JEAN CLAUDE SAUREL FERME LE RIDEAU DE 2011
Festival du court métrage : Soirée de clôture

A l’ouverture, j’annonçais un horizon bien sombre pour notre manifestation, et aussi pour l’ensemble du domaine culturel, mais paradoxalement cette édition a été illuminée par une météo limpide, par cette belle lumière hivernale si singulière à l’auvergne.

Une réaction parmi tant d’autres, d’un festivalier : merci pour cette semaine de bonheur intense.
Notre festival, exceptionnelle moment de partage tant chéri, autour de cette cinématographie que nous défendons depuis nos origines, est une embellie dans la grisaille ambiante, une petite lueur d’espérance en des jours meilleurs, et s’appuyant sur cette extraordinaire convivialité.

Par laboratoires, pour envisager cette nouvelle manif, face à cette société où les rapports entre les humains se dégradent dangereusement. L’énergie pour continuer à entretenir cette flamme, malgré les difficultés de toute nature, nous la puisons par la ferveur et la fidélité de notre public, que nous remercions sincèrement et chaleureusement.


Avant de découvrir le palmarès, et de plonger pour certains d’entre nous dans la dernière nuit torride du festival, je vous donne rendez-vous, en janvier 2012 pour de nouvelles aventures.



Merci de votre attention.



Jean-Claude Saurel


 


 

LE PANDA PATRICK JUAN TIRE LE RIDEAU 20 ANS APRES

Dans ce cadre du festival 2011, nous voici au résultat du palmarès.

Il est difficile d’être juré comme en toute circonstance.

Il arrive à un moment donné, où il faut mettre un terme, pour laisser la place à des gens qui ont peut être des conceptions légèrement différentes.

Pourquoi des conceptions légèrement différentes ?
Ce palmarès, est surement donc un clin d’œil sur l’avenir, qui indiscutablement m’a complètement échappé.
On est revenu au palmarès de 2004, 2003. Comme le rappelé Jean-Claude SAUREL, la position du festival du court métrage de Clermont-Ferrand a connu un essor peu commun dans le cadre de cette année 2011.

Une décision que je prends, pleine et entière, parce que après plus de 20 ans, cela demande énormément d’implications, du temps, de l’amour, des passions, des sourires, des larmes, tout ce que peut comporter donc des éléments dans lesquels on s’implique.
Tout a un début, tout a une fin.

C’est un petit peu comme à l’image de la vie, je prends l’engagement après ces résultats de ne plus couvrir le festival du court métrage de Clermont-Ferrand.

Les informations seront suivies, données, comme par tout média, par tout simplement un lien, je viendrais pour dire bonjour de temps en temps à quelques amis, assister à quelques séances, mais je ne m’impliquerais plus comme je l’ai fait, que ce soit au niveau de la salle Gripel, des débats, des comptes-rendus.

A ne pas en douter certains seront heureux, d’autres déçus.

Cette décision m’est strictement personnelle. Je ne peux pas cautionner, et je ne veux pas le faire, quelque chose qui est en train de disparaitre, où l’art laisse la place au subjectif, où l’informatique prend la place sur la création, et la véritable valeur de la communication des peuples, des nations, non pas où la liberté soit bafoué, loin de là, mais dans tous les discours que l’on a pu entendre, ce soir, les politiques étaient là essentiellement comme vous avez pu le découvrir tout au long de ces clichés.

Pour remettre des prix, non pas au nom du 7ème art, mais au nom d’une politique, la leur.

Or, le festival du court métrage appartient avant tout à son public, venu de plus de 80 pays, en 2011, pour honorer chacun à sa manière, l’ensemble de créations.

Il est très difficile de prendre ce type de décision, ce n’est pas pour autant que j’en perds le sourire, je garde, tout simplement, comme une idée d’enfant, une légère ouverture, dans un cadre d’esprit, afin que toutes les joies que j’ai pu acquérir pendant plus de 20 ans, ne s’estompent en l’espace de quelques heures.

Pensez toujours à laisser un coin de votre fenêtre entrouverte, afin que le futur trouve une entrée, dans le passé, pour que le présent continue à subsister.

Merci à vous toutes et tous pour tout ce que vous m’avez apprit.


Patrick Juan
Le Panda

© 2011 Les Voix de Panda - Retour au Forum