Interview exclusive de Claude Duty par Le Panda : Patrick JUAN
Le Pape du Festival face au Panda 2011

Le Panda, Patrick Juan, arpente les couloirs du Festival du court métrage, comme les autres années, il trouve son ami Claude Duty, surnommé plus communément, par ses amis « LE PAPE DU COUR METRAGE », vous avez pu le lire, les années précédentes, Il a, à son actif : 20 courts métrages dans ce Festival.

Claude, depuis des années, merci de te prêter à nouveau, à ces questions-réponses.

Le Panda : Comment, perçois-tu, le Festival, de cette cuvée 2011 ?
Claude Duty. : Plutôt bien, il a démarré vraiment sur les chapeaux de roues il y a plus de monde, plus de public, au départ et en plus la sélection dans sa globalité, je la trouve très agréable.
Cette année, des sélections très plaisantes, je dis cela dans le bon sens du terme. Je trouve que la France, l’International, et le Labo, Il n’y a pas de films ennuyeux, que l’on peut rejeter d’une manière épidermique. Mais des sélections très, très sexy, de plus, le public le ressent, j’ai entendu des gens en parler, une année plutôt agréable, pour le public, très plaisante au niveau des films qu’il peut voir.

Q : Parles-nous un peu de ce que tu fais, en dehors de ton rôle au Festival du court métrage, ou étant tout petit, tu as fait, comme Obélix, tu es tombé dans la potion magique, du court métrage ?
R : Non, j’ai toujours aimé le cinéma, surtout l’animation, ayant toujours été attiré par le cinéma presque instinctivement, quand j’étais très jeune, j’ai commencé plus tard le biais des films d’animation, puis je suis venu à la prise du réel avec des caméras d’amateur, un itinéraire très personnel étant autodidacte. Il se trouve que les premiers films que j’ai fait, ont été sélectionnés par les festivals, donc j’ai découvert cet univers, pour les courts métrages, il n’y a que cette possibilité de les montrer. Je me suis retrouvé : habitué des festivals, je ne dis pas malgré moi, mais grâce à mes films, voilà. J’ai été remarqué par les organisateurs de Clermont-Ferrand, j’aime animer les débats et tout ce qui y gravite, je me suis retrouvé débateur à Clermont. Mon vrai boulot, est d’être réalisateur.

Q : Tu m’avais confié, l’année dernière, que tu prévoyais, de faire un court, un moyen, voir un long métrage, où est-ce que cela en est ? Ou est-ce dans l’air du temps ?
R : J’ai terminé un court métrage d’animation, il ne se trouve pas à Clermont, il est aux USA, il a été primé en Italie, il a été dans des festivals, il fait 4’, c’est un film d’animation. Je viens de terminer ou je pose le final ; en ce moment dès mon retour à Paris, je fais le mixage, un moyen métrage, de 33’ qui sera diffusé sur France 2, j’espère faire un long métrage, l’été prochain.

Q : Peut-on en connaitre les options ?
R : Je n’aime pas trop en parler, le métrage d’animation, circule, c’est un film d’animation en 3D, « un virtuel » ; le moyen métrage, une sorte de fantaisie, à partir d’un peintre qui s’appelle : la peinture à l’huile ; le long métrage, une sorte de regain sur le cinéma. Sorte de film, de mise en abîme du cinéma.

Q : Tu es originaire de Rouen, y a-t’il eu un impact du coté impressionniste ?
R : Non, sauf un film à partir de l’école de Monet sur la Cathédrale de Rouen, présenté à Clermont, j’ai fait un autre film sur un autre tableau qui parle du Musée des Beaux Arts de Rouen, et un film sur Jeanne d’Arc qui s’intitule « la pucelle des ânes ». C’est tout ce que j’ai fait de Rouennais ou de Normand. Tous mes autres films oublient leur contrainte, leur lieu, leur région d’origine, le film de moyen métrage, fut tourné en Languedoc Roussillon, l’autre étant un film d’animation qui se situe dans un appartement ; quand au long métrage, je le prépare, il se situera dans la Région qui voudra bien nous aider financièrement.

Q : As-tu eu les mêmes problèmes que les réalisateurs que tu interview, sur lesquels on a l’occasion de débattre « salle Gripel » pour le casting et tout le reste ?
R : On a tous les mêmes problèmes : Une évidence, lorsque l’on fait un film, qu’il soit long ou court, on est tous contraints d’obéir aux règles du cinéma, je crois qu’on vit tous un peu la même chose, c’est pourquoi les débats sont sympathiques, l’on voit le problème de chacun, je les connait assez bien, donc je peux d’autant plus les interroger.

Q : Par rapport à l’an dernier, tu me parles de recrudescence au niveau de la fréquentation.
R : Il faut voir les chiffres avec les organisateurs, les salles, il y a une effervescence, un petit cran au dessus, un dynamisme, peut-être qu’il y a la météo qui augmente cette euphorie, est-ce dû à la programmation qui est agréable, les aléas de la météo, de la programmation, l’euphorie des festivaliers. Dans tous les cas de figure, il faudrait être très prudent avec les chiffres annoncés au départ, c’est ce que je t’expliquais plus haut, j’ai rarement vu une météo aussi favorable, dans le cadre du festival.
Est-ce la rançon de son succès cette année ; « La grenouille de M. Simon n’est pas là pour nous répondre ! » Jouissons tout simplement du plaisir de voir des films.


Q : Tu as un lien permanent sur les voix du Panda, c’est toi qui entretiens ton blog ?
R : Je le maintiens, en l’alimentant toutes les semaines.

Q: Quel est le film que tu as préféré dans le cadre de toutes les sélections confondues ?
R : Celui de la sélection Labo « TUR NING ». Cela fait partie du jeu.


Merci de t’être prêtée à ce petit jeu en ce qui nous concerne.
D’après les chiffres qu’à pu me communiquer Alain ce matin, on frôle le chiffre d’une centaine de réalisateurs. Le public est plutôt discret, même s’il se réveille un peu.

Ce qu’il ne faut pas perdre de vu, comme le disait l’ancien propriétaire du cinéma d’art et d’essai de Clermont, L e Paris, qui dirige à présent Les Ambiances ; dans les 3 ans à venir, la capacité du Festival, sera multiplié par 2 ou par 3.
C’est quelque chose que tu sais aussi bien, voir mieux que moi, merci encore une fois de cet interview exclusive pour les voix du panda. Les gens souhaitant poser des questions, peuvent le faire sur le Forum ou aller dans « Autres Blogs » sur cette rubrique, tu figures avec ton nom, ils peuvent te poser des questions directement, auxquels selon ton emploi du temps, tu leur feras plaisir d’y répondre, au même titre que les réalisateurs qui sont mis sur la sellette.
Amicalement Claude, bonne année en réalisation et surement à 2012, à toi comme à tous les fervents cinéphiles.


Le Panda
Patrick Juan


 

 

 
© 2011 Les Voix de Panda - Retour au Forum