FRANCELA SANTELIBERTENOTRE DEVENIR

À l’Assemblée, la « surenchère » vivre ou mourir

Temps de lecture : 10 minutes

À l'Assemblée, la "surenchère" mourir d'Aimer

A ne pas en douter, dans la mesure de désaccords torrides, une évidence se dégage l’époque des « Gilets Jaunes » sera une pale souvenir à côté des mesures de tourmentes qui attendent « Le pouvoir » d’état : Alertes. Zola renait de ses cendres et « Germinal » parait en route.

Ne perdons pas de vue à plusieurs vitesses, qu’il faudra faire des choix et de taille. Les faits sont faciles à comprendre, le choix appartiendra aux citoyens. Il ne restera plus que la solution de se chauffer ou de manger.

Sommes-nous revenus à l’épopée de Sparte voire d’Athènes ? Ou le pouvoir des tiers états nous confine sous le triangle de la pyramide à 1 dollar ?

La révolte teintée de jaune, sera à multiplier puissance 5 ou dix dans l’ensemble des familles de travailleurs et ceux qui se décarcassent pour le drapeau de la France garde la même hauteur que le voile des puissances dans lesquelles on veut nous ostraciser.

Nous sommes devenus telles de larves à compulsions répétitives, dans un bocal à « Scorpions » telle la ciguë que « Socrate » du ingurgiter ou le fiel de l’amertume lui fut ingurgité mais selon quels principes.

Le procès de Socrate est l’un des procès les plus célèbres de l’Histoire. Le philosophe athénien Socrate est accusé par Mélétos de corrompre la jeunesse, de nier les dieux de la cité et d’introduire des divinités nouvelles à Athènes. Socrate est condamné à mort par le tribunal de l’Héliée, à Athènes, en 399 avant J.-C. Plusieurs amis de Socrate proposent de le défendre, mais il refuse leur aide. Acceptant la sentence, bien que se défendant de l’accusation d’impiété, il boit volontairement la ciguë.

Le procès et la mort de Socrate sont relatés par deux de ses disciples, Platon et Xénophon. Platon accorde une tétralogie entière au procès de Socrate, qui part de l’Euthyphron pour continuer avec l’Apologie de Socrate, le Criton et, enfin, le Phédon. Xénophon, lui, en parle dans son Apologie de Socrate, dans les Mémorables, et dans les Épîtres socratiques.

Le procès se déroula en deux temps. Dans un premier temps, 501 jurés sont réunis pour son jugement. Le nombre de 501 était le nombre habituel de jurés pour ce type de procès. Socrate refuse toutefois de lire un discours de défense qui avait été écrit à son intention par Lysias. Il préfère alors raconter sa vie aux jurés11. Cette attitude lui vaut d’être jugé coupable avec 281 voix contre lui.

Une fois Socrate jugé coupable, il est question de choisir la peine encourue par Socrate. Les accusateurs demandent la mise à mort, mais le paiement d’une amende est également possible. La procédure est telle que, pour inciter les parties à une plus grande modération, les juges doivent choisir parmi les propositions des deux parties du procès. Socrate a alors la possibilité de proposer une peine qui pût être acceptée par les juges.

Socrate, après avoir exprimé sa surprise d’avoir été condamné par une si petite majorité, propose d’être nourri au Prytanée en récompense de ses actions envers la cité, un honneur immense accordé aux bienfaiteurs de la cité et aux vainqueurs des Jeux olympiques. Il propose ensuite de payer une mine (100 drachmes), qui est un cinquième de ses biens, et est un témoignage de sa pauvreté. Finalement, il s’arrête sur la somme de 30 mines (3000 drachmes), garantie par Platon et Criton. Ses accusateurs proposent la peine de mort.

Son attitude finit par exaspérer les juges qui y voient peut-être de l’arrogance, bien que Socrate n’a pas arrêté de rappeler tout au long de son procès que ce n’était que vérité. Il est condamné à mort avec 30 voix de plus sur 501 votants, d’après Platon. La mise à mort décidée est une mise à mort par ingestion d’un poison mortel, la ciguë.

Après de longs mois d’attente, le projet de loi sur le pouvoir d’achat a été présenté en Conseil des ministres. La plupart de ces mesures étaient déjà connues.

Le très attendu projet de loi sur le pouvoir d’achat a été présenté ce jeudi en Conseil des ministres. Des mesures destinées à répondre à très court terme aux problématiques de pouvoir d’achat rencontrées par les Français alors que l’inflation accélère.

La plupart de ces propositions sont déjà connues depuis plusieurs semaines

Certains constatent à torts ou raisons, que tel une u« Salamandre »un exponentiel pouvoir dirige à contrecourant la France, l’Europe, le Tiers-monde. Propulsant le feu au-delà de toutes imaginations. Il est loi de valoir « Néron » Bien que Sénèque ait été son précepteur, on se souvient de lui comme d’un despote cruel, notamment pour avoir assassiné sa mère Agrippine en 59, et pour ses persécutions des chrétiens.

Il est célèbre pour avoir bâti la Domus Aurea, après l’incendie de Rome de juillet 64, et pour être un prince poète, chanteur et musicien, un grand organisateur de célébrations sportives et artistiques (les Neronia). Il est aussi un homme d’une ambition démesurée, ayant lutté de toutes ses forces contre l’immense conjuration politique dressée contre lui. Des historiens débattent de la folie, réelle ou mise en scène, de Néron.

Résumé

Fin progressive de la remise carburant de 18 centimes

La remise à la pompe de 18 centimes est finalement prolongée jusqu’à fin septembre. Elle disparaîtra progressivement d’ici la fin de l’année. Le calendrier est défini dans le projet de loi. La ristourne passera à 12 centimes en octobre, puis à 6 centimes en novembre avant de disparaître définitivement le 1er décembre.

Une indemnité carburant pour les travailleurs permettra aux ménages modestes qui doivent utiliser leur voiture pour se rendre à leur travail de bénéficier d’une aide de 100 à 300 euros par véhicule et par actif à compter d’octobre, si les débats parlementaires le permettent. Elle devrait bénéficier à 11 millions de foyers.

Son montant dépendra du niveau de revenus et de la composition du foyer. Elle comportera par ailleurs un « bonus » pour les « gros rouleurs », à savoir les personnes habitant à plus de 30 kilomètres de leur lieu de travail ou parcourant plus de 12.000 km par an dans le cadre professionnel.

Pour en bénéficier, les personnes éligibles devront se rendre sur le site de la Direction générale des finances publiques et demander l’aide en ligne. Elles recevront ensuite l’indemnité directement sur leur compte bancaire sous quelques jours.

A noter, le chiffrage de ces mesures atteint 20 milliards d’euros. Mais selon le gouvernement, les recettes supplémentaires de l’Etat permettront de compenser d’autant ces dépenses. Le projet serait donc à l’équilibre.

Oui aux compromis, non à la « surenchère »: le gouvernement a donné lundi le coup d’envoi des débats à l’Assemblée sur son paquet de mesures en faveur du pouvoir d’achat, face à une opposition faisant assaut de propositions d’aides nouvelles.

« Je souhaite que nous puissions avancer de la manière la plus constructive possible », mais « nous n’entrerons pas dans une logique de surenchère », a averti le ministre de l’Économie Bruno Le Maire à la tribune, alors que 20 milliards d’aides sont déjà sur la table.

« Le compromis ne s’achète pas à coup de milliards », a encore lancé M. Le Maire dans un hémicycle bien fourni à l’extrême droite comme à gauche.

Promesse de campagne, le projet de loi de 20 articles « portant mesures d’urgence pour la protection du pouvoir d’achat » est soumis en première lecture jusqu’à jeudi, avec plus d’un millier d’amendements à la clé.

Les députés enchaîneront avec l’examen du projet de budget rectificatif pour 2022 qui doit permettre de financer et compléter ces mesures.

Parmi les principales figurent la revalorisation anticipée de 4% des pensions de retraite et des prestations sociales, l’augmentation de 3,5% du traitement des agents publics, un chèque alimentaire sous conditions de ressources de 100 euros, auquel s’ajouteront 50 euros par enfant.

On y trouve également la prolongation de la remise carburant de 18 centimes et du bouclier tarifaire sur l’énergie, la suppression de la redevance audiovisuelle ou encore le triplement de la prime Macron (défiscalisée et exonérée de cotisations sociales).

L’adoption définitive, à l’issue d’une navette avec le Sénat, est programmée au 7 août, si le plan du gouvernement se déroule comme prévu. Car faute de majorité absolue, la partie s’annonce ardue pour les macronistes s’ils veulent conserver les « équilibres » financiers.

Triplement de la prime Macron

Le montant de la prime exceptionnelle de pouvoir d’achat, également appelée prime Macron, est triplé. Elle pourra être versée à l’ensemble des salariés pour un montant maximal de 3000 euros pour toutes les entreprises, et 6000 euros pour celles ayant mis en place un dispositif d’intéressement ou de participation pour les plus petites entreprises.

Cette prime sera exonérée de cotisations sociales patronales et salariales. Pour les salariés gagnant moins de trois fois le Smic, cette prime sera exonérée de prélèvements sociaux et fiscaux (impôt sur le revenu) jusqu’au 31 décembre 2023.

Revalorisation de la prime d’activité pour les revenus modestes

Dans le cadre de la revalorisation anticipée des pensions de retraite et des prestations sociales, les travailleurs modestes bénéficieront d’une revalorisation de 4% de la prime d’activité à compter de juillet 2022.

Et ce, après une hausse de 1,8% en avril.

Relèvement du point d’indice des fonctionnaires

Pour protéger le pouvoir d’achat des agents de la fonction publique, le point d’indice augmentera de 3,5% dès le 1er juillet. Une mesure déjà rendue publique.

Il s’agit de l’augmentation la plus forte depuis 1985, soit depuis 37 ans. Elle représente un coût total de 7,47 milliards d’euros (hors pensions) pour l’État.

Pour un agent d’accueil en début de carrière, cela représentera un gain de 45,3 euros par mois, ou 543 euros par an. Pour une puéricultrice PMI avec 13 ans d’ancienneté, le gain sera de 81,9 euros par mois, soit 983 euros nets par an.

Prolongation du bouclier tarifaire

Comme l’avait déjà annoncé Elisabeth Borne, le bouclier tarifaire sur le gaz et l’électricité, décidé en octobre, sera prolongé jusqu’à la fin de l’année. A noter, pour 2022, cette mesure a déjà coûté 4,7 milliards d’euros à l’Etat, en considérant le prix du gaz en mai 2022 de l’ordre de 80 euros par mégawattheure.

Plafonnement hausse des loyers

Autre mesure déjà connue, le gouvernement prévoit d’instaurer un bouclier loyer qui permettra de plafonner les hausses de loyer à 3,5% pendant un an (d’octobre 2022 à octobre 2023), alors qu’elles auraient pu atteindre les 5,5%.

L’aide personnalisé au logement (APL) sera revalorisée du même montant. Concrètement, 5,8 millions de foyers vont bénéficier de cette revalorisation, dont 2,6 millions de foyers en logement social et près de 800.000 étudiants, pour un effort budgétaire s’élevant à 169 millions d’euros.

Revalorisation des prestations familiales et de retraite

L’ensemble des droits et des prestations sociales seront revalorisés de 4% à compter de juillet en complément de la revalorisation des retraites intervenue en janvier à hauteur de 1 % et de 1,8 % en avril pour les prestations sociales.

Aide exceptionnelle de rentrée

Une aide exceptionnelle de rentrée sera versée en septembre à 8 millions de foyers modestes pour les aider à faire face à l’inflation. Elle sera de 100 euros par foyer, auxquels s’ajoutent 50 euros par enfant à charge. Pour un foyer avec deux enfants, elle s’élèvera donc à 200 euros.

Elle bénéficiera aussi aux étudiants boursiers, aux bénéficiaires des aides aux logement, y compris ceux qui ne vivent plus chez leurs parents.

« les téléphones ont chauffé »

« Tout le week-end, les téléphones ont chauffé tous azimuts, on a consulté à gauche, on a consulté à droite (…), je suis convaincu qu’on va trouver un bon accord pour les Français », a assuré le porte-parole du gouvernement Olivier Véran.

Alors que l’inflation s’établit à 5,8% sur un an en juin, « le plus dur, nous y sommes pour quelques mois encore », a admis M. Le Maire.

« Aucun groupe, aucun parti politique, aucun député n’a intérêt à dire à la fin de la semaine que ce texte n’est pas adopté », sinon « ça veut dire que le pouvoir d’achat des Français ne sera pas protégé », a mis en garde la présidente des députés LREM Aurore Bergé.

Durant la semaine écoulée, le gouvernement a subi un premier revers avec le projet de loi sanitaire, amputé d’un article-clé sur le possible retour d’un passe sanitaire anti-Covid pour les entrées dans l’Hexagone.

Les députés LR poussent notamment pour une « baisse du prix du carburant à 1,5 euro par litre », les élus RN pour une baisse de la TVA sur les prix de l’énergie. L’alliance de gauche Nupes va décliner en amendements son propre texte « d’urgence sociale » avec hausse du Smic à 1.500 euros ou taxation des « superprofits » des grands groupes.

La présidente du groupe LFI à l’Assemblée nationale Mathilde Panot a jugé lundi le texte « dangereux », car, selon elle, il « acte le refus d’augmenter les salaires, (…) le refus de piocher dans le trésor privé, et préfère piocher dans le trésor public pour gaver le trésor privé ».

« J’aimerais savoir quels sont les compromis auxquels est prêt le pouvoir », s’est interrogé le premier secrétaire du PS Olivier Faure, qui ne se contentera pas « d’approuver la copie » du gouvernement.

Pas de « démagogie » mais du « sérieux budgétaire », avait mis en garde le chef de l’État dans son interview du 14-Juillet, voulant croire « à l’esprit de responsabilité des forces politiques à l’Assemblée ».

Le groupe RN mené par Marine Le Pen a déjà prévu de soutenir ce texte « urgent », certains Nupes considèrent que « c’est mieux que rien » et la droite promet d’être « exigeante » sur le financement.

Le Maire a tendu la main aux LR en se disant ouvert à une défiscalisation des heures supplémentaires plus poussée – comme voté en commission – et à élargir l’indemnisation de ceux qui utilisent leur véhicule pour aller travailler.

Espoir pour la nouvelle « méthode » prônée par l’exécutif : un consensus se dessine sur la déconjugalisation de l’allocation aux adultes handicapés (AAH), c’est-à-dire sans tenir compte des revenus du conjoint.

Prison et mise à mort

La mise à mort de Socrate est retardée pour des raisons religieuses. Mis en prison, Socrate dispose de l’occasion de s’enfuir grâce à l’aide de ses amis. Il refuse toutefois d’échapper à sa sentence, au motif que le respect des lois de la cité était plus important que sa propre personne. Si sa femme Xanthippe se plaint qu’il soit condamné injustement, Socrate évacue le problème en lui répondant : « Aurais-tu préféré que ce soit justement ? Anytos et Mélétos peuvent me tuer, ils ne peuvent me nuire ».

Montrant son accord avec sa philosophie d’obéissance à la loi, il se soumet à sa condamnation, en buvant la cigüe, poison qui lui est fourni. Il meurt à 70 ans.

Sources multiples diverses- BnF- Journal Le Panda

Le Panda

Patrick Juan

Le Panda

16 réflexions sur “À l’Assemblée, la « surenchère » vivre ou mourir

  • Le Panda 25 juillet 11:24
    Bonjour, moderatus

    Ce n’est pas la première fois il me semble que nous abordons ce sujet. Reprendre un vieux dicton « les français sont des veaux, nous sommes passés des proies faciles pour l’immigration »

    J’ai rapporté ton article chez moi mais la révolte sera terrible et l’appât des gains ne changera pas de camp.

    Je suis toujours dans les Pyrénnées et dans toutes les régions de France nous sommes envahis.

    Nous sommes des bêtes bonnes à abattrent.

    Bravo pour ton parler vrai.

    Bien à toi

    Le Panda

  • moderatus 25 juillet 11:36
    so@Le Panda

    Ce n’est pas la première fois il me semble que nous abordons ce sujet. Reprendre un vieux dicton « les français sont des veaux, nous sommes passés des proies faciles pour l’immigration »

    J’ai rapporté ton article chez moi mais la révolte sera terrible et l’appât des gains ne changera pas de camp.

    Je suis toujours dans les Pyrénnées et dans toutes les régions de France nous sommes envahis.

    Nous sommes des bêtes bonnes à abattrent.

    Bravo pour ton parler vrai. 

    ====================================================

    Bonjour Le Panda
    Nous abordons souvent le sujet parce que des évènements terribles se multiplient , et qu’il faut compenser l’omerta de certains médias et l’aveuglement de certains politiques et ministres.

  • Yann Esteveny 25 juillet 11:39
    Message à tous,

    Depuis des décennies, reconnaître en France la présence d’une délinquance étrangère vous classe immanquablement dans la catégorie « Extrême-droite » par les biens-pensants de ce pays.

    Reconnaître en France la présence d’une délinquance au niveau de l’État vous classe immanquablement dans la catégorie « Complotiste » par les biens-pensants de ce pays.

    Il faut se protéger non seulement des petits et grands délinquants mais également de ceux qui contribuent au déni permanent.

    Ils conduisent le pays vers une catastrophe qui servira de nouveau prétexte au Régime pour renforcer la surveillance généralisée.

    Bonne chance à tous !

  • charlyposte 25 juillet 11:41
    Tuez-les tous…DIEU reconnaîtra les rescapés en fumant un ou deux Havane sur son nuage ! 

  • Le Panda 25 juillet 11:42
    @moderatus

    prends connaissance toi ou quiconque et tu verras que nous alllons directement dans ce guépier dont nos élus au fric potentiel sont coupable. https://www.panda-france.net/a-lassemblee-la-surenchere-vivre-ou-mourir/ 

    Moralité ou tu t’armes et tu as des chances de t’en sortir.

    Ou tu appliques la cigale et la fourmi. Ici en pays catalan la CMU freurit pendant que les arbres brulent

    Le Panda

  • Pangloss 25 juillet 11:43
    Laisser s’installer l’insécurité permet de justifier la privation de liberté : « êtes-vous prêts à moins de libertés pour plus de sécurité ? » et c’est ainsi qu’une (pseudo) démocratie se transforme petit-à-petit en démocrature avec l’aval des « mougeons ».

  • moderatus 25 juillet 13:01
    @Le Panda
    prends connaissance toi ou quiconque et tu verras que nous alllons directement dans ce guépier dont nos élus au fric potentiel sont coupable.

    ========================================================

    Le fric n’a rien à voir, c’est l’idéologie.

    le guêpier c’est nous qui l’avons créé en reconduisant au pouvoir des politiques qui nient la réalité es problèmes et mettent sous le tapis des problèmes qu’il ne veulent pas régler.

    Un de nos départements subit déjà le grand remplacement ; 
    à quand le prochain ?

     

    Grand remplacement à Mayotte département Français ?

    La population de Mayotte, officiellement estimée à 290 000 habitants – chiffre sans doute sous-évalué –, compte 50 % d’étrangers en provenance, pour 95 % d’entre eux, des Comores voisines, dont près de 30 % de clandestins.9 sept. 2021

    résultat : délinquance hors normes

    59 % des personnes âgées de 14 ans ou plus déclarent se sentir personnellement en insécurité à Mayotte. 48 % des personnes interrogées se sentent  » en insécurité, souvent ou de temps à temps, à leur domicile », et 52 % « dans leur quartier ». « C’est cinq à six fois plus que dans l’hexagone », relève le rapport.

    Quatre fois plus de vols par habitant qu’en Métropole

    Ainsi, en 2018 comme en 2019, 18 % des ménages déclarent avoir été victimes d’un cambriolage ou d’un vol sans effraction,

    Interrogés sur les trois problèmes les plus préoccupants dans la société actuelle, les habitants de Mayotte citent la délinquance en premier (72 %), très loin devant le chômage (35 %), la vie chère (30 %), la pauvreté (26 %), l’immigration clandestine (26 %) ou la santé (25 %)

  • Joséphine 25 juillet 12:46
    @Pangloss

    La délinquance fait bien plus de victimes que le Rhume 19. Il n’est pas question de créer des mesures liberticides mais de mettre ces gens (français de papier et étrangers) hors d’état de nuire. 

  • Francis, agnotologue 25 juillet 13:01
    @Joséphine
     
     ’’La délinquance fait bien plus de victimes que le Rhume 19.’’

     ou en effet, et surtout, vu que injecter des saloperies expérimentales et interdites par les conventions internationales à des millions de personnes c’est de la délinquance en blouses blanches.

  • C’est une sacrée épine dans le pied du gouvernement que la Haute Autorité de la santé (HAS) a enlevée en publiant son avis sur le maintien de l’obligation vaccinale des professionnels et personnels de santé.

    Cet avis rendu à la suite de la saisine du ministre de la Santé, François Braun, ferme la parenthèse d’une discussion houleuse entre les partisans de la réintégration des soignants non vaccinés et leurs opposants.

    Comme souvent depuis le début de la pandémie, les échanges ont été passionnés entre les « pour » et les « anti », et certaines prises de position ont été plutôt inattendues.

    Antoine Flahault, épidémiologiste très présent dans les médias depuis mars 2020, a ainsi jeté le premier pavé dans la mare sur Twitter le 20 juillet dernier, prônant la réintégration des soignants non vaccinés au motif que leur suspension ne serait plus fondée scientifiquement.

    Pour Antoine Flahault, le vaccin ne réduit pas suffisamment les contaminations avec les nouveaux variants pour justifier scientifiquement l’exclusion des praticiens de santé non vaccinés.

    En outre, il craint que cela crée un précédent questionnable car cela reviendrait à sanctionner des fonctionnaires pour leur comportement passé qu’il juge, cependant, irresponsable.

  • moderatus 25 juillet 16:22
    @leypanou
    Des gens sont intervenus directement dans des affaires où l’agresseur a un couteau sans entraînement, et ils en sont morts.
    Faire face à une attaque de couteau n’est pas à la portée de tout le monde : dire le contraire c’est de l’inconscience.

    =================================================
    Donc le conseil à donner est que la population s’arme pour pouvoir faire face à
    cette ensauvagement total ?
    c’est ce qui est en train de se passer

    les clubs de tir ont une augmentation importante d’adhérents.

    C’est grave d’en arriver là parce que le premier devoir de l’état, assurer la sécurité des Français n’est pas respecté.

     

    Une agression toutes les 44 secondes, 

    120 attaques au couteau par jour.

    On fait quoi ?

    on se soumet ?

  • Joséphine 25 juillet 17:31
    Modératus, Numéro Un des tendances et presque 150 commentaires en à peine quelques heures

  • Le Panda 25 juillet 17:31
    @moderatus

    C’est de l’humour à la Coluche dont nous avons autant besoin dans notre socié&té qui part à la dérive le plus dur possible.

    Etablir un compte rendu serait en 2022 un retour à la préhistoire, comme tu l’indiques plus les jours vont poasser et plus les personnes agressées feront de l’auto-défense nuisible au sens de la République France.

    Le Panda

  • @Le Panda

    Etablir un compte rendu serait en 2022 un retour à la préhistoire, comme tu l’indiques plus les jours vont poasser et plus les personnes agressées feront de l’auto-défense nuisible au sens de la République France.

    ====================================================

    Pourquoi les hommes se sont regroupés, ont formés des groupes sociaux des sociétés, ont édicté des lois et élu des gens pour les appliquer.

    Pour une raison simple , éviter que ce soit la jungle , la loi du plus fort et les combats constants.

    Mais quand l’état pour diverses raisons n ’assume plus cette tâche première de faire régner l’ordre et la loi, de protéger les citoyens aloi le citoyen retombe à ses instincts primaires et retrouve le besoin de se faire justice lui même, on revient à la jungle.

    C’est ce qui se passe dans des sociétés laxistes ou la justice ne s’exerce pas.

    C’est vers cela que nous allons si l’état ne réagit pas très rapidement.

  • tashrin 25 juillet 16:28
    Rappelez nous le score de Monsieur 7% ? Ah oui, 7%…

    On est en passe d’être réduits en esclavage pur et simple, on assiste à la disparition de l’état de droit, à la mise en place du flicage généralisé et du credit social, à la disparition progressive du droit de propriété, au siphonage des finances publiques au profit de puissances étrangères, à la disparition programmée des services publics…

    Mais par ordre d’importance, faut mettre les étrangers dehors en premier lieu ?

    Ok…

  • moderatus 25 juillet 16:33
    @tashrin

    Mais par ordre d’importance, faut mettre les étrangers dehors en premier lieu ?

    Ok…

    ======================================================

    Exactement, ceux qui pourrissent la vie des français 

     

    Il ne faut pas faire le lien entre immigration et criminalité

    Bon alors ne lisez pas les journaux régionaux !

    Angers : deux jeunes rugbymen et un mineur de 16 ans tués à l’arme blanche par Khawad, un « réfugié politique » soudanais, qui avait agressé sexuellement deux jeunes

    femmes avant la tuerie (MàJ)

    Trappes (78)  : Michel R., un retraité de 66 ans, égorgé près de l’église par Mouhssine K., un délinquant multirécidiviste. “Il s’agit d’un acte purement gratuit” (MàJ)…

    Clermont-Ferrand : il voulait lui faire du mal, la tuer, un migrant guinéen, fils de ministre, condamné pour le viol d’une étudiante (MàJ)

    Un migrant algérien en situation irrégulière, délinquant multirécidiviste sous contrôle judiciaire, est condamné pour une tentative d’extorsion avec arme…

    Paris 18e arr.  : un mort, de nationalité érythréenne, et un blessé lors d’une rixe

    Clermont-Ferrand : des jeunes hommes suivis dans les rues la nuit, menacés par deux hommes de type africain avec un couteau sous la gorge, puis détroussés, 7 victimes..

    Amiens : un jeune homme poignardé à mort dans le centre-ville, un suspect interpellé (MàJ : les deux individus sont des clandestins tunisiens)…

    Paris : laissé libre après avoir tenté d’attaquer des policiers avec un couteau, un clandestin nigérian récidive et agresse à nouveau des policiers

    Rennes  : armé d’un couteau, un Afghan attaque des policiers puis tente de trancher la gorge d’un agent qui voulait le maîtriser

    Cannes  : acquitté en première instance, un jeune Tchétchène vient d’être condamné en appel pour avoir battu à mort Sébastien Mazé, un père de famille de 36 ans, devant une.

    Rouen : un Sénégalais de 21 ans arrêté après avoir poignardé deux hommes et agressé deux femmes

    Quimper (29)  : un couple de touristes espagnols victime d’un car-jacking, un clandestin égyptien interpellé

    Toute l’Europe est touchée par le délinquance des immigrés.

    Allemagne : en 2021, 36,5 % des suspects pour viols et d’agressions sexuelles sont étrangers, alors qu’ils représentent 14,2 % de la population résidente

    Ministère de l’Intérieur (Bundeskriminalamt / Office fédéral de police criminelle)

    toujours le masque sur les yeux ?

Laisser un commentaire