mieux !» assure le président. David Pujadas lui demande si on peut affirmer cela quand il y a 700 000 chômeurs de plus depuis le début de son mandat. Le président botte en touche en répondant sur ce qu'est la protection sociale en France. 20h20. Hollande : «J'ai affronté des épreuves terribles durant ce quinquennat.» Le chef de l'Etat assure avoir «modernisé le pays en protégeant le modèle social». 20h16. Antoine, ancien électeur socialiste devenu électeur du FN, est présenté. Suivent Anne-Laure, chef d'entreprise, et Marwen, blogueur et sympathisant du mouvement Nuit debout. Ce dernier assure sur Twitter n'avoir pas de représentant.
Le Panda

Le nombre de morts sur les routes de France a augmenté de 14,2% en mars, par rapport au même mois l'année dernière. Il y a eu 257 personnes tuées, soit 32 de plus qu'au même mois de 2015, a annoncé vendredi 15 avril la Sécurité routière. Sur les trois premiers mois de l'année, le nombre de morts a augmenté de 3,3% par rapport au premier trimestre 2015. La tendance à la hausse de la mortalité routière enregistrée depuis deux ans se confirme.

haut de la page

NON MAIS QUI PRETEND QU'ILS ONT TORTS?

CHARLIEHEBDO 2016-04-05 16:28:45

ILS SONT HONNETES

Commentaires

Le Panda

bonjour IL EST A QUI LE Toutou? Qui veut donner me donner un PANAMA !!

haut de la page

RIRE OU PLEURER

Le Panda 2016-04-04 08:53:31

novembre200605Nous sommes en train de pêcher, le printemps est arrivé, nous traversons un quinquennat de folie ou l’on peut dire peut-être tout un chacun merci pour tous ces moments. Sénat, Assemblée Nationale, les diverses commissions parlementaires qui se noient et l’absurde du rire reste que l’on ignore les raisons qui poussent les politiques à agir de la sorte. Il y a des faits que je perçois du plus profond de ma personne, c’est le jour ou j’ai publié Le Roseau et Le Ravi. Essayant de mettre les gens politiques et autres face à leurs responsabilités et non avoir des phrases plus qu’honteuses qui me fit trembler le jour et je l’ai entendu : Responsable mais non Coupable ! Ayant parcouru la France, l’Europe, plusieurs continents, ayant le sentiment profond en ayant donné plus de 7000 conférences sur les conséquences de la prévention, mais surtout la lutte sans fin contre le SIDA. Oui il était facile de rire lorsque l’ouvrage sortit, mais les progrès sont tellement faibles que le rêve de mon existence, ne sera jamais réalisé. 468Qui suis-je et quel est mon parcours, avec mes erreurs et mes combats, rien n’est inexact : Conférencier Agréé International – Journaliste – Grand Reporter International. Groupe du « Le Panda Vous Parle » – « Les Voix du Panda ». Formations diverses, apprentissages et certaines études effectuées à la Faculté des Sciences de Clermont-Ferrand. Formation complémentaire: 4 années de médecine à la Faculté de Médecine de Clermont-Ferrand en Anatomie. Certificat de fin de formation. Auteur de multiples ouvrages éducatifs, culturels, sociaux, médicaux. Parcours des 5 continents dans le cadre de prévention des M.S.T. et de la prophylaxie. Correspondant de Presse Internationale (Le Matin, L’Opinion, Maroc, Espagne, Italie, Angleterre, Le Québec, Canada). Un combat permanent contre toutes formes d’exclusions. Le Panda précise que sans le concours des plus éminents spécialistes des villes et pays traversés, les films qui vous sont offerts à la vision n’auraient pas existés. Que les dirigeants de ces pays soit des Présidents, des Monarques, des Amis, ceux dont il se sent le plus proche sont les gens de la terre. Dans une conception humaniste avant tout de citoyen du monde. Que chacun trouve dans ses réalisations le remerciement de l’ensemble des rédacteurs et des participants, que cela soit par écrit, par publication, ouvrages ou vidéos. ColucheQuelques exemples sur les extraits proposés ci-dessous, il remercie essentiellement le Professeur Luc Montagnier, Saad Khoury, Michel Boujenah, Jacques Bérard,Julien Cohen-Solal, Gaillard de Collogny, Georges Cziffra, Yves Duteil, Marie Laforêt, Armand Mestral, Marcel Pagnol, Michel Sardou, Pierre Solé, Carlos, Henri Salvador, Jean-François Revel, Pavarotti, Claude Caillé, Paul Ricard, Salvador Dali, le Roi d’Espagne Sa Majesté Juan Carlos, le Roi du Maroc Sa Majesté Hassan II, etc. Ils trouvent toutes et tous l’assurance de ma gratitude. Ses films ont été réalisés avec un budget minimum engagé par Le Panda. Aucune nation, aucun pays n’a jamais demandé une rétribution pour des réalisations faites sur un plan social, éducatif, culturel, médical et préventif. Sans oublier mes amis de toujours, les Professeurs Guy Vanneuville, Georges Péri, le Bâtonnier Louis Garola Guiglaris et Pierre Stagnara. Puis ils sont bien nombreux celles et ceux que je peux oublier, qu’ils ne voient là aucun acte volontaire, mais je ne peux transformer ce que j’ai publié, écrit et édité par Hachette en 1994. L’essai : « Le Roseau et le Ravi » paru en 1994 est considéré 12 ans après comme une œuvre. Etant l’auteur de cet ouvrage, et souhaitant rester plus modeste que les moteurs de recherches universelles. Je m’abstiens de toute éloge. Pour permettre d’avoir une étude comparative sur l’évolution du S.I.D.A., qui veut dire : Syndrome d’Imuno Déficience Acquise, le premier tableau stipule le nombre de cas déclaré en 1992 par millions d’habitants. Vous aurez dessous le plan panoramique de la vie du corps du virus. Des milliers de conférences ou de projections, de préventions m’ont fait parcourir les 5 continents. enigme-facileJe tiens avec humilité à remercier tous ceux qui m’ont apporté leur concours dans ce qui, pour les chercheurs de l’époque, était véritablement un cri d’alarme. Qui doit-on impliquer ou accuser ? L’OMS, les Gouvernements, les Etats. Quoi qu’il en soit, pour éradiquer le mal, il se fallait d’avoir le courage et la volonté d’éviter que le virus ne devienne mutant. Les Gouvernements n’ont absolument pas agit en la circonstance. Cela m’amena simplement, après la sortie du Roseau et du Ravi, à pousser à nouveau un cri d’alerte en réalisant le film : « Un autre monde ». En 2006, plus de 40 millions de personnes sont contaminées de par le monde. Les familles à risques sont ciblées, en majorité l’Afrique paye le plus lourd tribu, puisque 25 millions de personnes vivant sur ce continent sont atteintes. Je pourrais développer bien plus que cela l’usufruit de 30 ans de fréquentation hospitalière, je ne le souhaite pas. Là où mes interventions se sont fait sentir, il me semble que j’ai rempli mes fonctions et même au-delà. Je reste profondément affecté qu’elle n’ait pas pris une ride, je le regrette. Je vous livre ipso facto ce qui devrait vous pousser à la réflexion et les Etats à la raison. J’ai passé l’âge de vouloir donner des leçons, je ne peux qu’avec modestie, attirer l’alarme et pousser à la prévention. Pourquoi cet essai de réflexion ? Si après en avoir pris connaissance vous vous sentez concerné, le souhait du Roseau et du Ravi est la constitution de groupes de réflexions, ouvert de la façon suivante : Durant le cadre scolaire, ces groupes interviendraient à la demande des directeurs d’établissements ou des parents d’élèves en primaire et en 1er cycle, ou à la demande des élèves dans le second cycle. Le désir le plus ardent du Roseau et du Ravi, mettre en application une association du type « Sésame », dont les Docteurs Denise et Pierre Stagnara ont reçu plus de 65 000 témoignages dans la région Rhône-Alpes. En-rire-ou-en-pleurer-petitPour mettre un tel projet en place, plusieurs tables rondes de travail seront indispensables, la participation éventuelle des organismes de tutelle sous des formes qui seraient à définir, mais dont le Roseau et le Ravi détient un projet déjà bien avancé, serait à discuter. Toutes techniques se déroulent en plusieurs étapes, celles-ci ne feraient pas exception aux autres. L’expérience n’a pas de prix, elle permet de laisser trace des acquis de toutes natures susceptibles de venir en aide : Aux parents, aux élèves, aux salariés, aux universitaires, travailler en étroite collaboration avec le maximum d’enseignants ou tout autre corps d’Etat. Dans la mesure où le souhait de l’anonymat soit demandé, il sera respecté conformément à la liberté d’expression et de pensée de l’homme. Il faudrait établir une équipe ne partageant peut-être pas toujours la forme, mais intimement convaincue dans le fond. Aucune position religieuse, ethnique, sélective ou de quelques connotations politiques ne saura trouver un moyen d’expression à des fins autres que partager son savoir. Toutes les ouvertures seront exclusivement consacrées à des réflexions, des constatations sur des travaux accomplis, tenant compte de l’évolution de la problématique et sur les perspectives d’avenir. Les interventions ne seront pas limitées, mais le concours de la compétence sur le point psychologique et psychanalyste sera indispensable. C’est une aventure d’une envergure qui peut être considérée comme révolutionnaire, soit de pleine actualité au XXIème siècle. Car chaque individualité pourra se permettre de poser ses problèmes et d’exposer ses solutions, exemple : « Comment rendre au mieux le service qu’on attend de moi ». Etablir un planning, il faudra être le plus concis possible pour pouvoir constituer un plan détaillé. Si vous avez compris ce modeste message en achevant la lecture de cet essai, le Roseau et le Ravi attend tous les conseils d’ouvertures et il ne faut surtout pas éviter ou penser que l’on puisse rire de votre action, elle n’en revêt que plus de lucidité, de réalisme pour affronter une société pas toujours facile. Un certain nombre de personnes de tous niveaux sociaux, éducatifs et culturels sont prêtes à vous écouter, à se joindre à une action de développement. Deux devises seront appliquées : Celles des « Trois singes » : La vie, l’amour, aujourd’hui et demain. Les personnes qui ont témoigné dans cet essai, et « Les autres » sont dans et sur le même bateau. Quelles le souhaitent ou pas, elles sont liées pour le meilleur et pour le pire. Cet essai de lecture plus ou moins facile, a paru afin de soulager parfois des situations difficiles. Il-faut-rire-et-pleurer-aimer-travailler-jouir-et-souffrir-enfin-vibrer« Le Roseau et le Ravi » a inclus des paragraphes « Parenthèses » traités avec plus ou moins d’humour, c’est le repos du lecteur. L’ironie pour d’autres voire satiriques. Il faut avoir des attitudes de responsabilité pour chasser l’indifférence, l’intolérable qui, constat « d’ignorance », crée des comportements excessifs. Il résulte que le hasard n’est pas toujours responsable dans la cohorte que forme à ce jour : les marginaux, les exclus, les sociétés de profits. Ces phénomènes ne se limitent pas à l’hexagone, ni à l’Europe, ils touchent bien souvent les plus démunis et protègent les classes de certains « Bien nantis ». Le mode de vie du monde a évolué sur un plan scientifique, voir technologique, même si le mode de vie n’est pas en cause dans l’apparition du virus du SIDA, il n’en demeure pas moins qu’il peut favoriser sa propagation. On n’a plus le droit d’être indifférent en se cachant derrière « La Liberté Personnelle ». Il faut apprendre à écouter pour mieux savoir, donc sauvegarder. Un certain nombre de personnes loin d’être « Légion », peuvent tirer profit de leur comportement, car elles ont montré une réelle prise de conscience des changements de comportement nécessairement indispensable pour enrayer la décadence de notre civilisation. Les uns et les autres doivent prendre conscience qu’ils sont indiscutablement solidaires des personnes auprès des quelles des mesures d’urgence, de survie s’imposent. Il faut que chacun essaie de faire ce qu’il sait faire proprement pour perdurer, provoquer le dialogue car : « La communication comprise reste le réel de l’homme « sans détruire l’enfant ». Il faut prendre les mesures indispensables pour tenter d’éviter l’écroulement définitif de nos propres fondements : La famille, l’union, notre santé, le terroir de nos ancêtres, etc, etc… Dans le cas contraire, on va directement à la décrépitude totale en passant directement à : « La clandestinité ». Ce chemin de la « Clandestinité » conduit ce résultat, à toutes les formes de corruptions, de politiciens « véreux », de contradictions. « Les mandarins » modernes se déclarent parfois incompétents face à la complexité des problèmes. Les masses doivent indiscutablement retrouver « Leur source ». Les plus grands dangers à l’orée du XXIème siècle, c’est indiscutablement la politisation de tous les problèmes au détriment de la richesse sociale, éducative, culturelle. La vie se propage et les marchands de canons se multiplient. La maladie qui touche notre époque, ne trouve de remède que dans le respect du savoir accepter l’autre dans la tolérance. Le principal risque ne peut venir que des profits personnes qui sont les assassins conscients dans la majorité de leurs actes. Vous, nous avons la possibilité, la chance extraordinaire de changer encore, alors faites-le comme ceux qui témoignent et soyons positifs dans nos convictions profondes. Et alors peut-être, tous les enfants du globe suivront le chemin indiqué à l’adulte pour se sauvegarder, retrouver l’eau pure, le soleil éclatant, puis, main dans la main, retrouver le coin de leur ciel bleu. Le Roseau et le Ravi pourrait s’assimiler à un révolutionnaire plein d’humanisme « Type » : Georges BRASSENS, Léo FERRE, Lino VENTURA, Jean FERRAT, Serge LAMA, Edith PIAF, BARBARA. Il accepte ce qu’il est pour permettre aux autres d’avoir : « Le droit d’écoute donc, celui de savoir ». Pour mieux SAVOIR VOUS Aimer. Sachez ou apprenez à vous préserver. Le Roseau et Le Ravi Le Panda Patrick Juan    

Commentaires

Le Panda

Ce sont les noms qui sautent aux yeux et qui frappent les esprits. Petro Porochenko, président de l’Ukraine ; Sigmundur David Gunnlaugsson, premier ministre de l’Islande ; Salman Al-Saoud, roi d’Arabie saoudite. Leur point commun ? Ils ont fait enregistrer des sociétés offshore dans des paradis fiscaux par le cabinet panaméen Mossack Fonseca. Les « Panama papers » en trois points Le Monde et 106 autres rédactions dans 76 pays, coordonnées par le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ), ont eu accès à une masse d’informations inédites qui jettent une lumière crue sur le monde opaque de la finance offshore et des paradis fiscaux. Les 11,5 millions de fichiers proviennent des archives du cabinet panaméen Mossack Fonseca, spécialiste de la domiciliation de sociétés offshore, entre 1977 et 2015. Il s’agit de la plus grosse fuite d’informations jamais exploitée par des médias. Les « Panama papers » révèlent qu’outre des milliers d’anonymes, de nombreux chefs d’Etat, des milliardaires, des grands noms du sport, des célébrités ou des personnalités sous le coup de sanctions internationales ont recouru à des montages offshore pour dissimuler leurs actifs
Le Panda

Au terme d’une recherche systématique, le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) et ses 107 médias partenaires, dont Le Monde, ont établi que douze chefs d’Etat et de gouvernement, dont six en activité, ont mené de telles activités en toute discrétion. Un chiffre auquel on peut ajouter 61 personnalités proches de ces dirigeants mondiaux, à l’image de Mounir Majidi, secrétaire particulier du roi du Maroc Mohammed VI, Sergueï Roldouquine, ami intime de Vladimir Poutine, ou encore Rami Makhlouf, cousin de Bachar Al-Assad. Pas moins de 128 responsables politiques et hauts responsables publics du monde entier (hauts magistrats, président de banque centrale, ministres, députés…), viennent s’ajouter au catalogue hétéroclite des clients de Mossack Fonseca.
Le Panda

Les « Panama papers » en trois points Le Monde et 106 autres rédactions dans 76 pays, coordonnées par le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ), ont eu accès à une masse d’informations inédites qui jettent une lumière crue sur le monde opaque de la finance offshore et des paradis fiscaux. Les 11,5 millions de fichiers proviennent des archives du cabinet panaméen Mossack Fonseca, spécialiste de la domiciliation de sociétés offshore, entre 1977 et 2015. Il s’agit de la plus grosse fuite d’informations jamais exploitée par des médias. Les « Panama papers » révèlent qu’outre des milliers d’anonymes, de nombreux chefs d’Etat, des milliardaires, des grands noms du sport, des célébrités ou des personnalités sous le coup de sanctions internationales ont recouru à des montages offshore pour dissimuler leurs actifs
Le Panda

C’est la fuite de données la plus importante de l’histoire du journalisme. C’est aussi la percée la plus spectaculaire jamais effectuée dans le monde obscur de la finance offshore. Le Monde, associé au Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) de Washington et au quotidien allemand Süddeutsche Zeitung, destinataire de la fuite, a eu accès aux 11,5 millions de documents qui révèlent les avoirs cachés, dans des paradis fiscaux opaques, de leaders politiques mondiaux, de réseaux criminels, de stars du football ou de milliardaires. Parmi eux figurent des proches du président de la Russie, Vladimir Poutine, ou le premier ministre de l’Islande, Sigmundur David Gunnlaugsson, mais aussi de nombreux autres noms de chefs d’Etat ou de personnalités politiques. On y retrouve aussi le footballeur argentin Lionel Messi et le président suspendu de l’UEFA, Michel Platini, parmi nombre de personnalités dont nous évoquerons les cas tout au long de la semaine. Ces documents secrets, extrêmement récents, courent jusqu’à la fin de 2015.
Le Panda

Les « Panama papers » mettent en lumière un incroyable tableau : plus de 214 000 entités offshore créées ou administrées par Mossack Fonseca, depuis sa fondation, en 1977, et jusqu’en 2015, dans 21 paradis fiscaux et pour des clients issus de plus de 200 pays et territoires. Un périple planétaire, donc, qui embrasse les continents et les océans, du Luxembourg au Panama, de la Suisse aux îles Vierges britanniques, des îles Samoa aux Seychelles, de Monaco aux Bahamas. Il n’est plus ici seulement question des cas particuliers d’une seule banque, comme lors des SwissLeaks de HSBC (2015) ou des UBSLeaks (2016), ni du rôle joué par une seule place financière dans un schéma organisé d’optimisation fiscale pour les multinationales, comme dans les LuxLeaks (2014). Les « Panama papers » offrent une cartographie, presque en temps réel, d’un pan entier de la finance mondiale, jusqu’alors à l’abri des regards. Toutes ces informations seraient restées secrètes sans l’intervention d’une source anonyme, qui a commencé, début 2015, à transmettre cette « mine d’or » aux journalistes de la Süddeutsche Zeitung. Ils avaient alors entrepris d’enquêter sur le rôle de Mossack Fonseca dans les accusations de fraude fiscale visant la Commerzbank, la deuxième plus grosse banque d’Allemagne. Devant l’ampleur des données, le quotidien allemand a décidé de faire appel à l’ICIJ et ses partenaires habituels, afin de partager ses informations, au regard de la précieuse expérience acquise par le Consortium en matière d’investigations financières transnationales. L’authenticité des documents, qui ne faisait guère de doutes au regard de leur nombre, a pu être vérifiée à deux reprises, par le journal munichois et Le Monde. Elle a été confirmée par plusieurs lettres envoyées en mars par Mossack Fonseca à ses clients et consultées par Le Monde, mentionnant « un accès non-autorisé à [son] serveur de messagerie électronique grâce auquel certaines informations ont été glanées par des tierces personnes ».
Le Panda

Argent gris, noir et sale Toutes les sociétés offshores des « Panama Papers » ne sont pas illégales ou opaques, certaines ont une activité économique véritable et déclarée ou ont été spécialement créées pour faciliter des investissements internationaux. Mais une grande majorité d’entre elles sont utilisées comme sociétés écrans, pour dissimuler des avoirs grâce au recours à des prête-noms. C’est ainsi que chez Mossack Fonseca, l’argent propre côtoie l’argent sale, que l’argent « gris » (celui de la fraude fiscale) côtoie l’argent « noir » (celui de la corruption et du crime organisé), que les grandes fortunes et les stars du football côtoient les réseaux criminels et les chefs d’Etat corrompus. Après plusieurs mois de cette enquête hors norme, l’ICIJ et ses partenaires ont pu établir qu’étaient impliqués dans des sociétés offshores douze chefs d’Etat et de gouvernement (dont six en activité), 128 responsables politiques et hauts fonctionnaires de premier plan du monde entier et 29 membres du classement Forbes des 500 personnalités les plus riches de la planète.
Le Panda

Les clients les plus « sensibles », ceux qui désirent se dissimuler et rendre leurs avoirs intraçables, sont protégés par trois ou quatre sociétés successives, créées aux quatre coins de la planète, qui s’emboîtent comme des poupées russes pour compliquer le travail des autorités fiscales et judiciaires, et il est souvent ardu voire impossible de remonter leur piste. Les milliers d’échanges internes entre les employés de Mossack Fonseca passés au crible par Le Monde et ses partenaires confirment que les artisans de l’offshore parviennent toujours à conserver un coup d’avance sur les tentatives de régulation mondiales. Ainsi quand, en 2011, les îles Vierges britanniques sont contraintes, sous la pression internationale, d’abandonner le système des « actions au porteur » anonymes, un mouvement de balancier s’opère au profit du Panama ou des Seychelles, où de telles pratiques sont encore autorisées. C’est par ces rebonds d’un paradis fiscal à l’autre, et en exploitant les failles de la régulation par des montages toujours plus complexes, que Mossack Fonseca et ses intermédiaires tiennent en respect les autorités de contrôle
Le Panda

« Une usine de voitures est-elle responsable du comportement des conducteurs ? » Interrogé sur son rôle et ses responsabilités, Mossack Fonseca se défend d’avoir offert directement ces services à ces clients, et renvoie la responsabilité vers les quelque 14 000 intermédiaires (grandes banques mondiales, cabinets d’avocats, fiduciaires et autres sociétés de gestion de fortune) qui assurent l’interface avec les bénéficiaires finaux. Dans un récent entretien accordé à la télévision panaméenne, le co-fondateur du cabinet, Ramon Fonseca, l’a comparé à une « usine de voitures », qui n’est pas responsable des forfaits commis par des voleurs à l’aide des véhicules qu’elle a produits. Dans la plupart des juridictions, la firme a pourtant l’obligation de se renseigner sur les ayant-droit des sociétés qu’elle administre et, si elle faillit parfois à cette obligation, ses correspondances internes montrent qu’elle a souvent connaissance de leur identité.
Le Panda

Quelles solutions ? Le Panama, centre financier « toxique », refuse de coopérer avec les Etats étrangers dans la lutte contre la fraude et l’évasion fiscales, et a engagé un bras de fer avec l’Organisation de coopération et de développement économiques (l’OCDE), qui coordonne la lutte. Considérant que le problème devenait hautement politique et risquait de compromettre l’efficacité de la lutte anti-blanchiment, l’OCDE a alerté les ministres des finances du G20 (le groupe des vingt pays les plus riches), réunis le 27 février à Shanghaï, en Chine. Ce que prouvent les « Panama Papers », c’est avant tout qu’à l’heure de la mondialisation financière, et malgré les révélations successives et la volonté affichée des Etats à réguler les paradis fiscaux, il demeure toujours aisé pour les banques et leurs clients de se jouer des réglementations nationales. Ce ne sont pas les lois anti-blanchiment qui manquent, mais le contrôle de leur application qui doit être renforcé, partout dans le monde. Le système financier dans son ensemble se doit de réguler le grand meccano de l’offshore. Il a tout à y gagner.
Le Panda

Le Panda

12 chefs d'État dont 6 en activité Parmi les personnes listées par l'ICIJ, on trouve notamment six chefs d'État en exercice comme le président argentin Mauricio Macri, le premier ministre islandais Sigmundur Davíð Gunnlaugsson, le président ukrainien Petro Poroshenko, le président des Émirats arabes unis Khalifa bin Zayed bin Sultan Al Nahyanet le roi d'Arabie saoudite Salman bin Abdulaziz bin Abdulrahman Al Saud. Le site du collectif de journalistes propose pour chacun d'entre eux une fiche explicative sur les raisons de leur présence au sein de cette liste.
Le Panda

Des associés de Vladimir Poutine auraient également détourné jusqu'à 2 milliards de dollars avec l'aide de banques et de sociétés écran, effectuant des virements pouvant atteindre 200 millions de dollars en une seule fois, selon l'ICIJ. Le Monde, qui a participé à l'enquête, détaille notamment le rôle joué par le violoncelliste professionnel Sergueï Roldouguine, parrain de la fille Maria du président russe. Sept sociétés basées dans des paradis fiscaux lui sont liées, toutes indirectement gérées par la banque Bank Rossia, un cabinet d'avocats en Suisse servant de paravent. «Des associés de Poutine ont falsifié des paiements, antidaté des documents et obtenu de l'influence occulte auprès des médias et de l'industrie automobile russes», détaille le consortium sur son site internet.
Le Panda

Des associés de Vladimir Poutine auraient également détourné jusqu'à 2 milliards de dollars avec l'aide de banques et de sociétés écran, effectuant des virements pouvant atteindre 200 millions de dollars en une seule fois, selon l'ICIJ. Le Monde, qui a participé à l'enquête, détaille notamment le rôle joué par le violoncelliste professionnel Sergueï Roldouguine, parrain de la fille Maria du président russe. Sept sociétés basées dans des paradis fiscaux lui sont liées, toutes indirectement gérées par la banque Bank Rossia, un cabinet d'avocats en Suisse servant de paravent. «Des associés de Poutine ont falsifié des paiements, antidaté des documents et obtenu de l'influence occulte auprès des médias et de l'industrie automobile russes», détaille le consortium sur son site internet. Les «Panamapapers» font aussi mention de l'ancien ministre français Jérôme Cahuzac, de Patrick Balkany, le député-maire LR de Levallois, de l'homme d'affaires franco-israélien Patrick Drahi et de certains cousins du président syrien Bachar el-Assad, du père du premier ministre britannique David Cameron, de la fille de l'ancien premier ministre chinois Li Peng et d'autres proches de haut-responsables d'Argentine, du Maroc, d'Égypte, du Ghana, d'Afrique du sud, de Côte d'Ivoire, de Guinée, du Pakistan, de l'Azerbaïdjan, d'Espagne, et de Malaisie. Des proches de hauts dirigeants chinois, dont le président Xi Jinping et l'ex-premier ministre Li Peng, apparaissent également. Parmi d'autres, figure notamment Deng Jiagui, l'époux de la soeur aînée de Xi Jinping. En 2009, alors que son beau-frère était membre du tout-puissant comité permanent du Bureau politique du Parti communiste chinois (PCC) mais pas encore président, Deng Jiagui est ainsi devenu l'unique actionnaire de deux sociétés écrans dans les Iles Vierges britanniques, révèle l'ICIJ. Dans les documents, figure également le nom de Li Xiaolin, fille de Li Peng (premier ministre chinois de 1987 à 1998). Elle était, avec son mari, bénéficiaire d'une fondation au Liechtenstein, elle même contrôlée par une firme enregistrée aux Iles Vierges britanniques, à l'époque où son père était en fonctions. Une petite-fille de Jia Qinglin, ex-membre du comité permanent du Bureau politique du PCC, était par ailleurs l'unique actionnaire de plusieurs sociétés «offshore», via lesquelles elle contrôlait discrètement des groupes en Chine même. Les documents du cabinet d'avocats font aussi apparaître les noms d'une vingtaine de joueurs de football vedettes, évoluant notamment à Barcelone, au Real Madrid ou encore au Manchester United. Parmi eux, le multiple ballon d'or Lionel Messi, concerné pour une offshore créée en 2012 au Panama. Parmi les «stars», on trouve aussi l'ex-footballeur et ancien vice-président de la Fédération internationale de football (FIFA) Michel Platini, qui, d'après Le Monde.fr, aurait administré la Balney Enterprises Corp., une société offshore créée le 6 décembre 2007. L'ancien joueur français se serait ainsi vu remettre un «pouvoir général» en décembre 2007 - onze mois après son élection à la présidence de l'UEFA. Michel Platini s'est défendu dès dimanche soir en publiant un communiqué précisant que «l'intégralité de ses comptes et avoirs sont connus de l'administration fiscale suisse, pays dont il est résident fiscal depuis 2007».
Le Panda

«Le plus grand coup jamais porté aux paradis fiscaux» Les documents montrent que les banques, les cabinets d'avocats et autres acteurs opérant dans les paradis fiscaux oublient souvent leur obligation légale de vérifier que leurs clients ne sont pas impliqués dans des entreprises criminelles», affirme l'ICIJ. «Cette fuite sera probablement le plus grand coup jamais porté aux paradis fiscaux à cause de l'étendue des documents» recueillis, estime Gérard Rylé, le directeur de l'ICIJ cité par la BBC. «Ces révélations montrent à quel point des pratiques nocives et la criminalité sont profondément enracinées dans les places offshore», selon Gabriel Zucman, un économiste de l'université de Californie à Berkeley cité par le consortium basé à Washington.
Le Panda

Le rassemblement organisé chaque nuit à Paris depuis la manifestation du 31 mars fait parler de lui. État des lieux des slogans et revendications formulés place de la République par les nouveaux «Indignés» français. «Depuis le premier jour, la #NuitDebout appartient à tou.te.s.» L'affirmation du collectif organisateur, postée dimanche sur Facebook, résume le mélange des mots d'ordre qui agitent les occupants de la place de la République. Les participants aux «Nuits Debouts» sont aussi divers que leurs revendications. L'idée générale, quant à elle, est aussi claire qu'elle est ancienne: la «convergence des luttes». Écologie, éducation, précarité, logement... Tour d'horizon des slogans et revendications formulés place de la République à Paris et dans une vingtaine d'autres villes du pays
Le Panda

Le Panda

La loi Travail Élément fédérateur initial, la loi Travail reste un leitmotiv. Le «retrait définitif» est demandé face à des mesures «libérales». «La gauche fait passer des lois encore plus libérales que la droite», affirme au Parisien Bastien, 19 ans, présent sur la place samedi. Une affirmation en écho à ce slogan, «Désobéis aux lois injustes», inscrit sur une bannière place de la République.
Le Panda

«Non, elle ne vient pas pour la loi El Khomri», explique à l'AFP Émilie, 32 ans, venue de l'Ardèche. «On vient dénoncer une fausse démocratie, en créer une vraie, participative, directe. Il faut sortir du capitalisme, y'a plus que le pognon qui compte (...), s'énerve la jeune femme qui dénonce un «ras-le-bol général». La dénonciation du capitalisme - le film de François Ruffin Merci Patron! a été diffusée le premier soir - se mêle à la critique du gouvernement. «Ce qui nous unit, c'est qu'on en a marre de ce système», lançait ainsi dès le premier jour un jeune homme cité par Politis. «Nous en avons marre des patrons qui nous exploitent, du système bancaire qui nous saigne jusqu'à la moelle et de ce système qui détruit notre environnement.»
Le Panda

Le Panda

Le mouvement revendique de n'avoir aucun leader. Il n'y a pas de structure, si ce n'est un collectif qui se charge d'une partie de la logistique, notamment de la communication dans les médias. Sur la place, des tentes disséminées abritent cantine, infirmerie, le tout organisé par des bénévoles. Des commissions ont été rapidement créées pour organiser l'occupation: action, communication, intendance, accueil et sérénité... «On décentralise, et on décide de tout en AG», explique à l'AFP Cassien, 24 ans. «Il ne faut pas rester dans un entre-soi militant, il faut se tourner vers l'extérieur en communiquant au maximum», estime également un participant auprès de Mediapart.
Le Panda

Le gouvernement prépare la riposte face à la grogne des jeunes contre la loi Travail. Plusieurs mesures sont en préparation pour apaiser la colère des lycéens et des étudiants. Selon nos informations, l'exécutif va faire des annonces sur la santé et le logement notamment, qui seront incluses dans la future loi "Égalité et citoyenneté". Parmi les idées dans les tuyaux : une mutuelle universelle pour les jeunes car, faute de moyens, ces derniers se soignent de moins en moins. Le gouvernement prévoit ainsi d'instaurer une visite médicale préventive à 16, 18 et 25 ans. Toujours dans le soucis de les aider à prendre leur indépendance, ministres et députés veulent réserver une part de logements sociaux aux moins de 25 ans. La caution pour louer un appartement deviendrait, elle aussi, universelle. Le dernier grand texte du quinquennat Mais la mesure la plus marquante, certainement la plus explosive, concerne le permis de conduire, sésame quasi-indispensable pour décrocher un emploi mais beaucoup trop cher. L'idée serait de faire dorénavant la formation au code de la route dans les lycées. Cela fait longtemps que l'option est évoquée mais cela pourrait enfin devenir une réalité. L'enjeu de ce concours d'idées est "double", explique un ministre. "Il s'agit de muscler le dernier grand texte du quinquennat et c'est le moyen de montrer qu'on est de gauche", poursuit-il. Autrement dit, c'est une façon comme une autre de tenter de calmer la jeunesse.
Le Panda

Reste à savoir si ces mesures seront bien accueillies par les jeunes. Mercredi 6 avril, les organisations lycéennes et étudiantes seront reçues par les ministres de l'Éducation, du Travail et de la Ville. Avant cela, ces organisations appellent à de nouvelles manifestations dans toute la France contre la réforme, alors que débute au même moment l'examen du projet de loi en commission à l'Assemblée nationale.
Le Panda

La Société Générale épinglée. La banque française fait partie des cinq banques mondiales qui ont créé le plus grand nombre de sociétés offshore par l'intermédiaire du cabinet panaméen Mossack Fonseca, affirme Le Monde dans le cadre de sa longue enquête sur les "Panama Papers" qui lève le voile sur un vaste mécanisme international d'évasion fiscale. Avec 979 sociétés à son actif, la Société Générale se situe derrière la banque britannique HSBC (2.300 sociétés), la banque suisse UBS (1.100 sociétés) et le Crédit Suisse (1.105 sociétés). Pour réaliser ses activités offshore à l'abri des regards, la Société Générale semble avoir eu recours en grande partie à sa filiale luxembourgeoise SG Bank & Trust Luxembourg. Selon les fichiers issus de Mossack Fonseca, bon nombre de ces entités ont été domiciliées dans les Îles Vierges britanniques et aux Seychelles, deux paradis fiscaux notoires. D'autres sociétés ont quant à elle été enregistrées au Panama par la filiale suisse SG Private Banking.
Le Panda

Tout est en règle selon la banque En 2012, la Société Générale avait pourtant affirmé devant une commission d'enquête au Sénat qu'elle avait "fermé ses implantations" dans les États qui ne coopèrent pas avec les autorités fiscales internationales et les "centres financiers offshore" tels que les Philippines et Brunei. Contactée par Le Monde, la banque explique cependant que "l'absence d'implantation n'impose pas une absence de relations commerciales ou d'affaires avec des clients ou distributeurs situés dans ces pays, dans le respect des standards applicables en matière de lutte antiblanchiment". De toute façon, la Société Générale fait savoir qu'elle n'a aucun problème légal avec le développement d'activités offshore qui n'est pas forcément illégal, tant que tout est bien déclaré au fisc. "Ces sociétés dites offshore sont utilisées (...) pour la détention d'avoirs et recherchées pour leur facilité de mise en place et leur coût modéré de création", explique-t-elle. La banque française assure surtout qu'elle encadre "strictement" l'usage que ses clients, dont l'identité est "systématiquement" vérifiée. Reste qu'il est difficile d'identifier les bénéficiaires des sociétés créées par la Société Générale avec l'aide de Mossack Fonseca, compte tenu de l'utilisation de prête-noms et de l'élaboration de montages opaques. Or, ces stratagèmes sont bien souvent utilisés pour dissimuler des activités frauduleuses telles que l'évasion fiscale.
Le Panda

L'horreur a éclaté en mars 2015. Le directeur d'école de Villefontaine, en Isère, a été mis en examen et placé en détention pour des viols sur des enfants lors d'ateliers du goût organisés par le chef d'établissement. Mais les révélations se sont succédé mois après mois alors que 66 enfants sont concernés par cette sordide affaire de pédophilie. L'homme de 46 ans, qui filmait ses actes pédophiles, a été retrouvé pendu dans sa cellule de la prison de Corbas, dans le Rhône. L'affaire avait déclenché une véritable polémique au sein de l'Éducation nationale. En juin 2008, le suspect avait déjà été condamné par le tribunal correctionnel de Bourgoin-Jallieu à six mois de prison avec sursis pour avoir téléchargé des images pédopornographiques. Une condamnation qui n'avait pas été assortie d'une interdiction d'entrer en contact avec des enfants, rappelle Le Progrès. Dans un article du 29 mars 2016, Le Parisien évoquait notamment la personnalité glaçante du directeur d'école. Ce dernier avait affirmé au cours de l'enquête savoir qu'il était "père de famille et pédophile" alors qu'il pensait "naïvement que cela n'aurait pas de conséquence".
Le Panda

La haute définition débarque sur la TNT pour tous les Français. Dès ce mardi 5 avril, les 26 chaînes nationales gratuites - LCI a rejoint le peloton - sont diffusées dans cette norme, afin de dégager des fréquences pour le haut débit mobile. Une petite révolution qui améliore la qualité de l'image pour certains foyers mais risque de donner des migraines à d'autres. Si votre écran est noir ce mardi, la première des vérifications à faire est de savoir si votre téléviseur est compatible. Vous faites peut-être partie des 5,6% de Français dont l'équipement ne peut diffuser que l'ancienne norme de la TNT. Auquel cas vous devrez vous équiper d'un adaptateur TNT HD. Si votre téléviseur est compatible, alors vous avez sans doute déjà lancé une recherche de chaînes. Si les chaînes ne sont pas toutes là, pas de panique. Répétez l'opération jusqu'à ce que les chaînes s'affichent. Lancer une recherche ne va pas tuer le téléviseur alors même si cela prend quelques jours, vous pouvez le faire régulièrement.
Le Panda

En Rhône-Alpes, cela pourrait prendre quelques jours Quelques heures sont nécessaires pour que la TNT bascule dans son nouveau mode de diffusion, notamment pour les chaînes du service public, c'est la partie la plus compliquée techniquement parce qu'il y a tous les émetteurs régionaux. C'est également compliqué en Rhône-Alpes où a lieu une double opération : à la fois un basculement en TNT HD et à la fois l'injection des chaines 20 à 26 qui n'étaient pas diffusées dans la région - soit HD1, 6ter, RMC, Cherie 25, RMC Découverte et LCI. Autant à Annecy cela devrait fonctionner actuellement, autant dans la vallée de la Maurienne, en Savoie, cela va prendre quelques jours. Malgré ces petites difficultés, le CSA ne signale aucun problème technique signalé sur les émetteurs.
Le Panda

Le parquet de Paris ouvre une nouvelle enquête sur les soupçons d'abus sexuels évoqués par l'ONU la semaine dernière et visant des militaires français basés en Centrafrique, indique mardi 5 avril une source judiciaire. Le parquet a reçu via le ministère de la Défense une dénonciation des Nations unies sur des soupçons d'exploitation et d'abus sexuels, perpétrés de 2013 à 2015 à Dékoa. Selon la source, ce signalement ne donne pas de précision sur le nombre de victimes, leur âge, ou le nombre de militaires impliqués. L'enquête, ouverte vendredi, est confiée à la gendarmerie prévôtale, qui assure les missions de police judiciaire auprès des militaires stationnés hors de France.
Le Panda

Des rapports forcés avec des animaux L'armée française est donc au cœur d'un nouveau scandale. Le parquet de Paris avait déjà ouvert, fin juillet 2014, une enquête sur des accusations de viols sur une dizaine d'enfants par des militaires. Plus récemment, l'ONU a enquêté sur de nouvelles accusations de sévices commis par ces soldats ainsi que par des Casques bleus. Les informations indiquaient que des soldats français de Sangaris auraient forcé, en 2014, des jeunes filles à avoir des rapports sexuels avec des animaux, en échange d'une petite somme d'argent.
Le Panda

Des incidents ont éclaté, mardi 5 avril, devant des lycées de région parisienne, en marge de la nouvelle journée de mobilisation contre la loi Travail. Un établissement a été évacué à Levallois-Perret (Hauts-de-Seine). L'examen de la réforme du Code du travail débute, mardi, à l'Assemblée nationale. Lycéens et étudiants sont encore une fois appelés à descendre dans la rue. Le défilé parisien doit partir à 13h30 de la place de la Bastille vers la place Denfert-Rochereau. ? Des heurts à Paris. Avant le départ du cortège, des lycéens se sont retrouvés place de la Nation. Des affrontements ont éclaté entre CRS et manifestants.
Le Panda

Au moins 130 manifestants interpellés. Les arrestations ont été effectuées à Paris après des heurts avec les forces de l'ordre. ? Quelques lycées bloqués. Douze établissements sont concernés par les blocages à Paris et dans les départements limitrophes. Aucun n'était fermé par décision administrative. ? Myriam El Khomri se dit "attentive à toutes les formes de mobilisation". La ministre du Travail l'a déclaré mardi matin sur LCI. Toutefois, elle a affirmé qu'elle ne comptait pas fondamentalement changer son projet de loi : "Je ne veux pas que la philosophie de ce texte soit dénaturée."
Le Panda

Les manifestations liées à la mobilisation contre la loi Travail, entachée d'incidents dans la journée mardi, ont continué dans la capitale, jusque tard dans la nuit. Près de 300 manifestants ont joué au chat et à la souris avec la police près de la cathédrale Notre-Dame et vers les commissariat du Ve et VIe arrondissement, scandant «libérez nos camarades» et «état d'urgence, état policier, on ne nous empêchera pas de manifester». Dans la journée, 177 personnes ont été interpellées en France après les incidents qui ont émaillé dès la matinée la mobilisation, qui a rassemblé 23 800 personnes dans tout le pays. Seulement «onze étaient en garde à vue» en fin d'après-midi à Paris, selon la police.
Le Panda

Pas d'interpellation «Ces groupes ont bloqué la circulation (...) Après plusieurs heures de rassemblement des manifestants, les forces de l'ordre ont dû intervenir pour interrompre un début de mise en place de matériels urbains (barrières de chantier...) sur le boulevard Saint-Germain», explique la préfecture de police de Paris, précisant que cette intervention «s'est effectuée dans des conditions difficiles, certains manifestants lançant des projectiles sur les forces de l'ordre». «Par ailleurs, les manifestants refusant à plusieurs reprises de quitter les lieux malgré la demande qui leur avait été faite, les forces de l'ordre ont dû intervenir employant la force strictement nécessaire et proportionnée pour rétablir la libre circulation peu avant 3h30», poursuit la préfecture de police. Il n'y a pas eu d'interpellations. Intervention agitée Dans une vidéo amateur postée sur Youtube, on peut voir les forces de l'ordre tenter de contenir les manifestants sur le boulevard Saint-Germain, au niveau du commissariat. Sur les images, un policier demande à la personne qui tient la caméra de reculer avant de lui administrer une dose de gaz lacrymogène dans les yeux.
Le Panda

Une fois dispersés, certains manifestants ont rejoint la «Nuit debout» qui se tient depuis six jours place de la République, dans le 10e arrondissement de Paris.
Le Panda

Les exécutions de condamnés à mort ont bondi de plus de 50% dans le monde l'année dernière, atteignant leur plus haut niveau depuis 1989, s'alarme ce mercredi l'organisation de défense des droits de l'Homme Amnesty International. Au moins 1634. C'est le nombre d'exécutions en 2015 relevé par Amnesty International dans son rapport annuel sur la peine de mort. Soit une hausse de 54% par rapport à 2014. Ces exécutions, recensées dans 25 pays, sont concentrées à 89% dans trois d'entre eux: l'Iran, avec au moins 977 exécutions, le Pakistan, 326, et l'Arabie saoudite, avec au moins 158 mises à mort en 2015. Viennent ensuite les États-Unis, 28 exécutions. Comme chaque année, ces chiffres n'englobent pas la Chine où ce type de statistiques est classé secret d'État. Mais selon Amnesty, ce pays, où "des milliers" de personnes seraient exécutées chaque année, "reste le premier bourreau mondial".
Le Panda

Un record depuis 25 ans "La hausse des exécutions que nous avons observée l'année dernière est profondément inquiétante. Le nombre des exécutions judiciaires en 2015 a été le plus élevé de ces 25 dernières années", a dénoncé Salil Shetty, secrétaire général d'Amnesty International, dans un communiqué. "L'Iran, le Pakistan et l'Arabie saoudite ont fait exécuter un nombre impressionnant de condamnés à mort, à l'issue bien souvent de procès d'une iniquité flagrante. Ce massacre doit cesser", a-t-il demandé. Depuis l'accord historique sur le nucléaire conclu en juillet, l'Iran est engagé dans "d'intenses efforts diplomatiques" avec les grandes puissances occidentales mais "les droits de l'Homme ont été complètement laissés de côté", a déclaré James Lynch, directeur adjoint pour le Moyen-Orient et l'Afrique du nord chez Amnesty. Au Pakistan, le moratoire sur la peine capitale en vigueur depuis 2008 a été levé suite à l'attaque perpétrée par des talibans dans une école de Peshawar en décembre 2014.
Le Panda

102 pays abolitionnistes "Heureusement, les États qui procèdent à des exécutions sont minoritaires et de plus en plus isolés. Les autres ont pour la plupart renoncé à la peine capitale et, en 2015, quatre nouveaux pays ont complètement retiré ce châtiment barbare de leur législation", s'est toutefois réjoui Salil Shetty. L'année dernière, la République du Congo, les îles Fidji, Madagascar et le Suriname ont aboli la peine capitale, si bien que le monde compte maintenant une majorité d'États abolitionnistes (102), relève Amnesty. L'organisation comptabilise un total de 140 pays dans le monde abolitionnistes dans leur législation ou dans les faits, c'est-à-dire ceux qui n'ont pas procédé à des exécutions au cours des dix dernières années. "Malgré l'augmentation choquante des exécutions en Iran, au Pakistan et en Arabie saoudite, la tendance mondiale sur le long terme est à l'abolition de la peine de mort", souligne Amnesty dans son rapport, rappelant que lorsque l'organisation a commencé à faire campagne contre la peine capitale, en 1977, seuls 16 pays l'avaient abolie.
Le Panda

Condamnations à mort en baisse? Pour ce qui est des condamnations à mort en 2015, Amnesty en a recensé "au moins 1998 dans 61 pays", soit beaucoup moins qu'en 2014 (au moins 2466 dans 55 pays). "Mais cette diminution est en partie due aux difficultés rencontrées par Amnesty International pour confirmer les données dans plusieurs pays, dont l'Iran et l'Arabie saoudite", regrette l'organisation. Ces condamnations sont par exemple prononcées pour meurtre, affaires de drogue, adultère, viol, apostasie, kidnapping, insultes au prophète de l'Islam ou encore pour des infractions liées au terrorisme, énumère l'organisation. Selon Amnesty, au moins 20 292 personnes étaient dans le couloir de la mort à la fin de l'année dernière. Plus d'actualité sur : La peine de mort dans le monde • A Taïwan, un homme décapite une fillette devant sa mère, avant d'être arrêté • La Mongolie, 105e pays à abolir la peine de mort • Etats-Unis: feu vert à une méthode controversée d'exécution
Le Panda

Le cabinet d'avocats panaméen Mossack Fonseca, au coeur du scandale des "Panama papers", a assuré mardi soir avoir été victime d'un piratage. Et a porté plainte en conséquence. Le cabinet fiscaliste panaméen Mossack Fonseca, au coeur du scandale des "Panama papers" qui a éclaté dimanche, a affirmé mardi avoir été victime d'un piratage informatique opéré depuis des serveurs étrangers et avoir porté plainte à ce sujet. Depuis ce week-end, un consortium de journaux internationaux, dont Le Monde, distille des révélation sur une affaire mondiale d'évasion ou d'optimisation fiscale qui concerne un millier de Français, mais aussi des personnalités, dont des proches de Marine Le Pen, et la banque Société générale.
Le Panda

"Nous avons été piratés" "Nous avons un rapport technique qui dit que nous avons été piratés depuis des serveurs étrangers", a ainsi déclaré Ramon Fonseca Mora, le directeur et cofondateur du cabinet, en précisant avoir "déposé plainte auprès du parquet". "Personne ne parle du piratage" dans la presse qui abonde depuis deux jours sur les révélations, s'est offusqué M. Fonseca, alors que "c'est le seul crime qui a été commis", selon lui. Un peu plus tôt dans le semaine, le cabinet avait déjà eu recours au registre lexical du crime et avait caractérisé la divulgation de ses documents comme étant "crime contre le Panama". Ramon Fonseca Mora s'est également indigné que les révélations sur les 11,5 millions de documents extraits du système informatique de son cabinet se concentrent sur ses clients les plus célèbres, au mépris du respect de la vie privée. "Nous ne comprenons pas. Le monde est déjà en train d'accepter que la vie privée n'est pas un droit de l'homme", a-t-il commenté.
Le Panda

Avec les Panama Papers apparaissent non seulement les montages offshore de proches de Marine Le Pen, mais émerge également une nouvelle fois le compte "caché" que détiendrait Jean-Marie Le Pen. Souvenez-vous : il y a un an, Mediapart révélait que l'ancien président du FN disposait de 2,2 millions d'euros en Suisse. L'intéressé nie en être le bénéficiaire. Pourtant, lui et son épouse n'en sont pas moins visés par une plainte du fisc pour fraude fiscale aggravée, et à l'automne 2015, les bureaux de Jean-Marie Le Pen sont même perquisitionnés.
Le Panda

Gérald Gérin, le prête-nom ? Se trouve également dans le collimateur du fisc l'ex-majordome de Jean-Marie Le Pen, Gérald Gérin, qui aurait servi de prête-nom dans ce dossier. "Le majordome [Gérald Gérin] est devenu en 2008 l'ayant droit d'un trust basé aux îles Vierges britanniques [...], Balerton Marketing Limited", révélait ainsi Mediapart en avril dernier.
Le Panda

Or après avoir étudié les fichiers de la firme panaméenne Mossack Fonseca, "Le Monde" livre ce mardi 5 avril "quelques documents clés" sur la société offshore Balerton : son acte de naissance, le 15 novembre 2000, sur l'île de Tortola ; le nom de son représentant légal, l'avocat suisse Marc Bonnant, et la mention d'un compte en banque à Guernesey. Billets, titres et lingots "Le magot de Balerton se divise en billets (97.000 euros), en titres (pour l'équivalent de 854.000 euros), en lingots (26)...
Le Panda

La compagnie internationale MSC Croisières annonce l’achat de quatre gigantesques paquebots auprès des chantiers STX de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), pour un montant de 4 milliards d'euros, mercredi 5 avril. L'investissement a été confirmé par le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll et doit être officiellement formalisée mercredi après-midi à l'Elysée.
Le Panda

Longs de quelque 335 mètres et larges de 47, ces quatre navires de croisière seront parmi les plus grands jamais vus, selon Le Monde. Ils compteront chacun plusieurs restaurants, des bars, des piscines, des jacuzzis, de vastes salles de spectacle. Le quotidien précise également que c'est le plus important investissement étranger enregistré en France depuis des années. C'est "la confirmation sonnante et trébuchante de contrats qui doivent être évalués à quatre milliards d'euros pour la construction de quatre bateaux", a déclaré Stéphane Le Foll lors du compte-rendu du Conseil des ministres. Il a précisé que cette commande passée par la compagnie internationale MSC Croisières, représentait un plan de charges jusqu'à 2026.
Le Panda

Une nouvelle condamnation pour Jean-Marie Le Pen. L'ancien président du Front national a été condamné à 30 000 euros d'amende. Il était jugé en correctionnelle pour avoir qualifié en avril 2014 les chambres à gaz de "détail" de la seconde guerre mondiale, sur le plateau de BFMTV. Une sortie qui lui avait valu d’être suspendu du Front national. Le 2 avril 2015, au journaliste Jean-Jacques Bourdin qui lui demandait s'il regrettait d'avoir qualifié les chambres à gaz de "détail", Jean-Marie Le Pen avait répondu : "Pas du tout. Ce que j'ai dit correspondait à ma pensée que les chambres à gaz étaient un détail de l'histoire de la guerre, à moins d'admettre que ce soit la guerre qui soit un détail des chambres à gaz". Par ailleurs, le tribunal correctionnel de Nice a condamné, également mercredi, Jean-Marie Le Pen à 5 000 euros d'amende pour "provocation à la haine et à la discrimination ethniques" pour des propos discriminatoires à l'égard des Roms, tenus en 2013.
Le Panda

Plus de 10 000 euros de dommage et intérêts De son côté, le tribunal correctionnel de Paris l'a déclaré coupable de contestation de crime contre l'humanité et a rejeté l'immunité parlementaire qu'invoquait le cofondateur du parti d'extrême-droite. Les juges de la 17e chambre ont également ordonné la publication d'un communiqué judiciaire dans trois journaux. Jean-Marie Le Pen a également été condamné à verser au total 10 001 euros de dommages et intérêts à trois associations parties civiles. Le parquet avait requis au moins 30 000 euros d'amende contre le "Menhir", déjà condamné à deux reprises, au civil, par la justice française pour ces propos, tenus pour la première fois en 1987.
Le Panda

En octobre 2013, Dominique Strauss-Kahn devient le président de Leyne, Strauss-Kahn & Partners (LSK), un fonds d’investissement luxembourgeois créé par son associé, Thierry Leyne. Ce 6 avril 2016, Le Monde révèle que ce même fonds a permis à des clients d'ouvrir des sociétés offshore dans des paradis fiscaux. Le quotidien français s'appuie sur les "Panama papers", 11,5 millions de fichiers issus des archives du cabinet panaméen Mossack Fonseca, spécialiste de la domiciliation de sociétés offshore, auxquels il a eu accès avec 108 autres rédactions de 76 pays. Les "Panama papers" révèlent qu’outre des milliers d’anonymes, "de nombreux chefs d’État, des milliardaires, des grands noms du sport, des célébrités ou des personnalités sous le coup de sanctions internationales ont recouru à des montages offshore pour dissimuler leurs actifs". Ce qui, depuis le 3 avril, est connu comme la plus grosse fuite de documents jamais traitée par les médias, rappelle Dominique Strauss-Kahn au bon souvenir des autorités financières.
Le Panda

Assya Asset Management Luxembourg, la filiale utile C'est précisément une filiale de LSK, Assya Asset Management Luxembourg (AAML) qui a créé et administré pas moins de 31 sociétés offshore enregistrées aux Seychelles, aux îles Vierges britanniques, au Panama et à Hongkong, selon les informations du Monde. Ces sociétés auraient permis d'ouvrir des comptes dans des paradis fiscaux - Suisse, Panama, Luxembourg ou Hongkong - en préservant l'anonymat des bénéficiaires. Parmi eux, Le Monde souligne la présence "de riches particuliers français, des producteurs audiovisuels asiatiques, un important groupe d’aménagement parisien qui se développe en Asie". "Il ne fait guère de doute qu’AAML, filiale de LSK, était directement impliquée dans cette activité offshore", poursuit le quotidien. Selon les précisions du Monde, l’activité offshore d’Assya Asset Management Luxembourg a largement précédé l’arrivée de Dominique Strauss-Kahn à la présidence du groupe LSK. À l'époque, AAML s’appelait encore MZ Finance : "M" pour Jean-Christophe Montant et "Z" pour Fabien Zuili, les cofondateurs français de la société. Ensemble, ils ont enregistré des sociétés offshore auprès de Mossack Fonseca dès 2007, "tantôt pour ouvrir un compte en banque, tantôt pour un coffre-fort en Suisse". Les malversations se sont poursuivies au fil des fusions, en 2010, 2012, puis en octobre 2013, lorsque Anatevka est devenue LSK et que Dominique Strauss-Kahn en a pris les rênes, avec pour objectif de "développer une activité de banque d’affaires internationale".
Le Panda

Une opacité "déstabilisante" selon DSK Le consortium de journalistes d'investigation travaillant sur les "Panama papers" a pu examiner des échanges électroniques de la société LSK avec Mossack Fonseca qui étayent ces soupçons. "Les noms de plusieurs employés d’AAML, dont son patron, Jean-Christophe Montant, et son numéro deux, Alain Gaignage", y figurent bel et bien, d'après Le Monde. De son côté, l’entourage de Dominique Strauss-Kahn assure que l'ancien ministre de l'Économie "n’était pas au courant de cette activité de domiciliation offshore de LSK et ne connaît pas Fabien Zuili". Le Monde fait pourtant remarquer que la "griffe" de DSK a nécessairement été apposée sur certains documents. Ironique, le quotidien invite à se remémorer le temps où DSK condamnait les "conséquences injustes" des paradis fiscaux. C'était en juin 2013, lors de son audition par la commission d’enquête sur le rôle des banques et des acteurs financiers dans l’évasion fiscale, à retrouver ci-dessous. "C’est cette opacité-là, renforcée par les territoires offshore, qui est très déstabilisante", lançait-il alors à son auditoire.
Le Panda

Après deux ans et demi de débats houleux, l'Assemblée nationale a mis fin au feuilleton législatif, mercredi 6 avril. La proposition de loi socialiste prévoyant la pénalisation des clients de prostitués a été définitivement adoptée. En cas de flagrant délit, les clients recevront une contravention de 1 500 euros, voire de 3 500 euros en cas de récidive, avec inscription au casier judiciaire. Ce vote met fin au long parcours parlementaire, commencé en décembre 2013, d'un texte qui reprend un engagement de François Hollande lors de sa campagne présidentielle de 2012. Tous les groupes avaient laissé la liberté de vote à leurs députés, qui ont adopté le texte par 64 voix contre 12. Le PS et le Front de gauche ont majoritairement voté pour. Les groupes écologiste et des radicaux de gauche ont en grande partie voté contre, de même que celui des Républicains.
Le Panda

Le délit de racolage passif supprimé Le texte s'inspire des travaux d'une mission parlementaire sur la prostitution qui avaient abouti, en 2011, au vote à l'unanimité d'une résolution dénonçant la prostitution. Au-delà d'une contravention pour le client, il prévoit que le recours à la prostitution de personnes mineures ou particulièrement vulnérables soit passible d'une peine d'emprisonnement de trois ans et de 45 000 euros d'amende. Une peine qui peut atteindre jusqu'à sept ans d'emprisonnement et 100 000 euros d'amende lorsqu'il s'agit d'un mineur de 15 ans ou moins. Le texte supprime par ailleurs le délit de racolage, que la droite avait réintroduit en 2003. Il comporte aussi une série de mesures visant à améliorer la protection et la réinsertion des personnes prostituées en leur facilitant l'accès à une titre de séjour, à un soutien financier et à un logement.
Le Panda

Manifestation de travailleurs du sexe devant l'Assemblée Certaines associations réclamant l'abolition de la prostitution sont favorables à la pénalisation des clients. Mais la plupart des associations de prostituées y sont hostiles, estimant que cette loi va les conduire vers la clandestinité et les fragiliser davantage. Quelque 150 prostitués ont en ainsi manifesté leur colère devant l'Assemblée nationale avant le vote. "Les personnes prostituées ne seront plus considérées comme des délinquantes, quand elles seront agressées, elles pourront aller porter plainte dans un commissariat de police, ce qu'elles n'osaient jamais faire jusque-là", estime Claire Quidet, porte-parole de l'association Le Nid. Le rapport de force avec leurs clients va être complètement différent."
Le Panda

Le ministre de l'Economie, en déplacement à Amiens pour une "rencontre citoyenne", vient d'annoncer la création d'un mouvement politique qui portera ses idées, "En Marche !" Emmanuel Macron a choisi sa ville natale, Amiens, pour se lancer dans l'arène politique. L'annonce de la création de son mouvement politique "En marche !" a été faite dans une vidéo visible en direct sur la plateforme française Dailymotion. "J'ai décidé q'on allait créer un mouvement politique nouveau qui ne sera pas à droite, qui ne sera pas à gauche". L'Express l'annonçait dès le 2 avril: le ministre de l'économie a profité d'une de ces rencontres citoyennes qu'il affectionne pour annoncer le lancement de son mouvement politique.
Le Panda

Plus d'Europe, d'ouverture et de mobilité Avant d'effectuer son annonce déjà attendue, le ministre, jamais élu, a plaidé pour plus d'Europe, d'ouverture, et de mobilité. "Nous devons recréer des passerelles", a-t-il notamment déclaré. « Notre pays est face à un défit historique. Si nous restons dans la même posture, nous allons vers la décadence. » #Macron #DirectMacron — Monsieur Stanislas. (@StanislasHnr) April 6, 2016 « Réduire aussi les inégalités. Il faut une société avec du risque, des opportunités mais plus de justice » #Macron #DirectMacron — Monsieur Stanislas. (@StanislasHnr) April 6, 2016
Le Panda

Si nous voulons réussir cette bataille (mondialisation numérique et conflits) on a besoin de plus d'EUROPE #Macron #Amiens — Jean-Gab Audebert (@jgaudebert) April 6, 2016 Déjà, dans l'interview qu'il a accordée à L'Express du 9 mars, il donnait sa vision de la France. Il y déclinait un véritable programme présidentiel, et dressait le procès implicite des dirigeants français de ces dernières années.
Le Panda

"En Marche!", un mouvement politique qui se veut au-delà des clivages politiques "Je voulais le faire à Amiens parce que je suis né ici", a déclaré Emmanuel Macron, avant d'annoncer le lancement de son mouvement, baptisé "En Marche!", à l'aide d'une courte vidéo.
Le Panda

L'onde de choc des "Panama Papers" continue de se propager. La police suisse a perquisitionné le siège de l'UEFA, situé à Nyon (canton de Vaud), indique un communiqué de l'instance européenne du football, mercredi 6 avril. La perquisition est menée après les révélations faites sur le nouveau patron de la Fifa et du football mondial, Gianni Infantino, qui est mis en cause pour avoir signé des contrats avec une société offshore pour céder des droits télévisés bien en dessous des prix du marché, alors qu'il travaillait à l'UEFA.
Le Panda

Des droits télévisés cédés à prix d'ami Dans un communiqué, l'UEFA indique "avoir reçu aujourd'hui la visite de la police fédérale suisse agissant en vertu d'un mandat et demandant à voir les contrats entre l'UEFA et Cross Trading/Teleamazonas. Naturellement, l'UEFA a fourni à la police fédérale tous les documents en sa possession et va coopérer pleinement." La société Cross Trading a acquis, en 2006, les droits télévisés pour les saisons de 2006 à 2009 auprès de l'UEFA pour (seulement) 111 000 dollars. Cross Trading a ensuite revendu ces droits pour plus de 311 000 dollars. En 2007, elle a également décroché les droits de la Coupe de l'UEFA et de la Supercoupe d'Europe. Des contrats que Gianni Infantino a signés.
Le Panda

Ce lundi de Pâques, les premiers rayons viennent réveiller la maison de Lanneray, près de Châteaudun, où Jean-Pierre Coffe adore recevoir ses proches et ses amis. Sa famille est venue pour un repas champêtre, les petits-enfants dénichent les œufs dans le jardin, les chiens gambadent... Jours tranquilles, jours paisibles, comme les affectionne le truculent chroniqueur. Le soir, la maison se vide, reste son compagnon Christophe, qui partage sa vie depuis plusieurs années. La suite, c'est lui qui la raconte cette semaine dans les colonnes de Paris Match . « On avait passé une journée formidable, il était très heureux, se souvient-il. Après leur départ, Jean-Pierre est monté se reposer dans sa chambre. Je suis resté en bas, à regarder la télé. Vers 23?heures, il m'appelle. Il ne se sent pas bien. Il me dit lui-même vouloir aller aux urgences. Inquiet, j'appelle les pompiers.?» Les secours viennent en moins de quinze minutes, mais Jean-Pierre Coffe, 78 ans, ne tient pas le choc. «?Il est mort dans mes bras », poursuit-il. Les pompiers ne parviendront pas à le ranimer. «?Sa hantise, c'était de finir grabataire, reconnaît son compagnon. Il est mort comme il le désirait : d'une crise cardiaque. » Son compagnon insiste en réfutant une mort qui serait venue abréger « une longue maladie », comme cela a pu être dit dans les médias, comme un éventuel cancer. Jean-Pierre Coffe était atteint de la maladie de Parkinson, mais il continuait à cuisiner, à concocter des livres, à conduire sa voiture... « Il est parti comme il le voulait. Mais... pour moi, c'est trop tôt », regrette son compagnon.
Le Panda

Célébrer la vie et l'amitié Jean-Pierre Coffe avait été marié plusieurs fois, avant de finalement terminer sa vie avec un homme. « J'ai raté mes trois mariages, je suis affreusement fidèle et parfois terriblement cocu. Mais je termine avec un mec, et c'est formidable ! », avait-il confié à VSD en 2013. C'est donc son compagnon Christophe qui a pris soin d'appliquer ses dernières volontés. « À plusieurs reprises, il m'avait fait promettre de ne pas organiser de grandes funérailles, raconte-t-il à Match. Il voulait qu'on apprenne sa mort après son incinération. On est restés en famille, son fils (adopté), sa belle-fille, les petits-enfants, une vingtaine de personnes. » Le gastronome avait également demandé que ses cendres soient dispersées autour de sa maison, et qu'ensuite, les amis viennent vider ses millésimes. « Les cendres dans la jardin, la porte de la cave ouverte, les copains qui ne sont surtout pas venus à la crémation débarquent deux ou trois jours après pour vider la cave. Voilà ce que je souhaite ! », avait-il confié récemment dans une interview. Célébrer la vie et l'amitié, fidèle à ses principes jusqu'au bout.
Le Panda

Salah Abdeslam doit normalement être transféré de la Belgique vers la France avant dimanche 10 avril. C'est en tout cas la date butoir qui a été fixée jusqu'ici, mais le parquet fédéral belge pourrait demander un report afin d'interroger le logisticien présumé des attentats de Paris sur les attaques de l'aéroport de Zaventem et du métro de Bruxelles. Les conditions d'arrivée et le lieu de détention de celui qui appartenait à la cellule du 13 novembre ne sont pas encore totalement définis, mais l'administration pénitentiaire et la chancellerie envisagent d'installer des caméras dans sa future cellule.
Le Panda

L'objectif de cette mesure est double : tout d'abord s'assurer que Salah Abdeslam ne tente pas de s'évader, mais aussi vérifier qu'il n'essaye pas de se suicider. Le Français est le seul membre du commando des attentats de Paris à avoir été capturé ou à être encore en vie et le gouvernement souhaite le traduire en justice, notamment pour répondre aux demandes des familles des victimes. "Nous prenons tous les moyens pour tenter de garantir le fait qu'il rende des comptes", a notamment estimé Jean-Jacques Urvoas sur RTL mercredi 6 avril. Le dispositif se heurte toutefois à un écueil, cette procédure n'existe pas aujourd'hui dans la loi française. Les seuls détenus qui sont filmés sont ceux pour qui un risque de suicide a été identifié et ils ne sont pas surveillés plus de 24 heures. Dans le cas de Salah Abdeslam, l'administration souhaiterait mettre en place un suivi en permanence. Marie Crétenot de l'Observatoire international des prisons dénonce un "dispositif totalitaire" dans le cadre d'un "traitement inhumain et dégradant".
Le Panda

Deux individus fichés S par les services de renseignement sont-ils entrés sans le moindre contrôle sur le territoire français, en atterrissant sur le tarmac de l'aéroport de Nice en août 2015 ? C'est en tout ce que Christian Estrosi, président de la région PACA et maire de la ville niçoise, affirme jeudi 7 avril au micro de RTL. Interrogé sur l'ouverture d'une mosquée à Nice, qui selon lui "appartient au ministre des affaires islamiques d'Arabie Saoudite", l'élu Les Républicains a révélé que "des personnes en provenance d'Arabie Saoudite ou d'autres États de la péninsule arabique bénéficient à leur arrivée à l'aéroport international de Nice d'une exemption d'inspection et de filtrage (...) Chaque année, plusieurs dizaines d'entre eux bénéficient de ce privilège. Ils entrent et sortent sans contrôle sur le tarmac de nos aéroports".
Le Panda

Il dénonce une "duplicité" du gouvernement S'il se dit d'accord pour "que l'on accorde à Barack Obama ou la reine d'Angleterre" de telles autorisations de circulation, l'ancien député des Alpes-Maritimes assure que ces individus "ne sont ni diplomates ni présidents". Il s'agirait même, selon lui, de personnes fichées par les services de renseignement français. Christian Estrosi assure en effet avoir la preuve que ces pratiques ont "conduit en août dernier à laisser passer deux personnes fichées S sans aucun contrôle, et en toute impunité, dans un convoi de l'Arabie Saoudite". Certain de ses informations qu'il dit maintenir avec sa "totale détermination", Christian Estrosi assure que des policiers "s'en émeuvent beaucoup, l'ont fait savoir et en ont subi les conséquences". Il estime par ailleurs que le ministère de l'Intérieur sera "bien en difficulté pour répondre" à ce sujet. Enfin, Christian Estrosi considère que cette affaire démontre "la duplicité" du gouvernement et pointe du doigt Manuel Valls qui a déclaré qu'une "minorité salafiste" était en train de "gagner la bataille idéologique de l'islam" en France. "Je me demande comment on peut faire de telles déclarations de la part du Premier ministre (...) et dans le même temps accorder ces exemptions au passage de nos frontières", s'est étonné le président du conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur.
Le Panda

Macron, le renouveau ? En tout cas, le nom de son nouveau mouvement politique n'a rien de neuf. C'est même une réincarnation. En 1965 déjà, Jean Lecanuet voulait mettre « la France en marche » en se portant candidat à l'élection présidentielle face à François Mitterrand et au général de Gaulle.
Le Panda

Lecanuet mania Dans un style bien différent de celui de Charles de Gaulle ou de François Mitterrand, qui, eux, lunettes sur le nez, continuaient de lire leur texte, il s'empare aussi du nouveau média de l'époque qui s'implante dans les campagnes : la télévision. Il aime s'y rendre pour y afficher son large sourire et s'autoproclamer « réformateur ». Posters, stylos, foulards et porte-clés à son effigie sont distribués pendant ses meetings. La Lecanuet mania est lancée. Et ça marche. Celui qu'on créditait de 3 % des intentions de vote lorsqu'il annonce sa candidature arrive troisième avec 15,78 % des voix au premier tour. Un score qui bouscule de Gaulle, alors obligé d'affronter Mitterrand lors d'un second tour.
Le Panda

Séduisant et télégénique Ça ne vous rappelle personne ? Les points communs entre Lecanuet et Macron sont parfois frappants et ne s'arrêtent pas au sourire séducteur des deux hommes. À l'époque, Jean Lecanuet avait 45 ans. Un jeune candidat en somme, comme Emmanuel Macron qui – s'il se porte candidat en 2017 – aura 38 ans... Et en 2022 ? 43 ans. Jean Lecanuet s'autoproclame le « Kennedy français ». Pro-européen, atlantiste, centriste et réformateur, il dénonce la France gaulliste fossilisée. 50 ans après, Macron souhaite dépasser le clivage droite-gauche. Télégénique, calme et doté d'un physique de jeune premier, il tranche avec les positions autoritaires de Manuel Valls, de Marine Le Pen ou encore de certains membres des Républicains. Ne lui reste plus qu'à annoncer sa candidature...
Le Panda

Après la polémique, l'évêque de Pontoise, Stanislas Lalanne, a tenu à apporter un correctif. « La pédophilie, dans tous les cas, est un péché objectivement grave, un crime atroce qui offense Dieu et blesse la dignité de la personne humaine créée à son image (Benoît XVI) », a écrit dans la soirée dans un communiqué l'évêque de Pontoise Stanislas Lalanne. « La question difficile qui se pose pour chaque cas, c'est le degré de conscience et donc de responsabilité de celui qui commet des actes aussi atroces », ajoute-t-il. La ministre de l'Éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem, a réagi sur Europe 1. La pédophilie n'est acceptable ni légalement ni moralement, et laisser planer une quelconque ambiguïté sur ce sujet, c'est juste intolérable", a déclaré la ministre de l'Éducation. « Chacun d'entre nous, individuellement et en tant qu'institution, doit prendre ses responsabilités », a-t-elle estimé, évoquant les mesures prises dans l'Éducation nationale pour « rassurer les familles sur le fait qu'il n'y a pas de prédateurs sexuels à l'école ».
Le Panda

« Aucune banalisation de la pédophilie » Outre son communiqué, il est également revenu ce jeudi sur RCF sur cette polémique. Il a souligné qu'« il n'y a aucune banalisation de la pédophilie » dans ses propos. « Ma première attention, c'est d'abord et avant tout les victimes (...), je sais combien leur souffrance est très profonde et durable », a déclaré l'évêque, ajoutant : « Si j'ai pu blesser tel ou tel par des propos qui n'ont pas été compris, je leur demande pardon. » « De fait, la pédophilie, dans tous les cas, c'est un péché objectivement grave », a-t-il indiqué. « Ce que je voulais dire aussi - et c'est peut-être là que je n'ai pas été compris - c'est que la question difficile qui se pose à chaque situation, qui est à chaque fois extrêmement douloureuse, c'est le degré de conscience et donc la responsabilité de celui qui commet des actes aussi atroces », a poursuivi l'évêque. « Dire qu'il y a une question par rapport au péché », est-ce introduire « une espèce de banalisation de la souffrance et de la perversité de l'acte ? » « Ça, en aucune façon », a martelé Mgr Lalanne.
Le Panda

Les associations scandalisées Ses différentes précisions interviennent après des déclarations faites mardi sur RCF, réseau de 63 radios chrétiennes francophones. Il avait expliqué que la pédophilie est « un mal », mais qu'il ne « saurait pas dire » si c'est un péché. Ses propos ont choqué les victimes d'un prêtre pédophile à Lyon qui s'en sont émues mercredi. « La pédophilie est un mal. Est-ce que c'est de l'ordre du péché ? Ça, je ne saurais pas dire, c'est différent pour chaque personne. Mais c'est un mal et la première chose à faire, c'est de protéger les victimes ou les éventuelles victimes », a-t-il déclaré mardi sur RCF, réseau de 63 radios chrétiennes francophones. Mgr Lalanne intervenait dans le cadre de l'émission Le Temps de le dire consacrée à « L'Église de France face à la pédophilie ». Un peu plus tard, plusieurs auditeurs heurtés par ses propos l'ont relancé et l'évêque a précisé : « C'est un mal profond. Les choses sont très, très claires. Est-ce que c'est péché ou pas ? Je ne sais pas et ça peut être différent suivant chacun. Donc on ne peut pas généraliser », a ajouté le responsable religieux.
Le Panda

Contexte tendu « La difficulté, c'est quelle conscience la personne a de ce mal ? Comment elle s'en sent responsable ? (...) Quand on commet un péché, on a conscience qu'on blesse la relation à l'autre et qu'en blessant la relation à l'autre, on blesse la relation avec Dieu », explique-t-il. « On est dans l'ordre du péché mais est-ce que cet homme est pécheur au sens strict du terme ? Je ne peux pas le dire, à chaque fois, on ne peut pas parler de façon générale », a conclu Stanislas Lalanne. Dans un communiqué publié mercredi, les membres de l'association La Parole libérée, qui ont contribué à médiatiser des affaires de pédophilie jusque-là tues à Lyon, dénoncent une « communication de l'Église de France empreinte de maladresses et d'amateurisme ». Pour eux, les propos de Mgr Lalanne résonnent « de manière violente et dégradante pour les victimes d'actes de pédophilie ». Fin janvier, un prêtre lyonnais, Bernard Preynat, avait été inculpé pour des agressions sexuelles commises il y a plus de 25 ans sur des scouts. Une enquête avait été ouverte dans la foulée pour non-dénonciation visant les responsables du diocèse, dont le cardinal Philippe Barbarin. Depuis, quatre autres affaires de religieux accusés de pédophilie ou d'agressions sexuelles sont venues ou revenues à la surface dans le diocèse de Lyon. Le pape François, comme ses deux prédécesseurs, a plusieurs fois condamné clairement la pédophilie comme un « péché ». Encore tout récemment, dans l'avion qui le ramenait du Mexique en février, le pape déclarait : « C'est une monstruosité, parce qu'un prêtre est consacré pour conduire un enfant à Dieu, et là il le mange dans un sacrifice diabolique. Il le détruit. » Jean-Paul II avait quant à lui déclaré : « Il est juste que la société le considère comme un crime. Mais c'est aussi un péché détestable aux yeux de Dieu. »
Le Panda

Et si c'était lui? Tandis que François Hollande et Manuel Valls n'en finissent pas de dégringoler dans les sondages, un homme réussit à tirer son épingle du jeu à gauche: Emmanuel Macron. Étoile montante du gouvernement, l'iconoclaste ministre de l'Économie a su se tenir à distance des désastreuses séquences autour du projet mort-né de révision constitutionnelle et de la très controversée loi El Khomri. Au point de devenir une alternative de plus en plus crédible à l'exécutif.
Le Panda

Visiblement conscient de sa stature de présidentiable en puissance, le locataire de Bercy vient de lancer un mouvement, baptisé «En Marche», pour structurer ses soutiens. Annoncée lors d'une rencontre citoyenne organisée à Amiens, sa ville de naissance, cette organisation n'est toutefois pas comparable à un parti politique: elle devrait se baser sur du volontariat plutôt que sur du militantisme encarté classique. «Une arrête structurée, mais des ramifications extrêmement souples», détaille un membre bien informé de l'autoproclamée «fusée Macron».
Le Panda

Le Panda

«Si Hollande n'y va pas, Macron tentera sa chance en 2017» Au-delà de cette formation, l'ancien banquier d'affaires - qui ne dispose d'aucun mandat ni d'aucun fief - travaille discrètement ses réseaux et œuvre à se constituer une communauté politique. «Il cible des profils atypiques issus de la nouvelle génération, qui ont essentiellement entre 30 et 45 ans», raconte l'un d'eux, qui a été approché il y a plusieurs semaines déjà. «Il est acquis qu'il souhaite faire de la politique sur le long terme: pas pendant trente ans, mais il faudra compter avec lui pour les dix prochaines années», rapporte-t-on. Lors de dîners qu'il organise régulièrement en petit comité à Bercy, Emmanuel Macron ne cache désormais plus ses ambitions présidentielles. «Il a juré fidélité à François Hollande et ne fera rien pour le gêner ni lui causer du tort. Il est plutôt tourné vers 2022. Mais si le chef de l'État n'y allait pas en 2017, il est certain qu'il tentera sa chance», glisse encore ce participant. «Le job est ingrat à ses yeux, mais il permet de faire changer les choses. C'est depuis qu'il a compris cela qu'il nous a très clairement dit qu'il l'envisageait», poursuit-on encore.
Le Panda

Le Panda

«Nous sommes dans une phase d'accélération» Bien que la tension avec Manuel Valls soit à son comble, le ministre de l'Économie épargne pourtant le chef du gouvernement lors de ses petites réunions privées. «Leurs divergences sont connues de tous, et il ne s'en cache pas. Mais il n'en parle jamais de lui-même: il écoute avec attention ce que nous avons à dire, et se garde bien de faire des commentaires sur le sujet», explique cette source. «De manière générale, il ne balance jamais de peau de banane à personne», assure-t-on encore, jurant que les débats sont plutôt portés sur la politique. «Ce qui le différencie des autres, c'est qu'au lieu de rêver un pays qui n'existe pas, il regarde les choses telles qu'elles sont et fait ensuite ses propositions sur cette base-là. Nous sommes dans une phase d'accélération: il ratisse large et parle d'économie, de social, d'international...», se réjouit-on enfin. Est-ce à dire pour autant que le ministre pourrait se laisser embarquer par son ambition et être tenté de brûler les étapes? «En tout cas, Hollande lui avait demandé de ne pas bouger avant la fin de l'épisode loi Travail...», esquive-t-on.
Le Panda

La Ligue contre le cancer lance une pétition ce jeudi pour demander une baisse des prix des nouveaux médicaments destinés à lutter contre la maladie. Elle critique "l'opacité de la fixation des prix", qui menace l'égalité d'accès aux traitements. Les nouveaux médicaments contre le cancer sont beaucoup trop chers. La Ligue contre le cancer lance ce jeudi une pétition exigeant une baisse des prix, et réclame que cette problématique soit au coeur de la prochaine réunion du G7 fin mai au Japon.
Le Panda

Des prix "exorbitants" et "injustes" "Face à l'inflation des prix pratiqués par des laboratoires pharmaceutiques enclins à optimiser leurs gains, des menaces réelles pèsent sur l'équité d'accès des patients aux traitements innovants des cancers et sur la pérennité de notre système de santé solidaire" indique la Ligue, une association forte de plus de 600 000 adhérents, qui soutient les personnes atteintes de cancer et finance des programmes de recherche. Elle s'était mobilisée dès le mois de décembre pour dénoncer les prix "exorbitants" et "injustes" des médicaments innovants contre le cancer, un thème repris en mars par une centaine de cancérologues dans un texte publié dans le Figaro. La Ligue espère rassembler plusieurs centaines de milliers de signatures avec sa pétition qui critique notamment "l'opacité de la fixation des prix" et interpelle les pouvoirs publics pour "qu'ils résistent à la pression des laboratoires pharmaceutiques".
Le Panda

Un nouveau médicament à 100 000 euros par an "Le cancer touche chaque jour 1000 nouvelles personnes, 400 en décèdent chaque jour" rappelle la pétition. Elle estime que "les médicaments innovants ne sont pas des biens de consommation comme les autres" et qu'ils "relèvent d'une nécessité et non d'un choix pour les personnes malades". La Ligue rappelle que l'industrie pharmaceutique détermine ses prix "en fonction des capacités économiques du marché". Parmi les prix "exorbitants", la Ligue cite le cas du Keytruda, un nouveau médicament efficace contre le mélanome (cancer de la peau), dont le coût est estimé à plus de 100 000 euros par an et par patient.
Le Panda

"À court terme, le traitement d'un patient pendant un an équivaudra au revenu moyen de trois ménages français" avertit la pétition, réclamant que la question des prix des médicaments innovants "fasse partie, à la demande de la France, de l'ordre du jour du prochain G7". Le président de la République François Hollande a annoncé le mois dernier qu'il y défendrait cette cause, ainsi qu'au G20 en septembre en Chine.
Le Panda

Il avait été aperçu avec Salah Abdeslam, entre Bruxelles et Paris, deux jours avant les attentats du 13 novembre. Le Belgo-Marocain Mohamed Abrini a été arrêté, vendredi 8 avril, selon une source policière citée par l'AFP. Le parquet fédéral belge s'est contenté de faire état de "plusieurs arrestations" en lien avec les attentats de Bruxelles. D'après le média belge VRT, Mohamed Abrini, qui aurait été arrêté à Anderlecht, dans l'ouest de l'agglomération de Bruxelles, serait "l'homme au chapeau" qui accompagnait les deux kamikazes de l'aéroport de Bruxelles, le 22 mars.
Le Panda

A Bruxelles le 13 novembre ? Le 11 novembre, Mohamed Abrini avait été filmé par une caméra de surveillance d'une station-service de Ressons, dans l'Oise, au volant d'une Clio noire utilisée pour les attentats. Selon sa famille, le trentenaire se trouvait toutefois à Bruxelles le soir des attaques.
Le Panda

Agé de 31 ans et originaire de Molenbeek, Mohamed Abrini était jusque-là connu des services de police belges pour des faits de vols et de détention de drogue.
Le Panda

Samedi 9 avril, un Conseil national du Parti socialiste sera consacré à l'éventuelle primaire de la gauche. Officiellement François Hollande ne se mêle pour l'instant pas de la présidentielle 2017. Mais le chef de l'État est loin d'être indifférent à ce qui se trame. Et il n'est pas étranger aux décisions qui vont être annoncées au cours de ce week-end, notamment les dates de cette primaire. François Hollande ne perd pas une miette des préparatifs. Chaque mardi, au dîner de la majorité, il a ainsi le droit à un point d'étape sur l'organisation de la primaire par le patron du PS, Jean-Christophe Cambadélis lui-même. Aucune décision n'est donc prise sans l'aval du président de la République. Selon nos informations, François Hollande a même validé cette semaine les dates du scrutin s'il doit avoir lieu : les 4 et 11 décembre. Reste la question des participants. Officiellement là aussi, François Hollande ne s'en mêle pas. Il veut donner des gages de bonne volonté mais en coulisses, il fait passer ses consignes. Si cette primaire est ouverte à toute la gauche, hors de question pour lui de se retrouver face à une ribambelle de candidats du Parti socialiste. Une condition qui est loin de faire l'unanimité, car Benoît Hamon est déjà très tenté, Arnaud Montebourg y pense aussi. En fait, François Hollande est favorable à un cadre général qui sera voté le 9 avril par le PS mais, au fond, il espère bien faire traîner le plus longtemps possible le processus pour au final l'enterrer et arriver seul en piste
Le Panda

La confrontation judiciaire entre Jean-Marie Le Pen et sa fille Marine va reprendre de plus belle dans quelques mois ! Selon nos informations, la première chambre civile du tribunal de grande instance de Nanterre examinera le 5 octobre la plainte du cofondateur du Front national, après son exclusion du parti le 20 août dernier. Sept mois de procédures judiciaires auront été nécessaires pour fixer une date de procès. Jean-Marie Le Pen réclame sa réintégration en tant qu'adhérent et comme membre de plein droit de toutes les instances politiques du parti.
Le Panda

Exclu l'été dernier par le bureau exécutif du FN — après ses propos réitérés sur les chambres à gaz et sur le maréchal Pétain —, celui qui fêtera ses 88 ans au mois de juin a rompu avec sa fille. En 2015, Marine Le Pen n'avait pourtant pas participé au vote de son exclusion pour ne pas être « juge et partie ». Mais elle avait fait part de sa satisfaction à l'issue du délibéré : « Jean-Marie Le Pen a enclenché un processus dont il connaissait l'issue, en multipliant les fautes depuis de longues semaines, qui ne pouvaient qu'entraîner une décision de ce type », avait notamment déclaré la présidente du FN. Depuis, le père et la fille ne se parlent plus. Et Jean-Marie Le Pen risque bien de remettre un peu d'huile sur le feu demain en participant au banquet annuel de « Rivarol », l'hebdomadaire d'extrême droite dans lequel il avait tenu, il y a tout juste un an, ses propos sur Pétain.
Le Panda

Le jugement fait grand bruit. Un employé avait saisi en juillet dernier les prud'hommes après avoir été licencié du salon de coiffure où il travaillait. Absent une journée car souffrant, il avait reçu par erreur de sa patronne un sms le concernant : «Je ne le garde pas. Je ne le sens pas ce mec. C'est un PD, ils font tous des coups de p...». Le lendemain, elle lui annonçait la rupture de sa période d'essai. Lors de son jugement, le Conseil des prud'hommes de Paris n'a retenu que le caractère abusif du licenciement mais a jugé qu'il n'y avait pas de caractère homophobe, avec un argument très contesté. «En se plaçant dans le contexte du milieu de la coiffure, le Conseil considère le terme PD employé par la manager ne peut être retenu comme propos homophobe, car il est reconnu que les salons de coiffure emploient régulièrement des personnes homosexuelles [...] sans que cela ne pose de problèmes», écrit ainsi le Conseil des prud'hommes. Quelques lignes publiées jeudi soir par un journaliste de l'association Aides et qui ont fait beaucoup réagir les réseaux sociaux notamment. T'es coiffeur, te faire traiter de "PD" c'est OK parce que, les coiffeurs sont souvent gays hein. Merci le tribunal. pic.twitter.com/orUcZDr522 — Mathieu Brancourt (@MBrancourt) April 7, 2016
Le Panda

«Scandaleux», selon la ministre Myriam El Khomri De nombreuses associations ont dénoncé ce jugement et sa justification, notamment le Refuge qui vient en aide aux jeunes homosexuels victimes du rejet de leur famille.
Le Panda

Après deux jours de combats, des factions rebelles ont pris le contrôle du nord-est d'Al-Raï, dans la province d'Alep. Un nouveau revers pour l'État islamique, dix jours après la perte de Palmyre. Dix jours après la perte de Palmyre, l'État islamique a subi un autre échec en perdant jeudi son «principal» point de passage avec la Turquie, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). «Des factions rebelles et islamistes ont pris le contrôle du nord-est d'Al-Raï», localité sur la frontière avec la Turquie dans la province d'Alep (nord), après deux jours de combats contre l'EI, a indiqué le directeur de l'OSDH Rami Abdel Rahmane. D'après lui, il s'agit «d'un des derniers» passages de l'EI vers la Turquie. Depuis une dizaine de jours, Daech a perdu au profit des rebelles au moins 18 villages qu'il tenait depuis deux ans dans cette province d'Alep. Pour Rami Abdel Rahmane, «tous les belligérants en Syrie semblent aujourd'hui concentrer leurs opérations contre l'EI, que ce soit les rebelles, le régime ou encore les Kurdes». «C'est une sorte de distribution de rôle supervisée par les Américains et les Russes», parrains de la trêve mise en place fin février entre régime et rebelles. Ce cessez-le-feu a permis aux troupes loyalistes de se concentrer sur la lutte contre les jihadistes, exclus de l'accord initié par Washington et Moscou.
Le Panda

Sur le plan diplomatique, le médiateur de l'ONU pour la Syrie a indiqué que le prochain round de négociations intersyriennes à Genève ne débutera pas lundi 11 avril mais finalement mercredi 13 avril, jour où le régime de Damas prévoit d'organiser des élections législatives sur les territoires qu'il contrôle. Avant la reprise de ces pourparlers indirects entre rebelles et régime syriens, dont le précédent s'était terminé sans avancée concrète, Staffan de Mistura a prévu de se rendre à Moscou et Téhéran, les alliés du régime de Bachar el-Assad. Les nations unies ont par ailleurs annoncé qu'elles préparaient pour la semaine prochaine une évacuation «majeure» de quelque 500 blessés et de malades bloqués dans quatre localités assiégées de Syrie, deux par le régime et ses alliés et deux autres par les rebelles. 300 ouvriers pris en otage Si l'EI perd du terrain, le groupe continue sa campagne de terreur. Les djihadistes ont entamé lundi une offensive dans la région de Dmeir, au nord-est de Damas, où ils ont enlevé plus de 300 employés d'une cimenterie, selon l'agence officielle syrienne Sana. «Des groupes terroristes liés à Daech ont kidnappé plus de 300 employés et cadres de la cimenterie Al-Badia. La compagnie a informé le ministère de l'Industrie qu'elle n'était pas en mesure actuellement d'entrer en contact avec les personnes enlevées», indique Sana.
Le Panda

Si l'EI a pris le contrôle de la cimenterie à Dmeir, le groupe djihadiste «n'a pas réussi à prendre l'aéroport militaire et la centrale électrique Techrine», aux mains du régime, selon l'OSDH. D'après l'Observatoire, 35 combattants de l'EI et 20 membres des forces du régime ont été tués depuis lundi à Dmeir, une localité qui comprend des secteurs sous contrôle de l'EI, de rebelles islamistes et de l'armée. La Syrie est le théâtre depuis 2011 d'un conflit qui a fait plus de 270000 morts, jeté sur les routes plus de la moitié de la population, et implique de nombreux groupes armés ainsi que des puissances étrangères. Selon l'ONU, environ 500000 personnes sont actuellement piégées dans des villes syriennes encerclées par l'armée, des rebelles ou encore l'EI.
Le Panda

Selon une étude d'un cabinet de conseil sud-africain, 10 000 millionnaires français auraient quitté l'Hexagone en 2015. Aucun pays au monde ne connaitrait pareil exode. Explications. On n'a pas attendu le scandale mondial des Panama Papers pour découvrir l'appétit des acteurs économiques pour l'optimisation fiscale. Mais force est de constater que cette réalité, souvent silencieuse, est bien plus étendue qu'il n'y paraît. Hasard du calendrier, un cabinet d'études sud-africain, New World Wealth (NWW), spécialisé dans l'analyse de la croissance mondiale, vient de livrer son enquête annuelle sur la "migration des millionnaires en 2015".
Le Panda

Et à la surprise générale, la France se placerait sur la première marche mondiale en nombre d'expatriation de millionnaires, 10 000 pour tout l'Hexagone, 7000 rien qu'à Paris (elle est suivie par la Chine - 9000 - et l'Italie - 6000). "Cela peut paraître important, mais en fait ce n'est qu'une petite partie des 320 000 millionnaires* que l'on recense en France", indique à L'Express Andrew Amoils, directeur de recherche au NWH. Destination privilégiée de ces riches expatriés: "Le Royaume-Uni, les Etats-Unis, le Canada, l'Australie et Israël", indique NWW.
Le Panda

"Une véritable compétitivité fiscale" De l'autre côté de la Manche, terre d'accueil donc des expatriés tricolores, on confirme la tendance. "C'est vrai que l'on est de plus en plus contacté par des clients français, indique à L'Express Harold Ollek, associé au cabinet financier spécialisé Bradley Hackford, installé à Londres. Cependant, sur les chiffres, ça me paraît un peu beaucoup. Ce qui est juste en revanche, c'est qu'il y a aujourd'hui une véritable compétitivité fiscale. Les gens ont compris qu'ils pouvaient vivre là où sont domiciliés leurs avoirs, en Suisse ou ailleurs. Et surtout, ils ne comprennent pas pourquoi ils devraient payer 50% de taxes à un endroit contre 10% ailleurs pour le même patrimoine."
Le Panda

La fiscalité serait-elle la seule motivation à l'exil des millionnaires? Pour Andrew Amoils qui a piloté l'étude, "il ne faut pas penser que les taxes ou les comptes offshore ont un impact important sur l'immigration. Cela arrange les gouvernements d'accuser les taxes pour expliquer l'exode. D'une manière générale, les gens partent pour tout un tas de raisons qui se sont accumulées au cour des années. Le mode de vie, la sécurité, la scolarité, la stabilité économique, les opportunités de carrière... Tout cela est bien plus important dans leur décision".
Le Panda

Des raisons fiscales mais aussi sociales Si la logique fiscale reste évidente, Harold Ollek abonde néanmoins pour ce versant "social" de la décision. "Nous voyons deux types de clients. Des rentiers qui ont déjà un patrimoine important, des charges de famille moindres... Une clientèle familiale traditionnelle qui a même parfois du mal à vendre leur bien immobilier à Paris en raison des prix. Mais a on aussi de plus en plus de jeunes qui partent avant même d'avoir fait fortune. Ils sont plus ouverts sur le monde, ont voyagé pendant leurs études, sont plus mobiles. Cette clientèle-là a moins d'attache", analyse l'expert.
Le Panda

Reste un argument cité NWW qui laisse toutefois perplexe. Dans l'étude dirigée par Andrew Amoils, des sources** expliquent "qu'une des raisons citées par des experts en France serait la hausse des tensions entre chrétiens et musulmans" en plus du "manque d'opportunités" professionnelles. Sur ce point, Harold Ollek se montre prudent. "De ce que nous dit notre clientèle, ils ne sont pas confrontés à cela. Sur la question du terrorisme en général, on assiste plutôt au phénomène inverse, à savoir des investisseurs russes ou chinois qui ont moins envie de venir s'installer en France", précise le juriste. Il n'en reste pas moins que cet exode serait un très mauvais indicateur pour l'économie française, selon Andrew Amoils, car partout dans le monde, "les millionnaires sont toujours les premiers à partir".
Le Panda

Contacté par L'Express, le ministère des Affaires étrangères nous a fait savoir que "les Français installés à l'étranger peuvent s'inscrire sur un registre au consulat, mais le Quai d'Orsay ne dispose d'aucune information fiscale". Quant au ministère des Finances, il n'était pas en mesure de répondre à nos sollicitations.
Le Panda

*Selon les méthodologies, ce nombre varie. Une étude du Crédit Suisse sur la "Richesse globale" comptabilisait 2,4 millions de millionnaires en 2013. **Pour sa méthodologie, NWW indique à L'Express avoir sondé des "services migratoires, des investisseurs, plus de 800 millionnaires à travers le monde, des agents immobiliers, des programmes statistiques dans chaque pays... "

haut de la page

LIEUX DE CULTES

Le Panda 2016-03-29 09:12:34

La Belgique et la FranceL’Europe n’a pas fini de verser ses larmes et le sang de toutes couleurs, donc nous ne sommes plus dans un contexte de faciès. La seconde Mosquée après celle de La Mecque, se trouvait à Casablanca, financée par tous les musulmans marocains où qu’ils résident dans le monde. Cela a terriblement évolué depuis 1993. Lorsque l’on constate la poussé des lieux de cultes de l’Islam en à peine 25 années énormément l’ignorent et les écoles coraniques fleurissent, il suffit de constater le tableau. La dynastie des Alaouites dont à ce moment-là, le Roi Hasan II ; fit construire ce que vous allés voir dans ces lieux. La majorité des pays en regardant l’histoire pas même un siècle en arrière, que cela aille de la Syrie à l’Iran et autres nations de ces pays qui soi-disant font régner le terrorisme sur l’ensemble de l’Europe et de l’Occident. L’enseignement politique a su transformé la réalité des faits dont les victimes changent de camps et bien nombreux sont ceux qui n’arrivent pas à comprendre, mais cela ne peut valoir que toutes les évidences qui frappent les innocents. Ceux qui s’engagent dans le cadre du Djihad, ne savent pas même dans leur savoir écrire le Coran, tout comme les autres religions ne savent pas non plus faire la différence entre la vérité réelle sur les piliers du Christianisme. Il faut savoir regarder un peu son passé pour comprendre que nous avons un substitut quelques pas de présent pour essayer de prôner le futur de nos enfants plutôt que de dire que nous n’avons pas peur, que nous sommes de telle ou telle nationalité européenne ou occidentale. Toutes ces nations à divers titres ont vécu sous l’impérialisme de la puissance à l’époque des colonies et sous la dépendance de ceux qui pensaient dominer les monde et pourtant les ullimantis étaient depuis bien du temps. ???????????????????????????????????????????????????????????? Rien n’est plus atroce que de vivre une révolution où l’on ignore qui sont les ennemies et surtout essayer de comprendre les raisons qui poussent des fanatiques à combattre, tuer des femmes, des enfants, des enfants dont le seul tort et de ne pas avoir la même forme de croyance ni les mêmes lieux de cultes. Fautes d’explications, de partager les richesses du monde, tout ce contexte ne trouveront de significations pour autant que les assassins frappent plus qu’à l’aveugle sans un seul sentiment y compris pour leurs propres familles, alors essayer de les rapprocher des sentiments du chagrin que ceux d’autres conceptions que les leurs personnes ne peut comprendre. Il existe masse de souvenirs de commémorations pour un certain nombre de conflits qui ont valu des millions de morts pour un semblant de liberté, dont la plupart ignorent la sens de la véracité des mots tels que rancune, vengeance, haine, et tous les mots d’où découlent les violences que l’ensemble du monde porte les séquelles dont les traces sont plus puissantes que certains le prétendre. Alors il suffit de comprendre comme pousse les divers lieux de cultes. Le président du Conseil français du culte musulman (CFCM), Mohammed Moussaoui, estime qu'entre 100 et 150 mosquées sont en cours de construction. Le nombre de mosquées et de salles de prière musulmanes a doublé en France ces vingt dernières années, passant de 1 000 à 2 000 environ. SUPERTrès précisément, le ministère de l'Intérieur et des Cultes en dénombrait 150 en 1976, 900 en 1985 et 1 555 en 2001. Dix ans plus tard, les lieux de cultes musulmans se chiffrent à exactement 2 368 , mais cela tombe à 2 052 si l'on retire Mayotte et les collectivités d'outre-mer. À titre de comparaison, 45.000 églises catholiques quadrillent le territoire. S'y ajoutent 3 000 lieux de culte protestants (dont 1 800 salles évangéliques), 280 synagogues et 150 pagodes ou salles de méditation bouddhistes. Autre précision: pour 1 mosquée 90 en France, il existe 200 salles de prière plus de 1.800 dans l'Hexagone. Ce qui explique la variation constante des chiffres les plus officiels, car les salles de prière s'ouvrent et se ferment facilement. Soit, en moyenne, une mosquée en bonne et due forme par département, même si cette approche n'est pas significative, tant l'islam est concentré dans les zones urbaines. Dernier point sur la situation actuelle: 60% des lieux de culte musulmans, souvent financés par les communautés, ne dépassent pas 100 mètres carrés. Les grands édifices, dits mosquées cathédrales avec des surfaces de plus de 2.000 mètres carrés pour les salles de prière, représentent moins de 1% des lieux de culte musulmans. Mis à part quelques villes emblématiques, comme Strasbourg ou Marseille, la tendance va plutôt à la construction de salles plus modestes et de proximité. Pour le court terme, le président du Conseil français du culte musulman (CFCM), Mohammed Moussaoui, estime qu'entre 100 et 150 mosquées sont en cours de construction. Mais, pour le long terme, plus de 1.000 lieux de culte seraient nécessaires pour couvrir les besoins de la communauté musulmane. L'équilibre devant être atteint avec 3 000 mosquées et salles de prière. D'autres estimations fixant cette stabilisation à 4.000 édifices musulmans. Un mètre carré par personne  Sans entrer dans l'aspect financier, deux questions au moins se posent. Celle tout d'abord du nombre de musulmans en France. En l'absence de recensement interdit sur le critère religieux, les estimations oscillent entre 2,1 millions dernière étude de l'Ined et de l'Insee et 5 à 6 millions pour la majorité des spécialistes et des instituts de sondages. ???????????????????????????????????????????????????????????? Vient ensuite la question du nombre de pratiquants, retenus, dans ce cas, sur le seul critère de la fréquentation de la mosquée le vendredi. Selon le dernier sondage de l'Ifop, un quart des musulmans français disent s'y rendre. Ce qui donne, selon la variable retenue pour le nombre total de musulmans, une fourchette comprise entre 500.000 pratiquants et 1,5 million. Les responsables musulmans estimant que 1 mètre carré est nécessaire par personne pour la prière et que, la surface actuelle avoisinant les 300.000 mètres carrés, il manquerait bel et bien, dans l'hypothèse la plus basse, près de la moitié de la surface nécessaire. Mais ce manque de place n'explique pas, à lui seul, les crises récurrentes de plus en plus rares occasionnées par les prières dans la rue. Car les musulmans, majoritairement sunnites en France, sont très divisés. Ils choisissent, ou refusent, de se rendre à la mosquée selon leurs origines nationales et ethniques. D'autres encore, jugeant indigne» de prier dans la rue, préfèrent rester chez eux. L’islam est un virus mortel IL EXISTE UN PRIX POUR DIRE MERCILa guerre civile est aux portes de l’Occident Entrevue avec le professeur Sami Aldeeb Pierre Cloutier Tribune libre de Vigile Le plus stupéfiant en fouillant dans les lectures qui remontent à il y a peu d’années, il faut savoir ou vouloir comprendre ce que les intellectuels de l’histoire et peu importante la couleur de peau prenons le temps de la réflexion et du débat. Sami Awad ALDEEB ABU-SALIEH, est un professeur suisse de droit musulman et arabe, d’origine palestinienne chrétienne. Docteur en droit de l’université de Fribourg et diplômé en sciences politiques de l’Institut universitaire de hautes études internationales de Genève, il est responsable du droit musulman et arabe à l’Institut suisse de droit comparé de Genève et aussi professeur de droit invité aux Facultés de droit d’Aix-en-Provence et de Palerme, Il est auteur de nombreux ouvrages et articles, dont une traduction du Coran, en français, anglais et italien, qui a la particularité d’être le seul ouvrage sur le Coran écrit en ordre chronologique. Il répond ici à nos questions. Pierre Cloutier avocat à la retraite. A ne pas en douter cela fait presque froid dans le dos et même plus, reste à savoir, dans quelle mesure ce ne soit pas l’ensemble des religions toutes sans exception qui soient plus que dangereuses. OUI ILS SONT MORTS TUES PAR LE FANATISMECe qui se passe en ce moment en France en Belgique dans la majorité des capitales européennes, ne semblent pas en ces instants apporter de réponses qui rassurent au calme tout un chacun, le lieux des cultes devient aussi dangereux que la croyance dans une fondation et les religions fanatiques font parler les bombes à la seule couleur rouge. Il faut se rendre à la raison ou à la folie, lorsque l’on constate que plus de cent enfants et leurs mamans sont morts par la folie meurtrière d’un kamikaze au Pakistan plus de 500 blessés pour certains à vie, la seule raison avoir un culte proche de la chrétienté et ensuite on veut faire croire que ces assassins ne sont pas des fous fanatiques drogués. N’ayant qu’un seul but tuer pour la jouissance d’obéir à leur seule pulsion de ne croire à rien sinon que le fait de penser peut-être qu’ils sont immortels le secret des armes où les enfants meurent avec leurs parents, n’ont qu’un seul objectif semer la terreur avec l’oubli total des valeurs humaines à laquelle s’ajoute le sens que la vie peut avoir. Les chrétiens étaient ciblés en ce jour de Pâques. Au moins 72 personnes sont mortes et 340 autres ont été blessées dans un attentat-suicide dimanche soir à Lahore, grande ville de l'est du Pakistan, selon un haut responsable local. Le groupe taliban Jamaat-ul-Ahrar a revendiqué l’attaque affirmant cibler les chrétiens. La déflagration s'est produite dans le parc Gulshan-e-Iqbal, proche du centre-ville. C'était une explosion très forte et des explosifs très puissants ont été utilisés, a indiqué un responsable de police, Haider Ashraf QUI EXPLIQUE A QUILe parc Gulshan-e-Iqbal était particulièrement bondé en ce jour de printemps où la minorité chrétienne célébrait le dimanche de Pâques à Lahore, ville de dix millions d'habitants. La plupart des victimes sont des enfants et des femmes. Le kamikaze a réussi à entrer dans le parc et s'est fait exploser près de l'aire de jeux pour enfants, où ils faisaient de la balançoire. C'est pour cela que la plupart des victimes sont des enfants et des femmes, a déclaré un haut responsable administratif de la ville de Lahore, Mohammad Usman. Le Premier ministre Nawaz Sharif a condamné cet attentat, et a reçu un appel de son homologue indien Narendra Modi exprimant sa sympathie. La Maison Blanche a également condamné un effroyable acte terroriste. La jeune lauréate pakistanaise du prix Nobel de la paix Malala Yousafzaï s'est dite accablée par cette tuerie dénuée de sens. TUES PAR DES TALIBANS CAUSE CHRETIENSUn deuil de trois jours a été décrété dans la province du Pundjab, dont Lahore est la capitale. Sur Twitter, François Hollande a exprimé la solidarité de la France au Pakistan dans ces moments douloureux. De grâce, que les masses politiques cessent de faire fleurir les bougies au milieu des fleurs car toutes les larmes ont un véritable goût de sel ! A peu de temps de Charlie le monde s’appelait France Charlie, il suffit à présent de regarder les mêmes clichés et de nous croire dans la capitale du Manneken-Pis salut toi l’enfoiré, nous avons eu une pensée particulière pour toi et les tiens ainsi que pour tous les Belges. ARBRE DE VIE SEC ET MORTIl est presque impossible d’exprimer des regrets face à toutes ces tueries autant l’horreur de ces actes est supérieur à tous entendements ce n’est plus une sélection par la race mais le mirage de toutes croyances, sans oublier que les portes ne peuvent se fermer à ces envahisseurs, autant les ouvertures sont grandes et les finances pour ces meurtres aux bases plus qu’instables, que chacun assume ses responsabilités et les réalités de nos jours fondent des espoirs pour que nous rêvions êtres encore des humains.   Le Panda Patrick Juan    

Commentaires

Le Panda

Les syndicats organisateurs promettent une mobilisation d'ampleur. Le gouvernement affronte ce jeudi l'épreuve de la rue, avec une nouvelle mobilisation contre la très controversée loi Travail jugée «toxique» pour les salariés. Le mouvement s'annonce large : des préavis de grève ont été déposés à la RATP, SNCF, EDF, Air France, Total, dans le contrôle aérien et plus généralement dans la fonction publique, le commerce, la presse, les ports et docks, les casinos... Les lycéens et étudiants seront également de la partie. Plus d'une vingtaine de lycées parisiens devraient d'ailleurs rester fermés pour éviter des débordements. Plus de 200 défilés, manifestations et rassemblements sont prévus un peu partout en France, selon le décompte de la CGT. A Paris, la manifestation partira à 13h30 de place d'Italie en direction de Nation. Le 9 mars dernier, lors de la précédente mobilisation, plus de 200.000 personnes avaient défilé dans l'Hexagone (450.000 selon les organisateurs). Les sept syndicats menacent d'en organiser d'autres, afin de peser sur le débat parlementaire, qui commencera le 3 mai dans l'hémicycle.
Le Panda

11h20. SNCF : 24,2% des cheminots en grève, selon la direction. 11h15. Paris et Val-de-Marne : des interpellations en marge des rassemblements. BFMTV annonce plusieurs interpellations en marge des rassemblements de lycéens : devant le lycée Condorcet à Paris pour des jets de projectiles et aussi dans le Val-de-Marne, cette fois, pour port d'arme... 11 h 10. Les cortèges de lycéens se multiplient province. C'est le cas à Rennes, Toulouse, ou à Angers au Mans ou à Aurillac...
Le Panda

N'est pas père de la nation qui veut. François Hollande l'a appris à ses dépens en étant contraint, mercredi à l'issue d'ultimes consultations, de « clore le débat constitutionnel ». Ni la déchéance de nationalité ni même le renforcement de l'état d'urgence ne feront donc l'objet d'une révision de la Constitution. Quatre mois après les attentats du 13 novembre, droite et gauche ne se sont pas montrées capables de trouver les voies de l'unité nationale contre le terrorisme. Au Sénat, la majorité de droite n'a pas voté le même projet de loi que celui de l'Assemblée nationale. Notamment parce qu'elle souhaitait réserver la déchéance aux seuls binationaux condamnés pour actes terroristes. L'Assemblée penchait, elle, en faveur de la déchéance pour tous, sans stigmatisation. Résultat, deux textes différents, ce qui n'autorise pas le chef de l'Etat à réunir les parlementaires en Congrès à Versailles (Yvelines). Et ce, malgré soixante-trois heures de débats parlementaires au total ! Et, surtout, des semaines de tergiversations, de polémiques et même de quasi-crise politique, avec le départ fracassant de la garde des Sceaux Christiane Taubira. Evidemment, le chef de l'Etat s'est empressé hier de dénoncer le comportement de l'opposition « hostile à toute réforme constitutionnelle ». « Je déplore profondément cette attitude », a-t-il affirmé.
Le Panda

Manuel Valls, qui a porté la révision constitutionnelle à bout de bras, se retrouve piégé A en croire son entourage, François Hollande ne se faisait plus aucune illusion une fois enregistré le vote négatif du Sénat il y a une semaine. « La droite n'est disposée de toute façon à aucun compromis dans aucune circonstance », répétait-il en petit comité. L'idée d'un Congrès uniquement consacré à constitutionnaliser l'état d'urgence, plus consensuel, a fait long feu. Interrogés un à un mardi soir à l'Elysée, les ténors de la majorité ont conseillé au président de ne pas s'acharner et de mettre un terme à un feuilleton dont les Français sont las. « Le président a été sage de s'arrêter là, confie ainsi la ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal. A partir du moment où il n'y avait pas consensus, il ne fallait pas s'entêter. » Quitte à subir un revers cinglant. « Ça fait renoncement total, il y a un petit côté je laisse tomber… » se désole le député PS Christophe Caresche. Car le 16 novembre dernier, trois jours après les attentats de Paris, c'est bien François Hollande qui, à Versailles, lance la révision constitutionnelle. Tout ça pour, au final, payer les pots cassés
Le Panda

Quitte à subir un revers cinglant. « Ça fait renoncement total, il y a un petit côté je laisse tomber… » se désole le député PS Christophe Caresche. Car le 16 novembre dernier, trois jours après les attentats de Paris, c'est bien François Hollande qui, à Versailles, lance la révision constitutionnelle. Tout ça pour, au final, payer les pots cassés. Hostile à la déchéance l'« icône » de la gauche, Christiane Taubira, a fini par claquer la porte du gouvernement après avoir avalé bien des couleuvres. S'est ensuivi le spectacle des divisions du PS se déchirant à l'Assemblée nationale sur la question de la déchéance de nationalité. Et, plus largement, s'est creusé le fossé entre une partie du « peuple de gauche » bousculée dans ses valeurs et un président piochant ses idées… dans le camp de la droite pour faire « union nationale ». Résultat, non seulement François Hollande n'a pas réussi à rassembler mais Manuel Valls, qui a porté la révision constitutionnelle à bout de bras devant l'Assemblée, se trouve piégé alors qu'il fête ses deux ans à Matignon. « C'est le couple exécutif qui est affaibli », estime un ponte de la majorité, où ce dernier épisode ne fait qu'alimenter les doutes à l'égard du président et de sa fin de quinquennat. « Mais où est passé son flair politique ? » se demande un député PS. A treize mois d'une élection présidentielle à laquelle François Hollande n'a pas renoncé, cette interrogation en dit long…
Le Panda

Le policier suspecté d'avoir frappé un lycéen parisien lors d'une manifestation contre la loi Travail a été placé en garde à vue à l'IGPN, jeudi 31 mars, dans le cadre de l'enquête judiciaire, selon une source policière contactée par France 2, confirmant une information d'i-Télé. Le policier a déjà été entendu dans le cadre d'une enquête administrative, mais n'a pas été suspendu pour le moment. Deux commissariats caillassés Une vidéo postée sur les réseaux sociaux avait révélé que le lycéen du lycée Bergson, dans le 19e arrondissement, avait été frappé violemment au visage par un policier, le 24 mars, alors qu'il manifestait pacifiquement. Le lendemain, les élèves du lycée Bergson avaient manifesté contre les violences policières. Le rassemblement a dégénéré : deux commissariats ont été caillassés et deux supermarchés ont été pillés.
Le Panda

Une opération policière en lien avec Reda Kriket, un homme inculpé en France pour un projet d'attentat "imminent", est en cours à Courtrai en Belgique dans le cadre de l'enquête sur l'attentat déjoué en France, indique aujourd'hui le parquet fédéral. "Il y a une perquisition en cours en lien avec le dossier Kriket", a affirmé un porte-parole du parquet fédéral, Eric Van Der Sypt. "Ça se passe à Marke, dans la ville de Courtrai", a précisé le porte-parole, qui n'a pas fait état "à ce stade" d'interpellations.
Le Panda

Menée dans le cadre d'affaires de pédophilie qui touchent le diocèse, elle s'est déroulée «sans agressivité» et en «bonne coopération», selon les services du cardinal Philippe Barbarin qui n'était pas présent lors de la visite des huit enquêteurs. Le fait est rarissime mais il n'est pas sans précédent. Une perquisition a eu lieu, mercredi matin, dans les locaux de l'archevêché de Lyon dans le cadre de l'enquête préliminaire ouverte par le parquet de Lyon pour «non-dénonciation d'atteintes sexuelles sur mineurs de 15 ans» à l'encontre de responsables du diocèse, visant par conséquent le cardinal Philippe Barbarin. Un témoin de la perquisition, côté Église, a assuré que celle-ci s'est déroulée «sans agressivité» et en «bonne coopération».
Le Panda

Une étude Harris Interactive interroge des jeunes de 18 à 25 ans sur leur moral, leur rapport à la solidarité et leur intégration à la société française. Contrairement aux idées reçues, les jeunes sont plutôt du genre à voir le verre à moitié plein. Publicité «Je ne veux être jugé que sur un seul objectif: […] est-ce que les jeunes vivront mieux en 2017 qu’en 2012?» cette phrase signée François Hollande lors de son discours de campagne au Bourget, est le caillou dans la chaussure du président de la République. Aux manettes de l’État français depuis aujourd’hui 4 ans, peu de signes laissent penser à une amélioration des conditions de vies des jeunes. Les dernières manifestations contre la loi Travail, ne laissant que peu de place au doute. Pour en avoir le coeur net, la fondation Auchan, qui s’occupe entre autres de l’insertion des jeunes, a commandé une enquête à l’institut de sondage Harris pour connaître le réel moral des jeunes, leur rapport à la solidarité, ainsi que leur perception de leur intégration à la société française. Les résultats sont assez étonnants.
Le Panda

Les jeunes reconnaissent une amélioration de la vie au cours des dernières années Globalement s’il y a une chose à retenir de cette enquête, c’est que bien qu’ils se considèrent comme une génération qui doit faire face à de nombreuses difficultés, le chômage arrivant en tête, les jeunes reconnaissent davantage que leurs aînés, une amélioration de la vie au cours des dernières décennies. Et contrairement aux clichés que l’ont leur imposent, les jeunes se sentent partie prenante de la société française. Ils montrent également un fort attachement à la famille comme fondement de la solidarité. Tout n’est pas rose bien évidemment, puisque spontanément, la tranche 18-25 ans associe la jeunesse française en 2016, à des dimensions négatives. Le chômage, le désespoir, la précarité, le sentiment d’être perdu. Tous ces maux reviennent inlassablement. Cette tranche trouve également que les divertissements de cette jeunesse se résument généralement à la fête et à l’alcool. La notion de respect de «l’autre» passant aux oubliettes.
Le Panda

Leurs ainés partagent leurs repésentations de la jeunesse Spontanément, certains jeunes évoquent des motifs d’espoir. Les mots «dynamique», «motivée» sont souvent repris. Leur ainés n’en pensent pas moins, puisqu’ils partagent globalement leurs représentations de la jeunesse. À une différence de taille: le terme «avenir» supplante le terme «chômage», bien qu’ils reconnaissent les difficultés auxquelles les jeunes sont confrontés. La mondialisation est plutôt bien accueillie par les jeunes sur certains aspects. Ils sont par exemple 73% à penser qu’elle est un élément positif concernant la capacité à voyager ainsi que concernant la capacité à faire de nouvelles rencontres (67%). Concernant les transformations dans notre mode de vie, moins de la moitié pense que la mondialisation à un impact positif (49%) contre 25% qui pensent le contraire. Après les attentats , ils sont 23% à penser qu’elle est représente un bon moyen de renforcer la sécurité, contre 47% estimant qu’il s’agit d’une mauvaise chose. Pour ce qui est de la recherche d’emploi, la mondialisation n’est pas vu d’un bon oeil par les jeunes. Seulement 45% pensent qu’elle leur apporte une aide. Moins étonnant, ils sont seulement 40% à penser qu’elle améliore leur pouvoir d’achat...
Le Panda

L'étau judiciaire se resserre autour du Parti populaire du chef du gouvernement espagnol sortant, Mariano Rajoy. Submergé par les affaires de corruption, le parti voit se réduire sa marge de manœuvre dans les négociations actuelles en vue de former un gouvernement. À Valence et à Madrid «Nous étions tous les trois dans notre bureau. Un conseiller de la maire est arrivé. Il nous a tendu un petit papier à chacun avec un numéro de compte en banque. Il nous a dit: “Vous faites un virement de 1000 euros au parti. Ensuite, vous venez avec le reçu et on vous donnera deux billets de 500 pour vous rembourser”.» La scène s'est déroulée le 23 mars 2015, peu avant les élections municipales, selon le récit d'Arantxa Martín. Elle était alors conseillère en communication à la mairie de Valence, la troisième ville d'Espagne. En 17 ans d'expérience à l'hôtel de ville, c'était la première fois qu'elle assistait à un «cas évident de blanchiment», comme elle le définit. «Mes deux collègues et moi, nous avons dit non. Notre interlocuteur ne s'attendait pas à un refus.
Le Panda

Une violente explosion s'est produite ce jeudi à Diyarbakir en Turquie, chef-lieu du sud-est à dominante kurde. Un premier bilan fait état de 3 morts et 7 blessés, dont trois membres des forces de l'ordre. Une violente explosion s'est produite ce jeudi près d'une gare routière de Diyarbakir, le chef-lieu du sud-est de la Turquie à majorité kurde. Selon les premières informations, un bus blindé des forces spéciales du régime turc était visé. Un premier bilan fait état de 3 morts et 7 blessés. Parmi eux figurent trois membres des forces de l'ordre qui mènent depuis plusieurs mois des opérations d'envergure contre les rebelles kurdes dans plusieurs quartiers de cette ville et dans le sud-est anatolien en général.
Le Panda

Salah Abdeslam, seul survivant des commandos ayant perpétré les attentats du 13 novembre à Paris, arrêté le 18 mars à Bruxelles, a annoncé par l'intermédiaire d'un de ses avocats qu'il souhaitait être remis à la France et "collaborer avec les autorités françaises", a-t-on appris ce jeudi 31 mars 2016. Salah Abdeslam n'avait pas été extrait de sa prison de Bruges, au nord-ouest de la Belgique, jeudi matin pour l'audience devant la cour d'appel de Bruxelles consacrée à l'examen du mandat d'arrêt européen émis à son encontre par la France. L'audience a été reportée à jeudi 16h pour laisser le temps au procureur d'aller l'entendre en prison, a précisé Me Cédric Moisse.
Le Panda

"Je vous confirme par ailleurs que Salah Abdeslam souhaite être remis aux autorités françaises", a ajouté l'avocat. "Il consent donc à l'exécution de son mandat d'arrêt européen". Le parquet fédéral belge "ne s'oppose pas" à la remise d'Abdeslam à la France, a indiqué un des porte-parole du parquet, Eric Van der Sypt. La décision de la chambre du conseil, juridiction d'instruction qui siège à huis clos, doit être rendue au plus tard demain, à l'expiration du délai de 15 jours après l'arrestation de Salah Abdeslam.
Le Panda

Une décision attendue vendredi Ce dernier avait été entendu dès le lendemain de son arrestation par les enquêteurs belges, faisant d'abord mine de collaborer, avant de se murer dans le silence. Entendu à nouveau le 22 mars juste après attentats de Bruxelles, il s'était également refusé à la moindre déclaration.
Le Panda

Même si Abdeslam, un Français de Belgique de 26 ans, intéresse aussi les enquêteurs belges, encore plus après les attentats qui ont fait 32 morts le 22 mars à Bruxelles, le parquet fédéral a assuré à l'AFP ne pas s'opposer à sa remise à la France. Une décision de la cour d'appel de Bruxelles est attendue vendredi au plus tard, et si le consensus se confirme, le transfèrement pourrait intervenir dans les dix jours.
Le Panda

Salah Abdeslam, le suspect-clé des attentats de Paris, va être remis à la France après avoir été arrêté en Belgique. Le parquet fédéral belge a donné son feu vert, jeudi 31 mars. En France, Salah Abdeslam sera très probablement mis en examen. Mais son procès pourrait ne pas intervenir avant plusieurs années.
Le Panda

Salah Abdeslam "souhaite partir en France le plus vite possible", avait déclaré, jeudi 24 mars, son avocat, Sven Mary. Il s'agit d'un revirement, car l'avocat du terroriste présumé avait indiqué, le 19 mars, que son client "refuserait son extradition vers la France".
Le Panda

Paolo Macchiarini, pionnier de l'ingénierie tissulaire et des voies respiratoires, est accusé d'avoir pris ses patients pour cobayes. Cette semaine, l'institut Karolinska de Stockholm, qui décerne le prix Nobel de médecine, a décidé de le licencier. Le médecin Paolo Macchiarini se comparaît à Frankenstein. Mal lui en a pris. Car la découverte de son passé sulfureux a provoqué sa chute et sa disgrâce. Après des années de controverse, l'institut Karolinska (KI) de Stockholm, un centre de recherche de réputation mondiale dont les membres décernent précisément chaque année le prix Nobel de médecine, l'a licencié cette semaine. Son éviction referme pour un temps le dossier Macchiarini, décrit dans le journal de médecine suédois comme un "Tchernobyl éthique" aux effets désastreux pour la communauté scientifique du pays scandinave.
Le Panda

Première greffe d'une trachée artificielle Pionnier de l'ingénierie tissulaire et des voies respiratoires, Paolo Macchiarini, né en Suisse en 1958, se fait un nom dès 2008 en devenant le premier à réaliser une greffe de trachée colonisée par des cellules souches du receveur ce qui, en principe, doit faciliter la cicatrisation et réduire les risques de rejet. L'institut suédois associe son nom et son honneur aux brillants états de service du spécialiste en lui offrant en 2010 un poste de professeur invité de médecine régénérative. L'hôpital universitaire Karolinska lui déroule le tapis rouge. C'est dans ses murs qu'en 2011 il réalise la première greffe d'une trachée artificielle, en plastique, elle aussi colonisée par des cellules souches du patient.
Le Panda

Six patients sur huit sont morts On lui prête au total trois opérations à Stockholm, et cinq autres ailleurs dans le monde. "Nous voulons créer de nouveaux organes, comme Frankenstein", explique-il sans ciller dans un documentaire diffusé par la télévision publique suédoise SVT en janvier 2016, alors que son étoile a déjà fort pâli. Les ennuis, pour le "dottore Macchiarini", commencent en 2013 lorsqu'il ressort que ce dernier a passé sous silence, dans ses publications scientifiques, la dégradation de l'état de santé de certains opérés. Selon la presse, six des huit greffés sont décédés. L'hôpital stockholmois suspend alors toutes les greffes de trachées synthétiques. La même année, Macchiarini commence des études cliniques à Krasnodar, en Russie, où des patients se font opérer à des fins de recherche.
Le Panda

Des chèques de dizaines de milliers d'euros A la faveur d'une enquête interne de KI et des investigations de journalistes, le passé du médecin refait surface. On apprend ainsi que Macchiarini est visé par une enquête du parquet de Florence en Italie, saisi par des patients qui l'accusent de renier le serment d'Hippocrate: le médecin leur a demandé jusqu'à 150000 euros pour les opérer à l'étranger. La procédure, très longue, est toujours en cours, a indiqué mercredi le parquet toscan. Un juge des audiences préliminaires doit décider de son éventuel renvoi en justice. Plus grave, en Suède une enquête de police a été ouverte contre le chirurgien pour homicide involontaire aggravé et coups et blessures. Il encourt jusqu'à six ans de prison. "Ses actes ont eu des conséquences tragiques pour les personnes concernées et leurs familles", a justifié le directeur des ressources humaines de l'institut Karolinska, Mats Engelbrektson.
Le Panda

Mensonges en cascade Macchiarini a entraîné dans sa chute le recteur de KI, Anders Hamsten, qui l'avait blanchi en août 2015, et le secrétaire général de l'Assemblée Nobel, Urban Lendahl, démissionnaires. "Nous traversons une mauvaise passe en Suède, notre intégrité est mise en doute à cause de ce comportement de tricheur", constate amèrement Lena Claesson-Welsh, membre de l'Académie royale des sciences, dans un entretien. Le médecin est également soupçonné d'avoir menti sur ses travaux de recherche en certifiant avoir réalisé des essais sur des animaux avant de greffer des humains. Le documentaire suédois a démontré qu'il n'en était rien. On lui reproche aussi d'avoir menti sur ses diplômes et ses titres de gloire passés. "Paolo Macchiarini a fourni des renseignements incorrects ou trompeurs dans ses CV", souligne l'institut. Lui met tout sur le dos de sa secrétaire espagnole. En février, Vanity Fair a publié un article édifiant sur le médecin à partir du récit d'une maîtresse bafouée, une journaliste de la chaîne de télévision américaine NBC, Benita Alexander. Non content de se présenter comme le médecin personnel des Clinton, Obama et Poutine, il lui avait assuré que le pape François, son patient et "ami", officierait pour leurs noces. Sollicité à plusieurs reprises, l'avocat suédois du médecin n'a pas répondu aux appels.
Le Panda

Débat démocratique made in FLN: Une bagarre a éclaté à la fin du meeting organisé par le FLN à Alger le 29 mars. Comme le prouve la vidéo ci-dessous, les dirigeants de ce parti pluriel, modèle de démocratie (qui soutient activement le président Bouteflika), ont tenu a démontrer devant les caméras que les débats sont toujours organisés avec courtoisie, élégance et dans le respect des convictions des militants. Des arguments percutants ont été échangés dans une ambiance sereine et apaisée.
Le Panda

François Fillon n'a pas voulu laisser passer ça. Jeudi, Manuel Valls s'en est pris à la droite sénatoriale estimant qu'à cause d'elle, Salah Abdeslam ne pourrait être déchu de sa nationalité. «Les propos du Premier ministre sont indignes car ils sont faux», s'est agacé François Fillon ce vendredi sur RTL, deux jours après l'abandon de la révision constitutionnelle. L'ancien Premier ministre de Nicolas Sarkozy a rappelé que, dans son discours du 16 novembre, François Hollande avait lui-même parlé d'une déchéance de nationalité pour les binationaux (Salah Abdeslam n'a que la nationalité française). «Le texte voté ensuite par l'Assemblée nationale concernait bien tous les Français. Mais Manuel Valls est un petit manoeuvrier sans envergure», a ajouté François Fillon. Il a souligné que le Premier ministre avait expliqué vouloir faire ratifier par la France les conventions internationales interdisant de faire des apatrides. «Donc, le gouvernement fait voter une révision qui permet la déchéance pour tous les Français, mais en même temps, fait en sorte que les Français qui ne sont pas binationaux ne puissent être déchus de leur nationalité», a-t-il poursuivi. «C'est comme cela qu'on décourage et dégoûte les Français de la parole publique», a-t-il martelé. Manuel Valls s'était désolé, jeudi, qu'en raison de l'échec de la révision constitutionnelle, « on ne pourra pas déchoir de la nationalité un des responsables des attentats du 13 novembre... Quelle responsabilité !».
Le Panda

«Sur la loi El Khomri, il vaut mieux arrêter les frais» François Fillon, qui depuis le début s'est opposé à un changement de la Constitution, a insisté en disant que si Manuel Valls voulait déchoir Salah Abdeslam, c'était possible en faisant voter un amendement au code civil. Au passage, il s'en est pris, sans le citer nommément à Nicolas Sarkozy. «Il y a eu un accord entre le Président de la république et le président des républicains pour voter cette révision», a fustigé François Fillon. Contrairement à lui, Nicolas Sarkozy était prêt à faire voter la révision constitutionnelle sous certaines conditions. «Ceux qui ont voulu se jeter dans une aventure de révision constitutionnelle se sont fourvoyés», a-t-il lancé jugeant que «cela a abouti à ridiculiser le gouvernement». Le candidat à la primaire de la droite ne s'est pas arrêté là dans sa critique du gouvernement. Il a ainsi jugé qu'il valait «mieux arrêter les frais sur la loi El Khomri». Il estime que la première mouture était acceptable mais que le texte ne l'est plus aujourd'hui. «Il y avait des avancées, il n'y en a quasiment plus aucune, a dénoncé François Fillon. Ce serait un marché de dupe pour le patronat d'accepter ce texte là».
Le Panda

«Ce gouvernement n'a plus de majorité, a fustigé le député de Paris. On est là, au fond, devant un problème démocratique classique. François Hollande (...) est aujourd'hui dans une situation où il ne peut plus rien faire voter par le Parlement. Il est en échec sur la loi El Khomri, et il est en échec sur la révision constitutionnelle» Enfin, François Fillon, qui réunit ses partisans samedi, a redit qu'il ne jetterait pas l'éponge dans la primaire de la droite malgré de mauvais sondages. «Ces sondages n'ont aucune importance», a-t-il jugé, rappelant notamment le nombre élevé de candidats et soulignant que tous n'auront pas les parrainages nécessaires pour concourir à la primaire. «Je veux bien que tous les responsables politiques de la droite et du centre aient vocation à se présenter, ils ne se rendent pas compte qu'en le faisant, d'une certaine façon, ils contribuent à abaisser le débat public», a-t-il dénoncé, réagissant notamment à la candidature de Geoffroy Didier. Selon lui, le vrai débat commencera «quand ce cirque aura cessé et quand les candidats seront connus». «Il est hors de question que je renonce à quoi que ce soit, j'irai jusqu'au bout», a-t-il conclu.
Le Panda

Pas candidat, François Hollande ? Malgré le désamour dont il fait l'objet jusque dans son propre camp, il semble encore y croire. Et loin des regards indiscrets, il active ses réseaux. La tournée des loges et vestiaires. Vendredi dernier, surprise dans la loge d'Alain Chamfort lorsque le président, accompagné de sa ministre de la Culture Audrey Azoulay, débarque à l'Olympia ! Auparavant, le pianiste Michel Legrand avait eu droit à sa visite. Sans compter une soirée tango entre amis au Café de la gare le 23 mars et ses passages réguliers au théâtre du Rond-Point. « Avec son ami Jean-Michel Ribes, ca finit souvent au vin rouge et au saucisson », sourit un conseiller. Grâce à Audrey Azoulay et à ses relations dans le milieu culturel, Hollande tente de rétablir le lien avec les people. Quand il ne les invite pas au Château ! Le 21 mars, Bernard-Henri Lévy est venu présenter son film « Peshmergas ». Du côté des sportifs, l'ex-présentatrice Nathalie Iannetta, conseillère à l'Elysée, s'active. La grande fête de l'Euro tombe à pic pour mettre Hollande en avant. Mardi soir, après le match France-Russie, il est passé avec son ami Noël Le Graët, patron du foot français, féliciter les joueurs et Didier Deschamps dans les vestiaires. « Azoulay et Ianetta sont les deux cartes fortes de Hollande qu'il va lancer dans la campagne », glisse un familier de l'Elysée.
Le Panda

Rabibochage avec les élus. Le mois dernier, François Hollande s'invitait chez Martine Pinville, la secrétaire d'Etat à la Consommation, qui dînait avec une quarantaine de parlementaires. Deux autres dîners « surprises » sont prévus le mois prochain dans deux autres ministères. Objectif: « voir les parlementaires de toutes les régions », confie un proche. Et se rabibocher avec des élus qui, depuis 2012, vont de défaites électorales en défaites électorales. Parallèlement, avec l'appui de l'Elysée, les clés de la Fédération nationale des élus socialistes et républicains (Fnesr) ont été confiées à l'ex-ministre et hollandais historique François Rebsamen, reçu mercredi par le président. Mis sur la touche, Pierre Cohen, un proche de Martine Aubry, s'est vu proposer à la place la direction de l'Institut de la ville durable...
Le Panda

Les intellos planchent. Selon nos informations, une réunion s'est tenue à l'Elysée pour demander aux « think tanks » proches du PS (les fondations Terra Nova et Jean-Jaurès) de se mettre en mouvement. Un travail qui pourrait converger avec le chantier lancé par le PS (« Les cahiers de la présidentielle »), dont l'animateur est Guillaume Bachelay, visiteur régulier et plume secrète du Palais. « Hollande doit encourager tout le monde à produire des idées. On est dans la période : Que mille fleurs s'épanouissent ! », sourit une des têtes pensantes de la gauche. Sans compter l'apport discret du petit club Démocratie 2012 du fidèle Jean-Marie Cambacérès qui a adressé au chef de l'Etat un livret de 60 pages d'analyses et de propositions intitulé « Pour un nouvel élan ». Tout un programme !
Le Panda

Le 27 octobre dernier, devant la commission de la Défense de l’Assemblée nationale, le député du Cher Yves Fromion interpelle Jean-Yves Le Drian. Il lui demande s’il est prévu d’armer les drones militaires que la France doit recevoir prochainement des Etats-Unis. "C’est une question… Elle reste posée, répond le ministre de la Défense, dans un sourire gêné. Pour le moment, je n’en dirai pas plus." Si le ministre de la Défense reste si mystérieux, c'est parce qu'il sait combien le terrain est glissant. La France s'est toujours refusée obstinément à équiper ses drones de missiles. Ce qu'il ne peut pas dire, c’est qu'en coulisses, notre pays se prépare bel et bien, doucement mais sûrement, à armer des UAV ("Unmanned Aerial Vehicle", l'autre nom des drones).
Le Panda

?Dans l’esprit des militaires, le pas est franchi Face au resserrement des budgets militaires, la majorité des armées du globe se sont équipées de drones militaires. Ils sont théoriquement moins chers à faire voler que des avions de chasse, et moins susceptibles de mettre en péril des pilotes. Certains drones, comme les Male ("Moyenne altitude longue endurance") peuvent surtout voler pendant plus de 24 heures sans ravitaillement, offrant un énorme avantage dans les conflits dits "asymétriques" : face à un ennemi qui se cache parmi la population et se déplace discrètement, il faut pouvoir surveiller le terrain en permanence, et pouvoir frapper très vite. En 2013, lorsque François Hollande lance l’opération Serval pour chasser les jihadistes qui contrôlent le nord du Mali, on compte alors sur les drones Harfang d’Airbus pour remplir cette tâche fondamentale. Mais le retard français en la matière apparaît au grand jour : ce drone, dépassé technologiquement, coûte cher à faire voler. Mais il est surtout peu discret et donc facilement repérable par l’ennemi dans le silence du désert sahélien.
Le Panda

Face à l’urgence, Jean-Yves Le Drian est obligé de passer commande aux Etats-Unis, qui livrent à la France deux MQ-9 Reaper début 2014. Ce sont les mêmes systèmes de drones que ceux utilisés par la CIA et l’armée américaine, à un détail près : ceux-là ne sont pas armés. L’état-major français est immédiatement conquis. Le Reaper est plus rapide, plus fiable, plus discret, plus précis et coûte moins cher à faire voler. Si bien que dès la première année d’utilisation, l’armée française s’équipe d’un troisième drone du genre, et multiplie par deux le nombre d’heures de vol de ces appareils modernes. "Ce drone a fait changer le paradigme des opérations en bande sahélienne", explique-t-on au sein de l'armée de l'air. ?Passer au Reaper, c'est comme acheter une Porsche après avoir fait cinq ans de 2CV. Il fallait basculer dans le XXIe siècle.?
Le Panda

Ce saut technologique soudain ouvre l’appétit des militaires français, qui estiment que le très précieux drone américain pourrait, s'il était armé, se révéler encore plus efficace. "Cela permettrait de réduire considérablement le fameux cycle OODA ["observer-s'orienter-décider-agir"]", explique à francetv info Bertrand Slaski, consultant au CEIS, un cabinet d'intelligence stratégique spécialisé dans les drones. ?Aujourd’hui, pour le pilote de drone qui a repéré une cible après des heures et des heures d’observation, c’est très frustrant de la voir disparaître sous ses yeux, sans pouvoir la détruire immédiatement.? Bertrand Slaski, consultant au CEIS à francetv info Actuellement, quand un pick-up rempli de jihadistes armés est repéré par un drone français au Mali, il faut patienter au minimum deux heures pour que deux Rafales armés de missiles et leur ravitailleur arrivent en provenance de N'Djaména (Tchad). Et le coût est exorbitant. Du coup, l’état-major français ne cache plus son agacement face aux atermoiements éthiques. ?Vous tirez un missile guidé avec un avion de combat, parfois sans voir la cible, tout le monde applaudit. Vous tirez sur la même cible avec un drone et tout le monde crie au loup. J’ai pas bien compris…?
Le Panda

Général Denis Mercier, ancien chef d'état-major de l'armée de l'air lors d'une conférence en mai 2015 Le successeur du général Mercier, le général Lanata, estime lui dans le magazine spécialisé DSI que le drone armé se révèle "particulièrement adapté à la fugacité des adversaires que nous combattons aujourd’hui". L'armement des drones serait ainsi bien ancré dans l'esprit des soldats français, comme le confirme à francetv info Philippe Chapleau, journaliste à Ouest-France et auteur du blog Lignes de défense : "Ils se disent que s'ils avaient eu des drones armés en Afghanistan, il y aurait peut-être eu moins de morts dans les rangs français." Reste un problème : "Avoir des drones, c’est une chose ; avoir des pilotes, c’en est une autre", observe Gwendal Rouillard, députés PS et secrétaire de la commission de la défense de l’Assemblée, interrogé par francetv info. "Et aujourd’hui, on n'a pas suffisamment de pilotes." Les forces armées françaises font en effet face à des restrictions d'effectifs, alors que le nombre de missions est en forte augmentation. Or, "les drones demandent paradoxalement un volume humain très important", explique une source au sein de l'armée de l'air à francetv info. Par ailleurs, les pilotes de Reaper sont formés pendant cinq mois aux Etats-Unis et, pour faire face aux besoins, l'état-major français compte demander à Washington d'accélerer le mouvement, détaille Le Monde. Problème : la France doit faire la queue comme d'autres pays-clients et surtout, les Américains sont eux-mêmes en manque de pilotes formés.
Le Panda

?Pour les industriels, l'avenir est à l'armement du drone Aujourd’hui, 72% du marché mondial des drones est militaire, selon les experts américains du Teal Group, qui prévoient un triplement des investissements dans ces technologies d’ici dix ans. Les modèles, qui vont du drone miniature au drone géant de plusieurs tonnes, sont pour la plupart utilisés pour des missions de renseignement et de surveillance. Les Etats-Unis et Israël sont les leaders du marché et les principaux producteurs d’UAV armés. Mais des pays comme la Chine, l’Iran, ou l’Afrique du Sud se positionnent également sur ce secteur prometteur.
Le Panda

?Aujourd'hui, une douzaine de pays possèdent des drones armés. Et très prochainement, l’Australie, le Canada, la Pologne, la Russie et l’Allemagne vont y venir. On finira probablement par suivre le mouvement, mais pour ça, il faut des moyens.? Philippe Gros, chargé de recherche pour la Fondation pour la recherche stratégique à francetv info Pour l’heure, la France tente de rattraper le train qu’elle a raté dans les années 1990-2000, période pendant laquelle politiques, industriels et militaires ont été incapables de s’entendre sur un projet de drone ambitieux. Du coup, Paris mise aujourd’hui sur les capacités ISR (intelligence-surveillance-renseignement) avant de penser à armer ses drones à court terme. L'appel d’offres remporté en janvier par le Patroller de Sagem, un drone tactique qui équipera l’armée française en 2019, en atteste. Il n’est pas possible de lui faire transporter des armes, contrairement à son concurrent recalé, le Watchkeeper de Thales. En théorie, les Reapers employés au Sahel sont, eux, équipables de missiles. Selon la dernière loi de programmation militaire, l’armée française en possédera douze exemplaires en 2019, un minimum pour remplir les nombreuses missions qui leur seront confiées. Mais pour armer ces appareils, il faut avoir le feu vert de Washington. Or l’Italie a dû attendre quatre ans pour obtenir cette autorisation du département d’Etat américain, conditionnée "aux intérêts de la sécurité nationale des Etats-Unis". Si la France demandait finalement aux Américains des Reapers armables, cela pourrait retarder les livraisons tant attendues par l'armée
Le Panda

Le FCAS (Future Combat Air System) n’est pour l'heure qu’une élégante silhouette en image de synthèse, insérée dans un clip de promotion de ce projet franco-britannique. Mais cette silhouette est déjà bien équipée d'une soute à missiles. Le 3 mars, à l'occasion d’un sommet commun, Paris et Londres ont annoncé l’investissement de deux milliards d’euros pour développer, d'ici 2025, un démonstrateur de ce type de drone de combat baptisé Ucas (pour "Unmanned Combat Air System").
Le Panda

"Aujourd’hui, les industriels, les politiques et les militaires, tout le monde va dans la même direction, affirme le député Gwendal Rouillard. Jean-Yves Le Drian œuvre en ce sens, il y croit beaucoup", ajoute ce proche du ministre de la Défense. L'élu met également en avant le récent projet Male 2020, a priori un drone non armé, qui implique des firmes françaises, allemandes et italiennes. Sauf que ce projet, lancé en 2014, en est toujours au stade des intentions et suscite de nombreuses interrogations. "Sur un drone de surveillance comme le Male 2020, on a déjà du mal à s’entendre, alors si on doit parler de drone de combat armé européen, c’est pas gagné", redoute Bertrand Slaski, du CEIS. Plus que de possibles désaccords stratégiques, c'est le coût des drones de combat qui pourrait être dissuasif.
Le Panda

?Même si leur exploitation s’avère moins chère, le coût d’acquisition de ces drones du futur risque d’être énorme, bien plus élevé que ceux des avions de chasse.? Philippe Gros, chargé de recherche à la Fondation pour la recherche stratégique à francetv info "D’après moi, l'armée française devrait plutôt acquérir, à plus court terme, un drone armé, de type Reaper, qui vole dans un environnement permissif, sans défense anti-aérienne, poursuit Philippe Gros. Il serait préférable de travailler à d’autres solutions qu’un drone furtif hyper-sophistiqué mais ruineux."
Le Panda

?Pour les politiques, un travail éthique reste à faire "Je reconnais que Jean-Yves Le Drian a bien réagi avec l'achat des Reapers. Mais maintenant, on ne peut plus tergiverser ; il faut trancher, il faut armer nos drones". Interrogé par francetv info, le député LR Yves Fromion regrette la prudence du ministre de la Défense sur cette question. Si le locataire de l'hôtel de Brienne prend autant de précaution, c'est que l'armement des drones est un thème éthiquement sulfureux. L’exemple des Reapers, envoyés par la CIA en Afghanistan, au Yémen ou en Somalie pour y mener des des assassinats ciblés, colle aux basques du concept de drone armé. Les nombreux civils innocents tués lors de ces opérations sont régulièrement dénoncés outre-Atlantique (par The Bureau of Investigative Journalism, par exemple), notamment les "patterns of life", l’élimination de personnes non identifiées au comportement jugé suspect, comme le détaille The Intercept (en anglais). Des pratiques qui "peuvent conduire aux bavures et à l’humiliation de la population", estime Gwendal Rouillard.
Le Panda

En France, La théorie du drone (La Fabrique, 2013), du philosophe Grégoire Chamayou, a fait polémique car l'auteur y affirme que posséder des drones armés peut inciter une nation à mener des assassinats ciblés, à l'instar des Etats-Unis. "C'est une confusion énorme entre le moyen, en l'occurrence le drone, la mission d’élimination ciblée et la stratégie de contre-terrorisme, qui sont trois choses différentes, expose Philippe Gros, de la Fondation pour la recherche stratégique. C'est la stratégie qui conditionne la mission, laquelle conditionne le moyen. Certes, il est vrai que le drone a multiplié les options d'élimination pour les Américains. Mais à la base, tout dépend de la stratégie." ?L’erreur des Américains, ce n’est pas d’avoir développé des drones armés, c’est d’en avoir confié à la CIA sans doctrine claire.? Pierre Servent, expert en stratégie militaire à francetv info
Le Panda

Un piège dans lequel l'Hexagone ne tombera pas, si l'on en croit Gwendal Rouillard, le député PS du Morbihan : "La France prend le temps de mettre en place une doctrine d’emploi des drones, d’édicter des règles d’engagement et une éthique de combat adaptée. (…) Comme je l’ai moi-même constaté, des travaux sur ces questions sont actuellement menés à [l’école d’officiers de] Saint-Cyr-Coëtquidan et dans les écoles de l’armée de l’air." Personne n’imagine de toute façon un pilote français procéder à des actes ne respectant pas le droit international. ?Certains pilotes français expliquent que, dans les opérations menées dans le cadre de coalitions, notre cadre d'action est parmi les plus contraignants, qu'il s'agisse de l'identification de l'objectif, des 'règles d'engagement' et de la gestion des risques de pertes civiles.? Philippe Gros, chargé de recherche à la Fondation pour la recherche stratégique à francetv info
Le Panda

Sont également pointés du doigt les traumatismes psychologiques dont témoignent les pilotes américains, qui mènent ces missions depuis un bureau situé à 10 000 km de leurs cibles, comme le raconte le Guardian (en anglais) ou encore le film Good Kill. Un phénomène à l'origine d'une crise des vocations, outre-Atlantique, pour ce type de pilotage . L'armée de l'air française dit avoir un mode opératoire qui la protège de ces dérives : "Les Américains pilotent tous leurs drones depuis les Etats-Unis, un peu à la chaîne, alors que l'analyse des données se fait ailleurs. Les pilotes ne savent pas toujours comment ça se termine. Nous, nous avons choisi de déployer tout le monde sur le théâtre d'opération. Pilotes et officiers de liaison sont ensemble dans la station de contrôle du drone, pour qu'ils s'imprègnent tous de la mission et se sentent impliqués. Ça a donné de très bons résultats, à l'image du repérage de l'otage néerlandais qui a été libéré [en avril 2015 au Mali] grâce à un Reaper français." Si éthiquement, la France semble presque prête à passer le pas de l'armement des drones, il reste néanmoins de nombreuses étapes à franchir. Mais le calendrier pourrait s’accélérer, car les militaires français font face à un problème : pour des questions de budget, le Livre blanc sur la défense de 2013 prévoit de faire passer la flotte de 280 à 225 avions de chasse d’ici à 2019. Une situation qui pourrait finir de convaincre les autorités d'armer des drones, pour que l'armée française puisse remplir les missions qu'on lui a confiées et qu'elle continue à peser stratégiquement.
Le Panda

Le prêtre suspecté, qui officie dans le deuxième arrondissement lyonnais, avait fait l'objet d'une enquête en 2006. Classée sans suite à l'époque, celle-ci a été «réactivée» il y a quelques jours. Le diocèse de Lyon est de nouveau dans le viseur de la justice. Alors que le diocèse et son évêque, le cardinal Philippe Barbarin, sont dans la tourmente depuis des révélations sur des faits présumés de pédophilie, un nouveau prêtre, qui officie dans le deuxième arrondissement de la ville, est soupçonné d'agressions sexuelles. Une source proche du dossier a confirmé jeudi soir qu'une enquête ouverte concernant ce prêtre il y a plusieurs années avait été «réactivée» il y a quelques jours. Charismatique, le prêtre est connu pour son dynamisme et ses activités auprès des jeunes, qui sont nombreux à fréquenter sa paroisse. Il anime notamment un groupe de rock.
Le Panda

«De nouveaux témoignages portés récemment à la connaissance de la justice» ont conduit le parquet à rouvrir une enquête ouverte en 2006 - classée sans suite en 2007 - révèle M6Info. D'après nos informations, l'agression concernait une jeune fille mineure, âgée de 15 à 17 ans à l'époque des faits. Cette enquête s'ajoute à l'information judiciaire ouverte à l'encontre du père Bernard Preynat, mis en examen fin janvier pour des faits d'agressions sexuelles qui auraient été commis entre 1986 et 1991 sur de jeunes scouts qu'il encadrait dans la banlieue lyonnaise.
Le Panda

Deux autres enquêtes préliminaires sont également ouvertes, visant cette fois le cardinal Philippe Barbarin parmi d'autres responsables religieux, pour des faits de «non-dénonciation» d'agressions sexuelles. Dans ce cadre, la police a perquisitionné, mercredi, les locaux de l'évêché à Lyon. À l'origine de ces enquêtes, des plaintes de victimes qui reprochent à Mgr Barbarin de ne pas avoir informé la justice des agissements présumés du père Bernard Preynat et d'avoir laissé ce religieux en poste jusqu'en 2015. Une autre victime accuse aussi l'évêque d'avoir fermé les yeux sur les agressions d'un autre prêtre lyonnais dont il dit avoir été victime dans les années 1990.
Le Panda

Une liste qui s'allonge Cette enquête rouverte sur un troisième prêtre allonge la liste des affaires problématiques pour le diocèse qui a également mis en retrait un prêtre exerçant à Lyon après avoir été condamné pour agressions sexuelles, en 2007. À la lumière de ces différents cas, il semble surtout que les langues commencent à se délier, comme le souhaite l'association des victimes présumées du père Preynat, constituée fin 2015 sous le nom de «La Parole libérée». Depuis, elle œuvre pour «faire reconnaître les traumatismes que ces enfants ont subis et dont ils portent encore les fêlures, mais aussi pour lever le voile sur la responsabilité de l'archevêché de Lyon qui n'a peut-être pas pris les mesures à la hauteur de la gravité des actes commis», selon son site internet. À Lourdes durant l'assemblée de printemps des évêques de France, le cardinal Barbarin avait exclu de démissionner face à des pressions politiques, en assurant n'avoir «jamais, jamais, jamais» couvert le moindre acte de pédophilie. Victime d'un «lynchage médiatique» selon ses défenseurs, il a ensuite demandé «personnellement pardon» aux victimes lors d'une messe de la Semaine Sainte. Le dossier est très sensible au sein de la hiérarchie catholique qui affiche pour l'heure son soutien à l'archevêque de Lyon, à l'instar de son homologue de Paris, Mgr André Vingt-Trois, qui a affirmé dans la presse, lors de la fête de Pâques, qu'il n'y avait «pas de raison qu'il démissionne».
Le Panda

Le Panda

Élu en décembre, le président LR des Hauts-de-France a démissionné de ses fonctions de député et de maire. Un manque à gagner quasi-rattrapé grâce à un vote discret à l'agglomération. Le nouveau président les Républicains (LR) des Hauts-de-France - Nord-Pas-de-Calais Picardie, Xavier Bertrand, a discrètement fait voter une importante augmentation de ses émoluments à la communauté d'agglomération de Saint-Quentin (Aisne). Comme le relève La Voix du Nord ce jeudi, l'intéressé a «soumis au vote une délibération lui octroyant 4000 euros brut, soit 3000 net et 2400 après prélèvement à la source» dans une procédure adoptée le 26 janvier dernier. Député-maire jusqu'au début de l'année, l'ancien ministre ne percevait rien de l'agglomération car ses indemnités atteignaient déjà le plafond autorisé du fait du cumul de ses fonctions. Mais depuis qu'il a démissionné de ses mandats parlementaires et municipaux - comme il s'y était engagé lors de la campagne des régionales -, son revenu a «chuté» à 5236 euros brut. C'est cette baisse qui l'a décidé à s'augmenter. «Et je précise que je suis 5% en dessous du maximum, comme je l'ai demandé aux élus régionaux», souligne-t-il.
Le Panda

Bertrand aurait pu attendre 2017 avant de démissionner Face à la polémique suscitée par le sujet, Xavier Bertrand a tenu à clarifier sa situation. Dans un tweet posté jeudi en fin de journée, il a apporté des éléments qu'il juge «indispensables». L'infographie jointe à son message présente ainsi un comparatif détaillé de ses indemnités avant et après son élection dans le Nord: au lieu des 7238,19 euros d'indemnités et 5108 euros d'IRFM qu'il touchait précédemment, l'élu perçoit aujourd'hui 6725,18 euros. «Il a plus d'admnistrés mais il gagne moins!», fait valoir son entourage.
Le Panda

«(S'il était) resté député, (sa) situation aurait été plus confortable car (il percevrait) les mêmes indemnités, mais l'indemnité représentative de frais de mandat en plus. Ça permet de s'habiller, de payer les repas, une tournée sur une foire, d'envoyer un bouquet pour un mariage...», explique son premier vice-président, Gérald Darmanin. En effet, Xavier Bertrand aurait pu attendre 2017 avant de tomber sur le coup de la loi sur le non-cumul des mandats: s'il avait fait ce choix, il aurait continué à toucher les 5770 euros brut mensuels de l'IRFM. L'information avait échappé aux élus locaux eux-mêmes: il aura fallu attendre que les vice-présidents, qui se partageaient cette enveloppe jusqu'à présent, s'en apercoivent a posteriori et le fassent remonter au Courrier Picard. Autre ville mais même démarche: Gérald Darmanin, a lui aussi renoncé à son mandat de député pour se consacrer à ses fonctions exécutives locales. Ainsi le maire de Tourcoing s'est fait voter 3783 euros mensuels au conseil municipal, où il ne touchait rien jusqu'à présent.
Le Panda

Une arme cachée dans un sac à dos a passé sans encombre les contrôles de sécurité du premier centre commercial de France et de grands magasins parisiens. Les détecteurs de métaux seraient réglés a minima pour éviter des alarmes intempestives…Extrait du magazine "Envoyé spécial" du 31 mars.
Le Panda

Pour "Envoyé spécial", un journaliste a testé le niveau des contrôles de sécurité à La Défense, dans le premier centre commercial de France avec 46 millions de visiteurs. Dans son sac à dos, une arme de poing cachée sous quelques feuilles de papier… Au premier contrôle, l'agent de sécurité ne voit pas l'arme dans le sac et son détecteur de métaux ne réagit pas. A une autre entrée, le journaliste testeur passe sans le moindre problème. Lors d'un troisième contrôle, le pistolet n'est toujours pas découvert malgré le détecteur de métaux.
Le Panda

?"Il y a beaucoup d'affichage, mais personne n'est dupe" Le test est alors élargi à des grands magasins parisiens. Dans l'un d'entre eux, l'arme cachée entre sans encombre, bien que le détecteur de métaux ait été utilisé. Dans une enseigne voisine, l'agent qui ouvre le sac à dos ne découvre rien non plus. Le contrôle est plus poussé dans un troisième magasin, mais le détecteur de métaux ne signale toujours rien. "Ces détecteurs ont été réglés avec une sensibilité la plus minime qui soit, de manière à éviter des déclenchements permanents", analyse Daniel Rémy, ancien patron d'une société de sécurité et spécialiste de la prévention des risques. Nous avons tous un portable ou des clés sur nous. Il y a beaucoup d'affichage, mais personne n'est dupe… et les terroristes pas davantage…"

haut de la page

ADIEU BONJOUR

Le Panda 2016-03-21 09:30:44

DEPUIS TOUJOURS ILS SONT LES MEILLEURSLe sens de langue de France se transforme en SMS, il va arriver un moment ou les loups finiront par valser entre eux, puis les canaris se dévoreront enfermés qu’ils restent à l’ombre des barreaux. Nous constatons que selon que l’on possède une famille friquée comme disent les plus jeunes à partir de 10 ans du côté masculin et que les gamines jouent aux Caritas qui au gré des mamans montent parfois ailleurs que sur leurs chaussures autrement dit. L’église part plus qu’en vrille à défaut de queue de cochon, mais ne pensez pas que dans le confessionnal tout se dit, bof mais le droit de cuissage existe depuis l’époque remontant peut-être avant l’âge de pierre. Une vision un peu folle, au sens de pas mal de folies, et si tous les continents enfin leurs habitants avaient tous la même nationalité, la même langue, sans avoir la même couleur de peau, mais le même moyen de procréation, le sang qui coule de la même couleur, enfin un monde idyllique. ILS FUIENT LA MORTCela reviendrait à ne pas plus dire bonjour mais adieu à chaque passant de la rue et y compris dans l’espace lorsque les avions se croisent sans se toucher alors que la consommation n’étant pas identique, il se rentrent dedans histoire d’éliminer les frais de péages. Voilà que dans les foyers cela va encore plus brûler que de coutume ! Les sources ci-dessous émanent du Monde.fr et des clichés du Figaro merci. Le ministre des finances, Michel Sapin, et le secrétaire d’Etat chargé du budget, Christian Eckert, ont dévoilé, mercredi 16 mars, une grande partie du dispositif de la réforme du prélèvement à la source préparée par le gouvernement. Ses modalités concrètes figureront dans le projet de loi de finances rectificative qui sera présenté au Parlement en juin. ELLE AIME LUI NON PLUS DES SOUS CACHESSerpent de mer de la fiscalité, promesse de campagne de François Hollande en 2012, le prélèvement à la source consiste à retenir l’impôt directement sur le salaire du contribuable au lieu que celui-ci reçoive son salaire pleinement, déclare ses revenus et paye l’impôt ensuite. Pour le contribuable, le salaire mensuel est ainsi moins élevé mais il n’y a plus de paiement automnal – ou de mensualisation sur dix mois, comme le font déjà 60 % des contribuables. Quels sont les revenus concernés ? Selon Bercy, la quasi-totalité des contribuables et des revenus sont concernés par cette mesure. En d’autres termes : les salariés, les retraités, les demandeurs d’emploi ou bénéficiaires de revenus de remplacement, les indépendants et les propriétaires percevant des revenus fonciers. Seuls les revenus des capitaux mobiliers et les plus-values immobilières ne seront pas directement touchés par cette réforme, étant eux-mêmes déjà prélevés à la source. ce-que-l-on-sait-sur-salah-abdeslam-protagoniste-des-attentats-du-13-novembre-toujours-en-fuiteComment seront taxées les donations de parents à enfants, celle au dernier survivant du couple etc ? Chez les salariés, l’impôt sera prélevé par l’employeur, sur la base d’un taux d’imposition calculé et transmis par l’administration fiscale. Il n’y a rien à dire, mais vous savez que cela ne vous empêche nullement de faire votre déclaration d’impôts ? Il apparaîtra sur la fiche de paie dès janvier 2018, au même titre que les cotisations sociales. Même chose chez les retraités, à ce détail près que la collecte sera réalisée par la caisse de retraite. Pour les demandeurs d’emploi, celle-ci sera assurée par Pôle emploi. PAS FINIPuis pourquoi ne pas en faire autant vis-à-vis de tous les politiques ? ce sont à priori les plus grands profiteurs et siègent parfois dans les plus hautes instances de l’Etat, inutile de citer des personnages certains les croisent presque tous les jours ! Pour le salarié, ce ne sera qu’une ligne de plus sur la fiche de paie. Il n’aura aucune démarche de paiement de l’impôt à faire, jusqu’à la déclaration de ses revenus. Pour l’employeur, dont le cœur de métier n’est pas de collecter des prélèvements obligatoires, même s’il y est déjà habitué avec les cotisations sociales et la CSG, nous veillerons à ce que le système soit, aussi, le plus simple possible », a promis le ministre des finances, Michel Sapin. Les travailleurs indépendants, quant à eux, verseront un acompte mensuel ou trimestriel, calculé par l’administration sur la base des revenus de 2016, puis ajustés à l’automne en fonction des revenus 2017 déclarés au printemps. ????????????????????????????????????????????????????????? La plus grande escroquerie du siècle, puisque le RSI est imposable y compris aux retraités avec des revenus inférieurs au RSA, puis si ces derniers ne payent pas on bloque leur compte bancaire, il est évident que nous ne parlons pas dans le vide, les preuves nous les avons et cela perdure ! En cas de crainte d’une forte baisse de revenu en 2018, ils pourront le signaler afin que soit modulé l’impôt sur la base d’une nouvelle estimation. Ce mécanisme d’acomptes sera également appliqué aux revenus fonciers. Comment sera appliqué le taux d’imposition ? Calculé par l’administration fiscale, le taux d’imposition s’appliquera chaque mois au revenu perçu. Si le revenu diminue, le montant du prélèvement diminuera ; s’il augmente, il augmentera dans la même proportion. Le contribuable pourra également demander en cours d’année une mise à jour de son taux d’imposition en cas de variation importante des revenus de son foyer ou d’un changement de situation. Les plages modernesL’employeur ne sera informé ni de la situation familiale ni des autres revenus perçus par le salarié, a assuré M. Eckert mercredi. C’est l’administration fiscale qui restera l’unique destinataire des informations fiscales et l’unique interlocuteur des contribuables. C’est dans sa déclaration annuelle de revenus, faite au printemps, que le contribuable fera figurer ces éléments. Qu’advient-il du quotient familial ? L’impôt continuera à être calculé au niveau du foyer fiscal », a insisté Michel Sapin. La familiarisation et la conjugalisassions de l’impôt, malgré la retenue à la source, seront ainsi conservées. Pour prendre en compte les éventuelles disparités de revenus au sein du couple, les conjoints pourront toutefois opter pour deux taux d’imposition différents. Il ne s’agit pas d’une individualisation de l’impôt, mais d’une simple répartition différente du paiement de l’impôt, fait valoir Bercy. Cela n’aura pas d’incidence sur le montant dû. Sera-t-il toujours possible de bénéficier de crédits d’impôt ? Le passage au prélèvement à la source n’empêchera pas les contribuables de continuer à bénéficier de réductions ou de crédits d’impôt, par exemple lorsqu’ils investissent dans la rénovation de leur logement pour faire des économies d’énergie ou lorsqu’ils effectuent un don à des organismes caritatifs. Toutes ces incitations seront conservées avec la réforme », a promis M. Sapin. Le ministre a ajouté que l’impôt sur le revenu servait aussi à aider les contribuables dans des situations spécifiques. LE VENT ARRIVE A NOUVEAUQuel est le calendrier de mise en œuvre de la réforme ? La réforme du prélèvement à la source doit être adoptée au plus tard fin 2016. Alors qu’aujourd’hui l’impôt sur le revenu est prélevé avec un an de décalage, il sera désormais perçu en temps réel. Ce qui permettra d’ajuster le montant de l’impôt en fonction de l’évolution de la situation du contribuable. En 2017, par conséquent, les contribuables paieront leur impôt sur les revenus de 2016 et, en 2018, ils s’en acquitteront chaque mois sur leurs revenus de 2018. Le budget de l’Etat continuera donc à percevoir l’impôt sur le revenu en 2017 et 2018 de manière ininterrompue. Il n’y aura ni année blanche ni année double, souligne M. Sapin. La Gréce a l'assautPuis le constat qui s’impose presque est que M. Sapin ne voulait siéger à Bercy ! Il faut pas perdre de vue ce qui s’est passé la décade écoulée et pendant ce temps nous n’entendons pas M Macron, il se prépare une potion magique ? Nous ne pouvons passer sous silence l’arrêt en Belgique de l’homme le plus recherché en Europe, nous pensons aux victimes de tous ordres de ces terroristes ou présumés comme tels ! De plus ce Monsieur fait des formes il ne veut pas extradé via la France il craint pour sa vie? Mais il est indéniable que rester plus de 4 mois en flagrante cavale figurative puisque ce dernier se trouvait dans son propre domicile, en Belgique, qui est coupables ou fautifs, la majorité se pose masse de questions alors que deux de ses complices sont encore toujours en fuite, mais où? En l'instant personne n'a de réponse. Nous sommes dans un monde qui marche plus qu'à l'envers, mais les premiers en ligne sont les forces de l'ordre!

Des dérogations à la loi possibles

« La Belgique encore ridicule », titraient, jeudi matin, les quotidiens de Sud Presse, évoquant « le devoir politique et moral » du premier ministre Charles Michel, contraint, selon l’éditorialiste, de fournir rapidement des informations au Parlement et de congédier son ministre de la justice. « La vraie information, c’est que la police a peut-être laissé filer Abdeslam une deuxième fois », écrivait Le Soir. Une allusion à la déclaration d’un autre ministre, Jan Jambon, dans le même reportage de VTM. Selon le responsable de la sécurité et de l’intérieur, il s’en est fallu d’« un quart d’heure » au soir du 13 novembre pour que la gendarmerie française arrête Abdeslam, à son retour de Paris : les autorités belges n’ont signalé le terroriste que 15 minutes après le dernier contrôle du suspect en France. ?????????????????????????????????????????????????????????

Or, rappellent certaines sources, Salah Abdeslam devait en principe figurer dans une liste de 80 personnes fichées depuis le mois de juin. La polémique sera alimentée par d’autres éléments. Divers juristes confirment, en effet, que des dérogations à la loi sur les perquisitions existent, en cas de menaces graves pour les personnes notamment. La seule présence d’un juge d’instruction sur place aurait permis un assaut policier. Autre motif d’étonnement : l’intervention n’a pas eu lieu à 5 heures du matin, mais à 10 heures. Les policiers craignaient pour la sécurité des autres habitants, dans ce quartier qui compte notamment plusieurs écoles. Ils redoutaient une éventuelle riposte armée d’Abdeslam. La ceinture d’explosifs qu’il portait à Paris n’avait pas encore été retrouvée elle l’a été le 23 novembre à Montrouge.
IL FAUT OSERA ne pas en douter il y aura bien des questions qui n'obtiendront aucune réponse mais pourquoi? Nous verrons et constaterons ce qui va se passer cette semaine, comme l’usurpation ou considérée comme telle la position de la Turquie vis-à-vis des migrants, il va de même pour le restockage de la déchéance de nationalité, nous sommes dans une faune de folies plus grandes les unes que les autres. Les actualités que l’on veut bien nous livrer, même si nous ne les acceptons pas nous les avalons en disant adieu au bonjour. Le Panda Patrick Juan      

Commentaires

Le Panda

Il est né le 18 mai 1991. L'un des complices, toujours en fuite, de Salah Abdeslam a été identifié, annonce le parquet fédéral belge lundi 21 mars. Il s'agit de Najim Laachraoui, connu sous le faux nom de Soufiane Kayal. Il avait été contrôlé en septembre 2015 à la frontière austro-hongroise en compagnie de Salah Abdeslam et de "Samir Bouzid", Mohamed Belkaïd de son vrai nom, un autre complice tué mardi lors d'une opération policière à Forest, près de Bruxelles.
Le Panda

François Hollande reçoit les victimes. Après avoir décliné en raison d'un "emploi du temps très chargé", François Hollande a finalement accepté de rencontrer les familles de victimes des attentats du 13 novembre. Le président rencontrera les représentants de plusieurs associations lundi à l'Elysée, à partir de 15h30. Il rencontrera notamment l'association 13 novembre : fraternité et vérité, l'Institut national d'aide aux victimes et de médiation et l'association Life for Paris, en présence de Jean-Jacques Urvoas, garde des Sceaux, et de Juliette Meadel, secrétaire d'Etat chargée de l'Aide aux victimes. ? Salah Abdeslam refuse son extradition. Le Français, incarcéré dans la prison de haute sécurité de Bruges (Belgique), "refusera son extradition vers la France", a prévenu son avocat. Mais ce refus ne bloquera pas son transfèrement, puisque la décision d'autoriser la remise du détenu interviendra au maximum "dans un délai de 60 jours à compter de son arrestation", ou de 90 jours en cas de recours, a soutenu samedi le ministère français de la Justice. ? Il était prêt à "refaire quelque chose depuis Bruxelles". C'est ce qu'a affirmé, dimanche, le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders. "Nous avons trouvé beaucoup d'armes, des armes lourdes au cours des premières investigations, et nous avons trouvé un nouveau réseau autour de lui à Bruxelles", a-t-il expliqué.
Le Panda

Liaison téléphonique le soir du 13 novembre Un appel à témoins va être lancé pour retrouver ce fugitif avec sa véritable identité. Parmi les complices de Salah Abdeslam recherchés, figure également Mohamed Abrini, petit délinquant radicalisé de Molenbeek. Le 12 novembre, il a été repéré en Belgique dans une station-service près de la frontière française dans une des voitures du convoi qui emmène les assaillants à Paris. Les enquêteurs soupçonnent Samir Bouzid et Najim Laachraoui d'avoir été en liaison téléphonique avec certains membres du commando le soir du 13 novembre. Il y a une "forte probabilité" pour que Samir Bouzid ait été le destinataire du SMS : "On est parti, on commence", envoyé à 21h42 par un des kamikazes du Bataclan à un téléphone localisé en Belgique. Un autre numéro belge, qui a appelé ce soir-là Abdelhamid Abaaoud, a émis au même endroit, à Bruxelles.
Le Panda

Bruges, ses canaux, ses peintres, ses touristes, son image de Venise du Nord... Et, moins poétique, sa prison de haute sécurité, qualifiée de "Guantanamo belge" par un détenu qui s'en était échappé en 2009. Suspect-clé dans les attentats du 13 novembre à Paris, Salah Abdeslam, arrêté vendredi après quatre mois de traque, y est détenu depuis samedi 19 mars. Que sait-on de ce bâtiment ultra-sécurisé ?
Le Panda

?Elle est située à 100km de Bruxelles Après son arrestation, Salah Abdeslam a été transféré à la prison de Bruges, ville touristique située à l'ouest de la Belgique, non loin d'Ostende et de la mer du Nord. La cité est distante de 100 km de la capitale belge, Bruxelles. Elle peut accueillir 600 détenus Installé en périphérie de la ville, à quelques centaines de mètres de l'ancienne prison, le centre pénitentiaire est un complexe en briques claires, construit en 1991, et entouré de douves et de grillages. "Etendu sur 20 hectares, doté de 90 caméras et de 1.200 interphones, c’est le plus vaste et le plus moderne de Belgique", détaille L'Obs.
Le Panda

Construite en forme de croix, la prison peut héberger 504 hommes et 94 femmes, les mères peuvent garder leur enfant avec elles jusqu'à ce qu'il ait atteint l'âge de trois ans. Elle accueille à la fois des prévenus et des condamnés. Il n'y a pas de barreaux aux fenêtres, mais des vitres blindées. ?Elle abrite un quartier de haute sécurité au sous-sol Elle accueille une aile, construite en 2008, réservée aux détenus les plus dangereux. Le journaliste de France 3 Marc Dana décrit ces conditions de détention particulières : "C'est un quartier sous haute-surveillance, un quartier spécial. Avec des cellules à porte double, gardiens spécialement formés...", détaille-t-il. Le mobilier est fixé au sol et les télévisions sont placées derrières des plaques de plexiglas. Les gardiens sont spécialement formés.
Le Panda

L'Observatoire international des prisons a livré à France Info des détails supplémentaires sur les conditions de détention de Salah Abdeslam. Il se trouve dans un bloc sécurisé au sous-sol qui abrite onze cellules, "très austères, toutes individuelles". Salah Abdeslam ne peut pas disposer d'effets personnels : "Il ne peut pas avoir de brosse à dent, de briquet, absolument rien. Après utilisation, tout doit être remis au personnel pénitentiaire." Il va pouvoir sortir de sa cellule "uniquement dans un mini-préau très petit et grillagé au plafond", poursuit France Info. Les membres de sa famille "devront attendre plusieurs semaines avant de pouvoir venir le voir. Pour prévenir les risques de suicide ou d'évasion, les gardiens vérifient tous les quarts d'heure, y compris la nuit, par un œilleton, que tout va bien". Salah Abdeslam, comme d'autres détenus, est placé à l'isolement total. Une mesure condamnée par Amnesty International lorsqu'elle se prolonge sur une longue période, comme cela a été le cas dans la prison américaine de Guantanamo.
Le Panda

Mehdi Nemmouche y est détenu La prison de Bruges héberge également depuis juillet 2014 Mehdi Nemmouche, l'auteur présumé de la tuerie du musée juif de Bruxelles (qui avait fait quatre morts). Les deux hommes qui ont exfiltré Salah Abdeslam de Paris vers Bruxelles au lendemain des attentats de Paris, y sont également incarcérés. ?Certains ont tenté de s'en évader Quoiqu'ultra-sécurisée, la prison de Bruges a été le théâtre d'une spectaculaire évasion en juillet 2009. Un hélicoptère est venu chercher trois détenus au passé criminel chargé, dont l'un, Ashraf Sekkaki, un "authentique psychopathe", selon les psychiatres, était considéré alors comme l'un des criminels les plus dangereux de Belgique. Un an avant sa fuite par les airs, il s'était rendu célèbre en dénonçant les quartiers de haute sécurité de la prison de Bruges, qu'il avait qualifiée de "Guantanamo belge". Les trois fuyards avaient été arrêtés quelques semaines plus tard au Maroc.
Le Panda

Salah Abdeslam, son frère, Brahim, Abdelhamid Abaaoud, Medhi Nemmouche… Ils sont de nombreux hommes radicalisés à avoir grandi ou seulement vécu dans la commune belge de Molenbeek. Mais pourquoi cette commune recueille-t-elle autant de jihadistes ? Claude Moniquet, spécialiste du renseignement, tente de décrypter le phénomène devant la caméra de France 2. La délinquance en commun "Vous avez deux réseaux : l'un de l'État islamique qui infiltre des terroristes et met tous ses moyens à disposition pour qu'ils puissent préparer et commettre des attentats et une fois les attentats commis, vous avez un réseau amical, familial, au sens crapuleux du terme, de gens qui vont aider à la cavale." Tous les proches de Salah Abdeslam qui ont grandi à Molenbeek ont un point commun : la délinquance avant la radicalisation.
Le Panda

Il travaillait pour la brigade anti-drogue de Marseille. Ce commandant de police arrêté vendredi alors qu'il allait revendre plusieurs kilos de drogue à des dealers, était même l'auteur de plusieurs coups de filet contre des trafiquants dans les cités de la ville, comme celle de la Castellane. Perturbé depuis quelque temps "C'était un des éléments phares de la brigade et aujourd'hui c'est un peu la stupeur dans ce service de savoir que ce collègue a franchi la ligne jaune. (...) On ne comprend pas aujourd'hui ce qui passe", commente Yves Robert, syndicaliste représentant des cadres de la sécurité intérieure. Le policier incriminé semblait perturbé ces derniers temps, selon ses collègues. Il est entendu par la police des polices et sa garde à vue a été prolongée dimanche 20 mars et pourrait durer jusqu'à mardi.
Le Panda

Invité de Jean-Jacques Bourdin pour y présenter ses deux nouveaux livres, à paraître dans les prochains jours, Michel Onfray est revenu sur sa vision des médias, de l'Islam, et de l'école. Le philosophe normand était ce lundi matin l'invité de Jean-Jacques Bourdin sur RMC, à l'occasion de la sortie de deux nouveaux livres: Penser l'islam, chez Grasset, et Le miroir aux alouettes, chez Plon. Morceaux choisis d'exaspérations.
Le Panda

Sur les médias et la télévision Interrogé sur la façon dont il est régulièrement attaqué dans les médias et sur les réseaux sociaux, le philosophe a expliqué que, selon lui, la presse, financée par des aides de l'Etat, "défend l'idéologie de l'Etat, c'est donc normal qu'elle ne soutienne pas les penseurs libres, comme moi". Au passage, il a adressé une petite pique au magazine L'Express et sa Une du 2 mars intitulée "Faut-il brûler Michel Onfray?" commentant: "Christophe Barbier s'est battu pour avoir les bonnes feuilles de mon livre, et comme il ne les a pas eues, il s'est vengé." Michel Onfray a également redit son refus de participer à certaines émissions de télévision pourtant très regardées, comme celles de Laurent Ruquier ou Thierry Ardisson, des émissions dans lesquelles "on se retrouve coincé entre un chauffeur routier transsexuel et un footballeur qui n'a pas écrit son livre". "On bourre le mou du peuple avec des émissions débiles et des journaux qui mentent (...). Le temps médiatique est le temps de l'instant, on n'a pas le temps de développer ses idées, mais on ne peut pas voir le monde entre bons et mauvais, c'est le contraire de la pensée" a ajouté l'auteur de la Politique du rebelle, qui a confirmé qu'il s'apprête à lancer sa propre web TV.
Le Panda

Sur l'islam et le terrorisme "4 millions de musulmans sont morts dans le monde à cause de la politique de Georges Bush" a attaqué Onfray. Il affirme que, pour comprendre le terrorisme aujourd'hui, "il faut regarder ce qu'on a fait depuis 1991. Et notamment la décision de la gauche de se rallier aux Américains contre l'Irak". "Nous ne sommes pas à la hauteur, a encore affirmé l'auteur du Traité d'athéologie, ce que nous faisons avec l'Islam depuis longtemps n'est pas indifférent à ce qui se passe aujourd'hui". Pour Michel Onfray, la loi de séparation des églises et de l'Etat de 1905 n'est pas adaptée à la France de 2016, et elle ne doit pas empêcher, "sous couvert d'idéologie" de réfléchir à la meilleure façon de rendre l'Islam "compatible" avec les valeurs de la République. Pour y parvenir, le philosophe recommande de former les Imams, de financer des lieux de prière musulmans et d'assurer leur sécurité: "Il y a un contrat social à établir, pour montrer (aux musulmans) que la République est désirable", appelant ces derniers à condamner celles des sourates qui appellent à a violence.
Le Panda

Sur l'école et le savoir "On vous reproche parfois d'appartenir au vieux monde" a piqué Jean-Jacques Bourdin à la fin de l'entretien. "Tant mieux ! a retoqué Onfray, tant mieux, si le vieux monde est celui de la politesse et du Lire-Ecrire-Compter", affirmant qu'il ne se retrouve pas "dans un monde où la ministre de l'Education nationale va mettre des machines à lire dans les écoles". Une allusion à l'annonce de la ministre de l'Education nationale courant février concernant la généralisation de l'usage de tablettes numériques dans les écoles pour améliorer la compréhension de l'écrit.
Le Panda

Le philosophe, particulièrement en verve, n'a pas oublié d'égratigner François Hollande, un président "complètement démuni" dans sa lutte contre le terrorisme, fustigeant le principe de la déchéance de nationalité: "ça, c'est ce qu'on fait quand on n'a rien à faire et qu'on ne sait pas quoi faire, (...), vous pensez bien que ces gens n'ont rien à faire du fait de ne plus être français et de devenir apatride". Michel Onfray a enfin annoncé sa décision de ne plus voter: "ça ne sert à rien, puisqu'on peut changer de président, mais pas de politique".
Le Panda

Nouvelle passe d'armes entre Anne Hidalgo et le Front National. Dix jours après avoir été condamnée pour diffamation envers le FN, condamnation dont elle a fait appel, la maire de Paris s'est de nouveau montrée véhémente contre le parti de Marine le Pen. Invitée ce lundi matin à réagir aux propos de Marion Maréchal Le Pen sur le 13 novembre, l'édile socialiste en a égratigné « la stupidité et la bêtise ». Dimanche soir, lors de l'émision BFM Politique avec le Parisien-Aujourd'hui en France, Marion Maréchal Le Pen a été très critique contre le gouvernement français, deux jours après l'arrestation dans la banlieue bruxelloise de Salah Abdeslam, seul membre vivant, en l'état des connaissances actuelles, des commandos ayant perpétré les attentats de Paris et Saint-Denis. « Le Front national au pouvoir, il n'y aurait probablement pas eu de 13 novembre », a osé affirmer la députée du Vaucluse.
Le Panda

« C'est de la stupidité, c'est de la bêtise », s'est emportée Anne Hidalgo sur France Info. « Comment peut-on donner deux heures de parole à une personne qui a une pensée aussi dramatiquement tragique, aussi anti-républicaine ? » a interrogé la maire de Paris, dont la ville, en 2015, aura connu les attentats de Janvier et de Novembre, conduisant de nombreux Parisiens à changer leur mode de vie. « On lui a donné la parole, on a vu le degré de stupidité, j'espère que ça servira de leçon », a-t-elle conclu. Et Anne Hidalgo a continué sur Twitter.
Le Panda

Nouvelle attaque à Bamako (Mali). Des hommes armés attaquent lundi 21 mars un bâtiment de la mission de formation militaire de l'UE, indiquent des journalistes de l'AFP et des témoins. Un attentat avait déjà frappé un hôtel de la capitale malienne, le Radisson Blue, en novembre 2015.
Le Panda

Deux détonateurs ont été découverts dans l'appartement de Forest, près de Bruxelles, où une fusillade avait éclaté après une perquisition. Salah Abdeslam y aurait séjourné durant sa cavale. Salah Abdeslam et ses complices projetaient-ils un nouvel attentat? Deux détonateurs ont été retrouvés dans l'appartement perquisitionné mardi dernier rue du Dries à Forest (près de Bruxelles), indique ce lundi le parquet fédéral belge à L'Express, confirmant une information de la RTBF. Toutefois, "aucune substance de nature explosive n'a été relevée au cours des investigations", précise Eric Van Der Sypt, porte-parole du parquet.
Le Panda

Ce logement aurait servi de planque au fugitif belge de 26 ans durant sa cavale. Des empreintes digitales du djihadiste de Molenbeek ont été relevées sur un verre, sans que l'on puisse déterminer combien de temps et quand il y a séjourné. Une fusillade avait éclaté au moment où les policiers se sont présentés à la porte. Salah Abdeslam est suspecté d'avoir pris la fuite durant l'opération avec un complice, visiblement l'individu qui utilise l'identité d'emprûnt d'Amine Choukri tandis qu'un troisième a été tué. Les deux hommes seront arrêtés trois jours plus tard à Molenbeek.
Le Panda

"Toutes les hypothèses sont possibles" Cette découverte de détonateurs laisse penser qu'une attaque était en préparation. "Toutes les hypothèses sont possibles. Mais deux kalachnikovs ont également été retrouvées, l'une à côté du corps de Belkaïd (l'homme tué lors de la perquisition, NDLR), l'autre plus loin, abandonnée près d'une maison", rappelle le magistrat belge. Dimanche, un ministre belge a assuré que Salah Abdeslam "était prêt à refaire quelque chose à Bruxelles". Le procureur fédéral belge a nuancé ces propos, indiquant qu'il n'était "pas clair si Abdeslam planifiait de nouveaux attentats. "Il est évident qu'ils n'étaient pas ici pour un pique-nique", a toutefois observé Frédéric Van Leeuw.
Le Panda

Un drapeau de l'EI et un livre sur le salafisme A l'origine, les enquêteurs étaient venus à Forest pour une perquisition de "routine" sans se douter qu'ils retrouveraient des traces du logisticien présumé des attentats de Paris. Outre une arme et des détonateurs, les enquêteurs ont également mis la main sur un drapeau de l'organisation Etat islamique (EI) et sur un livre sur le salafisme.
Le Panda

Agé de quarante-trois ans, l'avocat choisi par Salah Abdeslam, Sven Mary, a l'habitude de défendre des cas difficiles. Pour l'instant, il joue la carte de la fierté belge offensée par les demandes françaises. Il s'était porté volontaire, et il a été retenu. Mais avait-il seulement des concurrents? En décembre dernier dans le journal belge Le Soir, l'avocat Sven Mary se disait "écoeuré" par "l'arbitraire et l'abus de pouvoir" déployés par la Belgique dans la traque de Salah Abdeslam, l'homme-clé des attentats de Paris. Contacté par des proches après l'arrestation de ce dernier à Moleenbeck, comme il l'a raconté à L'Express, il est désormais son défenseur
Le Panda

"Je ne suis pas trop aimé, je m'en contrefous" Ce quadragénaire flamand aux yeux bleus et au crâne rasé, parfaitement francophone, est "l'un des dix meilleurs avocats pénalistes" de Bruxelles, selon le quotidien La Capitale. A la tête du cabinet Buisseret & Mary avec son épouse, il a déjà défendu le chef du groupuscule salafiste Sharia4Belgium Fouad Belkacem, Marc Lelièvre, un complice de Marc Dutroux, et plusieurs figures du grand banditisme belge. Il y a gagné un surnom, "l'avocat des crapules". A la question "Etes-vous l'avocat des crapules?" que lui pose Le Soir en 2012, il répond: "Je ne suis pas trop aimé, je m'en contrefous : ce n'est pas mon rôle." Mais il assure aussi qu'il ne pourrait pas défendre un client qui nie l'existence des camps de concentration.
Le Panda

Ce père de famille assume son nouveau client. "J'ai choisi mon métier et ma spécialité et j'assume. Les attentats parisiens m'ont révulsé et j'ai des idées personnelles au sujet du djihadisme qu'on ne m'enlèvera pas de la tête. Mais mon mandat est de défendre les personnes qui me demandent de le faire", explique Sven Mary à La Libre Belgique. Mais il s'inquiète pour ses proches: "Il faut absolument que les gens fassent la part des choses. Je leur demande ne pas faire d'amalgame. Je ne le demande pas pour moi mais pour mon entourage, ma femme et mes enfants, qui n'ont pas à souffrir de mes activités. Il faut que cela cesse." Ses deux petites filles ont déjà été menacées après certaines de ses victoires juridiques.
Le Panda

"Tout avocat, s'il a un peu de fierté, est procédurier" Pas question de défendre de djihadisme, par question non plus de couvrir des mensonges. Pour L'Express Sven Mary a posé une condition: que Salah Abdelslam ne nie pas sa présence à Paris le 13 novembre. Une ligne que le Français d'origine marocaine de 26 ans a suivie lors de son premier interrogatoire. Mais face à la justice française, l'avocat se montre à la hauteur de sa réputation d'intraitable procédurier. "J'aime le droit. Les règles de procédures sont capitales. Tout avocat, s'il a un peu de fierté, est par définition procédurier", a-t-il assuré au quotidien De Standaard. Me Mary s'oppose donc à la remise de Salah Abdeslam à la France et a annoncé qu'il allait porter plainte pour violation du secret de l'instruction contre le procureur de Paris, François Molins.
Le Panda

"A un moment, il faut arrêter de s'agenouiller, de vivre sur ce sentiment de culpabilité qu'on semble avoir en Belgique, vis-à-vis de la France, depuis les attentats. On a l'impression qu'il suffit qu'elle claque des doigts... Il faut d'abord balayer sur son propre trottoir avant d'aller sur celui d'un autre", a-t-il lancé dans une interview au quotidien La Dernière Heure. En faisant vibrer la corde de la fierté belge, il est sûr de faire franchir les frontières à sa réputation. Sur les traces de son père, Tony Mary, ancien patron d'IBM et de Belgacom dont le prestige l'a longtemps écrasé.
Le Panda

Alors qu'Apple refuse depuis des semaines d'aider le FBI à décrypter l'iPhone de l'un des auteurs de la tuerie de San Bernardino, le FBI vient d'annoncer qu'il tenait peut-être la solution. La fin d'un bras de fer? Le gouvernement américain pourrait ne plus avoir besoin des services d'Apple pour récupérer les données de l'iPhone de l'un des terroristes de l'attaque de San Bernardino survenue le 2 décembre 2015. Il a annoncé ce lundi être sur la piste d'une solution alternative. Si elle s'avère efficace, cela mettrait fin à la bataille juridique engagée depuis des semaines avec la marque à la pomme. Une audience clé qui devait avoir lieu mardi a finalement été levée sur la demande des autorités fédérales. Les enquêteurs vont ainsi pouvoir tester "la viabilité" de leur "méthode". Ils se sont engagés à remettre à la juge Sheri Pym d'ici le 5 avril, un rapport d'évaluation.
Le Panda

Les autorités optimistes Dans un communiqué, le ministre de la justice a indiqué qu'il avait poursuivi ses efforts pour accéder à l'iPhone sans l'aide d'Apple depuis de le début de la procédure engagée contre la firme de Cupertino. Les recherches ont abouti dimanche avec la "présentation de la part de tierces parties d'une méthode possible pour débloquer le téléphone", indique le communiqué. Le gouvernement veut s'assurer que sa solution "ne détruit pas les données du téléphone", mais reste "raisonnablement optimiste". Les enquêteurs et les familles des victimes réclament de pouvoir accéder aux données du téléphone, potentiellement cruciales pour déterminer comment a été organisé l'attentat et si les deux terroristes ont bénéficié d'aide extérieure.
Le Panda

"Nous avons l'obligation d'aider à la protection de vos données" Apple de son côté campe sur ses positions. Permettre d'accéder aux données du téléphone de Syed Farook créerait un dangereux précédent qui pourrait justifier que les autorités demandent à l'avenir l'accès aux données personnelles de nombreux citoyens pour diverses raisons. A l'occasion de la keynote d'Apple qui s'est tenue lundi, Tim Cook a justifié la position de la marque. "Nous devons décider en tant que nation quel pouvoir devrait avoir le gouvernement sur nos données et notre vie privée", a-t-il déclaré. "Nous pensons fermement que nous avons l'obligation d'aider à la protection de vos données et votre vie privée", a-t-il ajouté. Le 2 décembre 2015, Syed Farook et sa femme Tashfeen Malik ont ouvert le feu dans un centre social à San Bernardino, dans l'Etat de Californie. 14 personnes ont été tuées dans la fusillade.
Le Panda

Un peu plus d'une heure après les explosions survenues à l'aéroport de Zaventem à Bruxelles ce matin, au moins une explosion aurait eu lieu dans une station de métro bruxelloise. Un journaliste de la RTBF indique qu'une ou plusieurs stations de métro à proximité des institutions européennes auraient été ciblée.
Le Panda

Le Panda

Tôt mardi matin, deux déflagrations ont eu lieu à l'aéroport de Zaventem à Bruxelles, en Belgique. L'aéroport a été évacué et tous les vols sont suspendus. Quelques minutes plus tard, le métro bruxellois était aussi visé. Il y aurait plusieurs morts et blessés.
Le Panda

Images de la station de métro Schuman juste après l'explosion Les passagers du métro bruxellois sont en ce moment même évacués de la station Schuman par les secours. L'explosion a fait de nombreux blessés. Des blessés transférés à la clinique Saint-Luc de Bruxelles La RTBF et plusieurs journalistes belges indiquent que les accès de la clinique Saint-Luc sont fermés par la police pour laisser la priorité à l'arrivée des blessés.
Le Panda

Le point à 10 heures sur les différentes explosions à Bruxelles o Deux explosions se sont produites mardi matin dans le hall des départs de l'aéroport de Bruxelles-Zaventem faisant au moins une dizaine de morts et plusieurs blessés, selon un bilan provisoire, rapporte l'agence de presse belge Belga. L'origine des explosions demeure indéterminée pour l'instant mais des coups de feu et des cris prononcés en arabe ont été entendus avant les deux explosions, précise l'agence Belga. o Toutes les liaisons aériennes ont été suspendues et l'aéroport a été évacué, précisent les services aéroportuaires sur Twitter. Les liaisons ferroviaires à destination de l'aéroport de Zaventem ont été suspendues, ajoute la presse locale. Les images diffusées par la télévision belge montrent d'importants dégâts o Une explosion est également survenue peu après 8h00 dans une station de métro du quartier européen à Bruxelles. De la fumée noire s'échappait de l'entrée de la station Maalbeek située rue de la Loi, non loin des institutions européennes. o Toutes les stations du métro de Bruxelles ont été fermées mardi matin, a annoncé l'exploitant des transports en commun bruxellois. "Fermeture du métro #STIB" a écrit dans un tweet la Société des transports intercommunaux de Bruxelles (Stib). o Le niveau d'alerte antiterroriste est passé à son niveau maximal, pour l'ensemble de la Belgique, a annoncé un porte-parole du ministre de l'Intérieur Jan Jambon. Ce niveau d'alerte, qui était jusque-là au niveau trois, est passé au niveau 4, son niveau maximal, pour l'ensemble du pays, a indiqué ce porte-parole cité par l'agence Belga.
Le Panda

Bruno Leroux accuse la droite française Une heure seulement après l'attaque de l'aéroport bruxellois, le président du groupe PS à l'Assemblée Bruno Le Roux a accusé la droite française d' «irresponsabilité», pour bloquer la réforme constitutionnelle au Sénat. «Attentats terroristes et protection de notre pays, la droite sénatoriale qui bloque la révision constitutionnelle est irresponsable», a tweeté le député de la Seine-Saint-Denis.
Le Panda

Valls, Cazeneuve, Le Drian se réunissent à l'Elysée Après les explosions dans le métro bruxellois et l'aéroport de Zaventem, le premier ministre, Manuel Valls, le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, et le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian,vont se réunir vers 10h à l'Elysée avec le président de la République. Mesures de sécurité renforcées à l'aéroport parisien de Roissy Des sources aéroportuaires ont annoncé mardi matin que les mesures de sécurité ont été renforcées à l'aéroport parisien de Roissy, après deux explosions dans l'aéroport belge de Zaventem. L'aéroport de Francfort, en Allemagne, a également revu à la hausse son dispositif de sécurité.
Le Panda

Le Panda

Le Panda

Le bilan provisoire serait de 10 morts et 30 blessés Selon la RTBF qui cite des sources hospitalières, le bilan provisoire des explosions à l'aéroport de Bruxelles s'élèverait désormais à dix morts et 30 blessés. Nouvelle explosion dans le métro bruxellois Au moins une autre explosion aurait eu lieu dans une station de métro bruxelloise. Un journaliste de la RTBF indique que une ou plusieurs stations de métro à proximité des institutions européennes auraient été ciblées. La station Maelbeek se situe à 400 mètres seulement du bâtiment Berlaymont, où siège la Commission européenne.
Le Panda

Le Panda

INFOGRAPHIE- Après l'arrestation de Salah Abdeslam, le ministre de l'Intérieur évoquait une possible vengeance Si rien ne permet pour l'instant d'affirmer que les explosions sont des actes terroristes, l'incident survient dans un contexte de grande tension. Au lendemain de l'arrestation de Salah Abdeslam, unique rescapé des commandos des attentats de Paris, le ministre de l'Intérieur belge, Jan Jambon, avait indiqué que la menace terroriste était très élevée dans le pays et qu'une possible attaque vengeance n'était pas à exclure. Deux suspects étaient en fuite et recherchés activement par la police, dont Najim Laarchaoui, suspecté d'avoir fourni une aide active aux attentats du 13 novembre.
Le Panda

Le Panda

Veste kaki, t-shirt sombre et crâne rasé : sa silhouette est incontournable depuis l'arrestation de Salah Abdeslam. Sven Mary défend l'un des suspects-clé des attentats de Paris. L'avocat bruxellois a aussitôt choisi l'attaque. Il a annoncé, samedi 19 mars, le refus de son client d'être extradé vers la France. Le lendemain, celui qui est surnommé "l'avocat des crapules" a déclaré qu'il allait porter plainte contre le procureur François Molins pour "violation du secret de l'instruction" après sa conférence de presse. A quoi joue Sven Mary ? Francetv info tente de décrypter son plan.
Le Panda

?Il s'adresse à l'opinion publique Sven Mary le sait, ses déclarations sont très attendues et forcément très relayées. "Ses propos sont destinés à l'opinion publique, qui a tendance à penser que certains criminels n'ont pas à être défendus. On est ici dans une posture médiatique. Pour le moment c'est de l'agitation, de l'effet de manche", explique à francetv info Roseline Letteron, professeure de droit public à l'université de Paris-Sorbonne. Très vite, l'avocat de Salah Abdeslam a affirmé que son client refusait l'extradition. Or, l'homme soupçonné d'avoir participé aux attentats de Paris ne fait pas l'objet d'une demande d'extradition, mais d'un mandat d'arrêt européen. Ce qui signifie une procédure plus simple et plus rapide. "Les premières 48 heures après l'arrestation de Salah Abdeslam ont montré qu'il y avait une grande confusion entre l'extradition et la remise à la justice française dans le cadre d'un mandat d'arrêt. L'avocat a surfé sur ces erreurs", détaille Roseline Letteron. Une manière, là encore, d'occuper le terrain médiatique.
Le Panda

La plainte contre le procureur Molins semble également s'inscrire dans cette dynamique de communication. Pour la spécialiste du droit, "ça ne tient pas, c'est surréaliste". En effet, en droit français, le procureur n'est pas soumis au secret de l'instruction. Et dans le droit belge, "le parquet belge est lié par le secret, mais la loi autorise néanmoins le procureur à communiquer, avec l’accord du juge d’instruction et lorsque l’intérêt public l’exige, des informations à la presse à propos d’affaires en cours d’instruction", précise Roseline Letteron sur son blog Liberté, Libertés chéries.
Le Panda

?Il essaie de gagner du temps Un refus d'extradition qui n'en est pas vraiment une, une plainte qui n'a pas de chance d'aboutir… Les premières armes utilisées par Sven Mary peuvent dérouter. C'est pourtant "classique", estime Alex Usurlet, avocat pénaliste contacté par francetv info. "Le principe, c'est de gagner du temps pour que le prévenu n'arrive pas devant le juge dans l'émotion. La défense, c'est faire feu de tout bois. On voit après ce que l'on a dans les filets. Ça s'appelle 'affoler la meute'. Et après on jauge, on ajuste, on affine l'angle de tir", explique-t-il. François Molins a confirmé, lundi 21 mars, que le délai butoir pour la remise de Salah Abdeslam à la France était de trois mois. Sven Mary a donc quatre-vingt-dix jours pour esquisser les contours d'une défense et temporiser l'émotion existante. L'avocat a commencé à poser les premiers jalons dans les heures qui ont suivi l'arrestation de son client.
Le Panda

?Mais pour quelle stratégie ? Sven Mary a très vite déclaré que Salah Abdeslam collaborait avec la justice. "L'objectif est de dédiaboliser son client, pour montrer un visage plus humain que celui qu'on donne à voir aujourd'hui, juge Alex Usurlet. Dans un cas comme celui-là, il faut tenir compte de l'approche émotionnelle. C'est ce qu'il y a de plus compliqué, mais cela ne doit pas empêcher la défense d'avancer. On part du principe que tout accusé est défendable, aussi odieux soient les crimes qu'il a commis". Pour Roseline Letteron, Sven Mary semble tendre vers "une défense de la rupture". "C'est une défense militante à la Jacques Vergès. On ne s'appuie pas sur le droit tel qu'il est, mais sur le droit tel qu'on aimerait qu'il soit. C'est une forme de militantisme. On plaide sur les sentiments", précise-t-elle. La plainte contre le procureur Molins s'inscrit dans cette démarche : elle n'a aucune chance d'aboutir, mais elle interpelle. Evoquer dès maintenant une stratégie est toutefois "prématuré" pour Roseline Letteron. "Quand Salah Abdeslam sera remis aux autorités françaises d'ici deux mois, qu'est-ce qui nous dit que maître Sven Mary sera toujours son avocat ?", questionne-t-elle, avant d'ajouter : "C'est seulement à ce moment-là qu'on verra comment s'organise sa défense."
Le Panda

Au moins trois explosions ont retenti à Bruxelles, mardi 22 mars. Un peu avant 8 heures, deux explosions ont frappé l'aéroport de Bruxelles-National, à Zaventem. Elles ont fait au moins 13 morts et 35 blessés, selon le parquet fédéral. L'aéroport est fermé "jusqu'à nouvel ordre", indique sur son site internet Eurocontrol, l'organisation européenne pour la sécurité de la navigation aérienne. ? Au moins 13 morts et 35 blessés à l'aéroport. Une première explosion a été entendue dans le hall des départs, puis une deuxième déflagration a retenti, selon des médias belges qui ont ajouté que de nombreuses personnes quittaient l'aéroport en courant, abandonnant leurs bagages sur place. Ces explosions ont fait au moins 13 morts et 35 blessés, selon le parquet fédéral, et ont provoqué de gros dégâts dans le hall. Un numéro d'urgence a été mis en place pour les personnes qui auraient des proches dans les endroits concernés : 02 506 47 11.
Le Panda

http://www.francetvinfo.fr/monde/europe/menace-terroriste-en-belgique/des-explosions-ont-retenti-dans-l-aeroport-de-bruxelles-qui-a-ete-ferme-suivez-notre-direct_1370175.html#xtor=EPR-51-[des-explosions-ont-retenti-dans-l-aeroport-de-bruxelles-qui-a-ete-ferme-suivez-notre-direct_1370175]-20160322-[bouton]
Le Panda

Une explosion dans une station de métro du quartier européen à Bruxelles. Elle a été entendue par plusieurs témoins, et a touché la station Maelbeek. Le métro bruxellois est en cours de fermeture, selon une journaliste du Soir. ? Des tirs et des cris en arabe à l'aéroport, avant les explosions ? Des tirs auraient été entendus dans le hall des départs de l'aéroport international de Bruxelles, avant qu'une personne ne crie quelque chose en arabe et que les explosions retentissent, ont annoncé plusieurs témoins sur place cités par l'agence de presse Belga. ? L'alerte antiterroriste relevée au niveau maximal. Le ministre-président du gouvernement de la région de Bruxelles-Capitale, Rudi Vervoot, a également indiqué à la RTBF qu'un plan catastrophe avait été lancé. ? Tous les vols ont été annulés, selon le compte Twitter de l'aéroport, et certains avions déjà en vol sont déroutés, selon les applications sur les réseaux sociaux suivant l'évolution des vols en temps réel.
Le Panda

Après les explosions survenues ce matin à Bruxelles dans le métro et à l'aéroport, la préfécture de police de Paris a annoncé renforcer la sécurité dans les aéroports, gares et transports en commun parisiens. Suivez notre live sur les explosions à Bruxelles Tôt mardi matin, deux déflagrations ont en effet eu lieu à l'aéroport de Zaventem à Bruxelles, en Belgique. L'aéroport a été évacué et tous les vols sont suspendus. Quelques minutes plus tard, le métro bruxellois était aussi visé. Il y aurait plusieurs morts et blessés.
Le Panda

Treize portes blindées avant d'arriver à sa cellule, aucun contact avec les autres détenus, aucun effet personnel... A la prison de Bruges où il est incarcéré depuis samedi, Salah Abdeslam est à l'isolement total pour une sécurité maximale. Cellule 32, au sous-sol de la prison de Bruges. Arrêté à Molenbeek vendredi, Salah Abdeslam est incarcéré à environ 100 kilomètres de là depuis samedi. Seul terroriste présumé des attentats de Paris encore en vie, il est sans doute l'un des détenus les plus surveillés de Belgique. S'il a rejoint la prison de Bruges, c'est parce que c'est la seule du "plat pays" qui dispose d'un quartier de haut sécurité. Vaste prison moderne en briques claires, elle est entourée de douves remplies d'eau et ceinturée de grillages. À sa construction en 1991, on l'avait surnommée l'"Alcatraz belge". Quelques années plus tard, un célèbre criminel en parlait quant à lui comme du "Guantanamo belge".
Le Panda

C'est dans cette prison de #Bruges que Salah #Abdeslam est arrivé. Mehdi Nemmouche y est incarcéré. #AFP pic.twitter.com/tl6pLOsXm3 — Pauline Froissart (@pfroissart) March 19, 2016 L'aile dans laquelle se trouve Salah Abdeslam est réservée aux détenus les plus dangereux et à "des personnes qui présentent un risque d'évasion et ceux qui ont des problèmes de comportement dans une prison normale", selon Kathleen Van de Vijver, porte-parole des prisons belges. Ils sont onze en tout dans ce quartier de haute sécurité.
Le Panda

13 portes blindées Toutes les cellules ont des portes doubles. Le mobilier est fixé au sol et les télévisions sont placées derrière des plaques de plexiglas. L'isolement est total et la sécurité maximale. "Pas de fenêtres, mais un puits de lumière ne permettant de voir que le ciel. Les éventuels meubles sont rivetés aux murs ou au sol", détaille la RTBF. Le détenu ne peut disposer d'aucun effet personnel, même pas une brosse à dent. Les cellules sont contrôlées quotidiennement afin de vérifier que des objets étrangers ne mettent pas en danger les prisonniers. Les gardiens, qui opèrent à Bruges, sont spécialement formés. "Tous les quarts d'heure, on vérifie à l'oeilleton que le détenu ne se suicide pas, ce qui réveille aussi les détenus la nuit", révèle sur France Info Delphine Pachy, présidente de la section belge de l'Observatoire international des prisons.
Le Panda

Les yeux bandés à chaque extraction Avant d'arriver jusqu'à Salah Abdeslam, il faut franchir 13 portes blindées, rapportent les médias belges. Dans sa cellule, 23h sur 24h, l'ex-fugitif ne dispose que d'une heure quotidienne où il peut sortir dans une cour ou se doucher. "À chaque extraction, les détenus ont les yeux bandés afin qu'ils ne puissent reconnaître le chemin qui les mène à l'air libre", rapporte le journal La Dernière Heure. Mais il est censé ne jamais croiser de détenus, comme Mehdi Nemmouche, l'auteur de l'attaque contre le Musée juif à Bruxelles en mai 2014 qui a fait 4 morts. Mohamed Amri, l'un des deux hommes qui l'a exfiltré de Paris le lendemain des attentats, y a séjourné avant d'être transféré vers la prison de Beveren, "probablement pour éviter tout lien avec Salah Abdeslam", avance La Dernière heure. Une fois transféré en France, Salah Abdeslam pourrait rejoindre la prison de Fresnes, croit savoir Le Figaro, qui rappelle que ce centre pénitentiaire dispose d'une unité d'évaluation des détenus radicalisés.
Le Panda

Trois explosions ont retenti à Bruxelles (Belgique), mardi 22 mars, à l'aéroport et dans le métro. Un peu avant 8 heures, deux explosions ont frappé l'aéroport de Bruxelles-National, à Zaventem. Un attentat "probablement provoqué par un kamikaze", selon le procureur fédéral belge. Le Premier ministre belge a dénoncé des attentats "aveugles, violents et lâches". Trois jours de deuil national ont été décrétés. Voici les dernières informations : ? Un bilan encore incertain. Les explosions à l'aéroport ont fait au moins 14 morts et 92 blessés, rapportent les pompiers. De son côté, le bourgmestre de Bruxelles fait état d'une vingtaine de morts et de 106 blessés dans le métro. Un numéro d'urgence a été mis en place pour les personnes qui auraient des proches dans les endroits concernés : 02 506 47 11.
Le Panda

Un attentat "probablement kamikaze" à l'aéroport. Si deux explosions ont été entendues dans le hall des départs de l'aéroport, le procureur fédéral belge a évoqué "un attentat probablement kamikaze". Des tirs auraient aussi été entendus dans le hall, avant qu'une personne ne crie quelque chose en arabe et que les explosions retentissent, ont raconté plusieurs témoins sur place cités par les agences de presse Belga et AFP. ? L'alerte antiterroriste relevée au niveau maximal en Belgique. Elle était de 3 sur 4 depuis les attentats du 13 novembre à Paris, elle est repassée à 4 sur 4 ce mardi matin. Les trams, métros et bus sont à l'arrêt, les écoles fermées et les élèves confinés. Les vols, les Thalys et les Eurostar au départ et à destination de la capitale belge ont été annulés.
Le Panda

Paris solidaire avec Bruxelles. La tour Eiffel sera illuminée aux couleurs de la Belgique mardi 22 mars au soir, en hommage "aux victimes, à leurs proches et à l'ensemble du peuple belge" après les attentats qui ont frappé Bruxelles, annonce Anne Hidalgo. La maire de Paris appelle aussi à un "rassemblement silencieux" à 19 heures, devant l'Hôtel de Ville de Paris. Anne Hidalgo, qui exprime sa "complète solidarité et celle des Parisiens", s'est entretenue avec Yvan Mayeur, bourgmestre de Bruxelles, "pour lui dire à quel point [les Parisiens] partage[nt] leur douleur et leur peine", indique un communiqué.
Le Panda

"Nous ne céderons pas" "L'Europe est aujourd'hui visée en son cœur, a ajouté Anne Hidalgo. Une nouvelle fois, ce sont ses valeurs fondamentales qui sont attaquées : sa liberté, son humanisme, sa tolérance, son attachement inébranlable à la démocratie". "Face à cet ennemi qui n'est guidé que par la haine, la mort et le fanatisme, nous avons le devoir de rester debout", écrit-elle. "Notre réponse doit être ferme et intransigeante : assurer la sécurité de nos concitoyens, (...) poursuivre et accentuer nos actions en matière d'éducation, de vivre-ensemble et de dialogue entre les communautés", dit-elle. Et de conclure : "Nous ne céderons pas."
Le Panda

La revendication n'a pas tardé. L'organisation jihadiste Etat islamique (EI), qui contrôle une partie de la Syrie et l'Irak, a revendiqué les attentats qui ont touché l'aéroport Bruxelles-Zaventem et une station de métro de la capitale belge, rapporte l'agence de presse Amaq News, affiliée à l'EI, mardi 22 mars.
Le Panda

Les auteurs ont "ouvert le feu" avant les explosions "Des combattants de l'Etat islamique ont perpétré une série d'attentats, avec des ceintures d'explosifs et des bombes, mardi, visant un aéroport et une station de métro du centre de la capitale belge Bruxelles, un pays participant à la coalition internationale contre l'Etat islamique", écrit cette agence. Le communiqué précise aussi que les "combattants de l'Etat islamique ont ouvert le feu" avant de d'actionner leurs ceintures explosives. Les explosions qui ont touché l'aéroport et la station de Maelbeek ont fait une trentaine de morts selon des derniers bilans diffusés par les pompiers et le bourgmestre de Bruxelles.
Le Panda

La chambre haute du Parlement a adopté ce mardi le projet de loi visant à modifier la constitution à 176 voix, contre 161 et 11 abstentions. Un projet de loi largement réécrit par rapport à la version adoptée par l'Assemblée nationale. Le Congrès de Versailles s'éloigne. Ce mardi, comme attendu, le Sénat a adopté par 176 voix contre 161 et 11 abstentions le projet de révision constitutionnelle voulu par François Hollande après les attentats du 13 novembre, mais avec un article 2 sur la déchéance de nationalité qui a été largement réécrit. 176 voix contre 161 au Sénat, on est (très) loin de la majorité des 3/5e qu'avait connu l'Assemblée #PJLconstit pic.twitter.com/1O2sTDpRgY
Le Panda

Les écoutes de Nicolas Sarkozy ont été validées par la Cour de cassation, mardi 22 mars, dans l'affaire Bettencourt. La justice a rejeté le pourvoi de Nicolas Sarkozy, soupçonné d'avoir tenté d'obtenir des informations couvertes par le secret, dans une procédure concernant la saisie de ses agendas. Rappel des faits. ?C'est quoi déjà, l'affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy ? En avril 2013, la justice ouvre une information judiciaire pour déterminer si la Libye a participé au financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007. Dans le cadre de cette enquête, les magistrats décident de placer l'ancien président sur écoute. Les enquêteurs découvrent alors que Nicolas Sarkozy possède un second téléphone, acquis sous le nom de Paul Bismuth. Ils entreprennent donc de surveiller également cet appareil et apprennent que celui-ci permet à l'ancien pensionnaire de l'Elysée d'échanger discrètement avec son avocat, Thierry Herzog. Ces écoutes téléphoniques conduisent à la mise en examen de Nicolas Sarkozy, pour "recel de violation du secret professionnel, corruption active et trafic d'influence actif". Il est soupçonné, avec le concours de Thierry Herzog (également mis en examen), d'avoir tenté d'influencer une décision de justice le concernant, via un haut magistrat de la Cour de cassation : Gilbert Azibert. En échange de ces services, Nicolas Sarkozy aurait promis à ce dernier d'user de son influence pour lui obtenir un poste de prestige à Monaco.
Le Panda

?Toutes les écoutes ont-elles été validées ? Non. La Cour de cassation a annulé la retranscription d'une écoute entre Thierry Herzog et le bâtonnier de Paris de l'époque, Pierre-Olivier Sur. Selon le premier avocat général François Cordier, la conversation avait été retranscrite à tort, car son contenu ne suffit pas à lui seul pour soupçonner Thierry Herzog d'avoir participé à l'infraction. Mais les conversations entre Nicolas Sarkozy et son avocat restent donc dans le dossier en tant que preuves. Dans plusieurs de ces échanges, les deux hommes évoquent une "démarche" auprès de Monaco en faveur de Gilbert Azibert.
Le Panda

Que signifie cette décision pour Nicolas Sarkozy ? Le rejet du pourvoi en cassation de Nicolas Sarkozy "équivaut au maintien de sa mise en examen pour trafic d'influence et corruption", explique Dominique Verdeilhan, chroniqueur judiciaire de France 2. Les juges d'instruction ont désormais terminé leur enquête et le président des Républicains pourrait être renvoyé devant un tribunal correctionnel. Les trois chefs d'accusation retenus – corruption active, trafic d'influence actif et recel de violation du secret professionnel – pourraient valoir à Nicolas Sarkozy, en cas de poursuites et de condamnation, jusqu'à dix ans de prison et 375 000 euros d'amende. Une peine complémentaire prévoyant la déchéance des droits civils et civiques serait également possible. En outre, la décision de la Cour de cassation assombrit un peu plus la situation judiciaire et politique de l'ancien chef de l'Etat, mis en examen en février pour financement illégal de sa campagne présidentielle de 2012. La participation de Nicolas Sarkozy à la primaire de la droite, en novembre prochain, pourrait ainsi être compromise.

haut de la page

LE MONDE EST HUMANISTE? LES DANGERS DES MEDICAMENTS UNE REALITE !!

Le Panda 2016-03-14 08:56:51

IRENE FRACHON PNEUMOLOGUE UNE FEMME DE VALEURJe vais traiter ce sujet de manière personnelle, car la honte devrait gagner toutes les populations nantis de tous les continents sans exception. Les raisons sont diverses et multiples, je peux en parler pour les avoir pleinement vécus. Lorsque l’on constate ce que devient le passage entre La France et L’Angleterre et je pourrais citer bien d’autres Nations, ce n’est pas un conte à La Prévert, mais que des réalités que les soi-disant pays gentils exploitent à fond. Le plus grand exemple similaire au mur le plus grand du monde qui se trouve en Chine dit La Muraille de Chine se trouve comme anciennement la séparation des deux anciennes Allemagnes. Le laxisme des nations tue plus que les armes nous allons prendre l’exemple de la ville de Ceuta là, où les gens tentent par tous les moyens de trouver à manger de l’autre côté. Le résultat est plus que brutal, face au rocher de Gibraltar dans ce détroit aux histoires de légendes il y a autant ou plus morts au fond de l’eau, que de poissons comestibles dans le même espace. Le mur de Ceuta en Espagne, contrairement aux indications du lien ce mur existe depuis 1990, ayant été sur place aussi en 1994 avec une partie de mon équipe, la honte de l’Espagne se mesure lorsque les indications indiquent que le mur fut créé pour empêcher l’immigration clandestine. A golfer hits a tee shot as African migrants sit atop a border fence during an attempt to cross into Spanish territories between Morocco and Spain's north African enclave of Melilla October 22, 2014. Around 400 migrants attempted to cross the border into Spain, according to local media. Picture taken October 22, 2014. REUTERS/Jose Palazon (SPAIN - Tags: SPORT GOLF SOCIETY IMMIGRATION TPX IMAGES OF THE DAY) - RTR4BABH Cela est totalement faux, car il ne faut pas oublier que le roi du Maroc a reçu sa formation par le roi d’Espagne. Donc faut-il considérer que Mohamed VI gouverne son pays à la mode espagnole? Sans oublier, ses diverses formations et de plus celle auprès de Jacques Delors combien de médias ont osé en parler, le scandale de la royauté des Alaouites, le roi actuel du Maroc troisième de cette dynastie. Il n’aurait pas été roi ou perçu à le devenir aurait-il eu les portes de l’Europe et de l’occident ouvertes aussi facilement, mais de qui se moque-t-on ? Il a reçut aussi Martine Aubry après Alain Juppé sous forme de quoi ? Des scandales récents prouvent ce que j’affirme, mais il faut osez regarder les réalités en face. Immigrations Alors que Marine Le Pen s'est rendue vendredi à Calais pour dénoncer la situation que connaît la ville suite à l'afflux de centaines de migrants clandestins et afin de militer pour un retour des contrôles aux frontières, c'est une photo de frontière, justement, une image saisissante, presque surréaliste, qui s'est affichée en une du journal espagnol El Mundo et qui fait le tour du monde depuis. Le cliché montre une joueuse de golf concentrée sur son swing, face au regard de son coach. Au loin, on distingue une dizaine de migrants suspendus au sommet de la grille haute de 6 mètres à la frontière avec le Maroc, dans l'enclave espagnole de Melilla. Ce qui suit n’est donné qui titre d’information dont les sources sont justes ou fausses? En 2002, la télévision nationale hollandaise, en se basant sur des publications apparues dans le Soir Belgique, avait annoncé que le nouveau roi du Maroc est homosexuel. Cela n'est certainement pas nouveau pour les citoyens marocains. La publication avait conduit à une grande manifestation des marocains d'Utrecht. Pourtant, au Maroc, tout le monde le disait du jeune prince héritier qui deviendra plus tard le roi Mohamed VI. Le Rédacteur en chef Hans Brom a dit "Notre Robbert Bosschard, correspondant, a parlé avec le chef de police et le commandant en chef de l'armée marocaine. Ils ont été convaincus que le nouveau roi est homosexuel et ils avaient peur de l'avenir sous un monarque homosexuel." entretiens_entre_sm_le_roi_et_le_souverain_espagnolSe poser la question n'est pas être homophobe s'agissant d'une personnalité publique, un chef d'Etat d'un pays musulman de surcroit, le Commandeur des Croyants d'un pays musulman dont les tribunaux prononcent des peines de 6 mois à 3 ans de prison pour "homosexualité" et elles sont prononcées au nom du roi. Dans l'affaire du mariage du Ksar el Kebir, les protagonistes furent condamnés sans preuve uniquement pour faire taire les rumeurs qui avaient enclenchés l'article d'Al Massae. Il est donc judicieux de se poser des questions à ce sujet, même si Mohamed VI, en tant que "descendant du prophète" est à l'abri de toutes les accusations, mais si jamais le prophète entendait cela, il se tournerait dans sa tombe pour maudire les alaouites. Rumeurs ou vérité, en tout cas les rumeurs sur son homosexualité sont persistantes et il a été vu dans les bars gays de Bruxelles à l'époque où son père l'a envoyé faire un stage avec le président de la Commission Européenne, Jacques Delors. Huit mois en Belgique, entouré de quelques amis, logés dans une somptueuse villa. Le week-end, il se lâchait. Restaurant, boîtes de nuit, bars gays... Il voulait se défouler loin de l'influence paternelle. Pour les européens, Mohamed VI est peut-être un bon roi, mais il n'est pas bon musulman. Son homosexualité est "la connaissance commune" en Europe et des cercles intellectuels marocains, selon Tony Flavel, résident à Marrakech. "Mais vaut mieux ne pas en parler," a-t-il dit. "La police et les forces armées sont contre le nouveau roi pour cette raison précisément. Ils préféreraient son frère plus jeune, Moulay Rashid." On peut se demander si tout le brouhaha que le roi du Maroc a monté sur l'association de gays marocains et leur journal est pour donner une image d'ouverture au Maroc ou c'est plutôt par "affinité" du souverain. La honte plus de 30 ans après les accords de Schengen cela développe le maximum sur la plan Marshal comme les accords qui font naitre l’Etat d’Israël en 1947. Les Palestiniens furent-ils volés ? Puis chassés de leurs propres terres ? Lorsque l’on constate que le président de la République décore un prince saoudien de la Légion d’Honneur il semble presque évident que cela pousse à la révolte plus de 85% des habitants de la France. DU POISONScandale ou droit de vendre des avions, mais l’argent pour d’autres n’a pas d’odeur pour d’autres face à cette terrible dignité aucune humanité ou alors la mort a frappé son créateur? Bonaparte l’a créée en 1802, mais pour d’autres y compris le principal de ses Ministres il lui attribua la valeur d’un paquet de merde dans un bas de soie, il suffit de poser la question à Monsieur Talleyrand, le fameux diable boiteux. Nous croyons nous sentir venir ou revenir à l’époque de l’Antiquité, nous sommes tombés bien plus bas, c’est un constat incontournable. En dehors de cela nous constatons que nous avons traités à diverses reprises le problème, les contextes des médicaments en France, surtout celui du Médiator et Cie. Lorsque nous constatons que le président de l’Ordre des Médecins est en même temps actionnaire avec bien d’autres, nous sommes loin de rendre justice aux victimes de ceux que les riches prennent pour cobayes dans le monde des produits à consommer. Irène Frachon était l’invitée de ce terrible Bourdin, qui sait poser les bonnes questions. il suffit de regarder cet entretien d’une puissance incroyable, l’indépendance de la France ne tient pas la route face à l’Europe cela génère des milliards de profits à des gens sans scrupule. En visionnant cette réalité, vous aurez un plein choix à votre convenance pour constater que sur ce plateau les propos tenus et la réalité des faits soupirants. Effets Secondaires des médicaments en France. Cela entraine des millions de morts de par le monde, les indemnités versées aux victimes de ces affabulateurs et l’on peut comprendre que certains spécialistes de l’ancienne école, refusent de donner à leurs patients les nouveaux produits. Un chemin de croix voir encore pire pour les démunis de ce monde où l’humanisme a pris la poudre d’escampette. Les deux exemples cités cette décade sont des événements que nous avons réellement approchés de plus que proche. Donc nous pensons savoir de quoi nous parlons des exemples le principal actionnaire et sponsor du Conseil de l’Ordre des Médecins n’est ni plus ni moins que les Laboratoires Servier, il suffit de constater preuves à l’appui les fourberies et le mot est faible de ce laboratoire et ses filiales. Devons-nous comprendre la volonté de sortir de l’Europe de l’Angleterre, lorsque l’on constate les bénéficies innommables que les laboratoires font, cela rejoint en quelques sortes les accords de Schengen, là ou plus personnes ne veut assumer ses responsabilités. Les présidents, les rois, les dictateurs de certains pays viennent se faire soigner aux frais des victimes d’une politique inadmissible. Durant ce temps les informations dites médias courants il suffit de constater la position du Parisien qui n’en parle pas et pour cause ; les raisons sont simples il touche des dividendes de certains laboratoires. De plus prenez connaissance de ce passage de journalisme d’investigation : LES ETAGERES BIEN GARNIESLe livre sort et s'intitule «Effets secondaires, le scandale français». Une enquête inédite co-écrite par l'avocat Antoine Béguin, le médecin qui avait dénoncé l'affaire du Médiator Irène Frachon, et le journaliste Jean-Charle Brisard. L'ouvrage veut rester neutre, factuel, mais dénonce sans complaisance l'impuissance des pouvoirs publics face au lobby pharmaceutique, et les conflits d'intérêts au sein des agences, des experts, et des médecins qui ont à évaluer les médicaments mis sur le marché français. Interview croisée. Un médecin, un avocat, un journaliste ; qu'est-ce qui vous rassemble ? Irène Frachon : «Ce qui nous rassemble c'est Antoine Béguin, que je connais depuis longtemps, qui est l'avocat d'une association de victimes que j'ai contacté au début de l'affaire Médiator. Il a notamment remporté des victoires majeures sur GFK dans le cas de traitements de Parkinson qui rendaient accro au sexe et au jeu. J'ai découvert par son intermédiaire que les avocats de Servier étaient ceux de la plupart des grands laboratoires pour écraser littéralement toutes les plaintes des victimes d'accidents médicaux. Et donc que le sort des victimes du Médiator était partagé par l'ensemble des victimes d'accidents médicamenteux du Distilbène jusqu'à aujourd'hui la Depakine.» Quel est l'enjeu autour de ce livre ? Jean-Christophe Brisard : «Les enjeux c'est d'offrir la possibilité au grand public de comprendre comment fonctionne le système de santé, de mise sur le marché, de sécurité, en apportant le plus d'infos neutres possible. On est très factuel, on veut dépassionner le débat. On explique que le médicament est un produit qui est tout sauf un produit marchand comme les autres, ça reste potentiellement un poison dangereux, qui, s'il est bien administré, peut sauver des vies. On montre aussi que le discours ambiant actuel, qui consiste à dire que l'Etat a tout pouvoir et peut faire en sorte que la crise du Médiator ne se renouvelle pas, n'est pas tenable. L'Etat n'en a pas les moyens. L'exemple le plus marquant, c'est que 9 médicaments sur 10 qui reçoivent une autorisation de mise sur le marché (AMM) l'obtiennent au niveau européen, qui s'impose donc à la France. Après le Médiator, l'Etat nous a dit «plus jamais ça», on se rend compte qu'il n'en a pas le pouvoir.» Un scandale comme le Médiator peut donc se reproduire ? JC.B : «Oui, complètement. Il y a l'exemple d'un nouveau coupe-faim mis sur le marché, comme le Médiator, à la base prévu pour le sevrage alcoolique et tabagique. Le labo américain s'est rendu compte de son efficacité contre l'obésité. Mais, c'est écrit noir sur blanc sur la notice, ils ne comprennent pas son action. La France a dit «on ne veut pas de ce médicament» au vu des risques potentiels, mais comme il a obtenu son autorisation à l'échelon européen, on n'a pas pu s'opposer à son arrivée sur le marché.» Vous dénoncez dans le livre le poids du lobby pharmaceutique. Qu'en est-il réellement ? Antoine Béguin : «Les laboratoires sont juges et parties. C'est eux qui proposent les essais cliniques, qui vont donner toutes les informations à l'agence sanitaire pour bénéficier de l'AMM, et derrière, les agences n'ont pas les moyens financiers de vérifier ces essais. Je crois qu'ils n'en vérifient que 0,13 %. « Comment expliquez-vous que les médecins ne soient pas plus sensibilisés à ce que vous dénoncez ? A.B : «Certains sont sensibilisés sur les effets secondaires et prennent le temps de l'expliquer aux patients, mais une majorité d'entre eux soignent le physique sans prendre le temps de délivrer une information complète. On est dans une vision très paternaliste du rapport médecin-patient. Et je vois beaucoup de médecins qui me disent qu'ils n'ont même plus le temps de lire le Vidal !» Vous n'avez pas peur d'alimenter la méfiance des Français envers le monde médical ? A.B : «C'est exactement ce qu'on a voulu éviter, le but est de faire prendre conscience de l'enjeu et de la réalité. L'industrie pharmaceutique ce ne sont pas de gentils philanthropes, des bisounours. Ils sont là pour faire de l'argent, tant mieux, mais il faut plus de transparence et plus d'information.» Source Olivier Auradou Jacques-Servier-ProfiteurLe laboratoire Servier connaissait depuis 1995 les effets mortels du Médiator. Coupe-faim  qui cause 2 000 décès en France Selon des documents que s’est procuré Le Monde, le laboratoire Servier savait, depuis au moins le début des années 1990, que son médicament, le Médiator, était nocif. Patrick Le Panda, correspondant Français. Dossiers Santé, Protection du consommateur Les chercheurs des laboratoires Servier étudiaient, depuis le début des années 1990, les composés produits dans l’organisme par le Médiator, médicament interdit depuis 2009 et qui aurait provoqué de 500 à 2 000 décès en France. Parmi eux, la norfenfluramine, identifiée en 1995 comme responsable de la toxicité de coupe-faim de Servier, l’Isoméride et le Pondéral, tous deux interdits en 1999. Une parenté que le laboratoire s’est toujours obstiné à minimiser, notamment dans ses documents. EFFETS SECONDAIRES GRAVES Une étude menée en 1993 par deux chercheurs de la filiale britannique de Servier quantifie la présence dans le sang de la norfenfluramine, en concentration, le deuxième composé dans lequel se transforme le Médiator. Or, la norfenfluramine est également le produit actif de deux coupe-faim de Servier, Isoméride et Pondéral, dont une étude démontre en 1995 qu’ils entraînent des effets secondaires graves : une hypertension artérielle pulmonaire, responsable d’insuffisances cardiaques. Le laboratoire Servier ne pouvait donc ignorer, au moins depuis 1995, que le Médiator pouvait être suspecté de produire lui aussi des effets secondaires graves. Au lieu de quoi, il a toujours affirmé que le Médiator avait des activités pharmacologiques radicalement différentes de celles de l’Isoméride et du Pondéral et que sa tolérance cardiovasculaire était satisfaisante. Le Médiator, le médicament utilisé comme coupe-faim à l’origine de 500 à 2 000 morts, a coûté environ 1,2 milliard d’euros de remboursement à la Sécurité sociale, affirme Le Figaro. Le seul remboursement de cet antidiabétique, dont quelque 145 millions de boîtes a été vendues en trente-trois ans, a coûté 879 millions d’euros, selon une note confidentielle de la Caisse nationale d’assurance maladie (CNAM), citée par Le Figaro. Les ventes du Médiator n’ont, en effet, cessé de progresser entre 1983 et 2005, un pic ayant été atteint en 2005 avec plus de 9 millions de boîtes vendues. COÛT DE LA PRISE EN CHARGE DES COMPLICATIONS MÉDICALES Le coût de la prise en charge des complications médicales liées à ce médicament, destiné aux diabétiques en surpoids et largement détourné comme coupe-faim, représente, en outre, au moins 315 millions d’euros. Cette estimation part du principe que 1 750 patients ont subi une intervention chirurgicale cardiaque. La Caisse Nationale d’Assurance-Maladie (CNAM) n’a en revanche pas calculé le coût des arrêts de travail liés au Médiator, ni les primes d’invalidité. Elle n’a pas non plus pris en compte les 663 000 courriers envoyés par l’Agence du médicament aux patients ayant pris du Médiator ainsi que les consultations et les échocardiographies qui ont suivi, raconte le quotidien, précisant que d’autres calculs sont en cours. Contactée par Le Figaro et l’AFP, la CNAM n’a pas souhaité commenter cette information. Commercialisé en France par les laboratoires Servier de 1976 à novembre 2009, le Médiator, qui a été utilisé par 5 millions de personnes, a été retiré du marché en raison des risques cardiaques qu’il faisait courir aux patients. Selon l’Agence France Presse, plusieurs centaines de plaintes ont été déposées à ce jour. La CNAM avait décidé en février 2011 de déposer plainte contre les laboratoires Servier pour escroquerie et tromperie aggravée. Si le laboratoire Servier reste le responsable direct dans l’affaire du Mediator, et donc appelé à systématiquement indemniser les victimes, les médecins pourront également être appelés à rentrer dans la procédure et donc à participer à l’indemnisation des victimes s’il est établi après expertise médicale qu’ils ont une part de responsabilité, indique le ministère de la santé. Une expertise médicale, réalisée par un comité d’experts placé auprès de l’Oniam (Office national d’indemnisation des accidents médicaux, des affections iatrogènes et des infections nosocomiales), sera chargée de déterminer l’étendue des préjudices et d’identifier les responsabilités pour chaque cas. BOUCS ÉMISSAIRES LE MEDIATORLe syndicat de Médecine Générale France accuse le gouvernement de chercher des boucs émissaires dans cette affaire à travers les médecins prescripteurs. J’aimerais bien que l’on finisse de rechercher les responsabilités, bien entendu du fabricant, mais aussi de toutes les autorités qui ont accepté qu’on enregistre un produit qui n’était, en fait, pas du tout un antidiabétique lorsqu’il était prescrit en toute bonne foi de la part des médecins. Nous avons des documents qui montrent que lorsque des médecins ont eu des doutes et ont interrogé le laboratoire, on leur a répondu que ce produit ne posait aucun problème particulier, a-t-il ajouté. Un avocat de victimes a abondé dans son sens en estimant que les médecins ne sont pas responsables parce qu’on leur a menti. Me Charles Joseph-Oudin s’indigne également que le projet d’indemnisation ne dise rien sur la responsabilité des politiques. Il dénonce en outre une complexification de la procédure, manœuvre dilatoire dans l’intérêt du laboratoire Servier. MAINTENIR LA PROCÉDURE EN CITATION DIRECTE Pour le député du Parti Socialiste Gérard Bapt, ancien cardiologue et particulièrement en pointe sur ce dossier, la décision de l’État revient à se tirer une balle dans le pied. Le député insiste sur l’importance du maintien jusqu’à son terme de la procédure en citation directe pour tromperie aggravée engagée contre le laboratoire Servier devant le Tribunal de Grande Instance de Nanterre. Les premières audiences sont inscrites en septembre et octobre 2011. Il apparaît en effet que sans engagement rapide de la procédure pour tromperie, les médecins prescripteurs hors AMM [autorisation de mise sur le marché] pourront être mis en cause, y compris ceux des CHU qui ont maintenu les prescriptions de Médiator à la sortie des services de cardiologie, relève-t-il. Ce sont alors les Hôpitaux qui supporteront la charge des procédures. L’État lui-même, au travers de l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé, sera mis en cause. Inutile de dire que les seuls victimes en la circonstance sont les morts, leurs proches, familles et les profiteurs à vous de déduire. A l’époque voici l’un des divers articles ayant pratiquement fait le tour du monde : Jacques Servier 90 ans devant ces accusateurs, ses juges, mais faut peut-être voir plus loin. Le dossier n’est pas complet selon les défenseurs. Nanterre c’est plus que du scandale. Cette femme pneumologue, a fait éclater la barbarie, sans oublier les gens réduits invalidité, ils sont des milliers subir le problème du Médiator, c’est bien moins complexe que le phénomène du sang contaminé. EN FORMATION ROYALEIl y mensonges, tromperies, scandales et la puissance de la masse des laboratoires Servier profiteurs au maximum. La 1re tape ouvre les portes de la justice, lorsque l’on sait le devenir de ce qui fut l’affaire Colnet , que j’ai suivi de A à Z. Vous avez la dernière partie, pour celles et ceux qui souhaitent avoir tous les faits depuis le départ, n’hésitez pas demandez le, nous vous répondrons en fonction de nos archives. Le défi est lancé, nous pouvons assister à une relaxe, l’arnaque d’hormone de croissance et toutes les affaires comme les fameux 7 morts sur ordonnance. Voyons ce que la masse du condensé de la presse traditionnelle dit: Un an et demi suite l’éclatement du scandale de ce médicament accusé d’avoir tué 500 à 2000 patients, la défense de Jacques Servier, patron des laboratoires du même nom, va tenter d’obtenir l’annulation de l’audience. Le premier procès lié au scandale du Médiator va s’ouvrir, devant le tribunal correctionnel de Nanterre sur une offensive procédurale des laboratoires Servier, qui ne veulent pas de cette audience. Au-delà de la souffrance des victimes du médicament commercialisé de 1976-2009, entrainant la mort de 500 à 2000 patients des suites de pathologies cardiaque (valvopathie) ou pulmonaire, les juges vont devoir examiner en lever de rideau une situation juridique très complexe. Le tribunal est saisi par le biais d’une citation directe, plusieurs plaignants reprochant au fabricant du Médiator des faits de tromperie aggravée. Selon eux, la nature exacte du produit, officiellement vendu comme antidiabétique mais communément utilisé, en réalité, comme coupe-faim. Sciemment et obstinément dissimulé par Servier. Une association de consommateurs, la C L C V, s’est jointe à l’action en justice, non pas pour des individus précis mais au nom de l’intérêt général. Or, parallèlement, une instruction est en cours au tribunal de Paris. Elle ne vise pas que la tromperie, mais elle la vise aussi. C’est dans ce cadre que Jacques Servier, 90 ans, fondateur des laboratoires éponymes. Mis en examen. Questions de procédure? Pour la défense, il est inconcevable que l’homme et sa firme répondent successivement des mêmes faits devant deux juridictions, sous deux régimes différents, une procédure expresse et une procédure approfondie, pour schématiser. C’est pourquoi son avocat qui se défend de toute velléité dilatoire, va déposer plusieurs requêtes visant que seul le tribunal de Paris examine les faits, une fois terminé une instruction mené tambour battant, estime-t-il. Selon lui, l’audience pourrait même avoir lieu en 2013. De grâce de qui se moque-t-on en la circonstance? Le pénaliste reput? soulèvera d’abord, selon des informations, deux questions prioritaires de constitutionnalité? (Q P C). La première concerne le problème ?épineux de la prescription du délit de tromperie, la seconde la dualité de juridictions saisies. La Cour de cassation s’est prononcée à deux reprises sur ce point. Elle a notamment indiquée que, pour trancher sur un tel conflit, elle avait besoin d’une décision ayant autorité de la chose jugée rendue par l’une ou l’autre des juridictions. Il se trouve que, par ordonnance du 30 janvier 2012 non frappé d’appel, les juges parisiens se sont déclarés compétents pour instruire le dossier? Me Temime estime, par conséquent, que Nanterre doit être dessaisi, faute de quoi les droits de la défense seraient bafoués. Il soutiendra également, sur le fondement du droit européen, que nul ne peut être poursuivi deux fois pour les mêmes faits une extension aux poursuites du fameux précepte non bis in idem, qui porte sur les jugements. Il soulèvera l’irrecevabilité de la C L C V. LE MUR DE CEUTAPoursuivre par voie de citation directe. Enfin, Me Temime demandera que le tribunal diligente des expertises scientifiques, indispensables de son point de vuela bonne compréhension du dossier; il sollicitera au surplus un supplément d’information portant sur la responsabilité éventuelle de l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé? (Afssaps). Nul ne sait quelle sera la teneur des réquisitions du parquet, représenté par Philippe Bourion. Ni, plus forte raison, la réponse du tribunal, présidé par Isabelle Prêvost-Desprez. Celui-ci peut aussi bien transmettre les Q P C ou l’une d’entre elles la Cour de cassation, que les rejeter; il peut lancer les débats quitte ordonner plus tard un supplément d’information s’il le juge nécessaire, la salle est réservé jusque début juillet. Le risque de relaxe existe Face à cet imbroglio, les conseils des victimes restent sereins bien que, pour plusieurs juristes extérieurs l’affaire, la concurrence de Paris et Nanterre constitue une hérésie. Forts d’un rapport de l’inspection générale des affaires sociales (IGA) et de ses annexes, accablants pour Servier, Mes Honnorat et Joseph-Oudin se font fort d’obtenir la condamnation du laboratoire et de son patron. Hypothèse d’une relaxe faute de preuve irréfutable ne semble même pas les effleurer. Ce risque, pourtant, existe: dans un tel dossier dont Le Figaro, sous la plume d’Anne Jouan, a, le premier, mis en lumière la dimension scandaleuse, monter au front sur la base d’une simple citation directe, sans expertises ni témoignages recueillis de manière contradictoire, semble pour le moins hardi. Cette technique prendrait tout son sens si le parquet de Paris avait refus l’ouverture d’une information judiciaire. Mais ce n’est pas le cas. Le péril est grand, pour les plaignants, de convaincre l’opinion publique qu’ils ont moralement raison, tout en donnant au tribunal la possibilité de dire qu’ils ont, ne serait-ce que provisoirement, juridiquement tort. Le président investit dès le 15 mai, garant des institutions de la France, laissera-t-il ce qu’il a fait de sa campagne le 1er signe avec l’ouverture? La jeunesse. Sachons de toutes manières, que quelles que soient les sanctions ou les millions versés aux victimes, il semble difficile que cet homme de 90 ans prenne une peine de prison : Exécuter. Par ailleurs ne pas perdre surtout l’essentiel, les milliards détenus par les hommes les plus riches, en les empêchent en aucun cas d’empêcher la nature de tenir le rôle face auquel tous les mortels sont égaux. Alors que justice soit rendu, reste mon maitre mot. Correspondant du Québec et d’autres pays en ayant souffert divers titres voici ce qu’ils en reprennent présent vous de livrer vos impressions ou sentiments, puisque la Justice est rendu au nom du Peuple. J’avais traité dans la foulée les conséquences du Parabène sans oublier ses effets secondaires. A partir de quand les médicaments, profits énormes de la majorité des laboratoires qui sonnent la mort vont cesser, comme l’aide à domicile ? Je sais de quoi je parle, pour les avoir fréquentés et toujours confrontés de front en France, à l’étranger, j’en parlais déjà dans mon précédent article. Ce dernier a causé plus de morts et va dépasser ceux qui ont laissés leur vie dans le cadre « Du sang contaminé ». Moins que va en créer l’aide inexistante en l’état aux personnes âgées. Chaque année je suis présent et sur la brèche avec ces personnes qui ont pris avec dignité le phénomène à bras le corps, ils sont forts les véritables chercheurs lorsqu’on les laisse travailler pour la santé publique. Non pour du mercantile. De Laurent Fabius, à Madame Bachelot, sous des gouvernements divers et à présent Xavier Bertrand tentent chacun leur manière de noyer le poisson dans l’eau, mais le summum, c’est qu’ils y arrivent, avec déception ou par la bêtise des électeurs nous les retrouvons toujours ou presque aux manettes de la France où des Régions sans oublier les Assemblées. Parlons de l’assistante à domicile ? J’ai approché de si proche ce monde de la pharmacologie de son industrie polluante, mortelle qu’il faut savoir que sous de fausses appellations se cachent des laboratoires qui arrivent bon gré, mal gré, à INVITER, apprendre les étudiants dès la seconde année de médecine à rédiger une ordonnance allant dans le sens des produits au nom desquels ils trouvent parfois, portes, tablées, voyages offerts,  sans oublier les avantages qui vont parfois jusqu’à l’installation de certains Cabinet collégiaux. Puis les personnes âgées dehors, il n’y a rien à voir. Les exemples sont légions, c’est surement la raison essentielle pour laquelle il suffit de pousser la porte de certains généralistes que vous ne connaissez pas du tout pour avoir une ordonnance avec une prescription de mort à feu lent : Léxomil Tranxéne foule d’anti dépresseurs dont les sevrages sont quasi impossibles, durant ce temps, il faut l’entendre, on nous divulgue : les drogues douces ou fortes sont un danger mortel, c’est vrai ! Parfois, une simple demande pour obtenir un minimum de 8 jours d’arrêt de travail, ainsi commence l’escalade, du patient qui devient un camé, ensuite le prescripteur nie le mal de vivre du consommateur par surdosage ou accident. Pourtant c’est le même praticien qui dans la majorité des cas dresse l’incapacité à faire tels ou tels actes de la vie courante, des personnes âgées. ????????????????????????????????????????????????????????? Le maintien à domicile est fixé et appartient à notre Droit Constitutionnel, cet article se veut en même temps une lettre ouverte à M. Xavier Bertrand Ministre de la Santé, avec une question basique : Monsieur Le Ministre, Trouvez-vous normal que dans le cadre du maintien à domicile des personnes âgées, ayant une invalidité à un taux de 80%, que la CRAM renvoie la personne demanderesse au C C A S de sa ville. Une enquête est diligentée par une assistante sociale, je vous écourte le périple. Trouvez-vous normal vous, comme le président de notre République, que même en cas d’urgence le délai d’attente soit de l’ordre de 12 mois, un drame pour une personne seule. Il faut savoir qu’il existe une solution palliative, soit régler 20 euros 79 de l’heure et un mois d’attente, ou se faire hospitaliser dans le C H U de la ville où vous résidez, cherchez l’erreur ou cet article serait lettre morte, ou la personne sera décédée avant toute intervention CQFD. Veuillez croire, Monsieur Le Ministre  à l'assurance de plus respectueuses salutations. Merci de bien vouloir nous indiquer comment faire en ayant des perceptions, puis tout compris une de retraite de 450 euros par mois. Voilà, ce que vous déclarez, pas seul en collégiale ! Pour établir le constat du vrai du faux afin que chacun puisse se faire son idée en toute objectivité, Il ne vous reste plus qu’à livrer vos propres témoignages et ainsi je prends l’engagement de livrer les résultats à M. Xavier Bertrand et aux services de la ville où je réside ainsi qu'à ceux de la CRAM. A bonne conduite commencez par donner l’exemple plutôt que de vous servir une tasse de votre boisson préférée avec ou sans Médiator et pas d’assistance à domicile pour les meilleurs électeurs que vous avez. Ce sont les sondages qui le déclarent. Un constat s’impose la réforme des retraites n’a rien changée, et les personnes âgées invalides, tout comme les patients victimes des laboratoires doivent se taire, il y a une prescription de la révolte qui gronde. Le mouton à 5 pattes sera présent, vous allez nous le trouvez. Le Panda explose contre les voleurs profiteurs de vies.  Liste non exhaustive des 400 médicaments contenant du parabène Mots-clefs :médicament Voilà qu’un nouveau scandale touche l’industrie pharmaceutique. Une liste de 400 médicaments contenant du parabène vient de paraître. Mais qu’est-ce que le parabène? Me demanderez-vous, bande de curieux hypocondriaques. Le parabène, bande d’ignares paranoïaques, est un dérivé de plastique qui, dans le corps humain, agit comme un perturbateur endocrinien. Les parabènes sont également très utilisés dans l’industrie des cosmétiques et dans l’alimentation (fraises Tagada ). Il ne nous reste plus que nos yeux pour pleurer, mais les larmes seront chargées en métaux lourds toxiques qui contaminent les nappes phréatiques. Heureusement, nos gentils députés songent à interdire ce dangereux conservateur de nos assiettes et de nos pharmacies. Ouf ! On respire : Du monoxyde de carbone. Vous avez compris que c’est de l’humour noir, la réalité est toute ailleurs. Le phénomène  du Médiator n’est pas même jugé, que les scandales se poursuivent. Je vais mettre le lien de l’article concernant Le Médiator afin de rafraichir la mémoire de chacun, puis que les laboratoires cessent de nous prendre pour des cobayes. A cancers de tous genres. Tous les risques sont dans nos cuisines, nos assiettes, mesdames, le danger de la pilule en tant que contraceptif présente des dangers qui font que les risques que ne courraient pas nos grands-mères et avant, les jeunes femmes actuellement développent des tumeurs. C’est tout un écosystème qui est à reprendre à la base la réflexion n’est plus à la base, il s’agit de passer à l’action. De la même manière que Nicolas Sarkozy prétendait qu’il faisait de son quinquennat une priorité pour les personnes âgées, où se trouvent les mesures sur la santé, non seulement sur un plan nationale mais internationale? Il serait plus clair de dire aux consommateurs nous vous rendons responsable de la pollution, de la surpopulation du globe qui ne peut plus nourrir tout le monde, alors enrichissons les plus forts, la corruption des laboratoires comme celle des gardes des sceaux à la disposition du pouvoir en place rend la justice impossible. Il nous reste quoi donc de comestibles sur la terre planète bleue? Puis venir prétendre que c’est de l’ignorance c’est encore quelques parts nous prendre pour des débiles encore plus profonds que l’assassin violeur de plus de 20 enfants de 3 mois à 8 ans, qui est une bombe humaine pour celui des parents à qui il tomberait sous ses mains. Comment expliquer cette folie qui nous prend tous? Où se trouve la logique de ne pas tomber dans une compilation, à la solde des partis des finances, de l’argent roi? Y compris les petites pilules viagra rendent sourds, alors si en plus d’avoir des difficultés d’érection certains n’entendent pas la demande du désir, autant les mettre sous cloches, et rouvrir les maisons closes pour hommes et femmes. Nous compterons peut-être et surement moins de victimes, ne pas perdre de vue que c’est la fonction qui crée l’organe et non l’inverse. La colère qui sourd en moi  me murmure la nuit lorsque j’ai des difficultés à dormir, il faut faire l’acte d’amour et éviter les pilules. Pourtant tout un chacun a droit au respect de sa personne D.S.K. en est l’exemple flagrant, mais peu sont ceux qui parlent de la victime potentielle. L’eau du robinet devient un danger à divers titre par sa raréfaction, par le système climatologique qui se détruit de jour en jour, les terres, les sols sont pourris de nitrate, je me souviens en 1984, j’écrivais que plus que 57% des départements en France présentaient des sols bouffis de nitrate. De nos jours, viennent s’ajouter les déchets nucléaires, la surproductions des céréaliers qui se font des couilles en or sur les tombes des petits agriculteurs qui ont fait confiance à leurs banquiers, le résultat est plus que probant, attention que l’anxiété, l’angoisse,  tout ce qui peut en découler, ne fasse de chacun des assassins en puissance. LA POLICE COURT APRES LES FUGITIFSA la lecture du Vidal pour l’avoir utilisé durant des années j’ai toujours dit que plus de 80% des produits qui se trouvent à l’intérieur se doivent de disparaître. Boire ou conduire il faut choisir effectivement, le danger de l’eau sur les relâchements musculaires existe, boire plus d’un  litre 500 d’eau est mauvais pour la santé, c’est plus que réel. Donc on nous fait tout une histoire du volcan en Islande, les grands de ce monde ne pouvant prendre le risque d’avaler des particules. Sommes –nous comme le disait Napoléon 1er à Talleyrand Un paquet de merde avec un bas de soie? Le danger est plus conséquent que les élections à venir, il reste à prendre le chemin de l’isolement ou mourir selon le choix des financiers véreux. Ils ne peuvent prétendre qu’ils ne le savaient pas, dans ces cas, aucune prison ne devrait exister car personne n’est coupable de quoi que cela soit. La réaction, lorsque l’on entend parler de millions d’euros touche une élite, que chacun choisisse son camp. Pourtant que la montagne est belle, l’amour presque divin si dans certains cas la confiance ne conduit avant notre temps au déclin. C'est plus qu'un leurre que de penser que les actes vont rentrer dans l'ordre sans prendre connaissance des actes de la semaine écoulée, nous verrons cette décade à venir Le Panda Patrick Juan.  

Commentaires

Le Panda

Moi, votre cerveau... Vous n’avez qu’un cerveau. Il vaut la peine de le bien connaître, de savoir tout ce qu’il recèle de ce que l’on sait et qu’on ne sait pas encore. Par souci pédagogique voici votre cerveau qui vous parle. Ecoutez le, faites le connaître autour de vous. J’ai choisi des lettres plus courtes pour mieux me faire comprendre. Votre cerveau ne s’en portera que mieux et vous mémoriserez plus, cela veut dire que vous gagnerez des neurones, plus de 700 par jour… Et pour ceux qui souhaitent aller plus loin, je vous rappelle que j’ai publié cette année avec le journaliste Dominique Vialard un livre intitulé : « Tout savoir pour éviter Alzheimer et Parkinson » « Il n’existe aucune forme de réalité plus puissante, stimulante et merveilleuse que l’esprit humain. » Mohamed Iqbal, grand philosophe et poète pakistanais
Le Panda

Me voici donc, moi votre cerveau, le décideur, le contemplatif, le rêveur, le déclencheur de vos gestes, le réceptacle de tous vos sens. Je suis aussi le régulateur de votre respiration, de votre rythme cardiaque et même d’une partie de la mécanique digestive. Savez- vous que c’est moi qui donne en plus un sens à votre existence ? Ne me dites pas que je suis nerveux! C’est vous trop souvent qui m’énervez, surtout parce que vous ne savez pas qui je suis et comment je fonctionne. On vous parle de deux systèmes nerveux: celui qui décide de presque tout et celui qui fonctionne tout seul, le système nerveux végétatif... C’est vrai, je gère les deux. On vous dit que lorsque seul le végétatif fonctionne – responsable du fonctionnement du cœur et du rythme respiratoire –, vous êtes mort. Ce n’est pas certain. En effet, je suis capable de dormir longtemps, presque de faire croire que le corps que j’habite est mort. Alors, les neurologues, les réanimateurs, les éthiciens, les spécialistes de la mort se précipitent sur moi pour scruter mes moindres réactions ou pour prélever vos organes. Je les crains très fort parce que des députés français, pour la plupart incompétents, viennent de voter la sédation profonde, c’est-à-dire l’euthanasie. Fuyez-les tant qu’il n’est pas trop tard !
Le Panda

Je suis un décideur Vous avez donc grand intérêt à me respecter ! Je suis le chef d’orchestre, quand je vais bien, des faits et gestes de tout votre organisme. Je pèse au maximum 1,5 kg, entre 1,2 et 1,4 kg le plus souvent, soit 2 % du poids corporel et suis beaucoup plus puissant que le cerveau de ma collègue mammifère la baleine, bien plus lourd que moi (6,9 kg). Les dauphins ont un cerveau un peu plus lourd que le mien de 1,5 à 1,7 kg. Quant à celui du cousin chimpanzé, il n’excède pas 400 g. Et si les hommes ont 100 g de plus de volume cérébral dans la tête que les femmes cela ne les rend pas plus intelligents, loin de là ! Les abeilles n’ont qu’un million de neurones, mais elles font tant de bien à l’humanité ! J’aime beaucoup le fructose des miels d’acacias et de châtaigniers qui sont ma meilleure énergie. Oui, c’est bien moi qui reçois toutes vos sensations gustatives issues de vos papilles linguales, des perceptions visuelles, auditives, des fins filaments nerveux qui induisent l’odorat, de tous les corpuscules si nombreux et délicats de votre peau avec le chaud et le froid, le piquant et le doux... Bref je vous donne vos 5 sens, mais qu’en faites vous trop souvent ? Rien ne m’échappe quand je vais bien ! Je suis capable de beaucoup travailler si vous me respectez. Ne m’envahissez pas de fumées toxiques, de tabac, d’alcool et de toute autre drogue (il n’y en a aucune qui soit douce, contrairement à ce que vous disent quelques irresponsables patentés, mamamouchis et pseudo-conseillers nichés jusque dans les ministères...).
Le Panda

Faites-moi bosser intelligemment et je vous le rendrai largement ! Savez-vous que je suis capable d’augmenter mes capacités de mémoire ? Et, en plus, de retenir d’insignifiants détails que je vous sortirai cinquante ans plus tard. Si je travaille jour et nuit, j’ai aussi besoin que vous me foutiez la paix la nuit ou une partie de la journée quand je bosse la nuit. Car, quand je dors, je réordonne toute l’agitation de votre journée. Quel boulot ! Je compare, je stocke l’essentiel, je mémorise certains vécus plus que d’autres. Si vous saviez combien vous êtes compliqué ! A très vite pour vous présenter les merveilleuses cellules qui me constituent. Très cordialement à tous Pr Henri Joyeux
Le Panda

LE PROFESSEUR HENRI JOYEUX PROPOSE UN CYCLE DE 10 CONFERENCES / DEBATS sur PARIS « L’éducation a la sante : les clés pour s’en occuper » Je vous propose bénévolement une Education-Information à la Santé vraiment documentée, scientifique et mise à la portée de tous, en restant totalement libre des lobbies pharmaceutiques ou de l’Agro-alimentaire. Le Public a soif d’informations justes sur la santé. Les récents scandales du médiator, les prescriptions abusives de statines, les effets désastreux de la malbouffe, de vitamine D, de somnifères, d’anxiolytiques, d’antidépresseurs ; les abus thérapeutiques initiés et développés par des laboratoires pharmaceutiques ont créé le doute dans de nombreux esprits. Cela a réduit la confiance aveugle dans les médecins, généralistes ou spécialistes. D’où un nomadisme médical certain et une recherche de sens, de vérité face à l’omnipotence de la publicité orientée non vers la santé du public, mais d’abord vers la consommation afin de nous prendre pour des ”Cons-sommateurs” de toutes sortes de médicaments.
Le Panda

Un changement est en train de s’opérer. Il appartient à chacun d’entre nous de le renforcer Le savoir, la connaissance sont des outils de liberté et surtout de prévention. Comment trouver par soi-même les moyens de rester en bonne santé à tous les âges de la vie ? Voici quelques exemples illustrés dans ces conférences... Au début de la vie : quels sont les vaccins obligatoires ? Pourquoi des vaccins recommandés ? Lesquels, quand et comment ? La croissance des enfants et leurs habitudes alimentaires…. La ”malbouffe”, problématique sociétale majeure responsable d’obésité, de maladies auto-immunes nombreuses. Grâce à une bonne nutrition, comment prévenir ou freiner les maladies de civilisation les plus fréquentes : diabète, obésité, cancers, maladies cardiovasculaires et auto-immunes, des rhumatismes à l’Alzheimer ? L’activité physique régulière pour quels bienfaits ? La Ménopause et l'Andropause : comment ne pas tomber dans le piège de la médicalisation… Ces conférences de prévention aideront ainsi à une meilleure prise en charge de chacun à tous les âges de la vie
Le Panda

Infos Pratiques : • les Salles Cinéma Max Linder (24 Bd Poissonnière – 75009 –Paris - 560 places). Théâtre Dejazet (41- Bd du temple – 75003- Paris -700 places) • Rappel planning des Conférences : 1h 30 ( 45 minutes en solo d’ H. Joyeux 45 minutes de questions réponses avec le public ) 30 minutes de signature /ventes de livres • S’inscrire sur le site dédié Cette série de conférences de prévention est accessible sur le site http://henri-joyeux.apc-conseil.fr en ligne dès le mercredi 16 mars. Prix des conférences 17€ Exception faite de la Conf du Vendredi 17 juin (horaire 18h30/20h30), les 9 autres Conférences auront lieu de 11 à 13 h. Conférence 1 : Alzheimer et Parkinson - comment les éviter et les faire reculer dans notre vie quotidienne ( Samedi 9 avril – 11h/ 13h - au Cinéma Max Linder ) Un million de personnes seraient atteintes d’Alzheimer en France et 225 000 personnes de plus chaque année. Cette maladie est déjà la première cause de dépendance. Il y aurait 50% de cas méconnus. Les traitements sont encore inefficaces. La maladie de Parkinson est diagnostiquée chez 40 nouveaux cas jour en France et atteint actuellement 150 000 personnes et 8000 à 14 000 nouveaux cas de plus par an. Il y a du fait de ces maladies 3 à 4 fois plus de suicides chez les personnes âgées. On connaît de mieux en mieux les signes précoces de ces maladies, ce qui permet de freiner l’évolution par des comportements de santé : manger mieux et meilleur, éviter les déshydratations cérébrales, stimuler fortement le goût et l’odorat, avoir une activité physique adaptée à l’âge, stimuler les neuromédiateurs de la créativité et de la joie... Prévenir et freiner l’évolution dépend de chacun d’entre nous pour ne pas être fatalement condamnées à cette mort « lente ».
Le Panda

Conférence 2 : Cancers, bilans et perspectives (Dimanche 10 avril – 11h/ 13h - au Théâtre Déjazet) La maladie cancéreuse atteint de plus en plus de personnes, malheureusement de plus en plus jeunes. Nous guérissons actuellement 50% des patients atteints de cancer quand ils sont traités à un stade de la maladie suffisamment précoce. Les 50% que nous ne guérissons pas arrivent au moment des traitements à un stade avancé de la maladie. Les traitements actuels sont de moins en moins agressifs, qu’il s’agisse de l’acte chirurgical, de la radiothérapie mieux ciblée, de la chimiothérapie plus personnalisée. Les découvertes les plus récentes permettront-elles de penser et prévoir la guérison de tous les malades atteints de cancer dès 2045, un siècle après la création par le Général de Gaulle des Centres anticancéreux ? Cela dépend plus de nos comportements que de la médecine.
Le Panda

Conférence 3 : Vaccins : faut-il en avoir peur ? Discerner le vrai du faux pour mieux s'y retrouver... (Dimanche 17 avril – 11h/ 13h - au Théâtre Déjazet) Un grand débat a été décidé par la Ministre de la santé pendant l’été 2015 , à la suite d'une pétition - signée par plus de 930 000 personnes - révélant l’arnaque des laboratoires pharmaceutiques imposant aux nourrissons de 2 mois une vaccination non obligatoire, inutile et dangereuse, car contenant un adjuvant, l’aluminium, et dirigée en particulier contre l’hépatite B qui ne peut toucher l’enfant que dans des cas très exceptionnels. Idem pour la vaccination généralisée des filles et des garçons dès 9 ans contre les papillomavirus, responsables des cancers du col de l’utérus et ORL : est-elle une vraie mesure de santé publique ? La généralisation de la vaccination des séniors contre la grippe qui coûte à la Sécurité sociale 536 millions d’euros par an est-elle justifiée ? Quelles relations entre le vaccin contre l’hépatite B et la sclérose en plaques, entre le vaccin nommé ROR contre la Rougeole, les Oreillons et la Rubéole, et l’autisme ? Cette conférence aidera les familles à s ‘y retrouver dans la jungle des multiples vaccins proposés et entretenue par les puissants lobbies des laboratoires pharmaceutiques internationaux. Les familles, et plus généralement tout le monde doit discerner le vrai du faux pour faire les bons choix. Si certains ont vraiment besoin d’être vaccinés contre certaines maladies infectieuses, les autres ont seulement besoin du minimum obligatoire : le DTP sans adjuvant en particulier l’aluminium.
Le Panda

Conférence 4 : Pancréas : à quoi sert-il et pourquoi faut-il en prendre soin pour éviter diabète et cancer.. ? (Dimanche 5 Juin – 11h/ 13h - au Théâtre Déjazet) Le Pancréas profondément situé dans notre abdomen pour être protégé a deux fonctions essentielles qui dérégulées, entrainent ces maladies. La première fonction agit grâce aux deux hormones qu’il fabrique insuline et glucagon qui régulent le taux du sucre dans le sang (la glycémie). Trop agressé par les sucres industriels et cachés qui ont un faible pouvoir sucrant, mais apportent trop de calories glucidiques, le pancréas hormonal se dérégule et l’organisme devient diabétique. La prévention est donc possible si l’on a de meilleures habitudes alimentaires. Quelles sont-elles ? Le diabète à vie n’est pas inéluctable. La deuxième fonction du pancréas est la formation du liquide pancréatique qui nous est nécessaire pour digérer les graisses de notre alimentation. La surcharge des graisses et des protéines animales, toutes trop cuites dans notre alimentation, force cette deuxième fonction pancréatique et peut conduire directement à l’inflammation chronique et au cancer de cette glande. La prévention est donc possible, si l’on sait éviter tout ce qui agresse notre pancréas. En le connaissant mieux, vous le protégerez.
Le Panda

Conférence 5 : De la puissance du sexe à l'impuissance : où est l'amour ? (Vendredi 17 Juin – 18h30/ 20h30 - au Théâtre Déjazet) Chez l’homme, la puissance sexuelle est forte, souvent pulsionnelle et même compulsionnelle chez certains. Chez la femme la régulation est cyclique comme sa fécondité. Les fonctionnements psychiques et affectifs sont très différents et ont des difficultés à entrer en harmonie. La contraception a permis aux femmes d’avoir enfin les enfants qu’elles désirent, mais en utilisant une contraception chimique puissante - qui n’est pas sans aucun danger - pour bloquer les ovulations mensuelles. Mais curieusement encore en 2015, des femmes ”tombent” enceintes de façon inattendues à l’origine de 220 000 interruptions de grossesse qui deviennent un moyen de régulation des naissances. Les hommes eux n’ont recours qu’à une contraception mécanique avec les préservatifs et ont de grandes réticences à accepter la ligature des canaux conducteurs de leur fertilité, tandis qu’ils acceptent facilement la ligature des trompes des femmes. La science avec les procréations médicalement assistées (PMA) est capable de procréer au laboratoire quand un des membres du couple ou les deux vit l’infertilité. Le sexe c’est aussi la pornographie, la prostitution, l’inceste et la pédophilie. Comment les expliquer ? Leur interdiction n’est-elle pas devenue un stimulant exploité par un lobby très puissant financièrement ? Peut-on envisager une plus douce contraception et la confier à l’homme ? Un champ de recherche immense et très économique. Une meilleure compréhension du féminin pour les hommes et l’inverse pour les femmes. Un nouveau monde amoureux est à construire.
Le Panda

Conférence 6 : La ménopause et l'andropause : comment ne pas tomber dans le piège de la médicalisation ? (Samedi 18 Juin– 11h/ 13h - au Cinéma Max Linder) Les laboratoires pharmaceutiques et les médecins spécialistes ont fait croire aux femmes que la ménopause est une maladie, responsable de bouffées de chaleur, vieillissement accéléré, ostéoporose, sécheresse vaginale... à un moment où la sexualité féminine peut justement s’épanouir sans la crainte d’une grossesse non désirée et sans hormones artificielles ou stérilet hormonal contraceptif. Tout cela s’est révélé faux quand on s’est aperçu que les traitements hormonaux substitutifs (THS ou THM) de la Ménopause augmentaient de façon significative et en peu d'années les risques de cancer du sein et de l’utérus. Les médecins spécialistes se sont alors rabattus vers le soja qui peut être dangereux avec les phytohormones à fortes doses. Évidemment les hommes ne sont pas oubliés. Spécialistes et laboratoires sont en train de médicaliser l’Andropause, afin de pousser à la consommation des stimulants de la puissance sexuelle, en les stressant avec l’ostéoporose et le cancer de la prostate.
Le Panda

Conférence 7 : Prévention du cancer du sein et de la prostate et prévention des récidives : quels traitements conservateurs et de reconstruction ? (Dimanche 18 septembre – 11h/ 13h - au Théâtre Déjazet) Le cancer du sein, comme celui de la prostate, est devenu un fléau social qui atteint femmes et hommes de plus en plus jeunes. Plus de 55 000 nouveaux cas de cancer du sein chaque année responsable de 11 500 décès annuels, et 70 000 nouveaux de cancers de la prostate par an, responsables de 10 000 morts chaque année. La prévention de ce fléau social est possible si on explique clairement les causes communes et spécifiques de ces 2 localisations cancéreuses : la génétique chez les femmes ou les hommes les plus jeunes, les consommations hormonales et les perturbateurs endocriniens en excès, les mauvaises habitudes alimentaires, le stress chronique ou les accès répétés de stress, le tabagisme, les médicaments de l’angoisse, de l’anxiété, de la déprime consommés trop longtemps. Connaissant les causes les plus fréquentes, on peut construire une vraie prévention des lésions primaires et évidemment des récidives. Des perspectives de santé publique bien plus efficaces que des traitements hormonaux ou anti-hormonaux préventifs.
Le Panda

Conférence 8 : Le foie, comment le respecter ? Votre foie vous parle quand il est malade... (Samedi 24 Septembre – 11h/ 13h - au Cinéma Max Linder) Le Foie est la plaque métabolique la plus extraordinaire de notre corps. La plupart des aliments sont longuement digérés préalablement. Le foie fabrique ensuite énormément de molécules indispensables à notre bonne santé : des précurseurs d’hormones, de nombreuses enzymes et des protéines spécialisées, il libère des sucres au fur et à mesure des besoins de notre système nerveux. Il est capable de transformer 2 grammes de sucres en 1 gramme de graisse ce qui permet de comprendre la formation du foie gras, chez les oies et canards et de plus en plus chez l’homme. Ainsi ce dernier se retrouve en insuffisance hépatique, très fatigué sans savoir pourquoi. Les alcools forts et en excès, les drogues passent par le foie et sont à l’origine de cirrhose et de plus en plus souvent d’intoxications médicamenteuses. L'excès de fer, les virus A, B, C, D, E.., sont responsables d’hépatites et d’insuffisances hépatiques ou de cancers, qui peuvent conduire à la nécessité d'une transplantation du foie. Respecter son foie exige de comprendre son merveilleux fonctionnement. Laissons-le s’exprimer, écoutons-le et que d’économies pour la sécurité sociale !
Le Panda

Conférence 9 : Changer d'alimentation pour prévenir des cancers et autres maladies de civilisation (diabètes, obésité, troubles cardio-vasculaires...) Dimanche 25 Septembre – 11h/ 13h - au Cinéma Max Linder) Nous sommes souvent, sans vraiment le savoir, soumis à de mauvaises habitudes alimentaires, celles que nous proposent sans cesse les publicités. Les conséquences sur notre santé sont immenses. Elles sont responsables en plus des nombreux cas de cancer qui peuvent toucher tous les organes, du diabète de type II et même III qui conduit à l’Alzheimer, à l’obésité, et aux maladies cardiovasculaires et auto-immunes, telles que rhumatismes, maladie de Crohn, rectocolite, maladies de la peau... Pour changer ses habitudes alimentaires, manger mieux et meilleur, il faut d'abord bien comprendre ce que deviennent dans notre corps le calcium en excès, le mauvais gluten, les produits animaux en grande quantité, les mauvais sucres et les mauvaises graisses en excès, et combien l’insuffisance de consommation en produits végétaux a des conséquences délétères dans notre tube digestif. Comment changer ses habitudes alimentaires simplement sans faire de régime pour se porter mieux et prévenir ? Comment garder des défenses immunitaires solides empêchant ainsi l’envahissement bactérien ou viral et celui des pesticides de notre environnement que nous consommons régulièrement ? Même le jeûne bien accompagné peut être bénéfique à notre santé, en sachant que la réduction calorique de temps en temps est une saine économie pour notre portefeuille et notre capital de santé.
Le Panda

Conférence 10 : Votre cœur vous parle : comprendre son fonctionnement cardiaque pour éviter l'accident vasculaire cérébral (AVC) et/ ou maladies cardio-vasculaires (samedi 8 Octobre – 11h/ 13h - au Cinéma Max Linder) Bien comprendre le fonctionnement de notre pompe cardiaque, c’est la protéger intelligemment d’autant plus que l’âge détériore facilement les fonctions cardiaques. Les arythmies, tachycardies et autres anomalies de fonctionnement ne sont pas que pour les spécialistes. L’influence du stress sur le cœur est parfaitement explicable et d’autant plus facile à gérer qu’on en connaît les antidotes. Le Ministère de la Santé vient de révéler qu’une personne est hospitalisée toutes les quatre minutes en France pour un accident vasculaire cérébral ( AVC ).Une urgence grave. Au-delà de notre cœur thoracique, il faut apprendre à faire travailler nos 2 cœurs plantaires, au niveau - comme leur nom l’indique - des plantes de chaque pied. Les marcheurs et coureurs à pied à chaque pas renvoient au cœur droit le sang bleu qui aurait tendance à stagner dans les membres inférieurs et créer ainsi phlébites et varices inesthétiques. Chez les personnes âgées, la marche des soldats de l'Est est le meilleur moyen d’entretenir un bon retour veineux vers le cœur et d’éviter les œdèmes de grosses jambes lourdes et inesthétiques. Comment réguler notre pression artérielle naturellement, éviter les hypotenseurs et diurétiques, maintenir une bonne régularité cardiaque même au grand âge ? Votre cœur vous parle.
Le Panda

Avec vous, nous serons 1 MILLION Chers amis de la Santé, Au moment où je vous écris, nous en sommes à 931 028 signatures à notre grande pétition ! Nous sommes en passe de provoquer un tremblement de terre... dès que nous arriverons au MILLION ! La Ministre de la Santé sera obligée d'agir... et d'imposer enfin le retour en pharmacie du vaccin DTPolio classique : • Sans aluminium, pour protéger les nourrissons contre ce métal toxique ; • Sans ajout de l'hépatite B, responsable de sclérose en plaque ; Il faut bien comprendre que les laboratoires pharmaceutiques n'ont aucun intérêt à remédier à la pénurie actuelle. Car le seul vaccin contenant le DTP actuellement disponible en pharmacie coûte 7 fois plus cher que le DT-Polio classique. C'est pourquoi il faut exercer une pression maximale sur notre Ministre. Elle a promis d'agir, mais rien n'est concrétisé. Ce sont pour l'instant des paroles en l'air. Alors je compte sur vous pour faire un nouvel effort pour que tous ensemble nous puissions atteindre ce MILLION ! Merci de signer maintenant la pétition si ce n'est déjà fait (à la fin de ce message) ! Et si vous l'avez déjà signée, je vous remercie d'envoyer le message ci-dessous à tous vos contacts. Il serait trop dommage d'abandonner si près du but. Nous devons donner un dernier coup de collier pour faire aboutir cette immense chaîne de solidarité. Pour protéger nos futurs enfants ou petits-enfants.
Le Panda

Pierre, 42 ans raconte comment il a subi, à deux reprises, les attouchements d’un prêtre lyonnais à la fin des années 1980. Le prélat avait déjà été condamné à un mois de prison avec sursis pour exhibitionnisme. Pierre dénonce le manque de réactivité du cardinal Barbarin qui, informé des agissements du prêtre, l’a maintenu en service.
Le Panda

Serait-ce le début d'un Spotlightà la française? Le film américain, tout juste primé aux Oscars, raconte la mise au jour des pratiques de prêtres pédophiles couverts par l'Église catholique dans la région de Boston. Aujourd'hui en France, le scandale touche Lyon. Et Pierre -qui souhaite pour l'heure conserver l'anonymat-, livre au Figaro un nouveau témoignage.
Le Panda

Il affirme qu'à 16 ans, il a été victime des attouchements d'un prêtre lyonnais. À 42 ans aujourd'hui, il occupe un poste de premier plan dans un ministère. Avec calme et émotion, il raconte comment il a été abusé par le père Jérôme Billioud, de l'ensemble paroissial La Croix Rousse. Le prêtre est notamment connu pour avoir célébré une messe le 21 janvier 2011 pour la mort de Louis XVI avec l'Action française. Pierre soutient que le cardinal Barbarin «n'a rien fait pour éloigner ce prêtre des autres enfants ». Sa plainte, déposée en 2009, a été classée pour cause de prescription. Mais dans les souvenirs de Pierre, les années n'ont pas prescrit la souffrance. Pis, les témoignages des anciens de Saint-Luc ont «réveillé un certain nombre de choses », explique-t-il. C'est pourquoi le 12 février, il a contacté le procureur de la République de Lyon. Deux jours plus tard, il lui a envoyé une lettre. Pierre doit être réentendu prochainement par la justice. À Lyon, une enquête préliminaire est ouverte pour «non-dénonciation de crime » et «mise en danger de la vie d'autrui ».
Le Panda

Honte et culpabilité Quand il a 16 ans au début des années 1990, Pierre vit une situation familiale compliquée avec le divorce de ses parents. Il rencontre alors le père Billioud à Lourdes lors d'un pèlerinage. «Il avait 15 ans de plus que moi, il était comme un grand frère, un père de substitution », se souvient Pierre. Le prêtre l'emmène en vacances à Biarritz et un soir, dans une chambre de l'hôtel Miramar. Là, selon Pierre, «le père Billioud a commencé à se frotter et à se masturber contre moi. J'étais très gêné, je ne savais pas quoi faire, j'ai fini par dormir par terre et j'ai fait comme si rien ne s'était passé ». Il est alors envahi par la honte, la culpabilité au point de ne parler de cette histoire à personne. Puis une fois majeur, Pierre retrouve le prêtre à Lourdes. Cette fois la scène se passe à l'hôtel de Provence. «Il a voulu recommencer et j'ai dit stop mais j'étais une nouvelle fois tétanisé. C'était horrible.»
Le Panda

C'est un médecin qui, en 2009, l'incite à porter plainte, Pierre a alors 35 ans. Il rencontre Mgr Barbarin. «Le cardinal m'a dit qu'il était parfaitement au courant et que ce prêtre avait déjà eu maille à partir avec la justice (le père Billioud avait été condamné au début des années 2000 à un mois de prison avec sursis pour exhibitionnisme, NDLR) et qu'il reconnaissait les faits me concernant. Le cardinal m'a demandé pardon au nom du prêtre. Je suis choqué qu'il n'ait pas pris la mesure du problème et qu'il se soit abrité derrière la prescription pénale. Il n'a rien fait pour protéger les autres enfants, il l'a laissé en place, au même endroit. C'est facile d'être courageux avec les chrétiens d'Orient, mais faire le ménage dans sa propre boutique alors que l'on sait qu'il y a des brebis galeuses, il faut un autre genre de courage. Barbarin n'a pas voulu faire ce ménage, il a mis de la poussière sous le tapis pendant des années et maintenant, tout lui explose à la figure.»
Le Panda

Gérer la crise Aujourd'hui, Pierre a deux enfants, âgés de 6 et 8 ans, le cadet n'a pas été baptisé «à cause de ça » et leur père n'entend pas les inscrire chez les scouts. «Je n'y arrive pas, je ne peux pas avoir confiance ». Si toute sa famille n'est pas au courant des attouchements qu'il a subis, il l'a en revanche dit à une tante carmélite. «Ce prêtre a bousillé une partie de ma vie. Je veux protéger les autres enfants », dit Pierre. Contacté par Le Figaro, le père Billioud explique «n'avoir aucun souvenir » de la nuit à Biarritz. Il assure avoir partagé la chambre avec un ami prêtre. À propos de sa condamnation pour exhibitionnisme, il dit «avoir bu » après avoir été «sollicité » pour une affaire «complètement hors cadre paroissial ». Selon lui, «la première personne visée est le cardinal Barbarin. Tout est bon pour l'atteindre ». Contacté par Le Figaro, le cardinal Barbarin n'a pas donné suite. Pour assurer cette gestion de la crise, le diocèse de Lyon s'est adjoint les services d'un spécialiste en la personne de Guillaume Didier, ancien porte-parole du ministère de la Justice. Celui qui fut juge d'instruction a déjà fort à faire avec Biotrial, l'entreprise rennaise, responsable de l'essai clinique qui a fait un mort.
Le Panda

Vingt ans après les faits de viols qui lui sont reprochés et après 48 heures de garde à vue, le père Bernard Preynat a été mis en examen mercredi pour «agressions sexuelles sur mineurs de moins de 15 ans par personne ayant l'autorité» et placé sous contrôle judiciaire. L'affaire a été révélée par quelques anciens scouts de la paroisse Saint Luc, à Sainte-Foy-lès-Lyon (Rhône). Les victimes accusent notamment leur ancien aumônier d'actes d'attouchements et de fellations. Le père Bernard Preynat avait été leur conseiller religieux entre 1970 et 1990. «Il m'a reconnu et a conservé une mémoire précise des lieux. Il m'a même présenté des excuses», témoigne auprès du Parisien l'une des victimes du prètre, François Devaux, âgé aujourd'hui de 36 ans. Benéficiant à l'époque d'une aura particulière dans cette banlieue résidentielle de Lyon, le père Bernard Preynat n'avait pas été mis en cause au moment des faits malgré des accusations récurrentes de parents.
Le Panda

Confronté cette semaine à ses anciennes victimes devant le parquet de Lyon, l'ancien aumônier a finalement reconnu tous les faits devant la justice, plus de vingt après, et assuré que sa hiérachie avait eu connaissance de cette tendance à la pédophilie. «Il a dit que tous ses supérieurs étaient au courant, Decourtray, Billé, Balland et Barbarin et ceci depuis toujours», explique François Devaux, choqué par le silence de ces quatre cardinaux lyonnais. D'après l'association La Parole libérée, fondée par quelques victimes pour permettre à d'autres de se faire connaître, des échanges de courriers auraient eu lieu dès 1980 afin de mettre en garde la hiérarchie ecclésiale. L'association, qu'on peut retrouver sur internet sur www.veritegroupesaintluc.fr, a publié de nombreux témoignages précis des victimes, racontant les faits.
Le Panda

Un site internet très fourni sur le sujet Le site internet retrace aussi avec minutie la chronologie des faits: actes, premières plaintes, mutations de l'accusé d'une paroisse à l'autre, une entrevue entre Monseigneur Barbarin et un plaignant, etc. Le site donne également l'accès à des lettres d'aveux du Père Bernard Preynat à des parents de victimes. «Vous savez que je n'ai jamais nié les faits qui me sont reprochés. Ils sont pour moi aussi une blessure dans mon coeur de prêtre», peut-on lire. À propos de son départ de la paroisse, l'aumônier prie les parents d'accepter que celui-ci se fasse dans la discrétion, sans faire mention de plaintes en justice. «Permettez moi de quitter dans la dignité et de pouvoir ainsi refaire ma vie sacerdotale ailleurs», plaide le conseiller religieux scout. L'accusé avait ensuite changé plusieurs fois de paroisse et, notamment, continué à enseigner le cathéchisme. En 2013, il avait encore été nommé responsable de six paroisses.
Le Panda

Dans un communiqué publié sur le site du diocèse de Lyon le 12 janvier, le cardinal Barbarin annonce qu'un procès canonique sera engagé contre le père Bernard Preynat et assure qu'il n'a été mis au courant des faits qu'au cours de l'été 2014. «Un procès canonique est envisagé, à l'issue de la procédure civile, selon les règles prévues par l'Eglise, de façon à ce que justice soit faite», précise le texte. Quant à l'évolution de l'affaire du point de vue de la justice, un doute persiste sur le laps de temps écoulé entre les agressions et les plaintes, les faits remontant à plus de vingt ans et pouvant donc tomber sous le coup de la prescription.
Le Panda

Le Panda

Le gouvernement assure le service après-vente de la nouvelle loi Travail. Le Premier ministre était l'invité du journal de 20 heures de France 2, lundi 14 mars, quelques heures après avoir dévoilé aux partenaires sociaux une version revue et "corrigée" du projet de loi contesté. Pendant ce temps, la ministre du Travail Myriam El Khomri était sur le plateau du journal de TF1. ? "Il y a eu des ratés et je les assume". Le Premier ministre a reconnu des difficultés dans les négociations et justifie la réécriture du projet de loi Travail. "Plutôt que de s'entêter, il fallait prendre 15 jours de plus et écouter tout le monde", a-t-il dit face à David Pujadas. ? "Le pays doit avancer en laissant plus de place à la négociation." La ministre du Travail assure que la réforme du Code du travail est "nécessaire" et défend, elle aussi et sans surprise, la nouvelle version du texte. ? Des syndicats appellent toujours au retrait du projet. C'est le cas de la CGT et de Force ouvrière et l'Unef. Mais la majorité est elle-même divisée : des parlementaires PS menacent de s'opposer au texte et le Mouvement des jeunes socialistes (MJS) est très remonté.
Le Panda

Vladimir Poutine a ordonné aux forces militaires russes de se retirer de Syrie, lundi 14 mars, estimant que l'intervention terrestre avait largement accompli ses objectifs. Lors d'une réunion au Kremlin avec ses ministres de la Défense et des Affaires étrangères, le président russe a annoncé que le retrait "de la majeure partie" de ses contingents militaires commencerait dès mardi. Bachar Al-Assad d'accord avec la décision russe Les bases navales et aériennes russes en Syrie continueront cependant à opérer normalement, a précisé Vladimir Poutine. Il a par ailleurs affirmé souhaiter que la Russie amplifie son rôle dans les discussions qui doivent déboucher sur un accord de paix en Syrie. Vladimir Poutine a informé Bachar Al-Assad du retrait de ses troupes par téléphone, a annoncé le porte-parole de la présidence russe. Selon le Kremlin, le président syrien aurait fait savoir qu'il était d'accord avec la décision russe.
Le Panda

Des journalistes de Sky News possèdent-ils un fichier confidentiel susceptible de faire vaciller le groupe Etat islamique ? C'est en tout cas ce qu'affirme la chaîne qui révèle connaître l'identité de 22 000 jihadistes, dont plusieurs centaines de Français. Des fiches qui détaillent notamment le nom du combattant, son groupe sanguin, sa profession, et même sa compréhension de la charia. C'est un repenti de Daech qui affirme avoir volé une clef USB. "Ce groupe est un mensonge (...) il est très loin de l'islam", fustige Abu Ahmed. Une possible mine d'or Quel crédit apporter à de telles révélations ? Plusieurs services de renseignements européens prennent ce document très au sérieux. Des documents qui vont rapidement être transmis aux autorités britanniques. Ils pourraient constituer une mine d'or pour les services de renseignement du monde entier.
Le Panda

Au lendemain de l'attaque jihadiste qui a frappé la station balnéaire de Grand-Bassam (Côte d'Ivoire), le bilan s'alourdit. Quatre Français sont morts dans l'attentat mené par Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), annonce l'Elysée dans un communiqué, lundi 14 mars. Dix-huit victimes et trente-trois blessés Jusque-là, le bilan provisoire n'évoquait qu'une victime française. Ce nouveau décompte est annoncé après un entretien téléphonique entre François Hollande et son homologue ivoirien, Alassane Ouattara. Au total, l'attaque a coûté la vie à 15 civils et trois membres des forces de sécurité, et a fait 33 blessés, selon le dernier bilan du ministre ivoirien de l'Intérieur, qui fait aussi état de trois terroristes tués. François Hollande a par ailleurs confirmé le déplacement à Abidjan, mardi, du ministre des Affaires étrangères et du ministre de l’Intérieur, "afin de manifester concrètement la solidarité de la France avec la Côte d’Ivoire", précise le communiqué.
Le Panda

La nouvelle version de la loi Travail va-t-elle calmer les syndicats ? Après les annonces du Premier ministre, qui a présenté lundi 14 mars cette nouvelle mouture, les centrales sont apparues divisées. Si la CFDT est satisfaite, la CGT, FO et l'Unef appellent à poursuivre la mobilisation. Francetv info passe en revue les réactions des uns et des autres. ?FO, la CGT et l'Unef maintiennent leur opposition au texte Le secrétaire général de FO, Jean-Claude Mailly, a déclaré que sa centrale demandait toujours le retrait du projet de loi. "Le mécontentement et le désaccord demeurent", a-t-il déclaré sur le perron de Matignon.
Le Panda

La CGT a fait de même, quelques minutes plus tard. "Il y a des effets d'annonce, mais nous ne sommes pas satisfaits, tout est dérogeable", a déclaré Philippe Martinez, son secrétaire général. Il maintient l'appel à la manifestation lancé pour le 31 mars, "plus que jamais d'actualité".
Le Panda

?La CFDT exprime sa satisfaction Réputée réformiste, la CFDT a bien accueilli la nouvelle version du texte. "Sur un certain nombre de points, il y a réécriture (...). Un projet de loi déséquilibré devient un projet de loi potentiellement porteur de progrès pour les jeunes et les salariés", s'est félicité un peu plus tard Laurent Berger, le leader de la CFDT. Sur son compte Twitter, la centrale a énuméré les revendications pour lesquelles elle avait obtenu satisfaction, comme le retrait du plafonnement des indemnités prud'homales.
Le Panda

Le cardinal Barbarin "a appris avec tristesse et consternation" qu'une nouvelle plainte avait été déposée à son encontre, peut-on lire dans un communiqué du diocèse de Lyon, diffusé lundi 14 mars. Les faits – des actes pédophiles – remonteraient au début des années 1990 et concerneraient un prêtre toujours en activité. A l'occasion d'une conférence de presse, il a assuré n'avoir "jamais, jamais, jamais, couvert d'actes de pédophilie." "Les victimes savent que c'est à elles que je pense", a ajouté le cardinal Barbarin. "Le Premier ministre me demande de prendre mes responsabilités et je lui promets que je les prends", a-t-il affirmé, se disant confiant que Manuel Valls "connaît mieux que moi les lois de la République" et "respecte la présomption d'innocence".
Le Panda

Une plainte pour "mise en danger de la vie d'autrui et provocation au suicide". Une première plainte avait été déposée en 2009 contre un prêtre lyonnais. A cette occasion, le plaignant dit avoir rencontré le cardinal Philippe Barbarin, qui "s'[est abrité] derrière la prescription pénale" des faits concernés. "Il n'a rien fait pour protéger les autres enfants, il l'a laissé en place, au même endroit", dénonce-t-il. ? Le cardinal Barbarin "manifeste sa profonde incompréhension". "Il est évident qu’en aucun cas il n’a ni mis en danger la vie d’autrui, ni encouragé quiconque à se suicider", explique le communiqué du diocèse de Lyon. ? Une nouvelle affaire après celle du père Bernard Preynat. Le religieux a lui été mis en examen fin janvier pour des agressions sexuelles sur de jeunes scouts lyonnais entre 1986 et 1991. Il est resté en activité jusqu'au 31 août 2015, après avoir été relevé de ses fonctions par le diocèse.
Le Panda

Karim Benzema, dont l'éventuel retour en équipe de France fait polémique, a mis en avant ce mardi son "exemplarité" sur le terrain après les critiques du Premier ministre Manuel Valls, opposé au rappel de l'attaquant mis en examen dans l'affaire du chantage à la sextape. Karim Benzema vient-il de lancer le Classico Barça-Real du 2 avril prochain? Visiblement irrité par les propos tenus ce mardi matin par le Catalan Manuel Valls, l'attaquant du Real Madrid a publié un tweet en début d'après-midi pour revenir sur son "exemplarité". "Douze saisons que je suis professionnel: 541 matches joués, zéro carton rouge, onze cartons jaunes!!! Et certains parle de mon exemplarité ???", écrit le buteur du Real. 12 saisons que je suis professionnel : 541 matchs joués 0 carton rouge 11 cartons jaune !!! Et certains parle de mon exemplarité ??? — Karim Benzema (@Benzema) March 15, 2016
Le Panda

"Un grand sportif se doit d'être exemplaire" Au micro de RMC/BFMTV, le Premier ministre était venu assurer le service après-vente de la future loi Travail. Interrogé subsidiairement sur l'affaire de la sextape, Manuel Valls a estimé que "les conditions aujourd'hui ne sont pas réunies pour que Karim Benzema" soient rappelé en Bleu. "Par rapport à la jeunesse, un grand sportif se doit d'être exemplaire", expliquait le Premier ministre. Visiblement, cette sortie n'a pas plu au Madrilène.
Le Panda

Un peu plus tôt dans la semaine, c'est le ministre des Sports, Patrick Kanner, qui avait réagit à cette notion d'exemplarité, sans toutefois cibler directement Karim Benzema. Ma position est celle d'un ministre des Sports qui pense que l'exemplarité, la probité, la valeur humaine et judiciaire en l'occurrence des joueurs doit être prise en considération." Politiquement correct.
Le Panda

«J'irai jusqu'au bout !» C'était le 23 février, lorsque Manuel Valls, bravache, se disait prêt à réformer le marché du travail en dépit de la contestation sociale. Le Premier ministre brandissait même l'arme du 49-3 pour passer en force à l'Assemblée. On allait voir ce qu'on allait voir... Lundi, à Matignon, changement de ton. « Dans la démocratie, dialoguer, ce n'est ni reculer ni s'arc-bouter », plaide le chef du gouvernement. Résultat, la nouvelle mouture de la loi El Khomri, rebaptisée loi Travail, ne ressemble plus beaucoup au texte initial. Le barème plafonnant les indemnités prud'homales ? Simplement « indicatif ». Exit aussi l'article qui permettait à un patron de PME d'imposer unilatéralement un forfait jours ou de moduler les astreintes. Ce sera impossible sans passer par un accord collectif. Machine arrière toute !
Le Panda

QUESTION DU JOUR. Loi Travail : les concessions du gouvernement vont-elles suffire à calmer la rue ? Valls de 2016 ne sera pas le Juppé de 1995 A l'hostilité quasi générale des syndicats, d'une partie de la gauche et même de l'opinion se sont en effet ajoutés les cortèges de jeunes. « Il n'était pas possible de prendre des décisions unilatérales sur un texte de cette nature », explique Bruno Le Roux, le chef des députés PS, qui avait pointé « un problème » de méthode. Comme si, dès le départ, le gouvernement avait mis la charrue devant les bœufs. « Ah, si seulement on avait commencé par ce texte plus réaliste au lieu de dire J'irai jusqu'au bout ! » soupire un ministre. Sur France 2, hier soir, Manuel Valls a esquissé un mea culpa en admettant qu'il y avait eu des « ratés ». Bref, le Valls de 2016 ne sera certes pas le Juppé de 1995 — droit dans ses bottes — face aux manifestants. Mais le réformateur qui se voulait inflexible s'est « hollandisé » à force de chercher la synthèse ! Quitte à donner une vague impression de deux pas en avant, trois pas en arrière façon... Michael Jackson. « Hollande pratique le moonwalk, il recule en faisant croire qu'il avance », raillait dès hier le patron des sénateurs LR, Bruno Retailleau.
Le Panda

EN SAVOIR PLUS. Ce qui change dans la nouvelle version présentée par Valls Valls a voulu rester à Matignon, il en paye désormais le prix. Officiellement, le nouveau texte a été écrit à quatre mains. « Il y a eu une totale fusion entre l'Elysée et Matignon », assure l'entourage de Hollande. En réalité, Valls a dû se plier aux arbitrages d'un président soucieux de faire baisser le chômage, de préserver la paix sociale et, aussi, ses chances pour un éventuel second mandat. Comme toujours sous la V e République, c'est au locataire de Matignon que reviennent les tâches ingrates. Lundi, tandis que le Premier ministre se démenait pour convaincre les partenaires sociaux du bon équilibre de la réforme, le président dissertait avec... de jeunes écrivains à l'Elysée. En route pour Canossa, Manuel Valls n'est peut-être pas au bout de ses peines. Car les parlementaires PS ont bien l'intention de s'occuper du délicat article qui traite des licenciements économiques. « J'attends de voir à quelles conditions on va les autoriser à licencier », prévient le député PS Christophe Sirugue, pressenti pour être rapporteur du texte.
Le Panda

En attendant, Valls a réussi à désamorcer en partie l'hostilité syndicale. Les organisations réformistes (CFDT, CFTC, Unsa, Fage...) ont fait part de leur satisfaction, le Medef restant dans un entre-deux. Même au PS, on respire mieux. Alors qu'une nouvelle journée d'action des jeunes est organisée après-demain, l'essentiel était de faire tomber la pression. Temporairement ?
Le Panda

Les meilleurs spécialistes français dénoncent une explosion «injustifiée» du prix des médicaments. Les médicaments du cancer coûtent cher, trop cher, de plus en plus cher! C'est pour mettre fin à une situation explosive que 110 cancérologues et hématologues français ont décidé de lancer un appel dans Le Figaro. L'année dernière, les cancérologues américains tiraient le signal d'alarme via une lettre ouverte dans la plus prestigieuse revue médicale américaine. Cette fois, ce sont les professionnels de santé eux-mêmes qui se lancent dans l'arène
Le Panda

Le Panda

Et pas des moindres! Les deux promoteurs de l'«appel des 110» sont des poids lourds de la cancérologie française. Jean-Paul Vernant, professeur d'hématologie, fut même l'auteur des recommandations du troisième plan cancer, tandis que Dominique Maraninchi vient tout juste de quitter la direction de l'Agence du médicament (ANSM) après avoir présidé l'Institut national du cancer (Inca). Il est aussi professeur de cancérologie. Pour tout dire, l'appel des 110 ressemble à un Who's Who du cancer. On croise ainsi les présidents de prestigieux instituts, le Pr Thierry Philip (Institut Curie) et le Pr Alexander Eggermont (Institut Gustave Roussy), mais aussi l'ancien directeur de la Haute Autorité de santé (HAS), le Pr Jean-Luc Harousseau, le Pr Patrice Viens, président d'Unicancer, ou encore Alain Fischer, professeur au Collège de France. Pourquoi une telle mobilisation?
Le Panda

Situation explosive D'abord parce que la situation est véritablement explosive. À entendre les experts, à lire les rapports de l'Assurance-maladie ou ceux de la Cour des comptes, à écouter les pharmaciens responsables dans les établissements de soin, on a véritablement l'impression d'être sur le Titanic, filant droit vers son destin. Sans que personne sache où se trouve le capitaine! «Une bulle s'est installée, et elle est sur le point d'exploser», annonce le Pr Vernant, visant les «profits indécents de l'industrie pharmaceutique». Lui qui dénonçait déjà en 2013 des bénéfices dépassant en pourcentage du chiffre d'affaires ceux de l'industrie du luxe n'a toujours pas décoléré. «L'industrie pharmaceutique détermine ses prix en fonction de ce que le marché est prêt à payer», constate-t-il. Les prix des médicaments contre le cancer sont chers en Europe? Ils sont au moins deux fois plus chers aux États-Unis! L'exemple du Glivec (imatinib) est éloquent. Ce médicament efficace dans la leucémie myéloïde chronique coûte environ 7500 euros par mois aux États-Unis, alors qu'il est aux alentours de 3 000 euros en France. Cher dans les deux cas. Mais un peu moins en France, où l'État tente de négocier les prix via le Comité économique des produits de santé (CEPS).
Le Panda

Moins de 15 % du chiffre d'affaires en recherche et développement Les auteurs de l'appel des 110 contestent, à travers le Glivec, l'argument souvent avancé par l'industrie pharmaceutique du nécessaire retour sur investissement. Comment expliquer que le coût du Glivec soit passé, selon des calculs effectués par le New York Times en dollars constants de 2014, de 4500 dollars par mois en 2001 à 8400 dollars en 2015, alors que le retour sur investissement de ce produit est fait, largement, depuis longtemps? «Nous défendons l'idée qu'il faut payer le juste prix du médicament, mais aujourd'hui les industriels ne calculent plus leur prix sur la base des efforts en recherche et développement engagée, et d'ailleurs moins de 15 % du chiffre d'affaires va dans la R&D (recherche et développement)», ajoute le Pr Vernant. Avec les 110, il propose même d'envisager un prix «basé sur les sommes investies par les industriels pour la R & D du produit (en tenant compte des apports fournis par la recherche académique), auquel s'ajouterait un retour sur investissement raisonnable, éventuellement défini a priori». Une idée aussitôt rejetée par le Leem (regroupement des entreprises du médicament en France): «La prédétermination d'un taux de marge pour l'industriel aurait un effet désincitatif pour les investisseurs», explique au Figaro le Dr Éric Baseilhac, directeur des affaires économiques du Leem. Les premiers craquements se sont fait sentir il y a deux ans lorsque l'un des pôles d'excellence de la cancérologie française, le Centre Léon Bérard, à Lyon, a décidé de ne plus administrer de trabectédine (Yondelis) à de nouveaux patients atteints de sarcomes rares et en échec thérapeutique. Le médicament, qui coûte environ 50.000 euros par an, venait de quitter la «liste en sus», celle qui assure un financement supplémentaire par l'Assurance-maladie à l'établissement de soin, pour être pleinement imputé sur son budget. Un million d'euros par an pour une vingtaine de patients, c'était trop pour un tel traitement.
Le Panda

Ouvrir un débat citoyen Les Anglais ont déjà décidé, non sans grincements de dents, de ne pas rembourser des traitements disponibles jugés trop coûteux par rapport à leur efficacité. C'est pour éviter d'en arriver là que les 110 demandent «un système d'arbitrage des prix plus démocratique et plus transparent, en y associant de façon structurelle des représentants des patients et des professionnels». En France, les négociations de prix au sein du CEPS se font dans la plus parfaite opacité. Pour Éric Baseilhac, «de nombreuses spécificités du modèle économique du médicament s'opposent à la possibilité d'une construction analytique de son prix». D'abord à cause «de logiques de portefeuille de produit», ce qui rend difficile l'individualisation pour un produit ou un pays. Ensuite parce qu'«une approche strictement analytique du prix qui négligerait toute référence à la valeur thérapeutique apportée par le médicament conduirait à orienter la recherche vers les molécules les plus rentables, pas forcément les plus utiles», explique-t-il. À l'évidence, il est temps de tout mettre sur la table et d'ouvrir un débat citoyen. Les 110, eux, vont désormais transformer leur appel en pétition.
Le Panda

TRIBUNE - Lançant un appel de cent dix signataires*, les cancérologues Dominique Maraninchi et Jean-Paul Vernant avancent des pistes pour réduire l'inflation des prix pratiqués par l'industrie pharmaceutique. De nombreuses innovations thérapeutiques apparaissent dans le domaine du cancer. Certaines offrent aux malades des espoirs de survie plus longue et d'une meilleure qualité de vie. Pourtant, le coût d'abord croissant et maintenant exorbitant de ces innovations risque fort de compromettre ces espoirs. À travers des pétitions et des articles, des médecins américains spécialistes du cancer ont exprimé leurs inquiétudes devant les prix de ces innovations, s'émouvant de les voir passer de 10.000 à plus de 120.000 dollars par patient et par an en une quinzaine d'années. De fait, des dizaines de millions d'Américains qui ne bénéficient ni d'une aide de l'État ni d'une assurance santé personnelle ne peuvent déjà plus profiter de ces progrès thérapeutiques. Quant à ceux qui sont pourtant détenteurs d'une assurance santé, ils peuvent néanmoins avoir à s'acquitter d'un «reste à charge» de 25.000 à 30.000 dollars par an, soit la moitié du revenu moyen des ménages aux États-Unis.
Le Panda

«De façon paradoxale, les prix des nouveaux produits explosent alors que le coût de leur R&D a diminué» Le régime de santé solidaire dont nous bénéficions en France met pour l'instant les patients à l'abri. Mais pour combien de temps? Et jusqu'à quel niveau d'inflation des prix? Longtemps, l'industrie pharmaceutique a calculé le prix d'un médicament en fonction de l'investissement qu'elle avait consacré à la recherche et au développement (R&D) de celui-ci. Or, aujourd'hui, de façon paradoxale, les prix des nouveaux produits explosent alors que le coût de leur R&D a diminué. En effet, alors que les anciens traitements du cancer étaient souvent issus de longs et difficiles screenings plus ou moins systématiques, les nouvelles molécules commercialisées par les industriels visent des cibles définies a priori, et le plus souvent fournies par la recherche publique. Par ailleurs ces nouveaux traitements bénéficient d'autorisations de mise sur le marché (AMM) très rapides, donc leur temps de développement est beaucoup plus court qu'auparavant. Ainsi, la charge de la R&D ne suffit pas à justifier les prix très élevés de ces nouveaux traitements. D'ailleurs, les comptes de l'industrie pharmaceutique eux-mêmes confirment cette faible charge, où en moyenne 15 % du chiffre d'affaires de la branche est allouée à la R&D contre plus de 25 % pour les dépenses de marketing, et des marges bénéficiaires annoncées excédant 15 %.
Le Panda

«Les prix des nouveaux traitements du cancer sont déterminés par l'idée que les industriels se font de ce que les marchés sont capables de supporter» Mais, se défend l'industrie pharmaceutique, ces prix sont à la hauteur de l'efficacité des traitements et de l'amélioration des services rendus, un investissement pour de moindres dépenses, en quelque sorte. Outre que beaucoup de ces innovations ne présentent pas un bénéfice qui justifie de telles assertions, on peut se demander si, même quand l'efficacité est majeure, cela autorise en soi de tels excès. Le prix des antituberculeux apparus au milieu du XXe siècle n'a heureusement pas été défini en fonction des années de sanatorium et des morts évitéesâ?Š En réalité, les prix des nouveaux traitements du cancer sont déterminés par l'idée que les industriels se font de ce que les marchés sont capables de supporter. Cela explique les écarts de prix très importants observés d'un pays à l'autre et permet également de comprendre pourquoi l'Imatinib (Glivec®), traitant de façon très efficace la leucémie myéloïde chronique a vu son prix passer aux États-Unis en quinze ans de 30 000 à 90 000 dollars par an, sans que le service médical rendu ait été amélioré. Au Royaume-Uni des traitements pourtant efficaces sont aujourd'hui déremboursés à cause des dépenses qu'ils engendrent.
Le Panda

«Des menaces réelles pèsent sur l'équité d'accès des patients aux traitements innovants des cancers» Face à l'inflation des prix pratiqués par des laboratoires pharmaceutiques enclins à optimiser leurs gains, des menaces réelles pèsent sur l'équité d'accès des patients aux traitements innovants des cancers, comme sur la pérennité de notre système de santé solidaire, d'autant que cette inflation déborde maintenant largement le champ du cancer et touche d'autres médicaments innovants comme ceux de l'hépatite C. Ces menaces sont suffisamment graves pour que les cancérologues et les hématologues manifestent leur préoccupation extrême auprès des pouvoirs publics et proposent notamment: - de définir un juste prix pour les médicaments du cancer, basé sur les sommes investies par les industriels pour la R&D du produit (en tenant compte des apports fournis par la recherche académique), auquel s'ajouterait un retour sur investissement raisonnable, éventuellement défini a priori ; - de rendre le système d'arbitrage des prix plus démocratique et transparent, en y associant de façon structurelle des représentants des patients et des professionnels ; - de ne plus accepter les extensions de durée des brevets que la rapidité du développement des nouvelles thérapeutiques ne justifie pas ; - d'autoriser, comme cela existe déjà pour les traitements du sida et des infections opportunistes, l'utilisation de licences obligatoires pour les pays en développement, qui leur permettent la production et l'utilisation de génériques avant même que les brevets ne tombent dans le domaine public.
Le Panda

* La liste des 110 signataires: L. Ades, F. André, T. André, M. Attal, M. Bagot, A. Baruchel, J.O. Bay, F. Bertucci, D. Blaise, N. Boissel, J. Bonneterre, D. Bordessoule, P. Bougnoux, D. Bouscary, R. Bugat, J.Y. Cahn, F. Calvo, M. Campone, S. Castaigne, M. Cavazzana, C. Chabannon, F. Chauvin, M.P. Colombat, C. Cordonnier, S. Culine, E. Deconinck, A. Delmer, H. Dombret, J.Y. Douillard, J.B. Dubois, M. Ducreux, F. Duffaud, C.Durdur, A. Eggermont, F. Eisinger, M. Espié, T. Facon, F. Fenaux, J.M. Ferrero, P. Feugier, A. Fischer, G. Freyer, P. Fumoleau, G. Ganem, C. Gardin, S. Giraudier, J. Gligorov, A. Goncalves, P. Guardiola, D. Guyotat, E. Gyan, C. Haïoun, J.L. Harousseau, O. Hermine, M. Hunault, N. Ifrah, A. Jaccard, P.Kerbrat , J.L. Lagrange, T. Lamy, G. Laurent, P. Laurent-Puig, V. Leblond, S. Legouill, F.X. Mahon, D. Maraninchi, G. Marit, J.P. Marolleau, J.J. Mazeron, J. Mazières, M. Michallet, L. Mignot, N. Milpied, J.L. Misset, M. Mohty, P. Moreau, F. Morschhauser, S. Nguyen-Quoc, S. Oudard, R. Peffault de la Tour, J.M. Phelip, T. Philip, A. Pigneux, X. Pivot, J.L. Pujol, H. Roché, P. Rousselot, S. Salas, G. Socié, M. Schneider, J.F. Seitz, H. Sobol, F. Suarez, J. Taïeb, C. Thieblemont, A. Thyss, H. Tilly, J.M. Tourani, O. Tournilhac, V. Trillet-Lenoir, N. Tubiana-Mathieu, A. Turhan, B. Varet, P. Verrelle, J.P. Vernant, N. Vey, P. Viens, E. Wattel, M. Ychou, R. Zittoun.
Le Panda

La Ligue contre le cancer a dénoncé mercredi les prix «injustes» et «exorbitants» des médicaments innovants qui menacent, selon elle, le système de santé et créent des inégalités entre les malades. «Cela fait dix ans que nous constatons une inflation des prix des médicaments. En 2004, les médicaments contre le cancer représentaient 24 milliards de dollars; en 2008, 40 milliards; en 2014; 80 milliards sur un total de 650 milliards du coût des médicaments», a déclaré le Pr Jean-Paul Vernant, du groupe hospitalier Pitié-Salpêtrière lors d'une conférence de presse. Si rien n'est fait pour contenir cette inflation, en 2020, ils représenteront 155 milliards de dollars, soit un doublement en six ans, a-t-il souligné.
Le Panda

Cette inflation est liée à la multiplication des traitements «ciblés». «Avant, un médicament traitait les 70.000 cancers du poumon», a expliqué M. Vernant, «Aujourd'hui, il s'adresse à des sous-groupes de malades» parce qu'on a pu différencier des types de tumeurs ou on a pu identifier des anomalies chez certains malades nécessitant des traitements plus ciblés. Mais les laboratoires, dans une logique de «retour sur investissement», veulent que leur médicament proposé à 5.000 malades soit aussi rentable que celui qui était initialement proposé aux 70.000, selon M. Vernant. Si association et médecins ne remettent pas en cause l'efficacité des médicaments innovants qui permettent «de guérir de nombreuses personnes malades et d'augmenter de façon régulière leur durée de vie», ils s'interrogent sur les limites à fixer. «La prochaine molécule qui devrait arriver en France contre le traitement du mélanome, appelée Keytruda, coûterait plus de 100.000 euros par an pour chaque patient traité», a précisé la Ligue. «100.000 euros de traitement, c'est trois fois le revenu moyen d'un ménage en France. Cela pose un problème économique, éthique et d'équité», observe Franck Chauvin, administrateur de la Ligue.
Le Panda

«Les industriels sont loin de fixer leur prix de manière libre», s'est défendu Philippe Lamoureux directeur général de la fédération des industriels du médicament (Leem), soulignant que le prix était arrêté sous le contrôle permanent des autorités. «Quand vous étudiez 10.000 molécules, seule une est susceptible d'arriver sur le marché. Il faut donc amortir les coûts des nombreux échecs rencontrés pendant le développement d'un seul traitement», a-t-il par ailleurs argué. Face à ce constat, l'association a exhorté à «un débat public et une régulation immédiate» car «la fixation des prix représente un enjeu majeur», selon Jacqueline Godet, présidente nationale de l'association. En 2015, le coût global de la prise en charge des traitements anticancéreux aura représenté 10% des dépenses de l'Assurance maladie contre 6,6% en 2007, indique l'association. Elle note que le coût de la recherche et du développement des molécules ne représente que 15 à 20% du chiffre d'affaires des laboratoires pharmaceutiques quand le marketing pour promouvoir ces médicaments équivaut à 30% du chiffre d'affaires, une proportion que le Leem conteste. Philippe Lamoureux s'est enfin dit ouvert au débat, estimant lui aussi que l'accès à l'innovation était «un véritable enjeu».
Le Panda

INTERVIEW - Pour Jean-Marc Aubert, directeur conseil et services du cabinet d'études IMS Health, le coût de la recherche augmente, car les molécules les plus faciles à trouver ont déjà été utilisées. LE FIGARO. - Pourquoi le coût des médicaments pose-t-il un problème? Jean-Marc AUBERT. - Il y a plusieurs raisons. Le coût de la recherche, plus d'un milliard d'euros par médicament, augmente, car les molécules les plus faciles à trouver ont déjà été utilisées. Le «screening», ou criblage, c'est-à-dire le tri de substances naturelles ou synthétiques pour identifier leurs propriétés pharmacologiques éventuelles sur un élément de l'organisme, devient de plus en plus compliqué. Les laboratoires doivent désormais s'intéresser à des molécules plus grosses, plus complexes, celles de la biotechnologie, c'est-à-dire des sciences du vivant. Le coût des médicaments augmente aussi avec les règles de sécurité, en particulier sur les essais cliniques. Par ailleurs, le prix unitaire des médicaments augmente. Avec le développement de la médecine personnalisée, les traitements visent des populations de malades réduites, sur lesquelles il faut répartir les coûts fixes, (essentiellement les coûts R & D et une partie de la commercialisation). Certains traitements visent aujourd'hui cent fois moins de patients que ceux qui ont été mis sur le marché dans les années 1990, pour un coût de R&D supérieur. Les anticancéreux, par exemple, deviennent quasiment des médicaments pour pathologies rares, avec des traitements de cancers métastatiques qui ciblent entre quelques centaines de patients et 3000 patients en France. En général, les autorités françaises considèrent difficile d'aller au-delà de 50.000 euros par an et par patient, ce qui n'empêche pas certains traitements à base de sang artificiel de coûter plusieurs centaines de milliers d'euros par an et par patient. Enfin, l'industrie cherche à rester très rentable pour financer ses investissements et son développement.
Le Panda

Le prix est-il le même partout? La situation varie d'un pays à l'autre. En France où les autorités sont plus exigeantes sur ce point envers les laboratoires, les prix sont très inférieurs aux prix américains et souvent plus faibles qu'ailleurs en Europe. Mais un prix identique peut paraître très élevé en France et supportable dans un autre pays. L'Allemagne, par exemple, considère qu'elle peut supporter des prix élevés car son régime d'assurance-maladie est excédentaire. La France a -t-elle les moyens de faire baisser les prix? La consommation stagne actuellement, mais nous utilisons de plus en plus de médicaments plus innovants, donc plus chers, ce qui conduit à augmenter la dépense. Toutefois, le gouvernement oblige chaque année les industriels à baisser leurs tarifs de façon à réduire le coût global des médicaments de 1 % à 2 % par an. C'est l'une des raisons pour lesquelles la part de marché de la France dans la consommation d'anticancéreux en Europe, en valeur, est en fort recul, contrairement à celle de la Grande-Bretagne ou de l'Allemagne. Mais, si la France est un marché attractif, avec 65 millions d'habitants et une couverture santé universelle, il arrive qu'un laboratoire renonce à y commercialiser un médicament car on lui impose un prix trop faible. Il ne faut pas oublier, de toute façon, qu'on n'équilibrera pas le système de santé français en s'attaquant seulement aux médicaments. Ceux-ci représentent que moins de 15 % du coût global de la santé.
Le Panda

Certains médicaments innovants et très coûteux y sont vendus sous forme génériquée, faisant naître un réseau illégal. Quand les médecins ont annoncé à Greg Jefferys qu'il était atteint d'une hépatite C menaçant son foie, l'Australien a accusé le coup. Et le prix du traitement l'a un peu plus accablé. Alors il a sauté dans un avion pour l'Inde, comme de plus en plus de patients en quête de médicaments à bas coût. Greg Jefferys était dans l'impossibilité de s'offrir le Sovaldi, considéré comme le remède miracle pour la maladie qu'on lui a diagnostiquée. Pour lui, comme pour bien d'autres malades souffrant de pathologies variées - hépatite C, cancers et sida le plus souvent -, l'Inde apparaît alors comme étant leur unique espoir de survie. Ils contactent des «clubs d'achat» clandestins, font le déplacement en Inde pour trouver un distributeur officiel ou tentent leur chance auprès de pharmacies en ligne illégales qui promettent de leur expédier le traitement adéquat.»Les médecins m'ont dit: «Vous avez une hépatite C et probablement un cancer du foie», se souvient Greg Jefferys, 61 ans. «La conversation a tourné autour des nouvelles versions génériques du Sovaldi vendues en Inde. J'ai sauté dans un avion pour Chennai et en deux jours, j'avais un rendez-vous avec un spécialiste», dit-il.
Le Panda

«Toutes sortes de gens» L'Inde est devenue la «pharmacie du monde en développement» car seuls les médicaments réellement nouveaux et innovants peuvent y être protégés par des brevets. Cela a ouvert un boulevard aux fabricants présents en Inde qui produisent des génériques à prix très compétitifs. Le Sovaldi (nom commercial du sofosbuvir), commercialisé par le géant américain Gilead, coûte 84.000 dollars pour un cycle de 12 semaines aux Etats-Unis. Le brevet ayant été refusé en Inde, les fabricants de génériques, dont certains sont sous licence de Gilead, produisent des traitements à moins de 900 dollars par cycle, comme le MyHep du laboratoire Mylan. «C'est un phénomène que j'observe de plus en plus», dit Leena Menghaney, responsable de la «campagne d'accès aux médicaments essentiels» de Médecins Sans Frontières. «Toutes sortes de gens et de patients dans le monde commencent à avoir accès aux médicaments venant de l'Inde. Ils font le déplacement ou contactent un ami», explique-t-elle. Plus de 130 millions de personnes souffrent d'une hépatite C dans le monde, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et 500.000 meurent chaque année d'une maladie du foie en lien avec l'hépatite. Depuis qu'il tient un blog, Greg Jefferys reçoit 150 e-mails par jour de patients étrangers en quête d'aide. «La production indienne de ces génériques de traitements de l'hépatite C sauve des milliers de vies chaque semaine», dit-il.
Le Panda

Les Indiens s'organisent Militant engagé dans la lutte contre le sida à New Delhi, Loon Gangte a contracté le virus HIV en 1997. A l'époque, le prix du traitement lui était inaccessible. Mais l'introduction d'un générique lui a sauvé la vie, et l'Inde est devenue un centre d'approvisionnement pour les traitements anti-HIV à bas prix. Gangte transporte des médicaments à l'étranger pour d'autres patients et raconte n'avoir été arrêté qu'une seule fois en dix ans, par les douanes thaïes qui lui ont infligé une amende. La plupart des pays autorisent l'importation d'une petite quantité de médicaments seulement pour une utilisation personnelle. Les campagnes organisées par des militants comme Gangte pour un meilleur accès au traitement contre le HIV ont contribué à l'émergence de «clubs d'achat» rendus célèbres par le film «Dallas Buyers Club» sorti en 2013. «Quand j'ai vu ce film, j'ai ri», raconte Meera (nom d'emprunt). Cette femme aide un club d'achat de Delhi en emportant illégalement des médicaments lors de ses voyages à l'étranger. «Je déteste le terme «tourisme médical». Là, il s'agit de sauver des vies». Dinesh (également un nom d'emprunt), engagé lui aussi dans la lutte contre le sida, travaille à plein temps pour ce club depuis août, aidant les patients à se procurer un traitement contre une commission. Il ne sait pas exactement comment les gens le trouvent mais reçoit des demandes venant d'Australie et d'Indonésie. «Ma famille était un peu réticente, il y a toujours une zone grise dans ce domaine, mais (..) j'ai la conviction que c'est une cause juste».
Le Panda

Une menace pour l'innovation Les laboratoires pharmaceutiques estiment que l'absence de protection des brevets en Inde va brider l'innovation ou rendre impossible la commercialisation de certains traitements. Gilead avait payé 11 milliards d'euros pour acquérir le propriétaire du Sovaldi en 2012. Mais après plusieurs défaites judiciaires, les laboratoires semblent démunis pour contrer le phénomène. Gilead est «conscient qu'une telle activité existe», a dit son porte-parole, Nick Francis. Le moyen d'approvisionnement le plus risqué est probablement la pharmacie en ligne, sans garantie sur la provenance et la sûreté des médicaments. Des réseaux légaux commencent à émerger, comme Ikris Pharma Network à Delhi, créé en août 2014 et qui met en relation patients et distributeurs authentiques. Son fondateur Praveen Sikri reçoit 70 appels par jour de patients en quête d'un traitement contre le cancer, en particulier le générique indien Veenat. «Soit le traitement n'est pas disponible, soit il est très cher», dit Sikri. «Nous aidons le patient à s'approvisionner de manière légale».Il a ainsi reçu un e-mail d'un jeune homme de San Francisco en quête d'un médicament pour son grand-père contre une tumeur à l'estomac, probablement disponible en Inde. «Beaucoup de gens font ça», ajoute Sikri.
Le Panda

Les nouveaux malades français seront privés, dans l'immédiat, de ce traitement plus court et plus efficace. La ministre de la Santé pourrait bien se trouver rapidement sous la pression des médecins et des associations de patients. Il y a en France 230.000 porteurs chroniques (persistants) du virus de l'hépatite C (VHC). Un sur cinq s'achemine vers une cirrhose. Or, à cause d'un article maladroit de la loi de financement de la Sécurité sociale adoptée le 3 décembre dernier, certains malades pourraient bien se retrouver privés jusqu'à la fin de l'année 2014 d'un nouveau traitement, le Sovaldi (sofosbuvir) du laboratoire Gilead, qui représente pourtant «un progrès majeur dans la prise en charge de l'hépatite C», selon la formule du Pr Victor de Lédinghen, secrétaire de l'Association française pour l'étude du foie. Ce nouveau traitement est pour l'instant réservé aux malades en attente de transplantation hépatique ou rechutant après une transplantation, dans le cadre d'une procédure particulière d'autorisation temporaire d'utilisation (ATU). Mais en réalité, beaucoup de malades pourraient aussi bénéficier du Sovaldi. Pour le Pr Vincent Leroy, du CHU de Grenoble: «Son utilisation permet d'espérer des taux de guérison de l'ordre de 80 à 90 % soit en association courte avec l'interféron, pendant douze semaines, soit même sans interféron en fonction du génotype viral (Il y en a six, NDLR)», ex­plique-t-il.
Le Panda

Un taux de guérison remarquable à plus d'un titre. D'abord parce que «pour certains génotypes du virus de l'hépa­tite C (génotypes 1 et 4), on n'obtenait jusqu'ici, au mieux, que 70 % de guérisons», note le Pr de Lédinghen. Ensuite parce que la durée de traitement est considérablement raccourcie, à trois mois au lieu de six à douze mois. Effets secondaires Enfin, parce que dans les cas où l'on pourra se passer de l'interféron, les patients apprécieront. Il s'agit en effet d'un médicament dont les effets secondaires sont particulièrement pénibles quand ils surviennent. «Sovaldi est le premier traitement qui offre une option sans interféron contre l'hépatite C chronique», souligne d'ailleurs le communiqué de l'Agence européenne du médicament. Malheureusement pour les malades français, cette indication, qui permettra de traiter tous les patients et pas seulement ceux en attente de greffe, n'entrera en vigueur que dans 8 à 12 mois lorsque les discussions sur le prix et le taux de remboursement seront terminées. Le Dr Semaille (agence du médicament) confirme que l'élargissement de l'ATU notifié le 6 décembre au laboratoire Gilead ne concerne que les malades «ayant une cirrhose en impasse thérapeutique». «Les patients déjà traités au cours de l'ATU pourront continuer de recevoir le traitement mais pour les nouveaux patients qui ne répondent pas à l'indication de l'ATU, seuls ceux en impasse thérapeutique pourront bénéficier de sofosbuvir. À condition que le laboratoire le demande», explique Côme de Sauvebeuf, directeur du département prix et remboursement chez Kamedis, cabinet conseil pour les laboratoires. Or le coût actuel du traitement est d'environ 19.000 € par mois. Contacté par Le Figaro, Gilead n'a pas souhaité préciser ses intentions.
Le Panda

Pourquoi l'accès au traitement bloque Théoriquement, un médicament ne peut être remboursé que lorsqu'il a obtenu son autorisation de mise sur le marché (AMM), et qu'ont été fixés son prix et son taux de remboursement. Dans l'attente, il peut cependant bénéficier d'une autorisation temporaire d'utilisation (ATU), délivrée par l'Agence du médicament. Le 25 novembre, à l'Assemblée nationale, Marisol Touraine assurait que la nouvelle loi allait «permettre le traitement de nouveaux patients, selon les indications de l'ATU et de l'AMM nouvellement accordée ». Sauf que l'ATU du Sovaldi est plus réduite que l'AMM en cours d'obtention et n'inclut les nouveaux malades traités que lorsqu'ils présentent une contre-indication aux médicaments déjà existants. Les autres doivent se contenter des traitements à base d'interféron. Et tant pis s'ils sont moins efficaces et moins bien tolérés.
Le Panda

La réponse de Jean-Michel Pawlotsky, président de la commission de l'ANRS «Recherche fondamentale et physiopatologie dans les hépatites virales». L'hépatite C est la seule maladie virale chronique que l'on peut aujourd'hui guérir par les médicaments antiviraux. Le traitement est fondé sur l'utilisation de deux molécules en combinaison: l'interféron alpha, administré sous une forme injectable sous-cutanée une fois par semaine, et la ribavirine par voie orale en deux prises quotidiennes. Ces deux médicaments, associés, diminuent de façon importante la multiplication du virus, permettant à l'organisme d'éliminer progressivement les cellules infectées. Lorsque plus aucune cellule infectée ne persiste dans le foie, l'infection est guérie. La durée du traitement et les doses de médicaments varient selon le type de virus. Les VHC appartiennent en effet à plusieurs groupes, appelés génotypes. Le génotype 1 est le plus fréquent en France (environ 60% des cas), suivi du génotype 3 (20 %) et des génotypes 2 et 4 (10% chacun), les génotypes 5 et 6 étant très rares. Les génotypes 1 et 4 doivent être traités 48 semaines avec des doses plus élevées de ribavirine, tandis que les génotypes 2 et 3 peuvent se contenter de 24 semaines de traitement avec des doses plus faibles de ribavirine. Ce traitement n'est pas dénué d'effets secondaires, mais il est globalement plutôt bien toléré et ne mérite pas la mauvaise réputation qui lui est souvent faite. Des syndromes de type grippal et l'anémie sont fréquents. Des signes d'irritabilité, de dépression, des troubles du sommeil peuvent également être observés. L'ensemble de ces symptômes nécessite un suivi clinique et biologique étroit des malades.
Le Panda

Le traitement permet de guérir environ 50% des malades jamais traités auparavant lorsqu'ils sont infectés par un virus de génotype 1 ou 4, et environ 80 % des malades infectés par un virus de génotype 2 ou 3. Cependant, chez les malades en échec thérapeutique, aucune solution alternative n'a été disponible pendant très longtemps, et le retraitement par les mêmes médicaments aux mêmes doses n'a permis de guérir qu'environ 10 à 15% des patients. C'est dire si le développement de nouvelles approches thérapeutiques était attendu avec impatience. La recherche a permis d'élucider les mécanismes du cycle du virus dans les cellules du foie et, par conséquent, de développer de nouvelles approches thérapeutiques qui peuvent bloquer spécifiquement ces mécanismes. Ces médicaments sont appelés «antiviraux directs» ou «spécifiques». Les premiers antiviraux spécifiques disponibles sur le marché, probablement l'an prochain, sont deux inhibiteurs de la protéase du VHC, appelés telaprevir et boceprevir. Ils ne sont efficaces que contre les virus de génotype 1, en combinaison à l'interféron alpha et à la ribavirine. L'administration d'une triple thérapie pendant 24 à 48 semaines permet d'obtenir des taux de guérison de l'ordre de 75%, soit un gain de 25%. Chez les sujets déjà traités par l'interféron et la ribavirine et qui n'ont pas éliminé le virus, la triple combinaison permet d'obtenir des taux de guérison de 50 à 60%
Le Panda

Cependant, des effets secondaires supplémentaires de ces traitements doivent être surveillés et traités, essentiellement des éruptions cutanées ou une anémie qui se surajoute à celle existante. Il est important de noter que les études ont jusqu'à présent porté sur des populations de malades «standards», mais que les résultats pourraient être moins favorables pour d'autres populations de malades. Pour les sujets infectés par un VHC de génotype autre que 1, il faudra attendre encore quelques années que des molécules ciblant d'autres étapes du cycle cellulaire du virus arrivent sur le marché. Ces molécules sont en cours de développement clinique. *L'auteur déclare des activités de conseil et de collaboration scientifique avec les laboratoires Roche, MSD et Janssen-Cilag qui développent les traitements de l'hépatite C.
Le Panda

Les premières statistiques pour la France sont publiées mardi dans le «Bulletin épidémiologique». Une polémique juridico-scientifique existe depuis 1994 en France, et seulement en France, sur un lien éventuel entre le déclenchement de scléroses en plaques et la vaccination par l'hépatite B. Des plaintes ont été déposées par des citoyens estimant avoir été victimes d'affections neurodégénératives liées au vaccin qui a été utilisé sur plus de 30 millions de Français. Dans le concert de décisions judiciaires disparates pour ne pas dire contradictoires prises depuis 2003 sur ce dossier, une contribution très éclairante est publiée mardi par le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) sur le thème de la mortalité associée et imputable à l'hépatite C et B en France métropolitaine. Cette étude montre qu'en 2001, «4 000 à 5 000 décès ont un lien avec le virus de l'hépatite B et de l'hépatite C». Le BEH s'est donc intéressé aux taux de décès des personnes infectées par les virus des hépatites B et C. Il s'agit de la première estimation nationale parmi les 270 000 à 460 000 personnes contaminés par le virus C et les 300 000 sujets porteurs chroniques du virus B. Sur l'ensemble des 531 072 décès survenus en 2001, les chercheurs du Centre d'épidémiologie sur les causes médicales de décès ont trouvé 34 839 certificats mentionnant des pathologies pouvant évoquer un lien avec l'hépatite B ou C. On a donc tiré au sort dans ce groupe 1 000 certificats pour lesquels on a recherché la trace d'une contamination par le virus de l'hépatite C et de l'hépatite B et les traitements antiviraux éventuels. Surtout, les chercheurs ont voulu évaluer le rôle de la maladie de foie dû aux virus C ou B dans «le processus morbide ayant conduit au décès». En extrapolant les résultats obtenus sur ces 1 000 dossiers, les chercheurs ont fait une estimation nationale globale. Ils concluent que chaque année, 2 650 décès sont «imputables» à une hépatite C, dans 95 % des cas par une cirrhose, compliquée dans 33 % des cas par un cancer et 3 600 morts associées à la maladie, les décès imputables étant un sous-ensemble des décès associés. Quant à l'hépatite B, 1 327 décès lui sont directement imputés et 1 507 morts lui sont associés.
Le Panda

Influencer les affaires judiciaires Sans prononcer le mot de vaccination, les auteurs soulignent pourtant «la nécessité de poursuivre l'effort engagé depuis plus de dix ans en France dans la prévention et le dépistage du portage chronique de ces virus». L'étude démontre également l'impact négatif sur l'espérance de vie d'une consommation excessive de boissons alcoolisées et d'une co-infection par le VIH. Dans les pays en voie de développement, le virus de l'hépatite B est la deuxième cause identifiée de décès par cancer, après le tabac. La couverture vaccinale chez les pré-ados était en France en 1998 proche de 80 % et on avait observé une chute des hépatites aiguës chez les jeunes… Cette étude sur la mortalité liée notamment à l'hépatite B pourrait influencer les affaires judiciaires en cours concernant la vaccination. La cour d'appel de Versailles en mai 2001, avait par deux arrêts condamné un laboratoire pharmaceutique à indemniser deux femmes atteintes de sclérose en plaques après avoir été vaccinées ne mentionne pas cette dure réalité épidémiologique. La Cour de cassation de Versailles en septembre 2003 a cassé ce jugement parce que «la cour d'appel n'a établi ni la défectuosité du vaccin ni le lien de causalité entre le vaccin et la maladie». Pour être complets, mentionnons aussi la mise en examen début février 2008 par le juge Marie-Odile Bertella-Geffroy (Pôle santé du TGI de Paris) de deux dirigeants des laboratoires SmithKline Beecham (aujourd'hui GlaxoSmithKline, GSK), qui commercialisait Angerix et de la société Pasteur Mérieux MSD propriétaire de Genhevac-Aventis Pasteur (aujourd'hui Sanofi Pasteur MSD). Ils sont poursuivis pour «tromperie sur les contrôles, les risques et les qualités substantielles d'un produit ayant eu pour conséquence de le rendre dangereux pour la santé de l'homme». Là encore pourtant, un mois auparavant, la revue savante Archives of Pediatrics avait publié une étude concluant que chez l'enfant il n'existe pas de lien entre la vaccination et la sclérose en plaques.
Le Panda

Marion Maréchal-Le Pen a créé la polémique sur le sujet du mariage pour tous. À l'occasion d'un déplacement en Italie, la députée a affirmé qu'elle craignait que la reconnaissance du mariage gay ouvre la voie à la polygamie. Le mariage ne doit pas être "une reconnaissance sociale de l'amour", mais elle craint qu'il ouvre "la voie [...] à de très nombreuses dérives. D'autres minorités chercheront à faire reconnaître leur forme d'amour, je pense notamment à la polygamie". Invitée à l'antenne de RTL ce jeudi 17 mars, Marine Le Pen ne souhaite rouvrir le débat : "Tout le monde a dit ce qu'il avait à dire. Nous avons expliqué que nous étions opposés au mariage pour tous mais favorables à un travail autour d'un pacs amélioré parce qu'il y a des revendications auxquelles il faut répondre". À la question : "Le mariage homosexuel ouvre-t-il la voie à la reconnaissance de la polygamie ?", la présidente du Front national répond "on est très très loin de la reconnaissance de la polygamie dans notre pays, Dieu merci".
Le Panda

Les Français, à 99%, seraient opposés à envisager que la polygamie soit autorisée dans notre pays Marine Le Pen ? ? ? ? En 2011, elle déclarait en plein débat sur le mariage homosexuel "pourquoi pas la polygamie ?", sur France Inter. Au micro d'Yves Calvi, elle explique que "vous mettez sur le même plan une analyse politique et juridique. Juridiquement, l’ouverture du mariage aux homosexuels permet d'envisager que d'autres revendications puissent s'exprimer. Politiquement, je pense que nous en sommes extrêmement éloignés, parce que les Français, à mon avis, à 99% seraient opposés à envisager que la polygamie soit autorisée dans notre pays". Cependant, elle explique que "en réalité, elle l'est déjà un peu puisque les services sociaux la prennent en compte. Dans les HLM, on accorde sur le même palier des appartements mitoyens pour permettre aux familles polygames de vivre en toute sérénité ensemble. Sujets, qui ne font jamais, hélas, la une de la presse, car ça, se sont des véritables scandales".
Le Panda

Les modifications de la loi Travail ne les ont pas convaincus. Deuxième journée de mobilisation des lycéens et étudiants, dans toute la France, sur le thème "On vaut mieux que ça". 115 lycées sont bloqués dans tout le pays, d'après le ministère de l'Éducati